Version classiqueVersion mobile

France-Canada-Québec

 | 
Serge Joyal
, 
Paul-André Linteau

Chapitre 3. La France et le canada du milieu du XVIIIe au milieu du XIXe siècle : cession ou conquête ?

Françoise Le Jeune

Texte intégral

1La France aurait-elle abandonné le Canada, contrainte sous la pression des Anglais par le traité de Paris en 1763, ou, au contraire, aurait-elle choisi de céder cette colonie aux Anglais pour s’en séparer volontairement ? La question peut sembler brutale, puisqu’elle touche un aspect peu évoqué lors des traités de paix élaborés entre empires au cours du XVIIIe siècle : le sentiment d’attachement des colons ou des peuples soumis aux tractations territoriales entre monarques. La dimension sentimentale qui entoure les idées de cession du Canada, de tentative de reconquête ou d’abandon par la France, ainsi que les interprétations et réinterprétations qui en ont été faites au cours du XIXe siècle par les historiens québécois, reflète l’ampleur de celle-ci dans la psyché québécoise. Il faut dire que le mythe de l’amour perdu, celui de la mère patrie, la France, pour sa colonie canadienne, ainsi que le mythe de la relation privilégiée entre la France et ses enfants du Québec, qui aurait perduré plus de deux siècles, ont permis à certains nationalistes québécois d’élaborer une histoire pour leur province, nourrie de cette relation particulière avec la France, qui la distinguerait du reste du Canada anglais. C’est ainsi que s’interroger sur les « véritables » échanges politiques, économiques et culturels entre la France et son ancienne colonie, c’est mettre au jour l’absence évidente de relations entre la métropole et la colonie de 1763 à 1855, ainsi que le peu de désir de la part de la France de maintenir des liens affectifs ou politiques avec les anciens colons. S’interroger sur les « véritables » échanges entre la France et son ancienne colonie nous conduit à réviser les mythes mêmes sur lesquels une certaine histoire du Québec a été construite à des fins nationalistes.

2Nous allons examiner la position de la France vis-à-vis de son ancienne colonie à travers quelques moments forts de leur histoire commune, en nous demandant si l’État français a vraiment cherché à conserver cette colonie de l’Amérique septentrionale, à la reconquérir ou à retrouver des liens privilégiés avec ses anciens colons. Ces moments importants de leur histoire commune, ces occasions où la France aurait pu chercher à reconquérir le Canada ou à reconstruire des liens diplomatiques, d’échanges et d’attachement avec ses colons sont les suivants : la guerre de Sept Ans (1756-1763), la Révolution américaine (1775-1783), la cession de la Louisiane en 1804-1805, les rébellions patriotes canadiennes (1837 et 1838) et la visite de La Capricieuse au Québec (1855). Pour ce faire, nous suivrons le fil conducteur des correspondances et rapports ayant pour objet le Canada, au ministère des Affaires étrangères à Paris, dont les archives offrent de multiples sources d’information sur les stratégies politiques des ministres en poste aux dates que nous avons évoquées ci-dessus. Les affaires du Canada sont évoquées dans la série « Manuscrits et Documents », sous la rubrique « Correspondance diplomatique », soit entre la France et l’Angleterre, soit entre la France et les États-Unis. En dépouillant ces correspondances souvent secrètes, ces mémoires sur l’état des colonies envoyés au ministère de tutelle par divers correspondants ou interlocuteurs en mission au Canada, le chercheur découvre la stratégie de la France face aux empires européens, sur le continent, ainsi que sa politique coloniale outremer. Les décisions relatives au Canada ont en effet été prises par les ministres des Affaires étrangères et leurs souverains qui se succèdent au pouvoir de 1760 à 1855 : le duc de Choiseul sous Louis XV, puis le comte de Vergennes sous Louis XVI. On croise par la suite le nom de Talleyrand sous Bonaparte, puis celui de Molé sous Louis-Philippe, ainsi que ceux des ministres Drouyn de Lhuys, puis Waleswki sous Napoléon III.

Vue perspective des Réjouissances faites sur l’Eau pour la publication de la Paix vis-a-vis le Palais Bourbon à Paris (no 130)
A Paris chez J. Chereau rue St. Jacques au-dessus de la Fontaine Saint-Severin aux 2 Colonnes no 257. Collection de l’honorable Serge Joyal.
Dix vues optiques illustrant les différentes célébrations entourant la signature du traité de Paris (1763)
Le procédé des vues optiques, popularisé vers le milieu du XVIIIe siècle, consistait à présenter sur les places publiques des gravures couleur dans des boîtes fermées et munies d’une lentille réfléchissante qui en faisait apparaître la troisième dimension, donnant à la scène un caractère réel. Les spectateurs payaient quelques centimes pour ainsi observer à travers deux ouvertures oculaires les différents événements, pays ou villes qu’ils n’auraient probablement jamais l’occasion de voir de leur vivant. Cette série de dix vues optiques, rassemblée ici pour la première fois, est la plus nombreuse et diversifiée qui ait été consacrée à un seul et même événement, soit la fin de la guerre de Sept Ans par la signature du traité de Paris en 1763, et, incidemment, la cession du Canada par la France. Autant de scènes différentes qui se déroulent sous les yeux du spectateur comme un documentaire de nouvelles cherchant à stimuler l’enthousiasme populaire pour la paix enfin signée après une guerre qui greva sérieusement le Trésor public, et pour une colonie qui coûtait plus qu’elle ne rapportait à la Couronne de France. C’était donc un soulagement qui survenait après des années de rapports négatifs transmis aux Conseillers du Roi recommandant de mettre fin à l’aventure coloniale de la Nouvelle-France en Amérique. Il faut noter qu’au moins trois ateliers de graveurs établis à Paris publiant des vues optiques ont diffusé des vues reliées à cet évènement : André Basset, Jacques Chéreau et Mondhare, établis rue Saint-Jacques, quartier des graveurs à Paris. Cela fait du traité de Paris l’un des évènements les plus largement médiatisés.
Gravures rehaussées à l’aquarelle ; impression c. 1763.

César Gabriel de Choiseul, duc de Praslin (1712-1785)
Ministre des Affaires étrangères (1761-1766) de Louis XV et responsable des négociations ayant mené à la conclusion du traité de Paris en 1763, il était convaincu que la colonie canadienne grevait indûment le Trésor royal, que les coûts associés à sa défense exerçaient une pression financière trop importante et que le royaume faisait face à une crise monétaire interne marquée par une grave pénurie de devises. Il était aussi le porte-parole auprès du roi des penseurs et philosophes qui recommandaient de céder les colonies américaines, Voltaire à leur tête.
© Réunion des Musées nationaux, France/Art Resource, NY.

Le Canada, une colonie à l’abandon bien avant la conquête (1754-1763) ?

  • 1 « Texte du traité de Paris », dans Adam Shortt et Arthur G. Doughty, Documents relatifs à l’histoir (...)
  • 2 Correspondance « Angleterre », Ministère des Affaires étrangères, 1747-1763, vol. 423-454.

3Par le premier article du traité de Paris du 10 février 1763, Louis XV cédait « le Canada avec toutes ses dépendances » à George III, sans qu’il soit « libre de revenir sous aucun prétexte contre cession et garantie, ni de troubler la Grande-Bretagne dans les possessions sus-mentionnées1 ». Il s’agissait clairement d’une cession forcée et contrainte par la capitulation des Français face aux Anglais en 1760, à Montréal. Cependant, si abandon du Canada par la France il y a eu2, nous allons voir qu’il s’était en fait produit bien avant le traité de Paris et que rien n’avait été entrepris par la France pour garder sa colonie ou la protéger contre l’envahisseur au cours des années précédentes. Ainsi, lorsque l’occasion avait été donnée à la France de reprendre le Canada au moment des tractations du traité de Paix, le ministre Choiseul s’y était catégoriquement opposé.

Vuë Perspective des fêtes jeux et Feux d’Artifice sur l’eau, entre la place de Louis XV. le bien aimé, et le Palais de Bourbon, à l’occasion de la Paix (no 5)
A Paris chez J. Chereau rue St. Jacques au dessus de la Fontaine St. Severin aux 2 Colonnes no 257. Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 3 Archives du Ministère des Affaires étrangères, collection « Mémoires et Documents », « Amérique », (...)

4Il suffit de consulter les différents mémoires sur l’état de la Nouvelle-France, reçus par le cabinet du roi dès 1750, pour comprendre que les rapporteurs déploraient l’état de négligence et l’absence d’administration qu’ils avaient découverts lors de leurs séjours dans la colonie. Tous ces rapporteurs cherchaient à alerter le roi de France de cet état de fait et de l’urgence qu’il y avait à agir pour protéger les acquis français en Amérique du Nord, tant au Canada qu’en Louisiane. Ils insistaient tous sur le fait que les colonies se trouveraient à la portée des Anglais, dès le premier conflit qui opposerait les deux nations3. En effet, depuis 1748, soit depuis la fin de la guerre de Succession d’Autriche (1741-1748), les Anglais convoitaient les possessions françaises en Amérique du Nord. Une tentative de conquête de la Nouvelle-France était inévitable, d’autant que toute la stratégie militaire anglaise depuis 1748 avait servi à déstabiliser les Français en Europe et dans leurs possessions coloniales au Canada, aux Indes orientales et aux Indes occidentales. En d’autres termes, le projet de « renversement des alliances » en Europe, fomenté en partie par les Anglais, visait à déstabiliser la France dès le premier conflit européen. Il se déclara en 1756 et dura sept ans, en Europe et outre-mer, jusqu’au traité de Paris en 1763. Il s’agissait pour les Britanniques de maintenir la France en position d’infériorité, en l’occupant par ce conflit au lieu de lui laisser le temps de développer et de moderniser sa marine, et de mettre en place une politique coloniale d’envergure.

  • 4 Duc de Choiseul, Mémoires, préface et textes de liaison de Jean-Pierre Guicciardi, Paris, Mercure d (...)
  • 5 Duc de Broglie, « Introduction », Le secret du roi, Correspondance secrète de Louis XV avec ses age (...)
  • 6 Cardinal de Fleury à Amelot, Secrétaire d’État, 13 août 1740, cité dans Duc de Broglie, ibid, p. 43

5En France, avant l’arrivée du duc de Choiseul aux Affaires étrangères en 1758, Louis XV gérait seul les affaires européennes et coloniales depuis la mort de son confident et ministre, le cardinal de Fleury, en 17434. En dépit d’un réseau secret de diplomates qui opéraient pour son compte dans les cours d’Europe5, le roi dirigeait seul une France dont les finances étaient au plus bas en raison de crises politique et financière intérieures, et d’une succession de guerres européennes qui ne lui permettaient pas de suivre les conseils du cardinal de Fleury, qui avertissait dès 1740 qu’il fallait « s’armer ou perdre la Nouvelle-France6 ».

  • 7 Choiseul, op. cit., p. 152.
  • 8 Ibid.
  • 9 « Le duc de Mirepoix était vertueux mais borné. Ce qui étonne, c’est que le conseil du roi se soit (...)

6Dans ses mémoires, le duc de Choiseul justifie la conclusion du traité de Paris de 1763 par le fait qu’en 1758, lorsqu’il avait été nommé ministre des Affaires étrangères, il était déjà trop tard pour songer à moderniser et à agrandir la marine royale pour lutter contre les Anglais dans les colonies. Par ailleurs, il indique que le désintérêt pour les colonies françaises au Canada datait déjà de la fin du conflit précédent, en 1748, car, lors du traité d’Aix-la-Chapelle, les limites de l’Acadie n’avaient pas été fixées. Pour Choiseul, les commissaires français étaient à blâmer pour cette imprudence, voire cette première négligence, particulièrement « en Amérique où l’on n’a d’autres titres pour appuyer son droit que celui de la force et de la persuasion7 ». Selon Choiseul, « la faute commise à Aix-la-Chapelle ne fut que le prétexte des procédés de l’Angleterre contre la France8 ». Il note la même négligence à l’égard du territoire de l’Ohio, puisque les cartes anglaises et françaises ne s’accordaient pas sur cette région en 1754, lorsque le duc de Mirepoix, ambassadeur de France à Londres de 1749 à 1759, avait été chargé de négocier un accommodement à l’amiable avec le ministre anglais Newcastle (à la suite de la mort du Français Jumonville, tué par un jeune George Washington, à Fort Duquesne). Mais les cartes françaises et anglaises de la région ne s’accordaient pas. Au lieu de s’affairer à revoir la carte des possessions françaises dans l’Ohio, la France, par l’intermédiaire de Mirepoix, ne parvint pas à négocier une paix « commerciale » entre les deux nations. Peu de temps après, les Britanniques déclarèrent la guerre aux Français en marchant sur leurs possessions : l’Ohio et le Canada. Le même Mirepoix est critiqué par Choiseul pour son incompétence, lorsque, ambassadeur à Londres, il s’était laissé berner par les Anglais et avait été incapable de comprendre que la marine royale s’armait en vue d’une guerre contre la France9.

Vue perspective de la Salle des Festins de Versailles en Réjouissance de la Paix en 1763 (no 129)
A Paris chez Chereau rue St. Jacques au dessus de la Fontaine St. Severin aux 2 Colonnes no 257. Collection de l’honorable Serge Joyal.

7Pourtant, il était difficile de ne pas ignorer la menace britannique en Amérique du Nord, particulièrement lorsque des mémoires des plus alarmistes sur l’état de faiblesse économique et stratégique de la Nouvelle-France arrivèrent par vagues au ministère des Affaires étrangères à partir de 1748.

  • 10 Le marquis de La Galissonnière fut nommé gouverneur général du Canada de mai 1747 à novembre 1749. (...)

8De 1748 à 1759, 10 années s’écoulent durant lesquelles le roi et son conseil sont régulièrement avertis des dangers de la présence anglaise en Amérique du Nord. Ainsi, dans leurs rapports, les marquis de La Galissonnière10 et du Pont de Vivier développèrent des stratégies qui devaient rendre la colonie plus autonome, en la protégeant des attaques britanniques et en encourageant des mouvements d’émigration de la France vers le Canada. Ces 10 années furent pourtant marquées par un faible intérêt, voire un désintérêt manifeste, pour la colonie d’Amérique du Nord, au profit d’autres stratégies visant davantage une reprise de pouvoir en Europe. On peut clairement parler d’abandon, ce que déploraient déjà les administrateurs éclairés de la Nouvelle-France, tel le marquis de La Galissonnière.

  • 11 François du Pont du Vivier de Gourville, seigneur en Acadie, a séjourné à Louisbourg et en Nouvelle (...)
  • 12 Mémoires du marquis du Pont de Vivier sur l’agriculture aux colonies (1750), Archives du ministère (...)

9Le marquis du Pont de Vivier11 traite de l’agriculture dans les colonies canadiennes12 et déplore son état stagnant. Il insiste en introduction et en conclusion de ses mémoires sur « la nécessité de conserver et d’augmenter les colonies de l’Amérique ». Il recommande la mise en place de toute une série de mesures contre l’Angleterre, en envoyant des hommes, ingénieurs et civils, pour fortifier Québec et Montréal. Il lui semble nécessaire qu’un régiment s’installe et habite « la rive méridionale du St Laurent » pour faire face à des tentatives d’invasion et créer un lien naturel entre la Louisiane et le Canada. Cependant, étant donné l’état du développement agricole de « la colonie Canada », ou plutôt de son absence de développement, il souhaite que la priorité de la France soit la Louisiane qui, explique-t-il, « doit être considérée comme la plus intéressante, la plus susceptible d’accroissement et la plus utile au Royaume à bien des égards ».

  • 13 Rentré en France en décembre 1749, le marquis de La Galissonnière fut nommé commissaire du roi pour (...)

10De son côté, le marquis de La Galissonnière13 s’accorde sur de nombreux points avec le marquis du Pont de Vivier. Son ton est tout aussi alarmiste :

  • 14 Marquis de La Galissonnière, Mémoires de Monsieur de La Galissonnière sur les colonies françaises d (...)

Les mesures que l’Angleterre poursuit pour s’établir dans cette partie du continent de l’Amérique sont de nature à exiger de la part du gouvernement l’attention la plus sérieuse […]. Cette nation se mettra en état d’envahir entièrement les colonies françaises au commencement de la première guerre mondiale. C’est dans cette vue qu’il vous revient d’assurer toutes les avenues du Canada14.

11Les propos de La Galissonnière, dans son bilan sur les colonies, se veulent constructifs pour le cabinet du roi, puisqu’il s’agit pour lui de mettre en perspective inconvénients et avantages de maintenir le Canada et la Louisiane dans l’Empire français. Cependant, La Galissonnière indique honnêtement qu’il conclura sur les raisons « essentielles et capitales » pour les garder, afin que le gouvernement prenne des mesures « pour veiller avec soin à la conservation de cette colonie (Canada), pour la fortifier et l’augmenter ».

  • 15 Marquis de La Galissonnière, op. cit., « Article 2 : objections contre la conservation du Canada et (...)

12La Galissonnière pousse le roi à prendre des mesures d’urgence pour renforcer les fortifications de Québec et de Montréal, pour accélérer l’arrivée de nouveaux colons et pour implanter un nouveau régiment comme celui de Carignan. Selon lui, les colonies sont désormais devenues « nécessaires à un grand État ». Dans son argument à charge contre le Canada et la Louisiane, il insiste essentiellement sur la préservation des colonies qui produisent un revenu (les îles des Tropiques), ajoutant que « l’on doit abandonner à elles-mêmes les colonies qui, loin de produire ni revenu, ni richesse, sont à charge comme le Canada et la Louisiane15 ».

  • 16 On pourra lire Didier Terrien, Histoire économique de la France d’Ancien Régime, Paris, Hachette Su (...)
  • 17 Sur ce point, il faut noter que l’investissement de la France dans le Canada va croissant à partir (...)

13Pour La Galissonnière, les colonies étaient déficitaires et coûtaient cher au royaume, puisque les biens échangés entre colonies et France étaient grevés par le temps et le coût du transport16. En 1750, ni l’une ni l’autre ne pouvaient subvenir entièrement aux besoins de leurs colons. L’envoi de ravitaillement et la nécessité de faire des stocks en ces temps de guerre, par prévention et précaution, engageaient de lourdes dépenses pour le pays. Par ailleurs, le marchandage auprès des tribus amérindiennes pour s’assurer leur coopération en temps de paix dans le commerce des fourrures, ou en temps de guerre comme alliés, grevait lourdement le budget du roi annuellement17. Il évoque aussi les différences de richesses potentielles entre les deux colonies, qui ne plaident pas en faveur du Canada, puisque la Louisiane est décrite comme « un pays immense, aux terres fertiles » et le Canada comme « une frontière infructueuse, comme les Alpes sont au Piedmont ».

Vue de l’Ordre et de la Marche des Cérémonies qui doivent etre observées le jour de la Publication de la Paix a la Place de Louis XV (no 9)
A Paris chez J. Chereau rue St. Jacques au dessus de la Fontaine St. Severin aux 2 Colonnes. no 257. Collection de l’honorable Serge Joyal.

14Si le réquisitoire contre la conservation des deux colonies françaises en Amérique comporte sept points, la démonstration de « l’importance de la nécessité de conserver le Canada et la Louisiane » en comporte autant. Les avantages que La Galissonnière voit à garder les deux colonies tiennent à l’honneur et à la gloire de la France en Amérique du Nord, ainsi qu’à « l’œuvre de conversion des autochtones, déjà bien avancée ». Pour lui, abandonner le Canada et la Louisiane en 1750 reviendrait à perdre l’honneur de la France face aux Anglais, ainsi qu’à leur laisser le champ libre pour s’attaquer ensuite aux îles françaises. En conclusion de son rapport, La Galissonnière sonne l’alarme : il faut à tout prix protéger « la frontière infructueuse », le Canada contre les menaces d’invasion anglaise. Il recommande des actions immédiates, telle la fortification des possessions françaises, car la marine française ne pourra plus longtemps soutenir la compétition avec la marine anglaise. Il s’agissait de résister, à défaut d’attaquer les possessions anglaises. S’il fallait préserver une colonie en priorité, il faudrait protéger la Louisiane, en résistant. La Galissonnière était clairvoyant dans ses pronostics et force est de constater que les mesures qu’il recommandait en 1750, particulièrement l’envoi de troupes, ne se réalisèrent qu’en 1757.

  • 18 Résumé de la campagne du Canada par Sr de la…, 1757, vol. 10, folio 272.
  • 19 Tableau des dépenses faites au Canada, 1754-1759, vol. 11.
  • 20 Ibid.

15À partir de 1755, la guerre des mers est déclarée et on s’attend à une invasion rapide du Canada. Plusieurs mémoires sont rédigés sur le mode de la relation « de ce qui s’est passé cette année au Canada ». Pourtant, les premiers régiments n’arrivent qu’en 1757 à Québec. À la suite de l’arrivée de Montcalm, un rapport rédigé par un sous-officier qui reste anonyme déplore l’absence de stratégie et de troupes pour faire face aux Anglais, qui font front de toute part, sur terre et sur mer. Il se plaint de l’absence d’organisation des habitants, alors que les colons anglais s’organisent en milice18. D’autres troupes sont envoyées en 1758 et des sommes importantes débloquées de 1754 à 1759, passant de 800 000 £ en 1754, à 8 000 000 £ en 1756, puis à 30 000 000 £ en 175919. L’inflation des sommes est caractéristique d’une tentative de sauver la colonie, mais sans stratégie préalable. Le plus fort de la somme est investi dans les soldes des militaires, dont certains sont payés en papier-monnaie. Sur le tableau des dépenses au Canada, dans les archives du Ministère, on trouve une note manuscrite qui s’insurge contre « la multiplication monstrueuse de l’argent papier eut égard au nombre d’hommes et au discrédit de ces papiers20 ».

  • 21 En 1758, l’Angleterre attaque la France dans toutes ses possessions outre-mer : Saint-Louis du Séné (...)
  • 22 Marquis de Vaudreuil, Mémoires relatifs aux diverses contestations coloniales entre la France et l’ (...)

16En 1759, d’autres contributions et mémoires sont envoyés au cabinet du roi21. Certains suggèrent de négocier avant le traité de Paix. Faudrait-il céder le fleuve aux Anglais ? Vaudreuil, le dernier gouverneur général de la Nouvelle-France, un de ses seigneurs aussi, s’insurgeait : « [Ce] serait anéantir le Canada ! » Le choix ne sera pas laissé aux Français. Selon Vaudreuil : « Ce sera encore pis si leur supériorité les met en situation de se faire céder la côte méridionale du fleuve St Laurent, comme ils l’ont réclamé. En ce cas, il serait plus expédient d’abandonner le Canada tout entier, et de transplanter les habitants à la Louisiane22 ».

  • 23 Messieurs…. Avocats à la cour, Examen du projet de faire passer les habitants du Canada à la Louisi (...)

17L’absence d’échange entre Paris et sa colonie est flagrante. Les administrateurs français en place à Québec pensent déjà à abandonner le Canada dès 1759. Des deux colonies, la Louisiane vaudrait mieux d’être sauvée, tentent de défendre deux mémoires, dans l’éventualité où la France serait amenée à céder l’une ou l’autre aux Anglais. Un des plans de transplantation de la population, décrit par les auteurs comme une « transmigration », se déroulerait en trois temps du Canada vers la Louisiane. Il est proposé au Ministère et au roi en 175923 après la capitulation de Québec. Les auteurs (avocats à la cour à Québec) reviennent sur le fait que le Canada aurait été à même de se protéger si on avait bien voulu lui procurer « de l’attention ». Puis la capitulation des troupes françaises intervient le 8 septembre 1760 à Montréal, la colonie française est occupée par les troupes britanniques.

Publication de la Paix a la Place des Victoires A Paris le 22 juin 1763
A Paris chez Mondhare rue S. Jacques à l’Hôtel Saumur. Collection de l’honorable Serge Joyal.

18En 1761 et 1762, le cabinet du roi reçoit encore plusieurs mémoires mettant en avant la nécessité de garder la colonie française. Ces mémoires n’offrent que peu de développements pratiques sur la manière de négocier avec les Anglais. L’argumentation se base essentiellement sur des questions d’honneur, de présence historique sur les côtes depuis 1504. Mais, le 13 mars 1762, par un arrêt du Conseil d’État, le roi fixe déjà la liste des dettes contractées au Canada et en engage la liquidation par une commission établie à Paris. Le roi solde les comptes du Canada. L’impression générale d’abandon ou du moins de laissez-faire que les colons canadiens ressentent vis-à-vis de la couronne de France depuis une dizaine d’années est confirmée à la lecture des premiers « mémoires » rédigés par les généraux britanniques à la suite de la « conquête ».

  • 24 Rapport du général Murray au sujet de l’état du gouvernement de Québec, 5 juin 1762, dans Adam Shor (...)
  • 25 Ibid., p. 31.

19Si l’on consulte les mémoires envoyés à Londres par les « occupants » du Canada français, ces généraux britanniques — Burton, Gage et Murray — chargés de superviser et de gérer la colonie après la conquête et avant le traité de paix font tous état d’une colonie fort intéressante, tant du point de vue commercial (manufactures, agriculture, production de bois de construction pour la marine, production de fourrures) que du point de vue stratégique. Les rapports donnent l’impression qu’il leur avait suffi d’un rapide tour de leur district pour repérer le potentiel commercial que représentait le Canada pour la couronne britannique. En comparant ces sources aux mémoires envoyés au cabinet du roi dans les années 1750, il est difficile de concevoir que l’on parle de la même colonie. John Murray24 fait état d’une colonie dont on s’est fort peu occupé. Les fortifications sont selon lui mal construites, aisément franchissables. Il investit dès son arrivée en 1759 pour pallier ce problème25, déjà évoqué dès 1750 par La Galissonnière et Bigot, mais sans qu’on y ait remédié aussi promptement que Murray, en dépit des sommes envoyées par Paris en 1755. De même, là où les rapports précédents faisaient état de fermes peu prospères, où l’on craignait les mauvais hivers et la disette, où l’on recommandait de transporter les colons vers la Louisiane, les généraux Murray et Burton parlent de terres fertiles, de fermes importantes qui pourraient produire davantage sous un autre système économique. Murray note au sujet de la « nature du sol et de ses produits », qu’avec « très peu de culture, on peut retirer du sol tous les grains en abondance », et dit que si l’on n’en avait pas tiré parti jusque-là, c’était en raison du système féodal.

  • 26 Rapport du général Gage, concernant le gouvernement de Montréal, 20 mars 1762, p. 81.
  • 27 Murray, op. cit., p. 61.

20La gestion de la colonie en matière du sol, explique Murray, n’a poursuivi « aucun but d’utilité publique » et en conséquence « aucun pays ne pouvait prospérer dans de telles conditions ». Les ressources qu’il fallait développer étant les pêcheries et le commerce des fourrures, les habitants avaient négligé « de cultiver même suffisamment pour se procurer leurs besoins personnels », ce qui explique la grande dépendance dans laquelle ils se trouvaient au moment des disettes, attendant de la France les blés pour survivre. Par ailleurs, Murray s’étonne du fait que les mines de potasse et le bois de charpente « trouvés dans plusieurs parties de cette contrée » n’aient pas été exploités pour les manufactures ou la construction de mâts. L’absence de planification ou de projet pour la colonie de la part de la France est mise en cause. Murray estime que l’étatisation et la centralisation des ressources par le roi de France avaient grevé les investissements pourtant considérables qui avaient été faits, mais dans un seul domaine, puisque le reste des sommes annuellement versées servaient à payer les soldes des militaires et les salaires des commis de l’État, dont Murray constate qu’ils « négligeaient de remplir leurs devoirs et s’ingéniaient à frauder et extorquer le roi et le peuple ». En d’autres termes, les observateurs britanniques26 constatent clairement la faillite du système colonial français au Canada, ou tout simplement l’absence de système, tout en soulignant l’état des richesses que les Français n’avaient pas vu ou dont ils n’avaient pas su tirer profit27. On peut noter que les gouverneurs emploient le passé pour décrire la gestion du gouvernement français au Canada, tandis qu’ils utilisent le futur pour parler de l’avenir sous gouvernance anglaise. Pour les Britanniques, les jeux étaient faits depuis la conquête. En conclusion du rapport sur l’état de la colonie, que John Murray établit en 1762, on peut encore s’étonner de l’enthousiasme de ce dernier lorsqu’il déclare :

  • 28 Ibid., p. 59.

Malgré les ravages de la guerre dont les Canadiens ont beaucoup plus souffert de la part de leurs prétendus amis que de celle de leurs ennemis déclarés, le pays fournira dans l’intervalle de trois ou quatre ans une abondance de toutes sortes de produits en quantité non seulement suffisante pour la consommation de notre population, mais même pour en entreprendre l’exportation si nous trouvons un marché28.

Vue de la Marche Cérémoniale observée pour la Publication de la Paix, en arrivant à l’Hôtel de Ville à Paris (no 57)
A Paris chez Basset rue S. Jacques a Se. Geneviève. Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 29 Pierre Gaxotte, op. cit., p. 238-239.
  • 30 Voltaire, Correspondance, cité dans Pierre Gaxotte, ibid, p. 239.

21Quel contraste avec les représentations du Canada qui circulaient en France, dans le cabinet du roi, mais surtout chez les philosophes, qui l’évoquaient par des images de terres stériles et glacées, « quelques arpents de neige » ! Montesquieu et Voltaire étaient persuadés de l’inutilité et du danger des colonies, particulièrement de celles qui ne rapportaient rien financièrement à la France29. Le Canada faisait partie de leur campagne de dérision. L’Encyclopédie ne lui consacre qu’une dizaine de lignes, mais Voltaire s’acharne dans ces ouvrages philosophiques à dénigrer la province française en Amérique du Nord, qui coûte cher au pays : « en voulant la soutenir, écrivait-il, on a perdu cent années de peine avec tout l’argent prodigué sans retour…30 ».

  • 31 Gage, op. cit., p. 82.

22Le sentiment d’être abandonné par la mère patrie, bien avant la signature du traité de Paris de 1763, est perceptible parmi les colons canadiens, selon les observateurs britanniques. L’intérêt de garder le Canada pour les Anglais se vérifie dans le fait qu’ils n’ont pas eu à « conquérir » les colons français. La population se sentait abandonnée par son armée depuis 1760. Murray, Gage et Burton constatent d’ailleurs que la population n’a pas déserté le Canada, « à l’exception de ceux qui exerçaient des charges civiles et militaires ». Gage note à ce sujet qu’il ne croit pas en des mouvements de migration après la signature du traité, car les habitants « resteront sous la domination anglaise », ajoutant « je n’en connais pas qui se prépare à quitter ce gouvernement ou qui en ait manifesté l’intention […]. [L]a tutelle de Sa Majesté ne manquera pas de gagner l’affection des Canadiens comme celle de ses autres sujets31. »

  • 32 Choiseul à Egremont, 22 février 1762, Ministère des Affaires étrangères, « Mémoires et documents », (...)
  • 33 Choiseul au Comte de Viry pour Egremont, le 12 mai 1762.

23En 1762 et 1763, lors des pourparlers de paix, la France ne revendique nullement le Canada. D’ailleurs, pour le roi de France et le duc de Choiseul, il ne s’agit pas d’un sujet de débat. Dès le 22 février 1762, à la reprise des négociations de paix, le commissaire britannique Egremont reçoit une lettre de la main de Choiseul indiquant clairement que le roi de France « trouve juste que l’Angleterre conserve le Canada », mais qu’il veut en dédommagement « la restitution de la Martinique et de la Guadeloupe32 ». La priorité du roi est celle de négocier la paix d’abord pour la France, et non pour ses colonies33. Les négociations ne reviendront plus sur la cession du Canada aux Britanniques ; par contre, l’intérêt de cette cession immédiate était stratégique de la part des Français pour conserver la Louisiane et ses îles sucrières.

Voltaire (1694-1778)
Le célèbre philosophe des Lumières était un adversaire acharné du Canada, qu’il dénonçait constamment dans ses écrits et ses interventions auprès des personnages influents de la Cour. Ses opinions étaient aussi motivées par ses intérêts financiers personnels : il détenait des investissements importants dans une entreprise qui faisait le commerce avec les îles sucrières, la Martinique et la Guadeloupe.
Buste en terre cuite à patine brune, début du XIXe siècle, d’après le buste de Jean Antoine Houdon. Collection de l’honorable Serge Joyal.

Decoration perspective des Illuminations de la Place de Louis XV. faites le 22 Juin 1763
A Paris chez Mondhare rue S. Jacques a l’Hotel Saumur. Collection de l’honorable Serge Joyal.

24Par ailleurs, les Britanniques étaient déterminés à reprendre le Canada aux Français. De toutes les colonies françaises, le Canada était la première qu’il leur fallait obtenir, d’autant que la conquête des îles sucrières de la Guadeloupe et de la Martinique pouvait se faire dans une deuxième étape. Par ailleurs, Choiseul prétendait que, si le Canada était cédé aux Anglais, cela servirait davantage au royaume de France dans les années à venir que de le conserver. Il y voyait une sorte de poudrière, placée entre la métropole britannique et ses colons, en Amérique du Nord.

  • 34 Choiseul à Durand, 19 août 1768.
  • 35 Choiseul à Durand, 24 août 1767, MAE, Correspondance diplomatique, Angleterre.
  • 36 Choiseul, « Rapport de fin de charge au roi », 1770.

25Même les Britanniques eurent du mal à croire que la France avait si facilement abandonné le Canada en 1763. Durand, ambassadeur français à Londres, avait fait part d’une rumeur amusante qui circulait en Grande-Bretagne, selon laquelle les Français complotaient au Canada pour s’emparer de leur colonie dès que le moment serait plus propice34, ce à quoi Choiseul avait répondu, amusé, à son ambassadeur, « il n’y a aucune intelligence au Canada, ni même intérêt à en avoir ! » C’est grâce aux rapports de Durand, envoyés à Versailles en 1764 et 1768, que Choiseul et Louis XV découvrent le « système » colonial britannique basé sur une politique systématique d’exploration et d’expéditions maritimes. Choiseul s’émerveille aussi devant l’ingénuité du mercantilisme à l’anglaise : « Je suis fort étonné que l’Angleterre, qui est un point très petit de l’Europe, domine sur plus du tiers de l’Amérique, que sa domination américaine n’ait pour objet que le commerce35. » Dans son dernier rapport au roi en 1770, au moment de quitter sa charge, Choiseul ajoutait à propos du bilan de son action et du dynamisme colonial qu’il avait su insuffler à la France après 1763, qu’il n’y avait aucun regret à avoir abandonné le Canada : « Je crois que je puis avancer que la Corse (achetée en 1768) est plus utile de toutes les manières à la France que ne l’était ou ne l’avait été le Canada36. »

Carte de l’Amérique du Nord après la conclusion du traité de Paris (1763)
La carte fait voir la distribution des différentes possessions de la Grande-Bretagne, de la France et de l’Espagne en Amérique du Nord, à la suite de la conclusion du traité de Paris, le 10 février 1763 ; les colonies américaines apparaissent bloquées dans leur expansion vers l’ouest par une ligne du Nord au Sud au-delà de laquelle l’ancien territoire français est attribué à la nouvelle colonie britannique. Cette distribution du territoire qui empêchera l’expansion américaine sera l’une des causes de la Révolution conduisant à l’indépendance des États-Unis et à la signature du traité de Paris en 1783.
Carte d’Eman Bowen, géographe de Sa Majesté, gravée par John Gibson, 1763. Collection Bibliothèque et Archives Canada.

Vue d’un Feu d’Artifice tiré devant l’Hôtel de Ville en réjouissance de la Paix (no 61)
A Paris chez Basset rue S. Jacques à Se. Geneviève. Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 37 Albert, duc de Broglie (dir.), Le secret du Roi. La correspondance secrète de Louis XV avec ses age (...)
  • 38 Voltaire, Correspondance, cité par Gaxotte, op. cit., p. 239.
  • 39 Ibid, p. 240.

26Si sentiment de défaite ou de honte il y avait parmi la population française, ce n’était pas en raison de la perte du Canada, mais parce que la France avait été vaincue par la Grande-Bretagne. C’est à Louis XV qu’on reprochera sa « léthargie » par rapport à l’Angleterre37. À Paris, on semble se réjouir d’avoir perdu le Canada, comme le montrent les gravures (vues optiques) de liesse populaire, répandues à l’époque. Les philosophes, ceux qui forment la puissante République des Lettres, Voltaire en tête, pouvaient célébrer les fruits de leur campagne populaire contre le Canada, entamée depuis plusieurs années, critiquant en chœur ce « pays couvert de neiges et de glaces huit mois dans l’année, habité par des barbares, des ours et des castors38… ». Au soir du traité de Paris, les philosophes et leur cohorte de sympathisants pouvaient se réjouir, la France abandonnait le Canada, puisque, comme il se disait en 1763 : « La France peut être heureuse sans Québec39. »

La Révolution américaine et la reconquête du Canada : un « leurre » de la diplomatie française (1775-1783)

  • 40 Voir Cornelius De Witt, Thomas Jefferson. Étude historique de la démocratie américaine, Paris, Libr (...)

27Si la population parisienne s’était réjouie de perdre le Canada, les pertes territoriales subies par la France à la suite du traité de Paris restaient visiblement un affront pour la diplomatie française et pour le ministre des Affaires étrangères de Louis XVI, le comte de Vergennes40. Ce dernier écrivait à Louis XVI dans ses mémoires :

  • 41 Cité par Henri Doniol, Histoire de la participation de la France à l’établissement des États-Unis d (...)

La paix déplorable de 1763, le partage de la Pologne et bien d’autres causes également malheureuses avaient porté les atteintes les plus grandes à la considération de votre Couronne… La paix humiliante de 1763 a été achetée au prix de nos établissements, de notre commerce et de notre crédit dans l’Inde, au prix du Canada, de la Louisiane et de l’île Royale, de l’Acadie, du Sénégal. Elle a établi chez toutes les nations l’opinion qu’il n’y avait en France ni force, ni ressource… l’État le plus puissant de l’Europe était devenu d’une inutilité absolue41.

Charles Gravier, comte de Vergennes (1717-1787)
Ministre des Affaires étrangères (1774-1781) de Louis XVI, stratège de la position française dans le conflit opposant la Grande-Bretagne à sa colonie américaine lors de la Guerre d’Indépendance, en 1775. Tout au long du conflit, il entretient l’ambiguïté de la position de la France concernant son intérêt réel à récupérer son ancienne colonie canadienne. Au moment de la négociation du traité de Paris de 1783, la France ne désirait pas reprendre possession du Canada, et les Américains ne l’exigèrent pas non plus.
© Réunion des Musées nationaux, France/Art Resource, NY.

  • 42 Vergennes, Mémoires, dans Doniol, op. cit., t. 446, no 33.

28À l’inverse de Louis XV qui prenait seul ses décisions « dans son cabinet » entouré des mémoires qu’on lui faisait parvenir, Louis XVI, qui monte sur le trône en décembre 1774, confie ses positions et ses réflexions à son ministre Vergennes qui, de ce fait, laisse une abondante correspondance aux archives diplomatiques, résultant de ses échanges réguliers, fournis et secrets avec ses diplomates (ambassadeurs ou ministre de la France en Amérique, comme ce sera le cas à partir de 1778). Au sujet de sa politique américaine, Vergennes explique dans ses mémoires : « Ce sont ces mêmes vérités qui ont fixé mon attention sur les Américains, ce sont elles qui m’on fait épier et saisir le moment ou Votre Majesté pourrait assister cette nation opprimée [les États-Unis] avec l’espoir bien fondé d’effectuer leur délivrance42. »

29En 1775, Vergennes, en dépit de son ressentiment vis-à-vis de la politique de son prédécesseur lors du traité de Paris, a l’occasion de vérifier le bienfondé de la démarche de Choiseul, qui imaginait que le Canada deviendrait un lieu de tension, une poudrière, entre George III et ses colons. Cette même année, à la suite du vote sur l’Acte de Québec (Quebec Act, 1774) au Parlement britannique, l’agitation dans les colonies britanniques prit en effet une tournure peu engageante pour le pouvoir royal. L’Acte de Québec confirmait que les anciens colons français pouvaient pratiquer leur religion, leur langue et leurs lois, garantissant ainsi une pérennité de la religion catholique sur le territoire nord-américain. De plus, comme si la provocation papiste n’était pas suffisante pour agacer les colons anglo-américains, la couronne britannique étendait les frontières du Canada à toutes les régions à l’ouest des Appalaches, jusqu’à la Louisiane espagnole, en incluant les terres indiennes au nord du Mississippi, de l’Ohio et des Grands Lacs. Le Parlement de Londres bloquait ainsi littéralement la progression vers l’ouest de ses colons en territoire américain, un fait déjà entériné par la Proclamation royale de George III en 1763. En faisant voter cette loi, la couronne britannique cherchait à s’assurer l’attachement des colons canadiens et à lutter contre les tendances séparatistes des autres colons américains. En réponse à cette politique de contrôle territorial, le premier congrès « américain » chercha à interpeller les colons du Québec dans une lettre ouverte datée du 16 octobre 1774, en leur proposant de se joindre aux « Américains » dans leur démarche de protestation contre la politique tyrannique de George III à leur égard. Les Canadiens, satisfaits de leur statut au Canada, refusèrent de prêter main-forte aux colons anglo-américains, même lorsque ces derniers tentèrent de les envahir en septembre 1775. Vergennes pouvait se réjouir, car les tensions entre colons et mère patrie annonçaient la perte possible des colonies américaines, ce qui vengerait la France. Par ailleurs, si les futurs colons américains, dont tous s’accordaient à dire qu’ils formaient une future puissance économique et politique, souhaitaient s’agrandir au sud-ouest ou au nord et au nord-ouest, ils trouveraient sur leur route les Espagnols ou les Britanniques.

Décoration du Feu d’Artifice tiré à Londres en Rejouissance de la Paix en1763
A Paris chez Mondhare rue S. Jacques à l’Hôtel de Saumur. Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 43 Comte de Vergennes à son ambassadeur de Guines en Espagne, 7 août 1775.

30Lorsque la guerre se déclara entre colons et colonisateurs britanniques, la France resta en retrait. Secrètement, Vergennes souhaitait aider les colonies, mais il n’était pas question de reprendre le Canada à cette occasion. Sa position sur le sujet du Canada était claire depuis 1775, lorsqu’il écrivait à son ambassadeur en Espagne : « Le conseil du roi d’Angleterre se trompe grièvement s’il se persuade que nous regrettons autant le Canada qu’il peut se repentir d’en avoir fait l’acquisition43. » L’intérêt de soutenir secrètement les Américains, en prêtant de l’argent par exemple, restait pour Vergennes du domaine de la stratégie politique. Il ne s’agissait pas de s’afficher à leurs côtés, car, en 1775, nul ne savait si les colonies seraient capables de s’affranchir complètement de la tutelle britannique. Par ailleurs, faire connaître ses positions d’allié revenait à déclarer la guerre à l’Angleterre.

31Dès 1775, les rumeurs concernant le soutien des Français aux Américains enflent à Paris et à Londres : le bruit court que la France pourrait reprendre le Canada, d’autant que les Américains tentent de convaincre les Canadiens de les rejoindre. Vergennes entretient ces rumeurs pour exacerber les tensions entre les colons et la Grande-Bretagne. Le Canada reste un enjeu stratégique pour les Britanniques et les Américains, que les Français peuvent utiliser comme « leurre » contre l’un ou l’autre camp, comme Vergenne l’écrit au comte de Guines, le 7 août 1775 : « Le Canada est le “point jaloux” pour eux (les Américains), il faut leur faire entendre que nous n’y songeons point du tout, que nous sommes loin de leur envier l’indépendance qu’ils travaillent à s’assurer, que nous n’avons nul intérêt à leur nuire. »

Décoration perspective de l’Illumination exécutée dans le Jardin Royal à Madrid à l’occasion de la Paix conclue par le traité de Versailles du 10 février 1763
A Paris chez Mondhare rue S. Jacques a l’Hôtel Saumur. Collection de l’honorable Serge Joyal.

32En décembre 1777, La Fayette s’engage quelques semaines après la victoire des Américains à Saratoga, le 16 octobre. (Il ne sera jamais au courant de la politique secrète de la France au sujet du Canada.) Les Français peuvent être rassurés, les Américains ont les forces nécessaires pour assumer leur indépendance. Louis XVI les félicite ouvertement. On peut désormais signer un traité d’alliance entre France et États-Unis, dont le roi sait qu’il entraînera en une déclaration de guerre avec l’Angleterre. Ce traité est signé le 6 février 1778. Deux articles nous intéressent. Dans l’article 5, la France reconnaît les États-Unis de l’Amérique comme des États indépendants et s’engage à leurs côtés jusqu’à la reconnaissance officielle de celle-ci par la Grande-Bretagne. Elle soutient les États indépendants dans leur conquête d’autres territoires (le Canada) « autant que les circonstances le permettent ». Dans l’article 6, le roi de France déclare qu’à l’issue de la guerre, la France ne réclamera aucun territoire pour elle-même. Les articles de ce traité d’alliance sont surprenants puisqu’il paraissait évident que la France aurait pu soit souhaiter reprendre le Canada à l’issue d’une guerre victorieuse pour les Américains et leur alliée, soit renoncer au Canada en encourageant les Américains à le conquérir par tous les moyens que la France pouvait mettre à sa disposition. Mais l’ambiguïté de ces deux articles révèle la stratégie de Louis XVI et Vergennes qui, dès 1775, est claire et préparée à longueur de correspondances avec leurs diplomates.

33La position de la France est d’ailleurs clairement rappelée à Conrad-Alexandre Gérard de Rayneval (Gérard), premier ministre de la France à Philadelphie, poste créé après le traité d’alliance. Vergennes lui parle du « système du Canada » et lui explique les positions « secrètes » du roi dans un courrier datant du 29 mars, au moment où Gérard prend sa charge de ministre de la France, afin qu’il comprenne le dessous des cartes, le double jeu ou double langage de la France, dans ces articles du traité d’alliance :

  • 44 Vergennes à Gérard, 29 mars 1778, cité dans Doniol, op. cit., p. 156 (nous soulignons).

Les députés du Congrès avaient proposé au roi de prendre l’engagement de favoriser la conquête que les Américains entreprendraient du Canada, de la Nouvelle-Écosse, des Florides, et il y a lieu de croire que ce projet tient fort à cœur au Congrès.
Mais le roi a considéré que la possession de ces trois contrées, ou au moins du Canada par l’Angleterre, serait un principe utile d’inquiétude et de vigilance pour les Américains, qu’il leur fera sentir davantage tout le besoin qu’ils ont de l’amitié et de l’alliance du roi qu’il n’est pas de son intérêt de le détruire44.

34Vergennes explique à Gérard qu’il s’agira pour lui de faire croire aux Américains, le plus longtemps possible, que la France pourrait les soutenir dans la conquête du Canada pour le compte des États-Unis, tout en avançant des excuses ou des retards pour ne pas s’y engager, les « circonstances » évoquées dans le traité d’alliance :

D’après cela, Sa Majesté pense qu’elle ne doit prendre aucun engagement relativement à la conquête dont il s’agit. Cependant si le Congrès en fait l’ouverture, le sieur Gérard répondra que le roi se prêtera toujours avec empressement à tout ce qui pourra convenir aux USA, et qu’il concourra volontiers à l’effectuation [sic] de leur plan de conquête autant que les circonstances pourront le permettre ; mais que l’incertitude et la variabilité de ces circonstances ne lui permettent point d’en prendre l’engagement formel.

  • 45 27 mars 1778, instructions de Vergennes à d’Estaing.

35Quelle était donc la stratégie du roi, appliquée par Vergennes, dans laquelle le Canada tenait une place si importante ? Il s’agissait de faire croire aux Américains que la France était de leur côté en leur faisant miroiter le renoncement du Canada. Les colonies américaines représentaient pour la France des opportunités commerciales majeures qu’ils envisageaient de reprendre à l’Empire britannique, tout en maintenant des rapports cordiaux avec les Britanniques. C’est donc à ces raisons commerciales que Vergennes fait allusion dans son « mémorandum confidentiel » destiné à ses ministres en Amérique et à ses commandeurs (d’Estaing et Rochambeau) quand il mentionne « nos relations futures » avec les États-Unis de l’Amérique45. En laissant le Canada aux Anglais, ces derniers bloquaient la progression des Américains vers l’ouest et vers le nord, maintenant ainsi une tension permanente entre les deux futurs empires, au milieu desquels trônerait la France, arbitrant les tensions entre eux, tout en profitant de l’accès à ses pêcheries et du commerce américain avec les colonies sucrières françaises.

Conrad-Alexandre Gérard de Rayneval (Gérard) (1729-1790)
Premier ministre plénipotentiaire de la France aux États-Unis en 1778, après la proclamation de l’indépendance des Treize colonies. Pendant tout le conflit et en exécution des instructions reçues de Vergennes, Gérard entretient l’ambiguïté à propos de l’attitude de la France concernant le Canada. En réalité, celle-ci n’avait aucune intention de reprendre son ancienne colonie et souhaitait qu’elle restât aux mains de la Grande- Bretagne.
Portrait peint par Charles Willson Peale, 1779. Collection de l’Independence National Historical Park, Philadelphie, Pennsylvanie.

36Pendant ce temps, les États-Unis, souvent poussés par La Fayette, restaient persuadés que la France voulait les aider à conquérir le Canada. Ils échafaudaient des plans d’invasion et de conquête. Le général George Washington semblait croire que l’intérêt de la France pour le Canada n’était pas neutre, ce qui a sans doute nourri le mythe que les Français planifiaient une reconquête de leur ancienne colonie. Washington avait du mal à croire, lorsqu’il discutait avec La Fayette (qui n’était pas au courant des plans du roi), à la sincérité de Louis XVI.

37De 1778 à 1782, puis à la suite du traité de paix, les Américains reparleront de conquérir le Canada (4 ou 5 fois au cours de la guerre d’indépendance) et La Fayette se portera volontaire par deux fois. Il souhaite, en héros chevaleresque, « rendre la Nouvelle-France libre d’un joug pesant », et que ce soit la France qui la libère. Ironie de l’histoire, les Américains, comme les Britanniques, avaient peine à croire au désintérêt de la France pour la reconquête de sa province perdue. L’épisode marquant de cette guerre d’indépendance américaine, parmi ceux qui ont donné naissance à la légende d’un Canada reconquis par la France, l’un de ces moments-clés qui ont pu nourrir l’imagination des Canadiens, des Américains et de quelques Français qui regrettaient la perte du Canada : la déclaration de l’amiral d’Estaing aux « Français d’Amérique » depuis Boston, où elle est imprimée le 28 octobre 1778.

  • 46 Par ailleurs, il semblait demander aux Canadiens de façon ambiguë de ne pas prendre parti contre le (...)
  • 47 Gérard à d’Estaing, 1er novembre 1778.

38Le texte de D’Estaing était un simple appel aux anciens colons dans le cadre de la déclaration de guerre de l’Angleterre à la France. Il avait pour mission de les informer que, dans l’éventualité où ils changeraient de régime en rejoignant les 13 États, ils seraient toujours les bienvenus auprès du roi de France, du moins dans le cadre d’échanges commerciaux. Mais les limites de ces échanges n’étaient pas claires, les déclarations étaient ambiguës et laissaient entrevoir un attachement sentimental du roi de France pour le Canada. Le ton employé par D’Estaing était volontairement nostalgique, il cherchait à réveiller la fibre patriotique des anciens colons. D’Estaing revenait brièvement sur le passé, rappelant que la France avait perdu le Canada, contre sa volonté, entraînée dans une guerre dont son roi n’avait pas voulu, attribuant le succès de l’Angleterre au soutien de la milice américaine46. Sur un ton amusé, Gérard rapporta à D’Estaing le résultat de son appel : « Votre “à propos du Canada” a fait un admirable effet. Toutes les imaginations sont juchées sur des raquettes et glissent le long du lac Champlain47. » La rumeur d’un retour de la France au Canada était lancée. Les Français, amusés, en regardaient les effets sur les troupes en présence.

Carte des colonies britanniques par John Mitchell (4e édition, 1775)
Conservée secrètement pendant cent ans dans les Archives royales diplomatiques de la Grande-Bretagne, cette carte présente les trois options (sous la forme de tracés bien distincts) de concession que les représentants du roi George III à Paris gardaient confidentielle lors des négociations devant mettre fin à la Guerre d’Indépendance américaine, à utiliser selon l’évolution des pourparlers. La lecture attentive de l’un des tracés de lignes rouges révèle qu’à la limite, si elle avait été acculée à ce compromis, la Grande-Bretagne aurait été disposée à céder la plus grande partie du territoire canadien, y compris Toronto, Montréal et toute sa rive sud, ainsi que tout le territoire des trois provinces maritimes. Si les négociateurs américains avaient été informés de cette possibilité, l’avenir du Canada aurait été fondamentalement bouleversé. On comprend pourquoi cette carte est demeurée si longtemps scellée dans les Archives royales.
Publiée avec la permission de Lez Smart (Maps That Made History,Toronto, Dundurn, 2005).

39Une deuxième rumeur, de celles qui ont pu nourrir la légende d’un retour de la France au Canada, accompagna l’arrivée du commandant Rochambeau aux États-Unis, en mission, supposait-on, pour le compte du roi de France et chargé en son nom, de reconquérir le Canada. En fait, la rumeur d’une tentative de reconquête du Canada par les troupes de Rochambeau fut lancée par les Américains eux-mêmes, qui utilisèrent aussi le Canada comme un leurre stratégique pour détourner les Britanniques des côtes américaines. La ruse avait marché, les Anglais quittèrent les ports américains offrant un avantage aux colons. En 1781, les Américains sortirent vainqueurs du conflit colonial.

  • 48 Vergennes à La Luzerne, 25 septembre 1779.

40Jusqu’à la négociation du traité de Versailles en 1783, le Canada resta un « leurre » qu’agitaient les Français pour maintenir la frontière entre les deux puissances dans un état de tension et pour éviter que les États-Unis n’annexent le Canada et ne reviennent sur le traité de 1763, privant ainsi la France « des droits de fréquenter les côtes » du Canada et de l’Acadie pour la pêche48. Révéler le secret « du Canada » qu’ils avaient préservé jusqu’alors serait fatal à la France, lors des négociations. La supercherie fut finalement révélée ou du moins devinée par les Américains pendant l’élaboration du traité, lorsque Vergennes prit le parti des Anglais contre les Américains, au moment de la redéfinition des frontières. Les Américains souhaitaient reprendre l’Ohio, la région du Mississippi, les Grands Lacs et le Canada, en tant que vainqueurs. La France modéra leurs ardeurs en leur rappelant qu’ils n’avaient aucun droit sur ces terres, puisque l’Acte de Québec confirmait les Britanniques dans ces territoires. Les Américains trahis négocièrent leur traité de paix avec l’Angleterre sans en avertir les Français. Vergennes se sentit trahi à son tour et s’en plaignit à Franklin qui lui répondit par l’ironie. Le secret de la politique française et la place du Canada dans cette politique stratégique étaient percés au grand jour. Finalement, par des tractations auxquelles la France ne prit pas part, les Américains renoncèrent au Canada. Par le traité de Versailles de 1783, le Canada redevint la « petite » province telle qu’elle avait été définie par le traité de Paris de 1763, laissant « officiellement » aux Américains l’accès à la moitié des Grands Lacs, le sud du 45e parallèle, et l’accès aux terres au-delà des Appalaches. La France pouvait être rassurée, sa stratégie avait fonctionné : les Britanniques conservaient le Canada.

Bonaparte et l’Amérique du Nord : le mythe de la reconquête ? (1800-1803)

  • 49 Voir aussi A. Schalck De La Faverie, Napoléon et l’Amérique : histoire des relations franco-américa (...)
  • 50 Ministère des Affaires étrangères, Adresse de délégués canadiens à Napoléon, 1805, « Mémoires et do (...)

41Les archives diplomatiques ne recèlent aucun document pouvant confirmer le mythe d’une reconquête, soit au moment de la rétrocession de la Louisiane par l’Espagne en 1803, soit après les victoires d’Iéna et d’Austerlitz, après lesquelles Napoléon aurait pu avoir des vues sur le Canada49. Aux archives diplomatiques du Quai d’Orsay, au sujet du Canada, on ne trouve que deux pétitions envoyées, l’une par un certain J. A. Broguer de Montréal, en date du 28 décembre 1799, puis une autre par des marchands de Québec en 1805, demandant à Napoléon de rétablir des contacts avec eux50. La première était présentée sous la forme d’un Mémoire sur le Canada, dans lequel l’auteur proposait au Consul diverses raisons pour la reconquête du Canada par la France. Le texte reste visiblement sans écho du côté de Bonaparte. Quant aux marchands de Montréal en juin 1805, ils s’adressaient à Napoléon en ces termes : « Sir, au commencement de mars dernier, je partis de Montréal avec mon fils pour porter au pied de Votre Majesté Impériale et Royale les vœux des habitants du Québec pour l’Empire français. » Le nom du marchand porteur de la pétition n’était pas indiqué sur le courrier qui parvint à Napoléon par le biais de l’ambassadeur français en Amérique, qui ajouta manuellement sur l’envoi : « Ils aiment tous la France, détestent l’Anglais. ». Les pétitionnaires terminaient l’adresse en indiquant qu’ils restaient les obligés « si vous désirez prendre des renseignements sur le Québec ». Mais aucune réponse à ces pétitions n’est enregistrée dans les archives.

Carte de l’Amérique du Nord par R. Wilkinson (1804)
Après avoir acheté la Louisiane de Napoléon Bonaparte le 30 avril 1803, les États-Unis d’Amérique auront consolidé leur façade atlantique. Cette carte de 1804 fait voir ce qu’il leur reste à conquérir pour réaliser éventuellement le Manifest Destiny, ambition formulée entre autres par le président démocrate Andrew Jackson (1829-1837). Près des deux tiers du territoire américain restent encore à conquérir ; il le sera par la force des armes à la suite de nombreux conflits avec les populations amérindiennes de l’Ouest et avec le Mexique.
« North America », carte dessinée à Londres, publiée le 12 août 1804. Collection Bibliothèque et Archives Canada.

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838)
Conseiller en relations extérieures du Premier consul Bonaparte sous le Consulat (1799-1804) et Grand Chambellan de l’Empereur Napoléon Ier sous l’Empire (1804-1814), responsable de l’élaboration de la politique étrangère de l’Empire. Il recommande à Napoléon Ier la vente de la Louisiane en 1803 pour quinze millions de dollars américains, à l’époque un territoire représentant près de quatre fois la superficie totale de la France métropolitaine. Il n’entrait pas dans les vues du Premier consul d’ouvrir un front contre l’Angleterre en Amérique. Les deux pétitions de Canadiens transmises à Napoléon le priant d’envoyer la flotte française dans le Saint-Laurent sont restées lettre morte.
© Réunion des Musées nationaux, France/Art Resource, NY.

  • 51 A. Schalck de la Faverie, Napoléon et l’Amérique, Paris, Payot, 1917,
  • 52 Une guerre non déclarée s’engagea sur les mers à partir de juin 1798.

42On peut clairement affirmer que Bonaparte, Premier consul, et son ministre Talleyrand échafaudèrent des plans de reconquête de l’empire colonial français en Amérique, mais jamais au Canada51. Bonaparte voulait installer la France en Louisiane, dans les deux Florides et à Saint-Domingue pour établir un Empire français autour du golfe du Mexique. Il procéda par tractation secrète, à la suite de la victoire de Marengo. Il signa officiellement un traité de paix avec les États-Unis (contre lesquels la France était en « quasi-guerre » depuis juin 179852), le traité de Mortefontaine (30 septembre 1800). Le lendemain de ce traité, le général Berthier signa au nom du Premier consul un traité secret avec l’Espagne : le traité de San Ildefonso (1er octobre 1800), qui rétrocédait la Louisiane occidentale et la Nouvelle-Orléans à la France, en échange du duché de Parme. Mais le roi d’Espagne ne céda officiellement la Louisiane qu’au début de 1803, ayant fait jouer diverses circonstances pour retarder l’exécution du traité. Entre-temps, le Premier consul préparait une armée de 10 000 hommes, armant des bateaux dans les ports de France et de Hollande. La Grande-Bretagne lui fit savoir qu’en s’armant, la France rompait le traité de paix d’Amiens (25 mars 1802) et qu’une guerre serait inévitable. Bonaparte prit la décision de vendre la Louisiane aux États-Unis contre 80 000 000 de francs, plutôt que de la céder ou de la voir saisie par les Anglais. Il est vrai que la Louisiane n’aurait été intéressante pour la France qu’avec les deux Florides, que l’Espagne refusait de céder, mais aussi à la condition d’une tranquillité à Saint-Domingue, où la révolte menée par Toussaint Louverture avait déjà causé la mort de Leclerc, le beau-frère de Bonaparte, et la défaite du corps expéditionnaire français en février 1802. Toussaint Louverture fut arrêté en juin 1802, mais l’annonce que la traite des Noirs et l’esclavage étaient rétablis enflamma l’île à nouveau, et l’esprit de révolte se propagea en Guadeloupe. Le commerce et le travail sur les plantations s’arrêtèrent net. Les rêves d’Empire français en Amérique étaient interrompus.

Les rébellions patriotes (1837 et 1838) : la monarchie de Juillet reste indifférente aux appels à l’aide

  • 53 Voir Françoise Le Jeune, « Lecture par la presse française des rébellions nationalistes canadiennes (...)

43L’attention de quelques Français est attirée vers le Bas-Canada à la fin de l’année 1837 et au début de l’année 1838 à l’occasion des tensions qui précèdent les rébellions patriotes53. La nouvelle arrive d’Angleterre par la presse. Les Britanniques sont bien évidemment directement concernés par ce qui ressemble, depuis septembre 1837, à la préparation d’une nouvelle révolution sur le continent américain, du fait des patriotes canadiens. Les Français, quant à eux, connaissent visiblement peu de chose au sujet du Canada et différents clichés circulent à son sujet. Lorsque les premières agitations sont mentionnées dans la presse anglaise en octobre 1837, pour le gouvernement de la France, il ne s’agit avant tout que d’un problème qui concerne l’Empire britannique.

  • 54 Lettre de Tocqueville à l’abbé Le Sueur, Albany, 7 septembre 1831, publiée dans Jacques Vallée, Toc (...)
  • 55 Tocqueville à Reeve, secrétaire du Privy Council, 3 janvier 1838, publié dans Jacques Vallée, ibid,(...)

44Jusque-là, personne en France n’avait vraiment prêté attention aux conditions de vie ou aux conditions politiques dans lesquelles se trouvaient leurs anciens colons en Amérique du Nord. Rares étaient les voyageurs qui avaient publié des récits populaires sur l’Amérique française. En 1831, Alexis de Tocqueville et son ami Gustave de Beaumont n’avaient séjourné au Bas-Canada qu’une semaine, et encore y étaient-ils arrivés par hasard. Dans un extrait de la correspondance privée entretenue avec son ancien précepteur, Alexis de Tocqueville, homme de lettres éclairé, mentionnait son ignorance de la situation des Canadiens, qu’il avait découverte en 1831 en visitant la colonie, à travers quelques conversations avec des prêtres et avec M. Neilson. Il avouait ainsi à son correspondant l’abbé Le Sueur : « Je ne m’étonne que ce pays soit si inconnu en France. Il n’y a pas six mois, je croyais, comme tout le monde, que le Canada était devenu complètement anglais. J’en étais toujours resté au relevé de 1763 qui n’en portait la population française qu’à 60 000 personnes54. » Interrogé par le secrétaire du Privy Council britannique, au sujet du Canada français le 3 janvier 183855, Tocqueville refusa de répondre sur un sujet qu’il disait méconnaître ou avoir négligé par manque d’intérêt. Devant le silence de l’érudit sur le sujet de la crise au Canada français, on ne peut s’étonner que les premiers commentaires qui parurent dans la presse française fussent peu élogieux à l’égard des colons canadiens et qu’ils montrassent une grande ignorance à leur sujet. Les représentations qui circulaient dans la presse étaient d’ailleurs le fruit de préjugés sans fondement.

45Les premiers commentaires sur la crise canadienne parurent au moment où la presse britannique et, par ricochet, la presse française, porta son attention sur les tensions politiques qui préoccupaient le ministère des Colonies à Londres. Ce fut la précipitation des événements au Canada de septembre à décembre 1837, ainsi que l’accumulation de dépêches alarmistes dans la presse anglaise qui réveillèrent l’intérêt de quelques journalistes français pour le Bas-Canada ; certains d’entre eux semblaient découvrir l’existence d’une population d’origine française et s’étonner de sa survie dans une Amérique anglo-saxonne.

46Ainsi, dans un article de septembre 1837, les lecteurs du quotidien républicain Le National découvraient ou redécouvraient l’existence du Canada français sous la plume d’un journaliste vivant aux États-Unis qui semblait s’appuyer sur des clichés pour dresser un portrait très distancié de ces Canadiens avec lesquels il ne trouvait aucune communauté d’esprit, de culture ou de nationalité.

  • 56 Le National, article du 2 septembre 1837, collection journaux et périodiques, Bibliothèque national (...)

L’antipathie qui a toujours existé chez les Canadiens contre les Anglais, à cause de la difficulté de leurs mœurs, de leur langage et de la religion, mais que la prudence de la métropole avait jusqu’à ce jour empêché d’éclater, se change peu à peu en un besoin de scission dans l’ancienne colonie française, à mesure qu’elle voit se développer la prospérité des États-Unis. […] De toutes parts des menaces d’insurrection immédiate, du moins de résistances absolues aux mesures arbitraires du gouvernement anglais se font entendre56

47Le correspondant du National rappelait ensuite l’histoire de cette ex-province française d’outre-Atlantique, en commençant son récit en 1763, lorsque la colonie avait, dit-il, « été effacée de la mémoire de la France ». Les stéréotypes abondaient, présentant les Canadiens comme de bons paysans n’ayant pas vraiment évolué depuis leur rupture avec la France de l’Ancien Régime, depuis cette césure avec la mère patrie, la seule source de la civilisation et du progrès. : « On leur conserva leur religion, leurs lois, leurs coutumes : si bien que celui qui visite aujourd’hui les paysans du Canada pourrait se croire transporté dans une campagne de France au temps de Louis XIV… » Ce que le journaliste français indique à ses lecteurs métropolitains avec un certain mépris, c’est que, loin de la Révolution de 1789, les descendants des Français, privés des Lumières, avaient continué à vivre dans une société féodale et à se soumettre au joug colonial anglais. Le ton du journaliste était critique à l’égard des Canadiens : « Le pays se soumit assez volontiers à une forme de gouvernement peu libérale […] ; cela suffisait à des hommes sans instruction, à des esprits incapables par leur ignorance de porter leur attention sur des questions de principe. » C’était par ce portrait peu flatteur que les lecteurs du quotidien Le National, journal d’opposition à Louis-Philippe, presse profondément anti-anglaise et radicale, avaient redécouvert l’existence de leur ancienne colonie. Quant à la presse du roi, le Journal des débats, elle ne disait mot sur le sujet. Elle se contentait de reproduire les dépêches de la presse anglaise et elle ne s’ingérait pas dans la politique anglaise, particulièrement dans sa politique coloniale.

48En l’espace de quatre mois, d’octobre 1837 à janvier 1838, au fur et à mesure que la querelle politique s’envenimait et que les patriotes canadiens tenaient tête au pouvoir impérial britannique, on constatait un changement dans le ton et l’intérêt des journalistes du National lorsqu’ils faisaient référence au Bas-Canada. En décembre 1837, on notait pour la première fois dans les pages d’un journal français la référence à « ces Français de l’Amérique ». En réalité, c’était moins le lien de sang de la grande famille française qui intéressait les journalistes du National à ce stade que l’« esprit français », c’est-à-dire l’esprit révolutionnaire du « parti français » qui tenait tête aux Anglais. Le sentiment anti-anglais qui animait les républicains en France à cette époque semblait ravivé par le combat des patriotes canadiens. Les pronostics des journalistes du National ne concernaient pas la survivance de la nationalité française en Amérique du Nord, contrairement à ce que notait Tocqueville, mais ils portaient sur le vainqueur du choc des titans, Grande-Bretagne contre États-Unis.

  • 57 Ibid., 7 novembre 1837.

49En septembre 1837, à ce stade des querelles entre les Canadiens et le pouvoir colonial anglais, les Français réagissaient uniquement en spectateurs et le discours était dénué d’émotions, d’attachement ou de soutien pour les Français du Canada. À l’occasion des tensions politiques au Canada, Le National incitait la France de Louis-Philippe à régler ses comptes avec l’Angleterre en mettant en avant l’honneur de la nation française, régulièrement reléguée aux seconds rôles dans la politique européenne par la Grande-Bretagne. Mais il faut attendre les éditoriaux de janvier 1838 pour que la cause canadienne soit décrite comme l’émanation directe de la cause nationale française. Le Canada, « cette importante colonie57 » qui aurait été enlevée à la France, semble tout à coup reprendre sa place dans l’histoire géopolitique de l’Empire français. C’est une occasion de blâmer la politique des Bourbons qui avaient abandonné les Canadiens en 1763 et qui les abandonnaient aux mains de l’ennemi en 1838, au lieu de se saisir de cette occasion pour reprendre le Canada :

  • 58 Ibid., 19 janvier 1838.

Et aujourd’hui ne serait-il pas temps encore de revenir sur les fautes passées, et de saisir l’occasion offerte par le Canada pour reprendre l’influence qu’aurait dû exercer le gouvernement, s’il avait été, comme il le prétend, le gouvernement de juillet ? […] Sans doute nous ne voulons pas que le cabinet des Tuileries s’érige en chevalier errant, ni qu’il aille combattre pour tous les peuples qui se révoltent… mais il nous semble que notre diplomatie aurait un rôle à jouer en s’interposant comme médiatrice entre nos vieux ennemis et nos anciens compatriotes. C’est notre cause après tout que ceux-ci soutiennent, c’est notre nationalité qu’ils défendent58.

Comte Louis-Mathieu Molé (1781-1855)
Ministre des Affaires étrangères (1836-1839) du roi Louis-Philippe Ier. Après consultations entre l’ambassadeur de France à Londres et le Foreign Office, il recommande au roi de ne prendre aucune décision qui aurait pour effet de remettre en cause la bonne entente prévalant entre la France et l’Angleterre, soulignée par la visite de la jeune reine Victoria en France en 1843 (première visite d’un monarque anglais en France depuis le couronnement du roi Henri IV en 1431). Les demandes d’aide de Louis-Joseph Papineau, présent à Paris, demeureront donc vaines.
© Bibliothèque nationale de France.

  • 59 Ibid., 31 octobre 1837 (nous soulignons).
  • 60 Ibid., 19 janvier 1838.

50Les attaques étaient dirigées contre le pouvoir en place, Louis-Philippe et son ministre des Affaires étrangères, Molé. Ce dernier refusait de voir l’insurrection des Canadiens comme un problème français. Les journalistes du National dénonçaient la politique attentiste du gouvernement de Louis-Philippe. Ils accusaient l’Angleterre d’avoir une ambition insatiable et un esprit de conquête, lui reprochant d’avoir « enlevé le Canada à la France59 ». Ne pas aider la cause des Canadiens français, c’était faire la preuve aux Français de la collusion du gouvernement français avec les Britanniques, rassemblés autour de la protection « des intérêts et le besoin d’une commune défense contre les envahissements de l’esprit révolutionnaire60 ».

51Il n’en était pas de même dans les journaux conservateurs, proches du roi. Ainsi, le Journal des débats, le premier journal français sur le plan de la circulation à cette époque, reflétait dans ses pages l’absence d’intérêt du pouvoir et de ses édiles à l’égard du problème canadien. Pour le pouvoir, il n’était nullement question de s’ingérer dans les affaires intérieures des Britanniques et de sacrifier l’entente cordiale établie entre les deux nations depuis 1830.

52Le Bas-Canada devint le cheval de bataille des journalistes radicaux contre la faiblesse de la politique étrangère et impériale de Louis-Philippe. En intervenant dans ce conflit, en envoyant des troupes françaises, la France aurait pu retrouver enfin son rôle dans le concert des nations. Les Français ne pouvaient pas abandonner un peuple opprimé, il y allait de leur devoir national de patriotes. La solidarité fraternelle entre les Canadiens et les Français ne commença à être évoquée qu’en décembre 1837 :

  • 61 Ibid., 11 décembre 1837 (nous soulignons).

Les Canadiens… pendant quelque temps, avaient confiance aussi dans les sympathies de la France, ils avaient raison de penser que le gouvernement d’une grande nation peut beaucoup sur la politique des autres cabinets ; mais nos gouvernants ne sont pas ceux qui croient à la puissance de la France au-dehors61.

  • 62 Archives du Quai d’Orsay, correspondance diplomatique, Angleterre, volume 650, octobre 1837-juin 18 (...)

53Lorsque l’on consulte la correspondance officielle entre l’ambassadeur de France à Londres, le comte Sébastiani, et son ministère de tutelle à Paris62, on peut noter que cet événement ne préoccupait pas les esprits des hommes politiques français. On ne percevait pas le Canada comme une ancienne colonie et le gouvernement ne songeait à aucun moment à intervenir dans les affaires britanniques. Par ailleurs, Sébastiani ne mentionnait à son ministre les problèmes coloniaux de l’Angleterre en Amérique du Nord qu’en annexe ou en post-scriptum de ses courriers. En dépit de l’état d’alerte dans lequel se trouva la Chambre des communes à Londres à partir du 1er décembre, Sébastiani décrivait un cabinet britannique qui contrôlait la situation. Il signala quelques réunions secrètes entre les ministres au sujet du Canada et il ne saisit la gravité des insurrections pour les Britanniques que lorsque les congés de Noël furent écourtés pour les deux Chambres. Les nouvelles que transmettait Sébastiani n’étaient pas plus récentes ou précises que celles des journaux anglais. À aucun moment, Sébastiani ne fait référence aux rebelles en les décrivant comme français. Ce sont des « anarchistes », écrit-il à Molé en novembre 1837. De décembre 1837 à février 1838, Sébastiani ne se départit pas de ce style lacunaire lorsqu’il fournit quelques maigres informations sur la gestion de la crise coloniale au Canada par les autorités anglaises.

54Cependant, il est clair que l’entente cordiale entre les deux nations aurait pu être mise en péril par la crise canadienne, si l’on en juge par le compte-rendu des suites d’une conversation entretenue entre le ministre des Affaires étrangères français Molé et Lord Granville, lors d’une rencontre officielle en Hollande. À la suite de cette discussion privée, qui aurait eu vraisemblablement lieu à la fin décembre 1837 ou au début janvier 1838, Sébastiani rapportait au comte Molé : « Lord Palmerston [le ministre des Affaires étrangères britannique] a commencé par m’exprimer au nom de la Reine et du Cabinet, le profond sentiment de reconnaissance avec lequel avait été reçue la communication que votre Excellence avait faite récemment à Lord Granville sur les affaires du Canada. »

  • 63 Sébastiani au comte Molé, 5 janvier 1838.

55Sébastiani ne donne pas davantage d’informations sur les propos échangés, mais il est possible d’inférer que le gouvernement de Louis-Philippe, par le biais de Molé, avait offert son soutien au gouvernement britannique dans ce moment de crise, sans pour autant pouvoir lui offrir un soutien militaire, étant donné, sans aucun doute, la présence des anciens colons français. Dans ce même courrier du 5 janvier 1838, Sébastiani fait allusion à cette situation délicate pour Louis-Philippe, qui aurait pu se sentir en porte-à-faux par rapport à ses anciens colons. Cependant, le gouvernement français tranche et son soutien va aux Britanniques ; c’est ce que suggère cette dernière remarque de Sébastiani à Molé, qui porte sur la manière dont le soutien du roi des Français avait été reçu par le gouvernement de Victoria : « Il [Lord Palmerston] en a dit que le gouvernement de la Reine n’en attendait pas moins, mais ne pouvait espérer plus du gouvernement du Roi63 ».

56Tandis que les dépêches annonçaient la débâcle des patriotes, en janvier, Le National exprimait le regret d’avoir abandonné à leur triste sort les « frères de sang » et « les anciens frères qui combattent pour conserver nos croyances politiques, notre religion, notre langage, nos couleurs sur leur sol ». Dans un éditorial du 17 janvier 1838, les journalistes reprirent littéralement la cause canadienne au profit de leur propre combat. Le discours était nationaliste, parfois romantique et clairement antimonarchique. Les Canadiens étaient devenus plus français que les Français eux-mêmes.

57Le Canada français était vaincu, et la France par extension était donc vaincue. Ce sont les tristes accords de La Marseillaise que les journalistes font écouter à leurs lecteurs républicains en dépeignant un territoire français vaincu :

Il ne reste plus qu’un coin de terre où les noms français aient été préservés des atteintes d’un envieux néologisme, par une population qui a religieusement gardé notre caractère, nos mœurs, notre langue […] St Charles, St Denis, bourgs dont les noms nous rappellent nos campagnes, ont été ensanglantés, brûlés par les Anglais […]. Jamais aucun peuple ne mérita davantage nos sympathies […].

  • 64 Ibid.

58Mais en 1838, à la suite de la défaite des patriotes au Bas-Canada (et du Haut-Canada), force est de constater que ni le gouvernement français ni son roi n’avaient tendu la main aux Canadiens. Dans la lettre au Quai d’Orsay du 5 janvier 1838 évoquée plus haut, Sébastiani rassurait son ministre et le gouvernement sur les effets de leur soutien sans faille au gouvernement de la Reine. Il est clair que les préoccupations de liberté et de justice des Canadiens français face à l’oligarchie coloniale britannique n’avaient pas soulevé la fibre nationaliste du gouvernement français. Seuls les intérêts diplomatiques primaient, puisqu’il s’agissait de maintenir l’entente cordiale. Faire le sacrifice du Bas-Canada et des anciens colons français servait à « fortifier cette alliance64 ».

  • 65 Le National, 9 mars 1839.
  • 66 Extraits de la correspondance de Julie Papineau à Louis-Joseph, lettre du 4 mars 1839, dans Renée B (...)
  • 67 Yvan Lamonde « L’exil dans l’exil, Le séjour de Louis-Joseph Papineau à Paris », dans Yvan Lamonde (...)
  • 68 Julie Papineau à Louis-Joseph, Une femme patriote, op. cit., 16 mai 1839.

59Lorsque Louis-Joseph Papineau débarque au Havre le 7 mars 1839, son arrivée en France est annoncée dans Le National. Il y est présenté comme un réfugié de guerre, ancien leader d’un pays libre, persécuté par les Anglais auxquels il doit demander un passeport pour entrer en France, la terre de ses ancêtres65. Papineau est en France pour y chercher soutien moral et financier, poussé par ses compatriotes en exil et par son épouse Julie. Celle-ci l’exhorte à rappeler aux Français les « souffrances » du peuple canadien. Elle conseille impérieusement à son époux d’exploiter largement la fibre sentimentale des Français, en leur rappelant qu’ils avaient abandonné les pauvres Canadiens en 1763 et qu’ils étaient en partie responsables de leurs malheurs actuels : « Qu’ils nous aident et ils auront la satisfaction d’avoir rendu la liberté et, par conséquent, le bonheur inconnu au Canada de tout temps, et nous pourrons alors nous visiter avec bien plus de plaisir et d’avantages66. » Comme le montre clairement Yvan Lamonde67, Papineau est attendu à Paris par les amis de la cause canadienne, particulièrement Lamennais. Il y sensibilise les libéraux, mais il n’obtiendra pas d’aide financière même si son épouse l’encourage à de multiples démarches en ce sens : « Il faut que tu demandes des secours pécuniaires à quelques nuances politiques que ce soient, du roi ou des ministres, ou des républicains ou des Russes même, n’importe68. » Même si Papineau parle du Canada en France, il ne convainc nullement les Français à soutenir le Canada qui pour eux ne devra son salut qu’à l’indépendance ou au ralliement aux États-Unis.

Visite de La Capricieuse à Québec, « une mission purement commerciale » (1855)

  • 69 Michel L. Deville, Voyages dans l’Amérique septentrionale, États Unis et Canada (1854-1855), dans N (...)

60En 1855, dans ses Voyages dans l’Amérique septentrionale, États-Unis et Canada, effectués de 1854 à 1855, le Français Michel Deville note à propos du Canada français, où il séjourne quelques semaines à partir de la fin août 1855, le plaisir qu’il a éprouvé à son arrivée à Montréal « à entendre sa langue natale, lorsqu’on est éloigné de sa patrie69 ». Après avoir admiré l’emplacement de la ville et souligné sa position commerciale stratégique en Amérique du Nord lui garantissant « son accroissement et sa prospérité future », le voyageur s’intéresse aux coutumes des « anciens Français ».

  • 70 Joseph-Guillaume Barthe, dans Le Canada reconquis par la France, souligne les stéréotypes que Xavie (...)
  • 71 Deville, op. cit., p. 251.
  • 72 La particule est rajoutée à son nom par de Belvèze lui-même.

61Contrairement aux récits des voyageurs qui ont précédé Deville — comme celui publié en 1849 par Xavier Marmier —, dans cet ouvrage de 1855, les Canadiens ne sont pas décrits comme « attardés dans leur développement70 », mais comme tournés vers l’avenir grâce au self-government britannique et à l’ouverture du Saint-Laurent aux bateaux étrangers, depuis la fin des obligations douanières (Navigation Acts) en 1849. En d’autres termes, les Canadiens appartiennent au continent nord-américain et Deville n’exprime aucune sympathie particulière pour la situation politique des Canadiens français dont il ne parle d’ailleurs à aucun moment. En dépit du dynamisme de Montréal, il note cependant un attachement nostalgique et quelque peu suranné de la part des habitants envers « le vieux pays de France » à travers des tournures de phrases et des expressions à la « Rabelais ou Bonaventure des Périers » dont il se moque gentiment. Des relations de la France avec son ancienne colonie, il ne dit mot en dehors de la mention d’un événement récent : l’arrivée « du premier bâtiment de commerce, portant notre pavillon devant Montréal », qui « fut dans toute la colonie l’occasion d’une fête, qu’on pourrait à juste titre qualifier de fête de famille71 ». Ainsi, par cette courte phrase, le voyageur français résume l’arrivée de La Capricieuse au Bas-Canada, le 13 juillet 1855, cette corvette française sous le commandement de Paul-Henri de Belvèze72, qui représentait pour les Canadiens français le symbole du retour de la France au Canada, après 92 ans d’absence.

  • 73 De Belvèze explique qu’il avait préféré accepter « l’offre faite par M. Baby, armateur des steamers (...)

62Pourtant, dans le récit de Deville, ni le nom du bateau n’est mentionné, ni la visite de l’équipage de De Belvèze. Par ailleurs, Deville se trompe, car La Capricieuse n’a jamais remonté le fleuve jusqu’à Montréal73, De Belvèze s’étant rendu à Montréal sur un steamer arborant le pavillon français. Pour Deville, le premier bateau de commerce français profitait simplement de la fin des « droits énormes, prélevés sur les navires français » qui avaient empêché « pendant longtemps ceux-ci de venir au Canada ». La reprise des échanges commerciaux entre la France et les Bas et Haut-Canadas ne s’expliquait donc, selon le voyageur français, que par le fait que l’Empire britannique avait mis fin à des mesures protectionnistes « dans ses colonies ». Deville ne fait référence à aucune mission particulière de ce bateau. Pour le voyageur, il s’agissait simplement d’un bateau de commerce dont les Canadiens avaient fêté la présence dans les eaux du Saint-Laurent avec toute la nostalgie qui caractérise les habitants de cette ancienne colonie française.

  • 74 Cangardel reste imprécis sur les sources qu’il consulte aux archives de la Marine, mais il fait néa (...)

63À partir de ce type de récit sur le Bas-Canada (ici, un récit publié par épisodes à partir de 1855 dans une collection populaire de la Librairie Hachette), où l’auteur semble dénué de sentiments ou d’intérêt à l’égard des Canadiens, il est intéressant de se pencher sur la connaissance que les Français avaient du Canada français en 1855, au moment où, selon la légende, Paul-Henri de Belvèze aurait reçu du gouvernement français l’ordre de reprendre des relations commerciales et diplomatiques avec le Bas-Canada. Selon les recherches d’Henri Cangardel, dans les archives de la Marine, les ordres envoyés à De Belvèze étaient clairs, et le ministre de la Marine lui rappelait que « [v]otre mission est purement commerciale et il importe qu’elle ne reçoive pas une fausse interprétation […] votre mission n’ayant pas un caractère diplomatique74 ». Cet événement est célébré comme un « lieu commun de mémoire » par les Canadiens. Il ferait partie de notre histoire commune, puisqu’il marquait une apparente reprise des contacts entre la France et le Canada, interrompus depuis 1763. Mais ce moment d’histoire appartient davantage à l’histoire des Canadiens, qui en font une « fête de famille », un autre mythe de l’histoire commune. Quant aux Français, l’arrivée de La Capricieuse à Québec fut en 1855, comme semblait le faire comprendre Deville, un non-événement, inconnu des Français.

  • 75 Henri Cangardel, op. cit., p. 2.
  • 76 Voir Thomas Sterry Hunt et Joseph-Charles Taché, Le Canada et l’Exposition universelle de 1855, Tor (...)
  • 77 Il s’agissait d’un échafaudage (voire d’un totem) décrit ainsi dans le catalogue de l’exposition : (...)
  • 78 Catalogue de l’Exposition universelle de Paris 1855, archives du Centre National des Arts et Métier (...)

64Pourtant, cette même année 1855 peut aussi être décrite comme le point d’orgue des relations franco-canadiennes depuis 1763, du moins en en ce qui a trait aux connaissances livresques. En effet, les démarches des Canadiens pour reconquérir la France et pour provoquer le désir des Français de repartir à la conquête morale, sociale ou économique de leur ancienne colonie se succèdent : l’ouvrage de Joseph-Guillaume Barthe, Le Canada reconquis par la France est suivi de l’Exposition universelle de Paris, qui donne lieu à la rédaction d’un court rapport sur le Canada par Joseph-Charles Taché, secrétaire général du comité canadien à l’exposition universelle. L’ouvrage paraît sous le titre Esquisse sur le Canada, considéré sous le point de vue économique. Henri Cangardel note que ce rapport avait été envoyé à la presse française au mois de mai75. Puis, on remarque la parution de l’ouvrage de M. Étourneau, Livret-guide de l’émigrant, du négociant et du touriste dans les États-Unis d’Amérique et au Canada. On pourrait décrire ce type de textes comme une forme de propagande sur le Bas-Canada à l’attention des Français. En mai 1855, le Canada occupe un pavillon très remarqué76 à l’Exposition universelle, et ces divers ouvrages sont rédigés pour le public français, particulièrement pour les hommes d’affaires, impressionnés par les bois canadiens exposés à Paris, à travers « ce gracieux trophée qui s’élève au centre de l’espace réservé au Canada77 ». Il s’agissait de tirer profit de la fin des droits de douane pour attirer au Canada de nouveaux contrats commerciaux. Les Canadiens espèrent y attirer les industriels français. L’envoi du rapport de Taché aux journaux fait suite à la parution du catalogue officiel de l’exposition78, dans lequel le comité canadien-français note une méconnaissance flagrante de la situation politique et économique du Canada de la part des commissaires français. Pour les visiteurs parisiens, c’est bien le pavillon d’un pays étranger qu’ils découvrent en 1855. Les chiffres du commerce extérieur canadien achèvent de convaincre les manufacturiers français du dynamisme de cette économie libérale à l’anglo-saxonne.

  • 79 Louis Dussieux, Le Canada sous la domination française d’après les archives de la marine et de la g (...)

65Du côté français, la réponse à cette campagne en faveur du Bas-Canada se trouve dans l’ouvrage de Louis Dussieux. Ce texte fait référence à l’histoire de la Nouvelle-France, mais le Bas-Canada est au cœur de l’ouvrage, qui n’exprime aucune nostalgie. Son introduction, qui ne s’attarde pas sur la situation « morale » des Canadiens français, met en avant le grand bénéfice que le Canada français a tiré de son incorporation dans l’Empire britannique et de son union avec le Haut-Canada. Le Canada est amené, selon lui, à devenir une grande nation, bien davantage que si la colonie était restée dans les mains de la France79.

  • 80 En complément de notre travail de recherche dans les archives diplomatiques, nous nous appuyons ici (...)
  • 81 Ministère des Affaires étrangères, « Mémoires et Documents » « Angleterre », 1854-1855, vol. 106.
  • 82 Belvèze, Archives de la Marine, BB4.685, cité par Jean-François de Raymond, ibid.

66À Québec, l’arrivée de La Capricieuse a été interprétée comme une initiative diplomatique de la part du cabinet de Napoléon III, mais nous allons voir que la visite de la corvette battant pavillon français à Québec trouvait à son origine une initiative personnelle de son commandant, Paul-Henri de Belvèze80. En octobre 1854, celui-ci, basé à la station navale de Terre-Neuve depuis un an, adressa un rapport de 15 pages au ministère de la Marine sur « Le Commerce de la France dans le golfe du St Laurent »81. Il y indiquait la réalité des échanges et les possibilités de leur développement, ainsi que les avantages que la France pouvait en retirer sur divers plans économiques. Le commandant de Belvèze suggérait de développer le commerce maritime avec le Canada anglais (Québec), et proposait de « combiner le service de la station avec une excursion dans le fleuve dont le but serait de connaître les ressources, les besoins et la condition commerciale de ce grand pays ». Pour éviter de créer un incident diplomatique en en prenant l’initiative seul, il s’enquérait de l’appui de son ministère de tutelle : « Je serais pour mon compte fort heureux que le bureau des mouvements m’ouvrît dans ses instructions la voie de ces utiles investigations82 ». Il lui semblait délicat en effet de prendre l’initiative de pénétrer les eaux britanniques sans en avertir les autorités au préalable, au moment où l’alliance franco-britannique était à son zénith, puisque l’entente cordiale avait été scellée par l’alliance des deux puissances dans la guerre de Crimée.

67Le 20 février 1855, le ministre de la Marine de l’époque, Théodore Ducos, travailla à convaincre le ministre des Affaires étrangères, Drouyn de Lhuys, de l’intérêt de cette mission. Pour Ducos, l’opportunité commerciale était intéressante. Il suggérait à Drouyn d’autoriser Belvèze à « remonter le St Laurent, afin d’étudier les débouchés que les marchés de ce fleuve pourraient offrir à notre commerce ». Il rajoutait que la mission commerciale pouvait être un signe bienvenu pour célébrer l’entente cordiale franco-britannique : « Le moment de montrer notre pavillon tant à Québec qu’à Montréal me paraît indiqué par la nature même de nos relations avec l’Angleterre et par les témoignages de sympathie votés par le parlement canadien à l’Armée de Crimée. »

  • 83 Ministère des Affaires étrangères, op. cit., vol. 106.

68La réponse de Drouyn était plutôt réservée, car expliquait-il, « ce projet de montrer notre pavillon au Canada pour la première fois depuis que nous avons perdu ce pays à la suite d’une guerre malheureuse et mal conduite » présentait des inconvénients diplomatiques : « il faudrait, ce me semble, des motifs et des intérêts aussi évidents que considérables pour faire reparaître le pavillon français dans ces contrées qui ont cessé d’appartenir à la France sur un bâtiment de guerre83… »

  • 84 Vingt jours plus tard, Alexandre Walewski remplace Drouyn de Lhuys au ministère des Affaires étrang (...)
  • 85 Archives de la Marine, instruction d’Hamelin à de Belvèze, 28 avril 1855, cité par de Raymond, op. (...)

69Ducos décède le 27 avril, l’amiral Hamelin le remplace et partage ses vues maritimes et coloniales. Les instructions pour de Belvèze sont donc signées de sa main et parviennent à l’intéressé le 28 avril 185584. Sa mission est strictement commerciale et ne doit pas prêter à mauvaise ou fausse interprétation : « les considérations commerciales qui seules motivent la présence de notre pavillon dans le Canada ». On lui recommande de ne pas trop manifester d’intérêt ou d’enthousiasme devant l’attachement des « anciens Français », car « il convient que vous conserviez une attitude pleine de réserve et que vous vous teniez en garde contre toute manifestation à laquelle les autorités britanniques ne devraient prendre aucune part ». Hamelin conclut cependant : « je me plais à penser que les résultats de l’exploration que vous allez entreprendre auront une influence salutaire sur l’ouverture des relations directes entre la France et le Canada85 ». Trois objectifs sont clairement indiqués dans l’ordre de mission : l’établissement d’un consulat français à Montréal, car, apprend-on dans ce courrier, la question « est à l’étude ». On invitait de Belvèze à s’enquérir des dispositions du gouvernement local à ce sujet. Il devait amorcer une négociation des droits de douane concernant les vins et eaux-de-vie, qui demeuraient frappés de taxes élevées. En troisième lieu, il devait convaincre les autorités britanniques de réduire les droits de franchise sur le poisson pêché par les Français à Terre-Neuve.

  • 86 « Le fait est que j’ai fait là le métier d’un souverain qui visite ses États […] », extrait d’une l (...)
  • 87 Correspondance avec Rohault de Fleury, ibid.

70La mission de De Belvèze au Canada restera secrète, du moins est-ce l’impression que donne la manière dont elle fut annoncée aux Canadiens. De Belvèze quitta Sydney, en Nouvelle-Écosse, le 5 juillet ; il fut accueilli 10 jours plus tard, à l’entrée du Saint-Laurent, par un vaisseau à vapeur, l’Admiral, avec à son bord trois membres du gouvernement qui lui présentèrent « les premiers compliments de bienvenue ». Il était difficile à Québec de ne pas voir dans cette visite de La Capricieuse, le « retour de la France » au Canada depuis 1760, car l’attente était grande, au Bas-Canada, de voir une reprise d’amitié ou d’échange avec la France. Les célébrations autour de La Capricieuse en cet été 1855 furent décrites comme une liesse populaire par la presse locale. Les Canadiens attendaient un geste de la France depuis si longtemps que le premier symbole d’une reprise d’échange suffisait à leur faire croire que la mère patrie n’avait pas oublié ses enfants. Mais, pour les Français, la visite de La Capricieuse resta une anecdote inconnue du public en France, puisque les journaux ne le mentionnèrent pas. De Belvèze lui-même, en dépit de la fierté qu’il avait retirée de l’accueil qu’il avait reçu des populations canadiennes, qu’il jugeait digne d’un empereur86, adoptait un ton moqueur et hautain à l’égard du peuple canadien87.

Édouard Drouyn de Lhuys (1805-1881)
Ministre des Affaires étrangères (1852-1855 et 1862-1866) de l’Empereur Napoléon III. Il est responsable de s’assurer que l’initiative de la France d’autoriser qu’une corvette française remonte le fleuve Saint-Laurent en 1855 et d’ouvrir par la suite un consulat à Québec pour favoriser les relations commerciales n’entache d’aucune manière les bonnes relations entre la France et l’Angleterre, unies contre la Russie pendant la guerre de Crimée.
© Réunion des Musées nationaux, France/Art Resource, NY.

  • 88 Cangardel, op. cit., p. 2.

71La célébration de l’arrivée de ce premier bateau battant pavillon français dans les eaux canadiennes participe à l’écriture de l’histoire nationale pour les Canadiens, entreprise depuis 1840 par Garneau et Bibaud. Cette écriture est liée à la survivance de la nationalité canadienne-française, menacée d’anglicisation. L’inscription française, le patronage de la France semblent former une partie essentielle et nécessaire de cette histoire. Il s’agit de montrer que la France depuis 1763 avait maintenu des liens sentimentaux avec les Canadiens. La reconnaissance et le soutien moral de la France, depuis toutes ces années, permettaient de justifier et de nourrir l’affirmation, l’ancrage et la survivance de la nationalité française dans un Canada unifié depuis 1840. Mais en refermant cet article, on ne peut que constater qu’en réalité, il n’y eut point de tentative de reconquête ou de maintien de liens économiques, diplomatiques ou culturels. Le bilan des échanges est mince en dépit de la démarche chaleureuse des Canadiens envers la mère patrie. L’engagement politique, moral et économique de la France envers le Canada était inexistant. La « fête de famille » autour de la visite de La Capricieuse à Québec est moquée par de Belvèze lui-même et considérée près d’un siècle après par l’historien Cangardel comme « un point d’histoire peu important ». En 1855, le Bas-Canada, plus que jamais, semblait aux yeux des Français présenter l’image d’un pays indépendant, doté de plus d’opportunités économiques et politiques que la France elle-même. En faisant découvrir le Canada aux Français en 1855, les Canadiens Joseph-Guillaume Barthe et Joseph-Charles Taché avaient donné l’image d’un « pays de progrès » et d’un « pays neuf », permettant à leurs lecteurs de constater, comme le faisait remarquer Cangardel en citant de Belvèze, « que déjà, en 1855, le Canada prenait conscience de sa force88 ». Avait-il encore besoin de la France ?

Notes

1 « Texte du traité de Paris », dans Adam Shortt et Arthur G. Doughty, Documents relatifs à l’histoire constitutionnelle du Canada, 1759-1791, Ottawa, Thomas Mulvey, 1921, p. 83-98.

2 Correspondance « Angleterre », Ministère des Affaires étrangères, 1747-1763, vol. 423-454.

3 Archives du Ministère des Affaires étrangères, collection « Mémoires et Documents », « Amérique », vol. 2, 1716-1754.

4 Duc de Choiseul, Mémoires, préface et textes de liaison de Jean-Pierre Guicciardi, Paris, Mercure de France, 1982, p. 161.

5 Duc de Broglie, « Introduction », Le secret du roi, Correspondance secrète de Louis XV avec ses agents diplomatiques, 1752-1774, Paris, Calmann-Lévy, 1879.

6 Cardinal de Fleury à Amelot, Secrétaire d’État, 13 août 1740, cité dans Duc de Broglie, ibid, p. 43.

7 Choiseul, op. cit., p. 152.

8 Ibid.

9 « Le duc de Mirepoix était vertueux mais borné. Ce qui étonne, c’est que le conseil du roi se soit fié aux relations d’un pareil ambassadeur et qu’on ait cru à Versailles la cours de Londres pacifique, tandis que toute l’Europe voyait clairement qu’elle allait nous déclarer la guerre » (ibid, p. 153).

10 Le marquis de La Galissonnière fut nommé gouverneur général du Canada de mai 1747 à novembre 1749. Il essaya d’y développer une politique active d’expansion territoriale et de lutte contre l’influence anglaise, en particulier dans la vallée de l’Ohio, en direction de la Louisiane, vers les Grands Lacs et vers l’Acadie.

11 François du Pont du Vivier de Gourville, seigneur en Acadie, a séjourné à Louisbourg et en Nouvelle-France. Il rentre en France en 1749.

12 Mémoires du marquis du Pont de Vivier sur l’agriculture aux colonies (1750), Archives du ministère des Affaires étrangères, collection « Mémoires et Documents » « Amérique », vol. 2, 1716-1754.

13 Rentré en France en décembre 1749, le marquis de La Galissonnière fut nommé commissaire du roi pour le règlement des frontières entre les colonies françaises et anglaises d’Amérique. Cette position et son expertise lui offrirent l’occasion de rédiger des mémoires dans lesquels il montra une remarquable lucidité sur la politique anglaise en Amérique du Nord et sur les richesses potentielles du Canada.

14 Marquis de La Galissonnière, Mémoires de Monsieur de La Galissonnière sur les colonies françaises de l’Amérique du Nord, décembre 1750, Archives du ministère des Affaires étrangères, coll. « Mémoires et Documents » « Amérique », vol. 2, 1716-1754.

15 Marquis de La Galissonnière, op. cit., « Article 2 : objections contre la conservation du Canada et de la Louisiane ».

16 On pourra lire Didier Terrien, Histoire économique de la France d’Ancien Régime, Paris, Hachette Supérieure, 1998.

17 Sur ce point, il faut noter que l’investissement de la France dans le Canada va croissant à partir de l’arrivée de l’intendant Bigot, bien que les retours d’investissement n’aillent pas de pair avec cette dot.

18 Résumé de la campagne du Canada par Sr de la…, 1757, vol. 10, folio 272.

19 Tableau des dépenses faites au Canada, 1754-1759, vol. 11.

20 Ibid.

21 En 1758, l’Angleterre attaque la France dans toutes ses possessions outre-mer : Saint-Louis du Sénégal, Louisbourg, Fort Duquesne, puis en 1759, c’est la prise de la Guadeloupe, et en 1761, l’Angleterre s’empare de la Martinique. La France est endettée, sous le coup d’une agitation janséniste et le roi survit à une tentative d’assassinat.

22 Marquis de Vaudreuil, Mémoires relatifs aux diverses contestations coloniales entre la France et l’Angleterre, 1759, vol. 21

23 Messieurs…. Avocats à la cour, Examen du projet de faire passer les habitants du Canada à la Louisiane (2 mémoires), 1759, vol. 24.

24 Rapport du général Murray au sujet de l’état du gouvernement de Québec, 5 juin 1762, dans Adam Shortt et Arthur G. Doughty, op. cit., p. 29-66.

25 Ibid., p. 31.

26 Rapport du général Gage, concernant le gouvernement de Montréal, 20 mars 1762, p. 81.

27 Murray, op. cit., p. 61.

28 Ibid., p. 59.

29 Pierre Gaxotte, op. cit., p. 238-239.

30 Voltaire, Correspondance, cité dans Pierre Gaxotte, ibid, p. 239.

31 Gage, op. cit., p. 82.

32 Choiseul à Egremont, 22 février 1762, Ministère des Affaires étrangères, « Mémoires et documents », sous-série France, Papiers Choiseul (1758-1769).

33 Choiseul au Comte de Viry pour Egremont, le 12 mai 1762.

34 Choiseul à Durand, 19 août 1768.

35 Choiseul à Durand, 24 août 1767, MAE, Correspondance diplomatique, Angleterre.

36 Choiseul, « Rapport de fin de charge au roi », 1770.

37 Albert, duc de Broglie (dir.), Le secret du Roi. La correspondance secrète de Louis XV avec ses agents diplomatiques, Paris, Calmann-Lévy, tome I, 1878, Duc de Broglie au roi Louis XV, Correspondance, « Plan d’invasion de l’Angleterre », avril 1763, p. 92.

38 Voltaire, Correspondance, cité par Gaxotte, op. cit., p. 239.

39 Ibid, p. 240.

40 Voir Cornelius De Witt, Thomas Jefferson. Étude historique de la démocratie américaine, Paris, Librairie Didier, 1861, annexes : correspondance de M. de Choiseul et M. de Vergennes.

41 Cité par Henri Doniol, Histoire de la participation de la France à l’établissement des États-Unis d’Amérique, correspondance diplomatique et documents, Paris, 1889, Mémoires de M. Vergennes à la fin de sa carrière, inventaire t. 446, no 33. On pourra aussi consulter utilement le travail de Marcel Trudel, Louis XVI, le congrès américain et le Canada, 1774-1789, Paris/Québec, Les Presses de l’Université Laval/Éditions du Quartier Latin, 1949.

42 Vergennes, Mémoires, dans Doniol, op. cit., t. 446, no 33.

43 Comte de Vergennes à son ambassadeur de Guines en Espagne, 7 août 1775.

44 Vergennes à Gérard, 29 mars 1778, cité dans Doniol, op. cit., p. 156 (nous soulignons).

45 27 mars 1778, instructions de Vergennes à d’Estaing.

46 Par ailleurs, il semblait demander aux Canadiens de façon ambiguë de ne pas prendre parti contre le roi de France : « Vous êtes nés Français, vous n’avez pu cesser de l’être […] vous forcer à porter malgré vous des mains parricides contre elle, serait le comble des malheurs, vous en êtes menacés. »

47 Gérard à d’Estaing, 1er novembre 1778.

48 Vergennes à La Luzerne, 25 septembre 1779.

49 Voir aussi A. Schalck De La Faverie, Napoléon et l’Amérique : histoire des relations franco-américaines spécialement envisagée au point de vue de l’influence napoléonienne (1688-1815), Paris, Payot, 1917.

50 Ministère des Affaires étrangères, Adresse de délégués canadiens à Napoléon, 1805, « Mémoires et documents », sous-série Angleterre, vol. 47 (1628-1805).

51 A. Schalck de la Faverie, Napoléon et l’Amérique, Paris, Payot, 1917,

52 Une guerre non déclarée s’engagea sur les mers à partir de juin 1798.

53 Voir Françoise Le Jeune, « Lecture par la presse française des rébellions nationalistes canadiennes (1837-38) », Revue d’Histoire de l’Amérique française, vol. 56, no 4, printemps 2003, p. 482-512. Nous reprenons ici quelques citations extraites du journal Le National.

54 Lettre de Tocqueville à l’abbé Le Sueur, Albany, 7 septembre 1831, publiée dans Jacques Vallée, Tocqueville au Bas-Canada, Montréal, édition du jour, 1973, p. 122 (nous soulignons).

55 Tocqueville à Reeve, secrétaire du Privy Council, 3 janvier 1838, publié dans Jacques Vallée, ibid, p. 135.

56 Le National, article du 2 septembre 1837, collection journaux et périodiques, Bibliothèque nationale de France.

57 Ibid., 7 novembre 1837.

58 Ibid., 19 janvier 1838.

59 Ibid., 31 octobre 1837 (nous soulignons).

60 Ibid., 19 janvier 1838.

61 Ibid., 11 décembre 1837 (nous soulignons).

62 Archives du Quai d’Orsay, correspondance diplomatique, Angleterre, volume 650, octobre 1837-juin 1838.

63 Sébastiani au comte Molé, 5 janvier 1838.

64 Ibid.

65 Le National, 9 mars 1839.

66 Extraits de la correspondance de Julie Papineau à Louis-Joseph, lettre du 4 mars 1839, dans Renée Blanchet, Julie Papineau, Une femme patriote, correspondance 1823-1862, Sillery, Septentrion, 1997. Voir F. Le Jeune, « Paroles de femmes dans la tourmente des rébellions canadiennes », dans Evelyne Hanquart-Turner, Violence d’état, paroles libératrices et colonialismes, Paris, Éditions A3, 2006, p. 27-68.

67 Yvan Lamonde « L’exil dans l’exil, Le séjour de Louis-Joseph Papineau à Paris », dans Yvan Lamonde et Didier Poton (dir.), La Capricieuse (1855), poupe et proue, Québec, Université Laval, 2006, p. 133-176.

68 Julie Papineau à Louis-Joseph, Une femme patriote, op. cit., 16 mai 1839.

69 Michel L. Deville, Voyages dans l’Amérique septentrionale, États Unis et Canada (1854-1855), dans Nouveau journal des voyages, Paris, Libraire Hachette, coll. « Le tour du monde », 1855, p. 249.

70 Joseph-Guillaume Barthe, dans Le Canada reconquis par la France, souligne les stéréotypes que Xavier Marmier a accumulés dans son récit de voyage au Bas-Canada : « Xavier Marmier, littérateur élégant, publiciste estimé, et voyageur dilettante décrit le Bas-Canada comme un pays de cocagne et lui prête des mœurs si naïves qu’elles le feraient croire à peine sorti des temps primitifs, comme dans une enfance un peu trop voisine du bon roi Dagobert » (Paris, Librairie Le Doyen, 1855, p. 310).

71 Deville, op. cit., p. 251.

72 La particule est rajoutée à son nom par de Belvèze lui-même.

73 De Belvèze explique qu’il avait préféré accepter « l’offre faite par M. Baby, armateur des steamers remorqueurs, de me conduire à Montréal sur un de ses bateaux à vapeur ». Ses réticences concernent le « curage du lac St Pierre » dont les travaux en cours n’offraient pas de garanties suffisantes pour de Belvèze, « malgré les détails et les assurances qui m’étaient donnés par l’ingénieur de la Compagnie, venu à cet effet à Québec », (propos cités par Henri Cangardel, « Voyages de La Capricieuse dans les eaux du St Laurent en 1855 », Communications et Mémoires, Académie de Marine, juin 1947, p. 9.

74 Cangardel reste imprécis sur les sources qu’il consulte aux archives de la Marine, mais il fait néanmoins référence à un courrier du ministère de la Marine, du capitaine Hamelin à de Belvèze en date du 28 avril 1855, ibid, p. 3

75 Henri Cangardel, op. cit., p. 2.

76 Voir Thomas Sterry Hunt et Joseph-Charles Taché, Le Canada et l’Exposition universelle de 1855, Toronto, 1856.

77 Il s’agissait d’un échafaudage (voire d’un totem) décrit ainsi dans le catalogue de l’exposition : « À la base se rangent des barriques remplies de denrées alimentaires, céréales, viandes et poissons conservés ; sur la partie supérieure s’élève un faisceau de billes de bois de construction qui supportent les outils de l’agriculteur et du bûcheron ; enfin des pelleteries entremêlées aux pavillons britanniques couronnent le sommet. »

78 Catalogue de l’Exposition universelle de Paris 1855, archives du Centre National des Arts et Métiers. Le Canada occupait les travées 10 à 13.

79 Louis Dussieux, Le Canada sous la domination française d’après les archives de la marine et de la guerre, Paris, Librairie Jacques Lecoffre (1855), 1862, p. 62.

80 En complément de notre travail de recherche dans les archives diplomatiques, nous nous appuyons ici en partie sur l’article de Jean-François de Raymond, « La Capricieuse dans les archives diplomatiques françaises. L’initiative et la décision », dans Lamonde et Poton (dir.), op. cit., p. 211-226.

81 Ministère des Affaires étrangères, « Mémoires et Documents » « Angleterre », 1854-1855, vol. 106.

82 Belvèze, Archives de la Marine, BB4.685, cité par Jean-François de Raymond, ibid.

83 Ministère des Affaires étrangères, op. cit., vol. 106.

84 Vingt jours plus tard, Alexandre Walewski remplace Drouyn de Lhuys au ministère des Affaires étrangères. On peut rappeler que Walewski était l’auteur d’un mémoire sur l’alliance franco-anglaise.

85 Archives de la Marine, instruction d’Hamelin à de Belvèze, 28 avril 1855, cité par de Raymond, op. cit., p. 222.

86 « Le fait est que j’ai fait là le métier d’un souverain qui visite ses États […] », extrait d’une lettre de de Belvèze à Rohault de Fleury, 29 août 1855, cité par Cangardel, op. cit., p. 19.

87 Correspondance avec Rohault de Fleury, ibid.

88 Cangardel, op. cit., p. 2.

Table des illustrations

Légende Vue perspective des Réjouissances faites sur l’Eau pour la publication de la Paix vis-a-vis le Palais Bourbon à Paris (no 130)A Paris chez J. Chereau rue St. Jacques au-dessus de la Fontaine Saint-Severin aux 2 Colonnes no 257. Collection de l’honorable Serge Joyal.Dix vues optiques illustrant les différentes célébrations entourant la signature du traité de Paris (1763)Le procédé des vues optiques, popularisé vers le milieu du XVIIIe siècle, consistait à présenter sur les places publiques des gravures couleur dans des boîtes fermées et munies d’une lentille réfléchissante qui en faisait apparaître la troisième dimension, donnant à la scène un caractère réel. Les spectateurs payaient quelques centimes pour ainsi observer à travers deux ouvertures oculaires les différents événements, pays ou villes qu’ils n’auraient probablement jamais l’occasion de voir de leur vivant. Cette série de dix vues optiques, rassemblée ici pour la première fois, est la plus nombreuse et diversifiée qui ait été consacrée à un seul et même événement, soit la fin de la guerre de Sept Ans par la signature du traité de Paris en 1763, et, incidemment, la cession du Canada par la France. Autant de scènes différentes qui se déroulent sous les yeux du spectateur comme un documentaire de nouvelles cherchant à stimuler l’enthousiasme populaire pour la paix enfin signée après une guerre qui greva sérieusement le Trésor public, et pour une colonie qui coûtait plus qu’elle ne rapportait à la Couronne de France. C’était donc un soulagement qui survenait après des années de rapports négatifs transmis aux Conseillers du Roi recommandant de mettre fin à l’aventure coloniale de la Nouvelle-France en Amérique. Il faut noter qu’au moins trois ateliers de graveurs établis à Paris publiant des vues optiques ont diffusé des vues reliées à cet évènement : André Basset, Jacques Chéreau et Mondhare, établis rue Saint-Jacques, quartier des graveurs à Paris. Cela fait du traité de Paris l’un des évènements les plus largement médiatisés.Gravures rehaussées à l’aquarelle ; impression c. 1763.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Légende César Gabriel de Choiseul, duc de Praslin (1712-1785)Ministre des Affaires étrangères (1761-1766) de Louis XV et responsable des négociations ayant mené à la conclusion du traité de Paris en 1763, il était convaincu que la colonie canadienne grevait indûment le Trésor royal, que les coûts associés à sa défense exerçaient une pression financière trop importante et que le royaume faisait face à une crise monétaire interne marquée par une grave pénurie de devises. Il était aussi le porte-parole auprès du roi des penseurs et philosophes qui recommandaient de céder les colonies américaines, Voltaire à leur tête.© Réunion des Musées nationaux, France/Art Resource, NY.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Vuë Perspective des fêtes jeux et Feux d’Artifice sur l’eau, entre la place de Louis XV. le bien aimé, et le Palais de Bourbon, à l’occasion de la Paix (no 5)A Paris chez J. Chereau rue St. Jacques au dessus de la Fontaine St. Severin aux 2 Colonnes no 257. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Vue perspective de la Salle des Festins de Versailles en Réjouissance de la Paix en 1763 (no 129)A Paris chez Chereau rue St. Jacques au dessus de la Fontaine St. Severin aux 2 Colonnes no 257. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Légende Vue de l’Ordre et de la Marche des Cérémonies qui doivent etre observées le jour de la Publication de la Paix a la Place de Louis XV (no 9)A Paris chez J. Chereau rue St. Jacques au dessus de la Fontaine St. Severin aux 2 Colonnes. no 257. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Légende Publication de la Paix a la Place des Victoires A Paris le 22 juin 1763A Paris chez Mondhare rue S. Jacques à l’Hôtel Saumur. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Légende Vue de la Marche Cérémoniale observée pour la Publication de la Paix, en arrivant à l’Hôtel de Ville à Paris (no 57)A Paris chez Basset rue S. Jacques a Se. Geneviève. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende Voltaire (1694-1778)Le célèbre philosophe des Lumières était un adversaire acharné du Canada, qu’il dénonçait constamment dans ses écrits et ses interventions auprès des personnages influents de la Cour. Ses opinions étaient aussi motivées par ses intérêts financiers personnels : il détenait des investissements importants dans une entreprise qui faisait le commerce avec les îles sucrières, la Martinique et la Guadeloupe.Buste en terre cuite à patine brune, début du XIXe siècle, d’après le buste de Jean Antoine Houdon. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Decoration perspective des Illuminations de la Place de Louis XV. faites le 22 Juin 1763A Paris chez Mondhare rue S. Jacques a l’Hotel Saumur. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Carte de l’Amérique du Nord après la conclusion du traité de Paris (1763)La carte fait voir la distribution des différentes possessions de la Grande-Bretagne, de la France et de l’Espagne en Amérique du Nord, à la suite de la conclusion du traité de Paris, le 10 février 1763 ; les colonies américaines apparaissent bloquées dans leur expansion vers l’ouest par une ligne du Nord au Sud au-delà de laquelle l’ancien territoire français est attribué à la nouvelle colonie britannique. Cette distribution du territoire qui empêchera l’expansion américaine sera l’une des causes de la Révolution conduisant à l’indépendance des États-Unis et à la signature du traité de Paris en 1783.Carte d’Eman Bowen, géographe de Sa Majesté, gravée par John Gibson, 1763. Collection Bibliothèque et Archives Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Légende Vue d’un Feu d’Artifice tiré devant l’Hôtel de Ville en réjouissance de la Paix (no 61)A Paris chez Basset rue S. Jacques à Se. Geneviève. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Légende Charles Gravier, comte de Vergennes (1717-1787)Ministre des Affaires étrangères (1774-1781) de Louis XVI, stratège de la position française dans le conflit opposant la Grande-Bretagne à sa colonie américaine lors de la Guerre d’Indépendance, en 1775. Tout au long du conflit, il entretient l’ambiguïté de la position de la France concernant son intérêt réel à récupérer son ancienne colonie canadienne. Au moment de la négociation du traité de Paris de 1783, la France ne désirait pas reprendre possession du Canada, et les Américains ne l’exigèrent pas non plus.© Réunion des Musées nationaux, France/Art Resource, NY.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Décoration du Feu d’Artifice tiré à Londres en Rejouissance de la Paix en1763A Paris chez Mondhare rue S. Jacques à l’Hôtel de Saumur. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Légende Décoration perspective de l’Illumination exécutée dans le Jardin Royal à Madrid à l’occasion de la Paix conclue par le traité de Versailles du 10 février 1763A Paris chez Mondhare rue S. Jacques a l’Hôtel Saumur. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Conrad-Alexandre Gérard de Rayneval (Gérard) (1729-1790)Premier ministre plénipotentiaire de la France aux États-Unis en 1778, après la proclamation de l’indépendance des Treize colonies. Pendant tout le conflit et en exécution des instructions reçues de Vergennes, Gérard entretient l’ambiguïté à propos de l’attitude de la France concernant le Canada. En réalité, celle-ci n’avait aucune intention de reprendre son ancienne colonie et souhaitait qu’elle restât aux mains de la Grande- Bretagne.Portrait peint par Charles Willson Peale, 1779. Collection de l’Independence National Historical Park, Philadelphie, Pennsylvanie.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Carte des colonies britanniques par John Mitchell (4e édition, 1775)Conservée secrètement pendant cent ans dans les Archives royales diplomatiques de la Grande-Bretagne, cette carte présente les trois options (sous la forme de tracés bien distincts) de concession que les représentants du roi George III à Paris gardaient confidentielle lors des négociations devant mettre fin à la Guerre d’Indépendance américaine, à utiliser selon l’évolution des pourparlers. La lecture attentive de l’un des tracés de lignes rouges révèle qu’à la limite, si elle avait été acculée à ce compromis, la Grande-Bretagne aurait été disposée à céder la plus grande partie du territoire canadien, y compris Toronto, Montréal et toute sa rive sud, ainsi que tout le territoire des trois provinces maritimes. Si les négociateurs américains avaient été informés de cette possibilité, l’avenir du Canada aurait été fondamentalement bouleversé. On comprend pourquoi cette carte est demeurée si longtemps scellée dans les Archives royales.Publiée avec la permission de Lez Smart (Maps That Made History,Toronto, Dundurn, 2005).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Légende Carte de l’Amérique du Nord par R. Wilkinson (1804)Après avoir acheté la Louisiane de Napoléon Bonaparte le 30 avril 1803, les États-Unis d’Amérique auront consolidé leur façade atlantique. Cette carte de 1804 fait voir ce qu’il leur reste à conquérir pour réaliser éventuellement le Manifest Destiny, ambition formulée entre autres par le président démocrate Andrew Jackson (1829-1837). Près des deux tiers du territoire américain restent encore à conquérir ; il le sera par la force des armes à la suite de nombreux conflits avec les populations amérindiennes de l’Ouest et avec le Mexique.« North America », carte dessinée à Londres, publiée le 12 août 1804. Collection Bibliothèque et Archives Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Légende Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838)Conseiller en relations extérieures du Premier consul Bonaparte sous le Consulat (1799-1804) et Grand Chambellan de l’Empereur Napoléon Ier sous l’Empire (1804-1814), responsable de l’élaboration de la politique étrangère de l’Empire. Il recommande à Napoléon Ier la vente de la Louisiane en 1803 pour quinze millions de dollars américains, à l’époque un territoire représentant près de quatre fois la superficie totale de la France métropolitaine. Il n’entrait pas dans les vues du Premier consul d’ouvrir un front contre l’Angleterre en Amérique. Les deux pétitions de Canadiens transmises à Napoléon le priant d’envoyer la flotte française dans le Saint-Laurent sont restées lettre morte.© Réunion des Musées nationaux, France/Art Resource, NY.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Comte Louis-Mathieu Molé (1781-1855)Ministre des Affaires étrangères (1836-1839) du roi Louis-Philippe Ier. Après consultations entre l’ambassadeur de France à Londres et le Foreign Office, il recommande au roi de ne prendre aucune décision qui aurait pour effet de remettre en cause la bonne entente prévalant entre la France et l’Angleterre, soulignée par la visite de la jeune reine Victoria en France en 1843 (première visite d’un monarque anglais en France depuis le couronnement du roi Henri IV en 1431). Les demandes d’aide de Louis-Joseph Papineau, présent à Paris, demeureront donc vaines.© Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Édouard Drouyn de Lhuys (1805-1881)Ministre des Affaires étrangères (1852-1855 et 1862-1866) de l’Empereur Napoléon III. Il est responsable de s’assurer que l’initiative de la France d’autoriser qu’une corvette française remonte le fleuve Saint-Laurent en 1855 et d’ouvrir par la suite un consulat à Québec pour favoriser les relations commerciales n’entache d’aucune manière les bonnes relations entre la France et l’Angleterre, unies contre la Russie pendant la guerre de Crimée.© Réunion des Musées nationaux, France/Art Resource, NY.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16696/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

Auteur

Professeure de civilisations britannique et nord-américaine (XVIIIe et XIXe siècles). Elle enseigne l’histoire de l’Empire et l’histoire du Canada à l’Université de Nantes, où elle est vice-présidente de l’Université pour les relations internationales, et également directrice du Centre d’études sur le Canada. Angliciste, elle est spécialiste de l’Empire britannique et travaille sur le développement de l’Empire en Amérique du Nord aux XVIIIe et XIXe siècles. Elle s’intéresse particulièrement aux théories sur la colonisation, ainsi qu’à la circulation des idées et des informations dans une dimension transatlantique, à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle. Quant à l’histoire du Canada français, son travail a porté sur l’impact des rébellions de 1837-1838 sur la redéfinition des politiques impériales britanniques. Elle est éditrice de la collection « Canadensis », dont les ouvrages portent sur les recherches européennes et nord-américaines en études canadiennes (3 volumes publiés à ce jour.)

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search