Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Canada-Québec

 | 
Serge Joyal
, 
Paul-André Linteau

Chapitre 2. L’héritage laissé par la France au Canada en 1763

John A. Dickinson

Texte intégral

1Depuis cinq siècles, des Français fréquentent l’Amérique du Nord, et ils ont établi leur premier comptoir permanent il y a déjà quatre siècles. Cependant, la période pendant laquelle la France a véritablement pu établir un héritage durable est relativement courte : elle s’étend essentiellement de 1632 à 1760. Quelle est donc l’empreinte laissée par la France en Amérique du Nord ? La première trace est toponymique et rappelle que l’appropriation de ce Nouveau Monde par les Européens passe d’abord par une reconfiguration linguistique qui tend à faire disparaître l’empreinte des Premières Nations. La trace la plus importante est cependant démographique : quelques milliers d’immigrants ont jeté les bases de la population franco-américaine, dont une partie importante conserve la langue de Molière et travaille à sa promotion sur un continent réputé anglo-saxon. La plupart des apports institutionnels de la France disparaissent à la Conquête, mais la tradition du droit civil et du notariat perdure encore de nos jours au Québec. Enfin, créé par une impulsion missionnaire, le Canada accorde toujours une place importante à l’Église catholique et à sa spiritualité marquée par le renouveau catholique français du XVIIe siècle.

2Si l’État français s’intéresse épisodiquement à l’Amérique depuis le voyage de Giovanni da Verrazano en 1524, ce n’est qu’en 1627, avec la fondation de la Compagnie des Cent-Associés, que l’implication de la couronne prend vraiment forme. Et encore faut-il attendre la prise en main de la colonie par Louis XIV, en 1663, pour voir la royauté assumer un tant soit peu ses responsabilités envers les hommes et les femmes qui luttent depuis une trentaine d’années déjà pour y assurer une présence française. Un siècle plus tard, avec la signature du traité de Paris, le 10 septembre 1763, la couronne française se retire de l’Amérique du Nord, ne gardant que la possession de Saint-Pierre et Miquelon ainsi que des droits de pêche sur les rivages de Terre-Neuve. Mais tout comme il ne fallait pas attendre 1627 pour que les Français exploitent et transforment le Nouveau Monde, la cession de 1763 n’efface pas l’empreinte française sur l’Amérique septentrionale.

3Comme nous l’avons mentionné, la première empreinte durable que laissent les Français est d’ordre toponymique. Avant même l’implication de la couronne, les activités hauturières de pêcheurs bretons leur méritent la désignation d’une grande île, l’île du Cap-Breton. Autour de Terre-Neuve, des îles, des havres et des caps portent des noms donnés par les dizaines de milliers de pêcheurs normands, bretons et basques qui fréquentent ces côtes depuis le début du XVIe siècle et dont l’usage s’est pérennisé. Belle Isle, baie Notre-Dame et Port aux Basques sont parmi les noms que tout habitant de Terre-Neuve reconnaît et qu’on doit aux marins français.

  • 1 Christian Morissonneau, « L’œuvre de Jacques Cartier », dans Fernand Braudel et al., Le Monde de Ja (...)

4Les expéditions officielles laissent une trace plus visible dans les récits et sur les cartes qui servent à justifier des revendications territoriales et contribuent à franciser le continent. Si la majorité des lieux baptisés par Verrazano le long du littoral entre la Floride et l’île du Cap-Breton, en 1524, a été remplacée depuis, nous lui devons le toponyme Nouvelle-France et d’autres, comme l’Acadie, qui sont restés. L’héritage des trois voyages de Jacques Cartier (1534-1542), le premier à laisser une description du golfe et du fleuve qui, par une erreur cartographique, reçoit le nom d’une baie de la Côte-Nord, le Saint-Laurent, est un peu plus important. En effet, 27 toponymes de Cartier ont traversé les siècles. Outre la voie de pénétration par excellence pour atteindre le cœur du continent, on lui doit, entre autres, le Canada (qui, à l’époque, ne désignait que la région autour de Québec), la baie des Chaleurs, L’Isleaux-Coudres et le cap Diamant. Certes, il conserve plusieurs toponymes amérindiens, comme Québec et Saguenay, mais l’appropriation du Nouveau Monde passe par l’imposition d’une empreinte issue de la royauté, des hommes politiques contemporains, de la civilisation chrétienne de la France et de la flore européenne1.

  • 2 Christian Morissonneau, « La toponymie de Champlain », dans Raymonde Litalien et Denis Vaugeois (di (...)

5Cette toponymie française s’enrichit avec les récits et les cartes de Samuel de Champlain, largement diffusés en Europe, qui imposent une nomenclature française encore en usage de nos jours. On n’a qu’à penser au lac qui porte le nom du découvreur, à Québec, premier lieu d’établissement devenu ville et qui a donné son nom à la province sous le Régime britannique. Cependant, la toponymie de Champlain résiste assez peu à l’assaut du besoin de commémoration. Par exemple, la rivière baptisée au nom des ennemis iroquois qu’il y avait rencontrés en 1609 devient Richelieu en l’honneur du ministre qui, enfin, élabora une politique coloniale digne d’une grande puissance européenne au début des années 1640. Par la suite, l’installation de colons provoque une prolifération de noms français, souvent à connotation religieuse, comme Sainte-Anne, mais aussi politique comme Montmagny en l’honneur du deuxième gouverneur, ou encore faisant référence à la flore locale, comme c’est le cas des deux pointes aux Trembles. Ainsi, de la baie Notre-Dame à Terre-Neuve en passant par Montréal, Détroit, Saint-Louis et la Nouvelle-Orléans, l’Amérique septentrionale se dote d’une toponymie française qui a résisté à l’épreuve du temps. Depuis près d’un siècle, la Commission de toponymie du Québec, héritière de cette tradition, veille à préserver et à étendre les toponymes francophones2.

  • 3 Cette dénomination comprend les pêcheries à Terre-Neuve, au Labrador et de l’Acadie sur la façade a (...)
  • 4 Robert Mandrou, « Les Français hors de France », Annales Économies Sociétés Civilisations, no 14, 1 (...)
  • 5 John A. Dickinson, « Les Amérindiens et les débuts de la Nouvelle-France », dans Giovanni Dotoli (d (...)
  • 6 Hélène Vézina, Marc Tremblay, Bertrand Desjardins et Louis Houde, « Origines et contributions génét (...)

6Imposer des noms à un continent dont les Premières Nations se souciaient peu des prétentions impériales de la France était chose relativement facile, d’autant plus que les cartes où figurait cette nomenclature étaient destinées à un auditoire européen et non pas local. Enraciner une présence française était chose plus difficile. Périphérique dans le monde atlantique, la Nouvelle-France3 peine à trouver une vocation qui puisse la valoriser aux yeux de la métropole et n’a jamais pu concurrencer l’attrait des îles tropicales (principalement la Martinique et la Guadeloupe au XVIIe siècle, et Saint-Domingue au XVIIIe) dans le choix des émigrants ; en effet, plus de sept fois plus d’entre eux, partant de La Rochelle, principal port de départ pour le Canada, choisissent les Antilles avant 16804. Du temps de Champlain, les établissements en Acadie et le long du Saint-Laurent ne dépassent guère quelques centaines de personnes, dont beaucoup sont des engagés qui retournent en France au bout de leur contrat d’engagement de 36 mois. Ce n’est qu’après la libéralisation de l’accès à la traite des fourrures (1645) et la première trêve dans les guerres avec les Iroquois (1653) que les engagés optent pour un établissement définitif. Néanmoins, le nombre demeure toujours faible, car il manque des femmes pour assurer un établissement durable et lors de la démission de la Compagnie des Cent-Associés au profit du roi en 1663, la population dépasse à peine 3 000 résidents permanents5. Néanmoins, l’apport de ces premiers immigrants dans le pool génétique québécois est décisif, car ils sont à l’origine des deux tiers des francophones d’Amérique. D’ailleurs, près de 99 % des Québécois actuels ont un ancêtre fondateur ou une ancêtre fondatrice mariés avant 17006.

  • 7 Hubert Charbonneau et Normand Robert, « Origines françaises de la population canadienne, 1608-1759  (...)

7Ces ancêtres viennent essentiellement de l’ouest de la France. Plus des deux tiers des immigrants ont pour origine Paris et l’Île-de-France, la Normandie, le Perche, les anciennes provinces de Saintonge et d’Aunis. Presque toutes les autres régions de France sont représentées, mais l’arrivée tardive d’immigrants du Sud et de l’Est fait en sorte que ces régions sont moins présentes dans la source génétique. D’autres régions qu’on associe souvent à l’émigration vers le Canada, telle la Bretagne (environ 5 % des immigrants, mais surtout au XVIIIe siècle), contribuent beaucoup moins qu’on ne le pense7.

  • 8 Jack Verney, The Good Regiment. The Carignan-Salières Regiment in Canada, 1665-1668, Kingston/Montr (...)
  • 9 Yves Landry, Les filles du roi en Nouvelle-France : étude démographique, Montréal, Leméac, 1992.
  • 10 Bertrand Desjardins, « Homogénéité ethnique de la population québécoise sous le Régime français », (...)

8L’avènement du régime royal est associé à l’arrivée d’immigrants, mais il faut reconnaître que l’effort demeure modeste. Environ 2 000 travailleurs, de 400 à 500 soldats8, 770 « filles du roi », surtout tirées des orphelinats de Paris et de Rouen9, viennent grossir la population. Mais même après ce recrutement, le rapport de masculinité demeure défavorable, avec plus de deux hommes pour chaque fille nubile. De Champlain à Colbert, les responsables politiques espèrent toujours intégrer les populations autochtones dans la population coloniale et encourager les mariages entre Français et Amérindiennes converties. Or, si les premiers ont souvent des liaisons avec les secondes, il y a peu de mariages devant un curé — une centaine pendant tout le Régime français. Qui plus est, les enfants issus de ces unions sont intégrés dans la communauté de leur mère10. Sans pouvoir trouver une femme dans la colonie, les hommes partent nombreux pour l’Ouest où ils font la traite des fourrures et adoptent le mode de vie amérindien ; ce sont les coureurs de bois.

  • 11 Jean Talon au Ministre, 2 novembre 1671, « Correspondance échangée entre la cour de France et l’int (...)
  • 12 Jacques Mathieu, La construction navale royale à Québec, 1739-1759, Québec, Société historique de Q (...)
  • 13 Mario Boléda, « Trente mille Français à la conquête du Saint-Laurent », Histoire sociale/Social His (...)
  • 14 John A. Dickinson, « Les réfugiés acadiens au Canada », Études canadiennes/Canadian Studies, no 37, (...)
  • 15 Robert Larin, Canadiens en Guyane, 1754-1805, Sillery/Paris, Septentrion/Presses universitaires Par (...)

9Certes, pendant la décennie 1663-1672, la population grimpe de 3 000 à près de 7 000 habitants dans la vallée du Saint-Laurent, et de 500 à 650 en Acadie, mais c’est toujours beaucoup moins que les autres colonies françaises en Amérique, tandis que les possessions anglaises dépassent largement les 100 000 à la même époque. On accuse souvent Colbert de ne pas avoir développé la colonie : il écrit, en effet, qu’il ne fallait pas dépeupler la France pour peupler le Canada. Mais le premier intendant, Jean Talon, est également responsable. Voulant faire plaisir à son ministre, il affirme, en 1671 : « il y a lieu de croire que sans autre secours de filles de France, ce pays produira plus de cent [mariages] dans les premières années et beaucoup au-delà… J’estime qu’il n’est pas à propos d’envoyer de filles l’année prochaine », alors que le rapport entre hommes et filles nubiles demeure toujours de deux pour un11. Le début des guerres franco-hollandaises en 1672 sonne le glas du recrutement subventionné des immigrants. Désormais, l’immigration française se restreint aux soldats démobilisés et à quelques artisans recrutés pour lancer de nouvelles industries, comme la construction navale ou la production de fer aux forges de Saint-Maurice12. Malgré le déséquilibre des sexes qui persiste jusqu’au tournant du XVIIIe siècle, aucune immigration féminine n’est encouragée. Au total, les Français qui s’installent au Canada pendant toute la période 1608-1760 ne dépassent pas les 10 000, même si plus de trois fois ce nombre a traversé l’océan pour passer au moins un hiver au Canada. Les émigrants vers le Canada ne représentent donc qu’un Français sur 100 00013. À ceux-ci, il faut ajouter les Acadiens, chassés de leurs terres de 1755 à 1760. Près de 2 000 réfugiés gagnent le Canada avant la Conquête et un millier arrive de l’exil dans les treize colonies de 1766 à 178014. Ceux-ci ne dédommagent pas, toutefois, les quelque 4 000 personnes ayant vécu au Canada qui repassent de gré ou de force en France de 1754 à 176415.

10L’absence d’un courant migratoire continu affaiblit les liens entre la métropole et sa colonie sans que les gens s’en aperçoivent à l’époque. La première génération venue au Canada disparaît au tournant du XVIIIe siècle, et avec elle s’évanouit la mémoire vivante du pays des ancêtres. La société de la Nouvelle-France devient une société « créole » où plusieurs référents socioculturels disparaissent. Les contacts directs avec la famille s’interrompent et un voyage coûteux et périlleux empêche même les habitants d’aller quérir les héritages qui leur sont dus. Au moment de la conquête britannique en 1760, il n’y a que les soldats qui ont vécu en France ; pour la grande majorité des gens, leur France est américaine.

  • 16 Jan Noel, « New France: les femmes favorisées », dans Veronica Strong-Boag et Anita Clair Feldman ( (...)
  • 17 John A. Dickinson, « Veuvage et orphelinat chez les Acadiennes et les Acadiens réfugiés en Nouvelle (...)
  • 18 Josette Brun, Vie et mort du couple en Nouvelle-France : Québec et Louisbourg au XVIIIe siècle, Mon (...)

11Le déséquilibre des sexes a poussé certains historiens à parler d’une société de « femmes favorisées16 », car elles auraient été en position de force pour trouver un mari et imposer leur volonté. Aussi, les activités dans la traite des fourrures et l’absence fréquente des négociants en France confèrent aux femmes un rôle important dans la gestion des affaires et du patrimoine. Toutefois, s’il est vrai que les filles du roi avaient le loisir de choisir le mari qui leur convenait le plus, cette situation s’estompe au début du XVIIIe siècle, alors que l’équilibre entre hommes et femmes est atteint. Par la suite, les femmes ont peu d’avantages, sauf pendant la guerre de Sept Ans, alors que l’arrivée massive de troupes recrée une situation analogue à celle des débuts de la colonie et favorise le remariage des veuves17. Les femmes gestionnaires existent, mais il ne faut pas exagérer leur nombre. En général, les femmes dépendent de leur mari et les veuves peinent à survivre à sa disparition ; que ce soit à Louisbourg ou à Québec, le veuvage signifie le plus souvent une dégringolade vers la pauvreté18.

12Malgré le peu d’effectifs, la période pionnière avant 1663 s’avère très importante du point de vue institutionnel en créant les cadres essentiels qui persisteront pendant tout le Régime français et même au-delà. Dès l’arrivée des premiers notaires dans les années 1640, la Coutume de Paris est largement suivie et deviendra la seule coutume autorisée à partir de 1664. Ce droit touche surtout les domaines familial et patrimonial (contrairement à une idée largement répandue, il ne concerne en rien le criminel et très peu le commercial) et aura une influence profonde sur la mentalité québécoise. C’est ce droit qui impose les contours du régime seigneurial suivi dans la colonie jusqu’à son abolition en 1854, mais aussi la succession égalitaire entre les fils et filles des roturiers.

  • 19 Sur le régime seigneurial, voir Richard Colebrook Harris, The Seigneurial System in Early Canada, M (...)

13Si la seigneurie devait reproduire les structures sociales métropolitaines avec une noblesse terrienne au sommet de la pyramide sociale, le faible développement démographique de la colonie ne permet pas à la noblesse coloniale de vivre de la rente foncière19. Les seigneurs trouvent leur revenu principal dans le service du roi, surtout comme officiers dans les troupes franches de la Marine. Ainsi, peu d’entre eux résidaient sur leurs terres et leur influence politique et sociale dans les collectivités locales était minime avant le XIXe siècle alors qu’ils devaient lutter avec d’autres élites locales pour le prestige et le pouvoir. Ainsi, l’empreinte principale du régime seigneurial ne se trouve pas dans les structures sociales, mais dans les structures foncières. La première chose que remarquent les visiteurs en survolant le Québec est la forme des exploitations agricoles en parallélogrammes perpendiculaires au fleuve Saint- Laurent et à ces principaux affluents. Ce schéma est clairement identifiable dans la première carte détaillée des terres entre Québec et le cap Tourmente dressée par Jean Bourdon vers 1641. Suivant un modèle élaboré au Moyen Âge lors de la mise en culture de nouvelles friches, notamment dans le pays de Caux, cette méthode de distribution des terres comportait deux avantages pour la colonie : elle en facilitait la distribution et l’arpentage et permettait à chacun, du moins dans les débuts, d’avoir accès au fleuve, principale voie communication. Après la concession de toutes les terres le long du un fleuve (ou d’un affluent important), une deuxième côte (qu’on appelle aussi unrang) s’ouvre derrière. Dans la plupart des seigneuries, les terres avaient des tailles semblables qui permettaient à chaque famille d’établir une exploitation agricole autonome et de disposer d’une réserve en bois pour les besoins du chauffage domestique. Les modalités de transmission étaient diverses, mais, en général, un fils héritait de la terre paternelle, tandis que les autres s’établissaient sur de nouvelles concessions dans le voisinage. Pendant tout le Régime français, la disponibilité de terres vierges a permis de maintenir ces stratégies qui garantissaient l’égalitarisme au sein de la paysannerie.

Le Sceau en cire rouge original du Conseil souverain (XVIIe siècle)
En 1663, Louis XIV confie l’administration des affaires intérieures de la Nouvelle-France à un Conseil souverain formé du gouverneur de la Colonie, de l’évêque, et de cinq conseillers. Siégeant à Québec au château Saint-Louis, résidence du gouverneur, le Conseil souverain est l’organisme qui supervisera la mise en place des politiques de développement du commerce avec les Autochtones, des ordonnances du ministère de la Marine responsable des colonies, et les affaires civiles et de police destinées à maintenir l’ordre public et la justice coloniale.
Reproduit de Le rapatriement de la Constitution de 1982 : reportage photographique, Ottawa, Secrétariat d’Etat du Canada, 1982, ill. 36, p. 30.

  • 20 John Alexander Dickinson, Justice et justiciables. La procédure à la prévôté de Québec, 1667-1759, (...)
  • 21 John A. Dickinson, « La justice seigneuriale en Nouvelle-France : le cas de Notre-Damedes-Anges », (...)

14Les institutions judiciaires se mettent également en place. Le Conseil de Québec, créé en 1647, qui comprend le gouverneur, le supérieur des jésuites, le gouverneur de Montréal et des membres de l’oligarchie coloniale, préfigure le premier Conseil souverain mis en place en 1663. La sénéchaussée de Québec, formée en 1651, est l’ancêtre de la prévôté, d’autant plus que les officiers les plus importants sont reconduits dans ce tribunal qui devient royal en 167720. L’usage de concéder des seigneuries avec le droit de haute, moyenne et basse justice s’implante, et plusieurs cours seigneuriales, dont celles de Notre-Dame-des-Anges et de Beauport, ouvrent leurs portes et demeureront des institutions de justice de proximité jusqu’à la Conquête21.

  • 22 Louis Lavallée, « La vie et la pratique d’un notaire rural sous le régime français : le cas de Guil (...)
  • 23 Claude de Ferrière, La science parfaite des notaires ou le parfait notaire, Paris, Babuty, 1771, vo (...)
  • 24 Dominique Boily, « La pratique notariale en Nouvelle-France », mémoire de M.A., Université de Montr (...)

15Plus important que la création de ces institutions est l’enracinement du notariat. Mal organisée dans les premières années, la profession se structure après le début du régime royal. Des notaires urbains dressent les actes pour les bourgeois et les habitants des campagnes proches de la ville. Plusieurs seigneurs dotent leurs domaines de notaires seigneuriaux qui s’occupent de la gestion seigneuriale et des affaires personnelles et familiales des paysans22. Au fur et à mesure du développement démographique, les intendants nomment des notaires royaux dans les régions périphériques pour assurer à tous l’accès à un représentant de la couronne pouvant s’occuper de leurs problèmes intimes. Outre les conventions de mariage, le règlement des successions et les ventes et achats de terre, les notaires règlent des disputes à l’amiable et jouent donc le rôle de « médiateur qui termine les disputes avec équité […] et qui, par son exactitude à mettre les intentions des contractants dans tout leur jour, assure tout à la fois, & la possession des biens & la tranquillité des familles23 ». Si plusieurs notaires n’avaient aucune formation juridique, ils disposaient des modèles proposés par l’éminent juriste parisien, Claude de Ferrière, et les actes dressés dans la colonie se conformaient aux prescriptions de la loi24.

16Autre acquis de cette période pionnière : la création d’institutions d’encadrement religieux. Les huguenots ont joué un rôle très important dans les premiers établissements de la colonie, même si une historiographie traditionnelle l’a souvent occulté. On n’a qu’à évoquer les noms de Pierre du Gua, sieur de monts, ou Guillaume de Caën, grands responsables au temps de Champlain des monopoles de la traite, pour s’en convaincre. Malgré la contribution des calvinistes, Richelieu — qui faisait alors le siège de la place forte huguenote de La Rochelle — interdit leur établissement en Nouvelle-France lors de la création de la Compagnie des Cent-Associés en 1627. Le catholicisme devient la seule religion et, pendant 25 ans, les jésuites seront les seuls maîtres de son implantation. Dans le but d’évangéliser les Amérindiens, les prêtres mettent en place un ensemble institutionnel que la population d’origine européenne ne justifie pas. Dès 1635, ils fondent le Collège de Québec qui implante le cursus scolaire français qui persistera, avec de légères modifications, jusqu’à la Révolution tranquille. Pour les assister auprès des malades et des filles, ils recrutent les hospitalières de Saint-Joseph et les ursulines en 1639. Ce même élan missionnaire est à l’origine de la Société Notre-Dame pour la conversion des Sauvages en l’île de Montréal, qui établit un petit poste à Ville-Marie en 1642. L’arrivée de quatre sulpiciens en 1657 donne plus de corps à ce projet de créer une société catholique idéale pour convertir par l’exemple. Les ecclésiastiques sont rapidement entourés par des enseignantes — les sœurs de la congrégation Notre-Dame fondée par Marguerite Bourgeois, qui avait commencé son apostolat dès 1653, s’adjoignent des consœurs en 1658 — et des hospitalières — Jeanne Mance avait tenu seule un petit hôpital depuis 1642, et alla quérir deux hospitalières de La Flèche en 1659. Et pour nourrir, loger et entretenir tout ce personnel religieux, les prêtres et les religieuses engagent des centaines de personnes qui seront les premiers pionniers du Canada.

  • 25 Dominique Deslandres, Croire et faire croire : les missions françaises au XVIIe siècle, 1600-1650, (...)

17Outre les personnes pour évangéliser les populations locales, on importe aussi des méthodes utilisées dans les missions internes pour extirper l’hérésie et les pratiques populaires jugées superstitieuses. En effet, depuis la fin du XVIe siècle, les jésuites, les franciscains et les capucins s’évertuaient à purifier le catholicisme français en instruisant les populations paysannes et en réformant le clergé. Les missionnaires avaient pris conscience de la nécessité de maîtriser les dialectes locaux, et de l’importance pédagogique de l’image et de la musique comme vecteurs du message chrétien. Ces acquis furent immédiatement mis en œuvre dans les missions auprès des Amérindiens25. On a fait couler beaucoup d’encre sur les différences de stratégies entre récollets et jésuites qui, somme toute, étaient mineures. Au départ, les jésuites adoptent la stratégie des récollets — viser les chefs et les enfants — avant de réorienter leur action pour cibler les familles les mieux disposées. Mais cette nouvelle stratégie doit plus à l’épuisement physique et moral des missionnaires œuvrant seuls dans des villages dont les habitants étaient indifférents ou hostiles, qu’à une mise en question du bien-fondé de l’approche des récollets.

Médaille des jésuites (XVIIIe siècle)
Les missionnaires jésuites avaient coutume de remettre aux chefs amérindiens une médaille religieuse en argent lorsqu’ils se convertissaient à la religion catholique. Elle était donc portée fièrement sur les vêtements, tout comme les médailles royales qui leur étaient données lors de la conclusion de traités ou de la formation d’alliances. À l’avers, le chiffre IHS pour Jesus Hominum Salvator, surmonté de la croix de la rédemption au-dessus des trois clous de la crucifixion, dans un soleil rayonnant, sceau de la compagnie de Jésus ; au revers, le chiffre MRA pour Maria Regina Angelorum, surmonté de la couronne royale au-dessus d’un cœur transpercé de deux clous, symbole de l’amour maternel sacrifié, dans un soleil rayonnant.
Argent ciselé, d’origine canadienne ou française, XVIIIe siècle. Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 26 Noël Baillargeon, Le Séminaire de Québec sous l’épiscopat de Mgr de Laval, Québec, Sainte-Foy, Les (...)

18Malgré quelques entorses à l’édit de Crémieu — les missionnaires rédigent parfois des actes en latin plutôt qu’en français comme l’exige la réglementation royale —, des registres paroissiaux voient le jour à Québec, Montréal, Trois-Rivières et dans les missions amérindiennes et se conforment grosso modo à la pratique française. L’arrivée de François de Laval en tant que vicaire apostolique et évêque in partibus de Pétrée, en 1659, dote la colonie de la hiérarchie religieuse nécessaire pour administrer tous les sacrements. Dès 1663, il crée un séminaire à Québec qui, en plus d’assurer la formation d’un clergé local, héberge les prêtres séculiers. Deux ans plus tard, il négocie avec les Missions étrangères de Paris, une association qui assurera un recrutement et un appui financier importants à son nouvel établissement. Pendant un certain temps, les prêtres sont affectés comme missionnaires dans les communautés rurales, jusqu’à la création de l’évêché de Québec et l’érection officielle de paroisses en 167426.

  • 27 Deslandres et al., Les sulpiciens de Montréal, op. cit., p. 42-51.

19Les seuls religieux qui échappent en partie au contrôle de Mgr de Laval sont les sulpiciens établis à Montréal depuis 1657. Cette compagnie de prêtres séculiers, fondée par Jean-Jacques Olier, l’un des piliers de la Société Notre-Dame, avait pour buts principaux la formation du clergé et les missions. En 1657, le séminaire de Paris dépêche quatre prêtres à Montréal et, quatre ans plus tard, lorsque la Société Notre-Dame est acculée à la faillite, le séminaire devient seigneur de l’île et y assure l’encadrement religieux. Les supérieurs parisiens surveillent attentivement tout ce qui se passe à Montréal, de l’affectation des membres à la gestion du patrimoine foncier. Cette tutelle durera jusqu’en 1763, alors que Paris transfère la propriété aux messieurs de Montréal. Toutefois, une clause secrète prévoit que Paris reprendra possession du bien si jamais la France reprend le Canada. Tous les sulpiciens sont recrutés en France et assurent la diffusion dans la colonie des principes de l’école de spiritualité française fondée entre autres par Pierre de Bérulle, saint Vincent de Paul et Olier, même s’ils n’ont pas la charge directe de la formation sacerdotale avant 1840. Reconnaissant que le Canada à ses débuts ne pouvait financer les œuvres nécessaires à l’encadrement religieux, les supérieurs parisiens étaient soucieux de n’envoyer que des prêtres possédant une fortune personnelle qui, le plus souvent, était investie dans la colonie27.

20Des relations épistolaires entre le Canada et la France à cette époque, on connaît surtout les écrits des jésuites et de Marie de l’Incarnation, supérieure des ursulines, qui entretenaient une correspondance suivie avec des parents, des supérieurs ecclésiastiques et des amis. Il y eut certainement beaucoup d’écrits privés entre les immigrants et leurs parents restés en France, mais peu d’exemples survivent. Nous possédons, néanmoins, cette lettre d’un père qui tente, en vain, de rapatrier son fils parti à Montréal :

  • 28 Yves Landry (dir.), Pour le Christ et le Roi, Montréal, Libre Expression/Art global, 1992, p. 142-1 (...)

Mon cher fils je suis bien estonné davoir trouvé des personnes de vostre patries et de m’avoir point escript. Il est vrai que je trouve cela bien estrange davoir un enfans que j’ay cherry plus que moi mesme et de navoir point de volonté pour moy. Je croiois que jaurais le bonheur de le voir dans quattres ou cinq ans appres son depart. Mon cher fils je vous supplie que si faire se peut que vous pouviez trouvé l’occasion de revenir en France et destre deux trois mois en votre bonne ville de la Flesche dou vous estes ; Je vous promest que vous estes esritiez de vostre deffuncte me[re] et que Si vous estiez venu a la Flesche vous en oriez [pour plus] de huict cens livres […] Votre oncle Lucas se recommande bien à vous Et sa fame Vostre tante et tous Vos bons amis de ce bon païs dans-jou ou nous prenons le vin blanc à Un Sol28.

21Mais ni l’héritage ni le vin d’Anjou n’ont pu inciter Maurice Averty à rentrer au pays. Il y eut certainement beaucoup d’autres lettres de ce genre envoyées de part et d’autre de l’Atlantique au XVIIe siècle, qui témoigneraient de l’attachement des immigrants envers leur famille et des parents envers leur progéniture partie vers l’aventure.

  • 29 Christophe Horguelin, La prétendue république : pouvoir et société au Canada (1645-1675), Sillery, (...)
  • 30 Gilles Havard et Cécile Vidal, Histoire de l’Amérique française, Paris, Flammarion, 2003, p. 79.

22Les relations entre la France et sa colonie se structurent davantage avec l’arrivée d’administrateurs royaux. Si Louis XIV prend effectivement possession de la colonie à la suite de la démission des Cent-Associés en 1663, il faut attendre 1665 et l’arrivée d’un gouverneur indépendant de l’évêque et d’un intendant pour que l’autorité royale s’affirme, comme l’a démontré Christophe Horguelin29. Le fonctionnement administratif d’Ancien Régime génère une documentation abondante : rapports du gouverneur et de l’intendant, budgets, recensements presque annuels, requêtes pour des privilèges et plaintes contre les officiers du roi. La volonté de Jean-Baptiste Colbert de contrôler tout le développement de la colonie se heurte néanmoins à un obstacle de taille : la distance. En effet, la saison de navigation est courte, et rares sont les navires qui mouillent devant Québec avant la fin mai ; début novembre les derniers voiliers se dépêchent de partir. Ainsi, il est difficile de recevoir les instructions du ministre sur une question de politique dans la même année, ce qui donne une grande latitude aux administrateurs locaux et leur permet d’infléchir la politique élaborée dans la métropole. C’est ce qui arrivera, notamment après 1696, alors que Pontchartrain veut interdire la traite des fourrures dans les Pays-d’en-Haut. Les gouverneurs et intendants réalisent que la poursuite de cette activité est indispensable pour le maintien des alliances amérindiennes dont dépend l’emprise française sur tout le territoire autour des Grands Lacs. Plusieurs postes ferment, mais les principaux continuent à assurer la diplomatie du don pour conserver les alliances devant la perspective d’une nouvelle guerre avec la couronne britannique30.

La Coutume de Paris, édition de 1714
En 1664, Louis XIV impose la Coutume de Paris comme seul régime de droit civil en Nouvelle-France. Cette édition est agrémentée des observations de Monsieur Le Camus, « Lieutenant civil de la Ville, Prévôté et Vicomté de Paris », et porte l’ex-libris de Sir James Monk (1745-1826), juge en chef de la Cour du Banc du Roi à Montréal de 1794 à 1824 ; ayant appartenu à François Benjamin Godin, avocat et député libéral à la Chambre des Communes de 1867 à 1872 ; ensuite par descendance à l’honorable Lucien Dugas, avocat, député libéral de 1927 à 1936, orateur en 1936 à l’Assemblée législative de Québec, juge de la Cour provinciale de 1961 à 1967. Cet ouvrage est demeuré à l’usage de quatre générations d’avocats juristes de la même famille pendant plus de cent ans.
Don de l’honorable Lucien Dugas à Serge Joyal en 1967. Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 31 Kenneth J. Banks, Chasing Empire Across the Sea : Communication and the State in the French Atlanti (...)

23L’intégration dans l’empire implique aussi l’adoption des rituels royaux destinés à commémorer les grands événements et à renforcer les hiérarchies sociales traditionnelles. Les naissances royales, les décès, les traités de paix, les déclarations de guerre et l’arrivée d’un nouveau gouverneur ou intendant font l’objet d’une mise en scène souvent orchestrée par le ministère impliquant des processions, des feux d’artifice, des arcs de triomphe et des messes d’Action de grâces. Toutefois, les problèmes logistiques font que les nouvelles arrivent avec beaucoup de retard et la conjoncture locale ne permet pas toujours de suivre à la lettre les ordres venus de Versailles31.

  • 32 René Chartrand, Le patrimoine militaire canadien. D’hier à aujourd’hui, tome 1, 1000-1754, Montréal (...)

24Si aujourd’hui on considère que la défense du territoire relève de l’État, il n’en était pas de même au début du XVIIe siècle. Avant 1663, les détenteurs du monopole devaient assurer la défense de la colonie, ce qu’ils avaient du mal à faire devant la menace iroquoise. En 1665, après avoir rétabli l’ordre dans les colonies plus importantes des Caraïbes, Louis de Prouville de Tracy arrive à Québec avec le régiment Carignan-Salières. Malgré une campagne d’hiver désastreuse en 1666, les troupes arrivent à brûler les villages agniers (ou mohawks, dans la terminologie contemporaine) en 1667, ce qui oblige cette nation, la plus irréductible de la confédération iroquoise, à conclure la paix. Par la suite, les troupes sont démobilisées ; la majorité rentre en France, mais un peu plus de 400 soldats s’installent dans la vallée du Saint-Laurent sur des terres que leur concèdent leurs officiers restés sur place. La création d’une milice formée de tous les hommes valides de 16 à 60 ans assure la défense, mais devant une nouvelle menace iroquoise, le gouvernement envoie, en 1683, des compagnies des troupes franches de la Marine qui désormais constituent la garnison coloniale32.

  • 33 Par exemple, Jean Hamelin et al., Histoire du Québec, Toulouse, Privat, 1976, p. 127-183 ; Jacques (...)

25Les débuts du régime royal voient l’implantation de plusieurs des institutions de la France monarchique : un Conseil souverain (il sera rebaptisé supérieur en 1703), des juridictions royales à Québec, Trois-Rivières et Montréal. Les grandes ordonnances de l’ère colbertienne — l’Ordonnance civile (1667), l’Ordonnance criminelle (1670), le Code marchand (1673) et l’Ordonnance de la marine (1681) — sont reçues, enregistrées au Conseil souverain et appliquées en Nouvelle-France. Néanmoins, il est sans doute un peu abusif de considérer la colonie comme une « province de France », ce qu’a parfois fait l’historiographie québécoise33. En effet, la Nouvelle-France est une colonie gérée par le ministère de la Marine, tout comme les possessions antillaises ou l’île Bourbon, qu’on ne pensera jamais à qualifier de provinces. Les gouverneurs coloniaux ont un rôle et des pouvoirs insoupçonnés dans les provinces françaises, notamment en ce qui concerne la diplomatie amérindienne. Qui plus est, l’absence d’impôts royaux signifie que les institutions rattachées à leur collecte — greniers à sel, élections ou états, bureaux des aides, trésors généraux — n’existent pas dans la colonie.

  • 34 Jean-Richard Gauthier, Michel Sarrazin : un médecin du roi en Nouvelle-France, Sillery, Septentrion (...)

26La Nouvelle-France ne fait pas que recevoir de la métropole, elle l’alimente en connaissances nouvelles. Dès les débuts de la colonie, les missionnaires décrivent les particularités de la flore et de la faune locales. Mais le premier véritable naturaliste est le médecin du roi, Michel Sarrazin. Correspondant de l’Académie des sciences, il envoie régulièrement des graines, des minéraux et des descriptions détaillées de ses dissections d’animaux canadiens. En son honneur, Joseph Pitton de Tournefort nomme la sarracénie pourpre34.

Louis Le Verrier de Rousson (1705-après 1789)
Né à Québec en 1705, il est le fils de François Le Verrier (capitaine des troupes coloniales au Canada en 1687) et de Jeanne-Charlotte de Fleury Deschambault, Canadienne de naissance. Son père participera aux guerres contre les Iroquois et sera fait chevalier de l’Ordre de Saint-Louis en 1713, puis major des forces armées de Montréal en 1714 ; il devient lieutenant du Roi à Québec, en 1724. Louis Le Verrier poursuivra comme son père une carrière militaire : d’abord nommé lieutenant du Roi à Québec en 1739, il sert comme capitaine d’infanterie en Louisiane de 1744 à 1755, et sera fait chevalier de l’Ordre de Saint-Louis en 1754 (à la Révolution, on fait disparaître la croix de Saint-Louis de sa cuirasse pour lui substituer le ruban tricolore !). Commandant de la Compagnie d’infanterie à Québec en 1755, il obtient un brevet de major le 1er janvier 1759. Il retourne en France à la capitulation de Montréal.
Pastel, France, seconde moitié du XVIIIe siècle. Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 35 <http://www.biographi.ca/FR/>, page consultée le 21 mai 2008.

27Tous les administrateurs principaux appartiennent au réseau de clientèle du ministre de la Marine et cherchent de l’avancement. Comme la Nouvelle-France demeure toujours périphérique dans les considérations impériales, ceci veut dire que les administrateurs cherchent des postes en France ou dans une colonie plus importante, comme la Guadeloupe ou Saint-Domingue. Cette quête de l’avancement est bien illustrée par les démarches de la marquise de Vaudreuil pour promouvoir les carrières de ses enfants. Louise Élisabeth de Joybert, fille d’un officier du régiment Carignan-Salières et d’une femme de l’élite coloniale québécoise, est née en Acadie en 1673. Elle épouse le marquis Philippe de Vaudreuil, commandant des troupes et proche de la famille Pontchartrain en 1690. Elle donne naissance à 12 enfants dont au moins 7 parviendront à l’âge adulte, avant de quitter Québec pour la cour en 1709. À Versailles, elle devient la vice-gouvernante de Madame de Berry, fille du futur régent, et ainsi s’immisce dans les cercles les plus intimes du pouvoir afin de veiller à la carrière de son mari, devenu gouverneur général de la Nouvelle-France (1703-1725), et celle de ses fils. L’aîné, Louis-Philippe, entre dans le service de la Marine et termine sa carrière comme vice-amiral et commandant de Rochefort (ses fils seront aussi officiers de marine dont deux deviendront vice-amiraux comme leur père). Le deuxième, Philippe-Antoine, devient officier d’infanterie et meurt en campagne. Jean, pour sa part, entre dans le corps prestigieux des mousquetaires et termine sa carrière comme lieutenant général des armées. Marie-Louise épouse un noble languedocien. Il faut attendre les cadets pour renouer avec des carrières coloniales, ce qui est indicatif de l’importance qu’on leur accorde. Le benjamin, Pierre-François, devient officier des troupes de la Marine en Nouvelle-France et sert dans les Pays-d’en-Haut avant d’occuper les postes de lieutenant-gouverneur de Trois-Rivières et ensuite gouverneur de la Louisiane avant, enfin, de devenir le dernier gouverneur général français de Québec. Le cadet des garçons, Joseph-Hyacinthe, entre dans les gardes françaises avant d’être nommé gouverneur général de Saint-Domingue (1753-1757)35.

  • 36 Nicole Deschamps (dir.), Lettres au cher fils. La correspondance d’Élisabeth Bégon avec son gendre (...)
  • 37 Ibid., p. 156.

28Cette élite demeure d’origine française. Tous les évêques, tous les jésuites et tous les sulpiciens qui œuvrent en Nouvelle-France sont originaires de la métropole et entretiennent des liens avec leurs supérieurs et leurs familles en France. Il en est de même des administrateurs royaux qui, du gouverneur aux humbles écrivains du roi, sont recrutés en France. Les Vaudreuil, que Guy Frégault a voulu naturaliser comme Canadiens, ont gravité, comme on l’a vu, vers la France où ils sont morts, car leur destin était intimement lié à celui de la France et de son empire. Pour illustrer l’ambivalence qui existait alors chez cette élite administrative, prenons l’exemple d’Élisabeth Rocbert de la Morandière, veuve de Michel Bégon, gouverneur de Trois-Rivières. Née à Montréal, fille du garde-magasin du roi et subdélégué de l’intendant, elle épouse un cadet de l’une des familles les plus éminentes du service colonial. Le patriarche de cette famille, ancien intendant de la Martinique, est à l’origine du Code noir régissant l’esclavage, et le frère aîné du mari d’Élisabeth est intendant du Canada au moment du mariage. Bien que cette mésalliance encoure l’ire de sa belle-famille, qui la qualifie initialement d’« iroquoise », ceci ne l’empêche pas de jouer un rôle politique de tout premier plan dans la colonie, surtout lorsque Michel Barrin de la Galissonière, parent par alliance des Bégon, occupe la fonction de gouverneur intérimaire. Les femmes d’officier de Montréal sollicitent son appui pour influer sur le gouverneur et obtenir des promotions pour leur mari ou leurs fils. Ayant toujours habité la colonie jusqu’à 53 ans, elle n’assume jamais une identité coloniale. Le 20 décembre 1748, elle écrit à son gendre : « Je voudrais, cher fils, être en France avec cent coups de pied dans le ventre. Au moins, ne serais-je pas exposée à geler et à périr dans un tas de neige. » Malgré ses craintes, ni son père ni sa fille n’arrivent à retarder son projet d’émigration36. Arrivée en métropole, cependant, elle déchante assez rapidement : « Il fait un temps magnifique, c’est tout aussi, car s’il y avait de la neige et des sauvages, ce pays serait tout ce qu’il y a de plus laid37. » Mais son itinéraire est assez emblématique des élites de cette époque. Éloignées du peuple, elles s’identifient à la France et entretiennent des rapports épistolaires qui lient les différentes parties de l’empire entre elles.

Jeanne-Charlotte de Fleury Deschambault, marquise de Rigaud de Vaudreuil (1683-1763)
Épouse en premières noces, en 1704, François Le Verrier (né à Paris en 1656 et décédé à Québec en 1732). Le couple aura une fille ainsi qu’un fils prénommé Louis, qui aura lui aussi une carrière militaire. La mère de Jeanne Charlotte est Claire Jolliet, née à Québec, fille du célèbre explorateur du fleuve Mississippi, Louis Jolliet. Son père, Joseph de Fleury, seigneur de Deschambault, actif dans le commerce des fourrures, était l’un des hommes les plus riches de la Nouvelle-France. Jeanne-Charlotte épousera en secondes noces, en 1746, Pierre de Rigaud de Vaudreuil, Canadien de naissance, dernier gouverneur de la Nouvelle-France (1755-1760).
Huile sur toile, attribuée à Donat Nonotte (1708-1785), École française. Collection Bibliothèque et Archives Canada, c147537k.

  • 38 Dale Miquelon, « Havy and Lefebvre of Quebec: A Case Study of Metropolitan Participation in Canadia (...)

29Les marchands entretiennent aussi des liens avec la métropole, source de produits de consommation courante et de crédit. Ils voyagent souvent entre les deux rives de l’Atlantique et parfois, en période de guerre, se font surprendre par des vaisseaux ennemis, comme en témoignent les registres des prises de guerre de l’amirauté anglaise. Au XVIIIe siècle, des maisons huguenotes dominent le commerce avec la Nouvelle-France et y envoient des agents comme François Havy et Jean Lefevre, qui représentent Dugard et compagnie de Rouen à Québec38. Comme ils sont toujours officiellement interdits de séjour, ils restent discrets et ne peuvent se marier ou pratiquer ouvertement leur religion. Ainsi, ils ne s’enracinent pas en terre canadienne et envisagent de repartir en France pour y finir leurs jours parmi leurs coreligionnaires. Le plus souvent, ce sont les navires marchands qui portent les nouvelles de ce qui se passe dans la colonie, car les vaisseaux du roi sont trop peu nombreux pour assurer une communication suivie. Ce va-et-vient continuel cimente les liens entre Québec et La Rochelle. D’autres ports français comme Bordeaux et Marseille ont des intérêts dans la colonie après 1665, mais le Canada n’est qu’une destination entre autres et, en 1760, ils sont prêts à sacrifier cette colonie pour préserver des comptoirs plus rentables, telles la Guadeloupe et l’île Bourbon.

  • 39 Cités dans Robert-Lionel Séguin, La civilisation traditionnelle de l’habitant aux XVIIe et XVIIIe s (...)
  • 40 Élisabeth Galat-Morin et Jean-Pierre Pinson, La vie musicale en Nouvelle-France, Sillery, Septentri (...)
  • 41 Christian Dessureault, John A. Dickinson et Thomas Wien, « Living Standards of Norman and Canadian (...)

30Les immigrants arrivés en Amérique amenaient avec eux un bagage culturel riche et complexe. Les femmes provenaient surtout de l’Île-de-France et de la Normandie, régions où les patois étaient moins marqués. Comme la langue est transmise par les mères, le français parlé au Canada ressemblait à celui de Paris et la qualité de la langue impressionnait les voyageurs et les militaires au XVIIIe siècle : « nulle part ailleurs on parle plus purement notre langue » (Charlevoix, 1720) ; on « parle parfaitement bien sans mauvais accent » (La Potherie, 1722) ; « les paysans canadiens parlent très bien le français » (Montcalm, 1756). L’influence des pays atlantiques se fait remarquer surtout par l’adoption de termes marins, comme « amarrer » pour signifier attacher39. Le folklore se constitue de contes et légendes de l’ouest de la France, aménagés parfois pour mieux se conformer aux réalités ambiantes, mais toujours reconnaissables. Le chant liturgique est au cœur du renouveau catholique, et les ecclésiastiques canadiens suivent des modèles français. Jean Girard, organiste des sulpiciens, apporte de France le Livre d’orgue de Montréal, le plus volumineux manuscrit de musique d’orgue française du Grand Siècle à avoir survécu40. La civilisation matérielle est également héritée de la France, mais les transformations sont souvent un peu plus précoces dans la colonie que dans la métropole. Par exemple, les colons canadiens adoptent plus rapidement l’armoire pour remplacer le coffre comme meuble de rangement que leurs cousins français41. La principale différence réside dans les matières utilisées ; dans la colonie, le pin, moins cher, remplace le chêne pour la confection des meubles. Sans trop s’en rendre compte, les habitants de la colonie créent une variante de la civilisation française qui perdurera jusqu’à l’avènement de la société de consommation mondialisée au XXe siècle.

  • 42 Georges-Pierre Léonidoff, « Les maisons, 1660-1800 » et « La maison de bois », dans Richard Colebro (...)
  • 43 Voir, par exemple, Jacques Lachapelle, « Stratégies culturelles sulpiciennes : L’architecture » et (...)

31Les premiers colons reproduisent une architecture familière, mais rapidement celle-ci s’adapte aux réalités locales. La maison normande traditionnelle fait figure de modèle avec une construction de pièce sur pièce et une pente plus accentuée pour la toiture42. La pierre des champs remplace progressivement les maisons de bois au fur et à mesure de l’enrichissement des populations coloniales et l’arrivée des poêles en fer des forges de Saint-Maurice qui permettent de chauffer des maisons plus spacieuses. L’architecture monumentale et l’art, notamment celle concernant les édifices religieux et l’art sacré, s’inspirent le plus souvent de modèles européens qui sont adaptés et reproduits en milieu colonial43.

Loches, le Logis Royal et la vieille ville
C’est dans la région de Loches, ancienne ville de Touraine, qu’un grand nombre de nobles, seigneurs et hauts personnages de la Nouvelle-France séjournent à leur retour en France après la capitulation de Montréal. L’endroit sera surnommé le « Petit Canada » par plusieurs de ses résidents, qui continueront de correspondre par courrier avec les familles seigneuriales restées au pays. La marquise et le marquis Pierre de Rigaud de Vaudreuil y habiteront au début, après leur retour en France.
Carte postale publiée vers 1900 par ND Phot France. Collection de l’honorable Serge Joyal.

  • 44 Céline Briand, « Destins coloniaux des — filles du Roi — rochelais », mémoire de maîtrise, Universi (...)

32Les conditions d’établissement dans un nouveau pays étaient dures — climat difficile, isolement, absence de réseaux d’entraide familiale pour la première génération. En effet, les maisons construites en bois, soit sur le modèle normand en torchis ou pièce sur pièce, étaient peu durables, et au bout d’une vingtaine d’années, il fallait tout recommencer, contrairement à l’expérience française où les maisons de pierre pouvaient traverser plusieurs siècles. Certes, l’occupation du sol s’étend progressivement des centres urbains, mais à l’époque des premiers défrichements d’une côte, les colons avaient sans doute l’impression d’être perdus au milieu d’une immense forêt vierge, toujours sujet de danger et d’angoisse. Les études ont probablement sous-estimé le degré d’apparentement et les réseaux d’amitié préexistants à l’émigration ; néanmoins, le mélange de populations de diverses origines dans la colonie contribue à créer une dynamique nouvelle débarrassée des contraintes des mondes fermés sur eux-mêmes44. Toutefois, les immigrants y trouvaient aussi des consolations. L’abondance des terres vierges permet à toutes les familles d’établir leurs enfants sur des exploitations autonomes et de promouvoir ainsi un égalitarisme qui se moque des structures sociales qu’impose la naissance en métropole. Enfin, on mange plus abondamment dans la colonie. Les paysans produisent amplement de quoi nourrir leurs familles, même si, en temps de guerre ou de crise appréhendée, l’intendance perquisitionne les récoltes pour prévenir toute pénurie urbaine. Le gibier est abondant et les seigneurs n’essayent pas d’empêcher la chasse et la pêche pour l’alimentation domestique. L’éparpillement de la population — il n’y a que de petits bourgs et l’habitat rural est dispersé — limite la prolifération des maladies épidémiques, fléau des populations de la métropole. Les rivières, à l’abri d’une pollution importante, permettent à tous de boire de l’eau pure, ce qui diminue les risques de dysenterie. Mieux alimentée, sans graves crises de mortalité, la population se reproduit rapidement et le surplus des naissances sur les décès permet un doublement tous les 25 ans. Seule ombre au tableau : une pénurie relative de boissons « fortifiantes ». L’Amérique septentrionale ne produit pas de vin ; la bière ne trouve pas la faveur des colons qui préfèrent l’eau-de-vie et le rhum importés et donc plus coûteux. Si l’élite arrive à agrémenter ses repas de vins fins, la population générale souffre en période de guerre quand les arrivages se font rares.

  • 45 Jacques Rousseau et Guy Béthune (dir.), Voyage de Pehr Kalm au Canada en 1749, Montréal, Pierre Tis (...)

33Le XVIIIe siècle voit l’épanouissement d’une société et d’une culture distinctes en Amérique du Nord. La croissance naturelle de la population crée une population créole originale qui investit les rives du Saint-Laurent et le pourtour de la baie de Fundy. Lorsqu’il visite la Nouvelle-France en 1749, le botaniste suédois Pehr Kalm écrit que le pays « est joliment habité, et on pourrait presque dire qu’il forme un village continu, qui commence à Montréal et se prolonge jusqu’à Québec45 ». Malgré la cession de 1713, l’Acadie demeure française dans son âme et développe une exploitation agricole fondée sur les aboiteaux, qui permettent de dessécher les basses terres inondées par les marées, et de produire des surplus importants, surtout en fourrage qui alimente la production de viande de bœuf. À l’aube de la guerre de Sept Ans, les Français sont plus de 90 000 en Amérique septentrionale. En Acadie anglaise, il reste environ 14 000 Acadiens, dont un peu plus de la moitié seront déportés de 1755 à 1763. À Louisbourg et sur l’île Saint-Jean (Île-du-Prince-Édouard), environ 5 000 pêcheurs sont établis. Dans la vallée du Saint-Laurent, on compte environ 60 000 habitants. À Détroit et dans les Pays-d’en-Haut s’en rajoutent 2 000 à 3 000, et dans le haut Mississippi, à Sainte-Geneviève et Prairie du Rocher un nombre équivalent, dont des esclaves amérindiens. Dans la basse Louisiane, une société esclavagiste se constitue, plus liée à Saint-Domingue et comptant une dizaine de milliers d’individus.

Couple de Canadiens
La plupart des habitants de la Nouvelle-France sont nés au pays : ils sont identifiés comme des « Canadiennes » et des « Canadiens ». Cette aquarelle d’un artiste anonyme en représente des exemples, à la fin du XVIIIe siècle, revêtus de leur costume qui fait voir une certaine influence amérindienne : les mocassins et les jarretières à mi-jambe que porte le Canadien, ainsi que sa redingote à motifs à chevrons, que l’on retrouve également sur la veste qui recouvre la blouse de la Canadienne.
« Couple de Canadiens, XVIIIe siècle », aquarelle, artiste inconnu, c. 1830. Gestion de documents et archives. Collection Ville de Montréal.

  • 46 Christophe Horguelin, « Le XVIIIe siècle des Canadiens : discours public et identité », dans Philip (...)

34Ces conditions matérielles transforment les mentalités populaires. Les paysans s’estiment avantageusement par rapport à leurs ancêtres et se nomment habitants, refusant le qualificatif de « paysan » devenu méprisant. Mais ils n’ont pas encore conscience de constituer un peuple distinct. Ce n’est qu’après la Conquête britannique que les Canadiens, mis en face des conquérants, prennent conscience de leur caractère différent et exigent de se faire appeler « Canadiens ». C’est la présence de l’autre qui éveille le réflexe national et pousse les élites à défendre ce qu’elles estiment l’essentiel. En effet, le terme « Canadien » se retrouve souvent dans la correspondance des officiers civils et militaires et des autorités religieuses, mais presque toujours avec une connotation négative qui reflète bien leur parti pris impérialiste. Ces écrits n’étant pas destinés à un grand public, leur portée dans la formation identitaire est limitée46. C’est le premier pas vers une identité libérée du lien colonial.

  • 47 Jean-Philippe Garneau, Droit, famille et pratique successorale au XVIIIe siècle canadien. Les usage (...)
  • 48 Deslandres et al., Les sulpiciens, p. 42-48.
  • 49 Dickinson, « L’administration “chaotique” de la justice après la Conquête : discours ou réalité ? » (...)

35La conquête britannique de 1760 met en péril le droit français et la pratique indépendante de la religion catholique alors proscrite en Grande-Bretagne. Certes, les articles de capitulation garantissent aux vaincus la pleine possession de leur propriété, ce qui implique le respect de la tenure seigneuriale, mais rien ne garantit le droit familial ainsi que la liberté de religion « en autant que les lois de la Grande-Bretagne le permettent », c’est-à-dire très peu. Toutefois, les notaires continuent d’agir comme auparavant et les autorités britanniques, qui ne cherchent pas à se créer des problèmes, laissant subsister le droit français malgré les protestations des quelques marchands. Londres approuve ce pragmatisme47. Le nouveau gouverneur Murray s’immisce dans le choix du chapitre pour un nouvel évêque, préférant le docile Jean-Olivier Briand au sulpicien Étienne de Montgolfier, trop attaché à Paris48. Mais le gouvernement laisse ensuite les autorités ecclésiastiques s’occuper de la pratique, car l’obéissance aux autorités valait bien une messe. Ainsi, la transition jusqu’à l’Acte de Québec, qui réinstaure officiellement la Coutume de Paris et la pratique de la religion catholique, fut moins chaotique qu’elle aurait pu l’être49.

36En fin de compte, la France n’a eu qu’à peine 120 ans pour laisser un héritage durable en Amérique du Nord. Le plus important est sans doute l’héritage humain : plus de 6 000 000 de Québécois, 500 000 Acadiens et des millions de Franco-Américains issus des quelque 11 000 pionniers ayant fait souche en Amérique. La langue est le second héritage — elle se retrouve dans les toponymes, mais surtout dans des habitus culturels au Québec, en Acadie et dans les communautés francophones ailleurs au Canada. Le droit français persiste aussi au Québec, sous une forme modifiée, mais toujours issu de la tradition française. Enfin, le catholicisme nord-américain s’inspire de la spiritualité française du Grand Siècle (les premiers séminaires aux États-Unis sont sulpiciens) et son rayonnement dépasse aujourd’hui les frontières du continent.

Notes

1 Christian Morissonneau, « L’œuvre de Jacques Cartier », dans Fernand Braudel et al., Le Monde de Jacques Cartier, Montréal/Paris, Libre Expression/Berger Levrault, 1984, p. 290-292.

2 Christian Morissonneau, « La toponymie de Champlain », dans Raymonde Litalien et Denis Vaugeois (dir.), Champlain. La naissance de l’Amérique française, Sillery, Septentrion, 2004, p. 218-229 ; Raymonde Litalien, Jean-François Palomino et Denis Vaugeois, La mesure d’un continent. Atlas historique de l’Amérique du Nord, 1492-1814, Paris/Sillery, Presses de l’Université Paris-Sorbonne/Septentrion, 2007, p. 210-217 ; Raymonde Litalien, Jean-François Palomino et Denis Vaugeois, La mesure d’un continent. Atlas historique de l’Amérique du Nord, 1492-1814, Paris/Sillery, Presses de l’Université Paris-Sorbonne/Septentrion, 2007, p. 210-217.

3 Cette dénomination comprend les pêcheries à Terre-Neuve, au Labrador et de l’Acadie sur la façade atlantique (jusqu’en 1713, alors que l’Acadie et Terre-Neuve sont cédées à l’Angleterre par le traité d’Utrecht), les Pays-d’en-Haut (le vaste territoire amérindien autour des Grands Lacs jusqu’à la baie d’Hudson et qui s’étend vers les Rocheuses au XVIIIe siècle), et la Louisiane (qui s’étire du pays des Illinois au nord à la basse Louisiane au sud).

4 Robert Mandrou, « Les Français hors de France », Annales Économies Sociétés Civilisations, no 14, 1959, p. 667-675.

5 John A. Dickinson, « Les Amérindiens et les débuts de la Nouvelle-France », dans Giovanni Dotoli (dir.), Canada ieri e oggi, Atti del 6e convegno internazionale di studi canadesi, « Biblioteca della Ricerca, Cultura Straniera, 13 », Fasano, Schena editore, 1986, p. 87-108 ; Marcel Trudel, La population du Canada en 1663, Montréal, Fides, 1973.

6 Hélène Vézina, Marc Tremblay, Bertrand Desjardins et Louis Houde, « Origines et contributions génétiques des fondatrices et des fondateurs de la population québécoise », Cahiers québécois de démographie, vol. 34, no 2, automne 2005, p. 235-258.

7 Hubert Charbonneau et Normand Robert, « Origines françaises de la population canadienne, 1608-1759 », dans Richard Colebrook Harris (dir.), Atlas historique du Canada, vol. I, Des origines à 1800, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, planche 45.

8 Jack Verney, The Good Regiment. The Carignan-Salières Regiment in Canada, 1665-1668, Kingston/Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1991.

9 Yves Landry, Les filles du roi en Nouvelle-France : étude démographique, Montréal, Leméac, 1992.

10 Bertrand Desjardins, « Homogénéité ethnique de la population québécoise sous le Régime français », Cahiers québécois de démographie, vol. 19, no 1, printemps 1990, p. 63-76.

11 Jean Talon au Ministre, 2 novembre 1671, « Correspondance échangée entre la cour de France et l’intendant Talon pendant ses deux administrations dans la Nouvelle-France », Rapport d’Archives de la Province de Québec (1930-31), p. 161.

12 Jacques Mathieu, La construction navale royale à Québec, 1739-1759, Québec, Société historique de Québec, 1971 ; Cameron Nish, François-Étienne Cugnet : Entrepreneur et entreprises en Nouvelle-France, Montréal, Fides, 1975.

13 Mario Boléda, « Trente mille Français à la conquête du Saint-Laurent », Histoire sociale/Social History, vol. 23, no 45, mai 1990, p. 153-177 ; Yves Landry, « Les Français passés au Canada avant 1760. Le regard de l’émigrant », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 59, no 4, printemps 2006, p. 481-500.

14 John A. Dickinson, « Les réfugiés acadiens au Canada », Études canadiennes/Canadian Studies, no 37, 1994, p. 51-61 ; Marie-Thérèse Lagacé, « Familles acadiennes de l’Assomption et de Saint-Jacques-de-la-Nouvelle-Acadie 1760-1784 : Immigration et profil des migrants », mémoire de M.A., Université de Montréal, 2006.

15 Robert Larin, Canadiens en Guyane, 1754-1805, Sillery/Paris, Septentrion/Presses universitaires Paris-Sorbonne, 2006, p. 33-62.

16 Jan Noel, « New France: les femmes favorisées », dans Veronica Strong-Boag et Anita Clair Feldman (dir.), Rethinking Canada: The Promise of Women’s History, Toronto, Copp Clark Pitman, 1986, p. 23-44.

17 John A. Dickinson, « Veuvage et orphelinat chez les Acadiennes et les Acadiens réfugiés en Nouvelle-France », dans Maurice Basque et al., L’Acadie au féminin. Un regard multidisciplinaire sur les Acadiennes et les Cadiennes, Moncton, Chaire d’études acadiennes, 2000, p. 73-96.

18 Josette Brun, Vie et mort du couple en Nouvelle-France : Québec et Louisbourg au XVIIIe siècle, Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2006.

19 Sur le régime seigneurial, voir Richard Colebrook Harris, The Seigneurial System in Early Canada, Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1984 ; Louise Dechêne, « L’évolution du régime seigneurial au Canada : le cas de Montréal aux xvii et XVIII siècles », Recherches sociographiques, no 12, mai-août 1971, p. 143-183 ; Sylvie Dépatie et al., Contributions à l’étude du régime seigneurial canadien, Montréal, Hurtubise HMH, 1987.

20 John Alexander Dickinson, Justice et justiciables. La procédure à la prévôté de Québec, 1667-1759, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1982, p. 35-38.

21 John A. Dickinson, « La justice seigneuriale en Nouvelle-France : le cas de Notre-Damedes-Anges », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 28, no 3, décembre 1974, p. 323-346.

22 Louis Lavallée, « La vie et la pratique d’un notaire rural sous le régime français : le cas de Guillaume Barrette, notaire à La Prairie entre 1709-1744 », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 47, no 4, mars 1994, p. 499-519.

23 Claude de Ferrière, La science parfaite des notaires ou le parfait notaire, Paris, Babuty, 1771, vol. I, p. 1-9.

24 Dominique Boily, « La pratique notariale en Nouvelle-France », mémoire de M.A., Université de Montréal, 1998.

25 Dominique Deslandres, Croire et faire croire : les missions françaises au XVIIe siècle, 1600-1650, Paris, Fayard, 2003 ; François-Marc Gagnon, La conversion par l’image : un aspect de la mission des Jésuites auprès des Indiens du Canada au XVIIe siècle, Montréal, Éditions Bellarmin, 1975 ; Paul-André Dubois, « Stratégies cultuelles sulpiciennes : le chant », dans Dominique Deslandres et al., Les sulpiciens de Montréal. Une histoire de pouvoir et de discrétion, 1657-2007, Montréal, Fides, p. 513-526.

26 Noël Baillargeon, Le Séminaire de Québec sous l’épiscopat de Mgr de Laval, Québec, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval, 1972.

27 Deslandres et al., Les sulpiciens de Montréal, op. cit., p. 42-51.

28 Yves Landry (dir.), Pour le Christ et le Roi, Montréal, Libre Expression/Art global, 1992, p. 142-143.

29 Christophe Horguelin, La prétendue république : pouvoir et société au Canada (1645-1675), Sillery, Septentrion, 1997.

30 Gilles Havard et Cécile Vidal, Histoire de l’Amérique française, Paris, Flammarion, 2003, p. 79.

31 Kenneth J. Banks, Chasing Empire Across the Sea : Communication and the State in the French Atlantic, 1713-1763, Kingston/Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2002, p. 43-64 et 101-126.

32 René Chartrand, Le patrimoine militaire canadien. D’hier à aujourd’hui, tome 1, 1000-1754, Montréal, Art Global, 1993, p. 83-84.

33 Par exemple, Jean Hamelin et al., Histoire du Québec, Toulouse, Privat, 1976, p. 127-183 ; Jacques Mathieu, La Nouvelle-France. Les Français en Amérique du Nord, XVIe-XVIIIe siècle, Saint-Nicolas, Les Presses de l’Université Laval, 2001, p. 101.

34 Jean-Richard Gauthier, Michel Sarrazin : un médecin du roi en Nouvelle-France, Sillery, Septentrion, 2007, p. 67-89.

35 <http://www.biographi.ca/FR/>, page consultée le 21 mai 2008.

36 Nicole Deschamps (dir.), Lettres au cher fils. La correspondance d’Élisabeth Bégon avec son gendre (1748-1753), Montréal, HMH Hurtubise, 1972, p. 56. Voir aussi p. 61, 119, 131 et 135.

37 Ibid., p. 156.

38 Dale Miquelon, « Havy and Lefebvre of Quebec: A Case Study of Metropolitan Participation in Canadian Trade, 1730-60 », Canadian Historical Review, vol. 56, no 1, mars 1975, p. 1-24 ; John Bosher, The Canada Merchants, 1713-1763, Oxford, Oxford University Press, 1987 et Men and Ships in the Canada Trade, 1660-1760: A Biographical Dictionary, Ottawa, National Historic Sites, Parks Service, Environment Canada, 1992.

39 Cités dans Robert-Lionel Séguin, La civilisation traditionnelle de l’habitant aux XVIIe et XVIIIe siècles, Montréal, Fides, 1967, p. 31-33.

40 Élisabeth Galat-Morin et Jean-Pierre Pinson, La vie musicale en Nouvelle-France, Sillery, Septentrion, 2003, p. 158-67.

41 Christian Dessureault, John A. Dickinson et Thomas Wien, « Living Standards of Norman and Canadian Peasants, 1690-1835 », Actes du onzième congrès international d’histoire économique, Milan, Università Bocconi, 1994, p. 95-112.

42 Georges-Pierre Léonidoff, « Les maisons, 1660-1800 » et « La maison de bois », dans Richard Colebrook Harris (dir.), Atlas historique du Canada, vol. I, Des origines à 1800, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, planches 54b et 55.

43 Voir, par exemple, Jacques Lachapelle, « Stratégies culturelles sulpiciennes : L’architecture » et Jacques Des Rochers, « Stratégies culturelles sulpiciennes : les beaux-arts », dans Dominique Deslandres et al., op. cit., p. 527-563.

44 Céline Briand, « Destins coloniaux des — filles du Roi — rochelais », mémoire de maîtrise, Université de La Rochelle, 1998.

45 Jacques Rousseau et Guy Béthune (dir.), Voyage de Pehr Kalm au Canada en 1749, Montréal, Pierre Tisseyre, 1977, p. 204.

46 Christophe Horguelin, « Le XVIIIe siècle des Canadiens : discours public et identité », dans Philippe Joutard et Thomas Wien, Mémoires de Nouvelle-France. De France en Nouvelle-France, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 209-219.

47 Jean-Philippe Garneau, Droit, famille et pratique successorale au XVIIIe siècle canadien. Les usages du droit dans la société rurale de Beaupré, en amont et en aval de la Conquête britannique, thèse de Ph. D., Montréal, Université du Québec à Montréal, 2003.

48 Deslandres et al., Les sulpiciens, p. 42-48.

49 Dickinson, « L’administration “chaotique” de la justice après la Conquête : discours ou réalité ? », dans Giovani Dotoli (dir.), Canada. Le rotte della libertà, Fasano, Schena Editore, 2006, coll. « Biblioteca della Ricerca, Cultura Straniera 140 », p. 117-127.

Table des illustrations

Légende Le Sceau en cire rouge original du Conseil souverain (XVIIe siècle)En 1663, Louis XIV confie l’administration des affaires intérieures de la Nouvelle-France à un Conseil souverain formé du gouverneur de la Colonie, de l’évêque, et de cinq conseillers. Siégeant à Québec au château Saint-Louis, résidence du gouverneur, le Conseil souverain est l’organisme qui supervisera la mise en place des politiques de développement du commerce avec les Autochtones, des ordonnances du ministère de la Marine responsable des colonies, et les affaires civiles et de police destinées à maintenir l’ordre public et la justice coloniale.Reproduit de Le rapatriement de la Constitution de 1982 : reportage photographique, Ottawa, Secrétariat d’Etat du Canada, 1982, ill. 36, p. 30.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Médaille des jésuites (XVIIIe siècle)Les missionnaires jésuites avaient coutume de remettre aux chefs amérindiens une médaille religieuse en argent lorsqu’ils se convertissaient à la religion catholique. Elle était donc portée fièrement sur les vêtements, tout comme les médailles royales qui leur étaient données lors de la conclusion de traités ou de la formation d’alliances. À l’avers, le chiffre IHS pour Jesus Hominum Salvator, surmonté de la croix de la rédemption au-dessus des trois clous de la crucifixion, dans un soleil rayonnant, sceau de la compagnie de Jésus ; au revers, le chiffre MRA pour Maria Regina Angelorum, surmonté de la couronne royale au-dessus d’un cœur transpercé de deux clous, symbole de l’amour maternel sacrifié, dans un soleil rayonnant.Argent ciselé, d’origine canadienne ou française, XVIIIe siècle. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16690/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende La Coutume de Paris, édition de 1714En 1664, Louis XIV impose la Coutume de Paris comme seul régime de droit civil en Nouvelle-France. Cette édition est agrémentée des observations de Monsieur Le Camus, « Lieutenant civil de la Ville, Prévôté et Vicomté de Paris », et porte l’ex-libris de Sir James Monk (1745-1826), juge en chef de la Cour du Banc du Roi à Montréal de 1794 à 1824 ; ayant appartenu à François Benjamin Godin, avocat et député libéral à la Chambre des Communes de 1867 à 1872 ; ensuite par descendance à l’honorable Lucien Dugas, avocat, député libéral de 1927 à 1936, orateur en 1936 à l’Assemblée législative de Québec, juge de la Cour provinciale de 1961 à 1967. Cet ouvrage est demeuré à l’usage de quatre générations d’avocats juristes de la même famille pendant plus de cent ans.Don de l’honorable Lucien Dugas à Serge Joyal en 1967. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16690/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Louis Le Verrier de Rousson (1705-après 1789)Né à Québec en 1705, il est le fils de François Le Verrier (capitaine des troupes coloniales au Canada en 1687) et de Jeanne-Charlotte de Fleury Deschambault, Canadienne de naissance. Son père participera aux guerres contre les Iroquois et sera fait chevalier de l’Ordre de Saint-Louis en 1713, puis major des forces armées de Montréal en 1714 ; il devient lieutenant du Roi à Québec, en 1724. Louis Le Verrier poursuivra comme son père une carrière militaire : d’abord nommé lieutenant du Roi à Québec en 1739, il sert comme capitaine d’infanterie en Louisiane de 1744 à 1755, et sera fait chevalier de l’Ordre de Saint-Louis en 1754 (à la Révolution, on fait disparaître la croix de Saint-Louis de sa cuirasse pour lui substituer le ruban tricolore !). Commandant de la Compagnie d’infanterie à Québec en 1755, il obtient un brevet de major le 1er janvier 1759. Il retourne en France à la capitulation de Montréal.Pastel, France, seconde moitié du XVIIIe siècle. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16690/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Jeanne-Charlotte de Fleury Deschambault, marquise de Rigaud de Vaudreuil (1683-1763)Épouse en premières noces, en 1704, François Le Verrier (né à Paris en 1656 et décédé à Québec en 1732). Le couple aura une fille ainsi qu’un fils prénommé Louis, qui aura lui aussi une carrière militaire. La mère de Jeanne Charlotte est Claire Jolliet, née à Québec, fille du célèbre explorateur du fleuve Mississippi, Louis Jolliet. Son père, Joseph de Fleury, seigneur de Deschambault, actif dans le commerce des fourrures, était l’un des hommes les plus riches de la Nouvelle-France. Jeanne-Charlotte épousera en secondes noces, en 1746, Pierre de Rigaud de Vaudreuil, Canadien de naissance, dernier gouverneur de la Nouvelle-France (1755-1760).Huile sur toile, attribuée à Donat Nonotte (1708-1785), École française. Collection Bibliothèque et Archives Canada, c147537k.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16690/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Loches, le Logis Royal et la vieille villeC’est dans la région de Loches, ancienne ville de Touraine, qu’un grand nombre de nobles, seigneurs et hauts personnages de la Nouvelle-France séjournent à leur retour en France après la capitulation de Montréal. L’endroit sera surnommé le « Petit Canada » par plusieurs de ses résidents, qui continueront de correspondre par courrier avec les familles seigneuriales restées au pays. La marquise et le marquis Pierre de Rigaud de Vaudreuil y habiteront au début, après leur retour en France.Carte postale publiée vers 1900 par ND Phot France. Collection de l’honorable Serge Joyal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16690/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Couple de CanadiensLa plupart des habitants de la Nouvelle-France sont nés au pays : ils sont identifiés comme des « Canadiennes » et des « Canadiens ». Cette aquarelle d’un artiste anonyme en représente des exemples, à la fin du XVIIIe siècle, revêtus de leur costume qui fait voir une certaine influence amérindienne : les mocassins et les jarretières à mi-jambe que porte le Canadien, ainsi que sa redingote à motifs à chevrons, que l’on retrouve également sur la veste qui recouvre la blouse de la Canadienne.« Couple de Canadiens, XVIIIe siècle », aquarelle, artiste inconnu, c. 1830. Gestion de documents et archives. Collection Ville de Montréal.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/16690/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 641k

Auteur

Enseigne l’histoire du Canada préindustriel (des origines à 1850) au Département d’histoire de l’Université de Montréal depuis 1980, et occupe la Chaire d’études canadiennes à l’Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle. Ses recherches portent principalement sur justice et société, les rapports entre Premières Nations et colonisateurs et l’histoire rurale comparée Normandie-Québec. Outre une centaine de chapitres de livres et d’articles dans des revues scientifiques et des encyclopédies, il a publié plusieurs livres, dont Justice et justiciables : la procédure civile à la Prévôté de Québec, 1667-1759 (1982) ; et A Short History of Quebec (avec Brian Young, 1988, remanié et réédité en 1993, 2003 et 2008).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540