Version classiqueVersion mobile

France-Canada-Québec

 | 
Serge Joyal
, 
Paul-André Linteau

Présentation

Serge Joyal et Paul-André Linteau

Texte intégral

1Quatre cents ans d’histoire ! Voilà ce qu’on nous invite à célébrer en cet anniversaire de la fondation de Québec. Au-delà des grands spectacles sur les plaines d’Abraham, l’événement est marqué par de nombreuses publications portant sur Champlain et son époque ou sur Québec, son histoire, ses paysages et ses attraits.

2Toutefois, l’année 1608 rappelle non seulement la naissance d’une ville, mais aussi celle de tout un peuple issu de la colonisation française. Certes, la France, grâce à Jacques Cartier bien sûr, mais aussi à ses pêcheurs de morue et à ses chasseurs de phoque, est présente depuis plus longtemps encore dans la vallée du Saint-Laurent et sur la côte atlantique. Ce que la date de 1608 consacre, c’est que des Français viennent s’établir au Canada de façon permanente et continue. Depuis quatre siècles, cette présence française s’est toujours maintenue, et la France a continué d’entretenir des liens — d’une intensité variable — avec les populations de son ancienne colonie, et ce, malgré les bouleversements et les paradoxes de l’Histoire.

3Cette longue relation entre la France et le Canada, et en particulier le Québec, mérite réflexion. Après 400 ans, quel bilan pouvons-nous en faire ? Quels ont été les apports de la France à la Nouvelle-France ? Quelle a été son attitude envers son ancienne colonie après la cession de 1763 ? Comment, à quel rythme et avec quelle intensité se sont maintenus et développés les liens entre Français, Canadiens et Québécois ? Autant de questions auxquelles tentent de répondre, dans cet ouvrage, des historiens qui œuvrent des deux côtés de l’Atlantique.

4Le Canada et la France partagent une histoire atypique. Ces deux grandes démocraties libérales figurent au rang des pays les plus industrialisés et ont un niveau de vie comparable, parmi les meilleurs à l’échelle mondiale. Sociétés humanistes fondées sur la règle de droit, le respect des droits et libertés de la personne est au cœur de leur action étatique, et elles ont choisi d’étendre sous chacun de leurs citoyens un large filet de sécurité sociale sur la base du principe de solidarité commune. De plus, le Canada et la France défendent, à l’échelle internationale, le règlement pacifique des conflits par voie de négociations multilatérales ; ils soutiennent des politiques d’aide au développement des pays émergents ; ils ont signé les mêmes traités pour protéger l’environnement, et reconnaître la diversité culturelle.

5Les différences entre leurs histoires respectives ne sont pas moins significatives. La France bien sûr est un pays officiellement unilingue depuis 1539. Tout aussi officiellement, le Canada est bilingue, même si la majorité de sa population vit au quotidien dans un environnement unilingue : anglais, français, voire une autre langue. Le Canada est aussi, contrairement à la France, un pays bijuridique, bien que dans les faits on y trouve la juxtaposition de deux espaces monojuridiques : le Québec, avec son Code civil hérité de la France, et le reste du pays, avec sa Common Law héritée de la Grande-Bretagne. Le Canada compte, de plus, une population autochtone qui possède des droits séculaires à son territoire, ses langues et son gouvernement. D’autant d’importance, la France est, selon sa Constitution, « une République indivisible », alors que le Canada est une fédération relativement décentralisée. Enfin, la France a une histoire beaucoup plus ancienne que le Canada.

6Aussi ne faut-il pas s’étonner qu’à travers les 400 ans d’histoire que le Canada a partagés avec la France, celle-ci ait eu une profonde influence sur celui-là, et que cette expérience historique commune ait largement esquissé le profil de son visage contemporain. Mais comment rendre compte de cette relation tout à fait particulière ?

7Il faut reconnaître que ce qui en est la base, c’est d’abord le Québec. Si celui-ci existe et s’il forme encore aujourd’hui une société unique, c’est parce qu’il est l’héritier de la colonie française la plus importante de l’Amérique du Nord, celle de la vallée du Saint-Laurent. C’est aussi parce que sa population a grandi en conservant farouchement sa langue et son identité. La population du Québec a maintenu un lien d’attachement à la mère patrie, même quand celle-ci s’est complètement désintéressée de son rejeton. De surcroît, c’est aussi le Québec qui est à la source de l’intensification des relations avec la France au cours de la seconde moitié du XXe siècle.

8De leur côté, les Acadiens, eux aussi issus de la colonisation française, ont développé une relation spécifique avec la France. Ailleurs au Canada, en particulier dans les Prairies, on trouve des minorités francophones dont les ancêtres sont venus soit du Québec, soit directement de France. En outre, les relations entre le Canada et la France ne se limitent pas aux francophones et présentent d’autres dimensions dont il faut tenir compte. Cependant, force est de reconnaître que, jusqu’ici, l’historiographie, tant au Canada qu’en France, a surtout mis l’accent sur les relations avec le Québec, ce que reflètent inévitablement les textes de cet ouvrage.

9Ces liens entre la France et le Canada se déploient sur plusieurs plans. En ce qui concerne les relations internationales, on pense spontanément aux rapports entre États. Si on s’en tenait à cela, on aurait bien peu à dire pour une bonne partie de ces quatre siècles : en effet, l’intensification des rapprochements entre la France et le Canada ainsi qu’entre la France et le Québec depuis une cinquantaine d’années ne doit pas nous faire oublier que pendant longtemps, toute relation officielle était impossible puisque le Canada était devenu une colonie de la Couronne britannique. Et pourtant, liens il y a eu, mais tissés entre individus, associations, groupes d’intérêts, églises... Sur le plan économique, les échanges étaient assurés par des gens d’affaires et par des entreprises, grandes ou petites, qui importaient et exportaient des biens et des services, investissaient des capitaux, partageaient des informations et des technologies. Sur le plan culturel, la diffusion du livre, du disque, du cinéma, les expositions et le circuit des spectacles étaient autant de manifestations d’échanges transatlantiques auxquelles se sont ajoutés les réseaux scientifiques et les rapports universitaires. Les relations entre la France, le Canada et le Québec sont ainsi constituées de multiples réseaux s’étendant à plus d’un niveau. L’ouvrage essaie de tenir compte de cette complexité et de cette diversité.

10Les auteurs des textes de cet ouvrage abordent plusieurs aspects fondamentaux de cette relation multiséculaire. Il fallait évidemment commencer par la période fondatrice, celle de la Nouvelle-France. Ainsi, qu’en était-il des rapports entre la France et les premières nations qui peuplaient le territoire ? Pendant longtemps, les seuls souvenirs que l’on conserva dans la mémoire populaire de cette première rencontre avec les Amérindiens furent les guerres contre les Iroquois et le martyre des jésuites. Les recherches historiques des dernières décennies ont permis de faire progresser de façon importante les connaissances sur ce sujet. Comme le souligne Alain Beaulieu, la logique de l’alliance est au cœur des relations entre Français et Amérindiens, même si des velléités de tutelle se manifestent aussi.

11John Dickinson, quant à lui, s’interroge sur l’héritage que la France laissera au Canada au moment de la cession du pays. On est loin ici de l’image d’une Nouvelle-France longtemps présentée dans les manuels comme un Éden disparu. Le bilan permet de dégager quatre apports importants. Le premier est évidemment démographique, sujet qu’aborde aussi Paul-André Linteau dans son bilan de l’immigration française ; John Dickinson met en lumière les trois autres : la langue, le droit et la religion. Il souligne le fait que c’est bien à compter du moment où les Britanniques s’implantent au Canada que les colons français se perçoivent comme « Canadiens », d’où le besoin de la présence d’un « autre » dans la démarche identitaire.

12La Nouvelle-France a-t-elle été conquise par l’Angleterre ou abandonnée par la France ? Françoise Le Jeune se penche sur cette question et démontre que le cabinet du roi est très bien informé des efforts nécessaires pour conserver la colonie et que c’est volontairement et consciemment qu’il choisit de la céder. Par la suite, la France ne manifestera aucune intention de reprendre le Canada, ni pendant la guerre d’Indépendance américaine, ni au cours des guerres napoléoniennes. En fait, le gouvernement français s’en désintéresse complètement, même lors des Rébellions de 1837 et de 1838.

13Cette indifférence sur le plan politique n’empêche pas le maintien de relations qui relèvent de la sphère privée, en particulier celles de l’Église et des milieux culturels, comme le rappelle Fernand Harvey dans sa fresque des relations culturelles pendant les deux siècles qui suivent la Conquête. L’épisode de la venue à Québec de La Capricieuse en 1855, évoqué par plusieurs des auteurs de l’ouvrage, est révélateur. Longtemps les Québécois y ont vu la reprise des relations officielles, tandis que, pour leurs contemporains français, c’était en fait presque un non-événement. Même si elle n’est pas son initiatrice, la venue de La Capricieuse coïncide néanmoins avec l’amorce de l’intensification des relations culturelles et économiques, et même de l’immigration française, qui ira croissant jusqu’à la Première Guerre mondiale. Au Québec, il y a, dans cette seconde moitié du XIXe siècle, une effervescence culturelle dont rend compte Fernand Harvey. Elle se manifeste en particulier dans l’intérêt pour l’histoire, notamment celle de la Nouvelle-France, qui conduit aux commémorations nombreuses de Cartier et de Champlain, un phénomène que décortique Guy Martinière en interrogeant l’iconographie de Champlain et les interprétations qu’elle met en scène.

14Cette période est aussi, comme le rappellent plusieurs de nos auteurs, celle de l’immigration d’un nombre considérable de membres de divers ordres religieux fuyant la France révolutionnaire et républicaine. Ils contribuent à l’essor de l’éducation et au développement de nombreuses communautés canadiennes-françaises, mais renforcent le conservatisme ultramontain du clergé qui s’appuie sur la puissance temporelle de l’Église. Ce n’est que plus tard, au siècle suivant, qu’un courant de pensée moderniste, nourri lui aussi par les penseurs français, se fraiera discrètement une voie.

15L’histoire, l’éducation, l’Église sont des vecteurs importants de l’identité canadienne-française, qui évolue désormais rapidement. Yves Frenette relève les phénomènes de transformation en jeu dans la dispersion des migrants francophones en Amérique et examine comment, au-delà de la culture et de la langue partagées à l’origine, c’est l’accès et le rattachement à un espace linguistique et culturel plus large qui dynamisent et vivifient cette francophonie en terre d’Amérique. Il montre aussi que la relation avec la France n’est que l’une des influences qui forment l’identité de cette communauté fragmentée.

16L’identité des Canadiens français, tiraillée entre plusieurs pôles, est aussi, selon Max Nemni, la clé qui permet de comprendre leur comportement collectif pendant les deux guerres mondiales. On ne peut s’empêcher de constater que, si tous les leaders des mouvements nationalistes de l’époque s’étaient ligués pour faire bloc contre la participation obligatoire du Canada à l’effort de guerre en Europe, depuis quelques années, tous se pressent au défilé commémoratif annuel qui rappelle le sacrifice de ceux et celles qui ont combattu pour la liberté. Autre temps, autre perspective, ce qui était honni hier devient vertu aujourd’hui. Ces liens tissés sur les champs de bataille de France par des milliers de victimes au service de la liberté survivent aux aléas politiques du jour.

17À partir du milieu du XXe siècle, les relations entre la France, le Canada et le Québec atteignent une intensité inégalée depuis deux siècles, alors que se conjuguent enfin politiques publiques et initiatives privées. On assiste à une accélération de l’histoire. En témoigne notamment la hausse marquée de l’immigration française. Le mouvement des capitaux suit celui des personnes, à telle enseigne que les investissements français au Canada viennent au troisième rang et que les grands groupes industriels et financiers canadiens trouvent en France des possibilités d’investissements qui les propulsent jusqu’à l’intérieur de l’Union européenne. Didier Poton et François Souty présentent le chemin parcouru en matière de relations économiques depuis le milieu du XIXe siècle, en examinant tant la nature des échanges que le cadre dans lequel ils se réalisent.

18Malgré l’ampleur croissante des relations économiques, ce sont plus souvent les relations politiques qui tiennent la vedette dans les médias. Il faut dire que le sujet est délicat, car il concerne la nature du fédéralisme canadien et de ses prolongements extérieurs, ainsi que la dynamique des relations entre le gouvernement fédéral et celui du Québec, notamment à propos des relations privilégiées que ce dernier entretient avec la France. Jacques Palard rappelle les grands moments de cette histoire récente, tout en soulevant les défis contemporains qui se posent à nos pays.

19Enfin, l’intensité et la diversité des relations entre la France, le Canada et le Québec depuis 1960 se perçoivent surtout dans le champ culturel. Yannick Resch en dresse un tableau révélateur. On y voit se définir une francophonie vécue, dans laquelle les échanges sont aujourd’hui beaucoup moins à sens unique qu’ils ne l’étaient il y a un demi-siècle.

20L’ouvrage comprend aussi une importante documentation iconographique — surtout des œuvres d’art et des témoignages photographiques — qui vient appuyer le propos des auteurs. Celle-ci représente plus de 150 illustrations tirées soit de collections privées, soit d’archives publiques. À notre connaissance, plus d’une cinquantaine des œuvres sont présentées pour la première fois dans un ouvrage publié au Québec. La recherche iconographique a été réalisée par Serge Joyal, avec l’appui de son adjoint, Sébastien Payet, et des auteurs, notamment Fernand Harvey et Guy Martinière. Serge Joyal a en outre rédigé les légendes, avec le concours de ses collaborateurs, des auteurs et de Paul-André Linteau.

21On ne peut prétendre résumer quatre siècles d’histoire en onze chapitres. Il faudrait plusieurs volumes pour explorer à fond toutes les dimensions et toutes les étapes des relations entre la France, le Canada et le Québec. Nous croyons tout de même que les textes publiés dans ce recueil permettent d’aborder les questions fondamentales et de dresser un bilan de l’état des connaissances. Il faut évidemment souhaiter que cette démarche soit suivie d’autres travaux, qui compléteraient cet effort de réflexion.

Serge Joyal et Paul-André Linteau

Contributions au colloque

22Les textes de cet ouvrage ont été conçus pour un colloque en deux volets — le premier a eu lieu à Paris au Palais du Luxembourg, en mars 2008, le second au Sénat à Ottawa, en novembre de la même année — organisé sous les auspices de l’Association interparlementaire Canada-France, présidée par la sénatrice Lise Bacon, du Groupe interparlementaire d’amitié France-Canada, présidé par le sénateur Marcel-Pierre Cléach, et de l’Association interparlementaire France-Canada, présidée par le député Marc Laffineur, vice-président de l’Assemblée nationale en France.

23L’idée de tenir ce colloque nous est venue d’abord parce que le programme officiel des fêtes entourant le 400e anniversaire de Québec offrait peu d’occasion de réflexion sur l’évolution du pays et ensuite parce que le moment était unique et ne se représenterait pas avant longtemps.

24L’historien Paul-André Linteau a bien voulu se joindre à nous pour coordonner la partie scientifique des travaux. La réalisation de ce double colloque — et de l’ouvrage qui l’accompagne — doit beaucoup à l’appui de nombreuses personnes et organisations. Nous voulons d’abord souligner la contribution de quatre personnalités éminentes qui ont accepté de prononcer les conférences d’ouverture et de clôture. L’essayiste John Ralston Saul a inauguré la première session du colloque. Il a abordé le sujet de la compréhension de ce que représente l’Union européenne. Elle équivaut, selon lui, à un changement d’orientation par rapport au concept traditionnel d’État-nation, et correspond à un effort de construction sociale plus complexe sur un continent multipolaire. La nouvelle Europe est une société diversifiée où cohabitent plusieurs identités, langues, religions, histoires et peuples différents, à l’intérieur d’une même organisation sociale et politique. L’idée qu’on peut cumuler une identité citoyenne à plusieurs niveaux nous ramène, selon ses termes, à la philosophie d’Érasme. Il y aurait ainsi une sorte de « lien entre l’idée européenne d’aujourd’hui et les origines du Canada ». Depuis quatre siècles, le Canada a eu, selon lui, une expérience différente de l’État-nation : dès le début, Samuel Champlain et les colons français ont dû former des alliances avec les autochtones. Cette idée d’accommodements de populations diverses pour vivre en partenaires, partager un territoire immense et pouvoir en exploiter les ressources est demeurée un élément central de l’évolution du Canada. Le Canada démocratique est lui-même le résultat d’un compromis politique entre Louis-Hippolyte Lafontaine, premier ministre francophone, et Robert Baldwin, un anglophone, qui, à eux deux, ont pu constituer, en 1848, une majorité parlementaire. La notion de diversité lui paraît même essentielle à la vitalité de la langue française. Pour qu’elle demeure une langue internationale, celle-ci doit avoir plusieurs foyers d’origine et pôles de rayonnement : pensée, accent, vocabulaire, cadence, manière de faire. C’est ce que le Canada dans son ensemble, et le Québec en particulier, représentent pour l’avenir de la Francophonie.

25La conférence de clôture à Paris, prononcée par le sénateur Jean-Pierre Raffarin, ancien premier ministre de France et président du comité français d’organisation des fêtes du 400e anniversaire de Québec, portait sur l’importance du respect de la diversité, comme l’une des grandes valeurs du XXIe siècle. La France et le Canada, selon lui, « doivent faire face à des défis nouveaux, et la communauté internationale a besoin de leurs visions communes pour valoriser la diversité culturelle ». L’idée d’une société ouverte et tolérante, respectueuse des minorités, des identités culturelles distinctes, y compris des langues, est une valeur commune au Canada et à la France. Le Québec en témoigne. Valoriser la diversité culturelle est un des points très importants de l’équilibre du monde. C’est elle qui, à un monde global animé d’une pensée unique, substitue un monde multipolaire. Il faut inventer une éthique de la diversité fondée sur la valeur du respect de la personne, de l’autre, de sorte que cela devienne la règle de tous ceux qui pensent que l’humanisme et la diversité peuvent être une solution à nos interrogations. Cependant, il faut aussi la réciprocité ; le respect n’est une valeur que s’il y a réciprocité, puisque cette dernière permet de garantir l’équilibre. Enfin, la troisième valeur de cette éthique de la diversité est le dépassement : « Le peuple français avait besoin de son État pour trouver son unité. Il avait besoin de grands projets, l’Union européenne, l’Union méditerranéenne, pour pouvoir dépasser et surtout faire vivre ses diversités. » C’est cette capacité à aller chercher en nous des valeurs plus grandes que nous qui garantira la paix et la stabilité au XXIe siècle.

26Ces deux conférences, complémentaires dans la définition de leurs objectifs, ouvraient donc des perspectives aptes à renouveler l’inspiration et le partage d’une vision commune.

27C’est l’ancien juge de la Cour suprême du Canada Michel Bastarache qui prononcera la conférence d’ouverture de la seconde session du colloque dans l’enceinte du Sénat, à Ottawa. L’objet de sa conférence vise à évaluer comment les liens qui unissent le Canada et la France, forgés par l’histoire et maintenus par des valeurs partagées, ont influé sur le développement du système juridique canadien, en particulier en droit public. L’influence du Code civil français est déjà bien connue, mais l’influence de la France sur le développement du droit pancanadien l’est beaucoup moins. Pourtant, elle est tout à fait réelle. Par exemple, la Charte canadienne des droits et libertés reflète les principes et les valeurs de la Déclaration française des droits de l’Homme de 1789, en ce qu’elle reconnaît l’universalité des droits de la personne, le concept d’égalité dans nos sociétés, et la primauté accordée à la liberté et la dignité humaine. L’influence française a aussi inspiré l’interprétation des droits garantis par la Charte canadienne. Elle a permis de reconnaître le système juridique particulier des autochtones et leur identité culturelle propre. L’exemple le plus récent se rapporte à la Convention internationale sur la protection de la diversité culturelle. La France et le Canada ont tous deux reconnu dans cet instrument que le droit à la culture est un des droits fondamentaux les plus importants. L’égale dignité des cultures, l’accès équitable et l’ouverture des cultures au monde font partie de la définition de ce droit. Cette convention pourrait avoir un impact important sur la protection des droits linguistiques garantis par la Charte, puisqu’il s’agit de l’un des rares traités qui reconnaisse l’importance des droits collectifs, l’une des pierres angulaires de la culture juridique canadienne. La protection des droits linguistiques des minorités prend donc une nouvelle dimension qui doit tenir compte de l’expression culturelle sous-jacente. La langue est un élément de culture essentiel et la préservation de l’identité culturelle a une incidence directe sur son épanouissement. Dans le développement d’un système de valeurs communes et leur promotion sur le plan international, la France et le Canada contribuent à l’émergence de droits nouveaux susceptibles de mieux garantir le rayonnement des sociétés de langue et de culture françaises.

28La conférence de clôture de la seconde session sera prononcée par Alain Juppé, maire de Bordeaux et ancien premier ministre de France. Les thèmes abordés portent entre autres sur les impacts éventuels de la mondialisation sur nos sociétés et sur les défis reliés à la protection de l’environnement. La France et le Canada peuvent-ils unir leurs ressources et leurs initiatives pour assurer l’objectif de l’« humanisation » de la globalisation, une réalité incontournable en ce début du XXIe siècle ? L’un et l’autre pays occupent une position stratégique, la France dans l’Union européenne, le Canada au sein des Amériques. Quelle forme de « constellation des pouvoirs » pourrait-on construire pour maintenir l’équilibre, au moment où la puissance montante de la Chine, de l’Inde et, dans une moindre mesure, celle du Brésil et de la Russie, constitue une nouvelle donne incontournable ? Ces nouveaux paradigmes politiques et économiques surviennent alors que les approches conventionnelles à l’égard de la protection de l’environnement de la planète ne suffisent plus à en garantir la survie. La France et le Canada peuvent-ils prendre l’initiative de la constitution d’une « organisation mondiale pour la sauvegarde de la terre » ? En d’autres mots, peut-on créer une institution internationale dotée de pouvoirs réels, définie dans un traité qui soit susceptible de garantir d’éventuelles interventions ciblées et efficaces ?

29Ces réflexions personnelles, exprimées par des personnalités qui ont assumé des responsabilités de premier plan, esquissent des horizons communs aux deux pays en accord avec leurs valeurs humanistes essentielles.

30À l’origine du projet, au début de 2007, leurs Excellences Claude Laverdure, ambassadeur du Canada en France, et Daniel Jouanneau, ambassadeur de France au Canada, ont tous deux exprimé leur grand intérêt et leur appui spontané. Le colloque de Paris était placé sous le haut patronage de son Excellence Marc Lortie, ambassadeur du Canada en France. M. Alfred Siefer Gaillardin, ancien ambassadeur de France au Canada et lui-même président de l’Institut France-Canada, a présidé le déjeuner de clôture. Les professeurs Jacques Portes (Université de Paris VIII), Jacques-Guy Petit (Université d’Angers) et le recteur Jean-Michel Lacroix (Université de Paris III) ont présidé les séances du colloque et animé les débats.

31Le colloque à Ottawa est placé sous le haut patronage de son Excellence François Delattre, ambassadeur de France au Canada. L’honorable Noël A. Kinsella, président du Sénat, a été invité à présider le déjeuner de clôture. Les présidents de séance sont les professeurs François Rocher (Université d’Ottawa), Joanne Burgess (Université du Québec à Montréal) et Yves Frenette (Université d’Ottawa).

32La généreuse participation des douze historiens réputés qui ont accepté de consacrer du temps à la réussite de cette initiative, en rédigeant chacun un texte original qui fait le bilan des connaissances dans leurs champs de spécialisation, constitue une contribution remarquable. Il va de soi que chacun est intervenu dans la plus complète liberté et que les idées exprimées dans ce livre n’engagent que leurs auteurs.

33L’implication des historiens français a été grandement facilitée par l’Association française d’études canadiennes (AFEC), présidée par M. Jacques-Guy Petit, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers, à qui vient de succéder le recteur Jean-Michel Lacroix.

34Mme Valérie Ravel, du bureau du sénateur Cléach, Mme Christine Pierangelo, du secrétariat général de la Questure au Palais du Luxembourg, Mme Hélène Halatcheff, chargée des relations publiques à l’ambassade du Canada en France, et Mme Marie-Agnès Saury, de la firme SAGARD à Paris, ont spontanément offert leurs soutien et conseil pour assurer le succès de la session tenue à Paris.

35La publication de cet ouvrage est redevable à M. Guy Berthiaume, ancien vice-recteur–Développement et relations avec les diplômés de l’Université de Montréal, à M. Antoine Del Busso, directeur des Presses de l’Université de Montréal, et à Mme Yzabelle Martineau, éditrice.

36La coopération soutenue de M. Ian Wilson, bibliothécaire et archiviste à Bibliothèque et Archives Canada, et de son Centre de préservation, et celle de M. Normand Charbonneau, directeur du Centre d’archives de Montréal pour Bibliothèque et Archives nationales du Québec, ont permis de puiser à même leur vaste fonds d’archives et de photographies d’époque.

37M. William R. Young, bibliothécaire à la Bibliothèque du Parlement, a pris l’initiative d’organiser une exposition thématique reliée aux différents sujets abordés par les conférenciers, présentée à l’automne 2008, au moment même de la seconde session du Colloque au Sénat du Canada.

38Sans le concours consciencieux et le dévouement inlassable de M. Sébastien Payet, adjoint exécutif, et l’assistance constante de M. Pierre-Henri Aho et de M. Aram Adjemian, adjoints spéciaux à notre bureau parlementaire, nous n’aurions pu atteindre l’objectif ambitieux que représentait la réalisation de ces évènements.

39Enfin, une assistance financière remise à la fondation de l’UQAM par Power Corporation du Canada a permis d’assurer les coûts reliés à ce projet commémoratif.

40Que chacun reçoive la vive expression de notre reconnaissance empressée.

Serge Joyal

41août 2008

Auteurs

Ancien député et ministre fédéral, est sénateur au Parlement du Canada depuis 1997. À la suite de ses études avancées en droit public, il a toujours conservé un intérêt particulier pour le droit constitutionnel et la protection des droits et libertés de la personne. Tout au long de sa carrière, il a maintenu un engagement continu pour la protection du patrimoine, le développement des musées, et la collection d’œuvres d’art et artefacts historiques canadiens. Il a fait don de plusieurs d’entre eux à de grands musées. Il a publié plusieurs articles reliés à ces domaines et participé à la réalisation de nombreuses expositions qui leur étaient consacrées. Il est également membre du jury international du Prix Cundill en histoire. De plus, il a édité, entre autres, l’ouvrage Protéger la démocratie canadienne. Le Sénat en vérité (2003).

Professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal et est spécialiste de l’histoire du Québec aux XIXe et XXe siècles, de l’histoire de Montréal et de l’histoire de l’immigration. Actif sur la scène internationale dans le champ des études canadiennes, il a publié des articles dans plusieurs pays. Ses ouvrages incluent Histoire du Québec contemporain, vol. 1 : De la Confédération à la crise (1867-1929) et vol. 2 : Le Québec depuis 1930 (avec René Durocher, Jean-Claude Robert et Français Ricard, 1979, 1983, 1989) ; Le retard du Québec et l’infériorité économique des Canadiens français (avec René Durocher, 1971) ; Histoire de Montréal depuis la Confédération (1992, 2000) et Histoire du Canada (1994, 1997, 2007).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search