Version classiqueVersion mobile

La cité au bout du fil

 | 
Claire Poitras

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre présente les conclusions d’une thèse de doctorat en aménagement intitulée La construction des réseaux dans la ville : l’exemple de la téléphonie à Montréal, de 1879 à 1930. Plusieurs personnes ont contribué à sa réalisation. J’aimerais tout d’abord remercier les personnes suivantes qui m’ont facilité l’accès à la documentation utilisée dans cette recherche et qui ont répondu avec diligence à mes nombreuses demandes : le personnel du Service de la documentation historique de Bell Canada à Montréal et plus particulièrement Stephanie Sykes, Lise Noël, Lorraine Croxen, France Jutras et Anna Supino. Je voudrais également souligner la collaboration du personnel de la Division de la gestion de documents et des archives de la Ville de Montréal et en particulier Hélène Charbonneau. Mes remerciements cordiaux vont aussi à Jean-Guy Rens dont les conseils m’ont incitée à faire des recherches dans des centres documentaires d’une richesse inestimable. Ainsi, je tiens à mentionner la collaboration de Patrice A. Carré de la Collection historique des télécommunications du C.N.E.T./France Télécom à Paris, ainsi que celle du personnel des archives de l’entreprise BT à Londres.

2Ensuite, j’exprime ma reconnaissance à plusieurs professeurs et chercheurs qui m’ont apporté une aide précieuse en commentant mes travaux. C’est le cas notamment des membres de mon comité tutorial, Jean-Pierre Collin et Michel Trépanier, tous deux professeurschercheurs à l’INRS-Urbanisation, et Denis Bilodeau de la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal. Les remarques judicieuses de Paul-André Linteau m’ont permis d’améliorer cet ouvrage. Je suis également redevable aux lecteurs de la Fédération canadienne des sciences humaines et sociales, ainsi qu’à Robert Laliberté des Presses de l’Université de Montréal et à Laurence Jourde, pour leurs commentaires et critiques. De plus, j’ai grandement apprécié les échanges que j’ai eus avec d’autres professeurs (Joanne Burgess, Michèle Dagenais et Jean-Claude Robert) et les étudiants associés au Groupe de recherche sur l’histoire de Montréal de l’UQAM lors de divers séminaires. Il en va de même pour les rencontres qui ont regroupé des chercheurs français associés au Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (LATTS) de l’École nationale des ponts et chaussées (Bernard Barraqué, Gilles Jeannot et Michel Marié), à l’INRETS (Jean-Michel Fourniau) et au CNRS (Dominique Lorrain), ainsi que des professeurs-chercheurs québécois (Jacques Fisette, Michel Gariépy, Pierre Hamel et Paul Lewis de l’Institut d’urbanisme de l’Université de Montréal) dans le cadre d’une série de séminaires organisés avec le soutien du programme de Coopération scientifique et technologique France/Québec. Les cartes présentées dans ce livre ont été réalisées avec la collaboration de Julie Archambault, géocartographe à l’INRS-Urbanisation.

3Enfin, cette recherche a été rendue possible grâce à des bourses du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, du Fonds pour la formation de chercheurs et l’aide à la recherche, de la Faculté de l’aménagement et de la Faculté des études supérieures de l’Université de Montréal, ainsi que du Fonds d’investissement des cycles supérieurs de l’Université de Montréal.

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search