Version classiqueVersion mobile

Le Japon au travail

 | 
Bernard Bernier
, 
Vincent Mirza

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’analyse qui précède a montré comment le passage au capitalisme au Japon s’est accompagné de modifications cruciales du contexte général du travail qui ont affecté considérablement le sens du travail. Dans la période d’Edo, le travail était conçu comme étant de nature différente pour chaque caste. Dans ces circonstances, il s’avérait impossible de définir un étalon abstrait s’appliquant à toutes les formes de ce que nous appelons aujourd’hui le travail. Par ailleurs, le rythme et le contenu du travail dépendaient des personnes qui accomplissaient ces tâches différentes, malgré les exhortations des dirigeants, qui voulaient que les paysans travaillent jour et nuit. Enfin, la distinction entre travail et non-travail n’était pas très claire. Remarquons toutefois que l’apparition du commerce avait fait de l’argent un équivalent général de plus en plus utilisé, donc permettant de comparer la valeur d’échange de divers produits. Par ailleurs, l’utilisation du salariat dans les mines, les...

© Presses de l’Université de Montréal, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search