Version classiqueVersion mobile

Le Japon au travail

 | 
Bernard Bernier
, 
Vincent Mirza

Chapitre 6. Précarité et travail hors norme (1955 à 1990)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jusqu’à ce point, l’examen du travail depuis 1945 a porté sur les grandes entreprises comme Toyota et Fujitsu. Mais la majorité des salariés japonais, tout comme les travailleurs indépendants, ne sont pas à l’emploi de grandes entreprises. Par exemple, en 1974, si l’on exclut les personnes qui travaillaient à leur compte dans le petit commerce, les services et l’agriculture, et qui comptaient pour 25 % de l’ensemble de la main-d’œuvre, 68 % des salariés œuvraient dans des entreprises ayant entre 5 et 500 employés, et 33 % dans des entreprises ayant entre 5 et 30 salariés. Si l’on considère l’ensemble de la main-d’œuvre, y compris les travailleurs indépendants (commerce, artisanat, services et agriculture) ou ceux qui travaillaient dans des entreprises de moins de 5 employés, alors le pourcentage de la main-d’œuvre totale travaillant dans des entreprises de 500 salariés ou moins montait à plus de 75 % et celui des employés dans des entreprises de moins de 30 employés s’élevait à près...

© Presses de l’Université de Montréal, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search