Version classiqueVersion mobile

Les dérèglements de l'art

 | 
Pierre Popovic
, 
Érik Vigneault

Présentation

Texte intégral

1Les études rassemblées dans ce volume proviennent, à l’exception de l’une d’entre elles, du colloque international « Illégitimité culturelle et marginalités littéraires (1715-1914). Modes et représentations » qui s’est déroulé les 14, 15 et 16 mai 1998 dans les locaux de la Délégation générale du Québec à Paris.

  • 1 Voir Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Édition (...)
  • 2 Voir par exemple les travaux de Peter Burger et de René Lourau sur le phénomène des avant-gardes, (...)

2À l’origine de cette rencontre, un constat : si, de façon générale, l’histoire sociale de la littérature a fait de remarquables progrès au cours des dernières décennies grâce aux travaux de sociologues et d’historiens comme Pierre Bourdieu, Jacques Dubois, Marc Angenot, Henri-Jean Martin et Roger Chartier1, si les phénomènes majeurs de l’institutionnalisation du littéraire et le vaste domaine de la littérature de grande diffusion ont fait l’objet d’enquêtes nombreuses et fouillées2, la compréhension des mécanismes d’exclusion et la connaissance des procédures d’illégitimation qui sont à l’œuvre sur la scène culturelle de moyenne et de petite diffusion demeurent quant à elles perfectibles et, à plus d’un égard, lacunaires et insatisfaisantes. Le découpage des objets de recherche semble souvent s’être effectué d’une façon conforme aux hiérarchies symboliques et aux palmarès établis, en sorte que les vaincus et les oubliés de l’histoire littéraire traditionnelle sont encore les vaincus et les oubliés de cette histoire sociale ou de telle sociologie du champ.

  • 3 Voir notamment Robert Darnton, Gens de lettres. Gens du livre, traduit de l’anglais par Marie-Alyx (...)
  • 4 Voir Sylvain-Christian David, Philoxène Boyer : un sale ami de Baudelaire, Paris, Ramsay, 1987, 41 (...)

3Malgré l’apport considérable de travaux comme ceux de Robert Darnton sur le prolétariat des lettres au XVIIIe siècle3, malgré les regards nouveaux jetés par des biographes érudits sur des écrivains de second rang4, de nombreuses recherches restent à mener sur les bascôtés, les bordures, les marges de la scène culturelle de petite et de moyenne diffusion. Sont relativement demeurés dans l’ombre les auteurs, mouvements, écoles et groupes, les pratiques et les métiers, les textes et les discours qui, aux XVIIIe et XIXe siècles, se sont situés sur le terrain de la course à la légitimité culturelle, mais qui ont été tenus pour aberrants, iconoclastes, secondaires, soit qu’ils aient été considérés tels de leur temps sans nul espoir de rédemption, soit que la postérité les ait exclus de la tradition qu'elle inventait et des tableaux d’honneur qu'elle dressait en fonction de ses propres préoccupations et intérêts. C’est à lever un peu de cette part d’ombre que ce volume est consacré. Les travaux qui le composent arpentent les chemins de la déviance culturelle et littéraire entre 1715 et 1914. Ils se soutiennent de l’hypothèse que la pensée aberrante, que la marginalité esthétique, que la pratique atypique, que la stratégie inopérante, que la carrière irrégulière disent quelque chose de fondamental sur l’état d’une société et de sa culture. Ils s’efforcent de comprendre les multiples formes de l’illégitimation ou de l’illégitimité culturelle, d’en montrer les variations, d’en faire voir une complexité dont de simples oppositions statiques comme « consécration/excommunication » ou « centre/marge » ne suffisent pas à rendre raison.

4Un premier groupe d’études concerne les lieux culturels, les carrières atypiques, les groupes d’écrivains. Benoît Melançon et Didier Masseau s’intéressent à la sociabilité littéraire au XVIIIe siècle. Le premier examine la possibilité que la « ménagerie Bertin » décrite dans Le neveu de Rameau soit la vision en négatif d’un salon philosophique, alors que le second montre les jeux de rivalité et de distinction, les effets de réseau qui président à la vie d’un salon antiphilosophique. Dans l’un et l’autre cas, l’analyse fait voir que le fonctionnement de ce lieu de pouvoir symbolique qu’est le salon ne s’explique que très mal par des raisons et des choix idéologiques ou esthétiques, mais qu’il résulte bien plus de recherches d’accès à l’information, de quêtes d’appui et de relais, et que s’y déroule toujours peu ou prou une ritualisation oblique des processus de légitimation. Les trois contributions suivantes portent sur des carrières ou des morceaux de carrière qui ne correspondent ni aux modèles attendus ni aux images coutumières. Jacques Dubois retrace la trajectoire hésitante d’Alphonse Allais, devenu littérateur parce que son pharmacien de père ne l’avait pas été, bohémien fin de siècle, humoriste au statut très ambigu et qui, opérant sur les bords de la scène restreinte, y trouve à la fois sa limite, un pouvoir mesuré et, surtout, une position d’où devient possible un regard critique sur l’ensemble de la sphère des arts. Le Denis Diderot que décrit Jean-Jacques Tatin-Gourier n’est plus le philosophe estimé par les grands de son siècle. Vieillissant, marginalisé, presque en disgrâce symbolique, délaissé ou bafoué par ses proches, l’auteur de Jacques le fataliste connaît une sorte de délégitimation si douloureuse qu’elle transparaît dans ses écrits par l’emploi de métaphores morbides ou le recours à diverses figures suicidaires (Sénèque, Socrate). Pierre Frémont, lui, n’est pas philosophe, mais il collige les rêves nombreux de ses nuits, des rêves où se mêlent ses préoccupations de joueur, ses désirs, ses amours et ses peurs : dans ses fascinantes Pensées nocturnes, qu’on lira plus loin, Michel Porret pêche matière à l’ébauche d’une histoire sociale du rêve, troublante, et qui a beaucoup à nous apprendre sur l’imaginaire et ses mutations.

5Un second groupe réunit des études qui — sans nécessairement le formuler en ces termes — questionnent le caractère présupposément autonome de la légitimité littéraire et culturelle. Des analyses interdiscursives et interdisciplinaires — pour peu que ces deux adjectifs ne soient pas ornementaux et qualifient des examens véritables et dynamiques des allers et des retours de contradictions, d’arguments, d’images et de récits entre discours et disciplines — remettent passablement en question les affirmations sans nuance de « la clôture du champ ». La contamination sémantique et rhétorique du discours critique par la topique du goût mise en évidence par Éric Méchoulan, le très ambivalent assaut proudhonien contre les sophismes de la théorie de l’art pour l’art décortiqué par Marc Angenot, la disqualification positiviste de l’imagination et de la littérature étudiée par Pierre Popovic, mettent en évidence la perméabilité des argumentaires et des régimes axiomatiques. Capitale apparaît ici la figure de Jean-Jacques Rousseau analysée par Jean M. Goulemot : trouvant sa légitimité dans le déclassement et dans une prise de distance répétée à l’égard des stratégies éprouvées, Rousseau — et le rousseauisme — squatte un nouveau lieu, se loge dans une extériorité où il perd en sécurité ce qu’il gagne en singularité et en pouvoir de remettre en question la « vérité » et la « raison », les deux mots d’ordre et de passe de la légitimation symbolique sur la scène philosophique de son temps.

6L’illégitimité, ce sont aussi des genres mal ou peu reçus, des esthétiques curieuses et latérales, des thèmes peu admis, domaines explorés par les études regroupées dans la troisième section du volume. Philip Stewart inventorie les mystères et les banalités, les conventions et les dérives, la pseudo-référentialité et la pseudo-fictivité du « roman à clefs ». Les relations du roman huysmansien avec le référent et la fiction ne sont pas moins tendues, nouées, tordues, ainsi que le souligne Michel Biron, avant de montrer qu'elles servent au défroqué du naturalisme pour inventer À rebours et En rade une posture institutionnelle nouvelle, celle de « l’écrivain mineur ». Quelle serait la fonction sociale de la littérature quand elle dresse ostensiblement ses camps en dehors des principaux lieux institutionnels où se décernent les lauriers de la consécration symbolique ? Posant la question par le biais de l’analyse de la mise en texte du corps et de la machine chez Alfred Jarry, Charles Grivel apporte cette réponse : elle dynamise et accélère la résolution des apories et des contradictions en les déplaçant sur le terrain de l’imaginaire. Les deux études suivantes traitent de façons très différentes un même sujet : la thématisation littéraire de la sexualité dans la seconde moitié du XIXe siècle. Analysant les réactions suscitées par les tentatives de Frédéric de Chirac pour représenter au théâtre une scène de coït, Yvan Leclerc montre comment la taxation d’illégitimité culturelle fait glisser le code esthétique dans les rets du code pénal. Quant aux disciples d’Onan, ils trouvent quelque abri dans la prose haute en couleurs de Pierre Roux ou dans les récits de Paul Bonnetain, mais, selon Jean-François Chassay, sans jamais rencontrer cette liberté d’esprit et de ton qui colorait hier l’excentricité de Diogène, aujourd’hui l’humour de Woody Allen.

7Que ressort-il de l’ensemble ? Une autre photographie de l’Institution littéraire, assurément. Alors que l’image de la scène culturelle de petite et de moyenne diffusion ressemble parfois à une sorte de cercle rejetant les rebuts à sa périphérie ou à un gratte-ciel nanti d’un ascenseur conduisant aux étages supérieurs de la gratification symbolique, la coprésence des études réunies dans ce volume modifie sensiblement ces visions concentriques ou verticales de l’espace et des jeux de la légitimation symbolique. La part des ratés, des déviations, des hasards, des métissages axiologiques est beaucoup plus importante qu’on ne le croirait, et la sphère des lettres apparaît bien plus comme une pyramide perpétuellement inachevée, continuellement en construction selon des plans partiellement anarchiques et improvisés par les acteurs. Le chantier est immense. Des groupes travaillent ici et là en s’ignorant les uns les autres. Le bâtiment, dont rien ne se finit jamais qu’une autre forme commence, s’annonce toujours déjà curieux : il pousse simultanément plusieurs sommets. Des contremaîtres égarés font des harangues solitaires aux maçons qu’ils n’ont pas. Il y a des trous, des boues, des excroissances, un furieux mélange de styles, peu de gens sur les hauteurs, mais des cohues sur les pentes et à la base. Des feuilles, des plans, des idées abandonnés volettent un peu partout, quelquefois ramassés et recyclés par des arrivés tardifs. Le nouveau et la ruine se côtoient sans cesse et mêlent leurs matériaux. Pour prendre la mesure de ce désastre effervescent, il faudrait pouvoir en faire le tour, à vol d’oiseau.

***

8Ni le colloque « Illégitimité culturelle et marginalités littéraires (1715-1914). Modes et représentations » ni ce volume n’auraient pu être réalisés sans le travail et le dynamisme de Benoît Melançon, d’Anne Trépanier et de Jean M. Goulemot, que nous remercions vivement.

9Nous tenons aussi à remercier pour leur aide substantielle et leur soutien bienveillant madame Anne Legaré, secrétaire générale du Centre de coopération interuniversitaire franco-québécois, l’Université de Tours et l’Institut universitaire de France, le secrétariat du Département d’études françaises de l’Université de Montréal, ainsi que tout le personnel de la Délégation générale du Québec à Paris, notamment monsieur André Dorval, madame Yolande Oyaux et madame Rita Poulin.

10Notre reconnaissance va également à madame Guylaine Girard, à monsieur René Bonenfant et à monsieur Antoine Del Busso pour leur accueil et leur haute compétence.

11Ce colloque et ses actes s’inscrivent dans la continuité d’un projet de recherche sur les marginalités culturelles, conçu et mené par des chercheurs provenant de plusieurs universités canadiennes et européennes (Université de Liège, Université de Tours, Université McGill, Université de Montréal, Université du Québec à Montréal), dont le développement a été scandé par l’organisation de plusieurs rencontres scientifiques et par diverses publications. On pourra prendre connaissance de l’ensemble des réalisations en consultant le site Web tornade.ere.umontreal.ca/-melancon/madonna.tdm.html conçu et tenu à jour par Benoît Melançon. Nous remercions tous les chercheurs, professeurs et assistants qui ont participé et contribué à ce développement, avec une attention particulière pour les professeurs Jean-Jacques Tatin-Gourier de l’Université de Tours et Benoît Denis de l’Université de Liège.

12Ce projet dans son ensemble, le colloque de 1998 et le présent volume ont bénéficié du soutien du Fonds pour la formation de chercheurs et l’aide à la recherche du gouvernement du Québec (FCAR) et du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH).

Notes

1 Voir Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditions du Seuil, 1992, 480 p. ; Marc Angenot, 1889. Un état du discours social, Longueuil, Le Préambule, coll. « L’univers des discours », 1989,1167 p. ; Henri-Jean Martin et Roger Chartier (s. la dir. de), Histoire de l’édition française, Paris, Fayard, 3 vol., 1989-1990, 793 p., 909 p. et 669 p. ; Jacques Dubois, L’institution de la littérature : introduction à une sociologie, Paris, Nathan/Bruxelles, Labor, coll. « Dossiers média », 1978, 188 p.

2 Voir par exemple les travaux de Peter Burger et de René Lourau sur le phénomène des avant-gardes, d’Anne-Marie Thiesse sur le roman populaire ou sur le roman régionaliste, de Jean M. Goulemot sur la littérature pornographique, de Jacques Dubois sur le roman policier, de Charles Grivel sur la littérature fantastique, etc.

3 Voir notamment Robert Darnton, Gens de lettres. Gens du livre, traduit de l’anglais par Marie-Alyx Revellar, Paris, Odile Jacob, coll. « Histoire », 1992, 379 p., et Édition et sédition. L’univers de la littérature clandestine au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, coll. « NRF/Essais », 1991, 278 p.

4 Voir Sylvain-Christian David, Philoxène Boyer : un sale ami de Baudelaire, Paris, Ramsay, 1987, 413 p. ; Jean-Jacques Lefrère, Les saisons littéraires de Rodolphe Darzens, Paris, Fayard, 1998, 779 p.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search