Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mythe du progrès artistique

 | 
Olga Hazan

Quatrième partie. Retour aux œuvres

Cahier hors-texte

Texte intégral

planche 1 : Mappemonde

planche 2 : Mappemonde (détail)
Itinéraire du progrès
La trajectoire qu’effectuent les survols est à la fois chronologique et géographique. À partir de Lascaux et d’Altamira, à la préhistoire, leur périple les mène, durant l’Antiquité, à la Mésopotamie, l’Égypte, la Grèce et l’Empire romain. Après une courte escale à Byzance, ils traversent l’Italie et l’Europe du Nord au Moyen Age et à la Renaissance, pour enfin sonder le continent américain aux XIXe et XXe siècles.

planche 3 : Rosso Fiorentino. Déposition de croix,
panneau de bois, 333 cm x 196 cm
Pinacoteca Comunale, Volterra, 1521
Selon Hartt, « ... dans la peinture dévastée de Rosso, nous passons des blocs de bois et des étoffes effritées représentant l’homme, jadis l’unité de mesure de toutes choses, au visage du supposé Sauveur, pour ne trouver rien d’autre qu’un sourire de satisfaction secrète et détachée » (voir chapitre 8, note 61).

planche 4 : Domenico Veneziano, le Retable de sainte Lucie,
panneau de bois, 209 cm x 216 cm
Santa Lucia dei Magnoli, Florence, v. 1445
concession du Ministero per i Beni e le Attività Culturali (reproduction interdite)
Alberti demande aux peintres de situer l’image unifiée en prolongement du regard du spectateur pour l’inciter à s’émouvoir en reconnaissant l’expression de mouvements analogues à ceux de son âme. En outre, les peintres insèrent des figures et des objets admoniteurs qui ouvrent des brèches aux frontières de l’espace figuré, permettant ainsi au spectateur interpellé de s’impliquer dans l'istoria.

planche 5 : Duccio, l'entrée à Jérusalem, détail de l'endos de la Maestà,
panneau de bois, 100 cm x 57 cm
Museo dell'Opera della Metropolitana, Sienne, v. 1310
Ici, la position du spectateur est suggérée par une porte ouverte à l’avant-plan, mais qui s’avère peu fonctionnelle puisqu’elle n’offre pas un accès direct à la scène située au-dessus. De plus, la hiérarchisation des proportions en fonction du message, et non du spectateur, exclut ce dernier de l’espace représenté.

planche 6 : Gerolamo da Vicenza, Dormition et Assomption de ta Vierge,
tempera sur panneau de bois, 33,7 cm X 22,9 cm
National Gallery, Londres, 1488
Chez da Vicenza, bien que les portillons ouverts soient situés assez bas par rapport au niveau du spectateur, l’angle de vue étant ajusté en fonction du centre d’une composition réunissant deux épisodes de l'istoria, l’espace figuré demeure accueillant, étant unifié par la perspective, les proportions et un seul angle de vue.

planche 7 : Lorenzo Lotto, Suzanne et les vieillardis,
panneau de bois, 60 cm X 50 cm
Palazzo Pitti, Florence, 1517
concession du Ministero per i Béni e le Attività Culturali (reproduction interdite)
Chez Lorenzo Lotto, l’angle de vue élevé dans Suzanne et les vieillards donne au spectateur un accès avantageux à la scène, tout en faisant de lui un voyeur.

planche 8 : Sebastiano del Piombo, le Jugement de Salomon,
huile sur toile, 208 cm X 315 cm, v. 1508
National Trust Photography Library/Christopher Hurst, Kingston Lacy, Bankes Collection,
L’angle de vue du spectateur, rabaissé au pied de Salomon, confère au roi la sagesse et la grandeur dont il fait preuve au moment où il donne l’ordre de couper l’enfant en deux pour faire réagir sa vraie mère.

planche 9 : Fra Angelico, le Retable de San Marco,
panneau de bois, 246 cm x 253 cm
San Marco, Florence, 1438-1440
concession du Ministero per i Beni e le Attività Culturati (reproduction interdite)

planche 10 : Fra Angelico, le Retable de San Marco, détail
L’icône de la crucifixion, placée au premier plan du tableau, conditionne l’accès des spectateurs à l’univers sacré pour le limiter à ceux qui prendront acte du sacrifice du Christ.

planche 11 : Fra Angelico, Saint Laurent distribuant l’aumône aux pauvret et aux intirmes,
fresque, 271 cm x 205 cm
chapelle de Nicolas V, Vatican, v. 1448
photo M. Sarri
Ici, le spectateur est invité à s’identifier au mendiant présenté de dos, à l’avantplan et dans la même position que lui, de manière à lui rappeler, presque à son insu, qu’un jour, lui aussi pourrait avoir besoin de faire appel à la charité de l’Église.

planche 12 : Santi di Tito, la Vision de saint Thomas d'Aquin,
San Marco, Florence, 1593
concession du Ministero per i Beni e le Attività Culturati (reproduction interdite)
En regardant le tableau de Santi di Tito, le spectateur se retrouve dans la même position que Thomas, qu’il voit de profil et faisant face à un tableau de la Crucifixion d’où se dégagent des personnages qui envahissent son espace. Ainsi, le spectateur désireux d’être gratifié lui aussi d’une vision est invité à suivre l’exemple de Thomas pour accéder à un état d’élévation.

planche 13 : Masaccio, la Trinité,
fresque, 667 cm x 317 cm
Santa Maria Novella, Florence, 1425-1427
Grâce à un procédé qui consiste à unifier et à fragmenter sa composition, Masaccio réunit les cadres spatio-temporels de personnages aussi divers qu’Adam, Dieu le Père, le Christ et le chancelier Lenzi pour faire de son spectateur le protagoniste de l'istoria.

PLANCHE 14 : Cavaliere d’Arpino (1568-1640), la Sainte trinité avec le pape Clément,
huile sur toile, 82, 5 cm x 68 cm
école italienne, XVIIe siècle,
Museo Nacional de San Carlos, Mexico, photo Arturo Piera
La façon dont le Christ se trouve calé ici entre les jambes de Dieu le père témoigne d’une tradition qui se prolonge, au moins du XIVe au XVIIe siècle, et à laquelle Masaccio déroge lorsqu’il représente Dieu le père dans un espace ambigu.

planche 15 : Fra Filippo Lippi, le Tondo Pitti,
panneau en tondo, 135 cm de diamètre
Galleria Palatina, Palazzo Pitti, Florence, 1452
concession du Miniitero per i Beni e le Attività Culturali (reproduction interdite)
En repérant quelques-unes des lignes de fuite de la perspective dessinée par Lippi, on met en relief quatre épisodes reliés au thème de la Nativité. Alors que la perspective légitime permet à Lippi de réunir ces scènes dans un même espace, l’emplacement central de la tête de Marie, le cadre architectural et l’usage de proportions et d’angles de vue variés lui servent en même temps à dissocier ces scènes les unes des autres. Ainsi, l’épisode où Anne reçoit Joachim (A) se prolonge à gauche par la Naissance de Marie (B), puis à droite de nouveau par la zone comprenant la porteuse de présents (C) ; cette trajectoire en zigzag auréole la présence iconique de Marie (D) tout en établissant un parallèle entre les statuts sacré et profane de la procréation et de la maternité.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15901/img-1.jpg
Fichier image/, 599k
Légende planche 1 : Mappemonde
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15901/img-2.jpg
Fichier image/, 41k
Légende planche 2 : Mappemonde (détail)Itinéraire du progrèsLa trajectoire qu’effectuent les survols est à la fois chronologique et géographique. À partir de Lascaux et d’Altamira, à la préhistoire, leur périple les mène, durant l’Antiquité, à la Mésopotamie, l’Égypte, la Grèce et l’Empire romain. Après une courte escale à Byzance, ils traversent l’Italie et l’Europe du Nord au Moyen Age et à la Renaissance, pour enfin sonder le continent américain aux XIXe et XXe siècles.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15901/img-3.jpg
Fichier image/, 96k
Légende planche 3 : Rosso Fiorentino. Déposition de croix,panneau de bois, 333 cm x 196 cmPinacoteca Comunale, Volterra, 1521Selon Hartt, « ... dans la peinture dévastée de Rosso, nous passons des blocs de bois et des étoffes effritées représentant l’homme, jadis l’unité de mesure de toutes choses, au visage du supposé Sauveur, pour ne trouver rien d’autre qu’un sourire de satisfaction secrète et détachée » (voir chapitre 8, note 61).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15901/img-4.jpg
Fichier image/, 92k
Légende planche 4 : Domenico Veneziano, le Retable de sainte Lucie,panneau de bois, 209 cm x 216 cmSanta Lucia dei Magnoli, Florence, v. 1445concession du Ministero per i Beni e le Attività Culturali (reproduction interdite)Alberti demande aux peintres de situer l’image unifiée en prolongement du regard du spectateur pour l’inciter à s’émouvoir en reconnaissant l’expression de mouvements analogues à ceux de son âme. En outre, les peintres insèrent des figures et des objets admoniteurs qui ouvrent des brèches aux frontières de l’espace figuré, permettant ainsi au spectateur interpellé de s’impliquer dans l'istoria.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15901/img-5.jpg
Fichier image/, 114k
Légende planche 5 : Duccio, l'entrée à Jérusalem, détail de l'endos de la Maestà,panneau de bois, 100 cm x 57 cmMuseo dell'Opera della Metropolitana, Sienne, v. 1310Ici, la position du spectateur est suggérée par une porte ouverte à l’avant-plan, mais qui s’avère peu fonctionnelle puisqu’elle n’offre pas un accès direct à la scène située au-dessus. De plus, la hiérarchisation des proportions en fonction du message, et non du spectateur, exclut ce dernier de l’espace représenté.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15901/img-6.jpg
Fichier image/, 103k
Légende planche 6 : Gerolamo da Vicenza, Dormition et Assomption de ta Vierge,tempera sur panneau de bois, 33,7 cm X 22,9 cmNational Gallery, Londres, 1488Chez da Vicenza, bien que les portillons ouverts soient situés assez bas par rapport au niveau du spectateur, l’angle de vue étant ajusté en fonction du centre d’une composition réunissant deux épisodes de l'istoria, l’espace figuré demeure accueillant, étant unifié par la perspective, les proportions et un seul angle de vue.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15901/img-7.jpg
Fichier image/, 140k
Légende planche 7 : Lorenzo Lotto, Suzanne et les vieillardis,panneau de bois, 60 cm X 50 cmPalazzo Pitti, Florence, 1517concession du Ministero per i Béni e le Attività Culturali (reproduction interdite)Chez Lorenzo Lotto, l’angle de vue élevé dans Suzanne et les vieillards donne au spectateur un accès avantageux à la scène, tout en faisant de lui un voyeur.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15901/img-8.jpg
Fichier image/, 101k
Légende planche 8 : Sebastiano del Piombo, le Jugement de Salomon,huile sur toile, 208 cm X 315 cm, v. 1508National Trust Photography Library/Christopher Hurst, Kingston Lacy, Bankes Collection,L’angle de vue du spectateur, rabaissé au pied de Salomon, confère au roi la sagesse et la grandeur dont il fait preuve au moment où il donne l’ordre de couper l’enfant en deux pour faire réagir sa vraie mère.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15901/img-9.jpg
Fichier image/, 475k
Légende planche 9 : Fra Angelico, le Retable de San Marco,panneau de bois, 246 cm x 253 cmSan Marco, Florence, 1438-1440concession du Ministero per i Beni e le Attività Culturati (reproduction interdite)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15901/img-10.jpg
Fichier image/, 130k
Légende planche 10 : Fra Angelico, le Retable de San Marco, détailL’icône de la crucifixion, placée au premier plan du tableau, conditionne l’accès des spectateurs à l’univers sacré pour le limiter à ceux qui prendront acte du sacrifice du Christ.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15901/img-11.jpg
Fichier image/, 72k
Légende planche 11 : Fra Angelico, Saint Laurent distribuant l’aumône aux pauvret et aux intirmes,fresque, 271 cm x 205 cmchapelle de Nicolas V, Vatican, v. 1448photo M. SarriIci, le spectateur est invité à s’identifier au mendiant présenté de dos, à l’avantplan et dans la même position que lui, de manière à lui rappeler, presque à son insu, qu’un jour, lui aussi pourrait avoir besoin de faire appel à la charité de l’Église.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15901/img-12.jpg
Fichier image/, 123k
Légende planche 12 : Santi di Tito, la Vision de saint Thomas d'Aquin,San Marco, Florence, 1593concession du Ministero per i Beni e le Attività Culturati (reproduction interdite)En regardant le tableau de Santi di Tito, le spectateur se retrouve dans la même position que Thomas, qu’il voit de profil et faisant face à un tableau de la Crucifixion d’où se dégagent des personnages qui envahissent son espace. Ainsi, le spectateur désireux d’être gratifié lui aussi d’une vision est invité à suivre l’exemple de Thomas pour accéder à un état d’élévation.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15901/img-13.jpg
Fichier image/, 98k
Légende planche 13 : Masaccio, la Trinité,fresque, 667 cm x 317 cmSanta Maria Novella, Florence, 1425-1427Grâce à un procédé qui consiste à unifier et à fragmenter sa composition, Masaccio réunit les cadres spatio-temporels de personnages aussi divers qu’Adam, Dieu le Père, le Christ et le chancelier Lenzi pour faire de son spectateur le protagoniste de l'istoria.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15901/img-14.jpg
Fichier image/, 90k
Légende PLANCHE 14 : Cavaliere d’Arpino (1568-1640), la Sainte trinité avec le pape Clément,huile sur toile, 82, 5 cm x 68 cmécole italienne, XVIIe siècle,Museo Nacional de San Carlos, Mexico, photo Arturo PieraLa façon dont le Christ se trouve calé ici entre les jambes de Dieu le père témoigne d’une tradition qui se prolonge, au moins du XIVe au XVIIe siècle, et à laquelle Masaccio déroge lorsqu’il représente Dieu le père dans un espace ambigu.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15901/img-15.jpg
Fichier image/, 74k
Légende planche 15 : Fra Filippo Lippi, le Tondo Pitti,panneau en tondo, 135 cm de diamètreGalleria Palatina, Palazzo Pitti, Florence, 1452concession du Miniitero per i Beni e le Attività Culturali (reproduction interdite)En repérant quelques-unes des lignes de fuite de la perspective dessinée par Lippi, on met en relief quatre épisodes reliés au thème de la Nativité. Alors que la perspective légitime permet à Lippi de réunir ces scènes dans un même espace, l’emplacement central de la tête de Marie, le cadre architectural et l’usage de proportions et d’angles de vue variés lui servent en même temps à dissocier ces scènes les unes des autres. Ainsi, l’épisode où Anne reçoit Joachim (A) se prolonge à gauche par la Naissance de Marie (B), puis à droite de nouveau par la zone comprenant la porteuse de présents (C) ; cette trajectoire en zigzag auréole la présence iconique de Marie (D) tout en établissant un parallèle entre les statuts sacré et profane de la procréation et de la maternité.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15901/img-16.jpg
Fichier image/, 95k

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540