Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mythe du progrès artistique

 | 
Olga Hazan

Avant-propos

Texte intégral

Remerciements

1Cette étude, dont l’idée s’est imposée pour la première fois en 1981, a été amorcée en 1989. Elle représente l’aboutissement d’une réflexion qui a été nourrie et enrichie depuis par des lectures, par l’enseignement et par le contact avec des professeurs, des collègues et des étudiants. Je voudrais remercier chaleureusement mes deux directeurs de thèse qui m’ont aidée à réaliser la première version de cette étude soutenue à l’Université de Montréal le 1er mai 1995 : Alain Laframboise, dont la finesse et la perspicacité ont donné un ton bien agréable à de longs après-midi de labeur au Commensal de Côte-des-Neiges, et Bruno Roy dont l’enthousiasme et la promptitude ont été infaillibles ; Alain Laframboise m’a offert en outre de sages et généreux conseils à chaque étape de l’édification de ce livre, et je lui en suis profondément reconnaissante. Je remercie vivement Nicole Dubreuil, Colette Duffesne-Tassé et Walter Moser de l’Université de Montréal, Laurier Lacroix et Claude Maire de l’Université du Québec à Montréal, Marie Carani et Eliott Moore de l’Université Laval, Guy Herbert du Collège de Saint-Jérôme, Keith Moxey de Columbia University, Donald Preziosi de l’Université de Californie à Los Angeles et Catherine Soussloff de l’Université de Californie à Santa Cruz pour le temps qu’ils ont consacré à une lecture attentive du manuscrit. Merci aussi à Pierre Queneville pour son travail de révision, ainsi qu’à John Drendel et à Claudette Hould de l’Université du Québec à Montréal pour leurs réflexions sur les chapitres 3 et 7, à Jean-Guy Violette de l’Université Laval qui a aimablement commenté le chapitre 10, à Brian Foss de l’Université Concordia qui en a révisé la version anglaise et à Allison Colborne qui m’a assistée dans la recherche bibliographique pour le chapitre 2 dans le cadre d’un contrat accordé par l’Université Concordia en 1990-1991.

2Je remercie Alix Evrard et Donald Dunlavey du service du Prêt entre bibliothèques de l’Université du Québec à Montréal pour leur efficacité, ainsi que les responsables du programme de Mise à jour des connaissances de l’Université du Québec à Montréal et celui du Professional Development Fund de l’Université Concordia qui m’ont permis de participer à de nombreux colloques où j’ai recueilli des commentaires constructifs. Merci aussi à Henry Benisty de Duplica St Denis pour avoir aimablement répondu à des demandes quasi quotidiennes pendant plusieurs années, à Lynn Manalo et à Lucie Hazzan pour leurs nombreuses invitations à dîner et à Isabelle Cochelin pour ses critiques éclairées. Je remercie chaleureusement Antoine Del Busso, le directeur des PUM, pour la générosité de son accueil, ainsi que son équipe, en particulier Sandra Soucy qui s’est chargée d’obtenir les illustrations et les permissions de reproduction, Élyse Mertens qui a cachérisé la ponctuation avoisinant les appels de notes et les références, Gianni Caccia qui a assuré la direction artistique et Yolande Martel qui a effectué le travail de mise en pages.

3Merci à mes parents, Huguette et Ibrahim Hazan, pour leur affection et leur gentillesse indéfectibles, à mes sœurs et frère, Marie, Moïse et Simone, et à tous mes proches, parents et amis, pour leur soutien durant les derniers et les avant-derniers milles. Merci enfin à Leo Steinberg et au Sfinge immutabile qui ont inspiré mes premières années d’historienne de l’art.

Avertissement

4Sauf dans quelques rares cas indiqués en notes, j’ai préféré traduire moi-même toutes les citations, à partir de l’anglais ou de l’italien, même lorsqu’elles étaient disponibles en français, mon objectif étant de demeurer le plus près possible du texte original pour montrer de manière précise comment s’articulent les différentes notions étudiées. Par exemple, dans la phrase qui suit, où Gombrich présente les peintres des enluminures anglo-saxonnes du VIIe siècle : « The training of hand and eye which the artists had received, and which enabled them to make a beautiful pattern on the page, helped them to bring a new element into Western art » (1989, 118), l’expression « to make a beautiful pattern » se transforme, dans la traduction française officielle de la Story of Art, par « composer de tels chefs-d’œuvre » (1982, 118). À cause de l’importance qu’accordent les auteurs au rapport entre les artistes et le cadre historique et géographique dans lequel ils les campent, il m’a paru nécessaire d’éviter ce genre de confusion, émanant entre autres du désir des éditeurs français de conserver la même pagination que pour l’édition anglaise originale, comme c’est le cas chez Gombrich.

5Étant donné l’importance des analyses de textes par rapport au développement de mon argumentation, il m’a paru utile d’indiquer le nombre approximatif de pages pour chaque section étudiée, ce nombre ne comprenant généralement pas les pages illustrées. Pour faciliter des recherches ultérieures, la bibliographie a été divisée en six sections thématiques qui accompagnent les différents chapitres. Les notes en bas de pages incluent, pour le premier chapitre surtout, quelques références bibliographiques portant sur des sujets connexes à celui du progrès artistique ; comme ces références ne sont pas reproduites dans la bibliographie générale, elles apparaissent sous une forme complète dans les notes de ce chapitre.

6Quant aux autres références, elles apparaissent, soit entre parenthèses dans le texte, soit en notes lorsqu’elles sont accompagnées de commentaires ou d’informations additionnelles ; le cas échéant, elles comportent généralement le nom de l’auteur, le titre du texte et la date de sa parution. Lorsqu’un ouvrage a déjà été mentionné dans un chapitre, j’ai indiqué le nom de famille de l’auteur et la numérotation paginale des sources ; lorsqu’il est question de plusieurs études d’un même auteur, les dates des ouvrages sont insérées entre ces deux éléments. Pour les textes analysés, une première référence complète inclut la date de l’édition consultée ; les références suivantes retiennent généralement la date de la première parution ou présentation orale de ces textes, précédée d’une astérisque. Lorsque sont comparées plusieurs éditions ou traductions d’un même ouvrage, le nom de l’auteur, plutôt que la date de l’édition, est suivi, séparé d’un trait d’union, du nom de l’éditeur ou du traducteur. Par exemple : Vasari-Milanesi, 226 et Vasari-Chastel, 223. Dans les citations, les points de suspension indiquent l’élimination d’une portion de la phrase de l’auteur ; ces points sont entre crochets lorsque la section éliminée comprend plus d’une phrase. Par souci d’exactitude, dans les citations en notes, la ponctuation des auteurs a été respectée.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540