Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures mineures en langue majeure

 | 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Lise Gauvin

Notices biographiques

Texte intégral

Paul Aron est directeur de recherches au FNRS, professeur à l’Université libre de Bruxelles et membre du CIEL (Collectif interuniversitaire d’étude du littéraire). Il a notamment co-dirigé le Dictionnaire du littéraire (Paris, PUF, 2002) et prépare une Bibliographie du pastiche et de la parodie littéraire (XIXe-XXe siècles) aux éditions Memini.

Jean-Pierre Bertrand, président du Centre d’études québécoises de l’Université de Liège. Spécialiste de la littérature fin de siècle, en France et en Belgique. Ouvrages publiés : Jules Laforgue. Ironie et désenchantement, Paris, Klincksieck, 1997 ; Le Roman célibataire, Paris, Corti, 1996 (en collaboration) ; Paludes d’André Gide, Paris, Gallimard, « Foliothèque », 2001.

Michel Biron est professeur au Département de langue et littérature françaises de l’Université McGill. Il a notamment publié La Modernité belge. Littérature et société, Bruxelles, Labor, « Archives du futur », 1994 et L’Absence du maître. Saint-Denys Garneau, Ferron, Ducharme, Presses universitaires de Montréal, 2000.

Raoul Boudreau est professeur titulaire au Département d’études françaises de l’Université de Moncton (Nouveau-Brunswick, Canada). Avec le soutien du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, il poursuit des recherches sur le rapport à la langue en littérature acadienne et a publié plusieurs articles sur le sujet.

Cristina Brancaglion enseigne la langue française à l’Université catholique et à l’Université des études de Milan. Ses recherches actuelles portent sur la didactique du français langue étrangère (formation en ligne) et sur les pratiques linguistiques francophones, notamment québécoises.

Karine Cellard a entrepris en 2001 un doctorat au Département d’études françaises de l’Université de Montréal. Sa communication, intitulée « La France capitale. Le Québec et la mère patrie dans la critique littéraire du journal Les Débats (1900) », est inspirée de son mémoire de maîtrise sur le journal Les Débats.

Danielle Constantin a obtenu un doctorat en littérature comparée de l’Université de Toronto. Elle poursuit présentement des recherches en génétique littéraire à Paris où elle travaille sur les manuscrits de Proust et de Perec, avec le soutien d’une bourse doctorale du Conseil en Sciences humaines du Canada. Elle est secrétaire générale de l’Association Georges Perec.

Jean-Christophe Delmeule, maître de conférences de littératures francophones à l’Université de Lille III, docteur ès Lettres et par ailleurs agrégé d’économie et de gestion, a consacré sa thèse à Maeterlinck.

Laurent Demoulin est doctorant à l’Université de Liège (littérature française des XIXe et XXe siècles). Il a publié plusieurs articles sur la littérature française contemporaine et sur la littérature belge. Il est membre du comité de rédaction de Textyles et est l’auteur de L’Hypocrisie pédagogique, Mons, Talus d’Approche, 1999 ; Ulysse Lumumba, Mons, Talus d’Approche, 2000 et Filiation, Liège, le Fram, 2001.

Lieven D’hulst est professeur de littérature française et francophone et de traductologie (K.U. Leuven et KULAK). Il a publié des livres et des articles sur la poésie française au tournant du XVIIIe siècle, sur la théorie et l’histoire de la traduction en France à l’Âge classique et au XIXe siècle, sur la littérature belge du XIXe siècle. Ses plus récents projets de recherche portent sur l’histoire de la poésie belge entre 1830 et 1880 et sur les concepts majeurs des études littéraires francophones.

Eurídice Figueiredo, professeure de littératures francophones et de littérature comparée à l’Université fédérale Fluminense (Rio de Janeiro, Brésil), a publié Construction d’identités post-coloniales dans la littérature antillaise (en portugais) et plusieurs articles dans des revues. Elle a organisé deux ouvrages collectifs portant sur la littérature canadienne, a dirigé le Centre d’études canadiennes de son université et a été vice-présidente de l’Association brésilienne d’études canadiennes. Elle est actuellement membre du Conseil d’administration de l’Association internationale des études québécoises (AIEQ).

Lise Gauvin est professeure à l’Université de Montréal, où elle dirige le Département d’études françaises. Parmi ses publications récentes : Écrivains contemporains du Québec avec Gaston Miron, Paris, Seghers, 1989 – L’Hexagone/Typo, 1998 ; À une enfant d’un autre siècle, essai, Montréal, Leméac, 1997 ; L’Écrivain francophone à la croisée des langues, Paris, Karthala, 1997 (Prix France-Québec) ; Nouvelles d’Amérique avec Maryse Condé, Montréal, L’Hexagone, 1998 et Langagement. L’Écrivain et la Langue au Québec, Montréal, Boréal, 2000. Elle tient également une chronique des « Lettres francophones » dans le journal Le Devoir.

Professeur agrégé à l’Université d’Ottawa, Rainier Grutman étudie les littératures française (XIXe-XXe siècles), belge et québécoise. Comparatiste, il s’est particulièrement intéressé au plurilinguisme littéraire, phénomène auquel il a consacré un ouvrage (Des langues qui résonnent, Montréal, Fides-Cétu, 1997) et de nombreux articles.

Pierre Halen, d’abord assistant à l’Université catholique de Louvain, puis chercheur invité et enseignant à l’Université de Bayreuth ainsi qu’à l’Université d’Anvers, il enseigne aujourd’hui la littérature générale et comparée à l’Université de Metz. Gestionnaire du site documentaire www.mukanda.org, collaborateur des revues Textyles (Bruxelles) et d’ Études littéraires africaines (Paris). Parmi ses domaines de recherche : les littératures francophones (Belgique, Afrique centrale, théorie générale), exotiques, coloniales ; l’immigration et l’interculturalité.

Catherine Khordoc est professeure de littératures française et francophone à l’Université de Limerick en Irlande. Elle a rédigé une thèse de doctorat sur le mythe de Babel dans la littérature francophone à l’Université de Toronto. Ses recherches actuelles portent principalement sur la littérature migrante au Québec. Elle a publié des articles entre autres sur Francine Noël, Monique Bosco, Nancy Huston et Ernest Pépin.

Jean-Marie Klinkenberg enseigne la sémiologie, la rhétorique et les cultures francophones à l’Université de Liège, où il a présidé le Centre d’Études québécoises douze années durant. Il a été Président du Conseil supérieur de la langue française de Belgique. Il est membre de l’Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique.

Étudiant à l’Université de Montréal, Karim Larose termine actuellement une thèse de doctorat sur la modernité culturelle québécoise. Il est membre du projet de recherche « Construction de la modernité critique au Québec », dirigé par Ginette Michaux et Élisabeth Nardout-Lafarge. Il a publié des articles sur la poésie et l’essai québécois, sur la modernité, sur la langue et sur la question du mineur.

Julie LeBlanc est professeure agrégée au Département d’études françaises à l’Université de Toronto. Elle a publié Les Masques de Gilbert La Rocque, édition critique, Montréal, PUM, « Bibliothèque du Nouveau Monde », 1998 et Énonciation et inscription du sujet : textes et avant-textes de Gilbert La Rocque, Toronto, Éditions du GREF, 2000. Elle achève un ouvrage intitulé Textes et avant-textes autobiographiques au féminin. Ses domaines de recherche sont les récits autobiographiques, la littérature québécoise, les théories féministes et canoniques de l’autobiographie, les théories de l’énonciation, la narratologie et la sémiotique visuelle.

Gwénaëlle Lucas est doctorante en cotutelle de thèse entre les universités de Paris IV-Sorbonne et de Montréal. Son étude est consacrée à l’itinéraire intellectuel de Marie Le Franc dans l’émergence de réseaux littéraires périphériques déplaçant les relations franco-québécoises vers l’axe régional au cours de la première moitié du XXe siècle.

Marco Modenesi est professeur de littérature française et de littératures francophones à l’Université de Milan (Italie). Dans le domaine de la littérature française, ses études portent sur le roman symboliste décadent (Joris-Karl Huysmans, Georges Rodenbach) et sur le XXe siècle (Max Jacob, Koltès). Pour ce qui concerne les littératures francophones, il s’intéresse à la production de l’Afrique noire (Mali, Burkina-Faso), des Caraïbes ainsi qu’à celle du Québec et du Canada francophone. Il est membre du Comité scientifique de la revue Ponti/Ponts. Langues, littératures, civilisations des pays francophones, publiée par l’Université de Milan (Cisalpino éditeur).

Sylvano Santini est étudiant en doctorat à l’Université de Montréal en cotutelle avec l’Université Michel de Montaigne Bordeaux III. Ses recherches de troisième cycle sont orientées sur les réceptions de la pensée de Deleuze et de Foucault par la critique littéraire contemporaine.

Lisbeth Verstraete-Hansen, attachée à l’Institut d’études romanes de l’Université de Copenhague, a élaboré une thèse intitulée « Littérature et engagements en Belgique francophone. Charles Paron et David Scheinert face à leur temps (1948-1972) ».

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr