Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures mineures en langue majeure

 | 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Lise Gauvin

Troisième partie. Itinéraires comparés

La France capitale : le Québec et la mère patrie dans la critique littéraire du journal Les Débats (1900)

Karine Cellard

Texte intégral

  • 1 Michel Biron, L’Absence du maître, Montréal, PUM, « Socius », 2000.
  • 2 Gérard Bouchard, Genèse des nations et cultures du Nouveau Monde. Essai d’histoire comparée, Montré (...)

1L’influence de la France paraît aujourd’hui bien moins capitale à l’histoire de la culture québécoise qu’elle ne l’a jamais été. Comme pour consommer une rupture symbolique, la critique récente se montre en effet beaucoup plus sensible aux traces de l’américanité dans les œuvres québécoises qu’à celles du vieux continent. Plus encore, des travaux comme ceux de Michel Biron sur la « littérature liminaire » remettent en question la pertinence, pour la compréhension des textes littéraires québécois, de la figure du centre incarnée par la métropole française1. Lorsqu’elle constitue un objet d’étude, l’emprise de la France sur l’imaginaire national se trouve parfois affectée d’une profonde charge négative : en témoigne le dernier essai de l’historien Gérard Bouchard, qui déplore son influence inhibitrice prégnante jusqu’au seuil de la Révolution tranquille2.

  • 3 C’est pourtant ce que suggère Gérard Bouchard au terme de son étude comparatiste du Québec et des c (...)

2Au tournant du XXe siècle à Montréal, la France constitue pourtant un modèle politique et artistique fort stimulant pour certains intellectuels et écrivains canadiens-français, et il nous semble important de ne pas stigmatiser cette influence qui, à certains moments de l’histoire du Canada français, a contribué pour une large part à l’émergence d’une culture qui peut difficilement être considérée comme empruntée3. En effet, l’attrait pour la France ne porte pas les auteurs à adopter tels quels des courants littéraires étrangers mais plutôt à les reconfigurer pour respecter des valeurs identitaires qu’ils refusent de transgresser. L’influence hexagonale, avec toutes les contradictions que suppose son aménagement, s’avère donc un révélateur privilégié des fondements culturels d’un certain état du champ littéraire en formation.

  • 4 Pour la majorité des Canadiens français – et notamment pour les rédacteurs des Débats-, la guerre d (...)

3Dans les textes qui nous intéresseront ici, soit deux séries d’articles littéraires publiés dans un journal de combat intitulé Les Débats, l’alternative politique que représente la France par rapport à la métropole britannique s’ajoute à la fascination des rédacteurs pour l’avant-garde artistique de la mère patrie. À l’automne 1899 en effet, la force militaire anglaise avive le traditionnel antagonisme entre les deux groupes linguistiques canadiens en envahissant la province sud-africaine du Transvaal. Alors qu’une majorité d’anglophones soutient l’impérialisme britannique, la guerre des Boers attise le nationalisme des francophones qui tendent à s’identifier aux descendants des Hollandais dépossédés de leur territoire par la force. Le journal Les Débats, dont la mission principale consiste justement à dénoncer la participation du Canada à la guerre anglo-boers, est fondé par des étudiants montréalais en réaction directe contre l’envoi d’un premier contingent de volontaires en Afrique du Sud4.

4Hebdomadaire nationaliste de tendance libérale, polémique et populaire, Les Débats ne s’inscrit pas comme tel dans l’histoire de la littérature du Québec. Il constitue toutefois un matériau de première main pour évaluer l’attirance qu’exerce la France sur la nouvelle génération littéraire de 1900. En effet, bien que le journal soit essentiellement politique, l’équipe de rédaction s’implique également dans le domaine de la culture et entreprend, à l’échelle du journal, quelques actions susceptibles de stimuler la création chez les jeunes auteurs. Elle publie une majorité d’œuvres littéraires locales, par exemple, ce qui constitue une politique éditoriale relativement rare dans la presse de l’époque ; elle fait également place au discours critique sur la production artistique canadienne-française et ces textes témoignent de façon éloquente de l’ascendant français sur la création nationale.

  • 5 La reconnaissance accordée à Louis Dantin par la postérité tient entièrement à l’importance qu’il a (...)

5Les œuvres et les critiques publiées dans Les Débats sont rédigées par des écrivains qui participent activement, pour la plupart, à la rédaction du journal. Plusieurs sont des membres ou d’anciens membres de l’École littéraire de Montréal, le groupuscule le plus important du milieu littéraire canadien-français du tournant du siècle. À part Émile Nelligan, ces écrivains sont aujourd’hui presque oubliés ; Arthur de Bussières, Jean Charbonneau, Gonzalve Desaulniers, Charles Gill, Joseph Melançon ou les frères Gaston et Louvigny de Montigny ne sont en effet guère connus du grand public. D’autres collaborateurs des Débats – Louis Dantin, Olivar Asselin et Jules Fournier, par exemple – survivront mieux le passage du temps grâce au statut d’intellectuels importants de la première moitié du XXe siècle qu’on leur reconnaît aujourd’hui5.

6L’implication de ces écrivains dans un journal ultra-politisé peut surprendre puisque les dirigeants de l’École littéraire de Montréal ont toujours pris grand soin de dissocier publiquement les questions épineuses de politique et de religion des préoccupations artistiques du cénacle. Pourtant, de nombreux articles polémiques à caractère littéraire publiés dans Les Débats renvoient clairement aux tensions politiques introduites au sein du milieu culturel canadien par la guerre des Boers. Les articles proprement critiques, bien que plus nuancés, conservent eux aussi indirectement l’empreinte du nationalisme du journal dans la mesure où les enthousiasmes comme les réserves esthétiques répondent aux enjeux identitaires avivés par le colonialisme militaire. Aussi le rapport à la France que révèlent les chroniques littéraires est-il inextricablement lié à une ferveur patriotique envers le Canada français lui-même, et certaines ambivalences par rapport à la mère patrie trahissent-elles les valeurs nationales qui paraissent intransgressables pour l’équipe des Débats. Afin d’expliciter les contradictions et de dégager les enjeux de ce rapport complexe à la littérature française, il est donc nécessaire de comprendre le filtre national à travers lequel est récupérée son influence. Deux séries d’articles sur la littérature canadienne-française nous tiendront lieu de sources discursives à cette fin : une chronique d’histoire littéraire de Jean Charbonneau intitulée « Étude littéraire. À propos de langage » et la réception du recueil Les Soirées du Château de Ramezay de l’École littéraire de Montréal par le critique Joseph Saint-Hilaire.

  • 6 Membre fondateur de l’École littéraire de Montréal, Jean Charbonneau n’a que vingt-cinq ans en 1900 (...)
  • 7 La cible principale de la polémique littéraire des Débats est incontestablement le poète national L (...)

7La chronique d’histoire littéraire publiée par le jeune poète Jean Charbonneau6 du 11 mars au 15 avril 1900 a, à première vue, peu à voir avec la littérature nationale. L’essentiel des cinq articles de la série « Étude littéraire » est en effet consacré aux lettres françaises. Toutefois, en conclusion de chacun d’entre eux, Charbonneau revient immanquablement au milieu des lettres canadiennes-françaises dont il trace un bien sombre portrait. Ce dernier serait soumis au règne de l’arbitraire et à une critique vendue, au bénéfice de prétentieux écrivains médiocres que Les Débats épinglent par ailleurs dans une autre série d’articles polémiques7. Plutôt que de constituer l’objet réel du chroniqueur, la tradition française fait donc figure de modèle susceptible de livrer des leçons à la jeune littérature canadienne.

8Les deux premiers articles de la série, relativement abstraits et décidément tournés vers l’Europe, sont consacrés aux causes de la modification des idiomes dans le temps. Jean Charbonneau identifie plus particulièrement deux facteurs responsables de l’introduction de formes inédites dans la langue, soit l’apparition des néologismes et l’influence du cosmopolitisme. Loin d’apprécier l’apport des mots nouveaux ou étrangers, le jeune critique enjoint ses compatriotes, à la fin des deux articles, d’employer toute leur énergie à les combattre en tant qu’ennemis de la qualité et du statut du français au Canada. Il semble craindre en effet que l’introduction d’éléments hétéroclites ne dénature à long terme le génie de la langue et n’amenuise son prestige d’idiome national.

  • 8 Jean Charbonneau, « Étude littéraire. À propos de langage », dans Les Débats, 25 mars 1900, p. 4.

9Dans ses trois derniers articles, le chroniqueur des Débats propose un moyen pour endiguer les méfaits des néologismes et du cosmopolitisme sur la langue et la littérature canadiennes-françaises. Ce moyen, c’est la critique littéraire, « science universelle du grammairien »8. Ainsi que tente de le prouver Jean Charbonneau à l’aide d’une série d’exemples tirés de l’histoire littéraire universelle – de l’Antiquité à la fin du XIXe siècle–, l’action tutélaire de la critique permettrait notamment de guider la littérature nationale et d’ainsi la garder de différents écueils. L’objectivité de la critique prémunirait de surcroît le domaine des lettres contre la domination de quelques écrivains usurpateurs auxquels, si l’on en croit le chroniqueur, aurait été livré le champ littéraire de la province de Québec.

  • 9 Rappelons que les lettrés canadiens-français de l’époque sont particulièrement sensibles à la quest (...)

10En dépit des apparences, la France paraît donc secondaire, en somme, dans cette chronique littéraire avant tout dédiée à la protection de la culture nationale. Etrangement, la cohésion de la série d’articles de Charbonneau est assurée par un glissement progressif du propos de la langue à la littérature. Comme dans l’ensemble du discours social du tournant du XXe siècle, les frontières entre langue et littérature sont très ténues dans le journal Les Débats, et ces deux valeurs sont elles-mêmes dans un rapport de congruence semblable avec la notion d’identité canadienne-française, qui paraît presque incarnée dans les manifestations littéraires et linguistiques9.

  • 10 Jean Charbonneau, « Étude littéraire. À propos de langage », dans Les Débats, 18 mars 1900, p. 4.

11Le recours à la mère patrie dans la chronique de Charbonneau est donc soumis aux impératifs de la triade langue/littérature/nation, et les chapitres de l’histoire littéraire française convoqués par l’auteur offrent la plupart du temps un modèle d’échappatoire contre des menaces qu’il sent peser sur les lettres canadiennes-françaises. Ainsi, certains des exemples métropolitains semblent un peu plaqués parce qu’ils projettent sur la culture de la France la fragilité de celle du Canada. Au chapitre de la corruption de la langue par l’apport des néologismes ou des effets du cosmopolitisme, par exemple, Charbonneau invoque le modèle de conservation patriotique que constitue la France du XIXe siècle, qui aurait eu à se défendre contre l’influence des littératures allemande et anglaise introduites par Mme de Staël et Chateaubriand. Heureusement, nous dit le jeune Canadien, « la France ne cessa jamais de lutter pour la conservation du caractère national que vingt dynasties avaient défendu par le glaive et la pensée »10.

  • 11 Jean Charbonneau, op. cit., 25 mars 1900, p. 4.
  • 12 Jean Charbonneau, op. cit., 18 mars 1900, p. 4.
  • 13 Jean Charbonneau, « Notes de la semaine. À propos de journalisme », dans Les Débats, 29 juillet 190 (...)

12Certains autres emplois de la tradition de la mère patrie paraissent moins artificiels, comme l’importation au Canada de la critique littéraire. Pour Charbonneau, l’objectivité scientifique de la critique, sa capacité à faire le pont entre l’analyse et la synthèse ont porté les lettres françaises à leur apogée au XIXe siècle (il va même jusqu’à affirmer qu’elle a « fait la littérature moderne [en France] »11). Il considère donc la critique comme un moyen susceptible de combattre la stagnation des lettres canadiennes-françaises en se substituant au discours habituel sur les lettres, fondé sur la flatterie mutuelle. Dans le même ordre de recours contre l’immobilisme, la France moderne s’avère dans le discours de Charbonneau un vecteur de modernité pour les habitants de la province de Québec, ces « dépositaire[s] de la tradition française au Canada »12. Ce modèle d’évolution semble capital pour le jeune journaliste qui, bien qu’il fasse parfois preuve d’un éclectisme déroutant, privilégie une vision téléologique de l’histoire fondée sur l’avancement des peuples. Selon le critique également poète, la littérature contribue activement à ce mouvement ascendant, elle qui suscite le progrès par l’amour du beau : « L’aspiration vers l’infini, vers tout ce qui est grand et beau doit être l’unique préoccupation d’un peuple avancé »13.

13Cette utilisation triomphaliste de la tradition française ne cède que devant les mouvements littéraires que Charbonneau juge dépassés en 1900, comme le classicisme ou le romantisme, par exemple. Les seuls jugements négatifs envers la France émis dans le cadre de la chronique « Étude littéraire » affectent donc des esthétiques qui, selon une conception évolutionniste de la littérature, ont été remplacées par d’autres alors qu’elles étaient arrivées à un point de stagnation. Comme nous avons pu le constater, Jean Charbonneau se préoccupe toutefois davantage des composantes institutionnelles de la littérature (la langue et la critique) que des mouvements particuliers. Ce n’est pas le cas de la réception du volume Les Soirées du Château de Ramezay par le critique Joseph Saint-Hilaire, qui ne se consacre au contraire qu’aux esthétiques. Cette seconde série de chroniques constitue en effet une étude beaucoup moins générale, centrée sur les textes publiés dans le recueil de l’École littéraire de Montréal à laquelle, rappelons-le, la plupart des écrivainsjournalistes appartiennent ou ont déjà appartenu.

  • 14 [École littéraire de Montréal], Les Soirées du Château de Ramezay, Montréal, Sénécal, 1900 (dédicac (...)
  • 15 On l’envoie d’ailleurs à l’Exposition universelle de Paris en guise de témoignage de l’attachement (...)
  • 16 Selon Francis-J. Audet et Gérard Malchelosse (dans Pseudonymes canadiens, Montréal, G. Ducharme lib (...)

14Dédié « À la France/À la mère patrie »14, le recueil Les Soirées du Château de Ramezay est sans conteste l’ouvrage littéraire le plus important publié au Québec en 190015. Il est également le seul auquel Les Débats accorde une critique aussi substantielle : le recueil est analysé du 15 avril au 27 mai dans six articles signés du pseudonyme collectif de Joseph Saint-Hilaire, qui aurait été utilisé tour à tour par une grande partie de l’équipe des collaborateurs littéraires du journal16.

15Les brèves analyses critiques de Joseph Saint-Hilaire décrivent le travail des écrivains de l’École littéraire quant au fond, à la forme et aux influences – françaises – dont témoignent leurs œuvres. En effet, il est frappant de constater que Saint-Hilaire, dans ses critiques, n’établit de filiations poétiques qu’avec les maîtres de la littérature française, depuis le romantisme jusqu’aux tendances à l’époque les plus récentes. Il invoque Hugo, Musset, Gauthier, Leconte de Lisle, de Hérédia et plusieurs autres, en évacuant complètement les auteurs canadiens-français des générations précédentes comme si leur influence sur l’École littéraire avait été négligeable. Joseph Saint-Hilaire fait donc écho à Jean Charbonneau, lequel ne semblait pas garder mémoire d’une tradition littéraire nationale et n’émettait au contraire que des réserves envers le milieu des lettres canadiennes-françaises.

  • 17 Joseph Saint-hilaire, « Les Soirées du Château de Ramezay », dans Les Débats, 13 mai 1900, p. 3.

16Contrairement à Charbonneau toutefois, qui jugeait certains mouvements littéraires français dépassés, le critique fait preuve d’un éclectisme esthétique au moins égal à celui des membres de l’École littéraire et ne dédaigne a priori ni les textes d’influence classique ni les œuvres plutôt romantiques. Dans ses commentaires, il est cependant évident que Saint-Hilaire accorde une importance prépondérante à l’originalité et à la nouveauté, et qu’il éprouve en ce sens une certaine fascination pour les œuvres françaises plus contemporaines, notamment parnassiennes et symbolistes. Le critique apprécie entre autres certains procédés littéraires nouveaux (qu’il qualifie de « modernes ») parce qu’ils constituent une avancée en offrant « l’inattendu et la nouveauté de l’effet »17. Certains de ces « procédés modernes » sont toutefois redoutés par Saint-Hilaire et perçus comme menaçants en contexte canadien, notamment lorsqu’ils invitent à une dérive du sens. L’usage d’archaïsmes, de mots précieux ou de néologismes éloignés de la norme linguistique, par exemple, est condamné par le critique pour des raisons qui restent un peu nébuleuses ; elles tiennent toutefois de façon évidente d’une peur de la corruption du français qui rappelle la chronique « À propos de langage » de Jean Charbonneau.

  • 18 Joseph Saint-hilaire, op. cit., 6 mai 1900, p. 3.

17Le critique des Débats adopte donc une attitude ambiguë à l’égard des mouvements littéraires français contemporains. Ainsi, bien qu’il encourage vivement le soin de l’expression et le cisèlement des vers des poètes d’inspiration parnassienne, Saint-Hilaire en a souvent contre ce qu’il nomme « les défauts du Parnasse », c’est-à-dire l’emploi abusif des comparaisons, des hyperboles, des descriptions, des archaïsmes et autres mots rares en vue « de l’effet à produire »18. Il accorde visiblement beaucoup moins d’importance à la forme qu’au contenu et préfère l’expression des idées aux prouesses de style. Ainsi, les poètes montréalais de tendance parnassienne sont jugés plus sévèrement par le critique des Débats si leurs pièces présentent d’éthérées descriptions exotiques (comme le suggère le titre « Khîrma la turque » d’Arthur de Bussières) que lorsqu’elles sont fondées sur des matériaux plus solides, idées (« Devant un vase grec » de Jean Charbonneau) ou sentiments vrais (« Ivresse » d’Albert Lozeau).

  • 19 Joseph Saint-hilaire, op. cit., 6 mai 1900, p. 3.
  • 20 Ibid., p. 3.

18De même, Saint-Hilaire se montre ambivalent lorsqu’il rencontre des influences symbolistes dans le travail des membres de l’École littéraire. Il semble de prime abord prévenu contre l’hermétisme, l’affectation et le culte de la forme, qu’il présente en opposition à des valeurs qu’il juge importantes comme le naturel et la sincérité. Certains poètes suscitent tout de même son admiration ; il cite par exemple quelques vers de Nelligan, qu’il juge « d’un symbolisme profond et d’une beauté rare »19. Toutefois, le jugement du critique sur la portée de l’œuvre est sévère et fait sourire lorsque l’on connaît la fortune actuelle de la poésie d’Émile Nelligan au Québec : « [les] vers [de Nelligan] [...], seront oubliés parce que lui, l’auteur, possède trop le culte du mot et de l’épithète, parce qu’il recherche l’éclat de la phrase, qu’il se laisse bercer à sa musique et qu’il croit au prestige des sonorités »20. Saint-Hilaire reproduit en fait la méfiance des plus éminents critiques français de son époque comme René Doumic ou Ferdinand Brunetière, qui affirmaient à la fin du XIXe siècle – notamment lors de conférences à Montréal – qu’ils n’estimaient guère le travail de certaines avant-gardes, en particulier celui des symbolistes.

  • 21 Depuis le milieu du XIXe siècle, les anglophones canadiens et américains entretenaient déjà le myth (...)

19Les critiques émises par Jean Charbonneau et Joseph Saint-Hilaire, bien qu’elles portent sur des objets différents et comportent leurs particularités, présentent plusieurs points communs qui permettent de saisir la vision de la littérature canadienne-française qui prédomine dans le journal Les Débats. L’obsession de la qualité du français, d’abord, y est primordiale. Dans la critique des Soirées du Château de Ramezay comme dans la série « Étude littéraire », on condamne en effet les usages susceptibles de compromettre l’orthodoxie grammaticale, syntaxique ou sémantique (l’usage des néologismes et d’éléments cosmopolites, par exemple, mais aussi la préoccupation excessive de la musicalité du vers ou les figures de style hardies fondées sur les correspondances). Ces pratiques blessent la susceptibilité nationaliste des rédacteurs des Débats, qui craignent qu’une telle licence langagière n’affecte à long terme le génie du français et, en dernier ressort, sa suprématie nationale. Cette appréhension est d’ailleurs partagée par de nombreux lettrés de l’époque, qui redoutent une modification progressive de la langue par rapport à la norme européenne qui isolerait le Canada de ses racines françaises21. Le conservatisme relatif de la critique littéraire des Débats pourrait donc s’expliquer en partie par la peur d’une dégénérescence de la langue susceptible d’affaiblir voire de miner les assises de la nation.

20Une importante méfiance par rapport à ce qui tend vers la gratuité littéraire ressort également des articles des Débats. En effet, Saint-Hilaire n’envisage jamais qu’avec suspicion les œuvres qu’il juge hermétiques ou marquées d’un formalisme excessif. Cette réticence tient probablement à ce qu’un usage exclusif du langage dénaturerait la fonction communautaire première attribuée à la littérature canadienne-française, conçue avant tout pour rassembler et pour représenter une nation sans véritable tradition artistique. Contrairement au nationalisme clérical qui acquerra quelques années plus tard un poids considérable dans l’institution littéraire de la province de Québec, la représentativité des lettres telle que l’envisagent les rédacteurs des Débats n’est pas fondée sur l’exploitation livresque de caractéristiques locales (éloge du paysage, des moeurs canadiennes, etc.). Les journalistes valorisent au contraire l’expression talentueuse d’une pensée française, en comptant sur l’origine canadienne des écrivains pour assurer la distinction du corpus national.

21La littérature canadienne telle que la souhaitent les écrivains journalistes des Débats serait donc alignée sur la France contemporaine, mais expurgée de certaines pratiques esthétiques récentes qu’ils jugent peu compatibles avec la conservation de l’« esprit français » au Canada. En effet, les exigences du nationalisme soutenu par les journalistes s’accordent parfois mal avec les tendances modernes de la littérature mère, sympathique au cosmopolitisme ou de tendance trop esthétisante. Bien que leur vision libérale, laïque et urbaine de la société n’entre pas en conflit avec celle de la France, le désir d’émulation littéraire des écrivains des Débats se butte aux valeurs fondamentales de leur conception de l’identité canadienne-française, c’est-à-dire à la promotion de la langue et à la primauté de la communauté.

  • 22 Jean Charbonneau, op. cit., 18 mars 1900, p. 4.
  • 23 Cette attitude s’avère exemplaire de la « pensée équivoque » des intellectuels canadiens-français d (...)

22« Une seule chose nous conservera notre caractère national, affirme Charbonneau : c’est la langue française tant que nous la parlerons au Canada. »22 Cette conservation de la communauté francophone constitue l’horizon premier que donne à lire le discours sur la littérature publié dans Les Débats. Pourtant, écartelés entre la fidélité à la nation canadienne et à ses racines françaises, les jugements esthétiques des écrivains-journalistes n’en sont pas à un paradoxe près. Leur ambiguïté traduit la tension entre la fascination des poètes pour l’avant-garde française et leur souhait d’implanter la littérature dans le quotidien de la société canadienne, entre leur volonté de pratiquer une critique positive et l’impossibilité de céder à l’imitation de leur modèle d’évolution23. Ce rapport équivoque à la mère patrie s’avère d’autant plus singulier qu’il trouve place dans un journal nationaliste au patriotisme exacerbé par l’actualité socio-politique. Singulier en effet puisque, bien que le discours d’affirmation nationale soit omniprésent dans les chroniques littéraires des Débats, la France s’y révèle non seulement capitale à la conceptualisation des origines de la culture canadienne-française, mais également à son avenir.

Notes

1 Michel Biron, L’Absence du maître, Montréal, PUM, « Socius », 2000.

2 Gérard Bouchard, Genèse des nations et cultures du Nouveau Monde. Essai d’histoire comparée, Montréal, Boréal, 2000.

3 C’est pourtant ce que suggère Gérard Bouchard au terme de son étude comparatiste du Québec et des cultures du Nouveau-Monde : « Toutes ces données [dont l’ensemble des transferts culturels français dans le discours savant] autorisent à conclure que, pendant un siècle environ, cette société s’est donné des représentations souvent incohérentes d’elle-même et des autres, au passé (dans sa mémoire) et au futur (dans ses utopies), en essayant trop souvent de plier la réalité du nouveau continent aux manières de l’ancien. Au propre comme au figuré, la société canadienne-française a fait de mauvais rêves ». Gérard Bouchard, op. cit., p. 177.

4 Pour la majorité des Canadiens français – et notamment pour les rédacteurs des Débats-, la guerre des Boers constitue une métaphore de l’impérialisme opprimant la nation canadienne-française depuis la Conquête coloniale ; ils condamnent donc le soutien du gouvernement britannique par des francophones comme une trahison à leur propre nation.

5 La reconnaissance accordée à Louis Dantin par la postérité tient entièrement à l’importance qu’il accorda le premier à Émile Nelligan, en lui consacrant divers articles dès 1902 et en réunissant sa poésie en recueil en 1904. Quant aux journalistes Olivar Asselin et Jules Fournier, ils sont aujourd’hui reconnus pour la qualité de leurs plumes vigoureuses et pour le combat indépendant qu’ils menèrent tant dans le domaine politique que culturel (en particulier pour la qualité de la langue française).

6 Membre fondateur de l’École littéraire de Montréal, Jean Charbonneau n’a que vingt-cinq ans en 1900 alors que la publication du journal Les Débats bat son plein. Comédien et poète philosophe, Charbonneau assume la tâche de chroniqueur littéraire au sein du journal. Parallèlement à sa carrière d’avocat, il restera l’un des poètes les plus actifs au cours des différentes époques de l’École littéraire de Montréal et publiera, en 1935, les mémoires du cercle sous le titre de L’École littéraire de Montréal (Montréal, Éditions Albert Lévesque, « Les jugements », 1935).

7 La cible principale de la polémique littéraire des Débats est incontestablement le poète national Louis Fréchette, dont la chronique linguistique hebdomadaire « À travers le dictionnaire et la grammaire. Corrigeons-nous ! », publiée dans le journal La Presse, fait l’objet d’une féroce satire intitulée « À travers Fréchette. Corrigeons-nous ! » (Les Débats, 7 janvier au 11 mars 1900).

8 Jean Charbonneau, « Étude littéraire. À propos de langage », dans Les Débats, 25 mars 1900, p. 4.

9 Rappelons que les lettrés canadiens-français de l’époque sont particulièrement sensibles à la question de la qualité de la langue, qui souffre en particulier de la pénétration du vocabulaire et de la syntaxe anglaise. Les initiatives littéraires répondent les premières à cette préoccupation collective : l’École littéraire de Montréal, notamment, se donne pour mission d’illustrer la langue française et Jean Charbonneau, dans les mémoires du cercle, affirme même qu’elle est fondée « [afin de] travailler à sauver notre langue française du marasme où elle est malheureusement plongée ». Jean Charbonneau, L’École littéraire de Montréal, ses origines, ses influences, ses animateurs, op. cit., p. 26.

10 Jean Charbonneau, « Étude littéraire. À propos de langage », dans Les Débats, 18 mars 1900, p. 4.

11 Jean Charbonneau, op. cit., 25 mars 1900, p. 4.

12 Jean Charbonneau, op. cit., 18 mars 1900, p. 4.

13 Jean Charbonneau, « Notes de la semaine. À propos de journalisme », dans Les Débats, 29 juillet 1900, p. 3.

14 [École littéraire de Montréal], Les Soirées du Château de Ramezay, Montréal, Sénécal, 1900 (dédicace).

15 On l’envoie d’ailleurs à l’Exposition universelle de Paris en guise de témoignage de l’attachement du Canada à ses racines françaises.

16 Selon Francis-J. Audet et Gérard Malchelosse (dans Pseudonymes canadiens, Montréal, G. Ducharme libraire-éditeur, 1936, p. 125), il s’agirait d’Olivar Asselin, de Germain Beaulieu, de Gustave Comte, de Charles Gill, de Jean Charbonneau, de Gaston et de Louvigny de Montigny. Trois d’entre eux (Germain Beaulieu, Charles Gill et Jean Charbonneau) auraient donc été à la fois auteurs et critiques des Soirées du Château de Ramezay. Il est à noter que les journalistes profitent du pseudonyme collectif pour éplucher férocement les travaux des dignitaires de l’École littéraire, le président Wilfrid Larose et le président d’honneur Louis Fréchette, dans de savoureuses satires polémiques que nous écarterons toutefois ici pour nous concentrer sur le discours littéraire proprement critique.

17 Joseph Saint-hilaire, « Les Soirées du Château de Ramezay », dans Les Débats, 13 mai 1900, p. 3.

18 Joseph Saint-hilaire, op. cit., 6 mai 1900, p. 3.

19 Joseph Saint-hilaire, op. cit., 6 mai 1900, p. 3.

20 Ibid., p. 3.

21 Depuis le milieu du XIXe siècle, les anglophones canadiens et américains entretenaient déjà le mythe du French Canadian Patois selon lequel le français du Canada aurait été incompréhensible à un locuteur parisien. À ce sujet, on consultera avec profit l’ouvrage de Chantal Bouchard, La Langue et le Nombril. Histoire d’une obsession québécoise, Montréal, Fides, « Nouvelles études québécoises », 1998.

22 Jean Charbonneau, op. cit., 18 mars 1900, p. 4.

23 Cette attitude s’avère exemplaire de la « pensée équivoque » des intellectuels canadiens-français de cette génération que décrit Gérard Bouchard dans Genèse des nations et cultures du nouveau monde. « La pensée équivoque, c’est-à-dire : les syncrétismes, les antinomies et les contradictions qui structuraient les consciences individuelles sollicitées par des idéaux divergents entre lesquels elles ne savaient trancher », en l’occurrence la fidélité au modèle français et aux impératifs de la culture canadienne-française. Nous persistons toutefois à croire que cette ambiguïté devrait être constatée et reconnue, avec toutes les conséquences historiques qu’elle implique, plutôt que condamnée (Gérard Bouchard, op. cit.) ou, au contraire, étrangement valorisée comme caractéristique nationale (Jocelyn Létourneau, Passer à l’avenir : histoire, mémoire, identité dans le Québec d’aujourd’hui, Montréal, Boréal, 2000).

Auteur

Karine Cellard a entrepris en 2001 un doctorat au Département d’études françaises de l’Université de Montréal. Sa communication, intitulée « La France capitale. Le Québec et la mère patrie dans la critique littéraire du journal Les Débats (1900) », est inspirée de son mémoire de maîtrise sur le journal Les Débats.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540