Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures mineures en langue majeure

 | 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Lise Gauvin

Troisième partie. Itinéraires comparés

L’inscription du français et du québécois dans le roman

2. Remarques sociolinguistiques en marge du texte narratif

Marco Modenesi

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 Lise Gauvin, Langagement, Québec, Boréal, 2000, p. 7.

1Comme le relève Lise Gauvin, « depuis ses origines, la littérature québécoise est traversée et hantée par une problématique de la langue »1

  • 2 Noël Corbett, Présentation à N. Corbett (dir.), Langue et identité, Québec, Les Presses de L’Unive (...)

2Cela est évidemment à imputer aussi et surtout à l’importance que la langue acquiert dans la société québécoise : il est en effet fondamental de rappeler encore aujourd’hui ce que Noël Corbett remarquait il y a une dizaine d’années, c’est-à-dire « que le français au Québec revêt une importance hors de toute proportion avec son simple rôle d’instrument de communication. Le français est devenu en quelque sorte le symbole de la condition des Québécois francophones, symbole de leur statut et symbole de leur identité sur un continent majoritairement anglophone2. »

  • 3 Cf. Lise Gauvin, op. cit., p. 13.

3Langue, identité, communication, statut politique et social : le réseau qui se tisse autour du code linguistique est à ce point complexe qu’on ne sera pas étonné d’identifier parmi les traits caractéristiques d’une partie (vaste mais non nécessairement proche de la totalité) des écrivains québécois et franco-canadiens la mise en action – plus ou moins volontaire et plus ou moins consciente – de stratégies textuelles visant à représenter la langue3.

  • 4 Tout en reconnaissant l’imprécision du point de vue de la linguistique des deux expressions, je me (...)
  • 5 Cf. à ce propos, Geneviève Prévost, « Des Québécois en France : six points de vue d’auteurs sur la (...)

4Parmi ces stratégies textuelles, je vais privilégier la mise en scène de la confrontation directe, intentionnelle et explicite entre le français de France et le français du Québec4. Une confrontation qui se fait par l’intermédiaire d’un personnage québécois ou franco-canadien qui entre en rapport (linguistique) avec des personnages français5.

5Choisissant comme point de départ un corpus constitué de romans ou récits des années 80 et 90, j’essaierai d’avancer une lecture critique de quelques passages exemplaires.

6Mon étude portera donc sur quelques pages ou sur quelques lignes seulement des textes suivants : Une liaison parisienne (1976) de Marie-Claire Blais ; Maman-Paris Maman-la-France (1982) de Claude Jasmin ; Des nouvelles d’Édouard (1984) de Michel Tremblay ; L’Enfant chargé de songes (1992) d’Anne Hébert ; Le Temps des Galarneau (1993) de Jacques Godbout et Pas pire (1998) de l’Acadienne France Daigle.

7Les réflexions que je vais avancer ne concerneront donc qu’un corpus réduit, même s’il est indiscutablement significatif. Leur portée devra ainsi être élargie, dans le futur, par l’étude d’un corpus littéraire plus vaste dont cet essai se proposerait d’être un premier échelon.

8Il n’en reste pas moins que l’analyse de ces quelques romans nous assurera un échantillon important des effets sortis par une stratégie textuelle qui se base sur une mise en relief de problématiques linguistiques.

II. Deux codes face à face : lecture critique d’une confrontation linguistique

9La confrontation linguistique entre Français et Québécois est souvent l’un des motifs qui côtoient un thème romanesque assez fréquent : le voyage en France. Voyage qui se fait pour des raisons de travail (Maman-Paris Maman-la-France, Pas pire), pour accomplir sa formation (Une liaison parisienne) ou pour le simple plaisir de voyager et de visiter la France, notamment Paris (Des nouvelles d’Édouard, L’Enfant chargé de songes).

10Arrivé en terre française, le Québécois semble ne pas être à même de se soustraire au charme quasi atavique que la langue parlée en France exerce sur lui.

11C’est ainsi que le héros de Claude Jasmin s’exprime en s’adressant à sa mère dans le journal qu’il lui adresse pendant son séjour parisien :

  • 6 Claude Jasmin, Maman-Paris Maman-la-France, Ottawa, Leméac, 1986, p. 21. Dorénavant : MPMF.

Et il y a, surtout ça maman, la douceur de la parlure par ici ? C’est une musique perpétuelle que d’entendre cette façon de parler français. C’est un ravissement. Bien sûr, nous croisons au Québec quelques Français et c’est toujours cette différence avec notre accent plutôt rocailleux et cette mollesse dans nos dictions. Ici, cet après-midi, partout, c’est cette belle chanson du langage, cette élocution, naturelle et pourtant comme… appliquée de ce peuple.6

12Même si l’on pourrait soupçonner l’auteur de vouloir véhiculer à travers son personnage une réflexion quelque peu ironique sur ceux qui partagent l’idée de la qualité supérieure du français de France, il n’en reste pas moins que le héros de Maman-Paris Maman-la-France fait recours aux arguments typiques qui se trouvent à la base de cette apologie du français hexagonal.

13Autrement dit, on reconnaît à la parlure française un statut de supériorité qualitative (meilleur accent, à savoir meilleure phonétique, meilleur débit de la phrase, meilleure intonation) par rapport à celle que l’on rencontre au Québec.

14Et les effets de ce code modèle ne tardent pas à se faire reconnaître :

  • 7 Ibid., p. 173.

As-tu remarqué que j’améliore pas mal mon style, mon vocabulaire ? C’est ça aussi, maman, être en France, un goût vif pour s’exprimer plus correctement.7

15Où, assez évidemment, « améliorer son style » et « s’exprimer plus correctement » doivent être lus comme « rapprocher son style à celui du français de France » et « s’exprimer de manière plus proche de celle des Français ».

16Le pouvoir d’attraction de ce modèle parfait se manifeste aussi dans une sorte d’imitation spontanée et presque instinctive chez le personnage québécois.

17Le héros de Maman-Paris Maman-la-France emploie de plus en plus des expressions françaises dans son texte, témoignant d’une sorte d’évolution stylistique qu’il ne peut (et probablement ne veut) empêcher :

  • 8 Ibid., p. 28.
  • 9 Ibid., p. 32.
  • 10 Ibid., p. 37.
  • 11 Ibid., p. 146.

J’ouvre en débarrant ce qu’ils appellent une espagnolette, un des deux volets de la haute fenêtre.8
Rue de Sèvres, enfin, un « tabac ».9
Ras-le-bol comme ils disent par ici.10
Comme disent les Parisiens : il y avait de l’eau dans le gaz ! Et ne me demande pas de t’expliquer ça, je ne pourrais pas.11

18De son côté, Édouard, dans le roman de Michel Tremblay, assiste, fort étonné, à la transformation de son accent dès qu’il entre en contact avec le capitaine du bateau qui le mène en France, un Français dont il subit tout le charme.

19Lisons le passage où, après coup et donc après avoir retrouvé son français québécois, il relate l’épisode à sa belle-sœur :

  • 12 Michel Tremblay, Des nouvelles d’Édouard, Paris, Babel, 1997, p. 75. Dorénavant : NE.

Pis une chose étrange s’est produite : quand j’ai parlé, ma voix avait changé ! Je sais pas ce qui s’est passé mais… mes « r » ont changé de place dans ma bouche ! Je sais pas comment vous expliquer ça… J’essayais pas de parler comme lui, Dieu m’en garde, comme y diraient dans les romans français, mais j’étais pus capable de parler comme d’habitude… […]
Ce qui m’étonnait le plus c’est que ça s’était fait automatiquement. Sans le vouloir, j’avais changé ma façon de parler juste parce qu’un Français me parlait !12

20De même, au moment où Édouard s’adresse à la princesse Clavet-Daudun, toujours pendant son voyage vers la France :

  • 13 Ibid., p. 137.

Et je me suis entendu dire avec mon propre nouvel accent qui sort je ne sais d’où :
Vous savez, madame la princesse, tout le monde ne parle pas comme madame Beaugrand, chez nous… L’accent change selon les quartiers…13

21Ce phénomène d’imitation et de mimétisme linguistique va se reproduire à tout contact avec les Français :

  • 14 Ibid., p. 186.

Je lui ai répondu avec un accent qui s’approchait le plus possible du sien : « Ceurtaineument ! » et je lui ai montré mon billet…14

  • 15 Ibid., p. 210.

Je crois deviner qu’il ne m’a pas compris et je répète en essayant de sonner le plus possible comme lui :
Lé toilééétes, s’il vu plé.15

22L’effet comique qui se dégage surtout à partir de la tentative de reproduction des spécificités phonétiques du français hexagonal à travers une transcription visant à témoigner la déformation que le pauvre Édouard est en train d’opérer ne doit pas nous éloigner de la réflexion principale concernant ce phénomène : Édouard, Québécois fraîchement débarqué en France, est la victime d’un procédé d’imitation spontanée, de mimétisme linguistique qui demande une interprétation de la part du lecteur.

23Pour ce faire, on ne devra pas oublier que la même chose – quoique racontée tout simplement sur un ton d’information qui n’a rien à voir avec les effets exhilarants que la maîtrise de la composition linguistique et romanesque de Michel Tremblay sait engendrer – se reproduit chez Rachel dans Maman-Paris Maman-la-France :

  • 16 MPMF, p. 65.

L’accent ! Rachel a bien ri. Moi aussi je ris en dedans car, entre nous deux maman, elle a attrapé ce petit ton pointu commun à la plupart des Parisiens. Elle ne s’en rend pas compte (…). C’est qu’elle a de l’oreille et a besoin de s’intégrer rapidement où qu’elle se trouve mon joli caméléon !16

24D’ailleurs, il faudra aussi garder en mémoire l’écho de la satisfaction du jeune Mathieu Lelièvre face à la vendeuse parisienne qui, par sincérité ou par flagornerie envers son client, croit bon souligner qu’il n’a pas d’accent québécois :

  • 17 Marie-Claire Blais, Une liaison parisienne, Québec, Boréal Compact, 1991, p. 24.

– Vous venez du Québec, monsieur ?
– Oui, dit-il, avec fierté.
– Vous n’avez pas la trace du plus petit accent même si vous êtes Québécois, dit la vendeuse.
La jeune femme parfumée lui remit son paquet, le laissant songeur sur ces paroles pleines de tact qu’elle avait prononcées. Il aimait de plus en plus Paris.17

25Cet instinct, cet effort ou ce besoin – conscients ou inconscients – de déguiser son accent peuvent effectivement signaler une nécessité d’intégration, qui ne trouve d’autre moyen de s’accomplir qu’une imitation, qu’un effacement d’un trait typique de sa propre identité linguistique en faveur de l’adoption d’un code qui est ressenti comme dominant et supérieur : le lecteur se trouve face à un procédé de dépersonnalisation.

  • 18 Bernard Saint-Jacques, « Le français québécois : langue de communication et symbole d’identité », (...)

26Autrement dit, l’apologie du français et ce syndrome du caméléon ne sont que l’héritage et les avatars du complexe d’infériorité que les linguistes ont souvent relevé chez les Québécois : « L’idée qu’ils parlent une langue appauvrie, dégénérée, une langue qui en s’éloignant du modèle français s’est corrompue, a pris des racines profondes chez les Québécois eux-mêmes. »18

27Si l’on croit que le français de France est à même d’améliorer le style d’un Québécois et si la phonétique et la prosodie des Français sont ressentis comme un modèle à admirer et à imiter, c’est que l’on est convaincu de sa propre infériorité linguistique.

  • 19 Cf. Jean-Marie Klinkenberg, « Insécurité linguistique et production littéraire », dans Cahiers de (...)
  • 20 Cf. Bernard Saint-Jacques, op. cit.
  • 21 Cf. Jean-Denis Gendron, « Aperçu historique sur le développement de la conscience linguistique des (...)

28Les passages que l’on vient d’analyser témoignent, donc, d’une véritable autodépréciation, autre trait caractéristique de la situation sociolinguistique des Québécois que des linguistes tels que Jean-Marie Klinkenberg19, Bernard Saint-Jacques20 ou Jean-Denis Gendron21 ont très nettement mis en relief.

29Il faut cependant reconnaître que, dans l’univers narratif que je suis en train de sonder, l’autodévalorisation est, d’ailleurs, favorisée par l’attitude des Français face à l’accent québécois.

30Encore une fois, le corpus que j’ai établi offre des passages d’une étonnante homogénéité.

31Tout lecteur de Michel Tremblay se souvient des nombreux épisodes où le comique et l’humour (souvent amer) relèvent de la « parlure » québécoise perçue par des oreilles françaises.

32Édouard, dans tous ces cas, est l’objet des rires voire des moqueries mal cachées de ses interlocuteurs :

  • 22 NE, p. 143.
  • 23 Ibid, p. 190.

J’ai fait rire la princesse Clavet-Daudun avec mon vrai accent, tout ce qu’il me reste à espérer c’est que les Français me fassent rire avec le leur. Mais le problème c’est que j’y suis habitué alors qu’eux ne le sont pas au mien !22
Un monsieur très sérieux avec un uniforme et une casquette est venu poinçonner nos billets et regarder nos papiers en blaguant sur l’accent si drôle des Canadiens français. Antoinette a blanchi. Moi, j’ai rougi. J’ai eu envie de lui dire que son accent était aussi drôle pour nous mais il n’aurait peut-être pas compris. À partir de maintenant je dois accepter le fait que je suis en minorité, ici, et que c’est moi qui ai un accent. Ça va être difficile parce qu’on riait tellement, sur la rue Mont-Royal, quand on entendait quelqu’un qui avait l’accent français…23

33Princesses, contrôleurs de trains, chauffeurs de taxi, directeurs de restaurant, boutiquiers, concierges : tous en arrivent à rire de l’accent du pauvre Édouard qui est de plus en plus déconcerté car non seulement ces Français éclatent de rire sans aucune retenue et sans aucun respect d’autrui, mais à rien ne servent les réactions d’Édouard. Ils en arriveront à le réduire au niveau d’une machine à faire rire, statut qui l’anéantit et le chosifie sans aucun égard :

  • 24 Ibid., p. 218.

Ces Canadiens, tous des farceurs ! Allez-y, parlez, dites-moi quelque chose, votre accent me fait marrer !24

  • 25 Ibid, p. 220.

Et c’est là que j’ai réalisé qu’il ne comprenait pas un mot de ce que je disais, qu’il riait juste aux sons que je faisais !25

34De même, le héros de L’Enfant chargé de songes connaît une destinée pareille. Assis en face d’une charmante demoiselle à Paris, il n’aura pas le temps de formuler quelques phrases qu’il se retrouvera à partager la situation d’Édouard :

  • 26 Anne Hébert, L’Enfant chargé de songes, Paris, Seuil, 1992, pp. 21-22.

Il s’entend dire très clairement, en détachant chaque mot, sur le ton d’une déclaration sans appel :
– Lydie avait les yeux parfaitement verts comme des raisins verts !
Elle rit si fort qu’il se lève, outragé, et lui jette à la figure une agressivité retenue depuis son arrivée à Paris et qu’il déballe très vite.
– Tout est trop ancien, ici, trop vieux, le passé nous étouffe, c’est trop petit surtout, votre Seine, on dirait un ruisseau, vos forêts ont l’air de parcs bien ratissés, et puis le sel n’est pas salé, ni le sucre sucré, trop de monde, trop de voitures, trop pollué…
Elle s’étouffe de rire.
– C’est votre accent qui me met en joie ! Quelle fête ! Ne vous fâchez pas, surtout. Ça me rappelle la campagne profonde. Continuez, je vous en prie. Elle a cessé de rire. Elle ferme les yeux comme si elle se recueillait, en attente d’une joie nouvelle. (…)
Il articule nettement pour qu’elle ne remarque pas son accent et ne se moque pas davantage :
– Bonsoir. Il faut que je rentre.26

35La seule exception partielle dans le corpus que j’ai sélectionné est le dialogue qui a lieu entre un Acadien et un Français dans Pas pire :

  • 27 France Daigle, Pas pire, Moncton, Les Éditions de l’Acadie, 1998, pp. 151-152. Dorénavant : PP.

Terry venait juste de s’installer pour commencer à patienter quand l’écrivain de la délégation française se pointa dans la cabine. Il s’avança sans rien dire et se mit à regarder tout droit devant, dans la petite ouverture qui laissait voir la lumière et les champs de l’autre bord de la digue.
– J’ai pas de veine.
Un peu figé, Terry ne s’aventura pas à répondre, mais il jeta un coup d’œil furtif aux poignets de l’homme, à tout hasard.
– Ça ne vous ennuie pas, vous ?
Terry hésita.
– Si je m’ennuie ?
Le Français crut simplement que Terry n’avait pas bien entendu la question.
– Ça ne vous ennuie pas… de rester coincé comme ça, enfermé ?
Terry chercha une réponse simple.
– Non. Je dois être accoutumé.
– Moi je déteste. Ça me donne les boules.
Terry essaya de s’imaginer ce que ça pouvait vouloir dire d’avoir des boules. Il ne savait pas non plus quelle grosseur de boules imaginer. Il pensa simultanément à des boules à mites et à des boules de billard. (…)
– Je peux en tirer une ?
Terry comprit en voyant le paquet de cigarettes dans la main du délégué. Presque plus personne n’avait le droit de fumer en public au Canada, mais Terry n’avait pas le cœur de le dire à cet homme pâle et cerné qui manquait d’air. Il s’avança, ouvrit une petite fenêtre de côté et en ferma une autre derrière eux. (…)
– Pardonnez-moi, je n’ai pas retenu votre nom.
– Terry.
– Thierry ?
– Terry. Terrence. Terrence Thibodeau.
– Terrence Thibodeau. C’est typiquement acadien comme nom ?
– J’sais pas. Je croirais que oui.27

36Les incompréhensions lexicales, l’incapacité de la part du Français à comprendre immédiatement l’altérité linguistique du Canadien, l’humour involontaire que le partage partiel du code engendre sont encore là. Mais, chez France Daigle, avec un équilibre que l’on n’a pas retrouvé chez les autres romanciers, l’effet d’humour (« veine ») concerne l’Acadien qui semble ne pas comprendre le registre familier du Français ; la difficulté à saisir ce qui n’appartient pas à son propre code relève du Français (« Terry », « Thierry ? ») et de l’Acadien à la fois (« Si je m’ennuie ? »).

37À côté de la mise en scène des réactions hilares (et agaçantes) des Français, les passages que Ton vient d’étudier insistent généralement aussi sur leur ignorance quant aux questions concernant la relativité de l’accent.

38Ces Français semblent ignorer totalement ce que le narrateur du Temps des Galarneau affirme presque avec nonchalance :

  • 28 Jacques Godbout, Le Temps des Galarneau, Paris, Seuil, 1993, p. 75.

On a tous un accent du pays, même mes Parisiens qui, intra muros, parlent avec la langue collée au palais, et en banlieue au fond de la gorge. Moi, je sais, je parle du nez.28

39Tout effort, cependant, s’avère inutile à ce propos :

  • 29 MPMF, p. 65.

Je lui explique que pour les Montréalais, moi aussi je n’ai plus d’accent et je parle « comme tout le monde » là-bas. « Si vous veniez au Québec, tout de suite en arrivant, on remarquerait votre accent parisien ! » Elle paraît encore plus surprise !29

40De même, on relèvera que les Français ne parviennent pas souvent à reconnaître l’accent québécois de prime abord :

  • 30 Ibid., p. 22.
  • 31 NE, p. 251.

Il a cru reconnaître notre accent. Il nous parle de son cousin qui vit en Belgique ! On le contredit aussitôt et alors, conduisant d’une main, il nous examine soigneusement comme si, à l’apparence, cette fois il allait repérer nos origines. On s’amusait. Il a parlé du Périgord, de l’Auvergne puis de la Suisse et enfin, nous voyant nier ses efforts, il a éclaté : « Vous êtes canadiens, vous venez du Québec ! »30
– Mais d’où sortez-vous, avec cet accent ? Vous êtes belge, ou quoi ?
Je ne sais pas si c’était une insulte, mais je l’ai très mal pris. Je me suis levé d’un bond et je lui ai crié :
– Aïe, mange donc de la marde, toé ! Si tu veux pas que le monde entre dans ton maudit restaurant, garde-lé donc farmé ! Mets donc le cadenas après la porte jusqu’à sept heures si t’es trop sans dessein pour ouvrir avant !
Il s’est étiré sur le bout des pieds […] en me montrant la sortie.
– Nous n’acceptons pas les Arabes, ici, monsieur !
Après les Belges, les Arabes ! Franchement !31

41Une motivation qui dépasse les frontières de l’ignorance linguistique est discrètement avancée dans un passage du roman de France Daigle qui me paraît très significatif :

Au cours de la journée précédant l’enregistrement de Bouillon de culture, nous nous sommes promenés tout à fait librement dans Paris, Camil et moi, le temps de nous refaire l’oreille aux accents et aux intonations et, passant sans doute pour des touristes américains, de nous faire répondre en anglais plus souvent qu’à notre goût. Quand nous étions fatigués, nous nous arrêtions dans des cafés.

  • 32 PP, pp. 145-146.

– C’est étrange. C’est comme si y nous entendaient pas.
– J’sais.
– Peut-être que juste avant de nous entendre, y nous voient, pis là, y a
comme de quoi qui cloche dans leur tête.
– Tu crois qu’on a de l’air si pire que ça ?
– J’sais pas. Des fois, ça prend pas grand-chose.


– Peut-être qu’y entendent personne vraiment.
– Y a ça aussi.32

42On retrouve ici la même incapacité de reconnaître l’accent franco-canadien, accompagnée cette fois par un mouvement d’étonnement (« C’est étrange ») et par une réflexion sur une altérité qui semble désormais poser le cachet de l’incommunicabilité sur la communauté française : « Peut-être qu’y entendent personne vraiment. » Le détachement – qui n’a rien de l’irritation, de la rage ou du malaise que l’on a relevés jusqu’ici face à la réaction française vis-à-vis de la parlure québécoise – dont les deux personnages de Pas pire témoignent pourrait être lu comme le signe fort discret d’un changement assez radical.

43Les réactions d’hilarité inattendues de la part de l’émetteur et, en tant que telles, injustifiées à ses yeux témoignent du fait que – selon le schéma de la communication traditionnel – la transmission du message est dérangée et engendre, ainsi, des effets différents par rapport à ceux que le destinateur a envisagés face à son destinataire.

44La communication est donc entamée dans son intégralité par le fait que les parlants ne partagent pas totalement le même code, dans l’absence d’un système phonétique (et lexical) entièrement en commun.

45Autrement dit, le parlant québécois est obligé de prendre conscience du fait qu’il ne partage pas le même code que le Français.

46On vient de relever que le syndrome du caméléon est l’expression, au niveau linguistique, d’un besoin d’intégration que le narrateur de Maman-Paris Maman-la-France détecte avec une sensibilité sociolinguistique aiguë chez sa compagne Rachel.

47D’ailleurs, Rachel même témoignera de la bonté de cette interprétation du phénomène linguistique dans une exclamation, vers la fin du roman, qui ne laisse pas de doutes à ce propos :

  • 33 MPMF, p. 333.

Je suis fière d’être une Française d’Amérique, toutes ces gloires, regarde par là, Daudet, par ici Delacroix et Beaumarchais, ce sont nos ancêtres à nous aussi, des Français comme nous !33

  • 34 Pierre Martel, Hélène Cajolet-Laganiere, Le Français québécois. Usages, standard et aménagement, Q (...)

48Mais si « toute langue identifie le peuple qui la parle »34, la non-identité du code français et du code québécois dénonce et symbolise aussi une altérité entre les deux communautés parlant français.

49Cela peut engendrer de profondes déceptions là où le Québécois reste encore marqué par le complexe d’infériorité linguistique ressenti comme le signal d’une infériorité culturelle qu’on n’ose pas avouer ouvertement mais qui n’en est pas moins présente.

50De là, la profonde déception d’Édouard après ses premiers contacts avec la ville qui aurait dû être le Paris de ses rêves met en évidence le même besoin profond d’intégration à la réalité sociale et culturelle française :

  • 35 NE, p. 212.

Ce que j’aimais, c’était de me retrouver moi-même en eux alors que nous sommes si différents35.

  • 36 Jean-Marie Klinkenberg, La Francophonie septentrionale, op. cit., p. 537.
  • 37 Cf. à ce propos, Chantal Bouchard, La Langue et le Nombril. Histoire d’une obsession québécoise, M (...)

51Phénomènes de dépersonnalisation, mécanismes d’assimilation, complexes d’infériorité, procédés d’autodépréciation et d’autodévalorisation : la littérature dénonce à sa manière le fait que, au Québec, « sur le plan sociolinguistique, le fait majeur qui aura peut-être le plus marqué le XXe siècle est l’intense sentiment d’insécurité linguistique »36, mais aussi que le discours métalinguistique véhiculé par ces textes narratifs se confond, encore une fois, avec le discours méta-identitaire37.

52Il est temps, donc, de dresser un petit bilan des connaissances que ce parcours assure et impose au lecteur.

III. Bilan des connaissances acquises en forme de conclusion

53Il est incontestable, avant tout, que ces romans témoignent, dans des mesures différentes, de la « surconscience linguistique » de leurs auteurs.

54Sans faire de cela le trait distinctif principal du roman québécois, il est indéniable que, même là où la langue n’est pas nécessairement au centre de son œuvre, l’écrivain québécois ou franco-canadien semble ne pas pouvoir éviter de présenter quelques réflexions sur son code linguistique.

  • 38 Ibid., p. 287.

55Puisque la langue est, surtout au Québec, un élément fondamental de l’identité individuelle et de la collectivité, on peut bien admettre que « en parlant de leur langue, les Québécois se sont décrits eux-mêmes. C’est un autoportrait parfois fort sombre, allant jusqu’à la caricature »38, mais qui fournit, à travers la littérature, des renseignements significatifs sur l’idée qu’ils se font d’eux-mêmes.

56Il est, ainsi, assez étonnant de relever que le corpus de cette étude s’avère une sorte de synthèse de toutes les réflexions que les linguistes et les sociolinguistes ont avancées dans leurs analyses concernant le français au Québec.

  • 39 Cf. Jean-Marie Klinkenberg, Insécurité linguistique et production littéraire, op. cit., p. 75.

57Le phénomène de dépersonnalisation ainsi que ceux qui relèvent de l’autodévaluation sont à rattacher à un complexe d’infériorité qui naît à partir de la conviction presque atavique de parler la même langue que les Français, mais mal39, et qui semble accompagner encore la plupart des personnages que l’on a rencontrés.

  • 40 Chantal Bouchard, op. cit., pp. 10-11.

58Comme le relève Chantal Bouchard, « les Québécois de (s)a génération restent […] marqués par le complexe d’infériorité linguistique dont (leurs) parents ont souffert et qu’ils ont voulu (leur) épargner »40.

  • 41 Jean-Marie Klinkenberg, « Terres d’insécurité », dans Cahiers de l’Institut de linguistique de Lou (...)

59De là, la volonté ou le besoin instinctif (Maman-Paris Maman-la-France, Des nouvelles d’Édouard) de se conformer à ce qu’on ressent comme un modèle de perfection, mais aussi toute une série de situations conçues par les romanciers afin de mettre en relief la situation de marginalité qui s’impose dans un univers où « il n’est bon bec que de Paris »41.

  • 42 Ibidem.

60Une marginalité qui, comme le relève Jean-Marie Klinkenberg, peut engendrer le risque d’une « aliénation linguistique »42 (qui n’est pas toujours détachée d’une aliénation culturelle) dont les manifestations – comme en témoigne le corpus que je viens d’analyser – sont multiples et nuancées.

61Une marginalité qu’il est peut-être possible aussi de dépasser, comme semblent en témoigner presque timidement les héros de France Daigle par une acceptation totale et intégrale de sa propre altérité, linguistique et culturelle, par rapport au modèle français. Expression d’une altérité « géo-culturelle » par rapport au Québécois ou premier signal d’une évolution ultérieure de la question sociolinguistique en général ?

62La réponse est encore loin d’être nette et impose à tout spécialiste de littérature francophone du Canada de rester de plus en plus en éveil dans les temps à venir.

Notes

1 Lise Gauvin, Langagement, Québec, Boréal, 2000, p. 7.

2 Noël Corbett, Présentation à N. Corbett (dir.), Langue et identité, Québec, Les Presses de L’Université Laval, 1990, pp. XV-XVI.

3 Cf. Lise Gauvin, op. cit., p. 13.

4 Tout en reconnaissant l’imprécision du point de vue de la linguistique des deux expressions, je me permets de les employer étant donné que mon étude ne porte pas sur la définition de la norme linguistique sinon plutôt sur les effets esthétiques et sociolinguistiques de la confrontation entre les deux codes dans le texte littéraire.

5 Cf. à ce propos, Geneviève Prévost, « Des Québécois en France : six points de vue d’auteurs sur la variation linguistique », dans Revue québécoise de linguistique, XXVI, 2, 1998, pp. 81-94.

6 Claude Jasmin, Maman-Paris Maman-la-France, Ottawa, Leméac, 1986, p. 21. Dorénavant : MPMF.

7 Ibid., p. 173.

8 Ibid., p. 28.

9 Ibid., p. 32.

10 Ibid., p. 37.

11 Ibid., p. 146.

12 Michel Tremblay, Des nouvelles d’Édouard, Paris, Babel, 1997, p. 75. Dorénavant : NE.

13 Ibid., p. 137.

14 Ibid., p. 186.

15 Ibid., p. 210.

16 MPMF, p. 65.

17 Marie-Claire Blais, Une liaison parisienne, Québec, Boréal Compact, 1991, p. 24.

18 Bernard Saint-Jacques, « Le français québécois : langue de communication et symbole d’identité », dans N. Corbett, Langue et identité, op. cit., p. 229.

19 Cf. Jean-Marie Klinkenberg, « Insécurité linguistique et production littéraire », dans Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain, 19, 3-4, 1993, pp. 71-80 ; « La Francophonie septentrionale », dans Jacques Chaurand (dir.), Nouvelle histoire de la langue française, Paris, Seuil, 1999, pp. 505-543.

20 Cf. Bernard Saint-Jacques, op. cit.

21 Cf. Jean-Denis Gendron, « Aperçu historique sur le développement de la conscience linguistique des Québécois », dans Québec français, 61, mars 1986, pp. 82-89.

22 NE, p. 143.

23 Ibid, p. 190.

24 Ibid., p. 218.

25 Ibid, p. 220.

26 Anne Hébert, L’Enfant chargé de songes, Paris, Seuil, 1992, pp. 21-22.

27 France Daigle, Pas pire, Moncton, Les Éditions de l’Acadie, 1998, pp. 151-152. Dorénavant : PP.

28 Jacques Godbout, Le Temps des Galarneau, Paris, Seuil, 1993, p. 75.

29 MPMF, p. 65.

30 Ibid., p. 22.

31 NE, p. 251.

32 PP, pp. 145-146.

33 MPMF, p. 333.

34 Pierre Martel, Hélène Cajolet-Laganiere, Le Français québécois. Usages, standard et aménagement, Québec, Presses de l’Université Laval, 1996, p. 13.

35 NE, p. 212.

36 Jean-Marie Klinkenberg, La Francophonie septentrionale, op. cit., p. 537.

37 Cf. à ce propos, Chantal Bouchard, La Langue et le Nombril. Histoire d’une obsession québécoise, Montréal, FIDES, 1998.

38 Ibid., p. 287.

39 Cf. Jean-Marie Klinkenberg, Insécurité linguistique et production littéraire, op. cit., p. 75.

40 Chantal Bouchard, op. cit., pp. 10-11.

41 Jean-Marie Klinkenberg, « Terres d’insécurité », dans Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain, 19, 3-4, 1993, p. 14.

42 Ibidem.

Auteur

Professeur de littérature française et de littératures francophones à l’Université de Milan (Italie). Dans le domaine de la littérature française, ses études portent sur le roman symboliste décadent (Joris-Karl Huysmans, Georges Rodenbach) et sur le XXe siècle (Max Jacob, Koltès). Pour ce qui concerne les littératures francophones, il s’intéresse à la production de l’Afrique noire (Mali, Burkina-Faso), des Caraïbes ainsi qu’à celle du Québec et du Canada francophone. Il est membre du Comité scientifique de la revue Ponti/Ponts. Langues, littératures, civilisations des pays francophones, publiée par l’Université de Milan (Cisalpino éditeur).

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr