Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures mineures en langue majeure

 | 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Lise Gauvin

Troisième partie. Itinéraires comparés

L’inscription du français et du québécois dans le roman

1. Confrontation des codes de représentation linguistique

Cristina Brancaglion

Texte intégral

1L’inscription du français et du québécois dans le roman est le titre général de deux études conjointes qui se proposent d’observer le processus de codification et de représentation du français de France et du français du Canada dans la langue littéraire, à travers l’exemple de quelques romans québécois du dernier tiers du XXe siècle. Le point de départ est la notion de « surconscience linguistique », par laquelle Lise Gauvin désigne la tendance des écrivains francophones à proposer :

  • 1 Lise Gauvin, Langagement. L'Écrivain et la langue au Québec, Montréal, Boréal, 2000, p. 8.

une réflexion sur la langue et sur la manière dont s’articulent les rapports langues/littérature dans des contextes différents. La complexité de ces rapports, les relations généralement conflictuelles – ou tout au moins concurrentielles – qu’entretiennent entre elles deux ou plusieurs langues, donnent lieu à cette surconscience dont les écrivains ont rendu compte de diverses façons. Écrire devient alors un véritable « acte de langage ». Plus que de simples modes d’intégration de l’oralité dans l’écrit, ou que la représentation plus ou moins mimétique des langages sociaux, on dévoile ainsi le statut d’une littérature, son intégration/définition des codes et enfin toute une réflexion sur la nature et le fonctionnement du littéraire.1

2Cette notion sera examinée d’abord selon une perspective linguistique et ensuite sous un point de vue thématique qui ne manquera pas de prendre en considération la réflexion métalinguistique des écrivains et qui sera traité par Marco Modenesi dans la contribution suivante.

  • 2 Gérard Bessette, La Bagarre, Ottawa, Le Cercle du Livre de France, 1969 ; Claude Jasmin, Maman-Pari (...)

3Il sera question, tout d’abord, d’analyses plus proprement linguistiques, qui visent à réaliser une confrontation des codes à travers l’observation des procédés de mimésis langagière mis en jeu par trois écrivains – Gérard Bessette, Claude Jasmin et Michel Tremblay – dans les romans La bagarre (1969), Maman-Paris Maman-la-France (1982) et Des nouvelles d’Édouard (1984)2 : des auteurs bien connus par rapport au problème du questionnement sur la langue, dont les romans permettront d’observer les procédés utilisés dans le traitement littéraire du français québécois.

4La première étape de cet examen a été le repérage des indicateurs linguistiques capables de révéler l’inscription du français dans ses variétés de France (standard) et du Canada. Ces indicateurs ont été classés selon les trois niveaux de la description linguistique : phonétique, lexique et morpho-syntaxe. Le repérage lexical, en particulier, s’est révélé très productif, ce qui a amené à l’écarter de cette étude, car il faudrait une recherche spécifique pour le traiter d’une manière exhaustive. Notre attention portera donc principalement sur l’aspect phonétique et sur les structures morpho-syntaxiques, dont l’observation nous a permis d’isoler quelques indicateurs qui fonctionnent comme des marques d’appartenance périphérique (québécoise), tendant à s’organiser selon le principe sociolinguistique de la variation.

5Les romans de notre corpus permettent d’établir en premier lieu une distinction diamédiale entre langue écrite et langue parlée, et de relever différents degrés d’inscription du code oral et du code écrit. En effet, le statut narratif des textes considérés nous met en présence :

  • de l’écrit de narration du discours d’un narrateur extradiégétique (la section introductive et les intercalaires de Des nouvelles d’Édouard ; le narrateur de La Bagarre) ;

  • de l’écrit-écrit du discours des narrateurs autodiégétiques (Clément, le protagoniste du roman en forme épistolaire de Claude Jasmin ; Édouard, qui écrit son journal dans le roman de Michel Tremblay) ;

  • du parlé-écrit du discours des personnages (dialogues et monologues).

6L’inscription du français et du québécois se réalise différemment dans ces trois variétés diamédiales. En effet, les indicateurs d’appartenance périphérique semblent exclus de l’écrit de narration, qui tend à se conformer au français standard. Ils se concentrent plutôt dans l’écrit des deux narrateurs (Édouard et Clément) et surtout dans le parlé écrit des personnages, sans aucun doute en raison de l’exigence de représentation mimétique de la langue parlée. Ainsi, le repérage des données a eu pour objet principalement les sections textuelles où s’expriment les voix des narrateurs autodiégétiques et celles des personnages.

7Les faits phonétiques et morpho-syntaxiques relevés ont montré une tendance à s’organiser selon un deuxième facteur de variation socio-linguistique, le principe diastratique. Pour cette raison, le classement que nous allons illustrer prendra en considération la connotation sociale et culturelle des personnages, qui fonctionnera en tant qu’indice d’appartenance diastratique des indicateurs repérés dans leurs discours. La détermination du niveau diastratique sera réalisée en fonction du français standard, qui correspond –comme l’a souligné Marguerite Fauquenoy Saint-Jacques – au pôle le plus élevé du continuum linguistique québécois :

  • 3 Marguerite Fauquenoy Saint-Jacques, « Structures populaires du québécois : simplicité et redondance (...)

Le continuum linguistique du Québec comprend de nombreuses variétés, mais à ses deux pôles, on trouve une parlure populaire dénommée joual et une parlure bourgeoise ou québécois soutenu, à peine différent du français standard. À l’instar du français populaire, le joual a une dimension dialectale et sociale car il est circonscrit aux couches urbaines défavorisées de la région de Montréal. Mais il représente aussi le niveau familier et relâché de la langue des Québécois qui en ont au moins une compétence passive […]. Il nous paraît donc justifié de comparer les écarts du québécois au français standard à ceux du français populaire par rapport à la norme du « bon usage ».3

  • 4 Le terme « niveau » est ici utilisé pour faire référence aux variétés diastratiques, tandis que les (...)
  • 5 Comme le souligne Françoise Gadet, l’usage dit populaire est propre des locuteurs « caractérisables (...)

8Les indicateurs d’appartenance québécoise seront donc identifiés aux écarts par rapport au français standard et seront positionnés dans ce continuum en fonction des niveaux diastratiques moyen et populaire, déterminés selon la connotation socio-culturelle des personnages. Les indicateurs inscrits dans les répliques de Jules Lebeuf (La Bagarre) ou des protagonistes de Maman-Paris Maman-la-France seront ainsi attribués au niveau4 moyen, tandis que les marques présentes dans le discours des personnages appartenant à des couches sociales plus basses (les balayeurs de Bessette, les personnages de Tremblay, les motards de Jasmin), seront attribuées au niveau populaire5. Quant au québécois soutenu – qui correspond, comme on vient de le dire, au français standard – il n’a pas donné lieu à la détermination d’une catégorie spécifique, car il se caractérise par l’absence de marquage.

9Nous allons présenter en premier lieu les indicateurs appartenant au domaine phonétique, qui seront répartis entre les deux niveaux moyen et populaire. Ensuite seront exposés les faits morphosyntaxiques, pour lesquels on a préféré ne pas instituer d’autres subdivisions, afin de préserver la cohérence des catégories grammaticales concernées. L’appartenance diastratique de ces indicateurs sera donc précisée à l’intérieur de chacune des catégories traitées.

I. Phonétique – niveau moyen

  • 6 Nous n’avons pas retenu, parmi les faits de prononciation du québécois moyen, la réalisation [wɛ] p (...)

10Le discours des personnages qui représentent le niveau moyen a permis de repérer des divergeances par rapport au système phonétique du français standard. Les voyelles ont fait enregistrer plusieurs phénomènes de relâchement6 :

    • 7 Comme cette étude ne se propose pas de faire des relevés statistiques, elle se limite à citer quelq (...)
    • 8 Françoise Gadet, op. cit., p. 33.

    ouverture de [ɛ] vers [a] en syllabe entravée (alle, darniére, on forme : LB, les garçons de La Bougrine, pp. 16 et 20 ; marde, viarge : MPMF, poète Gaspard Moron, pp. 39)7. De ce phénomène, que la linguistique tend à classer parmi les faits de prononciation populaire8, notre corpus donne aussi la variante québécoise [ǝ] > [a] en syllabe ouverte (sacrament : MPMF, poète Gaspard Moron, ibidem) ;

  • réalisation typiquement québécoise de la diphtongue [wa] > [oe] (pronoms toniques moé, toé : MPMF, poète Gaspard Moron, jeunes du parc Jarry de Villeray, pp. 39 et 263) ;

  • chute du E caduc : les suppressions sont fréquentes mais généralement conformes aux usages standardisés du français oral en situation non surveillée (j’m’en : LB, Jules Lebeuf, p. 13 ; p’tit : MPMF, Gaspard Moron, p. 39).

  • 9 Françoise Gadet utilise ce terme pour désigner toutes les modifications qui se produisent lorsque l (...)
  • 10 Ibid., pp. 34 et 40.

11Quant au système consonantique, sauf la palatalisation de la dentale [d], les indicateurs relevés sont essentiellement des « facilités de prononciation »9 réalisées à travers la simplification de groupes complexes. Françoise Gadet attribue ces phénomènes à l’usage populaire10. En particulier on a observé :

  • palatalisation de [d], notée à travers l’évocation orthographique du son [j] (canayenne, canayen : MPMF, Clément, le narrateur, pp. 204, 212) ;

    • 11 Lionel Meney, Dictionnaire québécois français pour mieux se comprendre entre francophones, Montréal (...)

    en position finale : chute de la dernière consonne du groupe [st] (crisse pour Christ : MPMF, Gaspard Moron, p. 39), reconnu comme un trait de prononciation québécoise populaire11 ;

  • en position interne : chute de la liquide [l] qui réduit quelque à [kɛk] (què’que chose : LB, Jules Lebeuf, p. 13 et passim).

12D’autres facilités de prononciation comportent des modifications de voyelles ou des réductions :

    • 12 Ibid., p. 1140.

    dilation régressive dans môman et mouman (MPMF, Clément, pp. 93, 172), donnée comme un trait populaire pour le québécois12 ;

  • troncation du pronom sujet de deuxième personne tu devant voyelle, avec chute de [y] (t’arrives, t’écris : LB, Jules Lebeuf, pp. 9 et passim ; t’as, t’es : MPMF, Gaspard Moron, Clément, pp. 39, 41, 250, 315) ;

    • 13 La prononciation populaire de ces deux adverbes, désormais usuelle en français oral en situation no (...)

    suppression des semi-consonnes [q] et [j] dans puis et bien (pis, ben13 : MPMF, Gaspard Moron, Rachel, pp. 39, 92, 207). Comme pour l’apocope du pronom tu, il s’agit d’emplois courants en français oral non surveillé.

II. Phonétique – niveau populaire

13Les faits phonétiques représentent la plupart des indicateurs d’appartenance périphérique repérés dans le discours des personnages socialement et culturellement défavorisés. On y retrouve les phénomènes qui caractérisent le système phonétique du niveau moyen, auxquels il faut additionner les traits spécifiques au niveau populaire. Voici ceux qui concernent le système vocalique : -tendance à fermer les voyelles à double timbre [E] et [O], tant en syllabe inaccentuée qu’en position accentuée. Ainsi le son [s] est réalisé [e] en syllabe entravée accentuée (darniére, pére : LB, les garçons de la Bougrine, le caissier, pp. 16, 43) et [i] en position inaccentuée (lichecul : LB, Bouboule, p. 47) ; [o] se ferme vers [o] en syllabe entravée accentuée (encôre : LB, Marguerite, p. 27). Dans Des nouvelles d’Édouard, la fermeture [ɛ] > [e] devient un des procédés les plus utilisés pour stigmatiser l’« accent » québécois d’Édouard ; en effet, malgré ses efforts de conformation à la prononciation parisienne, celui-ci ne peut s’empêcher d’articuler « toilééétes » au lieu de [twalεt], « quatriéme » au lieu de [katrijεm], « êtes » pour [εt], « trés » à la place de [trs] (NE : pp. 198, 211, 236, et passim) ;

  • 14 Cf. Françoise Gadet, op. cit., p. 37.

– délabialisation de certains sons arrondis antérieurs : la graphie ein pour l’article indéfini masculin singulier semble évoquer un glissement de [Image 10000000000000110000000FF6614A8C.jpg] vers [ɛ̃], procédé qui est utilisé d’une manière presque systématique pour les personnages populaires de Bessette (LB : le garçon de la Bougrine, le vagabond, Marguerite, Bill, pp. 16, 23, 25 et passim). Si cette délabialisation correspond à une tendance évolutive du français standard, qui a désormais supprimé l’opposition [Image 10000000000000110000000F5A2FE1E2.jpg] ~ [ɛ̃], la réalisation [e] du E caduc en position accentuée (demandez-lé-moi : LB, Marguerite, p. 25) – notamment réalisé [ø] – peut surprendre, et confirme la tendance du québécois populaire à délabialiser les voyelles arrondies antérieures dans les degrés mi-ouvert et mi-fermé. D’autre part, Michel Tremblay se sert du trait de la délabialisation pour souligner l’appartenance québécoise de son personnage : Édouard, conscient de cette spécificité québécoise, s’efforce de labialiser les voyelles pour imiter la prononciation des Français et dissimuler ses origines. Il tombe ainsi dans l’hypercorrection, et il labialise où le français voudrait un son écarté : la graphie eu dans ceurtaineument (NE, p. 176) souligne, dans la première syllabe, la réalisation [œ], arrondie, de [ε] ; la labialisation de [e] se fait alors indicateur de la phonétique du français de France d’après la perspective perceptive d’un Québécois. La graphie eu revient ensuite dans la troisième syllabe du même mot pour évoquer un E caduc qui ne devrait pas être prononcé et dont le maintien laisse apparaître une règle mal maîtrisée, qui stigmatise un usage populaire14. Labialisation de [e] et réalisation du E caduc reviennent plusieurs fois, toujours représentées par la graphie eu (Meurci pour [mεrsi], meunu pour [məny], jeu pour [ʒə] : NE, pp. 236 et passim). Cette codification orthographique connaît ainsi une bonne fréquence d’emploi, ce qui contribue à faire du phonème mi-ouvert antérieur arrondi l’indicateur le plus stigmatisant de la prononciation française ; cela peut expliquer sa présence dans la première syllabe de Feurmidable (NE, Édouard, p. 217), avec réalisation antérieure de l’arrondie correspondante.

  • réalisation postérieure de [a] qui tend vers [a] (chârs : LB, le balayeur Onésime, p. 42) ; il s’agit, encore une fois, d’un trait phonétique qu’Édouard, à Paris, a du mal à contrôler (étââge, NE, p. 211) ;

  • réalisation [we] de la diphtongue [wa] (pronoms toniques moué, toué : LB, Bill, p. 49) ; la même diphtongue fait enregistrer un phénomène de dilation régressive : suivie de la semi-consonne [j] elle devient [ej] (netteyer : LB, le balayeur Bouboule, p. 47) ;

    • 15 « La chute du e muet est probablement le trait le plus fréquemment souligé de l’usage populaire [.. (...)
    • 16 Claire Blanche-Benveniste et Colette Jeanjean, Le Français parlé. Transcription et édition, Paris, (...)

    suppression du E caduc : le nombre de suppressions augmente dans le discours des personnages populaires, qui n’hésitent pas à faire tomber le E muet dans des contextes anormatifs, c’est-à-dire devant consonne, devant h aspiré, en position initiale – ce qui contribue à alourdir les groupes consonantiques : il s’croit plus fin (LB, Marguerite, p. 25), j’devore (NE, la duchesse, p. 48), j’garde (NE, Jennifer, p. 27), j’s’rais (NE, Paula-de-Joliette, p. 36), j’haïs (NE, la duchesse, p. 35), V’nez me voir mourir (NE, duchesse, p. 48), r’garde ça (NE, Hosanna, p. 55), J’t’espionne (NE, Paula-de-Joliette, p. 23). La représentation orthographique de ces chutes, évoquée par l’apostrophe, accentue l’effet stigmatisant d’un indicateur qui est déjà une marque reconnue de l’usage popoulaire15. Claire Blanche-Benveniste et Colette Jeanjean insistent sur l’« effet péjoratif » des transformations de l’orthographe : « elles signalent à l’attention un texte “populaire” et “relâché”. Il semble qu’elles n’aient jamais été suffisamment banalisées en français pour devenir un procédé de notation non marqué »16. C’est ce qui arrive, par exemple, aux relatifs ce que et ce qui, où la chute du E produit les formes c’que (NE, Paula, duchesse, Édouard, pp. 24, 35, et passim) et c’qui (NE, Cuirette, p. 189), conformes à la pratique orale du français standard mais perçues à l’écrit comme un indice de relâchement, car elles contreviennent à la norme orthographique.

14L’usage populaire du français québécois a permis également de relever un grand nombre de modifications du système consonantique :

    • 17 Lionel Meney, op. cit., p. XI.

    affrication des occlusives dentales [t] et [d] devant [i] et [y] (dzu goudron, partsir, maudzits, Tsu pourrais : LB, Bill, Onésime, Bouboule, passim) ; le phénomène est donné comme un trait généralisé au Québec, tout en soulignant, cependant, qu’il « donne aux non-Québécois l’impression que les Québécois ont une prononciation relâchée »17 ;

  • aspiration des fricatives [z] et [ʒ] réalisées comme une fricative laringale notée orthographiquement par h (H’ai pensé, Halut, Ha va ? – LB : Bill, p. 47 et passim) ;

  • palatalisation typiquement populaire des dentales [t] et [d] et de la vélaire [g], phénomène que l’orthographe tend à traduire en notant [k] à la place de [t] (Quiens : LB, Mme Tourgeon, Bill, pp. 76, 78) et [j] à la place de [d] ou [g] (bonyeu, yable, yeule : NE, Jennifer, la duchesse, Édouard, 24, 74, 45 et passim ; canayen, canayenne : MPMF, Clément, pp. 204, 212) ; la palatatalisation peut concerner aussi la nasale apicodentale [n] qui devient [ɲ] (dargnier : LB, Bill, p. 119) ;

  • réalisation du [t] final (deboutte : NE, la duchesse, p. 41).

  • 18 Françoise Gadet, op. cit., p. 42.

15Le système consonantique a fait relever en outre de nombreuses facilités de prononciation, qui sont toutes reconnues comme des traits stigmatisant l’usage populaire18 :

  • chute de la vibrante en position finale ou médiane, ce qui permet de simplifier les groupes consonantiques dus à la rencontre de la dernière consonne d’un mot et de la première du mot suivant (su’la table, leu’donne, not’temps, rent’e : LB, un buveur à la Bougrine, Marguerite, les balayeurs, passim ; NE : la duchesse, p. 33 et passim) ;

    • 19 Cette prononciation, « plus fréquente dans l’emploi négatif que dans l’emploi comparatif, est consi (...)

    chute de la liquide [1] dans les pronoms sujets il et ils, avec transcription orthographique en y généralisée au singulier et au pluriel (Si quelqu’un passe y va penser, Y sont condamnés, parce qu’y’ont pus rien : NE, Édouard et tous les personnages populaires, pp. 44, 33 et passim ; des balayeurs y en faut, comme y faut des waitress : LB, Marguerite, p. 27 et passim) ; la même graphie (y) est utilisée pour le pronom lui, où la chute de la liquide est accompagnée de la suppression du [q] (tu pourrais […] y donner un petit examen : LB, Bill, 49 ; dis-y d’essayer de faire attention, Y’as-tu fait peur ? : NE, Paula, Tooth Pick, pp. 26, 29 et passim). Nous signalons en outre ici les troncations des syntagmes il y a et il y en a, où la suppression du pronom il peut s’expliquer par analogie avec la réduction du même pronom dans d’autres contextes ou bien par l’agglutination avec y (Y en a qui pensent : LB, Marguerite, p. 25 et passim ; Y’a rien à espionner : NE, Jennifer, p. 23 et passim). La chute de la liquide se réalise aussi en position interne dans le démonstratif celui (Çui qui perd paye : LB, un type à la taverne, p. 57 et passim), dans l’adverbe plus (pus : LB, Marguerite, p. 25 et passim ; NE, Jennifer, p. 19 et passim)19, et dans les syntagmes formés avec quelque (quequ’fois, quequ’semaines, quequ’chose, quequ’p’tits, quequ’niches à chiens, quequ’planteur, quequ’faiseur, quequ’SS, quequ’coins : LB, NE, passim) ;

  • interversion des sons du groupe [lǝ] qui devient [əl] (e’L’beuf e’l’curé : LB, Bill, p. 47 et passim) ;

  • élisions anormatives, devant voyelle, du relatif qui (pour ein pauvre vieux qu’a faim : LB, un vagabond, p. 23 et passim) et du pronon ça (c’avait été : NE, Édouard, p. 176) ;

  • réduction de quelques mots d’emploi courant, comme le présentatif voilà (v’là : LB, NE, passim) ou le verbe être à la première personne, qui peut se transformer par assimilation (chus : NE, Paula-de-Joliette, la duchesse, Édouard, pp. 23, 32 et passim) ou par troncation interne (j’me sus : NE, Tooth Pick, Édouard, pp. 29, 73).

III. Le système pronominal

16Dans le domaine morphologique, le plus grand nombre d’indicateurs périphériques a été enregistré dans le système pronominal. Les faits relevés ci-dessus montrent qu’il se trouve souvent affecté par des phénomènes d’instabilité phonétique. Résumons tout d’abord la situation des pronoms personnels : pour la fonction sujet, la chute du E caduc peut changer je en [∫] par assimilation et favoriser son agglutination au radical (chus) ; à la deuxième personne, tu tend à se réduire à [t] devant voyelle ; à la troisième, il et ils peuvent devenir [i], tandis que elle peut changer en alle à cause du relâchement de [ɛ]. Ces formes, presque généralisées dans l’usage populaire, sont parfois utilisées par des personnages qui appartiennent au niveau moyen. Cependant, c’est dans l’usage populaire que leur emploi peut être amplifié à travers l’apparition de quelques variantes. C’est le cas du pronom féminin alle, qui a fait enregistrer, dans ce niveau de langue, la forme plurielle alles et la forme réduite a’ ; celle-ci peut prendre un l pléonastique devant voyelle pour supprimer un hiatus entre deux voyelles (a’l’). Dans l’usage populaire, le/pléonastique peut apparaître également en présence du pronom elle :

  • 20 Ici, et dans les citations qui vont suivre, c’est nous qui soulignons.

Tu sens ma tante Berthe quand a’ venait nous visiter. (NE, Jennifer, p. 20)
Pauvre duchesse, a’l’ a tellement pus l’air de rien ! (NE, Jennifer, p. 19)
Alle a seize ans à c’t’heure. (LB, Bill, p. 44)
Alles demandent vingt-deux piasses par mois. (LB, Bill, p. 44)
Elle l’a jasé pas mal longtemps. (LB, Bill, p. 48)20

17Pour les pronoms personnels compléments, les modifications les plus importantes concernent la réduction de lui à [i] – ce qui crée une situation d’homophonie, et souvent d’homographie, avec les pronoms sujets il et ils – et la prononciation variable des formes toniques moi et toi (moé, toé ou bien moué, toué, les deux dernières circonscrites à l’usage populaire) ; enfin, la délabialisation peut transformer le pronom le postposé, réalisé [le].

18D’autres modifications importantes sont celles qui concernent les relatifs, pour lesquels on a relevé des formes réduites à cause de la chute d’un son vocalique ou consonantique : celui qui devient [Sÿi] ; qui, élidé devant voyelle ; c’qui et c’que, avec mise en relief de la non réalisation du E caduc ; l’élision du déterminatif ça devant voyelle.

  • 21 Cf. Françoise Gadet, op. cit., pp. 62 et suivantes.

19La plupart de ces altérations phonétiques sont attestées dans le discours des personnages populaires et sont donc des indicateurs de ce niveau de langue, ce qui concorde avec les observations sur l’usage populaire du français de France21.

  • 22 Ibid., p. 63.

20Mais les indicateurs périphériques concernant la morphologie pronominale – et notamment les pronoms personnels – ne relèvent pas que de l’instabilité phonétique. Voyons donc des faits plus strictement morphologiques, et tout d’abord l’emploi des formes toniques renforcées nous autres, vous autres, eux autres, que la linguistique stigmatise, pour le français de France, comme des usages populaires et régionaux22 ; dans notre corpus, ils sont attestés tant au niveau populaire qu’au niveau moyen :

Lebeuf et nous autres, c’est une autre paire de manches. (LB, Chariot, p. 44) Mais nous autres, Canadiens, c’est pas ça qu’il nous faut, pas une miette. (LB, Lebeuf, p. 53)
Chus dangereuse pour Tooth Pick pis Maurice parce que c’est eux autres qui vous vendent toutes les mardes que vous prenez ! (NE, la duchesse, p. 32)
Vous voyez comment on est faits, nous autres, hein ? (NE, Édouard, p. 66)
Appelez-vous ça vivre, vous autres ? (MPMF, Gaby-Bemard Verreau, animateur des actualités télévisées québécoises, p. 255)

  • 23 Françoise Gadet, op. cit., p. 46.

21D’autres phénomènes portant sur les pronoms sujet concernent les cas d’omission à la troisième personne du singulier et des différences d’emplois par rapport au français standard. La suppression du pronom il impersonnel, marque d’un usage populaire23, se réalise en présence des verbes falloir et être :

En tout cas, faut que ça change. (LB, Lebeuf, p. 23)
Trop c’est trop. Faudrait que j’me refasse… (NE, Paula-de-Joliette, p. 21)
Fallait voir les rivières de diamants s’agiter sur les cous au rythme des haut-le-cœur. (NE, Édouard, p. 67)
Voilà qu’elle commençait à oublier les noms. Fut un temps où elle pouvait réciter par cœur la liste complète de tous les habitués de tous les bars de la Main. (NE, la duchesse, p. 31)

22Au féminin, l’omission du pronom elle se produit devant le verbe être, lorsqu’il a valeur anaphorique, dans des usages populaires :

La reine d’Angleterre peut pas se payer le luxe de sentir mauvaise ! Est en représentation continuelle ! (NE, Paula-de-Joliette, p. 20)
Tu leur diras que même si a’l’a répandu ses tripes, la duchesse de Langeais a pas chié dans ses culottes ! Est restée digne pis désinvolte jusque devant la mort. (NE, la duchesse, p. 51)

  • 24 Jean-Marcel Léard, Grammaire québécoise d’aujourd’hui. Comprendre les québécismes, Montréal, Guérin (...)

23La valeur des pronoms on, nous, tu tend parfois à se superposer, et à donner lieu à des emplois qui sont désormais réputés des spécificités du français québécois. D’une part, l’indéfini on est utilisé à la place de nous, selon un mouvement que Jean-Marcel Léard estime « plus avancé en Q[uébécois] qu’en F[rançais] », tant qu’il propose d’« analyser on comme un pronom personnel sujet de première personne du pluriel et non comme pronom indéfini en Qfuébécois] »24. Les romans analysés ont permis d’en trouver des exemples qui ne se limitent pas au niveau populaire ; on observera, dans le deuxième, que l’alternance on/nous peut se réaliser sans reprise du pronom sujet pluriel :

On est allé au Blue Sky, puis à la Bougrine. On a bu quelques verres. On a discuté des choses. (LB, Weston, p. 39)
On a ouvert aux rayons du soleil les hautes persiennes de nos fenêtres et avons décidé de faire une brève sieste sur les deux petits lits aux matelas bien mous, hélas ! aux ressorts bien lâches. (MPMF, Clément, p. 176)
Nous avons marché vers l’ouest pour prendre le métro Père Lachaise et sommes sortis au métro Opéra. […] Du boulevard Haussmann, on est allés vers le boulevard Malesherbes et on a longé le grand parc Monceau. (MPMF, Clément, p. 333)

  • 25 Cet usage, lemmatisé dans le Dictionnaire québécois français, est décrit comme un « tour appartenan (...)

24D’autre part, le pronom tu connaît des emplois à valeur indeterminée, au lieu de on25 :

c’était tellement compliqué que tu savais pas ce que tu mangeais ! (NE, Édouard, p. 67) Les gares sont drôlement faites, ici. T’as deux ou trois quais parallèles à la station mais Cas pas le droit de traverser les voies, alors Ces obligé de descendre dans un tunnel pour atteindre la gare. (NE, Édouard, p. 182)

IV. L’interrogation

25Un autre aspect de la morphosyntaxe qui a permis de relever d’importants indicateurs périphériques est celui qui concerne les formes de la phrase. Nous n’insistons pas sur les structures négatives avec omission de la particule ne, forme à tel point répandue dans la conversation orale courante, qu’on ne peut pas l’interpréter comme un facteur stigmantisant une variété spécifique du français. Son emploi généralisé dans les romans considérés ne surprend donc pas.

26Au contraire, l’interrogation signale des phénomènes plus spécifiques :

  • 26 Françoise Gadet affirme que « ces formes ont de nos jours à peu près disparu de l’usage urbain réel (...)

27– recours au suffixe -ti (orthographié aussi -ty et -t-y) dans les interrogatives par inversion et dans les exclamatives ; cet affixe, reconnu comme un archaïsme propre au français populaire26, est d’emploi fréquent dans notre corpus, pour les deux niveaux analysés. En voici quelques exemples :

C’est-t’y que quelqu’un dans ta famille veut apprendre à lire ? (LB, le caissier, p. 44)
c’est-y toué ou ben si c’est e’L’beuf qu’est allé voir e’l’boss pour protester ? (LB, Bill, p. 44)
Pis v’là-t-y pas que c’maudit râleux de liche-cul de Lévêque, v’là-t-y pas qu’il vient me dire que c’est pas assez net ! (LB, Bill, p. 42)
On commencerait-ti à moins pogner ? (NE, Sandra, p. 23)
Rendus aux bureaux de Marylène, on découvre-t-y pas une sorte d’enfilade de bureaux et de couloirs tout en « démanche ». (MPMF, Clément, p. 9)
Je me suis retenu quand, soudain, je vois-t-y pas ma Rachel qui lui administre l’accolade à la française ! (MPMF, Clément, p. 10)
Voilà-t-y pas qu’en s’apprêtant à descendre vers la Seine et notre hôtel pour de bienfaisants bains de pieds, au beau milieu de la rue des Ecouffes, un alerte vieillard aux beaux cheveux blancs et blonds interpelle Rachel […]. (MPMF, Clément, p. 81)

28En raison de sa présence généralisée aux niveaux moyen et populaire, nous retiendrons cette particule comme un indicateur d’appartenance périphérique. Cependant, il faut préciser qu’aujourd’hui cette forme est considérée comme étant hors d’usage au Québec, ainsi que l’explique Jean-Marcel Léard :

  • 27 Jean-Marcel Léard, op. cit., p. 221.

Le recul de -ti en France date du début du siècle. Encore attesté, il est surtout utilisé de façon plaisante […]. Au Québec, il est encore fréquent dans plusieurs régions, en particulier chez les personnes âgées, et son déclin peut être situé dans les années 1940-1950. Depuis lors, il est peu à peu remplacé par-tu27

29Le suffixe -tu, qui aurait supplanté -ti, ne manque pas d’être représentés dans notre corpus :

Une demande toute courtoise en comparaison du « Fourres-tu, toé, bebé ? » que j’entendais jadis, au parc Jarry de notre quartier Villeray. (MPMF, p. 263)
‘coudonc, on appelle-tu ça un capitaine ? (NE, Édouard, p. 67)
Je le savais-tu, moi, que les trains arrêtent juste deux ou trois minutes, dans les gares, en France ? (NE, Édouard, p. 181)

30– tendance, dans l’interrogation partielle, à convertir est-ce que en une séquence progressive, avec le mot interrogatif placé devant :

  • 28 Le mot ousque est le résultat de la réduction phonétique de où c’est que. C’est sans doute en raiso (...)

Mais toi, quoi c’est que tu veux devenir au juste ? (LB, Marguerite, p. 27)
Pourquoi c’est que
tu leu’ donne trois cents tomates […] ? (LB, Bouboule, p. 45)
Aïe, Paula, oùsque28 tu t’en vas ? (NE, Sandra, p. 23)
Que c’est que tu fais là, toé ? (NE, la duchesse, p. 43)

  • 29 Cf. Lionel Meney, op. cit., pp. 1407, 1218, 1789.

31L’emploi de ces structures interrogatives est limité au niveau populaire, ce qui concorde avec les observations de Françoise Gadet et avec le statut attribué par le Dictionnaire québécois français, établi par rapport au français standard29.

V. Le système verbal

32L’inscription du québécois dans la morphologie verbale se réalise principalement à travers deux phénomènes :

33– présence de variantes morphologiques du radical de certains verbes, la plus commune étant celle qui concerne l’indicatif présent du verbe aller, d’emploi fréquent parce qu’il concourt à la structuration du futur périphrastique :

C’est pas icitte que j’vas refaire mon avenir, de toute façon ! (NE, Paula-de-Joliette, p. 21)
En attendant, j’vas essayer de dormir. (NE, Édouard, p. 72)
J’ai l’impression que j’vas passer mon voyage à compter, hein ? (NE, Édouard, p. 173)

  • 30 Raymond Mougeon, « Recherche sur les origines de la variation “vas”, “m’as”, “vais” en français qué (...)
  • 31 Lionel Meney, op. cit., pp. 1825 et 98.

34Cette forme, que nous avons repérée au niveau populaire, est considérée socialement non marquée en québécois parlé semi-formel30. Le subjonctif présent de vouloir et le conditionnel présent du verbe avoir, au contraire, sont considérés comme des marques du québécois populaire31, et c’est en effet dans ce niveau de langue que nous les avons relevés :

T’es ben prétentieuse pour penser que t’es dangereuse au point qu’on veule pus de toé. (NE, Paula-de-Joliette, p. 34)
J’arais été obligé d’endurer ta lecture, à toé (NE, Hosanna, p. 189)

35– aspect duratif de l’action traduit par la périphrase être après, variante populaire de la forme standard être en train de :

T’es quand même pas après te recycler dans le vol de chars ! (NE, la duchesse, p. 43)

VI. Adjectif et adverbe

36L’adjectif et l’adverbe ont fait enregistrer des emplois particuliers et des transpositions de catégories grammaticales, phénomènes qui sont attribués pour la plupart à des personnages populaires, sauf le premier :

37– emploi de l’adjectif possessif féminin comme appellatif :

« Viens te coucher, mon grand amour, et au diable les lettres à sa môman et ce concours du diable ! » (MPMF, Rachel, pp. 285-286)
Alors, sa mère, dodo, puisque demain ce sera mon dernier « devoir » et notre dernière journée avant celle du retour. Hélas ! (MPMF, Clément, p. 325)

38– emploi adjectival d’un adverbe :

La reine d’Angleterre peut pas se payer le luxe de sentir mauvaise ! (NE, Paula-de-Joliette, p. 20)

39– neutralisation morphologique de la série tout, avec généralisation de la forme toute [tut], qui semble évoluer vers un statut adverbial, avec disparition des marques de genre et de nombre :

On essaye de monter à partir d’en bas, c’est toute. (LB, Marguerite, p. 27)
C’est toute ce que je demande. (LB, Lévêque le contremaître, p. 50)
Aujourd’hui, y se font toute couper en pensant que ça va toute changer pis y sont condamnés à pus jamais avoir de fun. (NE, la duchesse, p. 33)
Non. Jamais. J’ai toute aimé, dans ma vie, sauf les minables. (NE, la duchesse, p. 44)

  • 32 Annegret Bollée, « Français parlé au Québec – Français parlé en France », dans AA. VV., Français de (...)

40– emploi conjonctif de pis, forme phonétiquement réduite de l’adverbe puis. Attesté au niveau populaire dans notre corpus, ce fait est désormais reconnu comme un trait du québécois en raison de sa fréquence plus élevée par rapport au français de France. Annegrat Bollée a souligné en effet qu’en français québécois pis remplace et non seulement dans la fonction de signal discursif d’ouverture, mais « également dans sa fonction originaire de conjonction de coordination »32.

À quoi ça sert de se refaire pour trois pelés pis deux tondus ? (NE, Paula-de-Joliette, p. 21)
Chus dangereuse pour Tooth Pickpis Maurice parce que c’est eux autres qui vous vendent toutes les mardes que vous prenez ! (NE, la duchesse, p. 32)

VII. Conjonctions et prépositions

41À côté de l’emploi conjonctif de pis, signalé dans la section précédente puisqu’il porte sur un adverbe, une autre remarque sur les conjonctions doit être réservée à que, dont les emplois en français populaire sont nombreux. Nous avons relevé les suivants :

  • 33 Geneviève Offroy, « Contribution à l’étude de la syntaxe québécoise d’après la langue des journaux  (...)

42– omission de que conjonctif en position d’introduction d’une subordonnée ou d’un segment coordonné, phénomène que Geneviève Offroy atteste comme une forme couramment utilisée en français québécois parlé33 :

C’est là tu te trompes. (LB, Weston, p. 9)
On a lu que ce « village » était une organisation coopérative et ils nomment cela en France un « syndicat d’initiative ». (MPMF, Clément, p. 157)

43– emplois redondants et typiquement populaires de que, adjoint à une conjonction de subordination simple ou à l’interrogatif pourquoi, par analogie avec les locutions conjonctives :

J’le dérange, monsieur quand que je suis ici ! (LB, Marguerite, p. 25)
Quand qu’ils ont voulu nous faire pelleter d’la neige, l’hiver passé. (LB, Chariot, p. 44)
pourquoi que tu décrottes des petits chars, d’abord ? Pourquoi que t’es ein décrotteur de p’tits chars, si t’es si fin que ça ? (LB, Marguerite, p. 26)

44Quant aux prépositions, les cas d’omissions ne figurent que dans le discours d’un personnage anglophone, ce qui ne permet pas de les tenir pour des indicateurs d’appartenance québécoise, car leur caractère anormatif est dû à une interférence avec la langue maternelle. Par contre, on a repéré des emplois qui diffèrent du français standard, parmi lesquels les plus significatifs sont les deux suivants :

45– emploi, au niveau populaire, de à devant certains compléments circonstanciels de temps ou de lieu, et notamment dans l’expression à soir :

J’ai pas le goût de me chicaner, à soir, okay ? (NE, Paula-de-Joliette, p. 23)
Tu porteras rien, à soir, Edouard ! (NE, Tooth Pick, p. 45)

46– au niveau moyen, recours à des prépositions différentes, par rapport au français standard, dans certaines expressions :

Il fallait y penser, c’est un œuf à la Colomb ! (MPMF, Rachel, p. 140) docteur en lettres (MPMF, Clément, p. 169)
Ça me rappelle les sempiternelles images des expos de plein air du Vieux Québec. (MPMF, Clément, p. 295)
Nous avons filé dans la nuit vers Nice. Autoroute bien éclairée, péage fréquent et cher en comparaison avec chez nous. (MPMF, Clément, p. 158)

Considérations conclusives

47Il est évident que le repérage de ces faits phonétiques et grammaticaux est loin d’être exhaustif, ayant omis les particularismes lexicaux et d’autres spécificités québécoises, comme l’emploi des signaux discursifs, ou la présence d’adverbes et de conjonctions inconnus au français standard. Cependant, les faits observés permettent de faire ressortir quelques tendances majeures dans la codification littéraire du français québécois au cours des années 1969-1982.

48Il faut remarquer, tout d’abord, qu’en dehors des commentaires métalinguistiques et des procédés de mise en relief (ou à distance) d’éléments lexicaux, les écrivains québécois considérés ne se soucient pas de codifier les francismes, de sorte que le français de France reste non marqué sous un point de vue phonétique et morphosyntaxique ; la codification des faits de langue ne s’applique qu’à la variété linguistique qui cherche à se rendre visible afin de se faire reconnaître une identité à soi – le français québécois.

49Les romans de Bessette, de Tremblay et de Jasmin ont permis d’observer que la représentation du québécois dans la langue littéraire s’organise selon un principe diastratique qui tend à différencier trois niveaux : le québécois soutenu, qui s’assimile au français standard ; le québécois moyen, marqué par un nombre limité d’indicateurs périphériques ; le québécois populaire, qui a fait enregistrer le plus grand nombre d’indicateurs, dont la fréquence est élevée.

50Cependant, on a vu qu’il existe un décalage entre le niveau codifié dans le texte romanesque et le statut linguistiquement reconnu à l’indicateur périphérique représenté. Ainsi, les marques du niveau moyen incluent des phénomènes qui sont propres au français populaire ou à la langue parlée, ce qui contribue à caractériser le niveau moyen, par rapport à son correspondant en français de France, comme une variété dépréciée. Cette impression trouve une confirmation dans les commentaires métalinguistiques des personnages de Claude Jasmin : des Québécois qui reconnaissent avoir les « oreilles écorchées de parlures québécistes » (MPMF, p. 21).

  • 34 Marguerite Fauquenoy-Saint-Jacques, op. cit., p. 273.
  • 35 La description des variétés linguistiques du français québécois figure parmi les trois besoins lang (...)
  • 36 Ces personnages correspondent à deux des typologies normatives signalées par Pierre Martel dans la (...)

51Par contre, un grand nombre d’indicateurs codifiés au niveau populaire correspondent à des usages désormais standardisés ou d’emploi courant en québécois, comme l’affrication, la variante en vas à la première personne du verbe aller, la généralisation de toute. Cela témoigne de la « valeur prémonitoire quant à la norme possible de demain »34 qui est le propre de la langue populaire, procès sans doute favorisé, au Québec, par l’affirmation d’une écriture littéraire qui a contribué à la codification des comportements langagiers ressentis comme des marques d’appartenance linguistique. Mais si quelques québécismes ont évolué du statut populaire au statut standard, la plupart des traits relevés sont des marques populaires encore perçues comme telles. Il en résulte que les spécificités diatopiques (les indicateurs d’appartenance québécoise) restent enfermées dans une variété socialement stigmatisée, ce qui encourage à assimiler le français du Canada à une variété « diminuée » du français standard. Cet effet de dépréciation est accentué par le recours à une orthographe anormative – dont la conséquence sur la représentation de la langue a déjà été soulignée – et par l’absence d’indicateurs diaphasiquement marqués. Si l’on exclut le cas d’Édouard, qui essaie de modifier sa prononciation lorsqu’il est en contact avec des Français, la langue des personnages ne semble jamais varier en fonction de la situation de communication, chacun étant caractérisé par des traits linguistiques qui restent stables. De cette façon la stylisation romanesque ne parvient pas à évoquer le continuum linguistique qui caractérise l’usage effectif d’une langue, ni l’image d’une langue à part entière capable de se diversifier à son intérieur selon les différents facteurs de variation35. Le français du Québec apparaît alors comme un usage limité à un contexte social spécifique qui, toutefois, n’est pas celui de la classe instruite, la seule à même d’évoquer un modèle québécois d’utilisation de la langue française, un modèle capable de s’imposer comme normatif. Des trois romans analysés, il n’y a que Maman-Paris Maman-la-France qui se soucie de mettre en scène des personnages incarnant les modèles normatifs reconnus au Québec : un journaliste (l’animateur des actualités télévisées québécoises Gaby-Bernard Verreau) et un écrivain (le poète Gaspard Moron)36. Mais curieusement cela arrive dans le roman qui vise, plus que les autres, à évoquer l’image d’une mère-patrie idéale, le culte d’une langue prestigieuse donnée comme le vrai modèle à suivre, à tel point que les protagonistes rentrent au Québec en se faisant la promesse « de mieux [s]’exprimer », car « c’est si beau, une belle machine langagière qui ne gronde pas dans les virages ! » (MPMF, pp. 329-330)

Notes

1 Lise Gauvin, Langagement. L'Écrivain et la langue au Québec, Montréal, Boréal, 2000, p. 8.

2 Gérard Bessette, La Bagarre, Ottawa, Le Cercle du Livre de France, 1969 ; Claude Jasmin, Maman-Paris Maman-la-France, Montréal, Leméac, [1982] 1986 ; Michel Tremblay, Des nouvelles d’Édouard, Montréal, Bibliothèque Québécoise, [Leméac, 1984] 1991. Les trois romans seront indiqués par les sigles LB, MPMF, NE.

3 Marguerite Fauquenoy Saint-Jacques, « Structures populaires du québécois : simplicité et redondance, dérivation et emprunt », dans AA.VV., Langue et identité. Le Français et les Francophones d’Amérique du Nord, Québec, Presses de l’Université de Laval, 1990, pp. 272-273.

4 Le terme « niveau » est ici utilisé pour faire référence aux variétés diastratiques, tandis que les variétés diaphasiques seront dénommées « registres ».

5 Comme le souligne Françoise Gadet, l’usage dit populaire est propre des locuteurs « caractérisables comme : profession ouvrière ou assimilée, niveau d’études réduit, habitat urbain, salaire peu élevé, niveau de responsabilité dominé » (Françoise Gadet, Le Français populaire, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1997, p. 26).

6 Nous n’avons pas retenu, parmi les faits de prononciation du québécois moyen, la réalisation [wɛ] pour oui, avec ouverture de [i] vers [ɛ], car il s’agit d’un trait utilisé aussi bien par un personnage québécois (LB : Jules Lebeuf, p. 8 et passim) que par un français (MPMF : le photographe parisien, p. 297). En effet, cette prononciation connaît désormais un usage standardisé en français oral non surveillé et ne peut donc pas figurer parmi les traits spécifiques du français québécois.

7 Comme cette étude ne se propose pas de faire des relevés statistiques, elle se limite à citer quelques exemples pour chacun des phénomènes évoqués.

8 Françoise Gadet, op. cit., p. 33.

9 Françoise Gadet utilise ce terme pour désigner toutes les modifications qui se produisent lorsque le débit est très rapide, c’est-à-dire les assimilations, les simplifications de groupes consonantiques, les dilations, les réductions portant sur des mots particuliers (cf. ibid., pp. 38 s.).

10 Ibid., pp. 34 et 40.

11 Lionel Meney, Dictionnaire québécois français pour mieux se comprendre entre francophones, Montréal, Guérin, 1999, p. 590.

12 Ibid., p. 1140.

13 La prononciation populaire de ces deux adverbes, désormais usuelle en français oral en situation non surveillée, a été retenue parmi les indicateurs d’appartenance québécoise puisqu’il s’agit de formes qui ont été lemmatisées et qui sont considérées plus fréquentes en québécois qu’en français standard (Lionel Meney, op. cit., pp. 202 et 1307).

14 Cf. Françoise Gadet, op. cit., p. 37.

15 « La chute du e muet est probablement le trait le plus fréquemment souligé de l’usage populaire [...]. Français standard, français familier et français populaire ne s’opposent guère que par la fréquence des chutes, et la préférence pour certaines combinaisons dans les successions de syllabes comportant des e muets. » (Ibidem.)

16 Claire Blanche-Benveniste et Colette Jeanjean, Le Français parlé. Transcription et édition, Paris, Institut National de la Langue Française, 1986, pp. 130-131.

17 Lionel Meney, op. cit., p. XI.

18 Françoise Gadet, op. cit., p. 42.

19 Cette prononciation, « plus fréquente dans l’emploi négatif que dans l’emploi comparatif, est considérée comme vulgaire ou enfantine » (Françoise Gadet, op. cit., p. 43).

20 Ici, et dans les citations qui vont suivre, c’est nous qui soulignons.

21 Cf. Françoise Gadet, op. cit., pp. 62 et suivantes.

22 Ibid., p. 63.

23 Françoise Gadet, op. cit., p. 46.

24 Jean-Marcel Léard, Grammaire québécoise d’aujourd’hui. Comprendre les québécismes, Montréal, Guérin, 1995, p. 89.

25 Cet usage, lemmatisé dans le Dictionnaire québécois français, est décrit comme un « tour appartenant au français fam[ilier] ; très fréq[uent] en québécois, plus rare en français standard » (Lionel Meney, op. cit., p. 1788).

26 Françoise Gadet affirme que « ces formes ont de nos jours à peu près disparu de l’usage urbain réel de France. Ce n’est guère qu’à titre de stéréotype qu’on continue à les trouver dans l’écrit reproduisant du langage populaire » (op. cit., p. 81).

27 Jean-Marcel Léard, op. cit., p. 221.

28 Le mot ousque est le résultat de la réduction phonétique de où c’est que. C’est sans doute en raison de son emploi fréquent qu’il est désormais lemmatisé (cf. Lionel Meney, op. cit., p. 1218).

29 Cf. Lionel Meney, op. cit., pp. 1407, 1218, 1789.

30 Raymond Mougeon, « Recherche sur les origines de la variation “vas”, “m’as”, “vais” en français québécois », dans AA. VV., Français du Canada – Français de France, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1996, p. 66.

31 Lionel Meney, op. cit., pp. 1825 et 98.

32 Annegret Bollée, « Français parlé au Québec – Français parlé en France », dans AA. VV., Français de FranceFrançais du Canada, op. cit., p. 143.

33 Geneviève Offroy, « Contribution à l’étude de la syntaxe québécoise d’après la langue des journaux », dans Marcel Juneau & Georges Straka, Travaux de linguistique québécoise, 1, Québec, Presses de l’Université de Laval, 1975, p. 281.

34 Marguerite Fauquenoy-Saint-Jacques, op. cit., p. 273.

35 La description des variétés linguistiques du français québécois figure parmi les trois besoins langagiers urgents signalés par Pierre Martel : « En deuxième lieu, il faut procéder à une description complète des différents usages linguistiques contemporains au Québec. [...] on n’a pas une vue de la totalité de la langue utilisée. On ne dispose encore d’aucune description complète de la langue employée par les Québécois. Il faut donc décrire l’ensemble de la langue parlée et écrite au Québec : celle que l’on entend à la radio, celle qu’on lit dans les journaux, etc. » (Pierre Martel, « La problématique actuelle du plan d’aménagement de la langue au Québec », dans AA. VV., Français du Canada – Français de France, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1996, p. 234).

36 Ces personnages correspondent à deux des typologies normatives signalées par Pierre Martel dans la réponse à la question « Qui sont les Québécois qui parlent bien ? » : « Si on demande à des Québécois qui parlent bien selon eux, ils répondront très souvent que ce sont les annonceurs de Radio-Canada. En ce qui concerne la langue écrite, on cite généralement le journal Le Devoir qui est considéré comme celui de la meilleure qualité langagière. Nous avons également beaucoup d’écrivains dont les textes sont enseignés dans les écoles et qui sont considérés comme des modèles » (op. cit., p. 241).

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540