Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures mineures en langue majeure

 | 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Lise Gauvin

Troisième partie. Itinéraires comparés

Les recueils de pastiches littéraires au Québec

Paul Aron

Texte intégral

1Genre mineur, le pastiche l’est assurément si l’on observe la dévalorisation dont il est habituellement l’objet. « Ce n’est qu’un mauvais pastiche de… » est une locution qui désigne souvent une imitation médiocre, dépourvue de tout intérêt littéraire. C’est en ce sens que Marmontel, à la fin du XVIIIe siècle, en dénonçait l’usage. Il a toutefois pris plus d’intérêt aux yeux des écrivains depuis le romantisme. Nodier et ses émules en font un passe-temps qui est à la fois une méthode critique et un plaisir de lettré. Au début du XXe siècle, l’immense succès des À la manière de… de Paul Reboux et Charles Muller fonde un genre nouveau : le recueil de pastiches se répand dans la littérature française pour s’imposer comme un complément discret mais indispensable des pratiques littéraires. Rarement analysé comme tel, il est néanmoins devenu une catégorie reconnue par la critique. Dans les littératures francophones, sa présence est plus effacée. Si les dépouillements systématiques du Dictionnaire des œuvres du Québec enregistrent bien entendu les deux principaux recueils dont je traiterai ici, les recherches actuelles n’en tiennent guère compte et les grandes synthèses font l’économie de toute analyse spécifique. Il me semble donc intéressant d’y consacrer quelques réflexions programmatiques.

  • 1 Louis Francoeur et Philippe Panneton, Littératures… à la manière de…, Montréal, Éditions des Essai (...)
  • 2 D’après Jean Panneton, « Ringuet le moraliste », dans Ringuet en mémoire. 50 ans après Trente arpe (...)

2Le premier recueil de pastiches publié au Québec s’inspire directement du modèle français. En 1924, Louis Francoeur et Philippe Panneton font en effet paraître Littératures… à la manière de… Henri BourassaRené Chopin – Valdombre – Henri Letondal – Paul Morin – l’abbé Camille Roy – La Presse – l’abbé Groulx Madeleine Victor Morin – Marcel Dugas – Blanche Lamontagne – Gustave Comte – Édouard Montpetit – l’abbé Blanchard1. Le succès de cet ouvrage est considérable. Tiré à 500 exemplaires en 1924, il est immédiatement réédité en une seconde édition à 1 000 exemplaires l’année suivante2. Paraissent ensuite en 1941, 1942 et sans doute (elle n’est pas datée) 1943, trois nouvelles éditions, à chaque fois recomposées, ce qui correspond à un tirage total probable de quelque 5 000 exemplaires en cinq éditions. Un petit pastiche intitulé « Littératures. À la manière de… Hercule Giroux », et publié dans Le Quartier latin du 25 décembre 1924 (p. 5) semble être l’unique collaboration complémentaire des deux auteurs.

  • 3 Les notices biographiques de mon article doivent évidemment beaucoup aux renseignements glanés dan (...)

3En 1924, Francoeur et Panneton sont encore loin d’avoir la notoriété que les chroniques radiophoniques donneront à l’un, et à l’autre le roman Trente arpents publié sous le pseudonyme de Ringuet. Ils ont néanmoins en commun d’avoir vécu à Paris et de participer de près aux cercles cultivés de la vie montréalaise. Louis Francoeur est né le 3 avril 1895 à Montréal dans une famille de commerçants. Après des études secondaires au collège Saint-Laurent, il opte pour la vocation monastique, et s’embarque en 1913 pour l’Europe pour rejoindre l’ordre de Saint-Benoît. Il séjourne à Maredsous en Belgique où, en sa qualité de sujet britannique, il est surpris par les Allemands et déporté à Osnabrück. Il revient ensuite brièvement au Québec à Saint-Benoît-du-Lac, puis retourne en Europe où il est bibliothécaire adjoint à l’abbaye normande de Saint-Wandrille, juste au moment où Maeterlinck résilie son bail de location de l’abbaye. Il quitte les ordres en 1920 et passe trois ans à Paris, où il est engagé comme secrétaire des éditions Beauchesne et secrétaire de rédaction à la Revue des belles-lettres. À son retour au Québec, Francoeur devient journaliste à La Patrie, il épouse Adèle Gervais de Montréal. Il est secrétaire politique « de l’honorable M. Patenaude ». En 1927, il passe au Star de Montréal, et devient en 1929 directeur du Journal de Québec ; en 1935, il est directeur de La Patrie dominicale. En 1930, il anime l’émission « la situation ce soir » à radio-Canada et lorsqu’il meurt le 1er juin 1941 dans un accident de la route, il est le personnage le plus populaire de la radio canadienne de langue française. Panneton, pour sa part, est né à Trois-Rivières le 30 avril 1895. Son père était médecin. Il fait ses études classiques au Séminaire de Joliette et de Trois-Rivières, puis au Collège Sainte-Marie. Il entre à la Faculté de médecine de Québec puis de Montréal où il obtient une licence en médecine en 1920. De 1920 à 1922, il séjourne en Europe et s’y spécialise en oto-rhino-laryngologie. De retour au Canada, il est médecin à l’hôpital Notre-Dame de Montréal et consultant à l’hôpital Saint-Eusèbe de Joliette de 1923 à 1940. En 1935, il est professeur agrégé à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, chargé du cours d’histoire de la médecine de 1942 à 1950, puis nommé professeur titulaire en 1945. Il est également envoyé en mission culturelle au Brésil en 1946 et il est le délégué à Paris de l’Académie canadienne-française pour les fêtes en l’honneur de Victor Hugo. De 1956 à 1960, il est l’ambassadeur du Canada au Portugal, où il meurt le 28 décembre 1960. Ringuet a reçu le Prix du Gouverneur général du Canada et le Prix de l’Académie française en 1939 ; le Prix Vikings et le Prix de la Province de Québec en 1940 ; le Prix de l’Académie française en 1953 ; le Prix Duvemay en 1955 et la Médaille Lorne Pierce de la Société royale du Canada en 1959. Il a également obtenu un doctorat honoris causa de l’Université Laval en 1952 et le titre de professeur émérite de l’Université de Montréal3.

  • 4 Journal de Ringuet, éd. par Francis Pannetier et Jean Panneton, Montréal, Guérin, 1998, p. 194.
  • 5 La Patrie, 1er novembre 1936.

4Les deux hommes n’ont pas poursuivi leur collaboration au-delà de leur recueil de pastiches. Mais tout porte à croire qu’ils sont restés en relation. Ils partageaient sinon des convictions libérales, au moins une distance critique à l’égard de l’establishment conservateur au pouvoir à Québec. Au temps de leur jeunesse, celle-ci s’exprimait par une attitude de provocation estudiantine. Ringuet se présente ainsi dans son Journal comme un esprit plutôt affranchi, amoureux du beau sexe et anticonformiste. Il se rappelle avoir défilé rue Saint-Laurent « derrière les fanfares, la fleur rouge à la boutonnière, gueulant l’Internationale parmi une troupe effroyable de Juifs polonais et de Russes à barbe »4. Ces excès seront rapidement oubliés, mais un exemple de la constance de leur amitié peut être trouvée dans une anecdote : Francoeur a mené en 1936 une campagne contre la sclérose de l’Université de Montréal à laquelle il reproche les lenteurs mises à accorder des chaires d’enseignants à de brillants chargés de cours ; parmi les noms des universitaires ainsi négligés, il cite notamment Philippe Panneton5. Le romancier Ringuet et le journaliste Francoeur sont donc restés, dans le contexte québécois, des non-conformistes et des alliés.

  • 6 Voir son Tableau de l’histoire de la littérature canadienne-française, Québec, Imprimerie de l’Act (...)

5L’analyse du corpus des auteurs pastichés permet de distinguer plusieurs groupes. Le premier, à qui sont réservées les pointes les plus aiguës, et donc les passages les plus amusants aux yeux d’un lecteur contemporain, est formé par les représentants de la littérature nationaliste bien pensante de la fin du XIXe siècle. Camille Roy et son « Étude critique sur Hippolyte Lemercier et le romantisme classique » ou l’abbé Groulx, dont les pasticheurs transforment les célèbres Rapaillages en « Rabachages », sont nés entre 1870 et 1880. Camille Roy fait ses études à l’Université Laval où il obtient un doctorat en philosophie, puis à l’Institut catholique de Paris et à la Sorbonne où il complète une licence ès lettres en 1900. Il est ordonné prêtre en 1894 et occupe dès 1895 la chaire de littérature française à l’Université Laval. De 1918 à 1923, il est préfet des études au Petit Séminaire de Québec. Il est également recteur de l’Université Laval de 1924 à 1927 puis de 1932 à 1938. On lui doit la création de l’enseignement de la littérature canadienne-française6 et il est probablement le critique dominant de l’avant-guerre, et encore à l’époque du recueil de Francoeur et Panneton. Lionel Groulx fait des études classiques au Séminaire de Sainte-Thérèse-de-Blainville jusqu’en 1899. La même année, il obtient la Médaille du Gouverneur général. Il est ordonné prêtre en 1903 et devient professeur de lettres et de rhétorique au Collège de Valleyfield. Il séjourne ensuite à Rome pour y obtenir un doctorat en philosophie (1907) et en théologie (1908) à l’Université de la Minerve. Il fait ensuite des études de lettres à Fribourg, mais doit revenir au Canada en 1909 pour des raisons de santé. Il reprend alors l’enseignement au Collège de Valleyfield jusqu’en 1915, date à laquelle il est nommé professeur à la toute nouvelle chaire de l’histoire du Canada à l’Université Laval à Montréal. Il occupe ce poste jusqu’en 1949. Entre-temps, il fait des recherches à Londres et à Paris. Lionel Groulx a été directeur de la revue L’Action française de 1920 à 1928 et a collaboré au Devoir, au Quartier latin, à La Vie nouvelle, à La Revue canadienne, à La Revue trimestrielle, à Liaison et à L’Action nationale. Il a également donné de nombreuses conférences en France. Lionel Groulx a reçu beaucoup de récompenses, dont le Prix de l’Académie française en 1931, le Prix Duvernay en 1952, le Prix du Grand Jury des lettres en 1963 et la Médaille Léo Parizeau. Il a également obtenu plusieurs doctorats honoris causa. Il a été membre de la Société royale du Canada de 1918 à 1952, date à laquelle il a démissionné. Il a été honoré par des obsèques nationales. Prêtres, enseignants et essayistes, Roy et Groulx sont des notables et des références incontournables pour un jeune écrivain canadien-français des années 20 : il est clair que nos deux pasticheurs ont pris un plaisir tout particulier à se gausser de leurs tics d’expression et qu’ils ont tenu à marquer leurs distances à l’égard de leurs conceptions de la littérature.

6Henri Bourassa (1867-1952), fondateur et directeur du Devoir, est un homme politique ultramontain, maire de Montebello, qui vient de publier Le Canada apostolique en 1919. Il appartient à la même génération, et au même monde idéologique que les précédents. « Un conflit à l’horizon », le pastiche de ses écrits, sanctionne la vigueur de ses essais polémiques. Édouard Montpetit (1881-1954) est moins nettement reconnu comme écrivain. Ce notable influent, secrétaire général de l’Université de Montréal dans les années 20, spécialiste de sciences sociales et politiques, a publié un essai La Veillée des berceaux (1918) et de nombreux écrits relevant de sa discipline.

  • 7 Blanche Lamontagne-Beauregard, La Vieille maison, Montréal, L’Action française, 1920.
  • 8 Maurice Lemire (dir.), Dictionnaire des Œuvres Littéraires du Québec, Tome II (1900-1939), Montréa (...)

7On peut sans doute rattacher à ce premier groupe les deux femmes écrivains du corpus : Blanche Lamontagne-Beauregard (1889-1858), poète et romancière, est issue du premier programme secondaire de lettres ouvert aux femmes à Montréal (le collège MargueriteBourgeois) ; elle collabore à plusieurs revues et on lui doit Visions gaspésiennes, publié par Le Devoir en 1913, dans la veine du terroir alors à la mode. Par nos champs et nos rives, qu’elle publie en 1917, est préfacé par Groulx qui voit en elle un espoir pour la poésie régionaliste. Elle vient de publier La Vieille maison7. Madame Wilfrid A. Huguenin, née Anne-Marie Gleason (1875-1943), est l’auteure de l’Adieu du poète, apologie d’Octave Crémazie ; En pleine gloire, pièce de théâtre créée en 1919, en hommage aux soldats canadiens-français morts pour la France. Elle signe pendant 19 ans une chronique dans La Patrie sous le pseudonyme de Madeleine, qui témoigne d’un esprit plus ouvert au plan politique et social qu’au plan littéraire. Son œuvre est principalement journalistique, mais elle est également l’auteure de : Premier Péché (1919), Le Long du chemin (1912) et Le meilleur de soi (1924), recueils de textes patriotiques et moralisateurs, « pages émues, parfois mouillées de larmes »8 (DOLQ, p. 910) et, surtout, elle dirige La revue moderne, qu’elle a créée en 1919, et dont elle a fait un « organe de la section française de l’Association des auteurs canadiens ». Elle est la seule victime du recueil qui en ait rendu compte avec quelque amertume (dans La Revue moderne, janvier 1925, p. 7), sans doute parce qu’elle y a été assez maltraitée en tant que femme.

  • 9 Ibid., p. XL.
  • 10 Marcel Dugas, « Littérature canadienne », 1929, p. 94, cité par DOLQ II, op. cit., p. XXXVI.

8Les autres écrivains pastichés appartiennent à la même génération que Francoeur et Panneton. Ils sont nés vers 1890-1900 et, pour la plupart d’entre eux, ils se réclament d’une esthétique résolument tournée vers la modernité poétique de la fin du XIXe siècle : Parnasse, décadence (modérée) et symbolisme. Quatre d’entre eux ont fait des études de droit à l’Université Laval de Montréal, et les trois premiers vont rapidement s’imposer dans le champ poétique local. René Chopin (1885-1953) est poète et notaire. Avec l’appui de Paul Morin et de Marcel Dugas, il publie son premier recueil de poésie en 1913, Le coeur en exil au sujet duquel l’« Introduction » du DOLQ précise : « Après Le Paon d’émail, Le Coeur en exil consacrait une sorte de divorce entre le peuple et ses poètes. “Edmond Léo” et Ajutor Richard dénoncèrent cette trahison à l’endroit de la cause nationale »9. Après la Grande Guerre, il collabore au Nigog, à La Revue moderne et à L’Action. Son ami Paul Morin (1889-1963) devient avocat en 1910. Il est surtout connu pour Le Paon d’émail (1911), ouvrage très célèbre en son temps, qui s’impose par la sûreté de sa forme et une certaine préciosité inspirée par la princesse de Noailles. La critique canadienne y voit une provocation, car il donne le mauvais exemple d’un texte qui rompt avec l’idéologie nationaliste ; il pratique une poésie du dépaysement, parle des lieux célèbres de l’Occident et de l’Orient, mais pas du pays. L’impassibilité parnassienne s’y conjugue au culte de la forme. Morin fait partie de la « tribu des Casoars », petit groupe fondé par Philippe La Ferrière en 1913 à son retour de Paris. Philippe Panneton en est également membre, ainsi que Marcel Dugas. Ils animent en quelque sorte le quartier latin de Montréal, et leurs manifestations publiques ne sont pas sans rappeler celles des Hydropathes parisiens. Morin part ensuite à Paris et s’inscrit à la Sorbonne, où il obtient en 1912 un doctorat en littérature comparée. Il revient à Montréal enseigner la littérature française à l’Université McGill de 1914 à 1915. Il est également professeur dans le Massachusetts et dans le Minnesota. Il devient le secrétaire de l’École des Beaux-Arts de Montréal en 1923, puis il se consacre à la traduction de Longfellow. Paul Morin est reçu membre de la Société royale du Canada en 1923, et obtient la même année le Prix Athanase-David. Poète et essayiste, Marcel Dugas (1883-1947) participe au même groupe. De 1915 à 1920, il publie beaucoup, donne des conférences et collabore à L’Action, au Pays et au Nigog. Il part à Paris en 1920 où Panneton le côtoie très régulièrement. Il ne reviendra au Canada qu’en 1940 et travaille pour les Archives de l’ambassade du Canada. Il fait partie des artisans de l’autonomisation du littéraire au Québec, et a conscience de s’insérer dans un mouvement qui tente de briser « tous les liens qui tenaient encore à un champ d’inspiration périmée »10.

9Le quatrième étudiant en droit est Henri Letondal (1901-1955) mais il a préféré la scène aux études. Dès 1920, il collabore à La Patrie, et en 1922, publie Fantoches, recueil de sketches qui sont des aimables satires de la vie quotidienne, rédigées dans une langue qui se veut très classique. Il fera carrière à la radio, en faisant interpréter des « radio-romans » et émigre ensuite à Hollywood.

10Si Gustave Comte et Victor Morin sont des chroniqueurs littéraires qui n’ont guère laissé de traces dans les mémoires, si l’abbé Blanchard reste également méconnu, les deux derniers auteurs sont par contre devenus des célébrités. Valdombre, pseudonyme de Claude-Henri Grignon (1894-1976), journaliste et romancier, est un esprit très indépendant et autodidacte. En 1915, il devient agent des douanes, puis fonctionnaire, puis à partir de 1916, se lance dans le journalisme. Membre de l’école littéraire de Montréal à partir de 1920, il est un polémiste redouté et deviendra un romancier important (avec Un homme et son péché). Mais en 1924, il n’est encore que l’auteur d’articles parus sous les pseudonymes révélateurs de « Stello » ou « Des Esseintes » dans Le Matin.

  • 11 Harry Bernard, « Souvenirs sur Louis Francoeur », dans Le Canada français, octobre 1941, p. 85.
  • 12 À titre d’exemple, le Grand Prix de la Critique qui récompense Yves Gandon en 1938 s’adresse à l’e (...)

11Ce bref repérage des principales victimes de Francoeur et Panneton permet d’affirmer que les deux jeunes auteurs, qui sont à ce moment des débutants dans le domaine des lettres, tiennent à la fois à prendre leurs distances à l’égard de la génération des grands idéologues ultramontains, et à se mesurer avec les contemporains qui ont voulu suivre, avec quelque retard, les modes parisiennes. Ce premier constat relativise la position volontairement anti-polémique qu’ils affichent dans la préface de leur ouvrage. Ils y écrivent en effet : « Si quelques personnes s’offusquent de ce livre, c’est qu’elles n’auront pas compris. Il n’a pas pour but de ridiculiser qui que ce soit ; il s’agit surtout d’un amusement, pour ceux qui l’ont écrit et, tel est du moins leur espoir, pour ceux qui le liront. » Ils justifient également leurs pastiches par une intention critique bienveillante : « Celui-là ne serait point du tout ridicule qui ne croirait pas parfaite son étude de Racine ou de Chateaubriand, par exemple, sans être aller chercher leurs défauts chez Reboux et Muller. On remarquera que les auteurs du livre qu’on va lire ont choisi parmi nos littérateurs ceux-là seuls, parmi les vivants, qui se sont fait remarquer soit par leur mérite réel, soit par les efforts auxquels une popularité bienveillante a attaché quelque prestige. » Ces propos de circonstance ne doivent donc pas cacher qu’il s’agit pour nos deux jeunes écrivains de prendre une position assez ferme dans le champ littéraire. En se référant explicitement au modèle français, ils suggèrent que le milieu littéraire canadien-français est parvenu à un niveau de maturité devant lui permettre d’affronter un esprit satirique comparable à celui qui était en vogue dans le centre parisien. Ils s’opposent par là même à la stratégie du repli national et religieux que prônaient Camille Roy et Lionel Groulx. Mais en même temps, de manière moins volontaire, ils contribuent à en peindre les particularités. Si on compare en effet les « victimes » de Reboux et Muller d’une part, de Francoeur et Panneton de l’autre, on constate immédiatement que les enjeux différaient complètement. Tandis que Reboux et Muller caricaturent la modernité littéraire, pour en dénoncer les excès, l’obscurité et les jeux de chapelle, Francoeur et Panneton raillent un monde composite, où les essais journalistiques et le milieu de la presse étaient mis sur un pied d’égalité avec les écrivains de l’art pur. Là où les premiers pouvaient faire fonds sur un corpus classique admis et enseigné, les auteurs québécois attaquent seulement des auteurs vivants. Leurs carrières ultérieures devaient également diverger. Muller est mort sur le front en 1914, mais Reboux ne réintègre jamais le « premier cercle » de la création littéraire que ses essais poétiques avaient tenté de pénétrer. Il poursuit une brillante carrière de pasticheur et d’auteur mondain. Francoeur se lance dans la presse politique, tout en revendiquant, pour le journaliste qu’il était, une place dans le monde des lettres, et Panneton allait effacer toutes les traces de son « forfait » de pasticheur dans ses écrits autobiographiques dès lors qu’il devient Ringuet. Reboux, par contre, en revendique pleinement la légitimité. Une dernière différence mérite d’être soulignée, parce qu’elle aussi caractérise l’état des dispositifs institutionnels. Du côté français, même les pastiches d’écrivains consacrés n’apportent guère de légitimité : Proust ne leur doit ni consécration ni estime particulières. Du côté québécois, Francoeur et Panneton obtiennent pour leur recueil une importante récompense littéraire : le prix David 1925, mais dont l’attribution n’a pas manqué d’étonner parce qu’elle récompense des auteurs très différents des lauréats précédents (Morin, cité ci-dessus, en 1923 et Pierre Dupuy, auteur du Mage d’Occident, l’année suivante). La Revue dominicaine de janvier 1925 (p. 53-56) y voit le résultat de la « distraction du jury ». Mais elle explique qu’Édouard Montpetit, ravi de se voir ainsi caricaturé, aurait fait penché la balance en faveur du duo sur le mode du : « allez, et il vous sera beaucoup pardonné ». Si non è vero… À la mort de Francoeur, un journaliste dira qu’à son avis, le prix fut la reconnaissance officielle de « l’élément jeune et vivant dans ce qu’il appelait un monde de fossiles »11. Je ne connais pas d’autre exemple de recueil de pastiches obtenant un prix et consacrant un courant littéraire débutant12.

12Nous évoquerons plus brièvement les recueils ultérieurs, d’abord parce qu’ils ont été moins consacrés, mais également parce que leurs auteurs sont moins présents dans l’historiographie.

  • 13 Guy Sylvestre, Amours, délices et orgues, Québec, Institut littéraire du Québec, 1953.
  • 14 Guy Sylvestre, Impressions de théâtre : Paris-Bruxelles 1949, Ottawa, Impr. Le Droit, 1950.
  • 15 Voir à son sujet le livre d’hommage publié par Jean-Rémi Brault et al., Essays in honour of Guy Sy (...)

13Le contexte littéraire n’a guère changé lorsque paraît le second recueil de pastiches publié au Québec. Sous le pseudonyme de Jean Bruneau, Guy Sylvestre (1918-) rédige Amours, délices et orgues13. Il présente les extraits fictifs d’une dizaine de recueils poétiques : Ci-terre de Roger Brien, Les Deux Hercules de Robert Choquette, un sonnet « Lumbermen » d’Alfred desRochers, « Ballade des p’tits vieux » d’Alphonse Piché, extrait des Poèmes de la joie crasse ; « Les Anémones tuaient » d’Alain Grambois, extrait de Cotes de la femme ; « Pieds d’anges » d’Anne Hébert, tiré des Rêves sur le trapèze ; « Tourterelles » de Rina Lasnier ; « Psalmod » de Gustave Lamarche ; « Moi, mes bottines ont beaucoup pataugé » de Félix Leclercq et un extrait Astres et Désastres de François Hertel (pseudonyme de Rodolphe Dubé). Il pastiche des romanciers : Harry Bernard, André Langevin, Yves Thériault, Roger Viau, Roger Lemelin (un extrait de Les Pousse) ; des journalistes comme Léopold Richer et Roger Duhamel ; les historiens Guy Frégault et Marcel Trudel ; les critiques littéraires Séraphin Marion, Julia Richer et Guy Sylvestre. Enfin, il donne le pastiche d’un sermon à la radio du père Marcel-Marie Desmarais, des « Commérages » de Lucette Robert parus dans Le Magazine de la populace, et l’extrait du cours « Quiddité de l’alcoolisme » du professeur Charles De Koninck. Né à Sorel, le 17 mai 1918, l’auteur a suivi l’enseignement du collège Sainte-Marie à Montréal, et fait un B.A. à l’Université d’Ottawa. Ses premiers écrits paraissent dans En Avant ! et dans Les Idées en 1939. Il s’intéresse ensuite à Louis Francoeur au moment de son décès tragique, et il lui consacre un essai sous le pseudonyme de Biaise Orlier. C’est probablement à ce moment qu’il découvre les pastiches du journaliste. Guy Sylvestre est le directeur de la page littéraire du Devoir et il anime et dirige une revue littéraire : Gants du ciel. Il est traducteur au Secrétariat d’Etat, puis exerce de hautes responsabilités comme secrétaire de plusieurs Secrétaires d’État. En 1953, il est bibliothécaire adjoint à la Bibliothèque du Parlement d’Ottawa, dont il deviendra bibliothécaire associé jusqu’en 1968, puis administrateur de la Bibliothèque nationale du Canada jusqu’en 1983. Il est l’auteur également d’un essai Impressions de théâtre14. S’il est clairement catholique (il est l’auteur d’un essai intitulé Poètes catholiques de la France contemporaine, 1943), il marque certaines distances à l’égard des courants les plus à droite en faisant préfacer son essai sur la poésie canadienne par Raïssa Maritain. Son œuvre principale est une importante Anthologie de la poésie canadienne-française souvent rééditée depuis 194215.

  • 16 Delagrange (Laboratoires), Visites au pays des ombres (texte de A.R. SalmonMalebranche), Paris, La (...)
  • 17 Henri Fracostel, « À la manière de… Guy Sylvestre », dans Amérique française, novembre 1953, p. 55

14Les pastiches de Guy Sylvestre s’en prennent donc aussi à des acteurs variés du monde culturel : écrivains, journalistes, historiens, essayistes. On notera d’une part qu’il se dissimule sous un pseudonyme, ce qu’expliquent peut-être ses fonctions officielles ou les tâches auxquelles il aspire de postuler, et que, d’autre part, son pastiche contient un auto-pastiche, ce qui ne manque pas d’une certaine audace. Personnalité cultivée, bibliothécaire, journaliste, Sylvestre présente un profil analogue à celui de Francoeur. La rédaction de ses pastiches n’est par ailleurs peut-être pas étrangère à ses contacts internationaux. Un des collaborateurs de la revue Gants du ciel est en effet Albert-René SimonMalebranche, un poète catholique français, qui est l’auteur de pastiches destinés au corps médical16. On notera, pour l’anecdote, que Sylvestre fit brièvement école. Un des articles rendant compte de son livre s’intitule : À la manière de… Guy Sylvestre17. Son auteur est Henri Fracostel [François Hertel], un des auteurs pastiché.

  • 18 « Nos écrivains par nous-mêmes. Anthologie à la manière québécoise », dans Liberté, n° 145, févrie (...)
  • 19 Dans : L’Atelier du roman, 3, Paris, 1994, pp. 133-140 et repris dans Liberté, 220, août 1995, pp. (...)
  • 20 Stéphane Malfoutu [Michel Lessard], Un tooth pick jamais n’abolira la carie, Montréal, MLE Egrilla (...)

15Il faut attendre la révolution tranquille et l’apparition de la revue Liberté pour que paraisse au Québec un troisième recueil de pastiches. Sous le titre générique de « Nos écrivains par nous-mêmes. Anthologie à la manière québécoise »18, on y ht des textes attribués à : Gilles Archambault, Michel Beaulieu, Victor-Lévy Beaulieu, Léandre Bergeron, Louky Bersianik, Gérard Bessette, Marie-Claire Blais, Jacques Brault, Nicole Brossard, Roch Carrier, Paul Chamberland, François Charron, Gilles Cyr, Réjean Ducharme, Jean-Ethier Blais, Jacques Ferron, Roland Giguère, Jacques Godbout, Philippe Haeck, Anne Hébert, Michèle Lalonde, Paul-Marie Lapointe, Antonine Maillet, André Major, Gilles Marcotte, Gaston Miron, Pierre Morency, Fernand Ouellette, Madeleine Ouellette-Michalska, Claude Roy, Yves Thériault, Michel Tremblay, Pierre Vadeboncoeur, Yolande Villemaire. Une introduction subtile développe le « contrat de pastiche », mais en des termes qui peuvent prêter à confusion pour un lecteur inattentif. Elle précise que « sont ici représentés à peu près toutes les générations, tous les niveaux socio-économiques, toutes les tendances politiques, toutes les appartenances régionales et tous les sexes qui s’agitent dans la littérature québecoise actuelle, de même que tous les courants qui l’inspirent : les courants rapides (P.-M. Lapointe), et les courants lents (M. Lalonde), les courants de fond (G. Miron) et les courants de surface (P. Haeck), les courants d’air (G. Cyr) et les courants d’opinion (J. Godbout), les courants alternatifs (P. Chamberland) et les courants continus (R. Ducharme), les courants telluriques (Y. Thériault) et les courants marins (A. Maillet), le courant des affaires (R. Carrier) et le courant des âges (G. Bessette), et même les contre-courants (L. Bergeron) et les coupures de courant (M. Beaulieu). » Dans son article « Histoire d’une blague ou La critique universitaire prise au piège », François Ricard, qui a participé à cette mystification-pastiche, raconte comment quelques « spécialistes » des lettres québécoises furent ainsi piégés, notamment par le texte attribué à Gabrielle Roy, dont il est l’auteur, que plusieurs critiques universitaires ont pris pour argent comptant et commenté de manière très élogieuse19. Mais cette anthologie rompt avec les précédentes en ce que, pour la première fois, elle ne comporte que des noms d’auteurs reconnus comme des écrivains. Indication très sûre de l’autonomisation du champ littéraire local, les journalistes et les idéologues sont désormais exclus d’une pratique littéraire qui a rejoint les modèles français du genre. De manière assez prévisible, on peut donc dire que l’exception québécoise disparaît ainsi au moment même où l’institution littéraire a acquis sa maturité au Québec. Le très beau pastiche de Michel Lessard, paru sous le pseudonyme de Stéphane Malfoutu, confirme amplement cette hypothèse. Intitulé Un tooth pick jamais n’abolira la carie20, ce pastiche du Coup de dés de Mallarmé fait référence à l’un des chefs-d’œuvre de la modernité littéraire consacrée. Il en mime la disposition typographique et les mises en évidence lexicales évoquant le naufrage d’une prodigieuse rage de dents.

16Des parodies politiques à usage limité au pur pastiche littéraire, le parcours que je viens d’esquisser suit fidèlement l’évolution même de l’institution des lettres au Québec. Il rend compte dans le même mouvement de l’apport québécois au genre littéraire qu’est le pastiche de langue française. De ce point de vue, il convient sans doute de noter, en guise de conclusion, que les pastiches québécois se tiennent généralement sur le versant sérieux du genre. Ils sont, en soi, peu lisibles sans référence aux styles qu’ils imitent, et ils n’atteignent donc pas à l’autonomie comique, par laquelle Reboux et Muller dérivaient vers la parodie. Ils s’affichent comme des formes complices, voire amicales, de la critique littéraire. Toutefois, lorsque des enjeux générationnels ou positionnels apparaissent dans le champ, ils peuvent également être les vecteurs de prises de position non ambiguës.

Notes

1 Louis Francoeur et Philippe Panneton, Littératures… à la manière de…, Montréal, Éditions des Essais Édouard Garand éditeur, 1924.

2 D’après Jean Panneton, « Ringuet le moraliste », dans Ringuet en mémoire. 50 ans après Trente arpents, Jean-Paul Lamy et Guido Rousseau (eds.), Québec, Septentrion, 1989, pp. 29-38.

3 Les notices biographiques de mon article doivent évidemment beaucoup aux renseignements glanés dans Réginald Hamel, John Hare et Paul Wyczynskl Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord, Montréal, Fidès, 1989 ; dans le Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, Maurice Lemire (dir.), avec la collaboration de Jacques Blais, Nive Voisine et Jean du Berge, Montréal, Fides, 1980-1994 ; et dans les dossiers de coupures de presse conservées au Creliq que Denis Saint-Jacques a bien voulu mettre à ma disposition. Je tiens à remercier toute son équipe pour sa disponibilité, ainsi que Micheline Cambron et le Cétuq de Montréal pour les renseignements qu’ils m’ont fournis. Pour Francoeur, je me suis également servi de l’essai de Biaise Orlier [pseudonyme de Guy Sylvestre], Louis Francœur, Ottawa, Les Éditions du droit, 1941.

4 Journal de Ringuet, éd. par Francis Pannetier et Jean Panneton, Montréal, Guérin, 1998, p. 194.

5 La Patrie, 1er novembre 1936.

6 Voir son Tableau de l’histoire de la littérature canadienne-française, Québec, Imprimerie de l’Action sociale, 1907.

7 Blanche Lamontagne-Beauregard, La Vieille maison, Montréal, L’Action française, 1920.

8 Maurice Lemire (dir.), Dictionnaire des Œuvres Littéraires du Québec, Tome II (1900-1939), Montréal, Fidès, p. 910.

9 Ibid., p. XL.

10 Marcel Dugas, « Littérature canadienne », 1929, p. 94, cité par DOLQ II, op. cit., p. XXXVI.

11 Harry Bernard, « Souvenirs sur Louis Francoeur », dans Le Canada français, octobre 1941, p. 85.

12 À titre d’exemple, le Grand Prix de la Critique qui récompense Yves Gandon en 1938 s’adresse à l’ensemble de son œuvre.

13 Guy Sylvestre, Amours, délices et orgues, Québec, Institut littéraire du Québec, 1953.

14 Guy Sylvestre, Impressions de théâtre : Paris-Bruxelles 1949, Ottawa, Impr. Le Droit, 1950.

15 Voir à son sujet le livre d’hommage publié par Jean-Rémi Brault et al., Essays in honour of Guy Sylvestre, Montréal, Asted, 1996. Il existe un fonds Guy Sylvestre à la BNC sous la cote LMS-0110.

16 Delagrange (Laboratoires), Visites au pays des ombres (texte de A.R. SalmonMalebranche), Paris, Laboratoires Delagrange, s. d. [1946], 44 p. Salmon-Malebranche (?-1982) est notamment l’auteur de Madame Acarie : bienheureuse Marie de l’Incarnation, Paris, 1987, et il a dirigé la revue L’Art de vivre.

17 Henri Fracostel, « À la manière de… Guy Sylvestre », dans Amérique française, novembre 1953, p. 55.

18 « Nos écrivains par nous-mêmes. Anthologie à la manière québécoise », dans Liberté, n° 145, février 1983, pp. 1-81.

19 Dans : L’Atelier du roman, 3, Paris, 1994, pp. 133-140 et repris dans Liberté, 220, août 1995, pp. 69-77.

20 Stéphane Malfoutu [Michel Lessard], Un tooth pick jamais n’abolira la carie, Montréal, MLE Egrillard, 1980.

Auteur

Directeur de recherches au FNRS, professeur à l’Université libre de Bruxelles et membre du CIEL (Collectif interuniversitaire d’étude du littéraire). Il a notamment co-dirigé le Dictionnaire du littéraire (Paris, PUF, 2002) et prépare une Bibliographie du pastiche et de la parodie littéraire (XIXe-XXe siècles) aux éditions Memini.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr