Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures mineures en langue majeure

 | 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Lise Gauvin

Troisième partie. Itinéraires comparés

Surcodage linguistique et stéréotypie littéraire dans la poésie du dimanche

Jean-Pierre Bertrand

Texte intégral

I. Présentation

1Après toutes les communications qui ont porté très haut les littératures mineures, il y a quelque scrupule à présenter un exposé sur la poésie du dimanche. Car avec cette production – on hésite même à parler de littérature–, on est loin du mineur, du provincial, du périphérique et du liminaire. En fait, on touche le fond ou, ce qui revient au même, on reste à la surface. Fond de quoi ? Surface de quoi ? Ce sera le sens de ce questionnement qui ouvrira à une notion peu abordée jusqu’à présent, le « minoritaire ».

2Suivant une curiosité déjà ancienne, j’ai donc décidé de vous parler de ces poètes du dimanche, ceux-là, le plus souvent anonymes, qui me tombent sous les yeux quasiment chaque semaine et dont les textes – de vrais poèmes en fait, plus vrais que nature – côtoient ironiquement des petites annonces immobilières et autres, des publicités ou encore des encarts-services sur les gardes médicales de fin de semaine. Voilà près d’un an que je fais collection de ce genre de textes, glanés au hasard de mes lectures des journaux « toutes-boîtes » qui s’entassent chaque jeudi au fond de ma boîte aux lettres.

3Près d’une centaine de textes, donc, qui forment à eux seuls le corpus de toute une année. La collecte pourrait s’arrêter là, car une caractéristique première de cette poésie est d’être saisonnière. Elle se chante, d’année en année, au gré de ce qu’on appelle dans le jargon journalistique des « marronniers » – à savoir ces sujets qu’on attend sans surprise et qui scandent populairement notre rapport au temps : premières feuilles qui tombent, première neige, premier rayon de soleil, sans oublier le couplet à Saint Nicolas, au Père Noël et les fêtes qui rythment le calendrier férié.

  • 1 Fiche signalétique, selon exemplaire de la semaine du 1er mai 2002 : « Publi-Hebdo Verviers-Pépins (...)
  • 2 Le journal s’identifie de la sorte, suivant exemplaire no 921 du 1er mai 2002 : « La Quinzaine mag (...)

4Pour être tout à fait précis sur mon échantillon, j’indiquerai rapidement qu’il est extrait essentiellement de deux petits journaux distribués gratuitement dans l’arrondissement de Verviers-Eupen, mais que l’on retrouve avec des variantes locales dans d’autres communes en Wallonie et à Bruxelles. Il s’agit de Publi-Hebdo, qui tire à 420 000 exemplaires1, et de La Quinzaine, plus généreux en nombre de pages (120 environ), mais d’un tirage plus limité, aux alentours de 70 000 exemplaires – La Quinzaine appartient au groupe de presse Vlan, spécialisé dans le secteur2.

  • 3 Étonnement relativisé par la lecture d’une étude très stimulante d’Aude Mouaci, Les Poètes amateur (...)

5Tout mon étonnement3 vient du fait que les imprimés à 90 % publicitaires laissent une place, si minime soit-elle, à la poésie. Qu’on le retrouve chaque semaine dans une rubrique qui s’orne de lettres romantiques, intitulée tout simplement « Poésie », « Coin des poètes… » et même « Le petit coin du poète »…

6Textes souvent réduits (de cinq à dix vers), publiés à doses homéopathiques, de toute évidence selon les disponibilités graphiques de la page publicitaire. J’ai pu remarquer qu’en saison ouvrable, il n’y a qu’un poème hebdomadaire, alors que pendant les vacances (d’été surtout), le lecteur peut avoir droit jusqu’à quatre textes, éparpillés dans le journal.

7Manifestement, cette poésie bouche-trou fait partie intégrante de la maigre portion « rédactionnelle » desdits journaux. Elle rejoint ainsi d’autres textes d’information et de loisir qui vont du billet d’humeur (voir la rubrique « La vie en rose »), à l’encart vulgarisateur sur l’autohypnose ou le stress, en passant par le « truc de la semaine », des conseils de jardinage… Manière de prolonger la vieille tradition de l’almanach.

8De semaine en semaine, il est offert au lecteur une ou quelques minutes de détente, de réflexion, de rêverie, de méditation – de bonheur, pour tout dire, puisque cette poésie ne se conçoit et ne se pratique qu’à cette fin-là : faire plaisir par un beau mot – une sorte de compliment au lecteur, qui fait du bien à côté des slogans publicitaires et des bons promotionnels à découper et à faire valoir tantôt au « Quick », fast-food local, tantôt au salon de coiffure « Domi style » qui propose de « nouvelles coupes ligne été venues d’Angleterre ».

9Cette poésie du dimanche a quelque chose de tendrement pathétique – et si elle m’intéresse, c’est parce qu’elle s’offre aux littéraires que nous sommes dans l’innocence d’une pratique sans ambition, sans enjeux, sans réflexivité, sans modernité – tranquillement en dehors ou en deçà, faut-il le dire, de nos débats sur le majeur et le mineur.

10Il est tout de même saisissant qu’en ce XXIe siècle mondialisé, globalisé, mercantilisé et médiatisé à l’extrême, il subsiste – et qui plus est dans des imprimés totalement voués à la promotion et à l’échange marchand — des rêveries lyriques à deux sous ! D’autant que, par ailleurs, on ne cesse de déplorer la fin de la poésie, comme genre le plus noble d’entre tous ! « La poésie est inadmissible », s’est écrié Denis Roche à la belle époque des dernières avant-gardes. Eh bien il s’est trompé ! La poésie est admise, et si bien qu’elle peut encore emprunter des circuits de diffusion de masse qu’envierait tout poète ! Pensez donc, être lu par plus de 420 000 lecteurs, rien que dans l’est de la Wallonie ! Ça fait rêver. On conçoit que tel poète se montre particulièrement reconnaissant devant une audience aussi inespérée et dédie au journal un poème-hommage :

  • 4 Jibé, dans La Quinzaine, 27 juin 2001, p. 50.

Quinzaine
Merci à toi Quinzaine,
Mon magazine que j’aime.
Tu es pour nos poèmes
Une sacrée veine.
Tu rends ma vie sereine,
Par tes chroniques urbaines.
Tes annonces par dizaines,
Ou [sic] je cherche l’aubaine.
Je ne suis pas Verlaine,
Mais j’apprécie le thème.
Une fois par semaine,
Je demande à Germaine.
Arrêtons la neuvaine
Car je lis La Quinzaine.4

  • 5 Et qui n’a rien d’amateur puisque, « revue semestrielle de littérature », elle publie les grands n (...)
  • 6 Comme le prouve leur contiguïté avec de l’annonce pour les « Pages d’Or » elles-mêmes : « Vous n’ê (...)
  • 7 Cette note intitulée « Poésie » se trouve à la page 14 des « Pages Info » (entre les « Infos Conso (...)

11Et que dire alors des poèmes publiés dans les « Pages d’Or » de l’annuaire téléphonique (32e édition, Zones Liège-Waremme-Stavelot-Huy-Durbuy-Verviers)-par ailleurs sponsor d’une petite revue de poésie liégeoise en vogue, Le Fram5 ? L’édition 2001-2002 contient un nombre important de poèmes de la même nature et du même statut que ceux analysés ici : vingt-six au total, dispersés dans les 976 pages du volume et généralement imprimés là où les publicités font défaut6. Ils sont précédés d’une note explicative qui vaut la peine d’être reproduite intégralement (avec sa disposition strophique et sa typographie), car elle propose une sorte de justification à la présente incongrue de poésie dans des publications commerciales7, justification aux accents contre-manifestaires qui ne se trouve dans aucun des périodiques dépouillés :

  • 8 La rubrique « Éditeurs » (5 085) reprend effectivement les maisons d’éditions belges ou ayant un s (...)

Nous publions des poèmes dans les Pages d’Or.
Peut-être vos poèmes. Vous les découvrirez çà et là, aux endroits les plus inattendus.
Les Pages d’Or ne sont pas un magazine littéraire. Nous n’avons pas écrit de manifeste poétique, pas développé de théorie littéraire et n’avons aucune préférence pour tel ou tel courant. C’est le métier des éditeurs de magazine littéraires, que vous trouvez sous la rubrique 5085. Quant aux écrivains, ils figurent sous la rubrique 7587.8
La poésie est écrite et lue. Mais poètes et lecteurs ne se rejoignent pas facilement. Il existe des seuils.
En publiant des poèmes dans les Pages d’Or, nous supprimons ces seuils.
Celui qui possède un téléphone reçoit des Pages d’Or.
Nous en distribuons quelque cinq millions en Belgique. Gratuitement.
Chaque poète peut envoyer ses œuvres.
Nous ferons une sélection et conserverons les poèmes dans une banque de données. À chaque édition d’un livre – au total il y a dix volumes qui paraissent échelonnés sur toute l’année – nous puiserons dans notre bibliothèque.
Certains poèmes ne paraîtront que dans un volume, d’autres dans plusieurs.
Dès qu’un poème sera publié, nous préviendrons son auteur.
Que votre ou vos poèmes ne soient pas publiés ne signifie pas que nous ne les apprécions pas.
Nous lirons vos poèmes comme tout autre utilisateur des Pages d’Or.
En envoyant des poèmes, vous acceptez de céder vos droits d’auteur pour insertion dans les Pages d’Or.
Nous vous offrons le vecteur, le pont vers les lecteurs. Cela vous apportera peut-être des commandes.
Car l’art déclenche une sonnerie dans notre tête.

12Voilà un texte qui met à plat les conditions réelles de publication de la poésie amateur : appel aux candidats, sélection, publication, avec à la clé plusieurs millions de lecteurs et qui sait « des commandes », sans oublier la discrète précision juridique concernant les droits d’auteur. On notera également que la poésie se conçoit dans ce texte comme activité artistique et communautaire dont le bottin, à la fois « vecteur » et « pont », se propose d’accélérer les processus d’échange, selon une vision non pas télégraphique mais téléphonique d’un art qui « déclenche une sonnerie dans notre tête ». On verra que c’est le même type de discours (implicite néanmoins et stéréotypé) qui sous-tend l’économie de proximité des échanges poétiques imprimés dans les toutes-boîtes.

13Mais ne tombons pas dans le piège qui consiste à comparer des pommes et des poires. La poésie du dimanche telle qu’on la découvre dans l’annuaire ou les toutes-boîtes n’a rien à voir – c’est là sa superbe candeur – avec le genre institué/destitué qui a porté presque à lui seul le gros de la modernité littéraire des XIXe et XXe siècles. On est ici en dehors de l’histoire littéraire et probablement dans le chef des auteurs eux-mêmes dans l’ignorance même de cette histoire. Quand on est poète du dimanche, forcément on ne l’est pas à la petite semaine. Ce n’est ni un métier, ni une vocation, tout juste un passe-temps où peut se reconnaître un don.

II. Du fond et de la forme

14Si j’ai parlé dans mon titre de « stéréotypie » et de « surcodage », c’est pour indiquer deux traits majeurs de cette poésie du dimanche, qui reproduit tranquillement le vieux clivage du fond et de la forme. La stéréotypie est essentiellement thématique : elle cadenasse des sujets attendus et convenus ; le surcodage est, quant à lui, formel : ces poèmes s’écrivent dans la sursignification de ce qui formellement (métriquement, avant tout) passe pour être identifiable à un poème.

15Feuilletons dès lors les thèmes et les manières de cet album, ce carnet de poésie reconstitué à ma façon. De quoi y est-il question tout d’abord ?

16Contentons-nous de quelques titres, cités tels qu’ils apparaissent au fil des semaines (la chronologie s’impose d’elle-même).

  • 9 Ce poème, comme celui cité plus haut de Jibé, est un vibrant hommage au journal lui-même.

Méditation (Maïté)
Décembre (Maïté)
Aimer (Gérard Sélis)
Sérénité (Maïté)
Errances (J. Longen de Spa)
Le commencement de… (Giuseppe Gusciglio, Chameux)
Méditation (Maïté)
La Petite vieille (Denise Commaert, Chameux)
Saint-Valentin (Maïté)
La vie pas à pas (J. Longen, Spa)
À la plus fidèle (MJ. Defotrie)9
Cafard (Jibé de Dison)
Quiétude (Mohamed Moghoghi, Verviers)
Mai (Jibé, Dison)
Rencontre (Jibé, Dison)
Été (Maïté)
Les Notes et les Mots (MJ Delfotrie, sic)
Un cri (Maïté)
Le temps (A. Goderniaux)
Images (Maïté)
Quinzaine (Jibé)
Tous les chemins (Gérard Sélis)
Voici bientôt les vacances (Maïté)
Je cherche (Jo)
Les vacances (Deborah Fievez)
L’Homme, cet étemel pigeon (Jibé)
Inceste (Gérard Sélis) Songerie (Maïté)
Bonjour l’été (Maïté)
Chimère (Maïté)
O douce qui m’attend… (anonyme)
Le temps (Jo)
Je t’aime (Catherine Loword, Warsage-Dalhem)
Le Sang des pierres (J. Longen de Spa)
Automne (Maïté)
Haine, dégoût et déception (Jo)
Les Fleurs (Deborah Fievez, 12 ans, Herve)
Comme la plume au vent (Maïté)
Athlète et prix (Philippe Franzen)

  • 10 Voir à ce sujet les analyses d’Aude Mouaci, op. cit. et les conclusions d’un mémoire de licence en (...)

17Ainsi se fait le tour des quatre saisons poétiques. On le voit rien que dans les titres : il est question du temps qui passe ou qu’il fait, d’amour toujours, d’attente et de fleurs de toutes les couleurs. Soit les poncifs les plus éculés d’une poésie de l’enfance ou de l’adolescence attardée, évoqués et dits comme s’il s’énonçaient pour la première fois sous ces plumes dont on ne sait rien (il y aurait lieu de faire l’analyse sociographique de ces auteurs en herbe : qui sont-ils ? quel âge ? quel profil sociologique ?, etc. Tout ce qu’on sait d’eux, à l’exception d’une fillette de 12 ans de Herve, c’est leur prénom, leur nom et éventuellement leur origine régionale10).

18Quels que soient les thèmes brodés à l’intérieur d’un répertoire très limité, il est intéressant de noter que les textes reposent sur un présupposé (inculqué par l’école primaire) selon lequel poésie égale matière (et manière) à rêver un monde qui continue, malgré tout, d’enchanter. Le poétique se cheville ainsi sur une vision du monde essentiellement euphorique, réconciliante, accueillante, euphémisante, etc. Ce que résume une « méditation » de Maïté, une des poétesses les plus assidues du magazine :

  • 11 Maïté, dans La Quinzaine, 14 janvier 2001.

Méditation
Comme les quatre saisons de Vivaldi
Un cœur chante, pleure ou sourit
L’espoir attendu impatiemment
Une heure vécue intensément…
Ces choses de la vie
Dorment toujours l’âme ravie…
Un simple regard sur la nature
Peut changer une créature
Pourvoir contempler toute l’humanité
Nous dit que c’est bon de vivre
Tel un oiseau ivre de liberté !11

19Poésie du bonheur, mais aussi bonheur de la poésie. À des contenus si peu perturbés correspondent des manières d’écrire (on hésite à parler de style ou d’écriture évidemment) à la fois très transparentes et très opaques – transparentes, car elles mettent sous un éclairage particulièrement célébratif des propos, des émotions ou des sentiments simples, opaques, car, malgré tout, les textes s’affirment dans leur savoir-faire ou leur artisanat (« Je ne suis pas Verlaine », écrit Jibé, voir supra) poético-métrique.

20Ces textes sont avant tout portés par des signaux très/trop visibles de poéticité. Ça rime, évidemment, et le plus platement et le plus pauvrement du monde : ainsi, par exemple, dans « Un cri » de Maïté :

  • 12 Maïté, dans La Quinzaine, 20 juin 2001.

Un Cri
Seul sur la terre
Petit oiseau de lumière
Blessé au plus profond de ton cœur
À la perte irréparable de ton bonheur
Chaque jour tu essayes de survivre
Au lever du soleil tu simules la joie de vivre…
Pourtant ton avenir n’est pas si noir
Les gros nuages s’estompent dans le soir
Car la vie en temps voulu
Te donneras ce bonheur que tu espères
Et que tu n’as jamais eu12

21Terre/ lumière ; coeur/ bonheur ; survivre/ vivre ; noir/soir ; etc. Souvent les rimes phonétiques sont doublées de rimes sémantiques : nous sommes dans l’univers de la redondance. Pas d’écart dès lors, au sens rhétorique du terme : en dépit d’une grande application des règles, plutôt d’ailleurs qu’une réelle maîtrise, on sent que les ajustements sont quelquefois forcés, comme « espères » qui est censé rimer avec « lumière » ou « terre », huit vers plus haut.

22Ce qui, en revanche, n’est pas respecté, c’est la métrique. Cela ne signifie évidemment pas que le vers libre ait porté ses fruits plus d’un siècle après qu’il ait été la pierre angulaire du combat poétique moderne, à l’époque du symbolisme. Ce relâchement des règles est à comprendre par le fait que les poèmes du dimanche s’énoncent au petit bonheur de la rime, sans jamais tenir compte de la longueur du vers, de l’isométrie : ainsi, dans notre exemple, des vers de 4, 8, 9, 12, 10 et même 14 syllabes se succèdent au seul souci de rendre les unités métriques porteuses d’unités syntaxico-sémantiques – le rejet et l’enjambement ne sont pratiquement jamais de mise.

  • 13 Tendance confirmée par l’étude d’Aude Mouaci. À Verlaine et Prévert s’ajoutent les grands maîtres (...)

23Aucun texte du corpus n’a de structure formelle repérable et pertinente. Seule la rime sonne faux sous la lime, comme disait Verlaine, le père spirituel de cette poésie du dimanche, avec sans doute Jacques Prévert13. Il faut voir là un résidu de poéticité, probablement rapportable à un apprentissage scolaire et primaire. Une marque de représentation à la fois signalétique et réductrice de ce qu’est la poésie dans le discours social ou du moins le sens commun.

24Des remarques similaires peuvent se faire à propos de la longueur de ces textes. On est loin de l’écrivain mineur exilé, nomade dans sa langue ! Le langage est tout entier du côté de la transparence. Ça coule de source et d’autant plus fluidement que ça chute sur une bonne rime. Syntaxe et lexique de tous les jours, tels sont les ingrédients de ce prosaïsme poétique, comme le confirme encore Maïté :

  • 14 Maïté, dans La Quinzaine, 13 décembre 2000.

Décembre
L’hiver est là, morne et froid…
La nature dort, les oiseaux ne s’éveillent pas encore !
Aujourd’hui il fait chagrin, infinie tristesse du matin !
Soudain tombent des flocons immaculés
Le paysage en est tout transfiguré
Un coup de baguette magique
Donné par un magicien romantique
Change cet instant en un ciel d’enchantement !14

  • 15 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Minuit, 1975, p. 43. (...)

25Si l’on devait à tout prix reprendre les catégories de Deleuze-Guattari pour les appliquer à la langue de la poésie du dimanche, on pourrait dire qu’elle cumule et annule à la fois les fonctions vernaculaire, véhiculaire, référentiaire et surtout mythique15. En quoi ces textes ne sont jamais dans le devenir-mineur, mais toujours dans le minoritaire : ils dupliquent et redupliquent, par copiés-collés collectifs et probablement inconscients, les énoncés préformés qui circulent çà et là dans la mémoire.

  • 16 Jacques Dubois, L'Institution de la littérature, Bruxelles, Labor, 1978, chapitre VII (pp. 129-150 (...)

26Que faut-il entendre par minoritaire ? La poésie du dimanche me paraît le comble de ces productions proscrites, paralittéraires, régionalistes, etc. qui ne trouvent aucune reconnaissance et encore moins de légitimité dans les rouages de l’institution littéraire (c’est la définition qu’en propose Jacques Dubois16). Au fond, même si elle conserve quelques rares marques qui signalent son statut de genre, elle est dépourvue totalement de littérarité. Il ne faut pas l’en blâmer, ni chercher à la reconnaître pour ce qu’elle n’est pas. Car la poésie n’est pas son horizon, de même que le roman n’est pas l’horizon du roman Harlequin ou sentimental, réduit à un enchaînement d’énoncés narratifs et de clichés. Tout entière dans l’imitation, l’écho et au mieux le reflet, la poésie du dimanche est minoritaire parce qu’elle subit la domination non pas de la littérature, mais de ses représentations sociales et populaires et qu’elle est parce qu’elle est tout entière dans la reproduction des codes. Si on fait d’elle un objet d’étude, c’est à la condition de ne pas la lire sous un angle littéraire, sous peine de la condamner, mais bien de la considérer comme un type discursif à part entière, un objet dépourvu d’autonomie parce que dépendant du vaste intertexte social.

  • 17 L’actuel rédacteur en chef de La Quinzaine apporte une réponse plus prosaïque encore : s’il publie (...)

27Il faudrait demander aux directeurs de rédaction de ce type de presse pourquoi ils publient de la poésie dans leurs livraisons. On ne peut s’attendre à ce qu’ils prennent argument d’un souci littéraire, patrimonial ou autre. Si c’était le cas, ils s’adresseraient à des poètes reconnus par l’institution – et dieu sait si en Belgique il n’en manque pas. Il convient plutôt de voir dans cette constance à publier de la poésie, un effet d’ancrage local qu’assure cette pratique artisanale du poème, couleur locale, régionale et intimiste, en accord, sans doute paradoxal, avec la ligne rédactionnelle de proximité dont a besoin le journal pour asseoir une légitimité qui n’est pas que purement commerciale17.

  • 18 Ainsi s’explique l’usage du pseudonyme, suivi ou non du lieu d’origine. Voir quelques exemples dan (...)

28La littérature minoritaire, telle qu’elle s’illustre dans la poésie du dimanche, pourrait alors mieux se comprendre si on la qualifiait de vicinale. Cette littérature est en effet de voisinage pour deux raisons. Tout d’abord, dans sa circulation matérielle (comme on parle de chemins de fer vicinaux), elle relie dans un espace clos des bribes de mémoire affective, de connaissances passées, de sensibilités partagées, à l’intérieur d’une communauté émotionnelle. Ensuite, distribuée dans les limites d’un arrondissement, d’une région, avec ses frontières identitaires et ses repères symboliques, elle favorise une appropriation consensuelle : ce voisin qui fait de si beaux vers (il suffit non pas de le nommer, mais de le localiser18) n’est jamais que l’autre de soi-même.

Notes

1 Fiche signalétique, selon exemplaire de la semaine du 1er mai 2002 : « Publi-Hebdo Verviers-Pépinster-Theux, Groupe Plus, 55 rue de la Régence, 4000 Liège, Journal publicitaire hebdomadaire, tiré à 72 500 exemplaires, rue du Brou 14 à 4800 Verviers […] », 36 pages pliées de 37,5 cm x 25,5 cm. Sur la une est mentionné un tirage de 429 900 exemplaires, chiffre qui totalise l’ensemble des éditions régionales ; celle de Verviers-Theux-Pépinster est de 72 500 exemplaires.

2 Le journal s’identifie de la sorte, suivant exemplaire no 921 du 1er mai 2002 : « La Quinzaine magazine, hebdomadaire d’information et de publicité ; [paraît] le jeudi matin (71 139 exemplaires) [dans son édition no 921 du mercredi 1er mai 2002], Membre de la Presse Périodique belge, Affilié au Jury d’Éthique Publicitaire. Direction (Bureau-Publicité-Petites annonces) : Michel Hanrez, rue Xhavée 26-28 4800 Verviers. Rédaction : Pascal François […] Éditeur responsable : les Éditions Régionales Réunies SA [à Verviers] ». Chaque numéro compte entre 100 et 120 pages et se présente sous un format agrafé de 20 cm x 27,5 cm. Le magazine en est à sa 26e année (2002).

3 Étonnement relativisé par la lecture d’une étude très stimulante d’Aude Mouaci, Les Poètes amateurs. Approche sociologique d’une conduite culturelle, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales », 2001.

4 Jibé, dans La Quinzaine, 27 juin 2001, p. 50.

5 Et qui n’a rien d’amateur puisque, « revue semestrielle de littérature », elle publie les grands noms de la poésie belge et étrangère d’aujourd’hui. L’encart publicitaire des « Pages d’Or » se trouve en pleine page en fin de volume, du moins dans la livraison no 6 printemps-été 2001, et contient le message suivant : « Il y a de la créativité dans l’air… / Petit à petit, l’artiste sort de son nid. Les Pages d’Or, elles dénichent aussi de nouveaux talents./ [en plus petit] Le prix littéraire Pages d’Or/La poésie dans les Pages d’Or/[suivent les mêmes informations en néerlandais] ».

6 Comme le prouve leur contiguïté avec de l’annonce pour les « Pages d’Or » elles-mêmes : « Vous n’êtes pas encore dans les Pages d’Or ? » Ajoutons que ces vingt-six poèmes sont pour la plupart non titrés et apparaissent sous la rubrique « Poésie » ; les quatorze qui le sont s’appellent « Le Chant du silence », « Le Café », « L’Étalon noir », « Le Soleil dans la mare », « Bijoux du ciel », « À bout de mèche », « Mon ami l’arbre », « Vu d’Altaïr », « Au petit trot », « Trésors », « Sauterelles », « Fricatives », « Que diriez-vous d’une île ? » et « l’allumette ».

7 Cette note intitulée « Poésie » se trouve à la page 14 des « Pages Info » (entre les « Infos Consommateurs » et le plan des rues de Liège).

8 La rubrique « Éditeurs » (5 085) reprend effectivement les maisons d’éditions belges ou ayant un siège en Belgique, 90 environ, tous domaines confondus. Plus troublante la rubrique « Écrivains » (7 587) compte 14 entrées, dont une maison d’édition, qui renvoient à des personnes probablement dans le métier, mais inconnues de l’institution littéraire.

9 Ce poème, comme celui cité plus haut de Jibé, est un vibrant hommage au journal lui-même.

10 Voir à ce sujet les analyses d’Aude Mouaci, op. cit. et les conclusions d’un mémoire de licence en Langues et Littératures romanes de l’Université de Liège : Laurence Englebert, Les Poètes de « La Quinzaine ». Approche de la poésie du dimanche en Belgique francophone, 2 vol., dactylographié, année académique 2001-2002.

11 Maïté, dans La Quinzaine, 14 janvier 2001.

12 Maïté, dans La Quinzaine, 20 juin 2001.

13 Tendance confirmée par l’étude d’Aude Mouaci. À Verlaine et Prévert s’ajoutent les grands maîtres du romantisme, Musset et Lamartine tout spécialement.

14 Maïté, dans La Quinzaine, 13 décembre 2000.

15 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Minuit, 1975, p. 43. Rappelons que, s’agissant de la langue, vernaculaire signifie maternel, territorial ; véhiculaire se rapporte à l’échange ; référentiaire à la culture ; mythique à une reterritorialisation religieuse ou spirituelle.

16 Jacques Dubois, L'Institution de la littérature, Bruxelles, Labor, 1978, chapitre VII (pp. 129-150).

17 L’actuel rédacteur en chef de La Quinzaine apporte une réponse plus prosaïque encore : s’il publie de la poésie, c’est pour faire droit à une demande pressante des poètes eux-mêmes que, décemment, il ne peut décevoir, de même qu’il ouvre certaines rubriques du journal à des billets d’humeur – variante régionale d’une pratique très présente dans la grande presse, celle du courrier du lecteur.

18 Ainsi s’explique l’usage du pseudonyme, suivi ou non du lieu d’origine. Voir quelques exemples dans le tableau supra.

Auteur

Président du Centre d’études québécoises de l’Université de Liège. Spécialiste de la littérature fin de siècle, en France et en Belgique. Ouvrages publiés : Jules Laforgue. Ironie et désenchantement, Paris, Klincksieck, 1997 ; Le Roman célibataire, Paris, Corti, 1996 (en collaboration) ; Paludes d’André Gide, Paris, Gallimard, « Foliothèque », 2001.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540