Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures mineures en langue majeure

 | 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Lise Gauvin

Troisième partie. Itinéraires comparés

Une belligérance française1. Images conflictuelles du centre dans le roman francophone contemporain (Godbout, Muno, Confiant)1

Pierre Halen

Texte intégral

  • 1 Cet article a été écrit selon les normes de la nouvelle orthographe.
  • 1 Cette contribution reprend partiellement « Une approche des littératures francophones comme système (...)

1La critique spécialisée dans les littératures francophones ne s’est pas souvent penchée sur la pertinence de son objet, envisagé globalement. Vouée à la « défense et illustration » de ses corpus, elle n’a guère fait que les juxtaposer par secteurs : Antilles, Afrique noire, Maghreb, etc. Telle est la structure de L’Année francophone internationale, ou des deux volumes consacrés à la Littérature francophone chez Hatier ; dans ces deux titres, le singulier est une sorte de leurre, derrière lequel on peine visiblement à penser une quelconque unité.

2Le domaine a certes une existence de fait, existence qui suppose aujourd’hui l’exclusion de la France. Cette exclusion parait peu logique : le domaine français ne devrait être qu’un des domaines « francophones » parmi les autres. Mais cet appel à la logique et à l’égalité, tant de fois rebattu dans les colloques, conduisait à une impasse. À supposer en effet qu’il soit entendu, l’inégalité pratique et symbolique qui caractérise les rapports de force réels entre les domaines concernés serait occultée au profit d’une proclamation généreuse, mais théorique, dont l’application aurait tôt fait d’accroitre l’inégalité de départ. L’exclusion de la France résulte en réalité d’une autre logique, celle de la protection des minorités dans un contexte où l’inégalité est supposée au départ.

3Cette existence de fait ne confère cependant pas au domaine une cohérence scientifique. Dans la réalité, la cohérence se cherche d’ailleurs au niveau de sous-ensembles définis par la géographie : le Nord et le Sud ; les Amériques, l’Europe et l’Afrique, etc. Moins la zone est vaste, plus elle est, naturellement, cohérente du point de vue socio-historique, culturel ou infrastructurel. Mais on peine à trouver les articulations générales d’un hypothétique tout francophone, comme d’ailleurs à penser la relation entre celui-ci et la France, alors même que, dans les faits, l’Hexagone n’a pas perdu grand-chose de son rôle de plaque tournante et, pour ainsi dire, de grand intégrateur pratique. Les diasporas ont renforcé l’importance quantitative et qualitative des littératures dites du Sud mais en réalité écrites, publiées et commentées en France : l’intérêt proclamé pour ces œuvres semble ainsi masquer la mise en valeur d’une nouvelle littérature franco-parisienne, un peu colorée, certes, mais toujours logée au Quartier latin. La plus grande partie des « études francophones » joue d’ailleurs dans la même pièce : tout les y pousse, à commencer par l’impossibilité pratique de maitriser sérieusement, tout à la fois, l’histoire spécifique des différentes zones.

4D’un autre point de vue, la « francophonie multilatérale » souvent souhaitée reste quasi inexistante sur le plan littéraire. Pour le dire avec une formule simple de Marc Quaghebeur : « ça ne circule pas entre nous ». Le livre édité en Côte d’ivoire ou au Québec ne se trouve qu’exceptionnellement dans une librairie française, a fortiori ne se trouve-t-il donc pas dans une librairie luxembourgeoise ou martiniquaise. Comme toujours avec la « nation littéraire » qu’est la France, les barrages filtrants sont beaucoup moins sérieux dès lors qu’il ne s’agit pas de littérature : la chanson et les variétés, voire le théâtre et la danse, circulent davantage. Certes aussi, les personnes physiques se déplacent plus facilement qu’autrefois dans l’espace francophone, la langue servant de passerelle utile. Celle-ci ne pèse pourtant pas bien lourd lorsque les enjeux sont importants : songeons au grand nombre de nos collègues africains qui enseignent aujourd’hui aux États-Unis, facilement reconvertis à l’anglophonie. Si bien qu’on est toujours davantage en droit de s’interroger sur la consistance réelle de cet espace francophone à l’intérieur duquel nous aurions à examiner des littératures qui auraient quelque unité.

  • 2 Cf. Michel Francard et al. (dir.), L’Insécurité linguistique dans les communautés francophones péri (...)

5Les observations conduites du côté de la langue, ou plutôt des langues en position d’adstrat dans tous les pays francophones mais non en France (du moins, officiellement), ont donné des résultats2, et sans doute y a-t-il là une voie pour cerner un certain nombre d’enjeux qui sont communs, quoique à des degrés divers, à l’ensemble des zones francophones, du Nord comme du Sud. Pourtant, si ces phénomènes de coprésence (d’une autre langue internationale, de langues locales, de parlers pidginisés, etc.), affectent nombre de pays, la comparaison ne peut guère s’étendre dès que l’on prend davantage en compte la diversité concrète des situations.

  • 3 Cf. Michel Francard et al. (dir.), op. cit.

6La langue française a-t-elle elle-même le rôle unifiant qu’on veut souvent lui voir jouer ? Du point de vue de l’oral, c’est de moins en moins le cas : la langue parlée aujourd’hui en France, en certains lieux dominants de la production tels que les médias et le cinéma, est un idiome que les linguistes appellent le « nouveau français paritaire » pour le double motif qu’il feint de se rapprocher de la langue « populaire », surtout du point de vue articulatoire, et qu’il sert à n’être compris que par ses « pairs », ceux qui se partagent le droit d’occuper ces lieux3. Or, cet idiome, conformément d’ailleurs à une tradition française multiséculaire, s’éloigne à plaisir du français « standard », moulé sur l’écrit, qu’on enseigne surtout à l’étranger ; de sorte qu’il est devenu par exemple nécessaire de sous-titrer les films français pour les diffuser sur TV5 à destination des pays francophones et des autres publics allophones : ainsi décline une certaine idée du français comme langue internationale. Mais d’un autre côté, le poids de l’écrit reste important, que renforce l’évolution des nouveaux médias, adaptés à l’éclatement géographique des différentes zones concernées : c’est parce qu’il existe entre eux de l’écrit commun que des locuteurs québécois, belges ou sénégalais peuvent se comprendre dans une oralité « standard » reconstituée.

  • 4 Bernard Mouralis, « Littérature et savoir », dans Questions générales de littérature, Paris, Seuil, (...)

7Ce partage de beaucoup d’écrit et de peu d’oral, qu’entraine-t-il ? Une façon classique de poser le problème est de rappeler que la langue est porteuse de valeurs unifiantes, qu’elle inclut ses locuteurs dans une vision du monde spécifique. Nul doute que la langue soit, en effet, le grand interprétant du monde ; ce n’est pas seulement l’enseignement des linguistes, c’est aussi la gageure quotidienne des traducteurs. On peut cependant poser aussi qu’avec ou sans traduction, « un lecteur peut entrer dans une œuvre produite dans un tout autre temps et dans une tout autre société que les siens », parce que « la littérature exprime [...] un universel, [permettant au sujet] de percevoir l’Autre [...] dans ce qu’il peut avoir de commun avec lui, dans une appartenance partagée à l’Humanité envisagée dans ce qui la constitue : la culture »4. Mais ce principe d’universalité, dans la mesure même où il tend « à tourner le dos au principe de la logique identitaire », n’a rien à voir avec une spécificité culturelle ou civilisationnelle qui serait produite par la fréquentation et l’usage de la langue française.

  • 5 Hélé Béji, L’Imposture culturelle, Paris, Stock, 1997.

8Sous le nom de « francité » ou même, cela s’est vu, d’« ethnie française », on nous a pourtant répété que des valeurs sociétaires seraient indissociables de la langue française, pour ce qu’elles auraient été pensées, à l’époque des Lumières et de la Révolution notamment, en français. Ce n’est pas faux : lorsqu’on lit, par exemple, le bel essai que la Tunisienne Hélé Béji a consacré à L’Imposture culturelle5, on mesure aisément la filiation de l’auteur avec une tradition à la fois morale, philosophique et langagière spécifique. Mais, encore une fois, cette pensée n’est pas inaccessible aux étrangers, qu’ils soient francophones ou non. D’autre part, la France ne se résume pas, c’est évident, dans ce genre de commerce intellectuel ; et elle n’est pas davantage l’inspiratrice naturelle de ces valeurs de respect, de dialogue et de tolérance qui sont aujourd’hui le fond de commerce idéologique de la Francophonie politique. Enfin, ce n’est pas tout d’avoir une langue « en partage », il faudrait encore que cette langue soit la même : au-delà des inventaires lexicaux, au-delà même des références culturelles et des valeurs véhiculées, il faudrait que le statut et la fonction de la langue française à l’intérieur des collectivités soient pareils, et c’est loin d’être le cas, comme l’analyse en a été faite pour la Belgique, pourtant le pays francophone le plus proche géographiquement de la France.

9Pour fonder cette hypothétique cohérence des littératures francophones, il faut donc recourir à des éléments plus solides. Un premier est sans doute à trouver dans le phénomène d’adstrat linguistique déjà évoqué plus haut ; mais s’il permet d’intéressantes comparaisons entre les pays francophones, il ne suffit pas à justifier la cohésion de cet espace. Par exemple, si le Canada et la Belgique peuvent être comparés comme pays plurilingues, on voit rapidement que la situation des Québécois ressemble à celle des Belges néerlandophones bien davantage qu’à celle des francophones. De même, il y a davantage de ressemblance entre le fonctionnement d’une langue européenne à l’intérieur de l’État au Nigeria et au Congo-Kinshasa qu’entre le fonctionnement du français dans ce dernier pays et à la Martinique ou en Acadie.

  • 6 Paul Aron, « Pour une approche méthodologique des catégories littéraires de la francophonie », dans(...)

10Un second élément est plus probant : il s’agit de l’analyse des conditions de production et de réception, par laquelle Paul Aron recommandait de commencer toute approche des littératures francophones6.

  • 7 Pierre Halen, « Notes pour une topologie institutionnelle du système littéraire francophone », dans(...)
  • 8 Bernard Mouralis, op. cit., p. 14.
  • 9 Dominique Maingueneau, Le Contexte de l’oeuvre littéraire, Paris, Dunod, 1993.
  • 10 Paul Dirkx, « L’intérêt pour l’“auto-périphérisation” chez les agents littéraires francophones. L’e (...)

11Envisagées globalement, ces conditions permettent de parler, à défaut d’un « champ littéraire », d’un « système littéraire francophone », dont la structure fonctionnelle peut, me semble-t-il, être dégagée7. Pareille analyse, basée sur le constat de relations d’attraction et de concurrence entre centre et périphérie, part aussi du principe que « la littérature est avant tout une pratique et une institution »8 historiques ; cette pratique suppose, selon le concept de Dominique Maingueneau9, l’élaboration de scénographies adaptées aux contraintes du système, et plus ou moins performantes à tel moment : des postures d’auteurs et de groupes, qui s’affichent tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du texte. On peut montrer ainsi qu’au sein du système, la diversité apparente des inspirations culturelles et des références historiques accompagne et masque à la fois un fonctionnement sémiologique et institutionnel comparable ; ceci s’explique simplement par le rôle dominant, en termes de production, de diffusion et de légitimation, que continue à s’arroger la place franco-parisienne avec l’aval de zones francophones qui s’« auto-périphérisent », pour reprendre le mot de Paul Dirkx10.

  • 11 Cf pour la Belgique : Pierre Halen, « Primitifs en marche. Sur les échanges intercollectifs à parti (...)

12En d’autres termes, il ne s’agit plus de considérer tel trait du texte francophone comme l’expression d’une culture singulière, dont l’inclussion dans l’ensemble littéraire francophone montrerait la grande tolérance multiculturelle du système, lequel système y trouverait du même coup une définition conforme à l’idéologie officielle de la francophonie. Il s’agit plutôt d’envisager les œuvres, à quelque point de vue stylistique, thématique ou générique que ce soit, comme des objets dont les traits distinctifs sont d’abord les produits de contraintes spécifiques, observables dans leur réception en termes d’« attentes »11. Elles sont ensuite les agents qui, à leur tour, réorientent en partie cette réception en balisant des traditions réceptives où viendront s’inscrire d’autres œuvres. Il y a des exemples fameux de ces traditions réceptives : l’écrivain belge est un barbare du Nord, flamand de préférence, de Rodenbach à Jacques Brel ; l’antillais est un créole haut en couleurs et en dires populaires, etc. L’essentiel est d’apercevoir que la diversité sémiologique reflète moins quelque tolérance française à l’égard de la différence que l’assignation des producteurs francophones à des postures et à des stratégies d’énonciation contraintes.

  • 12 Cf. M. Gyurcsik, « Dialogue interculturel et postmodernités francophones », dans Cahiers francophon (...)

13Ces producteurs, quoi qu’ils en disent parfois en faisant du tapage autour de leur « irrégularité », de leur créolité ou de leur négritude, n’ont pas les moyens d’une vraie rébellion, encore moins d’une échappatoire ou d’une indépendance matérielle et symbolique. Ils peuvent toutefois, dans une certaine mesure, jouer avec les contraintes du système, repeindre à neuf les pièces où on les laisse s’ébattre. Parfois, ils arrivent aussi à faire entendre qu’ils ne sont pas dupes, à montrer d’une manière ou d’une autre dans leur propre écriture la scénographie qui est en cours ; certains vont plus loin encore, en explicitant le rapport de domination symbolique à l’intérieur duquel ils sont pris et en fonction duquel ils prennent alors une position nécessairement hostile. C’est le cas dans les trois exemples qui suivent. Ils ont en commun d’être relativement récents et d’échapper au poids que faisait peser sur les créateurs francophones l’idéologie consensuelle d’une francité civilisationnelle, supposée égalitaire dans l’« assimilation ». Ils ont aussi en commun d’avoir dépassé le stade de l’opposition « moderne »12, de la protestation d’identité qui appelait la reconnaissance du centre pour une différence proclamée, référée à une collectivité. Ils sont au-delà, refusant à la fois l’allégeance au centre et à ses relais locaux, et le rôle de porte-parole « ethnique » qui les eût identifiés à une culture ou à un groupe. Ils sont néanmoins d’un lieu particulier, parce qu’il n’y a pas moyen de faire autrement si l’on ne veut pas feindre d’être un assimilé-au-centre, et parce que, par ailleurs, le questionnement de ce lieu spécifique est fécond ; mais en en même temps, ils sont de nulle part ou de partout, et leur hostilité proclamée, plus ou moins virulente selon le cas, est double, visant à la fois le centre de légitimation et les relais indigènes de sa domination. L’articulation du local et du global, en ce cas, continue de passer par une référence au centre qui n’a pas d’équivalent dans les littératures anglophones ou hispanophones.

  • 13 Jean-Marie Klinkenberg, Une étude de « Salut Galameau ! », Montréal, Boréal, 1997, p. 43.

14Premier exemple : Salut Galarneau ! de Jacques Godbout, publié au Seuil en 1967. Le roman est dédié à « Maurice Nadeau, celui de Saint-Henri ». Comme le fait observer Jean-Marie Klinkenberg13, « c’est qu’il y a d’autres Maurice Nadeau », et spécialement un critique français réputé. Renvoyant à un personnage « inconnu » d’un quartier pauvre de Montréal plutôt qu’à une notoriété parisienne, l’écrivain place l’ensemble du roman sous le signe d’un jeu : oui, vous connaissez comme moi Nadeau, et bien non, ce n’est pas celui-là, mais un autre, que vous ne connaissez pas. La connivence affichée est aussitôt démentie sans cesser d’être produite : le lecteur du Seuil appréciera le pont jeté vers lui et l’esquive.

15Le personnage principal, qui est aussi le narrateur, s’appelle François mais il n’est pas français :

  • 14 Édition citée : Paris, Seuil, « Points », 2000, p. 130.

Petit Galameau. Seul. Je vais m’enfouir dans des cahiers. Je ne suis pas un écrivain professionnel, moi, ça me fait mal quand je cherche une phrase, je ne suis pas Biaise Pascal, moi, je n’ai jamais eu de nuit de feu, sauf celle où des petits sacrements en scooter ont tenté de faire brûler mon stand, je ne suis pas La Bruyère, moi, ni d’un autre fromage...14

16Ce « roman du refus », comme dit Klinkenberg, exerce ici sa dénégation à l’égard de deux éléments, chacun incarné par un des frères de François ; l’un, représenté par Arthur, est d’ordre idéologique : il concerne Pascal et la foi chrétienne ; l’autre, représenté par Jacques, est à la fois stylistique et identitaire : les exemples d’« écrivains professionnels » dont le modèle est rejeté sont tous deux tirés du canon français.

17Rejet ambigu, puisqu’il suppose une forme de reconnaissance. Ainsi en va-t-il plus généralement des sentiments du narrateur à l’endroit de Jacques, le frère ainé parti étudier à Paris, d’où il lui envoie des lettres où il se montre « déjà un écrivain » (p. 15). La référence de Jacques est Rimbaud et il se promet d’envoyer des livres français à son cadet qui annonce son décrochage scolaire. Plus tard, devenu « écrivain professionnel », Jacques est présenté comme celui qui maitrise la langue française : « il doit relire mes cahiers, je ne sais pas ce qu’il va dire quand il va les repasser ; c’est peut-être pour l’orthographe ou la grammaire ou les adjectifs... » (p. 35). Il n’y aura pourtant pas de correction : dès le moment où François réalise que son frère s’est approprié Marise, « sa » compagne, il lui rend visite dans son appartement « qui domine la ville » (p. 112) et, au cours de la discussion, lui déclare à propos de son livre : « Ça n’est plus de tes affaires [...] C’est à moi » (p. 114). En somme, c’est la prise de conscience de la domination, illustrée par le vol symbolique de la femme, qui détermine le programme scripturaire « irrégulier » du narrateur. Un certain modèle de correction linguistique, inspiré par une France qui, pour Jacques, est une alternative aux « vieux jésuites », s’en trouve rejeté, confondu qu’il est désormais avec les symboles d’une domination interne au Québec.

18Jacques s’en accommode de manière plutôt paternaliste ; bon commissaire de la francophonie, il tolère, encourage même son cadet à suivre sa voie propre :

je vais t’aider, te corriger tes fautes si tu veux. Mais ce n’est pas à moi de te dire comment faire ton livre. Imite qui tu veux, si t’es génial ça ne paraitra pas, mais autrement, copie-toi toi-même. C’est une bonne idée, ce livre, mais fais à ton idée, tu es d’accord, Marise ? (p. 57).

19Sa conception de la littérature, du moins telle que la ressent et la rejette François, est soit vénale (les discours que Jacques rédige pour les hommes politiques de tous les partis), soit insignifiante (écrire pour s’occuper, ce qu’il conseille à François, cf. p. 87). De même, il recommande la lecture pour se distraire et, comme par hasard, c’est à nouveau une statue choisie dans la galerie des grands auteurs français qui va se trouver déboulonnée par François :

[Jacques] m’apporte chaque fois qu’il vient un livre à lire, je n’ai même pas pu terminer le dernier : le Journal d’André Gide, un drôle de zèbre qui écrit des phrases à pentures, pour analyser ses sentiments, comme une vieille fille peureuse, des qui, des que, ça s’enchaîne comme des canards dans un stand de tir. (p. 83)

20En somme, la littérature française et ses modèles, ça sert à vous distraire pendant qu’on vous vole. Le narrateur ne peut davantage prendre au sérieux la correction linguistique que défend le personnage de Léo, lequel n’est pas pour rien taxidermiste, empailleur de choses mortes. Comme par hasard,

Léo a pour la langue française les respects d’un homme d’Église. C’est un puriste : pour lui, le français c’est comme un opéra dans lequel il ne peut souffrir de fausses notes. Sacré Léo ! La grammaire c’est Dieu le Père et le président des USA tout en même temps. C’est pourquoi il voulait que j’installe une enseigne qui se lise Au roi du chien chaud. Vous voyez ça d’ici ? (p. 33)

21Bref : purisme français = religion = intérêts américains. La mise à distance de la France s’exprime ailleurs encore : par exemple avec l’ironie concernant « notre côté vieille France » (p. 60) ; ou encore avec l’idée que les clients se font du bonheur : « [...] c’est des vacances par Air France, c’est Mlle Sabena à la radio, c’est une gogo girl dans la salle de bains, c’est un mari fidèle [...] » (p. 61). Plus ironique encore, ce passage où François rêve de se mettre à la tête d’une « chaîne de stands » :

Je pourrais même engager des Français comme cuisiniers, ils ont bonne réputation je pense [...] Ils sont difficiles, c’est vrai mais ils parlent bien, ils ont un accent qui shine comme des salières de nickel. Ça se mettrait sur la table à Noël, un accent comme ça, entre deux chandeliers. Je pourrais avoir quatre ou cinq Français sur mes quinze locataires. (p. 119)

22Ce n’est qu’un fantasme, mais l’inversion du rapport de domination symbolique qu’il met en scène est significatif, non seulement de certains modes d’oppression qui s’exercent via les jugements « culturels », mais aussi d’une belligérance acceptée (en faire des subordonnés).

23Second exemple : l'Histoire exécrable d’un héros brabançon de Jean Muno. Le cas de l’écrivain belge est différent de celui du Québécois : né en 1924 (Godbout, né en 1933, est plus jeune), enfant unique d’un couple d’écrivains dont l’œuvre est aujourd’hui quasiment oubliée, Muno a d’abord une trajectoire extrêmement « correcte ». Comme ses parents, il enseigne la langue et la littérature françaises, comme eux il écrit, comme eux il est pris dans ce que Marc Quaghebeur a appelé le néo-classicisme : une tendance de fond qui s’exprime en Belgique entre, grosso modo, 1930 et 1970, et dont le programme était l’assimilation des écrivains à une « vraie patrie », à savoir la France et la langue française. C’est un peu la position de Jacques et surtout de Léo dans Salut Galarneau ! En 1967, Godbout a déjà un parcours très « irrégulier » de touche-à-tout, notamment de cinéaste, de pamphlétaire et de journaliste. Rien de tout cela chez Muno, enseignant qui, à cette époque, est l’auteur d’une petite dizaine d’œuvres qui lui ont valu un succès d’estime, sans plus. En 1968, il se lance dans l’écriture de Ripple-Marks, un manuscrit qui n’aboutira qu’en 1976 au stade d’une publication, à Bruxelles. C’est une période de revirement personnel : il prend sa retraite anticipée et participe à la mouvance de la « belgitude ». Son Histoire exécrable d’un héros brabançon parait en 1982, toujours à Bruxelles. Les comptes qu’il n’avait pas encore assez réglés avec son milieu d’origine, il les règle enfin dans un journal intime, qui sera publié à titre posthume sous le titre Rages et ratures.

  • 15 Édition citée : Bruxelles, Labor, « Espace Nord » no 126, 1998.
  • 16 Il s’agit plus que probablement de Jacques Antoine, l’éditeur qui a publié RippleMarks et les Histo (...)
  • 17 Sur le rôle des dédicaces dans les stratégies « francophones », voir Paul Aron, « Dans le champ des (...)
  • 18 C’est le sens pessimiste de l’épigraphe, empruntée à une vedette littéraire parisienne, Jean-Edern (...)

24Coïncidence : la dédicace de l'Histoire exécrable est une pensée pour « quelques Jacques, dont un Gérard et un Antoine »15. Rien à voir avec Jacques Galameau : ces Jacques-ci semblent tous bruxellois16. Mais, sauf que la dédicace, chez Godbout qui publie au Seuil, inscrit malgré tout la référence parisienne, le refus d’allégeance est semblable17. Quant au titre, les deux romans semblent s’opposer : celui de Godbout annonce joyeusement la formation d’un héros solaire, celui de Muno n’annonce qu’un héros « brabançon » et une histoire « exécrable ». C’est que Muno se sent déjà au terme d’une vie et d’une carrière, découvrant sur le tard une certaine liberté de penser et d’écrire qu’il ne pourra s’empêcher de tourner contre les modèles plus conformistes qu’il avait cru devoir suivre jusque-là mais dont il ne se sent pas la force de se débarrasser complètement18.

25L’Histoire exécrable est donc en partie un règlement de compte, en partie aussi une interrogation encore incertaine à propos des modèles et des valeurs. Parmi les questions, celle de l’identité est traitée dans un prologue significatif, où le narrateur assiste, devant son écran, à une des émissions Apostrophes du Français Bernard Pivot : « ça pivotait rondement ». Cette scène est en soi déjà symbolique : l’écrivain belge s’interroge sur son rapport avec une culture imposée dans l’ensemble de l’espace francophone par des moyens qui ne sont pas à sa portée ; néanmoins il regarde ce débat consacré aux origines, à l’identité : « On avait l’impression qu’ils [les écrivains français invités] faisaient trempette ensemble dans la même fontaine ». Tous sauf un, alsacien et mal à l’aise, avec lequel le narrateur se sent des affinités. Survient dans la pièce un volatile, « Zoiseau-railleur », qui lui lance des « Kiètu » et finalement lâche sa fiente sur « la page vierge de [s]on journal intime ». La question de l’identité n’est donc pas résolue, elle ne le sera pas davantage dans le roman, sinon sous la forme de plusieurs refus qui, en définitive, sont aussi une réponse.

26Refus, tout d’abord, de l’identité en termes de racines, incarnée par une « Mémé Clauzius » dont le nom connote l’enfermement. Il n’est pas davantage question ici que chez Godbout de respirer l’air du terroir, quand bien même cela aurait pu valoir à l’écrivain un siège autour de la table dans l’émission Apostrophes. Refus également, à l’inverse, du discours tenu par la génération « néo-classique » et proclamant que « notre patrie, c’était notre belle langue », avec son respect des règles et sa chasse aux localismes (p. 75). Une scène évocatrice mérite ici d’être citée : le narrateur, enfant, est emmené à Paris par son père qui, aussitôt arrivé, « parisianisait ». Mais le garçon, en quelque sorte, fait le Belge, le « petit Sauvage » : il feint d’ignorer le sens du mot « chocolat », demande un « pistolet » au lieu d’un « petit pain », bref oblige son père à se sentir ridicule.

Qu’est-ce qui m’avait pris ? Je me le demande encore. Le désir de faire l’étranger sans doute, l’importé de loin. [...] Au fond, c’est marrant, mais je revendiquais ma « belgitude », quarante ans avant la lettre. [...] Et du même coup je découvrais ceci : les Français nous aiment dépaysés dépaysants, légèrement exotiques, nés au revers du glorieux nénuphar. (p. 74)

  • 19 Cf. Pierre Halen, « Primitifs en marche », op. cit.

27L’anecdote ouvre donc sur un programme d’écriture « francophone ». La perspective de l’assimilation une fois refusée, il reste la stratégie de la différence : de quoi se faire une place « au revers du glorieux nénuphar », de quoi obtenir tout de même l’amour des Français, en obtenir en tout cas davantage que le Père, auteur d’une grammaire et écrivain « français de Belgique » sans lecteur en dehors d’un « Cercle » qui ressemble beaucoup à l’Académie royale. Mais encore faut-il donner à cette différence un contenu, et celui-ci ne peut consister, simplement, dans le renvoi à une « culture » particulière, même si, comme le suggère l’attitude de l’hôtelier, un certain bénéfice pourrait être obtenu de cette manière à Paris en termes de reconnaissance. Plus question de se servir encore de l’identité « flamande » des Rodenbach et autres Ghelderode19 : d’une part, le voisin flamand du narrateur de l'Histoire exécrable revendique pour lui seul désormais cette étiquette ; d’autre part, ce type d’inscription rassurante de soi dans une ethnonation semble bien désuet à la fin du XXe siècle.

  • 20 « Lecture », dans Histoire exécrable d’un héros brabançon, op. cit., pp. 365-410.

28Comme Godbout, Muno va dès lors inscrire en même temps son appartenance à un lieu singulièrement marqué et sa distance réitérée avec la « famille ». Stratégie double, qui ne s’explique pas suffisamment, me semble-t-il, par les deux éléments avancés par Jean-Marie Klinkenberg : d’une part, la carence inhérente à une culture bruxelloise à qui manquerait la capacité de se représenter comme tout le monde en termes de Gemeinschaft ; d’autre part, la posture convenue de l’écrivain solitaire, en dehors de son groupe20. Cette stratégie double me parait davantage correspondre à la nécessité, pour ambitionner un statut au niveau global, d’être identifiable sur la carte des littératures ; en multipliant les signes de l’ancrage local, l’écrivain belge ou québécois de l’âge des « études francophones » a bien compris qu’il augmentait ses chances d’obtenir une certaine reconnaissance, plus grande que celle que la génération antérieure pensait pouvoir obtenir par la voie de l’assimilation. Goethe avait le sentiment de ces mécanismes lorsqu’il parlait d’une Weltliteratur dégagée du modèle herdérien de la collectivité :

  • 21 Cité par L. Kreutzer, « Le concept de “Weltliteratur” chez Goethe et le discours d’une autre modern (...)

On doit apprendre à connaître les particularités de chaque nation pour pouvoir les lui laisser, pour effectivement grâce à ces particularités être en relations avec elle ; car les particularités d’une nation sont un peu comme sa langue et sa monnaie, elles facilitent la communication, elles seules la rendent parfaitement possible.21

29Il ne s’agit cependant pas seulement de se référer à un lieu spécifique, il faut aussi marquer ses distances par rapport à un modèle français construit au moyen de symboles ; dans l'Histoire exécrable, le narrateur abandonne ainsi un rôle de professeur de littérature française particulièrement conformiste, qui formait « les mandarins pouilleux d’une culture à bout de souffle » (p. 258) en commentant « Malherbe ou Racine, peu importe, à moins que ce ne fût Camus » (p. 282). Le narrateur, à vrai dire, et c’est ce qui le différencie de François Galarneau, ne parvient pas à s’en détacher entièrement, il se sent trop vieux pour cela, et Camus reste malgré tout l’objet de ses pensées. Il se résume sans doute en citant Brel : « comment tuer l’amant de sa femme quand on a été élevé comme moi dans la tradition » (p. 289), citation qui fait étonnamment songer à l’ambiguïté de la relation de François Galameau vis-à-vis de son frère Jacques, qui lui a pris Marise.

  • 22 Cf. Jean-Marie Kunkenberg, Une étude de « Salut Galameau ! », op. cit., pp. 76-77.
  • 23 Muno a beaucoup joué, à la fin de sa vie, avec le nom du lieu-dit (Malaise, sur la frontière lingui (...)
  • 24 Cf. François Laplantine, Je, nous et les autres, [Paris], Le Pommier-Fayard, 1999.
  • 25 « On arrivera plus sûrement à une tolérance générale, si l’on n’aliène pas ce qu’il y a de particul (...)

30Muno ne manque pas de baliser d’autres distances prises par le narrateur : par rapport à une américanisation galopante, à travers le personnage de Bibendum ; par rapport à une forme quelque peu « post » (postmoderne, post-coloniale) de mondialisation, à travers le personnage de Brème rose (cf pp. 247-250). C’est pour en revenir à une posture de banlieusard, qu’il partage d’ailleurs avec François Galameau22. Cette scénographie du « malaise »23 masque en réalité une double adéquation. D’abord, elle marque nécessairement la position d’un intellectuel à la fin du XXe siècle, qui n’est pas passé pour rien par l’« ère du soupçon » et par une critique de la représentation directement liée à la formulation des identités24 ; c’est cette position qui exige une « contre-écriture privée » (p. 350), garante aussi de ce que Goethe appelait « humanité » et qui passe avant toute inscription particulariste25. Ensuite, elle inscrit dans l’espace fictionnel la position institutionnelle de l’écrivain francophone, ce « périphérique » à qui le système ne laisse pas beaucoup de choix, à partir du moment où il renonce à « faire le Jacques » dans une stratégie d’obéissance au centre, où il a beaucoup de concurrents mieux placés que lui sur les starting-block de la légitimation. Il doit donc être « en dehors », mais pas tout à fait : c’est sa participation au « système littéraire francophone » et, quasiment, sa seule chance d’y obtenir une place durable.

31On voit, à travers ces deux exemples, que les textes peuvent être riches d’enseignements pour l’analyse des littératures francophones en tant que système. Ce ne sont pas des exemples choisis au hasard : entre autres rapprochements possibles, les deux livres ont été commentés par Jean-Marie Klinkenberg, et les deux écrivains ont curieusement fait appel à un même signifiant – « Papin » – dans leur œuvre. Papin, Papineau, petit Pape, pape quand même, autre façon d’inscrire une ambiguïté qui vaut bien celle de la dédicace dans Salut Galarneau !

  • 26 Raphaël Confiant, Trilogie tropicale. [1] Bassin des ouragans, Paris, Éditions Mille et une nuits, (...)

32Troisième exemple : la Trilogie tropicale de Raphaël Confiant, publiée à Paris dans les années 9026. Le titre, en fait celui d’un coffret regroupant Bassin des ouragans (1994), La Savane des pétrifications (1995) et La Baignoire de Joséphine (1997), comporte un fort marqueur d’identité, fonctionnant à l’instar de « brabançon » chez Muno et, plus clairement encore que chez lui, stéréotypé. À rebours d’une lecture qui partirait d’emblée à la recherche des « racines » antillaises, on peut se demander si l’adjectif « tropical » ne s’explique pas d’abord par les marquages à l’intérieur du système littéraire francophone, et en particulier par les positions du Congolais Sony Labou Tansi sur la tropicalisation de sa langue littéraire (concept qui lui-même est lié au patronage revendiqué des écrivains latino-américains, contre les modèles « français »). Les Tropiques, ainsi considérées, sont tout autant l’espace d’une spécificité locale affirmée, et produite en fonction des codes qui président à sa réception au centre, qu’une topique de différenciation contrainte, la même que celle qui s’exerce sur tous les auteurs du système, dès le moment où ils ont choisi la voie de l’insoumission (proclamée) pour « entrer » dans le champ de la reconnaissance.

  • 27 Cf. M. Gyurcsik, op. cit.
  • 28 « Le roman antillais offre un bel exemple de littérature majeure dans le contexte des littératures (...)

33Il ne s’agit plus, comme dans la phase « moderne »27, de revendiquer pour la littérature périphérique un statut de « majorité », qui viendrait en quelque sorte rivaliser avec la littérature du centre, comme le faisait en 1977 Bernard Lecherbonnier parlant du roman antillais comme d’un corpus enfin « majeur »28. Au contraire, si la concurrence bien entendu persiste, elle explore désormais des voies biaisées, qu’on peut, au moins par contraste, qualifier de « mineures » ; elles ne sont pas mineures par l’ambition, ni d’ailleurs par les qualités intrinsèques de l’écriture : on peut très bien à la fois revendiquer d’« Écrire en pays dominé » et assumer, de fait, une position dominante, illustre, comme le fait par exemple Patrick Chamoiseau. Cette position n’est pas dominante, certes, dans le pré carré du champ franco-parisien, mais elle l’est dans la partie de ce champ qui concerne le système littéraire francophone, et a fortiori dans la sous-partie « antillaise » de ce système.

34La « minorité » consiste d’abord dans sa revendication, dans sa posture délibérée de « périphérique », de « dominée », quoi qu’il en soit des capitaux symboliques (et parfois matériels) qu’en réalité elle permet d’obtenir. Au-delà, la minorité proclamée est logiquement articulée sur une poétique spécifique, adaptée aux « attentes » du système, et devient ainsi une forme de scénographie qu’on peut appréhender à trois niveaux : l’individuel (la singularité de Raphaël Confiant), le collectif (les effets de groupe déclenchés par les écrivains de la « créolité »), le global (les réflexes communs aux producteurs francophones à l’intérieur du système à un moment donné).

35L’un de ces aspects globaux est précisément l’affichage d’une belligérance proclamée à l’égard de la France comme lieu de référence symbolique. Dans la Trilogie tropicale, elle fait l’objet d’abondants développements narratifs et de non moins abondants commentaires. Avec eux, c’est l’ensemble du système littéraire, y compris les postures variées des écrivains antillais, qui se trouve mis en abyme de manière explicite. Dès le début du premier volume, Bassin des ouragans (p. 10), on nous présente ainsi le personnage d’Axel Timonnier, « versificateur tropical de haut vol, honteusement méconnu par les autorités de la République germano-pratine dont chacun sait que l’impérialisme (littéraire) n’a d’égal que celui (certes, économique) des États-Unis d’Amérique » : le champ local, le « digne Cercle des Écrivains des Tropiques » (p. 24), structuré par la tension « moderne » de l’injustice à réparer, est ainsi ironiquement mis en scène par un auteur à qui la reconnaissance du centre n’a pas fait défaut. Viennent ensuite, dès la page suivante, les attentats contre le « français de France sur lequel, ô très sainte Académie, je chie solennellement » ; chiure proclamée, venant d’un auteur qui peut-être eût préféré continuer d’écrire en créole, mais qui, néanmoins, sait fort bien aussi que nul en France, au contraire, et certainement pas « Jocelyne Servignon » du journal Le Monde (pp. 33, 49, 59, etc.), ne lui fera grief de sa « tropicalité ». Le système est parfaitement maitrisé, qui fait du dénigrement la condition d’une valorisation : « notre infantilisme congénital que moult sociologues-anthropologues-psychologues et autres blaguologues venus d’ailleurs ont paré de qualificatifs ronflants et par là même, ô paradoxe ! flatteurs » (p. 19). Il n’est pas jusqu’aux « clowns de la créolité » ou aux « adeptes de la négritude » qui ne soient textuellement évoqués (p. 41). En somme, dit l’excipit, une histoire qu’il ne s’agit que de « fourguer à un éditeur compréhensif » (p. 81).

36Dans les deux autres volumes, la mise en abyme de la production littéraire à l’intérieur des contraintes du système francophone est complétée par la mise en scène des rapports de pouvoir inhérents au domaine lui-même. Apparait par exemple, le personnage de

Félix Soleil, le djobeur qui avait joué dans la superproduction en cinémascope, son dolby-stéréo, Chronique des sept malheurs. Il posait pour un touriste américain à côté de sa charrette à bras décorative, vêtu de hardes en sac de farine-France provenant de la dernière collection de Paco Rabanne. [...] À ses pieds, le Pr Jérôme Garnier, de l’université de Triffouillis-les-Oies, essayait en vain de l’interroger sur l’importance de l’oralité créole dans la littérature antillaise moderne [...].

37Le « professeur » bredouille sa demande en français, l’autre se dérobe et lui répond en anglais. Enfin :

Accablé, l’Hexagonal, qui avait bâti toute sa carrière sur l’étude ce qu’il appelait, ses confrères et lui, la « littérature nègre » ou « négro-africaine » (comme s’il existait une littérature blanco-européenne, bande de rigolos, va !) et ne trouvait plus rien à pondre sur la négritude, fouinait depuis quelque temps dans les mangroves dégoûtantes de la créolité. (pp. 40-41)

38Morale de l’histoire : « Il faut bien gagner sa croûte, bordel ! » (p. 43). C’est aussi que

nous autres, auteurs insulaires, nous avons un besoin vital qu’on analyse nos œuvres (et d’abord qu’on les qualifie d’« œuvres », ce qui est pour le moins gonflé !), qu’on les critique, les porte aux nues ou même les descende en flammes (car y’a rien de pire que d’être ignoré). (p. 44)

39On peut difficilement être plus clair, mais Confiant en trouve pourtant le moyen, dans le volume suivant, en imaginant un personnage nommé Danny Pigeon, « mait’de conf'à l’Université de Perpète-les-Oies », « escorté de « négrologues hexagonaux », qui fait preuve d’une « ignorance crasse » à propos de la langue française (La Baignoire de Joséphine, pp. 51-52). Le « périphérique » en remontre ainsi au censeur venu du centre : il se donne à la fois pour l’assimilé qui maitrise les codes, pour l’indigène exotique qui connait son territoire propre et pour l’irrégulier qui échappe indéfiniment au jugement que veut porter sur lui le centre.

  • 29 Le Roman antillais, op. cit., respectivement pp. 14 et 17.

40Il y a bien d’autres allusions à la France dans la Trilogie tropicale. Celles-ci ont le mérite de montrer la machine institutionnelle à l’œuvre, à commencer par la scénographie contrainte de « Félix Soleil ». Confiant n’en fait pas mystère : il s’adresse avec son narrateur tant aux lecteurs « septentrionaux » que « tropicaux » : à ces « Messieurs et dames de la compagnie, ô lecteurs des quatre coins de la francocacophonie » (Bassin, p. 45). On est désormais très loin du dualisme moderne, par lequel la périphérie revendiquait une reconnaissance identitaire, et l’on ne saurait plus soutenir, comme Maryse Condé en 1977, ni que « le roman antillais est bloqué parce qu’il parle à un Autre », ni que « le roman antillais ne se soucie pas de faire rire »29. Du reste, le roman en question cherche à ne plus être seulement antillais : ce serait satisfaire un peu vite la demande des Garnier et autres Pigeon, alors qu’il vaut mieux s’y dérober et, comme Félix Soleil parlant anglais, sans cesse être ailleurs. Le narrateur de la Baignoire l’assure à plusieurs reprises : « je me sentais plus tchétchène que jamais » (p. 59).

41C’est que la « minorité » proclamée joue aussi d’une autre dimension, à savoir l’adéquation à ce qu’on pourrait appeler les attentes « anthropologiques » contemporaines. Si la phase « moderne » avait suscité des discours littéraires de contre-affirmation, proclamant les littératures périphériques majeures à l’égal de celle du centre, la phase « post-moderne » cultive un autre type de sujet, qui n’est plus le héros identitaire conquérant, mais un être incertain, prompt à l’esquive et semant le doute, déconstruisant les modèles, y compris le modèle identitaire, et s’attaquant aussi bien aux conventions langagières que littéraires. Par là, les productions contemporaines renoncent à emprunter davantage l’Avenue Émile-Zola prolongée, à témoigner sempiternellement de leur « ancrage », à protester de leur correction politique comme porte-parole des peuples dominés. Elles n’y renoncent pas entièrement, car elles sont contraintes d’assumer un lieu singulier, celui de leur différence, de leur exotisme fonctionnel, et il y a par ailleurs encore quelque bénéfice à tirer des « attentes » politico-morales des Pigeon et autres Garnier, qui sont prêtes à valoriser a priori une écriture se présentant comme « dominée » ou comme « voix » des dominés. Mais l’évolution est nette, dont témoignent des auteurs à succès comme Beyala ou Kourouma.

  • 30 Cf. R. D. E. Burton, Le Roman marron, Paris-Montréal, L’Harmattan, 1997.

42Le cas des Antilles est sans doute exemplaire à cet égard. À l’antillanité « moderne » a succédé une « créolité » dûment théorisée par Glissant dans les termes d’une Poétique de la relation (1990) fondée sur un autre modèle identitaire, métissé, polymorphe, éclaté. Du « pays natal » auquel Césaire faisait retour, à l’archipel des liens rhizomatiques. De l’arbre tutélaire à la mangrove30. On ne renonce pas au marquage ethnifiant, au contraire, on le ressasse, on le proclame, mais en même temps on le déconstruit, on revendique son étrangeté au lieu et son appartenance multiple. L’idée d’une « littérature mineure » dans le sens qui a été construit à propos de Kafka n’est pas loin.

Notes

1 Cette contribution reprend partiellement « Une approche des littératures francophones comme système. Le repérage des scénographies dialectiques », dans Janós Riesz & Véronique Porra (dir.), Enseigner la Francophonie, Bremen, Palabres éditions, Études francophones de Bayreuth, vol. 4, 2002, pp. 41-56.

2 Cf. Michel Francard et al. (dir.), L’Insécurité linguistique dans les communautés francophones périphériques, Louvain-la-Neuve, Institut de Linguistique, 1993, 2 vol.

3 Cf. Michel Francard et al. (dir.), op. cit.

4 Bernard Mouralis, « Littérature et savoir », dans Questions générales de littérature, Paris, Seuil, 2001, pp. 190-191.

5 Hélé Béji, L’Imposture culturelle, Paris, Stock, 1997.

6 Paul Aron, « Pour une approche méthodologique des catégories littéraires de la francophonie », dans Initiation aux littératures francophones, A. Chemain-Degrange (dir.), Université de Nice Sophia-Antipolis, 1993, pp. 69-72.

7 Pierre Halen, « Notes pour une topologie institutionnelle du système littéraire francophone », dans Littératures et sociétés africaines. Mélanges offerts à Jânos Riesz, Papa Samba Diop et Hans-Jürgen Lüsebrink (dir.), Tübingen, G. Narr Verlag, 2001, pp. 55-68.

8 Bernard Mouralis, op. cit., p. 14.

9 Dominique Maingueneau, Le Contexte de l’oeuvre littéraire, Paris, Dunod, 1993.

10 Paul Dirkx, « L’intérêt pour l’“auto-périphérisation” chez les agents littéraires francophones. L’exemple belge », dans Janós Riesz & Véronique Porra, Français et francophones, Bayreuth, Schultz & Stellmacher, « Bayreuther Frankophonie Studien », Bd. 2, 1998, pp. 41-54.

11 Cf pour la Belgique : Pierre Halen, « Primitifs en marche. Sur les échanges intercollectifs à partir d’espaces mineurs », dans Boris Jewsiewicki et Jocelyn Letourneau (dir.), Identités en mutations, socialités en germination, Sillery (Québec), Septentrion, 1998, pp. 139-156 ; « Les stratégies francophones du style. L’exemple de quelques sauvages du Nord », dans Papa Samba Diop (dir.), Littératures francophones : langues et styles, Paris, L’Harmattan, 2001, pp. 213-227.

12 Cf. M. Gyurcsik, « Dialogue interculturel et postmodernités francophones », dans Cahiers francophones d’Europe Centre-Orientale, no 5-6, vol. 1, pp. 35-44.

13 Jean-Marie Klinkenberg, Une étude de « Salut Galameau ! », Montréal, Boréal, 1997, p. 43.

14 Édition citée : Paris, Seuil, « Points », 2000, p. 130.

15 Édition citée : Bruxelles, Labor, « Espace Nord » no 126, 1998.

16 Il s’agit plus que probablement de Jacques Antoine, l’éditeur qui a publié RippleMarks et les Histoires singulières, et de l’écrivain Jacques-Gérard Linze, ami de Muno. Il est probable aussi que cette dédicace ait également un sens polémique, lié aux discussions de l’époque sur le caractère plus ou moins belge dont il était possible ou nécessaire de marquer les oeuvres. Les deux « Jacques » en question ont été, comme Muno à une certaine époque, partisans de l’expression « lettres “françaises” de Belgique ».

17 Sur le rôle des dédicaces dans les stratégies « francophones », voir Paul Aron, « Dans le champ des honneurs », dans Textyles, no 11 (Émile Verhaeren), Bruxelles, Textyles-éditions, 1994, pp. 11-20.

18 C’est le sens pessimiste de l’épigraphe, empruntée à une vedette littéraire parisienne, Jean-Edern Hallier.

19 Cf. Pierre Halen, « Primitifs en marche », op. cit.

20 « Lecture », dans Histoire exécrable d’un héros brabançon, op. cit., pp. 365-410.

21 Cité par L. Kreutzer, « Le concept de “Weltliteratur” chez Goethe et le discours d’une autre modernité », dans Littératures et sociétés africaines, op. cit., pp. 29-38 ; p. 31. Voir aussi note infra.

22 Cf. Jean-Marie Kunkenberg, Une étude de « Salut Galameau ! », op. cit., pp. 76-77.

23 Muno a beaucoup joué, à la fin de sa vie, avec le nom du lieu-dit (Malaise, sur la frontière linguistique, ça ne s’invente pas) où il habitait, dans la périphérie de Bruxelles, et où demeure aussi le narrateur de l’Histoire exécrable.

24 Cf. François Laplantine, Je, nous et les autres, [Paris], Le Pommier-Fayard, 1999.

25 « On arrivera plus sûrement à une tolérance générale, si l’on n’aliène pas ce qu’il y a de particulier chez l’individu et chez les peuples, tout en étant cependant convaincu que le véritable mérite de la particularité, c’est de traduire l’humanité » (je souligne) ; cette phrase est citée par Kreutzer (op. cit.) comme la précédente, sans référence. Le critique la tire dans le sens herdérien de ses convictions, plaidant pour le maintien des spécificités culturelles contre une globalisation uniformisante. Mais, si elle plaide assurément en faveur de ce genre de maintien, elle n’en subordonne pas moins la particularité à l’humanité, qui la justifie. Il y a ici une confusion classique à propos d’une universalité qui n’a rien à voir avec une quelconque standardisation, que ce soit celle qu’appréhendait le romantisme allemand ou la nôtre. Sur ces notions d’humanité et d’universel, transcrites en termes contemporains, les choses sont clairement résolues dans Mouralis (op. cit., pp. 190-191), qui articule la possibilité d’un universel sur l’expérience individuelle.

26 Raphaël Confiant, Trilogie tropicale. [1] Bassin des ouragans, Paris, Éditions Mille et une nuits, no 140, 1994 ; [2] La Savane des pétrifications, op.cit., no 79, 1995 ; [3] La Baignoire de Joséphine, op.cit., no 133, 1997.

27 Cf. M. Gyurcsik, op. cit.

28 « Le roman antillais offre un bel exemple de littérature majeure dans le contexte des littératures d’expression française. La variété des tempéraments, des sujets d’intérêt et des styles donne une image fidèle de la “complexité de la réalité antillaise” […] Prise entre un héritage africain qu’elle tente d’assumer, et des habitudes de pensée et d’écriture que l’Europe lui a léguées, la littérature antillaise est parvenue en quelques décennies à définir et à illustrer son identité à travers des œuvres originales. » (Préface de : Le Roman antillais, présenté par Maryse Condé, Paris, Fernand Nathan, « Classiques du Monde », 1977,2 tomes ; p. 5.)

29 Le Roman antillais, op. cit., respectivement pp. 14 et 17.

30 Cf. R. D. E. Burton, Le Roman marron, Paris-Montréal, L’Harmattan, 1997.

Notes de fin

1 Cet article a été écrit selon les normes de la nouvelle orthographe.

Auteur

Pierre Halen, d’abord assistant à l’Université catholique de Louvain, puis chercheur invité et enseignant à l’Université de Bayreuth ainsi qu’à l’Université d’Anvers, il enseigne aujourd’hui la littérature générale et comparée à l’Université de Metz. Gestionnaire du site documentaire www.mukanda.org, collaborateur des revues Textyles (Bruxelles) et d’Études littéraires africaines (Paris). Parmi ses domaines de recherche : les littératures francophones (Belgique, Afrique centrale, théorie générale), exotiques, coloniales ; l’immigration et l’interculturalité.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr