Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures mineures en langue majeure

 | 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Lise Gauvin

Deuxième partie. Confrontation des modes et stratégie d'écriture

Les Wallonnades (1845) de Joseph Grandgagnage ou du laboratoire de la poésie belge

Lieven D’Hulst

Texte intégral

  • 1 Revue de Liège, 1845, t. III, p. 8.

Ces wallonnades occasionnent un terrible remue-ménage parmi les hommes de lettres.1

I. Introduction

1Le propos de cette contribution n’est pas d’exhumer une œuvre injustement oubliée par les historiens du wallon ou les historiens de la poésie belge. Nous intéresse bien davantage le témoignage qu’elle pourrait rendre sur les stratégies littéraires déployées en Belgique au milieu du XIXe siècle, c’est-à-dire au moment où celle-ci cherche à constituer et à légitimer un dispositif littéraire doué de cohésion, d’autonomie, sinon de prestige.

2Un mot, toutefois, sur l’amnésie sélective dont le recueil de Grandgagnage a été l’objet. En est cause, sans doute, le fait que le genre des « wallonnades » n’a pu être récupéré par les canons esthétiques établis par les historiens et critiques de la fin du siècle. Et ces canons, on le sait, ont alimenté la rétrospection historique au siècle suivant, si bien que l’on s’y est avec candeur contenté de projeter sur la littérature belge antérieure à 1880 (disons, en gros, avant la génération des « Jeune Belgique ») des paramètres en réalité exogènes à celle-ci, au point même de passer sous silence les paramètres contemporains qui ont permis de la penser, et à nous de la penser à notre tour.

3Or, les représentations que la Belgique s’est données de sa littérature au cours des décennies précédentes et, en l’occurrence, la place qu’elle souhaitait voir occuper la chose littéraire sur son territoire, sont d’une complexité surprenante. En premier lieu, elles ont heurté les inerties comme les résistances plus actives venant d’instances animées de projets différents ou concurrents. Corrélativement, les espoirs et croyances qui accompagnaient l’émergence d’un vaste programme national étaient contrebalancés par des tergiversations, voire par un désarroi latent quant à la signification et à la direction qu’il convenait de donner à la littérature. Enfin, l’articulation des différents facteurs contextuels avec les modèles discursifs et littéraires alors disponibles en Belgique engendrait une diversité de modalités d’expression parmi lesquelles il serait difficile aujourd’hui de distinguer des tendances clairement dessinées.

4Rappelons, avant de poursuivre, quelques données historiques. Autour de 1845, quinze ans après la naissance officielle de la Belgique, force est de constater que l’alliage singulier des doutes et enthousiasmes juvéniles des premières années cède de plus en plus à un scepticisme qui n’en peut mais. Comment entretenir la croyance à une littérature proprement belge, à la fois comparable aux grandes littératures environnantes, et distincte de celles-ci par des formes et des fonctions aptes à souligner une autonomie systémique qui fût le gage symbolique de l’autonomie de la nation ? Cette même année, le dramaturge Hubert-Joseph Evrard note sur un ton désabusé :

  • 2 Hubert-Joseph Evrard, Proverbes dramatiques, Bruxelles, Boulard, 1845, cité dans Stefan Gross & Joh (...)

Et d’abord, avons-nous une littérature nationale ? Évidemment non, puisque nous n’avons pas de langue nationale. Il y en a qui soutiennent que nous avons des littérateurs flamands, et, partant, une littérature flamande nationale. Dans la réelle acception du mot, ceux-là sont dans le vrai. Mais quel jugement pouvons-nous porter sur les produits littéraires d’une langue qui en est encore à discuter son orthographe, à balbutier son alphabet ? Quant aux Belges qui écrivent en français, ils font de la littérature française et point d’autre. Il n’y a pas, que je sache, de littérature suisse : comme à Bruxelles, on fait à Genève de la littérature française. […] Nous faisons donc, il faut en convenir, une bonne fois pour toutes, de la littérature de province, eu égard au centre, au foyer de la vraie littérature française, Paris, où les grands hommes de lettres de province seraient tout au plus dignes de tailler les plumes de Messeigneurs les Maréchaux de la littérature.2

  • 3 Hermann Dopp, La Contrefaçon des livres français en Belgique, Louvain, Vuystpruyst, 1932, p. 179.
  • 4 Voir Lieven D’hulst, « Pour une histoire de la poésie belge antérieure à 1880 », dans K. Geldof et (...)
  • 5 Il reste à examiner à la fois la part prise par les oeuvres littéraires dans la diffusion globale d (...)

5À voir la production poétique belge, on comprend qu’elle n’était pas en mesure d’infléchir la tournure générale des esprits. En termes absolus, elle demeure faible. En est constamment rendu responsable le désintérêt larvé des éditeurs, critiques et lecteurs3. Pour la partie francophone au sens large, les quinze premières années donnent à voir une coordonnée qui ne dépasse jamais les quinze recueils (mais descend parfois jusqu’à cinq). Le nombre total des recueils de poésie dépasse à peine le chiffre vingt à partir de 18504. En d’autres termes, la poésie en Belgique est très majoritairement représentée par la poésie de France, d’ailleurs largement diffusée comme on sait par des éditeurs belges5. À noter également : l’importante proportion de poésies non-canoniques (populaires et dialectales). Bien entendu, il faut compter avec les quotidiens et revues belges qui réservent, d’après les premiers sondages, une assez large place à des poésies endogènes, mais ils subissent à leur tour la concurrence des quotidiens et revues français, les principales revues étant également contrefaites.

6En second lieu, tant les conceptions de la poésie belge que ses modèles génériques et textuels continuent d’être empruntés à la France, fussent-ils recontextualisés, comme nous le verrons à propos de l’énonciation poétique.

  • 6 Voir Lieven D’hulst, « Traduire la poésie entre 1830 et 1880 : quelques observations liminaires », (...)

7Enfin, l’idéal décline d’une littérature nationale portée par la seule langue française, à mesure que la littérature flamande commence à s’auto-organiser et que se mettent en place des dispositifs d’échange intra-belge, tels que la traduction6.

  • 7 Dominique Maingueneau, Le Contexte de l’œuvre littéraire. Énonciation, écrivain, société, Paris, Du (...)

8Ces quelques observations liminaires devront évidemment être affinées. Dans ce qui suit, nous nous contenterons d’esquisser rapidement les effets du positionnement aléatoire de la poésie belge de langue française sur le plan de la situation d’énonciation, ou, pour reprendre l’heureuse expression de Dominique Maingueneau, de la « scénographie » littéraire7 : à savoir le dispositif qui permet à l’énonciation poétique de s’articuler sur le réel environnant (le statut et la vie de l’écrivain, la société, etc.). Ensuite, nous examinerons comment les Wallonnades représentent une prise de position à l’endroit de deux autres paramètres de la communication littéraire : le genre et les langues.

II. De l’énonciation poétique en Belgique

  • 8 Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain (1750-1830). Essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laï (...)
  • 9 Ainsi tel commentaire d’époque choisi presque au hasard : « Trop longtemps, Messieurs, on a regardé (...)

9Au temps fort de la contrefaçon, lorsque les œuvres importées pouvaient encore servir d’alibi à un silence pourtant ressenti comme compromettant, la gageure pour le poète belge consiste à mimer la représentation française contemporaine du poète et de sa mission, selon laquelle la liberté créatrice et l’unicité du génie poétique excluent toute idée de reproduction. Or, nous savons à quel point l’identification romantique du poète à une sorte de messie nanti d’un magistère laïque8 pouvait en Belgique inspirer les tenants de l’idéologie nationale. En réalité, fut-il vivement sollicité, pareil transfert fait évidemment difficulté : en voulant s’approprier le rôle éminent de celui qui est censé créer par l’imagination et le génie, le poète se heurte constamment à l’incompatibilité de ce rôle avec la position réelle qu’il occupe au sein d’un système encore inconstitué, où l’écriture endogène est traitée avec une relative indifférence9, et où la concurrence française porte ombrage à tout espoir de se distinguer par la plume.

10Aussi la grave question de l’assomption de la fonction auctoriale n’a-t-elle pu avant longtemps être décidée sans retours, ainsi qu’en témoigne l’œuvre de nombreux poètes belges des années 1830 à 1850, voire au-delà, oscillant vaille que vaille entre des postures de traducteur, d’éditeur ou de critique, et quant à l’écriture originale, entre le pseudonymat, l’anonymat (ou les initiales), voire le mutisme tout court. À cette paratopie auctoriale s’ajoute la censure pratiquée par les éditeurs et qu’intègrent les auteurs potentiels.

  • 10 « La fonction de la littérature est donc non pas de fournir des oeuvres réussies et isolées, mais d (...)

11N’empêche que la tentation est bien là de prendre en charge la fonction d’auteur, et qu’il nous faut en cerner de plus près les impliqués au plan de l’énonciation proprement dite. En gros, trois modalités alternent. La première consiste à développer un ethos « en sourdine », passant par le choix d’une voix modeste, proche de l’intimisme beuvien et favorable à l’épanouissement d’une poésie du foyer (Stappaerts, Doolaeghe, etc.). La seconde tente de mimer le grand appel des mages, en assortissant l’écriture poétique à d’autres ethos de prestige, nationaux et moraux10 (Van Hasselt, Weustenraad, etc.). La troisième adopte un ethos populaire, de proximité avec les sujets énoncés, celui que l’on rencontre dans les chansons et autres poésies qui reproduisent différentes formes d’oralité (Clesse, Mathieu, etc.).

12La plus ambitieuse de ces trois modalités est évidemment la seconde. Mais si le poète belge les a revendiquées toutes les trois, fut-ce avec force hésitations et retours, c’est d’abord, peut-être, parce qu’il a su bénéficier de la présence sans médiation, au sein du système littéraire belge, de modèles français, notamment ceux qu’avaient procurés des poètes comme Desbordes-Valmore, Lamartine, Vigny ou Béranger.

13Les trois modalités posent au poète belge les exigences de singularité et de vérité mises en vedette par les modèles français. Exigences difficiles à satisfaire :

  • 11 Dominique Combe, « La référence dédoublée. Le sujet lyrique entre fiction et autobiographie », dans (...)

Pour que le critique puisse aborder la question de l’authenticité de l’œuvre, c’est-à-dire de sa « vérité », il doit pouvoir la confronter avec une connaissance irréfutable de l’identité du poète, de son caractère, de sa personnalité, etc.11

  • 12 Ibidem.

14On comprend qu’une telle vérité interdit aux poètes belges d’usurper un rôle qui ne serait pas le leur, puisque l’expression de cette « vérité » sollicite la sincérité du poète, qualité morale : « le poète ne saurait “mentir”, c’est-à-dire avoir l’intention de tromper son lecteur »12.

  • 13 On en dirait autant et davantage de la prose romanesque et plus généralement narrative.

15Tels sont les premiers impliqués de la prise en charge auctoriale. À première vue, celle-ci semble concurrencer la transposition de bien d’autres éléments du répertoire poétique français : les formes du vers et de la strophe, les tropes et autres procédés micro-structuraux sont d’autant plus couramment incriminés qu’ils dissimulent ou paraissent même contredire le désir des poètes de légitimer leur propre situation d’énonciation13. Le prix à payer est considérable, cependant que les poètes mêmes paraissent en minimiser les effets. Ainsi Buschmann :

  • 14 Joseph Buschmann, Rameaux. Odes, satires, ballades, Anvers, Decort, 1839, p. XIV.

Si de bienveillantes sympathies ont été acquises à notre premier essai, ce n’est sans doute ni pour sa valeur intrinsèque, ni pour son style qui trahit trop souvent des préoccupations antérieures de forme et d’expression, mais peut-être à cause de ses tendances à se rapprocher du sérieux propre au type national, par son caractère historique et la simplicité de son développement.14

16En vérité, l’insécurité littéraire belge est indissociable de la désarticulation du dispositif homogène constitué par la communication littéraire française. Ainsi, par exemple, le modèle français qui met en scène un « je », sujet de l’énonciation, le présente en dialogue complexe avec ses allocutaires ; c’est un

  • 15 Ou une « elle », la Muse, en l’occurrence.
  • 16 Yves Vadé, « L’émergence du sujet lyrique à l’époque romantique », dans Dominique Rabaté (dir.), op (...)

sujet triangulé entre trois types de relations : relations du « je » lyrique avec un « tu », allocutaire dont le lecteur est la figure privilégiée - avec un « tout » qui lui parle et dont il est lui-même l’allocutaire, ou dans lequel il tend à se fondre-, avec un « il »15 enfin, qui lui confère son énergie et dont il pourrait n’être que le porte-parole.16

17Qu’en est-il en Belgique ? Plus que de reproduire la structure éminemment complexe de la scénographie française, et d’exprimer les expériences communes de poètes et de lecteurs au demeurant clairsemés, la poésie belge semble viser davantage à rallier les uns et les autres autour d’un idéal communautaire : la seule ambition, sans doute, qui soit compatible avec le double principe de vérité et de sincérité poétiques que le modèle français avait instillé à la poésie moderne. Mais il s’agit d’une ambition qui s’accompagne d’un ensemble de recontextualisations sur d’autres plans littéraires, laissant voir aussi, comme en filigrane, la scénographie originale au reste disponible de manière immédiate et dès lors directement concurrentielle. C’est sur ce tableau de fond qu’il convient de lire les Wallonnades de Joseph Grandgagnage.

III. Les Wallonnades : un genre inclassable

  • 17 Joseph Grandgagnage, Wallonnades, Liège, Félix Oudart, 1845, p. 12. Dorénavant, nous renverrons à c (...)

18Voyons pour commencer la dénomination générique qui investit le titre du livre. La wallonnade est définie par l’auteur comme un « petit poëme national qui cherche à célébrer nos charmants paysages, mais surtout à réveiller les beaux et nobles souvenirs de la patrie bien-aimée »17. La désinence allusive établit un rapport parodique avec les grandes épopées françaises, Grandgagnage s’attribuant comme suit le mérite de l’invention :

Sapho a créé l’ode, J.B. Rousseau a créé la cantate, Théocrite a créé l’idylle. Homère a créé l’épopée. Moi, j’ai créé la wallonnade, et je suis tout fier de mon enfant. (p. 8)

  • 18 Joseph Grandgagnage, Les Voyages et Aventures de M. Alfred Nicolas au royaume de Belgique, Bruxelle (...)
  • 19 Ainsi, notamment Jean Thiriart, Novelles wallonnades, Liège, J.-G. Carmanne, 1854 ; Jean Micheels, (...)

19Des « wallonnades » avaient paru auparavant dans des revues, d’autres encore se trouvaient mêlées à la prose de son récit parodique et satirique paru dix ans plus tôt, Les voyages et aventures de M. Alfred Nicolas au royaume de Belgique18. Ajoutons encore que la même dénomination générique s’applique à plusieurs œuvres poétiques en wallon parues plus tard19, ce qui permet de penser non seulement que les premières wallonnades ont connu un certain rayonnement, mais que leur propos, structure et forme assez libres pouvaient échapper aux taxinomies, voire ruser avec les séductions ou exigences de l’actualité littéraire, même belge :

J’aurais mieux fait peut-être de la baptiser autrement, de la baptiser à la mode. La botanique est grandement de mode aujourd’hui. Mademoiselle Louisa Stappaerts a ses jolies Pâquerettes, Madame Félix De la Motte ses très humbles Violettes, Madame Van Langendonck ses Aubépines, Van Hasselt ses Primevères et de Bourran ses Algues, Siret ses Genêts, Buschmann ses Rameaux, Morren ses Fleurs éphémères, Gaucet ses Fougères, et la jeune société Leroy ses gentilles Printanières, et Van Swygenhoven son Heliotropia, et Fourdrin ses Dulcamaras. […] Pour ma part, j’ai rejeté tous ces herbages : bon et franc Wallon, j’ai fait la wallonnade. C’est qu’en effet la wallonnade est quelque chose de naïvement wallon, quelque chose de simple et de sans gêne, avec du positif, du solide et presque du mangeable, fort peu de fantastique. (pp. 8-9)

20Le caractère singulier des Wallonnades ne tient pas seulement au nom et à la définition du genre. Ses propriétés formelles et sémantiques sont celles d’un genre inconstitué, mêlant les traits du conte en vers et du fabliau, accueillant variablement narrations, tableaux et dialogues, usant d’alexandrins rimés en paires, mais récusant rimes riches et autres règles de la prosodie française romantique, préférant à toute envolée lyrique un style simple, proche de la prose. En résumé, ce « petit poème national » refuse de mimer la poésie française et belge.

  • 20 « Deux wallonnades nouvelles, par l’auteur d’Alfred Nicolas », Revue de Liège, 1944, t.  II, pp. 46 (...)
  • 21 Cf. la définition donnée par Grandgagnage lui-même : « C’est donc un feuilleton que je vais écrire (...)
  • 22 L’espace manque pour étudier le dispositif argumentatif de ce paratexte, et en particulier ses fonc (...)

21À quoi s’ajoute la composition même du « recueil », – qui n’en est pas un au sens courant du mot : l’œuvre a d’abord paru avec un titre différent (« Deux wallonnades nouvelles ») dans La Revue de Liège, si bien que sa forme semble conserver la structure ouverte d’un article enchâssé dans un numéro de revue20. De fait, les deux wallonnades du livre, de forme et de taille variables, sont entourées de longs développements en prose, qui relèvent, selon des dosages variables, du journalisme, du récit historique, de discussions linguistiques, géographiques, et autres encore. Bref, la structure et le style de ce « préambule » sont ceux du feuilleton de journal, genre ouvert par excellence21 La poésie au sens restreint reçoit ainsi un environnement paratextuel spécifique, qui propose une ou des modalités de lecture poétique tour à tour attentives aux questions de prosodie, de style, de genre, de langue, etc. Cet environnement constitue une sorte d’espace transitoire entre les vers et d’autres discours sociaux, un espace où se déploie un dispositif d’argumentation passablement complexe22, polémique à loisir. Idéalement, il devrait contribuer à la consécration littéraire des wallonnades. Grandgagnage est conscient qu’une telle visée nécessite la mobilisation d’autres paramètres de la communication littéraire, dans la mesure aussi où ces paramètres peuvent contribuer à l’investissement du « no man’s land » littéraire de la Belgique.

22Parmi ces autres paramètres, retenons, en guise d’exemple, le rapport de l’œuvre à la langue qui oblige à prendre position vis-à-vis du français, du wallon et du flamand littéraires. Le texte d’accompagnement présente de longs développements sur cette question. D’une part, si la langue française est « la vraie langue littéraire des Belges » (p. 17), « le wallon n’en a pas moins son charme, son mérite, son prix » (p. 16). Quant au flamand, Grandgagnage ne laisse planer aucun doute. Il conjure Jan-Frans Willems, le père du Mouvement Flamand, et l’un des premiers et plus ardents défenseurs d’une littérature belge en langue flamande, de rabattre ses prétentions :

[…] ne voyez guère dans votre flamand à vous, que ce que je vois dans notre wallon à nous : c’est-à-dire, sous le rapport de l’histoire, des antiquités nationales et de la linguistique, un sujet d’étude infiniment curieux, intéressant, obligé peut-être ; mais pour tout le reste une simple amusette littéraire, une petite littérature de couleur locale, une bleuette à passer le temps, le soir, au coin du feu, dans son quartier, dans sa rue, mais non pas hors des quinze lieues carrées… (p. 21)

23Et cependant, ces quinze lieues carrées du wallon sont aussi des chasses gardées. La langue française risquerait-elle d’étouffer toute velléité particulariste en Belgique ? Aussitôt Grandgagnage s’insurge, exalte le wallon pour lui-même, langue au passé prestigieux qui véhicule avec assurance les traditions endogènes. Ainsi campé, il peut fustiger tout Français qui ignorerait le wallon en se risquant hors de ses propres frontières, par exemple l’historien Buchon éditeur de Froissart : « […] ici, voyez-vous, je suis wallon et vous êtes français : la partie ne saurait être égale » (p. 28). Il ne doit pas étonner, d’ailleurs, que le wallon ne soit pas cantonné dans un passé révolu, comme un monument national digne d’étude et d’admiration. Car il est, sous la plume de Grand-gagnage, appelé à procurer des armes contre une imitation trop aveugle d’un français imposé par les « omnibus de langage ». Sans le citer, Grandgagnage se découvre ainsi un allié en la personne de Paul-Louis Courier, pamphlétaire alors fortement apprécié en Belgique, et qui comme Grandgagnage se réclame d’un état pré-classique du français :

[…] beaucoup de ce bon vieux et paternel langage appartient aussi à Charron, à Froissard, à Chastelain, à Rabelais, et un peu même à Montaigne : langage fort de nerf et de sève, rond de franchise et de simplicité, mais que voulaient proscrire les fatuités d’une civilisation trop raffinée et les prudes raideurs d’une cour compassée et cérémonieuse comme celle de Louis XIV. (pp. 32-33)

  • 23 Tzvetan Todorov, Bakhtine, le principe dialogique, Paris, Seuil, 1981, p. 89.

24Faut-il aller jusqu’à réactualiser cette langue, faut-il mesurer ses chances comme langue littéraire et véhiculaire ? L’idée n’affleure pas : ce serait rompre le lien organique entre langue et peuple, et rapprocher indûment le wallon du français littéraire. Là où Courier imitateur d’Amyot s’était livré à un véritable travail de marqueterie littéraire, Grandgagnage refuse d’aller aussi loin, et renonce même à concevoir le modèle d’une interaction littéraire des deux langues. À quoi s’ajoute que les capacités d’assimilation de la poésie étaient plus limitées que celles de la prose. Ce qui n’empêche pas ses wallonnades d’intégrer plusieurs modalités de plurilinguisme. Parmi celles-ci, on peut relever la mise en relief de lexèmes au moyen d’italiques, leur définition, leur paraphrase ou leur traduction, dans le corps du texte ou dans les notes, celles-ci pouvant se prolonger en développements linguistiques, historiques ou géographiques. D’autre part, il convient de citer des procédés de type macro-structural, tels que les jeux sur les niveaux de langue, l’usage de formes parodiques, les références au réel contemporain, etc. Comme quoi, il est indispensable de corréler les différentes modalités du plurilinguisme23. Il me semble qu’en plus d’un effet de synecdoque révélateur de l’identité wallonne, le plurilinguisme possède une fonction métalinguistique et métalittéraire qui signale on ne peut plus nettement l’écart qui sépare le wallon du français littéraire.

25Encore une fois, la langue agit simultanément et équivalemment avec d’autres instances de la communication littéraire. En réalité, elles s’impliquent toutes, étant également investies d’un rôle fondateur, celle d’une poésie à venir au cœur d’une société à venir.

26Revenons au modèle du feuilleton qui facilitait, nous l’avons dit, le va-et-vient entre le « préambule », les vers et leurs contextes. On ne peut manquer d’y repérer un faisceau de ressources d’ironie voire d’auto-ironie, qui semblent invalider tout le sérieux de l’entreprise auctoriale belge :

[…] en bonne conscience ma poésie n’est pas très poétique : je le sais, je le dis ; pourquoi tant façonner ? N’était la rime (et quelle rime ?), on pourrait s’y méprendre. Ce ne sont pas de grands retentissements comme dans M. Van Hasselt, de grands flamboiements comme dans M. Weustenraad, de grands roucoulements comme dans M. De Decker, de grands gémissements comme dans M. Siret. (p. 8)

27Comment en effet un projet aussi « sérieux » pourrait-il s’accommoder des nombreuses digressions, du déséquilibre entre vers et prose, des variations de ton, jusqu’au style décousu et familier de la prose journalistique ? D’autant que les poésies mêlent les registres ou intègrent des références métalittéraires, mettant ainsi à distance les modèles de la grande poésie. Tout cela contribue à sursaturer l’énonciation au détriment de l’énoncé, à rendre opaque la négociation avec le modèle canonique de la communication littéraire. Le rôle éminemment initiateur des wallonnades est ruiné par les fantasmes contradictoires d’une littérature possible, l’œuvre devenant le laboratoire et la mise en échec d’une œuvre à venir. Ainsi le passage suivant :

[…] à chaque nouvelle page qui vient se joindre aux autres, vous comprenez de plus en plus, sans doute, que mes deux wallonnades ne sont qu’un vain prétexte. Eh bien ! oui, j’en conviens ; j’en suis déjà convenu. Veuillez me pardonner. Je ne me sens pas bien, ce m’est un mauvais jour. Je suis triste et maussade et malade. J’ai du noir dans l’âme. J’éprouve le besoin d’écrire, de faire un préambule, un long préambule, d’écrire, d’échapper à mon cœur en me renfermant tout entier dans ma tête. (p. 62)

28Cela dit, l’ironie accentue T indécidabilité générique et fonctionnelle des poésies de Grandgagnage, au point même que cette indécidabilité peut s’interpréter comme une tentative pour déjouer le péril du déclassement littéraire, en faisant accréditer la paratopie de l’auteur belge. En d’autres termes, elle est l’un des instruments permettant à Grandgagnage de se démarquer du centre investi par les modèles français ou d’une périphérie belge qui en donne un reflet amoindri :

Nos Wallons, je le dis, nos Wallons, je le répète, gens trop sensés pour être bien poétiques, n’ont qu’une estime assez médiocre pour les vagues et creuses poésies, pour le cliquetis et le tapage des mots, pour la mêlée hugonienne [sic] de vingt métaphores diverses qui se heurtent sur la même idée, qui se croisent, se brisent, et jettent l’intelligence dans un chaos d’images où elle a grand’peine à comprendre.
Aussi la wallonnade ne chante guère. Elle parle et raconte. Elle parle en petits termes ; elle raconte en toute simplicité. Elle rime tout juste ce qu’il faut pour s’accrocher comme elle peut à la langue des Dieux. Et voilà pour la forme.
Pour le fond, oh ! c’est mieux : petit poëme national qui cherche à célébrer nos charmants paysages, mais surtout à réveiller les beaux et nobles souvenirs de la patrie bien-aimée. (pp. 11-12)

29La solution littéraire entrevue par notre poète est donc celle d’une position périphérique, mais d’une périphérie riche de ressources et d’énergies pour subvertir l’ambition autonomiste de l’art, en la métissant avec d’autres discours sociaux, pour choisir délibérément la forme langagière la moins valorisée (le wallon), pour élaborer des formes poétiques inusitées, fussent-elles dénuées de prestige. De la sorte, elle sape l’appui que constitue pour l’idéologie nationale la haute poésie. Et cependant, elle n’entend pas rester confinée à part entière dans la marge, jouant au contraire sur l’ambivalence de sa position et constituant pour l’œuvre à venir son propre contexte d’énonciation. Le fait que Grandgagnage ne recherche en aucune manière de fonder une école relève de cette stratégie de l’esquive.

IV. Conclusion

30Ce qu’en définitive le recueil de Grandgagnage, à côté d’autres textes du même auteur et de plusieurs œuvres contemporaines (d’Henri Delmotte, par exemple) donne à voir, c’est bel et bien une tentative pour ébaucher une nouvelle scène littéraire, c’est-à-dire un modèle de communication ancré dans un espace social et discursif adapté, et nécessairement virtuel au moment de la parution de l’œuvre. Pareille tentative était alors vouée à l’échec. Pouvait-il en être autrement ? Comment trouver en effet des alliés au sein d’une littérature aussi largement tributaire des modèles français, alors que la wallonnade tire de sa différence une part de sa raison d’être ? Circulaire, la situation paraît sans issue. Et toutefois, en corrélant l’œuvre à ses contextes discursifs, qu’il s’agisse de la question de langue, de situations d’énonciation, du statut du genre, voire de la poésie, de la littérature et de la société belge et wallonne, Grandgagnage invente une polyphonie littéraire d’une rare complexité.

  • 24 Je rappelle qu’un rapprochement est souhaitable avec certains points théoriques abordés au sein des (...)

31Aussi l’intérêt historique de cette tentative me paraît-il résider dans une dynamique très ouverte, qui pose de manière aiguë la question de la place et des modes d’être de la littérature, et de son articulation avec des dispositifs non-littéraires et plus puissants, surtout endogènes (belges). De cette sorte, les Wallonnades participent de plain-pied à l’évolution littéraire en Belgique, en créant les conditions d’émergence de nouvelles manières de penser la littérature et de nouvelles formes d’émancipation littéraire, que l’on fait d’ordinaire coïncider avec le dernier tiers du XIXe siècle. Celles-là préparent en vérité ceux-ci, selon des voies qu’il reste à découvrir. Il n’en faudrait pas davantage, peut-être, pour réhabiliter l’étude du XIXe siècle littéraire en Belgique24.

Notes

1 Revue de Liège, 1845, t. III, p. 8.

2 Hubert-Joseph Evrard, Proverbes dramatiques, Bruxelles, Boulard, 1845, cité dans Stefan Gross & Johannes Thomas (dir.), Les Concepts nationaux de la littérature. L’Exemple de la Belgique francophone : 1815-1880, Aachen, Alano Verlag/Rader Publikationen, 1989, t. I, pp. 129-130.

3 Hermann Dopp, La Contrefaçon des livres français en Belgique, Louvain, Vuystpruyst, 1932, p. 179.

4 Voir Lieven D’hulst, « Pour une histoire de la poésie belge antérieure à 1880 », dans K. Geldof et al. (dir.), Hommages à Vic Nachtergaele, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2002.

5 Il reste à examiner à la fois la part prise par les oeuvres littéraires dans la diffusion globale des écrits en Belgique et les rapports entre ces données et celles de la France.

6 Voir Lieven D’hulst, « Traduire la poésie entre 1830 et 1880 : quelques observations liminaires », dans le colloque « Littératures en Belgique », Leuven, avril 2001. A paraître chez P.I.E.-Peter Lang.

7 Dominique Maingueneau, Le Contexte de l’œuvre littéraire. Énonciation, écrivain, société, Paris, Dunod, 1993.

8 Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain (1750-1830). Essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne, Paris, Librairie José Corti, 1973.

9 Ainsi tel commentaire d’époque choisi presque au hasard : « Trop longtemps, Messieurs, on a regardé en Belgique les écrivains comme des hommes de loisir ; trop longtemps on s’y est montré peu soucieux de l’importance des lettres » (V. Cappelmans, « Exposé du but et des travaux de la Société », 1848, cité dans S. Gross & J. Thomas, op. cit., p. 146) ; « Nous savons bien qu’il existe une sorte de prévention contre la poésie » ([E. Robin], « Avenir de la littérature en Belgique », 1839, cité dans S. Gross & J. Thomas, op. cit., p. 116).

10 « La fonction de la littérature est donc non pas de fournir des oeuvres réussies et isolées, mais de se constituer en phénomène collectif, et de donner à cette production collective le statut d’un ornamentum : sans cette littérature, “la Belgique apparaîtrait comme une déesse mutilée et monstrueuse, privée de la plus belle partie d’elle-même” » (Jean-Marie Klinkenberg, « L’idéologie de la “littérature nationale” (1830-1839) », dans Hans-Joachim Lope (dir.), Studio Belgica. Aufsätze zur Literatur-und Kulturgeschichte Belgiens, Frankfurt/M.-Bern, Peter Lang, 1983, pp. 135-153, ici, p. 139.)

11 Dominique Combe, « La référence dédoublée. Le sujet lyrique entre fiction et autobiographie », dans Dominique Rabaté (dir.), Figures du sujet lyrique, Paris, PUF, 1996, pp. 39-63, ici p. 42.

12 Ibidem.

13 On en dirait autant et davantage de la prose romanesque et plus généralement narrative.

14 Joseph Buschmann, Rameaux. Odes, satires, ballades, Anvers, Decort, 1839, p. XIV.

15 Ou une « elle », la Muse, en l’occurrence.

16 Yves Vadé, « L’émergence du sujet lyrique à l’époque romantique », dans Dominique Rabaté (dir.), op. cit., pp. 11-37, ici p. 18.

17 Joseph Grandgagnage, Wallonnades, Liège, Félix Oudart, 1845, p. 12. Dorénavant, nous renverrons à cette édition en indiquant dans le texte le numéro de page entre parenthèses.

18 Joseph Grandgagnage, Les Voyages et Aventures de M. Alfred Nicolas au royaume de Belgique, Bruxelles, Leroux, 1835. Le livre de 1845 renvoie d’ailleurs au récit de 1835, non seulement au fil du texte, mais dès la page de titre, par le choix d’un pseudonyme (« par l’auteur d’Alfred Nicolas ») ainsi que par une épigraphe empruntée au même récit : Ego quos amos arguo et castigo. Ce verset de l’Apocalypse, Grandgagnage le paraphrase ainsi : « Tapons un peu nos amis, à tort et à travers ».

19 Ainsi, notamment Jean Thiriart, Novelles wallonnades, Liège, J.-G. Carmanne, 1854 ; Jean Micheels, Quéqu’wallonnades so l’exposition d’tàvlais à l’Société d’émulation, Liège, Carmanne, 1860.

20 « Deux wallonnades nouvelles, par l’auteur d’Alfred Nicolas », Revue de Liège, 1944, t.  II, pp. 465-621. La Revue de Liège étant également publiée par Félix Oudart, le « recueil » doit se comprendre comme un « tiré à part » de l’article. Voir aussi t. III, 1845, p. 14 : « Le règlement défend de donner des tirés à part aux auteurs qui font éditer séparément leurs articles, si ce n’est un mois après la publication dans la “Revue” ».

21 Cf. la définition donnée par Grandgagnage lui-même : « C’est donc un feuilleton que je vais écrire aujourd’hui, un feuilleton, cette énorme cheville de la littérature actuelle, ce grand capharnaüm où l’écrivain entasse ce qui lui passe en tête, parle à la fois du Czar, de l’Algérie, de Dieu, de M. Verhaegen, de toilette et de bal, de tout enfin, sauf du sujet peut-être. » (« Un feuilleton », dans Revue de Belgique. Littérature et Beaux-Arts, t. III [1846], p. 125.)

22 L’espace manque pour étudier le dispositif argumentatif de ce paratexte, et en particulier ses fonctionnements logico-discursifs, ses attaches génériques, la gestion de ses échanges avec l’allocutaire, les effets de surprise qu’il ménage, ainsi que les figures qui l’étayent (hyperboles, comparaisons, métaphores, antiphrases, concessions, prétéritions, etc.).

23 Tzvetan Todorov, Bakhtine, le principe dialogique, Paris, Seuil, 1981, p. 89.

24 Je rappelle qu’un rapprochement est souhaitable avec certains points théoriques abordés au sein des études littéraires francophones, sans pour autant oublier la nécessité de leur paramétrage constamment historique.

Auteur

Professeur de littérature française et francophone et de traductologie (K.U. Leuven et KULAK). Il a publié des livres et des articles sur la poésie française au tournant du XVIIIe siècle, sur la théorie et l’histoire de la traduction en France à l’Âge classique et au XIXe siècle, sur la littérature belge du XIXe siècle. Ses plus récents projets de recherche portent sur l’histoire de la poésie belge entre 1830 et 1880 et sur les concepts majeurs des études littéraires francophones.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr