Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures mineures en langue majeure

 | 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Lise Gauvin

Deuxième partie. Confrontation des modes et stratégie d'écriture

La Vie en prose de Yolande Villemaire ou la langue maternelle dans tous ses états

Danielle Constantin

Texte intégral

  • 1 Yolande Villemaire, La Vie en prose, Montréal, Lecture en vélocipède/Les Herbes rouges, 1980. Toute (...)
  • 2 Parmi les critiques qui ont abordé le sujet de la langue dans La Vie en prose, mentionnons, entre a (...)
  • 3 Yolande Villemaire, « Une langue “full” québécoise », dans Lettres québécoises 92, hiver 98, p. 9. (...)

1Depuis sa publication à Montréal en 1980, le discours critique entourant La Vie en prose de Yolande Villemaire1 n’a cessé de faire ressortir la richesse et la complexité linguistique de ce texte romanesque2. L’une des caractéristiques souvent commentée du roman est la difficulté, voire l’impossibilité, de déceler une voix particulière dont l’origine serait explicitement cernée. En effet, les processus énonciatifs multiplient sans cesse les sujets discursifs afin de produire un texte où de nombreuses narratrices s’entrecroisent dans un déploiement excentrique de fragments hétéroclites tels des lettres, des extraits de journaux intimes, des gloses, des morceaux de récit ou des bribes de manuscrits. Le début du texte met en scène un groupe de jeunes Montréalaises travaillant dans une maison d’édition et l’on se doute bien que ce sont elles qui écrivent et dont il est question, mais tout ne va pas de soi dans ce « roman gigogne en expansion vers son point de fuite » (LVP, p. 353) puisqu’on n’arrête pas de se demander : qui parle, qui écrit ? Un autre trait notoire est l’intégration d’une importante composante métalinguistique dans la tendance du texte à souvent commenter les stratégies langagières qu’il adopte. Mais surtout, il y a le plurilinguisme dont font preuve les narratrices-personnages tout comme leur désinvolture face aux frontières entre l’écrit et un simulacre d’oralité, entre une langue populaire et une langue soutenue : leurs langues sont très souvent vernaculaires, bien représentatives du parler des jeunes Montréalaises du temps, c’est-à-dire émaillées d’anglicismes et de québécismes tout en n’hésitant pas à recourir à l’anglais ou à emprunter des expressions aux médias, aux modes et à la publicité ; mais leurs langues sont aussi souvent celles de discours plus savants, particulièrement ceux de la critique littéraire, de la sémiotique, de la philosophie du langage ou de la spiritualité orientale. Yolande Villemaire, dans un texte intitulé « Une langue full québécoise » mais que l’on doit aussi entendre comme « Une langue foule québécoise » décrit le français qu’elle parle comme « une version québécoise du français international, un français métissé, contemporain, urbain, un français qui bat au rythme du monde »3, une description qui reflète bien les pratiques linguistiques des héroïnes de son roman, lesquelles procèdent par exubérance et surdétermination en opérant un foisonnement de reterritorialisations.

2Cela étant dit, la présente analyse ne porte pas sur le texte publié de La Vie en prose, mais en visite plutôt les coulisses à travers l’exploration de ses manuscrits de travail, et ce afin de mettre au jour certains des processus scripturaux qui y sont à l’œuvre. Ce travail s’insère dans le courant de recherche qu’on désigne souvent sous les appellations de « critique génétique », de « génétique littéraire », de « génétique des textes » ou de « génétique textuelle ». Sans entrer dans les détails de cette mouvance terminologique reflétant bien l’instabilité d’un domaine encore en plein essor, rappelons brièvement que les orientations récentes de la critique génétique s’intéressent à la genèse de textes littéraires des XIXe et XXe siècles en élargissant l’étude de ces textes à celle de leurs avant-textes : par « avant-textes », s’entend des documents tels des plans généraux et détaillés, des scénarios, des esquisses, des notes documentaires, des brouillons rédactionnels, des états successifs, des mises au net ou des épreuves corrigées. Ainsi quand dans le titre, il est fait allusion à « la langue maternelle dans tous ses états », c’est bien aussi des états du texte dont il est question.

  • 4 J’ai déjà présenté ailleurs le récit sommaire de cette genèse dans Danielle Constantin, « Sur les t (...)

3Les documents existants qui témoignent de la genèse de La Vie en prose ont été acquis en 1985 par la Bibliothèque nationale du Québec et font partie de sa collection de fonds d’archives privées. Ces documents se répartissent dans quatre boîtes et forment un ensemble constitué de plus de vingt cahiers reliés et de nombreuses feuilles volantes. Le contenu de ces avant-textes est extrêmement disparate et, au premier abord, peut déconcerter la chercheuse en quête de certitudes rapides. Or, une analyse chronotypologique, c’est-à-dire une analyse qui tient compte autant de la typologie des documents que de leur logique temporelle, réussit tout de même à dévoiler les grandes lignes du récit de la genèse du texte4. De l’ensemble de ce récit, je privilégie ici l’étape prérédactionnelle parce que, comme je le montrerai, cette étape, après avoir consisté dans un premier temps en des scénarios et des plans assez classiques, s’est par la suite réorientée pour se transformer en une activité exploratoire au niveau de la langue et même du signe linguistique.

  • 5 Cet ensemble se trouve dans la boîte 39, item 228 du fonds Yolande Villemaire (MSS-406, Bibliothèqu (...)
  • 6 Ensemble de feuilles volantes, boîte 2, chemise 5 (BNQ, MSS-406).
  • 7 Ensemble de feuilles volantes, boîte 2, chemise 5 (BNQ, MSS-406).

4Le document le plus originel du dossier génétique de La Vie en prose est un ensemble de seize pages brochées présentant les rudiments du travail préparatoire en vue d’un futur roman5. Le tout comprend des notes brèves sur un groupe de personnages, des diagrammes généalogiques, des calculs et des plans synoptiques pour un début d’intrigue au moteur oedipien (le triangle est d’ailleurs la figure graphique récurrente). Il appert donc que le travail de départ, en se concentrant sur la résolution de problèmes de scénographie narrative, suggère plus une préoccupation pour un illusionnisme représentatif qu’un désir d’exploration au niveau de la forme ou de la langue. Dans un autre document préparatoire ultérieur au précédent et daté de 19746, on remarque cependant un changement dans le traitement du projet. Ici, ce qui est notable est l’abandon d’une stratégie qui chercherait à établir avec précision, avant le début de la rédaction, les rouages de l’intrigue pour l’ensemble du texte. Ce document est aussi la première manifestation dans le dossier génétique de la préoccupation onomastique de Villemaire, une préoccupation se manifestant dans les longues listes de noms envisagés pour les différents personnages et dans les jeux auxquels l’écrivaine s’adonne à partir de leurs initiales. Un troisième document préparatoire, daté celui-ci de 19767, alterne des pages de textualisation avec des notes, des plans synoptiques et de brefs scénarios pour un épisode précis. Villemaire travaille sur le deuxième chapitre, celui qui suivra le prologue et qui présentera le personnage de Nane Yelle mentalement aux prises avec une passion durant un voyage en autobus sur la côte californienne. En mettant en place un jeu d’alternances compliquées entre différentes instances narratives, Villemaire adopte alors une stratégie macrostructurale qui sera, sans contredit, l’une des plus productives du texte : l’enchâssement des récits et de leurs narrations qui permettra au texte de progresser non pas suivant une séquence logique ou temporelle mais, au contraire, d’accumuler les strates diégétiques. Mais surtout, ce document a la particularité d’être le plus ancien portant la marque du titre définitif de l’œuvre : La Vie en prose.

5En fait, les seules traces génétiques qui nous sont parvenues en rapport avec le choix du titre et son important potentiel génératif sont celles d’un travail anagrammatique accompli patiemment par Villemaire à partir du nom propre de l’œuvre. Avec l’apparition des anagrammes dans les avant-textes du roman, le travail préparatoire abandonne définitivement toutes tentatives de création d’un univers mimétique bien ordonné pour, plutôt, se concentrer sur un travail à même le signe linguistique. Villemaire a une conception ouverte de l’anagramme qui dépasse la définition rhétorique classique (l’inversion de lettres qui fait d’un mot ou d’une phrase un autre mot ou une autre phrase) pour inclure de nombreuses variantes modernes : l’anaphone (quand l’inversion touche les sons et non les lettres), l’hypogramme (une inscription fractionnée dans un ensemble plus long), le polygramme (la reprise réitérée des éléments de départ) et le paragramme (une réécriture générative et dérivative des éléments initiaux). Ce travail au ras de la langue s’accomplit à travers des pages et des pages d’explorations lettriques et phoniques dérivant du nom de l’œuvre, mais également des noms des personnages, des noms de lieux et même du nom de l’auteure. Les anagrammes, réparties dans plusieurs cahiers, sont un exemple fascinant d’un travail microstructural, c’est-à-dire d’un travail sur une microfigure, ayant eu des résonances sur la macrostucturation thématique et narrative du texte. Le travail anagrammatique réussit effectivement à générer de multiples connections qui, elles-mêmes, provoquent l’émergence de récits et de personnages. Or, son immanence dans le texte publié, c’est-à-dire le fait qu’il y soit parfois repérable et signalisé dans des retours métatextuels, assure la continuité de son fonctionnement audelà d’un outil de stimulation prétextuelle pour en faire un subtil générateur de sens à l’étape de la réception. Cette signalisation est discrète mais tout de même perceptible quand, par exemple, un des personnages féminins du roman conseille à l’une de ses amies de surpasser Rimbaud avec ses « a noir, e blanc, i rouge » pour à la place « chercher la couleur des consonnes » (LVP, p. 369) ; ou dans cette allusion plus explicite d’un anagramme possible du titre : « […] dans “La Vie en prose” il y a “lives near Poe” […] » (LVP, p. 101).

  • 8 Jean Starobinski, Les Mots sous les mots : Les Anagrammes de Ferdinand de Saussure, Paris, Gallimar (...)
  • 9 Jan Baetens, « Postérité littéraire des “Anagrammes” », dans Poétique, no 66, avril 1986, pp. 217-2 (...)

6Pour bien concevoir la productivité du travail anagrammatiques de La Vie en prose, il importe de saisir comment ce travail s’inscrit dans l’ensemble des recherches postsaussuriennes qui se sont consacrées à l’étude de cette figure. Mentionnons, pour mémoire, que Ferdinand de Saussure, avant de travailler à son Cours de linguistique générale, s’était adonné pendant de nombreuses années au déchiffrement anagrammatique d’un corpus poétique composé de poèmes homériques, de vers saturniens et de textes sacrés de l’Inde. Dans quatre-vingt-dix-neuf cahiers de notes, encore en grande partie inédits, Saussure, alors qu’il réfléchit sur le langage poétique ancien, formule et cherche à vérifier l’hypothèse selon laquelle le nom du dieu ou du héros, qui serait le sujet ou le dédicataire du poème, s’y retrouverait dispersé dans ses éléments phoniques, sur un ou plusieurs vers. Ses efforts ne résultant pas en la découverte positive d’une loi, il finira par renoncer à son projet. C’est Jean Starobinski qui, au cours des années 60 dans un ouvrage intitulé Les Mots sous les mots, dévoilera la nature des explorations de Saussure, relançant du coup la réflexion sur l’anagramme8. Comme l’a bien montré Jan Baetens, la postérité littéraire des Anagrammes de Saussure a été extrêmement riche et fertile particulièrement dans les milieux de pensée structuralistes et poststructuralistes9. Les travaux de deux théoriciens se seraient tout de même démarqués par leur position extrême : ceux de Julia Kristeva et de Jean Beaudrillard, deux noms d’auteurs qui sont explicitement nommés à l’intérieur du riche réseau intertextuel que tisse le roman de Villemaire.

  • 10 Julia Kristeva, « Pour une sémiologie des paragrammes », dans Recherche pour une sémanalyse, Paris, (...)

7Kristeva, dans un article fondateur « Pour une sémiologie des paragrammes »10, se réapproprie le terme saussurien de paragramme, mais elle le fait non pas dans le but de poursuivre les travaux de son prédécesseur, mais plutôt dans celui de faire exploser la notion de départ. Chez elle, il ne s’agit plus, comme chez Saussure, de dépasser la conception lettrique de l’anagramme classique par le simple ajout d’une composante phonique, mais bel et bien d’élargir la définition du concept vers les confins de ses possibles en incluant les occurrences de connexions sémantiques, symboliques, intertextuelles et interlangagières. Elle remet ainsi en question la notion de signe, comme une unité bifide signifié/signifiant pour, à la place, proposer le concept de « gramme », lui-même fortement inspiré du gramme chinois, et considéré comme une « différentielle signifiante », c’est-à-dire comme le foyer d’une multiplicité de fonctions qu’il offre à lire simultanément, à savoir : tous les sens que le signifiant de cet ensemble phonique ou graphique peut recouvrir (c’est-à-dire ses homonymes) ; tous les sens identiques aux signifiés de cet ensemble (ses synonymes) ; tous les synonymes et tous les homonymes de cet ensemble non seulement dans une langue donnée, mais dans toutes les langues auxquelles il appartient comme un point de l’infini ; et toutes les acceptions symboliques dans les différents corpus (mythiques, scientifiques, idéologiques, etc.).

  • 11 Jean Baudrillard, L'Échange symbolique et la Mort, Paris, Gallimard, 1976.

8Alors que pour Kristeva, le texte devient l’infinité du code, une infinité qui n’est plus un objet mais une activité et une pratique, la pensée de Baudrillard dans L’Échange symbolique et la Mort s’engage dans une voie divergente en remettant spécifiquement en question la productivité du langage poétique sous-tendant la théorie kristevéenne11. Pour Baudrillard, l’anagramme ne vise pas une suraccumulation du sens, mais, bien au contraire, sa destruction, son extermination : la spécificité du langage poétique serait dans la négation des lois du discours et du langage, et c’est dans la jouissance que procure cette mise à mort que résiderait son but profond. Toujours selon Baudrillard, la désarticulation des mots et des noms thèmes que recherchait Saussure dans son corpus aurait en fait constitué un « anathème », entendu ici dans son sens original d’ex-voto, c’est-à-dire d’offrande votive :

  • 12 Jean Baudrillard, op. cit., p. 291 [les italiques sont de l’auteur].

Pour tout dire, c’est là, sur le plan du signifiant, du nom qui l’incarne, l’équivalent de la mise à mort du dieu ou du héros dans le sacrifice. C’est désarticulé, désintégré par sa mise à mort dans le sacrifice (éventuellement dépecé et mangé), que l’animal totem, le dieu ou le héros circule ensuite, comme matériel symbolique de l’intégration du groupe. C’est dépecé, dispersé en ses éléments phonématiques dans cette mise à mort du signifiant, que le nom du dieu hante le poème et le réarticule au rythme de ses fragments, sans jamais s’y reconstituer en tant que tel.12

9Au premier abord, les explorations anagrammatiques de Villemaire semblent devoir plus à la conception proliférante de Kristeva qu’à la négativité sacrificielle de Baudrillard. Les anagrammes villemairiennes sont en effet le plus souvent génératrices (de personnages, d’éléments narratifs) et servent à produire de nouveaux réseaux de relations signifiantes (synonymes, homonymes, connotations sémantiques et symboliques, réseaux intertextuels ou liens avec des termes étrangers). Or, très subtilement, le travail anagrammatique fonctionne aussi comme le cryptage d’une dédicace à la mère. En faisant violence à l’ordre des signes graphiques et phoniques de son prénom et de son nom de famille, la scripteure ne fait pas surgir uniquement des connexions telluriques et aquatiques (par exemple, « Andes », « lande » ou « eau »), le nom de la ville où elle vit et écrit (« Ville-Marie », c’est-à-dire Montréal) ou des allusions à un océan trompeur (« vile mer »), mais suggère en sourdine un avilissement de la mère (« vile mère »). Et dans la fouille anagrammatique du titre de l’œuvre, c’est encore le nom de la mère qui sera mis en crypte puisque, dans LA vie en ROSE, se retrouve en hypogramme le nom de famille LAROSE en tant que signe de la matrilinéarité, Larose étant le nom de jeune fille de la mère de Yolande Villemaire et celui de femme mariée de sa grand-mère maternelle.

  • 13 Jan Baetens, op. cit., p. 222.
  • 14 Les analyses de Villemaire du texte de Brossard ont résulté en deux textes critiques : « Le french (...)
  • 15 Yolande Villemaire, op. cit., p. 9.

10Comme je l’ai déjà dit, chez Villemaire l’anagramme fonctionne aussi bien à l’étape de la production qu’à celle de la réception. La lectrice ou le lecteur de La Vie en prose est discrètement convié à devenir un producteur textuel en envisageant lui-même un travail anagrammatique qui ne devrait pas se limiter en une simple illusion de la trouvaille, mais dans la création de réseaux complexes de signifiance dépassant et même n’ayant aucun lien avec les intentions et le travail autorial. Et si, selon Jan Baetens, « disséquer un texte pour y dépister un tressage anagrammatique est loin d’être un geste universellement admis »13, Villemaire est certainement très familière avec une telle approche puisqu’elle l’a déjà adoptée lors de son analyse du texte de Nicole Brossard, French kiss : Étreinte/exploration. Contemporaine à la genèse de La Vie en prose, l’analyse du roman de Brossard par Villemaire démontre en effet à quel point cette dernière s’investit dans le décodage anagrammatique des noms propres du texte qu’elle étudie14 : « Fiction mutante : les personnages n’y sont que des noms propres, des sujets de phrases, des anagrammes du destin de leur ADN de “personnage de roman”. Elle, Lexa, Lucy, Georgraphie, Camomille signalent tout au plus l’absence d’une présence. »15

11Sans reprendre le détail de cette analyse, revoyons le réseau particulier de significations qu’en déduit Villemaire pour, en fin de compte, offrir une interprétation du texte ou plus spécifiquement de son langage ; car l’écriture de French kiss réussirait à parler au féminin grâce à un contrôle linguistique très sophistiqué cherchant à maîtriser le mot jusque dans l’anagramme. La décomposition par Villemaire du nom d’un des personnages féminins de French kiss, Marielle Desaulniers, met au jour la sentence « sans elles rien n’a lieu » afin de donner préséance au pronom féminin pluriel « elles » et désaxer l’armure masculine du texte - l’un des personnages se nomme d’ailleurs Alexandre ou alex-andre (l’homme axe). Ainsi, l’écriture de Brossard ne se contente pas d’être « mime phalloïde » (autre anagramme du nom d’un personnage, Camomille Delphie) mais ramifie constamment les mots et les sens grâce à l’intervention de la « phalline », un principe toxique qui empoisonne les mots érigés. Par exemple, dans la Vénus rouge, nom de la voiture qui permet à un personnage de traverser Montréal d’est en ouest, Villemaire découvre « sour eve gun (gone) » et, du coup, en se débarrassant d’une Ève amère, redonne la place de choix dérobée à Lilith, première femme d’Adam, laquelle, selon les fables juives, refusa de se soumettre à sa loi pour s’évaporer, emportée par la force de pouvoirs magiques. Comme on le voit, chez Villemaire, le travail anagrammatique réussit à dévoiler sous la surface du texte un autre langage aux possibilités décuplées dans lequel le sujet féminin réussirait à s’immiscer. À la limite, une telle entreprise ne vise pas simplement à reprendre possession de la langue maternelle, mais bien à donner naissance à une langue nouvelle, à une langue réinventée, et ce, même si cette naissance ne peut qu’advenir à travers une mise à mort des normes de la langue transmise, d’où le principe de la phalline vénéneuse. C’est peut-être dans cette condamnation de la langue maternelle que la conception de l’anagramme chez Villemaire rejoint la conception sacrificielle de Baudrillard et que le travail élaboré autour du signifiant « Larose », le nom de la mère enfoui dans le titre de La Vie en prose, en vient à acquérir tout son poids morti fère : le roman est dédié à la mère, soit, mais il se doit de détruire le langage hérité de celle-ci, le « bon parler français », afin d’accéder à sa vie propre, à sa vie en prose. Dans une entrevue que j’ai faite avec Yolande Villemaire au sujet de la genèse de son roman, elle a confié :

  • 16 Entrevue inédite de Danielle Constantin avec Yolande Villemaire, Montréal, décembre 2000.

D’ailleurs, La Vie en prose a scandalisé ma mère ; pourtant j’étais sûre que ça lui ferait vraiment plaisir […]. Mais elle a trouvé que ce n’était pas écrit en bon français alors que j’avais toujours la médaille du bon parler français à l’école. C’était trop oral : des expressions comme il y a dans La Vie en prose, je n’avais pas le droit d’en utiliser à la maison. […] Il y a une subversion de la langue maternelle et ma mère l’a comprise bien avant moi et elle était très choquée, très, très choquée par La Vie en prose. La première fois qu’elle s’est choquée contre moi, en fait, ça a été quand elle a lu ce livre-là.16

  • 17 Yolande Villemaire, « Pour une parthénogenèse de la parole “hystérique” (matrice vierge) », dans La (...)

12En guise de conclusion, on peut dire qu’à travers l’audace de ses explorations langagières, La Vie en prose constituerait donc à la fois une mise à mort de la langue maternelle et une renaissance de celle-ci non plus considérée comme un piège ou un carcan, mais bien comme une véritable matrice aux possibilités inouïes. Dans « Pour une parthénogenèse de la parole “hystérique” (matrice vierge) », un article de Villemaire paru en 1975, à l’époque du travail préparatoire de La Vie en prose, l’écrivaine accumule les métaphores maternelles17. Elle parle de la « grossesse nerveuse du texte » et « parturiente indélébile au centre d’un hypermarché sursignifiant », elle s’affirme « enceinte de la forme active d’un féminin singulier » tout en reconnaissant l’occurrence de « lapsus d’écriture anticonceptionnelle ». Car si Villemaire met à mort la langue maternelle c’est pour réaliser un fantasme d’autoengendrement linguistique. « Le bon parler français » de sa mère Évangéline Larose, institutrice et fille d’instituteur, est dépecé, désarticulé, désintégré. Mais ce matricide sacrificiel est nécessaire afin de donner naissance à une nouvelle langue sans cesse reterritorialisée, une langue à travers laquelle pourrait s’inscrire le sujet féminin québécois, une langue qui, enfin, serait full et foule.

Notes

1 Yolande Villemaire, La Vie en prose, Montréal, Lecture en vélocipède/Les Herbes rouges, 1980. Toutes les citations proviendront de l’édition de poche (Montréal, Typo/Les Herbes rouges, 1984) et les références seront indiquées par l’utilisation de l’abréviation LVP suivie du numéro de la page. En rapport avec les références aux documents d’archive, je tiens à remercier Yolande Villemaire qui m’a accordé la permission de consulter et de citer les avant-textes de La Vie en prose (fonds Yolande Villemaire, MSS-406, Bibliothèque nationale du Québec, Montréal).

2 Parmi les critiques qui ont abordé le sujet de la langue dans La Vie en prose, mentionnons, entre autres, Jean-François Chassay, Structures urbaines, structures textuelles : la Ville chez Réjean Ducharme, David Fennario et Yolande Villemaire, Montréal, Centre de documentation des études québécoises, Université de Montréal, 1986 ; Helena M. Da Silva, « Les modalités de l’oralité dans “La Vie en prose” de Yolande Villemaire », dans Studies in Canadian Literature/Études en littérature canadienne 20-2, 1995, pp. 66-73 ; Lise Gauvin, Langagement : l’écrivain et la langue au Québec, Montréal, Boréal, 2000 ; Alia Khalaf, « Le sujet féminin dans “La Vie en prose” de Yolande Villemaire et Jasmine de Bharati Mukherjee », mémoire de maîtrise en littérature comparée sous la direction d’Amaryll Chanady, Université de Montréal, 1996 ; Shirin Kudchekar, « Celebrating Women’s Language and Women’s Space : Yolande Villemaire’s “La Vie en prose” », dans International Journal of Canadian Studies/Revue internationale d’études canadiennes 11, printemps 1995, pp. 235-248 ; Suzanne Lamy, « Subversion en rose », dans Féminité, subversion, écriture, sous la direction de Suzanne Lamy et d’Irène Pagès, Montréal, Remue-Ménage, 1983 et Janet Paterson, « Le postmoderne au féminin : “La Vie en prose” », dans Moments postmodernes dans le roman québécois, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 1993, pp. 83-93.

3 Yolande Villemaire, « Une langue “full” québécoise », dans Lettres québécoises 92, hiver 98, p. 9. Ce texte a d’abord été diffusé à l’émission radiophonique Bouche à oreille, Société Radio-Canada, le dimanche 2 novembre 1997.

4 J’ai déjà présenté ailleurs le récit sommaire de cette genèse dans Danielle Constantin, « Sur les traces de la genèse d’un roman in-fini. Les manuscrits de “La Vie en prose”, de Yolande Villemaire », dans Lettres québécoises, no 92, hiver 98, p. 13.

5 Cet ensemble se trouve dans la boîte 39, item 228 du fonds Yolande Villemaire (MSS-406, Bibliothèque nationale du Québec). Sur la page couverture, Yolande Villemaire a inscrit : « Projet de “La Vie en prose” (1re version) ».

6 Ensemble de feuilles volantes, boîte 2, chemise 5 (BNQ, MSS-406).

7 Ensemble de feuilles volantes, boîte 2, chemise 5 (BNQ, MSS-406).

8 Jean Starobinski, Les Mots sous les mots : Les Anagrammes de Ferdinand de Saussure, Paris, Gallimard, 1971.

9 Jan Baetens, « Postérité littéraire des “Anagrammes” », dans Poétique, no 66, avril 1986, pp. 217-233.

10 Julia Kristeva, « Pour une sémiologie des paragrammes », dans Recherche pour une sémanalyse, Paris, Seuil, 1969, pp. 174-207. L’article original est de 1966.

11 Jean Baudrillard, L'Échange symbolique et la Mort, Paris, Gallimard, 1976.

12 Jean Baudrillard, op. cit., p. 291 [les italiques sont de l’auteur].

13 Jan Baetens, op. cit., p. 222.

14 Les analyses de Villemaire du texte de Brossard ont résulté en deux textes critiques : « Le french kiss de la Vénus rouge », dans Cul Q, no 8-9, janvier 1976, pp. 63-85 et « Présentation critique », dans French kiss : Étreinte/exploration de Nicole Brossard, Montréal, Quinze, 1980, pp. 7-10.

15 Yolande Villemaire, op. cit., p. 9.

16 Entrevue inédite de Danielle Constantin avec Yolande Villemaire, Montréal, décembre 2000.

17 Yolande Villemaire, « Pour une parthénogenèse de la parole “hystérique” (matrice vierge) », dans La Barre du jour, no 50, 1975, numéro spécial « Femme et langage ».

Auteur

Danielle Constantin a obtenu un doctorat en littérature comparée de l’Université de Toronto. Elle poursuit présentement des recherches en génétique littéraire à Paris où elle travaille sur les manuscrits de Proust et de Perec, avec le soutien d’une bourse doctorale du Conseil en Sciences humaines du Canada. Elle est secrétaire générale de l’Association Georges Perec.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr