Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures mineures en langue majeure

 | 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Lise Gauvin

Deuxième partie. Confrontation des modes et stratégie d'écriture

Un projet inter-périphérique

L’itinéraire brito-québécois de Marie Le Franc

Gwénaëlle Lucas

Texte intégral

I. Parcours

  • 1 Cet amour platonique est relaté dans la nouvelle « Amour 1900 », texte inédit du vivant de Marie Le (...)
  • 2 Sylvain Simard, Mythe et reflet de la France. L’Image du Canada en France, 1850-1914, Ottawa, Les P (...)

1Marie Le Franc naît le 4 octobre 1879, à Sarzeau, village breton de la presqu’île de Rhuys. Fille de douanier, elle décroche son diplôme d’institutrice en 1895. Après avoir occupé quelques places dans des écoles morbihannaises, elle postule, en août 1897, pour un emploi dans les colonies de Madagascar et d’Indochine, mais sa candidature n’est pas retenue. Son goût pour l’aventure la fait s’éprendre du héros de Fachoda, le capitaine Jean-Baptiste Marchand, à qui elle écrit plusieurs fois et qu’elle rencontre à Paris en mai 19001. Mais c’est une seconde rencontre, quelques années plus tard, qui sera véritablement décisive. Par l’intermédiaire d’Idola Saint-Jean, enseignante à l’université McGill, à Montréal, Marie Le Franc entame, dès 1903, une correspondance avec le journaliste canadien-français Arsène Bessette. Après trois années d’échanges épistolaires, Bessette l’invite, à la fin de l’année 1905 à venir le rejoindre à Montréal pour l’épouser semble-t-il. Il n’en fallut pas plus à la jeune femme pour franchir l’océan, d’autant plus que « le Canada et le Québec occupent, surtout à partir des années 1880, une place relativement importante dans l’ensemble des sujets d’intérêt des Français. […] c’est d’abord et avant tout parce qu’il y communauté d’origine et de langue que des liens se créent entre les deux communautés »2. Marie Le Franc embarque donc, en janvier 1906, au Havre pour New York et termine son trajet en train jusqu’à la gare de Montréal où l’attend Arsène Bessette. Malheureusement, ne la trouvant pas à son goût, le journaliste renonce à son projet de mariage et l’abandonne aussitôt. Commence alors, pour la jeune femme de vingt-six ans, l’aventure canadienne.

  • 3 C’est après la publication de l’article de Louis Dantin dans La Revue moderne (« Les voix du cœur e (...)

2Malgré l’épreuve de rejet dont elle fut victime et certaines difficultés d’intégration, Marie Le Franc choisit de rester et s’habitue finalement à la vie montréalaise. D’abord journaliste, elle est engagée comme professeure de français à l’école de Miss Gardner de 1908 à 1914, puis à la Weston School de 1915 à 1929. Elle consacre aussi son temps libre à l’écriture. En 1920, elle publie son premier recueil de poèmes, Les Voix du cœur et de l’âme, immédiatement remarqué par l’influent Louis Dantin, découvreur de Nelligan. Dantin devient son mentor et l’encourage à se lancer dans une carrière littéraire3. En 1923, un second recueil paraît à Paris, Les voix de misère et d’allégresse, aussitôt acclamé par les critiques parisienne et montréalaise. Mais c’est à l’occasion d’un bref séjour en Bretagne, à l’été 1922, que se confirme sa vocation d’auteur. En deux semaines, Marie Le Franc rédige son premier roman, Grand-Louis l’innocent, l’histoire d’un amour entre une jeune femme solitaire et un simple d’esprit traumatisé par la Grande Guerre, et dont l’action se tient exclusivement dans le golfe du Morbihan. Expédié dès l’automne à un éditeur parisien, le manuscrit n’est retourné à son auteur qu’à la fin de 1924, accablé de la mention « ridicule ». Au début de l’année 1925, Marie Le Franc soumet alors son roman au comité de la Bourse de voyage littéraire à Montréal. Quelques semaines plus tard, le comité lui octroie sa bourse annuelle et fait imprimer le manuscrit. De passage en France, à l’hiver 1926, Marie Le Franc propose le roman à Jean-Richard Bloch, directeur des éditions Rieder, qui accepte de prendre en charge l’édition française. Et le 9 décembre 1927, Grand-Louis l’innocent reçoit le prix Femina-Vie heureuse face à Adrienne Mesurat de Julien Green. La carrière de Marie Le Franc prend alors son envol.

3Les années 30 seront très fructueuses pour la romancière. Partageant son existence entre Sarzeau et Montréal, elle voyage beaucoup et écrit sans cesse. Son œuvre se divise nettement en un « cycle breton » et un « cycle canadien ». Outre Grand-Louis l’innocent, le cycle breton intègre Le poste sur la dune en 1928, Inventaire et Grand-Louis le revenant en 1930 et Dans l’île, roman d’Ouessant en 1932. Le cycle canadien des années 30 témoigne des séjours que Marie Le Franc effectue en Abitibi-Temiscamingue, dans les Laurentides et en Gaspésie. Nous y trouvons les romans Hélier fils des bois (1930), La rivière Solitaire (1934), La randonnée passionnée (1936), Pêcheurs de Gaspésie (1938), ainsi que l’essai Au pays canadien-français (1931) et le recueil de nouvelles Visages de Montréal (1934).

II. Position face à l’hégémonisme parisien

  • 4 Lettre de Marie Le Franc à Victor Barbeau, Sarzeau, 10 octobre 1946.
  • 5 La majorité des lettres adressées à Marie Le Franc est conservée dans le fonds « Marie Le Franc » à (...)
  • 6 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999.

4Malgré cette œuvre remarquable, qui mériterait de faire l’objet de nouvelles lectures critiques, c’est l’itinéraire intellectuel de la romancière qui suscite notre attention ici. À Paris, outre le prix Femina, l’écrivaine reçu un Prix Montyon pour Au pays canadien-français en 1932. Elle fut aussi nommée Officier de la Légion d’Honneur en avril 1953 et admise à la Société des Gens de Lettres à la fin de sa vie. Or, c’est la volonté de bénéficier du « droit de rester isolé »4 qui détermine l’attitude de la romancière à l’égard de l’institution parisienne. Elle choisit de ne pas rentabiliser les honneurs qui lui furent offerts par ces sociétés prestigieuses et, ainsi, de ne pas pénétrer la communauté des lettres parisienne. La motivation qui orienta cette volonté reste encore obscure, car la correspondance5 de la romancière commente peu ce choix. Il est à peu près certain que les pérégrinations du manuscrit de Grand-Louis l’innocent, rejeté par Paris, puis encouragé par Montréal, pour être ensuite largement récupéré et célébré par la République mondiale des lettres6 y est pour beaucoup.

  • 7 Ibid., p. 158.
  • 8 Ibid., p. 216.
  • 9 Ibid., p. 217.
  • 10 Ibid, p. 247.

5Ceci dit, il faut comprendre que le parcours de Marie Le Franc se caractérise par un double exil entre la Bretagne et le Québec. La romancière fut partagée entre deux sols et son œuvre entre deux cycles, comme si elle poursuivait une double quête identitaire, à la fois culturelle et académique, double quête se problématisant dans la difficulté de choisir d’une part entre Montréal et Sarzeau, d’autre part entre la communauté des lettres provinciale de France et l’institution littéraire canadienne-française. Or selon Pascale Casanova, « l’exil est sans doute une “arme” majeure de l’écrivain qui entend préserver à tout prix une autonomie menacée »7. Marie Le Franc aurait pu craindre que sa liberté et son originalité soient restreintes par Paris, car « la capitale dénationalisée de la littérature, dénationalise à son tour les textes, les déshistoricise pour les conformer à ses propres conceptions de l’art littéraire »8. Or, ce que veut précisément fuir Marie Le Franc, c’est ce conformisme qui risque de lui faire perdre son identité. Elle refuse de subir « cette forme d’annexion ethnocentrique qui nie l’existence historique » des écrivains consacrés9. Fière de son ascendance et de son histoire bretonnes, sa volonté d’échapper à un système fermé l’aurait alors logiquement poussée vers la périphérie. Elle doit faire le choix imposé à tout écrivain au moment où son entrée à Paris devient possible : « soit affirmer sa différence et “se condamner” à la voie difficile et incertaine des écrivains “régionaux” et pas ou peu reconnus de l’univers littéraire international, soit “trahir” [son] appartenance et s’assimiler à l’un des grands centres littéraires en reniant [sa] différence »10. La seconde perspective était pour elle inenvisageable : elle choisit la première.

III. Le dévouement envers les lettres canadiennes-françaises

6Marie Le Franc prit donc ses distances par rapport à Paris. Les événements l’avaient menée jusqu’au Québec. Or, au début du XXe siècle, au Québec, l’institution littéraire se met en place et recherche des animateurs. À la fin des années 20, simultanément reconnue par les institutions littéraires française et canadienne-française, la romancière choisit délibérément de s’intégrer plutôt au milieu canadien-français et entreprend de participer au développement d’une littérature qui entend alors construire sa modernité. Elle participe à des événements, prononce des conférences, se lie amicalement et intellectuellement avec certaines des personnalités les plus influentes de la vie littéraire des années 20 à 50 : Louis Dantin, Victor Barbeau, Robert Choquette, Louvigny de Montigny, Rina Lasnier, Gustave Lamarche, Robert Rumilly, et ceux-ci témoignent volontiers du respect et de l’admiration qu’ils éprouvent pour la romancière bretonne. Pour illustrer ce fait, j’évoquerai quelques témoignages et gestes éloquents. Tout d’abord, un hommage de Louis Dantin, qui fut le premier acteur institutionnel majeur à porter une attention particulière à l’écrivaine néophyte. Dans une lettre datée du 1er janvier 1926, voici ce que Dantin écrit à Olivar Asselin :

  • 11 Il s’agit de la nouvelle « Marionnettes » parue dans la revue Europe, no 9, octobre 1925.

Marie Le Franc m’écrit parfois, et vient de m’envoyer une prose de sa façon publiée dans la revue Europe11. Je trouve cette femme prestigieuse et suis aussi fier de l’avoir lancée (au moins chez nous) que d’avoir découvert Émile Nelligan et Beauregard. C’est Proust ou Giraudoux pour la finesse de l’analyse, mais avec combien plus de légèreté et de grâce ! Elle est train, d’ailleurs, de se faire un renom en France, et place son écriture où elle veut […].

7Un autre magnifique – voire lyrique ! – éloge est celui de Claude-Henri Grignon qui, en 1931, félicite la romancière, pour ce « livre extraordinaire » et « supérieur par la profondeur de pensée et l’originalité quasi foudroyante de sa prose » qu’est Inventaire. Dans la même lettre, il poursuit par ces lignes :

  • 12 C’est Claude-Henri Grignon qui souligne.
  • 13 Lettre de Claude-Henri Grignon à Marie Le Franc, Sainte-Adèle, Québec, 6 août 1931.

Votre beau livre fut pour moi une révélation. J’ai tenté de le dire avec tout mon amour des grandes et belles choses […] et vous êtes un témoignage ÉCRASANT12 de la bonté de votre œuvre que vous vous devez de poursuivre jusqu’à ce que le public enfin instruit, enfin étonné, enfin amoureux, vous lise à genoux en versant des larmes d’admiration.13

  • 14 La correspondance entre Victor Barbeau et Marie Le Franc s’étend de 1924 à 1963. Le fonds « Victor (...)
  • 15 Lettre de Victor Barbeau à Marie Le Franc, Montréal, « Ce matin de Pâques 1945 ».

8Terminons avec cet appel de Victor Barbeau, intellectuel influent et controversé du milieu littéraire canadien-français, et le plus intime des amis de Marie Le Franc14, qui, en avril 1945, élaborant la liste des premiers membres de l’Académie canadienne-française qu’il vient de fonder écrit à son amie : « Si seulement vous aviez été naturalisée canadienne, on vous eût immortalisée à votre insu. »15

9Une seconde catégorie de témoignages regroupe certains gestes institutionnels inaugurés par d’autres animateurs culturels non moins éminents du moment. La première de ces manifestations est due à l’initiative de Louvigny de Montigny, fondateur du journal les Débats (1899) et propagandiste de Maria Chapdelaine au Canada. En juin 1934, Montigny suggère à son ami Honoré Mercier, ministre québécois des Terres et des Forêts, de rebaptiser le lac Mer-bleue, situé dans les Laurentides, « lac Marie Le Franc ».

  • 16 Lettre de Louvigny de Montigny au ministre Honoré Mercier, Ottawa, 30 juin 1934.

Ton gouvernement et toi-même n’aurez jamais si belle occasion de reconnaître l’affection et le talent que cette admirable écrivain qu’est Marie Le Franc a mis à célébrer la nature canadienne et tout particulièrement nos Laurentides. Tu dois connaître aussi son autre volume Au pays canadien-français où nous trouvons les plus belles pages qui se puissent trouver sur nos paysages d’hiver. Et tu sais aussi que cette brave Bretonne, qui est devenue Canadienne jusqu’aux moelles, saisit depuis vingt ans toutes les occasions de célébrer « le pays de Québec ».16

10C’est le 29 novembre 1934 qu’Honoré Mercier annonce à Montigny que sa suggestion a été acceptée par la Commission de Géographie mais que ce sera le lac « Vert » qui sera attribué à Marie Le Franc. Aussi le 14 décembre, Montigny informe-t-il la romancière :

Et maintenant, chère amie, vous allez me faire le plaisir de vous abstenir de tout remerciement à mon endroit. Je suis plus que remercié et récompensé par le succès même de cette idée que je me suis mise en tête de vous faire donner un de nos lacs. J’espère au moins que « votre » lac est convenable. J’espère surtout qu’à votre prochain voyage au Canada, nous l’irons visiter et saluer.

  • 17 Jean Royer, Chronique d’une Académie, 1944-1994. De l’Académie canadienne-française à l’Académie de (...)

11Un autre geste institutionnel, non moins hardi, est celui de Gustave Lanctôt. Président de la Société des écrivains canadiens, Lanctôt, en août 1950, offre à l’écrivaine une subvention mensuelle de $ 75, et ce malgré le règlement n’imposant l’octroi de telles allocations qu’à des auteurs canadiens. Enfin, un dernier exemple : l’initiative du père Gustave Lamarche, membre-fondateur de l’Académie canadienne-française, qui, à la réunion de l’Académie du 9 décembre 1957, propose la candidature de Marie Le Franc pour l’attribution de la médaille de l’Académie. Mais, « au deuxième tour de scrutin, [le 14 avril 1958, l’assemblée] décerne la médaille […] à Raymond Barbeau, auteur de Léon Bloy, prophète luciférien »17.

12Ces hommages ne sont que le reflet de nombreux autres. Que ce soit encore Robert Choquette, Rina Lasnier, Robert Rumilly, Jean Bruchési et Léo-Paul Desrosiers, tous s’accordent pour honorer l’œuvre et remercier l’auteure. C’est le dévouement gratuit et constant de Marie Le Franc envers les lettres canadiennes-françaises qui plane sur la correspondance. Mais si elle fut toujours fidèle au Québec, elle n’oublia jamais sa terre natale et sa culture bretonne.

IV. Fidélité à la cause littéraire bretonne

  • 18 Anne-Marie Thiesse, Écrire la France. Le Mouvement régionaliste de langue française entre la Belle (...)

13Outre le fait que la moitié de son œuvre est consacrée à la Bretagne et fait effectivement partie du corpus littéraire breton, Marie Le Franc revendique son appartenance à sa région par son implication dans l’organisation d’une institution bretonne. La Bretagne du début du XXe siècle est l’un des lieux majeurs de la « décentralisation littéraire »18 en France, car elle est l’une des premières régions à comprendre l’obstacle de l’hégémonie parisienne.

  • 19 Ibid., p. 46.

[…] la position particulière de la Bretagne, parangon des provinces et en même temps région ayant gardé une identité forte, donne une forme extrême à l’opposition Paris/Province. Les jeunes intellectuels qui tendent vers le nationalisme breton, expriment, avec plus de virulence qu’ailleurs, la question commune à tous les mouvements régionalistes du début du XXe siècle : comment dans un pays aussi centralisé que la France, peut-il exister une vie culturelle régionale ? Et comment être écrivain sans être de Paris ?19

14La conscience de cette problématique explique certainement l’implication de Marie Le Franc au sein de l’Académie de Bretagne. Fondée le 13 juin 1937, cette Académie eut une très brève existence étant donné qu’elle fut interrompue par la guerre. Ceci dit, elle marquait la volonté

  • 20 Extrait du premier procès verbal de l’Académie de Bretagne. Ce document n’est pas daté, mais nous p (...)

de créer des échanges de vues de confraternité et d’amitié entre les Écrivains traitant de la Matière de Bretagne et de resserrer leur solidité. […], de provoquer le contact des Écrivains Bretons avec les écrivains des autres Provinces20.

  • 21 Extrait du document « Renseignements pour un projet de statuts de l’Académie de Bretagne » confié p (...)

15Il y a ici un véritable désir d’ouverture et une réelle motivation pour encourager les écrivains « appartenant à la Bretagne soit par leur origine, soit par leur inspiration »21. À la première assemblée générale, à Rennes, les membres arrêtèrent la composition du bureau définitif, nommant André Chevrillon président d’honneur, Roger Vercel président, Marie Le Franc vice-présidente et Jean des Cognets secrétaire. La vice-présidence permet ainsi à Marie Le Franc d’établir des liens particuliers avec certains écrivains bretons connus et d’encourager les jeunes auteurs. La correspondance fait ainsi état d’échanges avec, entre autres, Roger Vercel, Louis Guilloux, Jean Guéhenno, Jeanne Perdriel-Vaissières (Saint-Cygne), Saint-Pol Roux.

  • 22 Lettre de Roger Vercel à Marie Le Franc, à propos de La randonnée passionnée (paru à Paris, chez Fe (...)

[…] je suis tout à fait à l’aise pour proclamer que vous êtes une grande Bonne Femme, une Princesse éblouissante de l’Image et que, à part Colette si différente, je ne vois rien dans les lettres qui puisse être comparé à ce que vous avez écrit là ! […] Vous ne bavardez jamais, et c’est si rare chez une femme ! Vous ne faites jamais chatoyer pour qu’on les regarde les facettes de vos diamants, et c’est si méritoire chez une femme si riche ! […] Quand [sic] à l’Académie de Bretagne, j’ai là une lettre de Roger Gobled qui m’annonce l’adhésion de Max Jacob, d’Auguste Dupuis et de Jane Mabert […].22

V. Construction d’un réseau provincial

  • 23 Cité par Anne-Marie Thiesse, op. cit., p. 85.

16Charles-Brun, dans son ouvrage de 1907, Les littératures provinciales, explique le renouveau des littératures régionales par « le rejet […] de l’universalisme » et « l’intérêt croissant pour la différence ». Il note une « lassitude devant l’uniformité, un ennui devant la production parisienne trop monotone et stéréotypée »23, ce qui implique la volonté des écrivains de province non seulement de valoriser leur région dans leurs œuvres, mais aussi de constituer leur propre institution. Ceci fut effectivement l’intention des membres de l’Académie de Bretagne dès les balbutiements du projet en 1935. Or, on note aussi que l’un des mandats définitifs de l’Académie est de rencontrer des écrivains d’autres régions. Et là encore, Marie Le Franc joua son rôle.

17Les papiers de la romancière attestent qu’elle fut au cœur d’un réseau de relations provinciales. Dans ce réseau figure notamment le poète provençal Sully-André Peyre, qui en est l’un des protagoniste majeur. Né au Cailar (Gard) en 1890, Peyre a passé sa jeunesse à Mouriès. En 1918, il publie un bulletin en provençal Lou Secret. Il crée, en 1919, avec Elie Vianes, La Regalido, journal Felibréen mouriésien, puis fonde, en 1921, la revue bilingue Marsyas qui vivra jusqu’à la mort du poète, en 1961. Parmi les œuvres publiés, citons Choix de poèmes (1929), Saint-Jean d’été (1938), Le grand-père que j’ai en songe (1946) et Essai sur Frédéric Mistral (1959). Sully-André Peyre et son épouse Amy Silvel, elle aussi poète, envoyèrent environ 70 lettres à leur amie Marie Le Franc entre 1930 et 1955, et ces documents révèlent parfois des informations fort intéressantes :

  • 24 Lettre de Amy Silvel à Marie Le Franc, non datée, mais probablement de 1930.

Il y a eu la carte signée de vous et de Mme Perdriel [Vaissière]. C’était bon cette double pensée, cette union, ce message. Et j’ai sous les yeux une petite lettre de Bretagne aussi, de Melle Botuha, une petite lettre si mélancolique, si amie. […] Et l’Auvergne. Vous ai-je dit que nous avons erré en Auvergne du 3 au 20 septembre ? […] Visite à Henri Pourrat, qui est grand, avec un visage si doux, des yeux candides, et une voix si faible, qu’il faut faire silence pour la percevoir. Une personnalité qui attire, qui retient. Son épopée poignante : Gaspard des Montagnes, a été un bonheur pour nous l’hiver dernier. Ne vous y trompez pas, il est poète.24

18Parmi les relations provinciales de Marie Le Franc, nous trouvons aussi Claude Chauvière, secrétaire, biographe et filleule de Colette, auteure de La femme de personne, dont nous avons une trentaine de lettres à disposition ; l’écrivaine suisse Monique Saint-Hélier, qui partagea une grande partie de sa vie entre Paris et la Normandie, auteure de Bois-Mort, Le cavalier de paille et Le Martin-pêcheur, et son mari, le traducteur Biaise Briod (une cinquantaine de lettres). Pour terminer, un autre témoignage intéressant est celui de Maurice Constantin-Weyer, qui écrivit plusieurs fois à Marie Le Franc pour la féliciter de ses livres et partager avec elle une certaine nostalgie du Canada.

  • 25 Lettre de Maurice Constantin-Weyer à Marie Le Franc, Poitiers, 7 octobre 1929.

Ah ! Marie Le Franc ! Il faudra que j’aille vous voir un jour dans votre Morbihan […]. Ah ! chère amie ! moi aussi j’ai parfois la nostalgie. Il me manque ces matins d’hiver que j’aime par-dessus tout […]. Je cherche à le faire revivre dans mes livres. Et c’est particulièrement dur quand on n’a pas l’étoffe d’un homme résigné.25

  • 26 Anne-Marie Thiesse, op. cit., p. 122.

19Selon Anne-Marie Thiesse, ces liens constituent un réseau fondé sur un « régionalisme transrégional »26 qui réunit concrètement les écrivains volontairement excentrés.

VI. Le projet d’un réseau inter-périphérique entre les régions françaises et le Québec

20Or, dans le cas de Marie Le Franc, la conception de ce « régionalisme transrégional » est encore plus vaste puisqu’il s’étend jusqu’à la province du Québec. En octobre 1946, elle écrit à son amie la poète québécoise Rina Lasnier :

  • 27 Lettre de Marie Le Franc à Rina Lasnier, Sarzeau, 16 octobre 1946.

On ne fait pas de littérature en champ clos […] Et nulle province en France n’a le droit de prétendre surpasser les autres ou les ignorer, ou apporter au fonds commun plus de richesses, et je considère le Canada [français] comme une province essentielle de la littérature française. Une province aux richesses insoupçonnées, à peine exploitées encore, qui nous apportera des forces neuves.27

  • 28 Lettre de Marie Le Franc à Victor Barbeau, Sarzeau, 12 août 1946 : « Pour en revenir à votre revue, (...)

21Marie Le Franc souhaite élargir le réseau périphérique dans lequel elle s’inscrit et entreprend d’intervenir entre les écrivains provinciaux et les écrivains canadiens-français. En août 1946, elle propose à Victor Barbeau d’entrer en contact avec le couple de poètes provençaux Sully-André Peyre et Amy Sylvel28. Deux mois plus tard, elle récidive, plus vigoureusement :

  • 29 Lettre de Marie Le Franc à Victor Barbeau, Sarzeau, 10 octobre 1946.

Je corresponds depuis des années avec un écrivain des plus originaux […] qui dirige dans le midi une petite revue consacrée en particulier à la poésie, et à la poésie provençale surtout. Voici son adresse : Sully-André Peyre, Mûrevignes, Aigues-Vives, Gard. […] il publie des commentaires d’un humour vraiment curieux, plein de philosophie, ou d’ironie, ou simplement d’esprit […] et il est en relations épistolaires avec de nombreux jeunes écrivains, des poètes surtout, qu’il soutient et encourage. Cela prend beaucoup de temps… Mais […] si vous-même aviez le loisir et le désir de correspondre avec lui, n’hésitez pas.29

  • 30 Lettre à Victor Barbeau, Sarzeau, février 1947.

22Par la suite, elle conseille encore à Barbeau la collaboration de Monique Saint-Hélier qui, « placée comme elle est, […] pourrait peut-être écrire pour Liaison » et Marie Le Franc ajoute : « je vais simplement lui dire que vous aimeriez avoir quelque chose d’elle, sans plus de précisions ». Toujours dans cette même lettre, la romancière informe son ami québécois qu’elle a « communiqué des poèmes de Rina Lasnier et de Hertel »30 à Sully-André Peyre. On remarque que le moment que choisit Marie Le Franc pour interférer entre ses amis provinciaux et québécois coïncide étrangement avec celui de la querelle franco-québécoise déclenchée par la publication du livre de Robert Charbonneau La France et nous. Ceci dit, les démarches entreprises seront relativement fructueuses car non seulement les personnes entreront en contact et correspondront, mais de plus, elles liront leurs œuvres respectives et se rencontreront parfois. Il existe ainsi une correspondance entre Victor Barbeau et Monique Saint-Hélier, entre Gustave Larmarche, Rina Lasnier et Sully-André Peyre.

  • 31 Lettre de Rina Lasnier à Marie Le Franc, 11 décembre 1945.

J’ai reçu une lettre magnifique de notre ami Sully-André Peyre, écrit Rina Lasnier en décembre 1945, et je vous dois cette joie d’un si encourageant témoignage. Le Chant de la montée lui a plu et il le dit fermement, presque sévèrement, afin que je ne m’attarde pas à la consolation de telles paroles.31

  • 32 Anne-Marie Thiesse, op. cit., p. 123.

23Le réseau transrégional s’étend alors davantage à un réseau interpériphérique, réunissant les intellectuels des provinces françaises et ceux de la province québécoise. « Grâce au vaste réseau interrégional et fédératif, [les écrivains] peuvent entrer en relation épistolaire avec des “collègues” plus connus et participer d’une identité sociale qui a désormais une certaine reconnaissance : celle de l’écrivain de province »32, où le terme de « province » sera à considérer différemment selon qu’il s’agisse de la province française ou de la province du Québec. Ceci étant précisé, il reste que ce sont ainsi plusieurs réseaux littéraires périphériques qui sont imbriqués les uns dans les autres et qui coïncident autour de la personne de Marie Le Franc, pour n’en constituer plus qu’un, plus étendu et à visée plus efficace.

VII. Une perspective inédite

  • 33 Cf. Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit.

24La littérature française, parisienne, s’érigeant en modèle hégémonique d’universalité33, l’organisation de réseaux littéraires francophones en province et hors de France se présente comme un processus institutionnel de compensation. Les relations littéraires qui s’établissent en périphérie et de façon inter-périphérique correspondent à une tentative d’institutionnaliser une littérature à l’écart du centre parisien. En effet,

  • 34 Anne-Marie Thiesse, op. cit., p. 126.

La structure centralisée du champ littéraire français conduit à donner pour équivalents Paris, la consécration littéraire, l’universalisme et la culture bourgeoise : à l’opposé sont confondus les positions mineures, le localisme, la ruralité, la province et les autres pays francophones.34

  • 35 Gérard Fabre, Les Réseaux intellectuels transatlantiques : entre la France, le Québec et les autres (...)

25La double quête identitaire, culturelle et académique, de Marie Le Franc, implique que son itinéraire apporte de nouvelles réponses concernant les réseaux périphériques, les sociabilités intellectuelles et le régionalisme littéraire. Une réflexion sur cet itinéraire intellectuel permet d’éclairer l’émergence de réseaux littéraires périphériques déplaçant les relations franco-québécoises vers l’axe régional. Mais ce n’est pas tant les institutions, davantage étudiées à ce jour, que les « croisements biographiques »35 qui doivent être objets d’analyse dans cette approche. L’objectif majeur est de retracer les sociabilités intellectuelles qui furent inaugurées ou relayées par Marie Le Franc pour instaurer et maintenir des liens entre agents littéraires québécois et provinciaux français. Comment et quand ces réseaux se sont-ils constitués ? Quels furent leurs objectifs et leurs réalisations ? Qui en étaient les animateurs ? Sur quels modes fonctionnaient-ils ? Telles sont les questions auxquelles il faut répondre.

26« Vraiment, il faut tâcher de s’entourer d’un peu de liberté. Sans elle, pas de création possible », écrivait Marie Le Franc à Barbeau en février 1935. Il est donc vital qu’une littérature se fasse en dehors de Paris, en périphérie, afin que la capitale française ne soit plus le centre hégémonique des lettres. Ce sur quoi repose le projet, c’est la conscience de l’originalité culturelle provinciale. Cette idée, qui fonde la relation de Marie Le Franc avec le Québécois Victor Barbeau et le Provençal Sully-André Peyre, détermine la réalisation d’une littérature périphérique de qualité. Mais la crainte de Marie Le Franc, crainte qui détermina sa volonté de relier les écrivains de la périphérie, était que ces animateurs régionaux omettent de s’ouvrir sur l’extérieur et restent centrés sur eux-mêmes. Car si la littérature provinciale gagne son originalité dans sa tension avec le centre, il est aussi certain que la littérature « majeure » n’existe comme telle que dans un rapport de force avec l’ensemble des littératures dites « mineures ».

Notes

1 Cet amour platonique est relaté dans la nouvelle « Amour 1900 », texte inédit du vivant de Marie Le Franc mais publié en annexe dans la biographie de Madeleine Ducrocq-Poirier, Marie Le Franc, au-delà de son personnage, Montréal, Éditions La Presse, 1981.

2 Sylvain Simard, Mythe et reflet de la France. L’Image du Canada en France, 1850-1914, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, « Cahiers du Centre de recherche en civilisation canadienne-française », no 25, 1987, p. 308.

3 C’est après la publication de l’article de Louis Dantin dans La Revue moderne (« Les voix du cœur et de l’âme de Marie Le Franc », no 6, 15 avril 1921) que s’enclenche une correspondance entre le critique et l’écrivaine. Cet échange durera jusqu’en 1928.

4 Lettre de Marie Le Franc à Victor Barbeau, Sarzeau, 10 octobre 1946.

5 La majorité des lettres adressées à Marie Le Franc est conservée dans le fonds « Marie Le Franc » à la Bibliothèque nationale du Canada à Ottawa. Nous y trouvons des lettres d’amis québécois tels que Victor Barbeau, Rina Lasnier, Gustave Lamarche, Louvigny de Montigny, Robert Rumilly, et d’amis fiançais comme Sully-André Peyre et Amy Silvel, Claude Chauvière, Monique Saint-Hélier et Biaise Briod, Suzanne Perdriel-Vaissière. Le fonds contient environ 600 lettres dont 37 écrites par Marie Le Franc à Marie de Varennes-Simard. D’autre part, nous trouvons de nombreuses lettres de Marie Le Franc à la Bibliothèque nationale du Québec, à Montréal, dans les fonds « Victor Barbeau », « Rina Lasnier », « Robert Choquette », « Gustave Lamarche » et « Le Normand-Desrosiers ».

6 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999.

7 Ibid., p. 158.

8 Ibid., p. 216.

9 Ibid., p. 217.

10 Ibid, p. 247.

11 Il s’agit de la nouvelle « Marionnettes » parue dans la revue Europe, no 9, octobre 1925.

12 C’est Claude-Henri Grignon qui souligne.

13 Lettre de Claude-Henri Grignon à Marie Le Franc, Sainte-Adèle, Québec, 6 août 1931.

14 La correspondance entre Victor Barbeau et Marie Le Franc s’étend de 1924 à 1963. Le fonds « Victor Barbeau » contient environ 300 lettres de Marie Le Franc et représente le dossier le plus volumineux du fonds. Pour un commentaire sur cet échange, consulter Chantale Gingras, Victor Barbeau. Un réseau d’influences littéraires, Montréal, L’Hexagone, 2001, pp. 114-125.

15 Lettre de Victor Barbeau à Marie Le Franc, Montréal, « Ce matin de Pâques 1945 ».

16 Lettre de Louvigny de Montigny au ministre Honoré Mercier, Ottawa, 30 juin 1934.

17 Jean Royer, Chronique d’une Académie, 1944-1994. De l’Académie canadienne-française à l’Académie des lettres du Québec, Montréal, L’Hexagone, 1995, pp. 64-65.

18 Anne-Marie Thiesse, Écrire la France. Le Mouvement régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, PUF, 1991, p. 41.

19 Ibid., p. 46.

20 Extrait du premier procès verbal de l’Académie de Bretagne. Ce document n’est pas daté, mais nous pouvons le situer sans risques aux alentours de la fin septembre 1937. Je tiens à remercier Simone Roger Vercel, fille de Roger Vercel, pour m’avoir confié ses documents concernant l’Académie de Bretagne.

21 Extrait du document « Renseignements pour un projet de statuts de l’Académie de Bretagne » confié par Simone Roger Vercel.

22 Lettre de Roger Vercel à Marie Le Franc, à propos de La randonnée passionnée (paru à Paris, chez Ferenczi et fils au début de 1936), Dinard, 27 août 1936.

23 Cité par Anne-Marie Thiesse, op. cit., p. 85.

24 Lettre de Amy Silvel à Marie Le Franc, non datée, mais probablement de 1930.

25 Lettre de Maurice Constantin-Weyer à Marie Le Franc, Poitiers, 7 octobre 1929.

26 Anne-Marie Thiesse, op. cit., p. 122.

27 Lettre de Marie Le Franc à Rina Lasnier, Sarzeau, 16 octobre 1946.

28 Lettre de Marie Le Franc à Victor Barbeau, Sarzeau, 12 août 1946 : « Pour en revenir à votre revue, vous me demandez de vous révéler quelques écrivains français dont la contribution serait intéressante pour Liaison [...]. J’ai des amis poètes dans le Midi, un couple adorable, absolument au service de la poésie et des poètes. Quand je leur écrirai, je leur demanderai de vous envoyer quelque chose. Cela ne vous engage à rien. »

29 Lettre de Marie Le Franc à Victor Barbeau, Sarzeau, 10 octobre 1946.

30 Lettre à Victor Barbeau, Sarzeau, février 1947.

31 Lettre de Rina Lasnier à Marie Le Franc, 11 décembre 1945.

32 Anne-Marie Thiesse, op. cit., p. 123.

33 Cf. Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit.

34 Anne-Marie Thiesse, op. cit., p. 126.

35 Gérard Fabre, Les Réseaux intellectuels transatlantiques : entre la France, le Québec et les autres, Projet de recherche, juillet 2001.

Auteur

Doctorante en cotutelle de thèse entre les universités de Paris IV-Sorbonne et de Montréal. Son étude est consacrée à l’itinéraire intellectuel de Marie Le Franc dans l’émergence de réseaux littéraires périphériques déplaçant les relations franco-québécoises vers l’axe régional au cours de la première moitié du XXe siècle.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr