Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures mineures en langue majeure

 | 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Lise Gauvin

Deuxième partie. Confrontation des modes et stratégie d'écriture

Les postures déconstructionnistes de Nicole Brossard1

Julie Leblanc

Texte intégral

  • 1 (ou vers une mise en cause des traits canoniques de l’écriture autobiographique et des pouvoirs no (...)
  • 2 Nicole Brossard, She Would Be the First Sentence of My Next Novel/Elle serait la première phrase d (...)

Les subjectivités se frayaient tant bien que mal un chemin entre l’imaginaire québécois, la tradition littéraire française et un vécu nord-américain. Et cela n’était pas sans difficulté : la tradition française vaste et fascinante était remise en question comme un encombrant surmoi linguistique […].2

  • 3 Louise Dupré, Stratégies du vertige, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, 1989, p. 24.
  • 4 Nicole Brossard, « L’Angle tramé de désir », dans La Théorie un dimanche, Montréal, Les Éditions d (...)

1La production poétique, romanesque et autobiographique de Nicole Brossard représente un corpus exemplaire pour étudier le traitement spécifique du français dans toute sa puissance normalisatrice. Quel que soit le genre littéraire adopté l’on retrouve dans presque tous les textes de Brossard des stratégies de positionnement, voire une posture déconstructionniste face à l’idéologie dominante. Cette écriture en rupture avec la poésie de l’Hexagone, avec les traits canoniques de la production littéraire, est à la recherche d’une écriture au féminin ou d’une « langue-femme » : investigation portée par une attitude féministe3. À l’instar de nombreuses écritures québécoises contemporaines (Yolande Villemaire, Madeleine Ouellette-Michalska, France Théoret, Madeleine Gagnon), celle de Nicole Brossard est, en grande partie, vouée à mettre en cause les présupposés qui sous-tendent une conception androcentrique de l’écriture autobiographique ainsi que les grands récits patriarcaux, qui selon notre auteure, « marginalisent les femmes de la réalité » ou les « englobe[ent] dans une humanité masculinisée »4, Ces divergences ont trait, d’une part, au brouillage territorial qu’elle s’autorise entre l’écriture autobiographique et le méta-langage théorique, et d’autre part, à l’importance qu’elle accorde au procès de la traduction, notamment aux pratiques de plurilinguisme et d’hétérolinguisme textuels. Les stratégies qui sous-tendent cet acte de subversion et de transgression prennent également d’autres formes issues de l’importance que Brassard accorde à la conscience de l’Autre dans l’auto-découverte et l’autodétermination de son « moi » et à la tendance métatextuelle de son texte qui se caractérise par un discours immanent sur les principes constitutifs de l’écriture au féminin.

  • 5 Comme l’explique Brossard dans les notes présentées à la fin de son texte : « … de mon prochain ro (...)

2C’est en faisant appel à She Would Be the First Sentence of My Next Novel/Elle serait la première phrase de mon prochain roman, que sera entreprise l’étude des postures déconstructionnistes de Nicole Brossard5. Nous tâcherons de voir, selon une expression empruntée à Lise Gauvin, « comment le texte parle la langue », par l’emploi d’une série de procédés narratifs et discursifs qui mettent en cause la puissance normalisatrice du français et contestent les traits androcentriques des récits de vie. Aux stratégies interpellées pour énoncer une certaine perspective sur les contraintes imposées par les discours de maîtrise, s’ajoutent les commentaires métalinguistiques de notre auteure portant sur une certaine vision de la production littéraire.

3La posture déconstructionniste de Nicole Brassard se manifeste donc sur deux plans. À l’instar de nombreux textes autobiographiques au féminin, celui de Brassard prend une posture transgressive vouée à contester les caractéristiques canoniques de l’écriture auto-représentative. C’est par un jeu avec les indicateurs pronominaux de la deixis et par l’utilisation d’embrayeurs à des fins de brouillage de la narration que le fonctionnement référentiel du texte de Brassard est perverti. She Would Be… fait également appel à une pratique plurilinguale, voire à une forme de pluralisme externe (la présence de plusieurs langues dans un même texte) qui renverse le discours linéaire de maîtrise et signale les défaillances du langage normatif : le français.

  • 6 Ibid., pp. 10-12.

Quand elle donnait des conférences, elle prenait toujours la peine de préciser que ses romans étaient des anti-romans […]. Elle disait ne pas supporter la routine du sujet, verbe, complément à laquelle la narration prédisposait.6

  • 7 Ibid., pp. 11-13.

Whenever she presented a paper on this subject, she always made a point of specifying that hers were anti-novels […]. She said she couldn’t stand the subject-verb-object routine to which narrative inclined7.

4Comme le démontrent ces extraits, le pluriliguisme mis en œuvre dans le texte de Brossard ne représente qu’une autre stratégie employée pour complexifier la structure narrative et discursive de son texte et pour introduire une autre voix, chargée d’énoncer, dans une autre langue, les dires du sujet féminin. Cette cohabitation de sujets d’énonciation et de langues sert non seulement à créer un effet de dualité et de fragmentation, mais également à mettre en cause une conception humaniste du sujet autobiographique comme unitaire et autonome. Afin de cerner les stratégies qui sous-tendent la posture déconstructionniste de Nicole Brossard, il convient d’évoquer les traits canoniques de l’écriture autobiographique tels que prescrits par la tradition.

I. Vers une conception canonique de l’écriture autobiographique

  • 8 Selon Philippe Lejeune, (Je est un autre, Paris, Seuil, 1980), il existe des discours autobiograph (...)
  • 9 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale. Tome 1, Paris, Gallimard, 1966, p. 226.
  • 10 Philippe Lejeune, L’Autobiographie en France, Paris, Armand Colin, 1971, p. 14.
  • 11 Philippe Lejeune, L’Autobiographie en France, op. cit., p. 36.

5À de rares exceptions près, le récit autobiographique est le domaine privilégié du récit à la « première personne »8. On sait que la présence du « je » présuppose l’identité du sujet d’énonciation et du sujet d’énoncé, du narrateur (instance productrice du récit) avec l’actant (objet du récit). Selon une formule bien connue, « je désigne celui qui parle et implique en même temps un énoncé sur le compte de je »9. Ne serait-ce pas résumer l’essentiel de tout texte autobiographique, à savoir un récit rétrospectif réalisé par un sujet qui en est à la fois l’auteur, le narrateur et le protagoniste central ? Philippe Lejeune décrit l’autobiographie comme un « récit rétrospectif en prose que quelqu’un fait de sa propre existence, quand il met l’accent principal sur sa vie individuelle, en particulier sur l’histoire de sa personnalité »10. Dans cette présentation de soi, l’auteur n’est pas uniquement contraint à la remémoration de faits passés, car, par l’insertion de pensées contemporaines à l’écriture, il peut mettre « en évidence une tension entre le passé et le présent »11 qui demeurerait autrement imperceptible.

  • 12 Michel Crouzet, « Écriture et autobiographie dans la “Vie de Henry Brulard” », dans Stendhal et le (...)
  • 13 Georges Gusdorf, « Conditions et limites de l’autobiographie », dans Formen der Selbstardstellung,(...)

6Selon Michel Crouzet, l’écriture autobiographique vise à « l’expression d’un moi »12 : elle a pour fin de reconquérir, de réinventer, de refaire le « moi qui fut » (p. 125). Par son activité mémorielle l’acte autobiographique devient, selon celui-ci, une « chasse aux souvenirs » (p. 123), un lieu « où le passé est repensé, réfléchi » (p. 118) et redécouvert. En se disant, en se racontant, le sujet autobiographique se cherche : il écrit « pour se découvrir, pour apprendre ce qu’il a été » (110). Le but essentiel de ces retours en arrière qui constituent l’essentiel de toute œuvre autobiographique, c’est d’aller vers l’inédit afin de dégager le sens d’une vie. Dans cette transmutation de la conscience de soi en écriture de soi, ce qui est visé c’est la vérité historique, l’authenticité personnelle, la fidélité à la réalité vécue, le sens d’une vie. Selon cette perspective, le sujet autobiographique peut se « reconstituer dans son unité et son identité à travers le temps », dans une « expression totale et cohérente de toute sa destinée »13.

  • 14 Jean Starobinski, « Le Style de l’autobiographie », dans La Relation critique, Paris, Gallimard, 1 (...)

7Ce qui demeure constant dans ces nombreuses définitions du récit autobiographique, c’est l’idée que cette activité scripturale relève d’un acte de présentation et d’édification destiné à peindre le sujet en son intimité. Les techniques narratives, les procédés stylistiques, et les modalités discursives mis en scène dans tout projet autobiographique nous incitent à parler du récit autobiographique comme un acte de reconstitution ayant pour but de raconter l’histoire d’un être : non pas seulement dire ce qu’il était, « mais surtout comment d’autre qu’il était, il est devenu lui-même »14.

II. Vers une déconstruction des traits canoniques et androcentriques de l’écriture autobiographique

  • 15 Nicole Brossard, She Would Be…, op. cit., p. 92.

[…] par sa tendance à engendrer des textes hybrides, […] par la préséance accordée à l’univers du moi, elle court-circuite la formation de ces univers complexes et fascinants que l’on dit romanesques, univers que l’on sait par ailleurs fort bien alimentés par la matière autobiographique.15

8Il y a un écart considérable entre le projet autobiographique de Nicole Brossard et les critères susmentionnés. She Would Be… est un texte éclectique qui se trouve à cheval sur plusieurs sous-genres littéraires (l’autobiographie, la poésie, l’essai, la prose) et qui se caractérise par un effet de pluralisme externe (la traduction proprement dite et le « code switching ») voué à miner le discours de maîtrise. Les glissements de formes pronominales qui permettent à Brossard de se dire à la première et à la troisième personnes, ont pour effet de mettre en cause le fonctionnement référentiel de l’histoire racontée et d’accentuer l’écart entre le sujet d’énonciation et le sujet d’énoncé :

  • 16 Ibid., p. 142 (on retrouve cette dernière phrase dans Nicole Brossard, L’Amer ou le chapitre effri (...)

Dans quelques instants, j’existe encore au présent. Maintenant, elle ferme son cahier de notes, se lève, se dirige vers la sortie du Lux. Dans le matin ensoleillé de juillet, je pense à mon prochain roman comme on dit, je médite une forme, je me réfléchis ou je l’imagine quelques mots plus loin, quelques mois plus tard, c’était dans une salle de conférence, elle était sur le point de terminer la lecture de son texte en disant : « Écrire je suis une femme est plein de conséquences. »16

9Les oscillations de la trame narrative, l’ambiguïté des instances locutrices, l’imprécision du contexte spatio-temporel proviennent tous, dans le texte de Brossard, des indicateurs pronominaux. Nous sommes en présence d’une œuvre où le récit est mis en cause par de nombreux changements de registres narratifs, où la spécificité des instances narratives se trouve compromise par l’absence de données susceptibles de préciser l’identité des sujets d’énonciation, et où la prescience particulière de l’instance écrivante est subvertie par la présence de nombreuses voix narratives (« je », « elle », « nous »), qui cherchent toutes à s’approprier l’appareil formel du discours. La posture déconstructionniste de Nicole Brossard face aux traits canoniques de l’écriture auto-biobiographique est actualisée par un jeu narratif qui oscille entre ce que Benveniste désigne comme les pôles de la « personne subjective » (le « je ») et de la « non-personne » (le « elle ») :

  • 17 Ibid., p. 62.

Elle était née en 1943 à Montréal dans la province française du Canada que l’on appelait Québec. Elle avait grandi dans un quartier anglais, plein de grands arbres et avait fait ses études dans un collège pour jeunes filles de bonne famille.17

  • 18 Ibid., p. 130.

Il devait être six heures du matin, lorsqu’une femme est entrée dans le restaurant. Nous nous sommes alors exclamées en même temps : comme elle vous ressemble ! La femme s’installe à une table au fond. Elle sort un grand cahier, deux stylos qu’elle dépose délicatement sur la table.18

  • 19 Paul-Claude Racamier, Les Schizophrènes, Paris, Payot, 1980, p. 13.

10Les changements de registres narratifs produits par l’alternance des formes grammaticales, donnent lieu à un récit dans lequel Nicole Brossard évoque l’histoire de sa vie comme s’il s’agissait de celle d’une autre. L’emploi inclusif du « nous » postule certes l’existence d’un « tu », mais plus encore celle d’un « je » dont l’identité n’est pas toujours assurée dans le texte de Brossard : « Nous nous sommes alors exclamées en même temps […] comme elle vous ressemble ! ». La reconstitution du sujet s’effectue donc, dans ce récit par une figure de dédoublement où la « personne » et la « non-personne », où le moi et l’autre semblent désigner les différentes facettes de cette image de soi. L’ambiguïté issue de ce flottement entre la récitation d’abord intradigétique (« Dans quelques instants, j’existe encore au présent […]. ») et ensuite extradiégétique (« Elle était née en 1943 à Montréal […]. ») donne lieu à une sorte de vertige référentiel qui échappe au contrôle du lecteur. Ce jeu de dédoublement, dans lequel Nicole Brossard feint de parler d’une autre tout en parlant de soi, crée des espaces d’indétermination qui programment la coopération du lecteur. Quelle que soit l’expression employée pour décrire le processus de dépersonnalisation auquel se prête Brossard, ce flottement, du « je » au « elle » est le lieu où « se rencontrent et se différencient l’image de l’autre et l’image de19 soi ».

  • 20 Nicole Brossard, She Would Be…, op. cit., p. 58.

Devant mon acquiescement, elle avait enchaîné en parlant d’un roman qu’elle avait publié en 1974 et qu’elle avait intitulé French Kiss.20

  • 21 Ibid, p. 42.

Depuis la parution de son dernier roman Le Désert mauve […]. Car bien qu’elle eût publié six romans, elle avait toujours manifesté un certain refus du romanesque. […]. Quand elle donnait des conférences, elle prenait toujours la peine de préciser que ses romans étaient des anti-romans […].21

  • 22 Jean-Claude Pariente, Le Langage et l’Individuel, Paris, Armand Colin, 1973, p. 69.
  • 23 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale. Tome 1, op. cit., p. 230.

11En remplaçant ainsi l’indicateur de la première personne – dont la principale fonction est de poser l’individualité et « la singularité de l’objet auquel il s’applique »22 par un énoncé à la troisième personne – qui est incapable d’individualiser et qui ne désigne en soi « spécifiquement rien ni personne »23 – Nicole Brossard ne fait qu’accentuer l’importance de la figure de l’altérité dans sa démarche autoreprésentative. Les allusions à d’autres textes écrits par Brossard (French Kiss, Le Désert mauve, L’Amèr) ne servent qu’à intensifier l’écart entre le sujet d’énonciation et le sujet de l’énoncé. Ces distances prises par l’auteure ou plutôt la narratrice à l’égard de Brossard, l’écrivaine des textes susmentionnés, sont affichées de manière provocante. Les procédés qui participent à cet effet de distanciation sont ressentis comme artificiels, car ils vont à l’encontre de ce qui est communément accepté. Évidemment, nous ne sommes pas dupes du caractère double de l’énonciation auto-représentative de Nicole Brossard qui en flottant entre la narration autodiégétique et cette pseudo-énonciation extra-diégétique met à l’épreuve plusieurs paramètres de l’énonciation autobiographique.

  • 24 Janice Morgan, « Femmes et genres littéraires : le cas du roman autobiographique », dans Protée, v (...)

12Les différentes figures d’énonciation, mises en œuvre pour énoncer les dires du sujet, sont issues d’une forme d’écriture qui s’oppose à une vision humaniste et essentialiste de l’écriture autobiographique. Au lieu de se poser comme étant « extraordinairement unique » ou « totalement exemplaire »24, Brossard se dit par l’entremise de stratégies auto-représentatives vouées à présenter une image fragmentée et plurielle du sujet de l’écriture. She Would Be… semble répondre à une urgence prioritaire : formuler une poétique de l’écriture autobiographique au féminin où le sujet est issu d’une relation constante entre l’un et le multiple et où la prescience particulière de l’instance écrivante est d’explorer toutes sortes de questions relatives au genre sexué et à la sexuation des genres littéraires.

  • 25 Algirdas-Julien Greimas et Joseph Courtés, Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du lang (...)
  • 26 Jean-Michel Adam, Linguistique et discours littéraire, Paris, Larousse, 1976, p. 316.

13Il ressort donc qu’au discours autobiographique de Nicole Brossard correspond un énoncé type dans lequel les formes pronominales visent plutôt à « expulser hors de l’instance d’énonciation […] les catégories de la personne »25, qu’à effectuer un retour à l’instance d’énonciation. Les déictiques qui servent normalement à préciser « qui parle, le lieu où ça parle et le temps dont ça parle »26, fonctionnent différemment dans le texte de Brossard. Celui-ci met en œuvre un processus de débrayage qui vise à compromettre le fonctionnement référentiel d’une des principales données du cadre énonciatif : l’identification des protagonistes de l’énonciation. À l’instar de nombreux textes modernes et postmodernes le jeu des glissements pronominaux introduit dans She Would Be… met en place un dispositif textuel qui contribue à la fragmentation, à la discontinuité et à la dualité de l’écriture auto-représentative de Nicole Brossard.

III. La traduction comme stratégie de pluralité et d’altérité

  • 27 Sherry Simon, « Traduction et représentation » dans Claude Duchet et Stéphane Vachon (dir.), La Re (...)

La traduction apparaît toujours comme l’activité privilégiée par où le rapport à l’altérité est questionné et travaillé […].27

  • 28 Ces expressions sont empruntées à Lise Gauvin, Langement, Montréal, Éditions du Boréal, 2000, p. 1 (...)

14Ce que nous propose Brossard c’est une conception de l’énonciation autobiographique selon laquelle la rétraction narcissique, la dimension auto-représentative, les enjeux de l’Autre, jouent dans le processus de dévoilement un rôle nettement différent de celui prescrit par la tradition. De façon analogue au jeu avec les indicateurs pronominaux de la deixis, la traduction apparaît dans le texte de Brossard comme un espace privilégié pour valoriser ce rapport à l’autre. La présentation identitaire du sujet autobiographique est complexifiée par la présence marquée de l’anglais, par cet espace d’où parle le sujet traduisant. « L’hétérophonie » (diversité des voix narratives) et « l’hétéroglossie » (pluralité des langues) agissent donc dans le texte de Brossard comme des stratégies pour mettre en cause une certaine conception canonique du sujet autobiographique28 :

  • 29 Nicole Brossard, She Would Be…, op. cit., p. 34.

Plus j’y pense, plus il me semble que sa résistance au romanesque, au récit, bref sa réserve devant la réalité et l’illusion qui la recompose […] doit être comprise comme la mise à distance d’un monde dans lequel, she knows by all means that she as a she is not even in the sentence, cannot get even with the sentence. Cette distance est une forme de retenue et de discernement qui lui donne prise sur elle-même, la rend maîtresse d’elle-même.29

  • 30 Ibid., p. 35. Dans les notes présentées à la fin du texte de Brossard, Suzanne de Lotbinière-Harwo (...)

The more I think about it, the more it seems to me that her resistance to the novelistic, to story, in short, her reserve in the face of reality and the illusion that rearranges it, […] must be understood as putting at a distance a world in which, she knows by all means that she as a she is not even in the sentence, cannot get even with the sentence.* This distance is a form of restreint and discernement that gives her a hold on herself, self-mastery.30

  • 31 Lise Gauvin, Langement, op. cit., p. 34.

15She Would Be the First Sentence of My Next Novel/Elle serait la première phrase de mon prochain roman se lit en traduction de façon presque simultanée : la page de gauche introduit le texte source en français, tandis que celle de droite présente le texte dans sa langue d’arrivée (l’anglais). Comme le démontrent les extraits précités, c’est par le plurilinguisme (la traduction proprement dite) et le « code-switching » (utilisation de codes différents au cours d’un même discours), que le texte de Brossard parvient à « échapper aux contraintes de la diglossie »31 et donc aux pouvoirs normalisateurs du français. Dans toute sa production littéraire, Brossard joue sur l’existence d’écarts et de failles qui lui permet d’effectuer un travail de subversion sur les formes du langage et sur les conventions littéraires. Ce sont les mêmes présupposés qui sous-tendent She Would Be… La structure multilinguale du texte de Brossard sert également à mettre en évidence la nature dialogique du processus qu’est la traduction, notamment la richesse et l’ampleur de la « filliation » qui existe entre « l’écrivante » (Brossard) et la « ré-écrivante » (de Lotbinière-Harwood).

  • 32 Sherry Simon, « Traduction et représentation », op. cit., p. 319.
  • 33 Suzanne de Lotbinière-Harwood, Re-belle et infidèle. La Traduction comme pratique de réécriture au (...)
  • 34 Sherry Simon, « Traduction et représentation », op. cit., p. 313.
  • 35 Sherry Simon, Le Traffic des langues, Montréal, Boréal, 1994, p. 154.
  • 36 Suzanne de Lotbinière-Harwood, Re-belle et infidèle, op. cit., p. 27.

16Contrairement aux procédés habituels de la traduction, le texte de Lotbinière-Harwood ne vient pas « annuler le texte de départ, mais s’ajouter à lui »32. Contraintes à co-exister au sein d’un espace textuel très restreint, ces deux versions, issues de deux sujets d’écriture différents, ne sont pas en concurrence, mais plutôt dans une relation dialogique. La traduction de Lotbinière-Harwood ne vise pas à obtenir une équivalence par la parfaite imitation du texte de départ ou à reproduire dans ses moindres détails toutes les nuances sémantiques et stylistiques du texte de Brossard. Comme le suggère de Lotbinière-Harwood, « la traduction est une réécriture dans la langue d’arrivée d’une lecture dans la langue de départ »33. Elle est non seulement productrice de différences, mais elle peut aussi mettre en évidence les « failles », les « non-coïncidences », les « impossibilités de transfert total »34 entre les deux langues. Qu’elle résulte d’une « visée identitaire » ou d’un « projet ethnographique » voué à construire un pont entre deux textes et deux réalités socio-culturelles, la traduction « actualise les frontières linguistiques » et établit, inévitablement, un rapport étroit à l’altérité35. Dans la mesure où « traduire n’est jamais neutre »36, le sujet traduisant, qui s’approprie le discours de l’autre, doit être reconnu comme co-créateur/co-créatrice du texte traduit. Autrement dit, dans le passage de la langue de départ à la langue d’arrivée, il est impossible de faire disparaître la présence du sujet traduisant.

  • 37 Ibid., p. 25.
  • 38 Sherry Simon, Le Traffic des langues, op.cit., p. 55. L’extrait cité par Simon est tiré de l’ouvra (...)
  • 39 Nicole Brossard, « L’Angle tramé de désir », op.cit., p. 14.
  • 40 Sherry Simon, « Traduction et représentation », dans Claude Duchet et Stéphane Vachon (dir.), La R (...)

17Tout en représentant une activité politique vouée à faire « apparaître et vivre les femmes dans la langue et dans le monde »37, la pratique de réécriture au féminin, mise en œuvre dans le texte de Brassard, nous rappelle jusqu’à quel point la traduction n’est pas une « simple médiation », mais un « processus où se joue tout notre rapport à l’Autre »38. En bref, dans She Would Be…, la figure de l’altérité est une unité compositionnelle de base qui sous-tend toute la structure narrative et discursive du récit. Outre l’usage de figures d’énonciation qui permettent à Brossard de se dire à la première personne et à la troisième, la traduction permet aussi au sujet autobiographique de se raconter par l’entremise d’une autre voix/voie. Les stratégies d’auto-représentation et d’auto-découverte exploitées dans She Would Be… reconnaissent et valorisent la présence d’une autre conscience dans la description et l’évolution de l’identité féminine. Selon Nicole Brossard, c’est cette légitimation de la subjectivité singulière et collective des femmes qui permet l’éclosion de leur créativité, l’affirmation de leur identité39 et l’actualisation de leurs postures déconstructionnistes face aux discours de maîtrise. She Would Be the First Sentence of My Next Novel/Elle serait la première phrase de mon prochain roman, propose un « espace identitaire », un récit pluriel et multilingue qui fait parler une « double voix », voire qui met en valeur « l’étrangeté logée au cœur de toute identité »40.

Notes

1 (ou vers une mise en cause des traits canoniques de l’écriture autobiographique et des pouvoirs normalisateurs du français)

2 Nicole Brossard, She Would Be the First Sentence of My Next Novel/Elle serait la première phrase de mon prochain roman, Toronto, Mercury Press, 1999, p. 64.

3 Louise Dupré, Stratégies du vertige, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, 1989, p. 24.

4 Nicole Brossard, « L’Angle tramé de désir », dans La Théorie un dimanche, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, 1988, p. 25.

5 Comme l’explique Brossard dans les notes présentées à la fin de son texte : « … de mon prochain roman fait référence à un roman en gestation devenu Baroque d’aube, Éditions de l’Hexagone, Montréal, 1995. » She Would Be the First Sentence of My Next Novel/Elle serait la première phrase de mon prochain roman, op. cit., p. 149.

6 Ibid., pp. 10-12.

7 Ibid., pp. 11-13.

8 Selon Philippe Lejeune, (Je est un autre, Paris, Seuil, 1980), il existe des discours autobiographiques à la « deuxième personne » ainsi qu’à la « troisième personne ». Cette dernière instance est d’ordinaire employée comme une « figure d’énonciation » qui sert à l’autobiographe « à exprimer des problèmes d’identité » (p. 32). Par l’entremise de ce récit à la « troisième personne », l’auteur parvient à « parl[er] de lui-même comme si c’était un autre qui en parlait ou comme s’il parlait d’un autre » (p. 34).

9 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale. Tome 1, Paris, Gallimard, 1966, p. 226.

10 Philippe Lejeune, L’Autobiographie en France, Paris, Armand Colin, 1971, p. 14.

11 Philippe Lejeune, L’Autobiographie en France, op. cit., p. 36.

12 Michel Crouzet, « Écriture et autobiographie dans la “Vie de Henry Brulard” », dans Stendhal et les problèmes de l’autobiographie, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1976, p. 114.

13 Georges Gusdorf, « Conditions et limites de l’autobiographie », dans Formen der Selbstardstellung, Berlin, Duncker and Humblot, 1965, p. 11. Il importe aussi de signaler un autre ouvrage important du même auteur : Lignes de vie 1. Les Écritures du moi, Paris, Éditions Odile Jacob, 1991.

14 Jean Starobinski, « Le Style de l’autobiographie », dans La Relation critique, Paris, Gallimard, 1970, p. 92.

15 Nicole Brossard, She Would Be…, op. cit., p. 92.

16 Ibid., p. 142 (on retrouve cette dernière phrase dans Nicole Brossard, L’Amer ou le chapitre effrité, Montréal, L’Hexagone, p. 43).

17 Ibid., p. 62.

18 Ibid., p. 130.

19 Paul-Claude Racamier, Les Schizophrènes, Paris, Payot, 1980, p. 13.

20 Nicole Brossard, She Would Be…, op. cit., p. 58.

21 Ibid, p. 42.

22 Jean-Claude Pariente, Le Langage et l’Individuel, Paris, Armand Colin, 1973, p. 69.

23 Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale. Tome 1, op. cit., p. 230.

24 Janice Morgan, « Femmes et genres littéraires : le cas du roman autobiographique », dans Protée, vol. XX, no 3, automne 1992, p. 29.

25 Algirdas-Julien Greimas et Joseph Courtés, Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Hachette, 1979, p. 119.

26 Jean-Michel Adam, Linguistique et discours littéraire, Paris, Larousse, 1976, p. 316.

27 Sherry Simon, « Traduction et représentation » dans Claude Duchet et Stéphane Vachon (dir.), La Recherche littéraire. Objets et méthodes, Montréal, XYZ, 1993, p. 320.

28 Ces expressions sont empruntées à Lise Gauvin, Langement, Montréal, Éditions du Boréal, 2000, p. 168.

29 Nicole Brossard, She Would Be…, op. cit., p. 34.

30 Ibid., p. 35. Dans les notes présentées à la fin du texte de Brossard, Suzanne de Lotbinière-Harwood précise que « *In English and italics in the original. »

31 Lise Gauvin, Langement, op. cit., p. 34.

32 Sherry Simon, « Traduction et représentation », op. cit., p. 319.

33 Suzanne de Lotbinière-Harwood, Re-belle et infidèle. La Traduction comme pratique de réécriture au féminin/The Body Bilingual. Translation as a Rewriting in the Feminin, Montréal, Les Éditions du remue-ménage/Women’s Press, 1991, p. 32.

34 Sherry Simon, « Traduction et représentation », op. cit., p. 313.

35 Sherry Simon, Le Traffic des langues, Montréal, Boréal, 1994, p. 154.

36 Suzanne de Lotbinière-Harwood, Re-belle et infidèle, op. cit., p. 27.

37 Ibid., p. 25.

38 Sherry Simon, Le Traffic des langues, op.cit., p. 55. L’extrait cité par Simon est tiré de l’ouvrage d’Antoine Berman, L’épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard, 1984, p. 287.

39 Nicole Brossard, « L’Angle tramé de désir », op.cit., p. 14.

40 Sherry Simon, « Traduction et représentation », dans Claude Duchet et Stéphane Vachon (dir.), La Recherche littéraire, Objets et méthodes, Montréal, XYZ, 1993, p. 320.

Auteur

Professeure agrégée au Département d’études françaises à l’Université de Toronto. Elle a publié Les Masques de Gilbert La Rocque, édition critique, Montréal, PUM, « Bibliothèque du Nouveau Monde », 1998 et Énonciation et inscription du sujet : textes et avant-textes de Gilbert La Rocque, Toronto, Éditions du GREF, 2000. Elle achève un ouvrage intitulé Textes et avant-textes autobiographiques au féminin. Ses domaines de recherche sont les récits autobiographiques, la littérature québécoise, les théories féministes et canoniques de l’autobiographie, les théories de l’énonciation, la narratologie et la sémiotique visuelle.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540