Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures mineures en langue majeure

 | 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Lise Gauvin

Deuxième partie. Confrontation des modes et stratégie d'écriture

Stratégies de reterritorialisation de la langue dans La vie prodigieuse de Rose Després

Raoul Boudreau

Texte intégral

  • 1 Gilles Deleuze, et Félix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Éditions de Minuit, (...)

1Dans le chapitre trois de Kafka. Pour une littérature mineure1, Deleuze et Guattari définissent une littérature mineure comme la littérature d’une minorité écrite dans une langue majeure. À ce type de littérature, ils associent trois caractéristiques principales : la déterritorialisation de la langue, le branchement de l’individuel sur l’immédiatpolitique et l’agencement collectif d’énonciation. Les auteurs consacrent ensuite la plus grande partie de ce texte à décrire une double stratégie de reterritorialisation de la langue : la première au moyen d’un enrichissement symbolique, d’une surenchère de sens selon un usage du langage désigné comme extensif et représentatif ; et la deuxième par une pauvreté voulue, une sécheresse et une sobriété réduisant la langue à des intensités, selon un usage asignifiant de la langue désigné comme intensif. Après une rapide mise en contexte de la littérature acadienne qui permettra de montrer qu’elle correspond en gros aux caractéristiques d’une littérature mineure selon Deleuze et Guattari, l’exemple du recueil de poésie La Vie prodigieuse de Rose Després servira à illustrer la seconde de ces stratégies de reterritorialisation de la langue et ses implications par rapport au positionnement vis-à-vis de la langue française et vis-à-vis du discours littéraire francophone.

2La littérature acadienne est celle que produisent les francophones des provinces maritimes du Canada, c’est-à-dire le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Ecosse et l'Île du Prince-Édouard, situées immédiatement à l’est du Québec. Ces francophones sont principalement les descendants des premiers colons français établis en Amérique du Nord qui fondèrent l’Acadie en 1604 et qui survécurent à la déportation de 1755. Aujourd’hui les Acadiens sont 300 000 au total et représentent le tiers de la population du Nouveau-Brunswick, mais seulement 5 et 4 % dans les deux autres provinces. Même si les origines de la littérature acadienne remontent au début de l’Acadie et au XIXe siècle, ce n’est qu’à partir des années 60 que cette littérature s’est vraiment développée et institutionalisée.

  • 2 Voir Raoul Boudreau, « Une poésie qui est un acte », introduction à Rêves inachevés. Anthologie de (...)

3En tant que littérature d’une minorité écrite dans une langue majeure, le français, mais fortement déterritorialisée, la littérature acadienne correspond assez bien à la description d’une littérature mineure selon Deleuze et Guattari. Le branchement sur le politique et l’énonciation collective sont particulièrement évidents dans la poésie acadienne des années 702.

  • 3 Annette Boudreau, Représentations et attitudes linguistiques des jeunes francophones de l’Acadie du (...)
  • 4 Pascal Poirier, Causerie memramcookienne, édition critique de Pierre-Marie Gérin, Moncton, Chaire d (...)
  • 5 Geneviève Massignon, Les Parlers français d’Acadie, t. 2, Paris, Librairie C. Klincksieck, 1962, p. (...)
  • 6 Jacques Ferron, Le Contentieux de l’Acadie, Montréal, VLB, 1991, p. 129.

4Plusieurs indices signalent la déterritorialisation de la langue française en Acadie : insécurité linguistique décrite aussi bien dans des études récentes3 que par l’écrivain acadien Pascal Poirier au XIXe siècle4 et par la linguiste française Geneviève Massignon5 et l’écrivain québécois Jacques Ferron6 au milieu du XXe siècle, contexte diglossique en évolution qui a donné lieu à la création de nombreux usages non normatifs du français et en particulier à la création d’un vernaculaire inédit dans le sud-est du Nouveau-Brunswick, le chiac, qui intègre et transforme des formes anglaises dans une matrice française.

5Le meilleur indice du sentiment de déterritorialisation de la langue chez les écrivains acadiens est sans doute le va-et-vient constant entre différentes langues et différents niveaux de langue, du chiac, à l’acadien traditionnel, à une variante acadienne du français standard, et finalement à l’anglais. Comme pour les juifs de Prague évoqués par Deleuze et Guattari, la littérature acadienne représente certainement quelque chose d’impossible par rapport à ses langues.

6La volonté de faire une littérature dans cette langue déterritorialisée implique inévitablement des stratégies de reterritorialisation de la langue qui se partagent, chez les écrivains acadiens comme chez les autres écrivains des littératures mineures, entre la tendance à s’aligner sur la variété valorisée de sa langue, en l’occurrence le français de France, ou au contraire la tendance à développer une langue autonome en accentuant ses différences et ses marques de déterritorialisation. Ce partage correspond aussi aux deux stratégies de reterritorialisation de la langue de Deleuze et Guattari évoquées précédemment.

7Faute d’espace, je n’insiste pas sur la première de ces stratégies et sur les écrivains qui la représentent en littérature acadienne et, comme Deleuze et Guattari dans le chapitre cité, je m’attarderai bien davantage à la seconde, sans toutefois que ce choix traduise un jugement de valeur quant aux écrivains et aux œuvres qui recourent à l’une ou l’autre de ces voies de la création.

8Cette forme de revalorisation de la langue que Deleuze et Guattari appellent un usage intensif asignifiant de la langue s’effectue, selon eux, en poussant toujours plus loin la déterritorialisation, « à force de sobriété » (p. 35), en créant « un langage arraché au sens, conquis sur le sens, opérant une neutralisation active du sens » (p. 38). Les auteurs parlent aussi de « trouver son propre point de sous-développement, son propre patois, son tiers monde à soi, son désert à soi » (p. 33). Les expressions « pauvreté » (pp. 35, 42), « langue ou vocabulaire desséchés » (pp. 35, 41), « syntaxe incorrecte » (p. 41), « points de non-culture et de sous-développement » (pp. 33, 48, 49), « zones de tiers monde linguistiques » (p. 49) suggèrent toutes une forme de régression du sens qui permet à la langue de s’ouvrir à « des intensités intérieures inouïes, bref un usage intensif asignifiant de la langue » (p. 41). Il faut peut-être ici préciser que le caractère asignifiant de la langue ne peut jamais être absolu au risque de sombrer dans l’insignifiance. L’asignifiance de la langue comme je la comprends est davantage un sens différé qu’un sens exclu, l’absence momentanée du sens permettant l’afflux de sens nouveaux, non cristallisés, non sédimentés, plus complexes, plus profonds, construits et saisis autrement. C’est dans cette suspension momentanée du sens que peuvent s’insérer une autre vision du monde et une autre vision de la littérature. On touche ici au coeur du littéraire et au sens même de la maxime, dont on reconnaît volontiers l’excès, énoncée par Deleuze et Guattari : « Il n’y a […] de révolutionnaire que le mineur » (p. 48).

9La situation linguistique des jeunes écrivains acadiens qui pour la plupart ont élu domicile dans le sud-est du Nouveau-Brunswick, c’est-à-dire à la frontière du monde anglophone, me semble très propice au développement d’usages mineurs d’une langue majeure. Le français des grammaires est une langue qu’ils écorchent et qui les écorche. François Paré remarque justement que les poètes acadiens qui lisent leurs poèmes semblent embarrassés de leur texte :

  • 7 François Paré, « Renoncer à l’identitaire », interview réalisée par Marcel Olscamp, dans Spirale, n(...)

Ces écrivains éprouvent un profond sentiment d’étrangeté devant leur propre écriture, qui les porte à voir la langue avant tout comme un objet de performance scénique. […] [La poésie acadienne] fait partie d’une littérature qui éprouve de la difficulté à se représenter comme texte. C’est évident dans les récitals de poésie, où la chose écrite semble littéralement embarrassante pour beaucoup de jeunes poètes…7

10La langue la plus naturelle des jeunes poètes acadiens est travaillée intérieurement par l’anglais et par les archaïsmes propres au français acadien ; langue métissée et orale ; elle n’est pas naturellement une langue littéraire et pour qu’elle le devienne, il faut un projet résolu et la volonté forte de s’exprimer, même si cela implique de briser quelques règles. Paradoxe de vouloir créer une littérature où le silence semble plus expressif que la parole. Une part notable de la poésie acadienne actuelle, celle qui est représentée par les poètes les plus jeunes et les moins attachés aux conventions littéraires, s’écrit sous le signe de la liberté, pour ne pas dire sous celui de l’anarchie. Elle accueille les éléments les plus hétéroclites et s’éclate dans le pur plaisir de dire. Néologismes nombreux et rudes, mots anglais et français, registres extrêmes s’entrechoquent dans des liaisons syntaxiques plus qu’approximatives qui découragent de chercher quelque cohérence précise au poème. Le recul du sens qui n’est plus qu’évocations furtives, fuyantes et désarticulées laisse subsister le régime des intensités, surdéterminées par l’euphorie, la frénésie, la danse, le cri, la délivrance. Cet anticonformisme radical par rapport à toutes les conceptions connues de la poésie donne à cette poésie acadienne son caractère unique. Les traits de pauvreté d’une langue que Deleuze relève chez Kafka, mais « pris dans un usage créateur » (p. 42), se retrouvent aussi dans la poésie acadienne, associées parfois, il est vrai, à leur exact contraire, c’est-à-dire à une luxuriance folle, à un débordement sans fin.

  • 8 Rose Després, La Vie prodigieuse, Moncton, Perce-Neige, 2000. Dorénavant, toutes les citations tiré (...)

11Un des exemples les plus intéressants de création d’un langage original au coeur de la lutte entre le sens et le non-sens est la poésie de Rose Després, dont le quatrième recueil, La Vie prodigieuse8, me servira ici d’exemple. Comme la plupart de ses collègues, elle se sert du polylinguisme dans sa propre langue comme le recommandaient déjà Deleuze et Guattari (p. 49) et joue des traductions inattendues ou absurdes : « Tom Waits/ et je t’attendrai » (p. 102), « Disjointed and disoriented/ (sans joint hors de l’orient ?) » (p. 78). Le code-switching est bien présent dans ce recueil mais dans une proportion relativement modeste puisque un poème sur six comporte des passages en anglais, allant d’un simple mot à une dizaine de vers. Curieusement, ces passages, sertis d’idiotismes et au rythme fluide et harmonieux, apparaissent souvent comme des soupapes qui réduisent la tension par rapport à un français constamment travaillé de l’intérieur, comme sorti de ses gonds.

12C’est surtout par les déplacements sémantiques que cette poésie déstabilise le lecteur : « Pourtant vous êtes en moi des navires chavirés/ bourrasquant le franc regard de la tempête/ mon œil ouvert comme celui de l’ouragan » (p. 47). Tous les noms peuvent devenir des verbes ; les adjectifs peuvent donner des noms. Le mot « estropié », très courant en Acadie, donnera « estroperie » dont la parenté avec « escroquerie » doublera la charge négative : « Ton chancelant voyage dans le néant final/ coince nos espoirs dans ses rancunes/ ses estroperies/ ses grincements boiteux » (p. 38). Les verbes transitifs peuvent être employés intransitivement et vice-versa. Les verbes pronominaux perdent leur pronom. Dans ces verbes tout neufs, parfois empruntés à l’anglais, on trouvera, « Ils pieuvrent et médusent » (p. 58), ce dernier sans complément ; « il fournaise » (p. 68), « fluidant les gestes » (p. 41), « flexe un corps musclé » (p. 51), « flexe des yeux d’orages » (p. 100), « un délicieux grognement […] morphinise la réalité malsaine » (p. 63). La poète manifeste d’ailleurs une conscience clairement exprimée de ce travail sur le langage et des risques associés à cette liberté : « Gouache/ Panache/ ramage qui savonne les expressions usées/ Des rideaux-barreaux éclipsent l’audace/ l'épeurante liberté qui pourchasse/ qui maganne. » (p. 38). Dans un poème intitulé « Les mots », elle écrit : « J’épuise les vers/ les estropie/ les questionne… » (p. 27). La régression du sens dont parlent Deleuze et Guattari passe par une attention particulière aux sons : « Alors que le son articulé était un bruit déterritorialisé, mais qui se reterritorialisait dans le sens, c’est maintenant le son qui va lui-même se déterritorialiser sans compensation, absolument. » (p. 38). Et c’est aussi par une soumission aux sons que Rose Després éloigne la poésie de l’hégémonie du sens. Le son détermine souvent la construction du vers et si le mot qui sonne juste n’existe pas, il n’y a qu’à l’inventer : « Fresque de fraîcheur et floue francheur » (p. 55).

13Le recueil en entier est une revendication véhémente et révoltée de la marginalité poétique et cette barrière d’injures dressée entre l’univers poétique et l’univers commun rend incontournable le recours à un langage autre. L’invention d’un autre langage n’est pas ici un artifice poétique mais une nécessité vitale qui découle de l’opposition radicale entre l’univers poétique et l’univers commun. La lutte contre le sens apparaît au premier plan : « Dégénère la lune aveugle/ accours/ donne un sens aux attirails vertigineux.// Du non-sens dont j’ai été accusée/ par des analystes, catégoristes/ égoïstes/ duellistes/ unilinguistes au parcours tragique… » (p. 84).

14Une autre forme que revêt la lutte du sens et du non-sens est celle de l’évocation régulière de la folie douce, de la démence et du délire comme une source de poésie et de liberté. « J’ai perdu le fil des idées qui me décousent/ déboutonnant le vieux vagabond de mon bord de jupe effiloché/ […] L’aube éclate de rire/ et ma démence me rassasie. » (p. 57) Le langage délirant est justement celui dont le sens n’est pas donné d’emblée mais qui oblige à un décodage, à un retour, à une suspension dans le vide momentané et euphorique du non-sens. « Folie mienne/ Stark raving lunacy/ impressive madness./ Fermeture éclair/ fenêtre sur les paroles d’une guitare bleue/ ensevelie dorée.// L’œil euphorique… » (p. 64)

15Le recul du sens, pour mieux sauter pourrait-on dire, est associé chez Rose Després à un usage intensif de la langue, tension créée à la fois par les déplacements sémantiques et syntaxiques, et par le fait que la charge émotive du texte, son électricité, sa frénésie, sont perceptibles avant toute explicitation globale. Le poème « Al dente », comme une envie de mordre à pleine dents, est un bon exemple de cette poésie qui grimpe aux plafonds : « Chez-nous ça rage/ le vent sile à travers les murs/ et les plaques de courants électrifiés./ Les courants d’air s’inventent des manières/ les idées chauves-souris vampires guettent la nuit/ grimpent et s’agrippent au plafond/ comme des chats frénétiques. » (p. 40). Cette « passion débordante dépenturée » (p. 115) comme l’exprime encore la poète est la force qui disloque la langue en « enluminant le doux vertige des mots » (p. 91), elle est le feu qui fond et fusionne les pièces dispersées du poème. Le poème « Ton violon » (p. 96) est porté par cette « vaste exubérance » (p. 115).

16Mettre une langue à sa main, à sa manière n’en diminue pas pour autant l’étrangeté ; au contraire cela accentue parfois la distance avec ce dont on s’est séparé. Le poème « Paris en polaroid » évoque des mélancolies multiples, « un désenchantement […] presque létal » et se termine sur une phrase en prose qui est comme un renoncement à la poésie : « Je suis dans une métropole où l’on parle une langue étrangère/ mais c’est moi l’étrange ingrédient dans la soupe cosmopolite. » (p. 78)

  • 9 Voir Jean Babineau, Bloupe, Moncton, Perce-Neige, 1993. Et Jean Babineau, Gîte, Moncton, Perce-Neig (...)
  • 10 Claude Filteau, « His mind like a flippant bastard : culture et hétéroglossie dans une nouvelle de (...)

17Dans un poème intitulé « En français, s’il vous plaît », comme une injonction ironique qu’elle s’adresse à elle-même pour bien marquer l’écart de sa langue avec le français, Rose Després rejoint singulièrement François Paré cité plus haut par rapport à l’étrangeté du texte. Ce court poème mérite d’être cité en entier : « Une langue déconnectée/ étrangère comme tant d’autres/ résonne en moi sans s’identifier/ reste à l’écart/ profondément ancrée/ mais vibrant à d’autres sons. // J’ai beau connaître ses affinités avec ma nature/ la musique et les couleurs de chaque mot/ touchent les cordes d’une vocalité/ d’une oralité extrême. // Qu’importe le texte ? » (p. 30). Ce que l’on observe ici, c’est que l’étrangeté à la langue entraîne quelque chose de plus radical et de plus inédit, qui serait comme une mise à distance de la poésie comme texte, ce qu’il ne faut pas confondre avec un renoncement à la littérarité, mais comme l’institution d’une littérarité autre. La marginalité de l’univers poétique est poussée un cran plus loin et la poète exprime une distance par rapport à une certaine idée de la poésie, par rapport à ce que l’on pourrait appeler « la poésie dominante » dont on a bien conscience de ne pas faire partie. Marginalité linguistique et marginalité littéraire vont bien sûr de pair. Un écrivain comme Jean Babineau9 aurait pu de manière peut-être encore plus évidente que Rose Després servir d’exemple à mes propos car comme l’écrit Claude Filteau en parlant de l’hétéroglossie des textes de Babineau, celle-ci a « le mérite de remettre en cause de manière spontanée la référence à une “langue légitime” comme assise des littératures des francophonies »10. La poésie de Rose Després n’est donc pas un cas unique, mais elle est plutôt représentative d’une tendance forte en littérature acadienne, où les écrivains pris entre le français, l’anglais, le chiac et l’acadien incarnent de manière extrême la posture moderne de déchirement et d’ambivalence face à la langue et aux langues. Parce qu’il entretient avec toutes ses langues une relation d’amour-haine, l’écrivain acadien passe de l’une à l’autre et bricole avec les matériaux du bord une littérature qui ne peut s’appuyer sur des valeurs établies mais doit prendre le risque courageux d’exprimer une situation unique avec des moyens inédits. Il renonce à imiter les discours consacrés et fait le pari d’être lui-même et d’écrire l’oralité parce que c’est ce qu’il possède le mieux. C’est cette particularité qui donne à cette littérature son accent original, mais elle n’est pas en elle-même une garantie de la valeur littéraire. Car cette exploration de voies nouvelles comporte des risques aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Les procédés les plus anticonformistes sont très vite envahis par le conformisme et la facilité, qui pourront d’autant plus faire illusion qu’ils se manifestent dans un climat d’instabilité où valeurs et critères sont en pleine transformation. Cette littérature à haut risque produit donc une certaine masse de scories. Face à l’extérieur, l’affirmation de sa marginalité la situe souvent à la limite de l’incommunicabilité et du rejet. Mais n’est-ce pas depuis toujours le défi posé à l’écrivain et à la littérature, celui de trouver la voie étroite entre la nécessité d’innover et celle d’être entendu ? Pour l’écrivain acadien, ce dilemme apparaît dès le choix de la langue littéraire, avant même d’aborder la question des formes littéraires, si tant est qu’on puisse séparer les deux. Pour cette littérature à haut risque, il faut sans doute une critique également à haut risque, celle qui accepte de naviguer dans cette autre voie étroite entre la nécessaire reconnaissance d’avancées réelles et la glorification aveugle de la futilité. Les textes des écrivains acadiens méritent, me semble-t-il, qu’on y cherche la part de création issue d’une interaction exemplaire entre langue et littérature ; ils méritent ce regard non par ce qu’ils retranchent, mais par ce qu’ils ajoutent à cette question nommée littérature.

Notes

1 Gilles Deleuze, et Félix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Éditions de Minuit, 1975. Dorénavant, toutes les citations tirées de ce texte seront simplement suivies du numéro de page entre parenthèses.

2 Voir Raoul Boudreau, « Une poésie qui est un acte », introduction à Rêves inachevés. Anthologie de poésie acadienne contemporaine, sous la direction de Fred Cogswell et Jo-Ann Elder, Moncton, Éditions d’Acadie, 1990, pp. 7-20.

3 Annette Boudreau, Représentations et attitudes linguistiques des jeunes francophones de l’Acadie du Nouveau-Brunswick, thèse de doctorat, (sciences du langage), Université de Paris X, Nanterre, 1998. Et Annette Boudreau et Lise Dubois, « Je parle pas comme les Français de France ben c’est du français pareil. J’ai ma own petite langue », dans Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain, 1, 1993, pp. 147-168.

4 Pascal Poirier, Causerie memramcookienne, édition critique de Pierre-Marie Gérin, Moncton, Chaire d’études acadiennes, 1990, p. 128.

5 Geneviève Massignon, Les Parlers français d’Acadie, t. 2, Paris, Librairie C. Klincksieck, 1962, p. 741.

6 Jacques Ferron, Le Contentieux de l’Acadie, Montréal, VLB, 1991, p. 129.

7 François Paré, « Renoncer à l’identitaire », interview réalisée par Marcel Olscamp, dans Spirale, no 174, 2000, pp. 16-17.

8 Rose Després, La Vie prodigieuse, Moncton, Perce-Neige, 2000. Dorénavant, toutes les citations tirées de ce recueil seront simplement suivies du numéro de page entre parenthèses.

9 Voir Jean Babineau, Bloupe, Moncton, Perce-Neige, 1993. Et Jean Babineau, Gîte, Moncton, Perce-Neige, 1998.

10 Claude Filteau, « His mind like a flippant bastard : culture et hétéroglossie dans une nouvelle de Jean Babineau », Littérature, no 121, mars 2001, pp. 76-100.

Auteur

Professeur titulaire au Département d’études françaises de l’Université de Moncton (Nouveau-Brunswick, Canada). Avec le soutien du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, il poursuit des recherches sur le rapport à la langue en littérature acadienne et a publié plusieurs articles sur le sujet.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr