Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures mineures en langue majeure

 | 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Lise Gauvin

Deuxième partie. Confrontation des modes et stratégie d'écriture

Découvertes plurilingues dans Nous avons tous découvert l’Amérique de Francine Noël

Catherine Khordoc

Texte intégral

  • 1 Lise Gauvin, Langagement. L’Écrivain et la langue au Québec, Montréal, Boréal, 2000, p. 11.
  • 2 Ibidem.

1La plupart des écrivains ne choisissent pas la langue dans laquelle ils écrivent ; c’est dans leur langue maternelle ou celle d’usage quotidien qu’ils rédigent leurs œuvres. Il y a cependant certains écrivains pour qui la langue d’écriture n’est pas une évidence. Les écrivains du Maghreb ou des Antilles pourraient par exemple choisir entre l’arabe, le créole, le français, entre autres, selon leur prédilection, le public visé, l’effet de sens ou de style recherché. La langue nationale du Québec étant le français, on pourrait supposer que la question de la langue ne se pose pas pour les écrivains québécois. Or, comme le constate Lise Gauvin, pour l’écrivain francophone, la langue « est sans cesse à (re)conquérir. Partagé entre la défense et l’illustration, il doit négocier son rapport avec la langue française, que celle-ci soit maternelle ou non »1. L’écrivain québécois est incliné à « penser la langue »2 dans laquelle il va écrire, à la différence cependant qu’il doit réfléchir surtout à la question de savoir quel français il va employer pour s’exprimer : le français de France ? Le joual ? Le français québécois ? Le franglais ? Ce sont des questions qui préoccupent de nombreux écrivains et critiques.

  • 3 Noël Audet, Écrire de la fiction au Québec, Montréal, Québec/Amérique, 1990, pp. 28-38.
  • 4 Noël Audet, « Écriture et culture périphérique », p. 7, conférence prononcée à Leeds, au Colloque (...)

2Parmi eux, Noël Audet se plaint justement du fait que les écrivains québécois ne contribuent pas davantage à développer le français qui traduirait non seulement les réalités du Québec mais inclurait aussi divers registres et niveaux de langue plutôt que de les limiter, comme il est assez courant chez certains auteurs, au langage vernaculaire.3 Audet préconise l’emploi de la langue française québécoise qu’il définit comme « le français international, à quoi s’ajoute chez nous un lexique particulier, des expressions originales, des figures, qui sont les traces de notre histoire et de nos rencontres en terre d’Amérique »4.

  • 5 Gilles Deleuze et Felix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Minuit, 1975, p. 29.
  • 6 Voir à ce sujet les propos de Noël Audet portant sur les autres pays d’Amérique tels que les États (...)
  • 7 Nous empruntons cette expression à Lise Gauvin.
  • 8 Francine Noël, Nous avons tous découvert l’Amérique, Montréal/Arles, Leméac/Actes Sud, 1992, p. 12 (...)

3Les complexités que présente la langue pour l’écrivain francophone dont le québécois sont liées au concept de littérature mineure en langue majeure, évoqué d’abord par Kafka, puis élaboré par Deleuze et Guattari. Kafka s’est appuyé sur ce concept pour décrire l’impasse linguistique qui confrontait les écrivains juifs de Prague ; ils ne pouvaient écrire ni en yiddish, ni en tchèque, ni en allemand, pour diverses raisons, et si l’allemand s’est imposé, c’était une langue allemande particulière aux Juifs de Prague. Ce phénomène, identifié par Deleuze et Guattari comme la déterritorialisation de la langue, est un des traits caractéristiques d’une littérature mineure5, et il se manifeste, de diverses façons, dans la littérature francophone. Le français au Québec doit effectivement s’approprier son territoire linguistique, si l’on peut dire, en Amérique continentale6. Il est donc intéressant d’examiner la production littéraire d’écrivains québécois contemporains qui sont aux prises avec leur « surconscience linguistique »7. Francine Noël est une de ces écrivains, et nous nous proposons d’examiner son roman intitulé Nous avons tous découvert l’Amérique8 qui est imprégné de préoccupations langagières à plusieurs niveaux.

  • 9 Entretien inédit avec Francine Noël d’Anne-Claire Nash, le 20 juin 1997, p. 9.
  • 10 Cette première édition a été publiée par VLB en 1990.
  • 11 Entretien, op. cit., p. 10.
  • 12 Voir la discussion de Lise Gauvin au sujet des romans antérieurs de Francine Noël, « Maryse et Myr (...)

4Noël, auteure de quatre romans et d’au moins deux pièces de théâtre, ne se sent pas contrainte à écrire en français de France pour faire de la littérature, et c’est peut-être grâce à cette liberté que Noël parvient à écrire dans une langue qui est bien la sienne, c’est-à-dire en français du Québec. Même si elle ne se sent pas responsable du développement ou de l’institution d’une norme linguistique à travers son écriture, elle écrit manifestement dans un français qu’elle affirme être « du québécois »9. Elle a d’ailleurs exigé qu’Actes Sud, l’éditeur de la deuxième version remaniée de Babel, prise deux ou Nous avons tous découvert l’Amérique10, ne change pas les « mots d’ici, […] mes mots, […] par des mots français »11. Cela dit, si dans ce roman ainsi que dans ses autres textes, Noël a opté pour le franco-québécois, il est essentiel de rendre compte néanmoins du fait que les questions langagières constituent une des préoccupations majeures de son œuvre12. La langue franco-québécoise dans laquelle est écrit le roman qui fait l’objet de cette analyse se caractérise non seulement par l’emploi de québécismes et de divers registres du français mais aussi par la présence d’effets plurilingues. Ce plurilinguisme contribue à reterritorialiser le français en Amérique, c’est-à-dire, un français américain marqué des multiples influences qui constituent la culture nord-américaine. La question de la langue – ou plutôt des langues – dans ce texte est particulièrement saillante car elle en est également le thème principal au niveau du récit. Ainsi, trois éléments du texte retiendront notre attention dans cette étude : le plurilinguisme textuel, les thèmes relevant de la langue et l’inscription de mythes langagiers.

I. Le plurilinguisme textuel

5En relevant le plurilinguisme comme trait caractéristique du roman moderne, Mikhaïl Bakhtine insiste sur le fait que le « système de langues » du roman inclut non seulement une multiplicité de langues mais aussi plusieurs voix et niveaux de langues. Il est pertinent de souligner que Bakhtine était sensible aux questions liées à la notion de « langue nationale », dont la multiplicité est prégnante :

  • 13 Mikhaïl Bakhtine, Esthétique et théorie de roman, Paris, Gallimard, « Tel », 1978, p. 88.

Le roman c’est la diversité sociale de langages, parfois de langues et de voix individuelles, diversité littérairement organisée. Ses postulats indispensables exigent que la langue nationale se stratifie en dialectes sociaux, en maniérismes d’un groupe, en jargons professionnels, langages des genres, parlers des générations, des âges, des écoles, des autorités, des cercles et modes passagères, en langages des journées (voire des heures) sociales, politiques…13

  • 14 Noël Audet, Écrire de la fiction…, op. cit., p. 35.

6Les propos de Bakhtine font notamment écho au souhait d’Audet de voir foisonner des œuvres littéraires écrites en français québécois14.

7Écrit entièrement sous forme de journal intime, Nous avons tous découvert l’Amérique bénéficie d’une flexibilité stylistique et linguistique. C’est le privilège de celui qui écrit dans un journal intime d’emprunter à sa guise les langues, les dialectes, les registres, les jargons, les expressions dont il dispose. Ce style contribue peut-être à la nature fragmentaire du journal, mais il incite également la mise en scène d’une langue riche, variée et hétérogène. Dans ce texte, l’écriture fictionnelle de facture réaliste des deux personnages qui écrivent chacun dans leur journal, et dont les entrées alternent tout au long du roman, illustre cette diversité discursive. Fatima et Louis, les deux diaristes, sont des professionnels cultivés qui manipulent différents registres du langage professionnel et populaire ainsi que plusieurs langues. Cette double écriture constitue de prime abord un duo de voix narratives dominantes auquel s’ajouteront la voix et les langues d’Amélia qui complète le triangle d’amour et d’amitié au centre du récit.

8Le journal de Fatima fait retentir les diverses langues et les niveaux de langage qui font partie de sa vie quotidienne. La langue principale du roman, qui est le français bien sûr, est la langue maternelle de Fatima. Si elle ne tolère généralement pas les fautes de français, son discours est coloré par son recours à des expressions populaires québécoises, françaises et anglaises. Il est truffé d’expressions françaises dont l’emploi au Québec se distingue de celui en France, à savoir soit parce que le terme est archaïque et hors d’usage ou parce que le mot a un sens différent au Québec. Ainsi, le mot « linge » est employé pour signifier au Québec les vêtements (p. 37). D’autres exemples de québécismes : « grafigner » (p. 69), « quétaine » (p. 71), « tannant » (p. 29), un « chum » (p. 72), un « commercial » (p. 225), « souper » (p. 12), « niaiseuse » (p. 26). L’éditeur français du roman, Actes Sud, attire l’attention sur les différences lexicales entre le français québécois et le français « standard » en ajoutant un « petit glossaire à l’usage des lecteurs européens » absent dans la première édition du roman. Un autre niveau de langage plus populaire s’inscrit par l’entremise des énoncés des autres personnages rapportés dans le journal de Fatima. Elle commente, par exemple, le langage de sa voisine qui fait écho au vernaculaire qui reflète la classe ouvrière. La voisine s’est « pété la ch’ville » (p. 28), elle pense faire partie du « monde normal » (p. 20), et elle remarque le « gros char » du voisin (p. 77). Bien que ce soit un registre du québécois, ce n’est pas celui que Fatima adopte généralement. De même, elle souligne la prononciation particulière d’adjectifs comme « péquiss » (p. 38), où le « t » final est élidé, et de « tzute » pour « tout » (p. 77). Cette préoccupation de la langue ne relève pas simplement d’une déformation professionnelle de la part de Fatima qui est orthophoniste mais suggère, d’une part, l’importance qu’elle accorde à un emploi correct de la langue et, d’autre part, laisse entendre un certain mépris à l’égard de la langue de ses concitoyens. Ironiquement, Fatima ressent une fierté affectueuse pour son collègue Allan, anglophone d’origine juive, en partie parce qu’il emploie justement des québécismes comme « ça l’arrive », « asseyer », « à soir » qu’elle déplore habituellement mais qui « trahissent un apprentissage local de la langue. Il est bien d’ici et ne nous méprise pas. » (p. 149) En outre, le français québécois est d’autant plus souligné par le recours à des expressions typiquement françaises que Fatima emprunte à son amie Amélia qui a grandi en France.

9Les mots anglais intégrés au français constituent une autre particularité de la langue de ce texte. Il ne s’agit pas de discours en anglais – ceux-ci s’inscrivent dans le texte aussi et on y reviendra – mais bien d’emprunts lexicaux anglais. Ainsi, Fatima se met à « off » (p. 12), elle caractérise Bernard – le copain d’Amélia – comme « type low profile » (p. 35), et elle « zappe » (p. 167) les chaînes de télévision à l’aide de la télécommande.

10Un autre registre de langage important dans ce texte est lié à la profession de Fatima qui est, rappelons-le, orthophoniste. Louis attire l’attention sur le jargon appartenant au domaine de la neurolinguistique qu’emploie régulièrement Fatima : « le fonctionnement du cerveau et sa structure : engrammes, acide ribonucléique, synapses, commissures, corps calleux, aire de Wernicke, aire de Broca, gyrus, sillons, axones associatifs… je mêle tout ! Je jongle avec ces mots dont le sens m’est encore obscur. » (p. 178)

11Un plurilinguisme explicite s’ajoute aux niveaux de langage de ce texte. La multiplicité linguistique s’inscrit sous la forme de références ou de passages à des langues autres que le français. Fatima sait parler quelques mots d’ukrainien, de grec, de portugais, afin de pouvoir saluer ses voisins dans leur langue (p. 129) et elle écoute la radio en langues étrangères (p. 166). De plus, la thérapie qu’elle fait avec sa jeune patiente Linda se déroule en anglais et donc, certains échanges sont transcrits directement en anglais ou sont explicitement traduits en français par Fatima. L’espagnol est également introduit dans le journal parce que Fatima s’approprie les expressions employées par son amie Amélia qui est d’origines française et espagnole. Les langues sont manifestement une préoccupation majeure pour Fatima et leur présence formelle reflète une des thématiques principales du roman.

II. Thèmes linguistiques : traduction et orthophonie

12Il serait difficile d’analyser dans l’étude présente tous les éléments thématiques liés à la langue dans ce texte. Nous nous limitons donc à en examiner deux pour le moment, soit l’orthophonie et la traduction.

13Premièrement, en tant qu’orthophoniste, Fatima aide ses patients aphasiques à retrouver l’usage de la langue. Fatima a donc un intérêt marqué pour la langue non seulement comme phénomène socioculturel mais aussi en tant que capacité cognitive. En plus des difficultés typiques que présente le recouvrement de la langue, il y en a davantage lorsque le français n’est pas la langue maternelle du patient. Le Québec étant une terre d’immigration, Fatima est consternée par le fait que de plus en plus de patients vont requérir des soins thérapeutiques dans des langues autres que le français ou l’anglais. Fatima signale le cas d’un patient marocain qui parlait six langues et travaillait comme traducteur avant son accident mais dont l’aphasie le ramène à ses langues d’enfance : « l’arabe, le français, l’hébreu, mais il fait des permutations de structure d’une langue à l’autre et il en est conscient », écrit Fatima. (p. 205) Un autre patient d’origine chilienne maîtrisait le français et l’anglais avant son accident, mais c’est l’espagnol maternel qu’il retrouve et aucun des orthophonistes dans le bureau de Fatima ne parle l’espagnol.

14La patiente préférée de Fatima, pour qui elle ressent une affection presque maternelle, exige de faire sa thérapie en anglais, malgré le fait qu’elle soit francophone. Si Fatima accepte contre son gré, c’est parce qu’au fond, ce qui importe, c’est que Linda ré-apprenne à parler, peu importe la langue. Néanmoins, cette décision déçoit Fatima car elle le perçoit comme un symbole de la situation québécoise, où le français est dans une position perdante face à l’anglais. Même si pour Linda, le choix de l’anglais est motivé par amour pour un italo-québécois anglophone, il retentit tout de même au niveau politique :

Un orthophoniste étranger, débarquant ici, comprendrait le passage de Linda d’une langue à l’autre. Mais il n’en saisirait pas la portée politique. À moins d’être lui-même ressortissant d’un pays macédonien. Par exemple, un Belge pigerait assez vite. Mais il ne s’expliquerait pas l’équation : citoyen d’origine italienne, donc usage de l’anglais… (p. 231)

15Fatima est quelque peu réticente à l’idée de faire une thérapie en anglais, la seule langue qu’elle perçoit pour des raisons historico-politiques de manière négative. Pourtant, elle demeure fermement convaincue de l’importance de pouvoir parler plusieurs langues et en fait, elle admire le multilinguisme de son amie Amélia : « ses passages d’une langue à l’autre me procurent un sentiment très fort de jubilation […] » (p. 49)

16Comme dans le cas de Fatima, la profession d’Amélia est entièrement concentrée sur les langues. Amélia traduit des livrets d’instruction pour gagner sa vie mais elle rêve toutefois de traduire « de “vrais” textes » (p. 23), c’est-à-dire des œuvres de fiction. Elle décidera d’ailleurs d’entreprendre la traduction des œuvres d’une auteure sud-américaine Délia Febrero. C’est en France qu’elle trouvera un éditeur car au Québec, explique-t-elle à Fatima, il n’y pas beaucoup d’intérêt pour ce texte et parce qu’en France, elle croit « que les contacts seront plus faciles […] et le marché plus ouvert… » (p. 115) Fatima admire vraiment Amélia non seulement parce qu’elle perçoit les avantages pratiques de pouvoir parler plusieurs langues mais aussi parce que cela permet de comprendre l’Autre idéalement dans sa langue et de faire un pont entre les différentes cultures. Leur intérêt commun pour la langue est d’ailleurs responsable de l’amitié qui a été forgée entre les deux femmes, plusieurs années auparavant : « Notre premier point de contact aura été notre passion pour le langage. En une nuit, on réglait alors facilement tous les problèmes de communication, de traduction et d’adaptation : il n’y avait pas de bornes culturelles, seulement des malentendus. » (p. 48) Si les malentendus linguistiques et culturels sont réglés facilement par Fatima et Amélia, ils perdurent néanmoins d’une certaine manière par l’entremise de mythes.

III. Mythes de la diversité linguistique et culturelle

17Le premier mythe que nous discuterons est explicite dans le titre de la première édition du roman, Babel, prise deux ou Nous avons tous découvert l’Amérique. Provenant de l’Ancien Testament, le mythe de Babel explique l’avènement des multiples langues sur terre, à la suite de la dispersion du peuple qui partageait une langue unique. Le mythe est d’ailleurs cité intégralement à l’intérieur de la couverture de la première édition, sur un fond de texte en hébreu.

18La perte de la langue originelle à Babel constitue un parallèle avec la langue qu’ont perdu les patients de Fatima. C’est en utilisant une métaphore faisant allusion à la destruction de la tour de Babel que Fatima explique l’aphasie à Louis :

Retrouver l’usage de la parole, c’est comme tenter de reconstruire une maison démolie par un tremblement de terre. Une maison qu’on aurait jamais vue et dont on aurait perdu les plans. Ne restent que la trace irrégulière des fondations et des briques éparses. Il faut replacer ces briques, refaire les joints, tout réaménager. On ne reconstruit jamais aussi grand, et il y a des tremblements dont on ne se remet pas… (p. 129)

19Il est pertinent d’ajouter que Louis est architecte et que la construction est un autre thème de ce texte – que nous n’aborderons pas dans cette étude – qui se relie au mythe de Babel.

20Or, Babel n’est pas seulement un symbole de la perte de la langue des patients de Fatima ; ce mythe évoque de surcroît la pluralité linguistique et culturelle de Montréal. Notons que la métaphore de Babel telle qu’elle est employée par Fatima est une variation sur la Babel décrite dans la Bible. La Babel originelle, c’était d’abord une ville où tous parlaient une seule langue mais le nom de Babel lui a été attribué seulement après que Iahvé a semé la confusion linguistique et spatiale. Ainsi, au lieu de faire référence à la confusion et la dispersion qui ont donné à Babel son nom, Montréal-Babel renvoie à un lieu où les diverses cultures se réunissent à nouveau. Pour Fatima, donc, Babel est un mythe apte à décrire la réalité dans laquelle elle vit, c’est-à-dire un milieu urbain, multiculturel et plurilingue. Dans ses lectures sur Babel, elle constate que

Le projet de Babel consiste à se rassembler dans une Cité pour « se faire un nom ». Ce que j’interprète comme un désir de se définir soi-même plutôt que de l’être par une entité supérieure. Ici, nulle transcendance mais un modèle de société civile, païenne, autonome et parfaitement viable. Les peuples constructeurs sont à la fois différents et semblables, et leur rassemblement possible car, littéralement, ils sont parlables. (pp. 157-58)

21Fatima juxtapose ce mythe à sa vision de ce que pourrait être la société montréalaise et québécoise, à savoir, un lieu de rassemblement, où les différentes cultures et langues peuvent cohabiter paisiblement. Ce qui est impératif, par contre, c’est d’avoir une langue commune pour que ces groupes puissent communiquer, et selon Fatima, « À Babylone-avant-la-foudre, la langue servait de lien entre les peuples, agissant comme un mortier qui soude les briques de l’édifice. C’est ce que le français devrait être ici, tout normalement. » (p. 283)

22Si, pendant de nombreuses années, voire plusieurs siècles, le Québec était dans un rapport de domination et de colonisation par la France, et les productions culturelles étaient souvent accueillies avec un certain dédain de la part de la mère patrie, le Québec fait face à un autre type de domination, qui vient des États-Unis, une domination non seulement linguistique mais aussi culturelle, liée à l’argent et à la culture de masse. Or, ces luttes, que ce soit contre la France, le Canada anglais ou les États-Unis, ont aussi poussé le Québec à s’affirmer davantage, tant au niveau de sa culture que de sa langue. Ainsi, selon Fatima, Babel est un mythe qui a une certaine résonance pour le Québec. « Pour moi, écrit-elle, Babel est un symbole positif. Ce n’est pas un cauchemar niveleur mais un lieu d’asile et de tolérance. Ce mythe exprime un désir légitime d’autodétermination : pouvoir parler librement et agir. Se construire. » (p. 316)

23Un autre mythe évoqué dans ce texte illustre justement l’influence de la culture américaine au sens large de l’adjectif, c’est-à-dire par rapport au continent américain. Par l’entremise de Louis et d’Amélia, Fatima découvre l’histoire de la Malinche, un personnage historique mexicain qui a servi de traductrice à Cortes. Elle connaissait le nahuatl, qui était la langue des Aztèques, et la langue des Mayas en plus de l’espagnol de son maître européen. À cause de son intégration à la culture et la langue des conquistadors, la Malinche est considérée par les Mexicains comme une traîtresse par rapport aux valeurs autochtones qui s’est soumise au pouvoir colonial européen. Cependant, Todorov, qui retrace cette histoire dans La Conquête de l’Amérique, explique que pour lui, la Malinche est

  • 15 Tzvetan Todorov, La Conquête de l’Amérique. La Question de l’autre, Paris, Seuil, 1982, p. 107.

le premier exemple, et par là même le symbole, du métissage des cultures ; elle annonce par là l’État moderne du Mexique et, au-delà, notre état présent à tous, puisque, à défaut d’être toujours bilingues, nous sommes inévitablement bi-ou tri-culturels. La Malinche glorifie le mélange au détriment de la pureté (aztèque ou espagnole), et le rôle de l’intermédiaire.15

  • 16 Audet emploie ce terme dans sa communication « Écriture et culture périphériques », op. cit., p. 1

24Si ce mythe se prête à plusieurs interprétations, ce qu’il faut retenir présentement c’est que l’histoire de la Malinche illustre les transformations linguistiques et culturelles issues de contacts entre différentes communautés sociolinguistiques. Plutôt qu’une assimilation d’un groupe par un autre, le résultat relèvera plutôt d’un mélange innovateur et « imprévisible » comme le dit Édouard Glissant en parlant de créolisation. Ainsi, comme dans son interprétation du mythe de Babel, Fatima perçoit dans le récit de la Malinche le versant positif de la diversité des langues et des cultures, même si elles sont vouées à un perpétuel état d’évolution. Il est donc inévitable que la culture et la langue québécoises subissent des transformations grâce à l’immigration récente, et ce phénomène n’est pas à craindre. Au contraire, c’est par un tel processus d’« anthropophagie culturelle »16 que la langue et la culture québécoise seront finalement territorialisées.

Conclusion

25L’inscription des mythes de Babel et de la Malinche au sein d’un même texte est significative à plusieurs niveaux. Particulièrement pertinent pour nos propos est le fait que ces mythes relèvent à la fois de traditions, de cultures et d’histoires (au deux sens du mot) judéo-chrétienne, européenne, américaine et autochtones. Le croisement ou l’hybride issus de la rencontre des cultures caractérisent les cultures typiquement américaines, à savoir des deux continents. En soulignant le plurilinguisme qui traverse tous les niveaux de ce texte, nous avons voulu mettre en lumière le fait que la langue franco-québécoise est elle-même plurielle. Elle ne pourra se défaire de son évolution particulière et des influences de l’Ancien français, de l’anglais et de l’apport des langues des immigrants. Francine Noël est une auteure ne craignant pas sa propre langue, qui est incontestablement le français, mais un français québécois, voire américain.

26Cependant, on constate dans ce texte une certaine crainte de la domination de l’anglo-américain et de la culture américaine, plus précisément états-uniennes. Précisons que ce n’est pas la culture qui inclut la Malinche ou Délia Febrero qui est menaçante, mais plutôt celle qui se joue au niveau du dénominateur commun le plus bas, celle qui aplatit les différences plutôt que de les exalter, qui est aveugle aux possibilités offertes par la créolisation, préférant se limiter à une culture de fast food.

  • 17 À noter le dernier roman de Francine Noël, La Conjuration des bâtards, qui exemplifie aussi le rom (...)

27La littérature québécoise est une littérature d’Amérique, et ce roman en est une illustration remarquable17, où le plurilinguisme, le multiculturalisme et des mythes de plusieurs traditions sont tous convoqués au rendez-vous. Néanmoins, parce qu’écrit en français – même un français américain – ce roman, et sans doute la littérature québécoise, demeureront en marge de la littérature américaine de langue anglaise. Peut-être devrait-on alors se demander si le roman de Noël ne pose pas différemment la question de littérature mineure : plutôt que d’une littérature mineure en langue majeure, ne s’agit-il pas d’une littérature en langue mineure au sein d’une culture majeure ?

Notes

1 Lise Gauvin, Langagement. L’Écrivain et la langue au Québec, Montréal, Boréal, 2000, p. 11.

2 Ibidem.

3 Noël Audet, Écrire de la fiction au Québec, Montréal, Québec/Amérique, 1990, pp. 28-38.

4 Noël Audet, « Écriture et culture périphérique », p. 7, conférence prononcée à Leeds, au Colloque international d’études francophone en septembre 2001. Les actes du colloque seront publiés prochainement.

5 Gilles Deleuze et Felix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Minuit, 1975, p. 29.

6 Voir à ce sujet les propos de Noël Audet portant sur les autres pays d’Amérique tels que les États-Unis ou le Brésil dans Écrire de la fiction au Québec, pp. 28-29.

7 Nous empruntons cette expression à Lise Gauvin.

8 Francine Noël, Nous avons tous découvert l’Amérique, Montréal/Arles, Leméac/Actes Sud, 1992, p. 12. Dorénavant, les références aux citations provenant de cet ouvrage se trouveront entre parenthèses dans le corps du texte.

9 Entretien inédit avec Francine Noël d’Anne-Claire Nash, le 20 juin 1997, p. 9.

10 Cette première édition a été publiée par VLB en 1990.

11 Entretien, op. cit., p. 10.

12 Voir la discussion de Lise Gauvin au sujet des romans antérieurs de Francine Noël, « Maryse et Myriam première », dans Langagement, pp. 157-164.

13 Mikhaïl Bakhtine, Esthétique et théorie de roman, Paris, Gallimard, « Tel », 1978, p. 88.

14 Noël Audet, Écrire de la fiction…, op. cit., p. 35.

15 Tzvetan Todorov, La Conquête de l’Amérique. La Question de l’autre, Paris, Seuil, 1982, p. 107.

16 Audet emploie ce terme dans sa communication « Écriture et culture périphériques », op. cit., p. 1.

17 À noter le dernier roman de Francine Noël, La Conjuration des bâtards, qui exemplifie aussi le roman « québéco-américain ».

Auteur

Professeure de littératures française et francophone à l’Université de Limerick en Irlande. Elle a rédigé une thèse de doctorat sur le mythe de Babel dans la littérature francophone à l’Université de Toronto. Ses recherches actuelles portent principalement sur la littérature migrante au Québec. Elle a publié des articles entre autres sur Francine Noël, Monique Bosco, Nancy Huston et Ernest Pépin.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr