Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures mineures en langue majeure

 | 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Lise Gauvin

Première partie. Modes majeurs, modes mineurs

Autour du concept de langue majeure. Variations sur un thème mineur*

Jean-Marie Klinkenberg

Texte intégral

  • * Cet article fait usage des rectifications orthographiques de 1990.
  • 1 Comme, par exemple : Joseph Hanse, « Langue littéraire et appartenance nationale », dans Actes du (...)

1Balzac le disait déjà : « Les titres sont de fieffés imposteurs ». Celui de ma contribution n’échappe pas à la règle. Sa principale imposture, due au désir de fournir un miroir complice à la communication de Lise Gauvin, consiste à qualifier le problème de la langue de mineur. Car au vrai, mineur, il ne l’est pas dans l’absolu. Il ne passe pour tel que dans le cadre des études littéraires. En dehors du champ de la stylistique, et en dépit de travaux comme ceux – je cite en vrac – de Balibar, Duneton ou Grutman, les problèmes relatifs au statut de la langue n’y sont en effet guère interrogés, et parmi les postulats fondateurs de la littérature l’unicité et la stabilité de la langue figurent fréquemment en bonne place1. Mais on va voir que ce statut de postulat n’est qu’un corollaire parmi d’autres de ce que j’appellerai la conception essentialiste de la langue. Une conception dont un des concepts désignés par l’intitulé même de ce colloque – celui de « langue majeure » – indique qu’on ne s’en met pas aisément à l’abri.

2S’emparant d’un problème aussi vaste, mon exposé n’aura aucune prétention à la nouveauté, et je serai amené à redire nombre de choses dont certaines sont à présent bien connues. Son intérêt pourrait toutefois être double : d’une part fédérer dans un modèle compréhensif certaines observations faites sur le fonctionnement des cultures marginales, en replaçant leur aspect littéraire dans un cadre plus vaste.

  • 2 Jean-Marie Klinkenberg, « Insécurité linguistique et production littéraire. Le problème de la lang (...)

3Sur le plan strictement littéraire, il pourrait avoir un second intérêt, épistémologique : corriger certaines perspectives de l’analyse institutionnelles qui, si elle fait l’économie du facteur linguistique, peut parfois être réductrice. J’ai pu le montrer avec le thème de l’insécurité linguistique comme condition de production des lettres belges2, thème à quoi je reviendrai : certains facteurs historiques relativisent le facteur social, que l’on avait pu croire prépondérant dans le problème de la langue d’écriture. C’est que la considération de la langue fait voir l’institution littéraire dans un rapport médiat aux autres superstructures sociales et que si l’insécurité linguistique est un principe général synchronique, il doit être nuancé par des considérations diachroniques.

4L’exposé sera donc à la fois récapitulatif et programmatique.

  • 3 Voir Jean-Marie Klinkenberg, « La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une so (...)
  • 4 Cf. Jean-Marie Klinkenberg, « Insécurité linguistique et production littéraire. Le problème de la (...)
  • 5 Paul Dirckx, « La langue du fou. Les obstacles à l’analyse des spécificités de l’espace social bel (...)

5On observe en effet au fil du temps d’importantes mutations tant dans les pratiques d’écriture que dans les représentations qu’on s’en fait : s’il y a deux solutions au problème de l’insécurité (la baroque et la puriste), on note que, selon les époques, c’est tantôt pour l’une tantôt pour l’autre que les acteurs optent massivement. Ainsi, la solution baroque prévaut durant la phase centripète, et revient également à l’honneur à partir des débuts de la phase dialectique (soit à partir de 1960). La solution classique domine par contre la période centrifuge. Ces mouvements ne s’opèrent évidemment pas au hasard : leur alternance dépend de facteurs historiques dont on ne peut traiter ici3. Tous ces facteurs relativisent le facteur social. Car, entre 1937 et 1980, le statut de l’écrivain belge n’a guère varié, au rebours de ce qui s’est produit au début de ce siècle. Alors qu’au XIXe siècle, cet écrivain est volontiers docteur en droit, et issu de bonne famille, à partir de 1920, il se recrute davantage dans les milieux plus modestes, et est plutôt professeur ou journaliste. À la différence de son collègue français, que les rares études sociologiques dont on dispose montrent comme en général issu de l’aristocratie ou de la haute bourgeoisie, l’écrivain belge du XXe siècle provient donc de cette masse dont l’ascension sociale a été liée à la scolarisation et qui vit le plus intensément l’insécurité linguistique. Mais que ceux de 1937 aient pu opter pour la position puriste et ceux de 1980 pour la position aventureuse – deux solutions différentes au même problème – pointe l’importance d’autres facteurs. Et, au premier rang de ceux-ci, les réflexes culturels induits par les situations historiques mondiales et la structure du champ littéraire4. On pourrait mener une démonstration semblable avec le thème bien exploré déjà du centralisme et de la latéralité. « L’intériorisation d’une pensée unificatrice et centralisatrice » qui, selon Paul Dirckx5, caractériserait tout l’habitus belge et déterminerait sa production littéraire, est évidemment à lire à la lumière de réflexes linguistiques bien indurés.

I. Le discours essentialiste

A. La langue : une essence ?

6Il en va du français comme de toute autre langue : il n’existe pas. Pas plus que l’allemand ou l’espagnol, d’ailleurs. Ce qui existe, ce sont des français, des allemands, des espagnols. Cette pluralité interne des langues n’a rien d’étonnant. Elles offrent en effet à leurs usagers les moyens de mettre au point mille stratégies communicatives et tactiques symboliques. Et elles exhiberont donc à leur observateur un visage changeant à l’infini.

  • 6 Jean-Marie Klinkenberg, La Langue et le citoyen, Paris, PUF, 2001.

7Variation banale. Mais la mettre en évidence apparait toujours comme scandaleux, tant elle est refoulée dans les consciences par une manœuvre de construction que j’appelle le discours essentialiste6 : un discours qui vise à rendre monolithique aux consciences ce qui n’est objectivement qu’un conglomérat de variétés linguistiques, lesquelles diffèrent par leurs couts autant que par les profits qu’elles permettent d’escompter sur le marché symbolique.

  • 7 Cette puissance constructiviste du discours épilinguistique commun contamine celui de la science, (...)

8Cet unitarisme, on le retrouve dans toutes les communautés culturelles. Il est bien sûr l’effet d’une construction discursive. Des autorités légitimes affirment « telle langue est une », et la voilà une aux yeux des sujets7. Un unitarisme répandu, mais qui s’est particulièrement développé dans la francophonie. Car le français offre l’exemple sans doute le plus poussé qui soit de centralisation et d’institutionnalisation linguistiques. Cette situation a des origines historiques lointaines et complexes, bien décrites par toutes les histoires de la langue. Mais elle est aujourd’hui consolidée par un facteur quantitatif simple : alors que dans les autres grands blocs d’États soudés par une langue européenne, l’ancienne métropole est devenue très minoritaire – c’est le cas pour l’anglophone, l’hispanophone et plus encore pour le lusophone-, la France, où la langue est la pierre de touche fétichisée de l’appartenance nationale, continue à peser d’un poids décisif dans une francophonie où seule une minorité d’usagers a le français comme langue maternelle.

9Ceci contribue à radicaliser cette manœuvre courante, qui consiste à hypostasier la langue, à en faire une essence. Et donc, qu’elle fonctionne comme emblème ou stigmate, la langue est vue dans son unité, et non dans sa diversité ; dans sa spécificité, et non dans sa généricité.

  • 8 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 27.

10Dans son unité : c’est le mythe de l’existence d’un français unique, alors que, comme unité, il n’est qu’un construct. Le singulier mène à confondre la partie et le tout, et donc à occulter le mécanisme qui permet de passer du tout à une partie privilégiée. En effet – et je cite Pierre Bourdieu – « parler de la langue, sans autre précision, c’est accepter tacitement la définition officielle de la langue officielle d’une unité politique »8.

11Dans sa spécificité : c’est le mythe selon lequel la langue aurait ce que l’on appelle mystérieusement son « génie » irréductible, caché dans un Saint des Saints auquel seuls auraient accès certains grands prêtres, alors que les rapports de violence symbolique que le discours essentialiste permet sortent leurs effets dans toutes les communautés linguistiques.

  • 9 On s’épuiserait à décrire les manifestations de cette conception. De Jacques Tahureau – qui dans s (...)

12Une telle langue, une et spécifique, doit nécessairement être conforme à un modèle idéal, stable, voire immuable. Adamique et anté-babélienne. Se retrouvant dans l’histoire de toutes les langues, cette conception est particulièrement prégnante dans le cas de la française9.

B. Essentialité linguistique, pouvoir et légitimité

  • 10 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 29.
  • 11 Ibid., p. 31.

13L’idéologie qui distribue l’identité et la différence sert des objectifs de pouvoir symbolique et, par là, le pouvoir tout court. Ce n’est pas ici le lieu de faire de l’histoire, pour rappeler des choses bien connues et montrer qu’en ce qui concerne notre langue, cette conception unitariste a servi successivement bien des causes. « Jusqu’à la Révolution française », rappelle Bourdieu, « le processus d’unification linguistique se confond avec le processus de construction de l’État monarchique »10. Par après, poursuit-il, « L’imposition de la langue légitime contre les idiomes et les patois fait partie des stratégies politiques destinées à assurer l’éternisation des acquis de la Révolution par la production et la reproduction de l’homme nouveau »11. Plus modestement, observons qu’elle sert au XIXe siècle à la mise en place d’un système scolaire visant à satisfaire les besoins en main d’œuvre de l’industrie naissante, puis un expansionnisme colonial dynamique.

  • 12 Bourdieu encore : « Pour qu’un mode d’expression parmi d’autres […] s’impose comme seul légitime, (...)

14L’important est surtout de voir qu’une conception essentialiste de la langue est nécessaire pour que le pouvoir symbolique s’exerce aisément sur le marché qu’elle ouvre12. L’important est aussi de voir qu’elle détermine fatalement une conception essentialiste de la francophonie contemporaine : en refusant de tenir compte des déterminations sociales, elle pousse à refuser qu’un même idiome puisse renvoyer à des réalités identitaires, sociales, politiques, économiques, culturelles et littéraires différentes pour les communautés qui la pratiquent. Elle nivelle donc tous les problèmes qui se vivent en français et donne à croire que tous les Francophones ont le même intérêt à l’endroit de leur langue.

  • 13 N’invoquons pas – ce serait trop facile – le mythe de la « clarté de la langue française », clarté (...)

15La conception essentialiste de la langue ouvre un espace de choix pour toutes les idées reçues, en matière de littérature comme dans toutes les autres matières entées sur la langue, et elle débouche sur un discours qui confine parfois au religieux13. La langue est en effet, toujours et partout, un symbole secondaire, relayant ou signifiant puissamment d’autres problématiques. C’est parce qu’elle autorise la formulation d’oppositions très visibles qu’elle démarque les groupes en conflit d’intérêt économique ou idéologique, et oriente collectivement leur action. Car ce ne sont pas les langues qui sont dominantes ou dominées : le prétendu choc entre langues n’est que le choc entre groupes ayant partiellement ou principalement fondé leur identité sur elles et s’étant construits grâce à elles. Celui qui observe ce transfert et cette cristallisation ne s’étonnera pas que les collectivités investissent autant dans leur langue. Et qu’un Cioran puisse dire qu’« on n’habite pas un pays, on habite une langue ».

  • 14 Pierre Bourdieu et Jacques Dubois, « Champ littéraire et rapports de domination », dans Jean-Marie(...)

16Ces oppositions et jeux de classement, ces orientations d’action, ces marques de reconnaissance et d’appartenance, fonctionnent bien évidemment dans le discours culturel, et donc dans le discours de la littérature comme dans le discours sur la littérature. Examinons les répercussions du discours essentialiste sur ces deux types de discours, en notant d’emblée que ces forces structurantes ne suivent pas les frontières institutionnelles les plus familières, comme celles de l’État. Dans le cas de la littérature belge comme dans celui de l’autrichienne ou de la suisse romande, Bourdieu invoque ce qu’il qualifie de cas d’école, ce cas où une « frontière politique vient diviser le champ littéraire et, en un sens, le champ littéraire est plus fort que le champ politique »14. Bourdieu parle ainsi d’une « spécificité de la domination littéraire ». Mais en fait c’est d’une domination linguistique qu’il s’agit au premier chef.

II. Occultation du problème de la langue d’écriture

  • 15 Jean-Marie Klinkenberg, « Le problème de la langue d’écriture dans la littérature francophone de B (...)
  • 16 Lise Gauvin, « Problématique de la langue d’écriture au Québec de 1960 à 1976 », dans Langue franç (...)
  • 17 Lise Gauvin, Langagement. L’écrivain et la langue au Québec, Montréal, Boréal, 2000.

17La première conséquence est l’occultation même des choix effectués. Comme expliqué au colloque de Pécs15, le problème du choix d’une variété ne semble pas avoir de pertinence pour l’écrivain francophone du Nord : d’une part, l’unification du marché linguistique fait que « le français » ne lui apparait pas comme une langue apprise ; d’autre part, il existe depuis le XVIIe siècle un modèle du français écrit littéraire qu’il peut identifier sans erreur, auquel il peut se référer et dont ni l’unité ni la stabilité ne font de doute à ses yeux. En apparence donc, pas de problème de langue d’écriture pour l’écrivain du Nord. Il est cependant revenu à Lise Gauvin, dès 197616 mais surtout dans son récent livre Langagement17, d’avoir montré qu’un tel problème se pose bien pour l’écrivain québécois, qui s’est trouvé devant un choix ressemblant à celui que l’on décrit fréquemment dans le cas des littératures coloniales. Un des mérites de l’étude est de montrer que, selon les états successifs du champ littéraire et du champ politique, une même variété linguistique pouvait être successivement chargée de valeurs distinctes, voire incompatibles ; tantôt signe de délicieuse couleur locale et garantie de vérisme, tantôt symptôme d’aliénation et de dépossession en même temps qu’instrument de déconstruction du rituel littéraire.

18De telles réorientations successives sont nécessairement occultées par la définition linguistique de la littérature, qui masque son hétérogénéité constitutive. Cette définition essentialiste fait oublier que le français qui définit la littérature française n’est pas LE français, mais un français particulier – un « français fictif » – que nos représentations nous ont appris à hypostasier. Surtout, elle contribue à mettre en place la triade langue-littérature-nation, que nous allons retrouver.

19Laissant ici de côté le problème de l’identité nationale – par ailleurs traité-, soulignons que la conception essentialiste a pour effet de refermer le texte sur lui-même, et de biaiser la représentation de son intertexte, en limitant celui-ci a ce qui est linguistiquement homologable. Participant à la manœuvre idéologique bien connue qu’est l’autonomisation de l’œuvre d’art, un de ses rôles particulier est de couper le texte du reste des langues, et d’empêcher que l’on considère sa belligérance fondamentale.

  • 18 Elles ont à se positionner face à deux pratiques, qui présentent chacune leur avantage et leur inc (...)

20En effet, si la langue commune est le matériau de base de l’œuvre, la littérature réorganise ce matériau. Elle le fait de l’intérieur, en proposant de nouvelles combinaisons, de nouvelles actualisations des structures ; mais elle le fait aussi de l’extérieur, en réorganisant le marché linguistique. Elle rend son lieu hybride, hétérolingue, pour reprendre la terminologie de Rainier Grutman. Hybridité qui est particulièrement le lot des littératures marginales dont nous avons à nous occuper ici18.

III. Surévaluation du modèle français

21La deuxième conséquence est la surévaluation du modèle français. Revenons à la triade langue-littérature-nation. Triade dont l’exemple achevé est évidemment la France. On sait que, selon Marc Quaghebeur, c’est la prégnance de ce modèle hétéronome chez les classes dirigeantes de l’État belge qui explique les contradictions de ces dernières dans leurs principes d’action et d’évaluation en matière littéraire.

22Cette prégnance, autorisée par la conception essentialiste de la langue, a évidemment des répercussions différentes selon les configurations littéraires.

23En Belgique, pour des raisons à la fois géographiques, historiques et institutionnelles, on assiste à un balancement qui va de l’assomption à la résistance, en passant par la dénégation.

  • 19 Anne-Marie Trekker et Jean-Pierre Vander Straeten, Cent auteurs, Bruxelles, Éditions de la Francit (...)

24Nous observerons plus loin la figure de la résistance. Du premier côté, celui de l’assomption, on assiste fréquemment à des manifestations d’hypercorrectisme littéraire. La mythification de la norme et d’une collectivité qui en serait la source, le siège et la garante se manifeste fréquemment, du Manifeste du lundi (1937), qui théorisait l’appartenance des lettres belges à la France littéraire, à la préface de l’anthologie de Trekker et Vander Straeten (1982)19. Ce mouvement est évidemment renforcé par les traits de l’institution littéraire française, dont le caractère centralisateur est bien connu.

  • 20 Jean-William Lapierre, Le Pouvoir politique et les Langues. Babel et Leviathan, Paris, PUF, « La p (...)

25Le Québec fait apparemment entendre une tout autre voix : le discours dominant y est en effet autonomisant. Mais, à bien y regarder, il s’est longuement inscrit dans un mouvement d’appropriation de la triade, comme le montre le thème du « texte national » élaboré par Jacques Godbout dans Liberté. Il s’est bien agi de retourner contre le centre l’idéologie de l’unité nationale (et de le traiter comme un pouvoir étranger) en revendiquant pour la communauté minoritaire et dominée son propre État-Nation. Ce qui a longtemps empêché de voir que ce mouvement s’inscrit bien dans le schéma historique suggéré par Touraine et Seiler pour rendre compte du dynamisme des cultures minoritaires, schéma synthétisé par Jean-William Lapierre20, c’est que le Québec se trouve pris dans une structure où les centres culturels, économiques et politiques ne coïncident pas.

IV. Violences linguistiques

26La troisième conséquence du discours essentialiste est de faire vivre les littératures dites périphériques dans une constante violence symbolique.

  • 21 Jean-Marie Klinkenberg, « Le problème de la langue d’écriture dans la littérature francophone de B (...)
  • 22 Cf. Michel Francard et al. (dir.), op. cit.
  • 23 Et l’on peut trouver sous la plume des critiques et des écrivains de ces trois aires toutes les tr (...)

27J’ai montré à plusieurs reprises21 que l’insécurité linguistique, lot de toutes les collectivités francophones périphériques22, est une des conditions de la production de leurs littératures. On peut déjà trouver cette observation chez les premiers pionniers à avoir étudié les littératures francophones de manière synoptique : dès 1897, Virgile Rossel soulignait ainsi « l’infériorité linguistique » de la Belgique, de la Suisse et du Canada français23. Les régionalistes parlent, eux, de « sous-langue ».

  • 24 William Labov, Sociolinguistique, Paris, Éditions de Minuit, 1976, p. 87.

28Le pseudo-concept d’infériorité linguistique ne peut naitre que grâce à un autre pseudo-concept, qui est porteur d’une importante violence symbolique : celui de communauté linguistique. Car une communauté linguistique ne peut en aucun cas être définie comme celle des usagers qui pratiqueraient la même variété : une telle définition est étroitement liée à la conception essentialiste et, à la prendre en compte, le Secrétaire perpétuel de l’Académie française, l’agriculteur du Lot, le fonctionnaire wallon et l’étudiant québécois ne seraient pas membres de la communauté des « francophones », les différences entre les variétés dont ils usent étant importantes. Ce qu’ils ont en commun, c’est de participer à un même ensemble de normes24, de pouvoir se reporter à un même modèle idéalisé de langue.

  • 25 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 25.

29La conception vulgaire de la communauté linguistique rejaillit à son tour pour créer une conception, tout aussi vulgaire, de la communauté culturelle, essentialiste elle aussi : si les normes de la communauté s’imposent de manière impérative à ses membres, ces membres sont interchangeables, et donc égaux. C’est dire – je cite ici Bourdieu parlant du marché linguistique – que cette conception « escamote la question des conditions économiques et sociales de l’acquisition de la compétence légitime et de la constitution du marché où s’établit et s’impose cette définition du légitime et de l’illégitime »25. Le postulat unanimiste occulte ainsi le fait que les échanges culturels ne peuvent être le fruit de consensus sereins, et qu’ils sont fondés sur des rapports de domination.

V. Attitudes

A. Ambivalences

  • 26 Jean-Marie Klinkenberg, « Nouveaux regards sur le concept de “Littérature belge”. À propos de Sto (...)

30Les deux mouvements que j’ai décrits26 pour expliquer les apparentes contradictions du système littéraire belge – centripète et centrifuge – ne sont pas mutuellement exclusifs.

31La prégnance du discours essentialiste, coexistant avec l’intériorisation de l’infériorité, permet en effet que s’expriment des sentiments ambivalents vis-à-vis du centre.

  • 27 Voir Michel Francard, en collaboration avec J. Lambert et Fr. Masuy, L’Insécurité linguistique dan (...)
  • 28 Marie-Louise Moreau, « Le bon français de Belgique. D’un divorce entre norme et discours sur la no (...)
  • 29 Et par ailleurs les deux discours « Nous défendons mieux le français que les Français » et « Les F (...)

32Sociolinguistiquement, le locuteur belge se rebelle ainsi volontiers contre la prétendue primauté linguistique française, mais, au même moment, il désigne bien Paris comme l’endroit où l’on parle le mieux sa langue27. Il peut aussi simultanément vivre la croyance en son respect scrupuleux des normes parisiennes et participer sans trop le savoir à l’élaboration de normes endogènes28, comme le fait d’ailleurs le Québécois29.

  • 30 Jusqu’à la fin du XIXe siècle, il est bien connu qu’on a vu se formuler une idéologie visant à pré (...)

33On peut parfaitement vivre avec de telles contradictions. On peut d’ailleurs en retrouver les premières traces dès les origines de la vie culturelle belge. Toutefois, dans l’idéologie qui la caractérise30, et qui ne peut manquer de produire une fragilité identitaire, les sentiments vis-à-vis de l’idiome sont alors ambivalents. Le français est revêtu d’une double valeur : langue maternelle et langue de classe, c’est d’un côté la seule langue dans laquelle une culture quelconque puisse prétendre s’exprimer, mais c’est de l’autre la langue d’un État que Ton considère comme étranger, voire comme vaguement dangereux, et donc le véhicule d’une superficialité honnie.

  • 31 Cf Paul Dirckx, op. cit.

34Mais il n’est pas nécessaire de remonter au XIXe siècle : toute la dynamique politique et culturelle belge tend de nos jours à renforcer l’ambiguïté, et à lui faire jouer un rôle désormais fragilisant31.

  • 32 Voir Martine Garsou, L’image de la langue française, Bruxelles, Communauté française de Belgique, (...)
  • 33 Daniel Blampain, André Goosse, Jean-Marie Klinkenberg, Marc Wllmet (dir.), op. cit.

35D’un côté, on assiste en effet à un renforcement objectif du jeu des tendances centrifuges, et d’autre part à une légitimation (subjective donc) des tendances centripètes. Du premier côté – celui de la légitimation des tendances centripètes – des enquêtes montrent que le Belge assume dorénavant certains des traits culturels qui traditionnellement constituaient autant de stigmates32. Mais si les ouvrages de référence s’ouvrent aux belgicismes, aux helvétismes et aux québécismes, et si certaines pratiques linguistiques échappent désormais à la logique centralisatrice, c’est précisément au moment où une série de particularismes s’estompent sous l’effet puissant de forces intégratrices. L’unification linguistique, en cours depuis le XIXe siècle, ne cesse en effet de s’accélérer. Et en définitive, la légitimité culturelle passe toujours par la France. Une anecdote récente en administre la preuve. Un bel ouvrage consacré au Français en Belgique33 et fournissant une belle carte de visite au Francophone de Belgique a pu paraitre en 1997 sans que l’opinion publique belge soit particulièrement alertée. Mais que ce même livre soit, en 1998, présenté devant un parterre français, à l’Académie française, et ce fut l’évènement…

  • 34 Stratégie centripète : c’est l’autonomisation, ou création d’un champ culturel distinct (création (...)
  • 35 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 74.
  • 36 Jean-Pierre Bertrand, « Parler mal, écrire bien. Le statut linguistique et littéraire de la franco (...)

36La permanence de cette ambivalence induit des tactiques très diversifiées chez les agents culturels désireux de s’attribuer de la légitimité. En matière de lettres, ils auront ainsi le choix entre deux stratégies que j’ai décrites comme centrifuge et centripète34. On peut aisément comprendre le mécanisme de la stratégie centrifuge. L’exercice d’un pouvoir symbolique s’accompagne d’un travail sur la forme qui est destiné à attester la maitrise de l’orateur, à lui acquérir la reconnaissance du groupe35 : un recours à une variété de prestige qui permet d’exclure l’autre de l’univers idéalisé que cette variété construit. Le pouvoir symbolique s’accompagne ainsi d’une symbolique du pouvoir, et parmi ces attributs symboliques, un des plus efficaces est le recours à une variété linguistique rare sur le marché, rareté qui en fait le prix. Or les dominés dans un champ ont tendance à l’hétéronomie et donc, ici, se plient aux exigences du centre linguistique, intériorisation bien résumée dans le titre d’une communication de Jean-Pierre Bertrand36 : Parler mal, écrire bien.

37La stratégie linguistique centripète consiste cette fois à cultiver le sens de la rupture. Ce qui nous amène au retournement et à la résistance.

B. Retournement et résistance

38Cette résistance peut prendre bien des formes. L’une d’elles consiste à retourner le centre contre lui-même, en épousant partiellement sa logique. On a vu que c’était une des stratégies mobilisées par les écrivains québécois.

  • 37 Jérôme Meizoz, Le Droit de « mal écrire ». Quand les auteurs romands déjouent le « français de Par (...)
  • 38 Maurice Piron, « Le problème des littératures françaises marginales », Bulletin de l’Académie Roya (...)
  • 39 Marc Quaghebeur, Jean-Pierre Verheggen, Véronique Jago-Antoine, Un pays d’irréguliers, Bruxelles, (...)

39Une autre est la rébellion envers la langue. Après Parler mal, écrire bien, voici Le Droit de « mal écrire », titre d’un ouvrage du Suisse Jérôme Meizoz37. Ce qu’on a pu, pour la Belgique, appeler l’irrégularité ; mais qui est une constante de toutes les littératures francophones septentrionales, comme Maurice Piron l’a montré dans un article pionnier trop peu connu38. Elle consiste non à valoriser le solécisme – la chose est presque impensable où que ce soit en terre francophone : une sublimation compensatoire n’y est pas possible, car elle ne peut apporter un profit de distinction, de sorte que la seule alternative est de sortir totalement du champ, par exemple en pratiquant le dialecte-, mais à favoriser les produits de ce qui est souvent présenté comme une propension du Belge à jouer librement avec la langue39. Parler de propension est peut-être encore recourir à une explication essentialiste. Observons le mécanisme apparemment contradictoire qui produit cette propension.

40Si d’un côté les dominés se plient globalement aux exigences du centre linguistique, de l’autre l’autonomie du champ littéraire autorise l’ouverture vis-à-vis de ces exigences. Bourdieu peut dès lors observer qu’il y a une propension à la subversion qui est liée à la position dominée. La spécificité littéraire de cette tactique consiste en ceci que le stigmatisé se défend contre l’intériorisation de son infériorité en la mettant lui-même en scène. Les atteintes voulues à la norme, par exemple en littérature, seront ainsi analysées comme les traces d’un questionnement. Et le caractère problématique de l’appartenance française sera mis en scène par une écriture postmodeme, exhibant les tensions qui déterminent les rapports sociaux en les médiatisant.

Conclusion

41Une conception essentialiste de la langue détermine une conception essentialiste de la littérature.

42C’est au nom de cette dernière qu’on a ostracisé nombre d’écrivains réputés « marginaux » (il n’est pas loin le temps où j’ai entendu cet enthymème : « si d’aventure il y avait de bons écrivains belges, on les étudierait au cours de littérature française »). Mais c’est cette même conception qui préside à la définition des littératures francophones : elle a été intériorisée par leurs théoriciens, qui excluent de leur champ la littérature produite en France.

43Il n’est pas malaisé de percevoir les effets terminaux de cette conception sur le discours de la littérature. L’irrégularité en est un bon exemple. Mais les y confiner pourrait être confirmer une position formaliste et se refuser à envisager la littérature comme lieu de tensions.

44Je propose quant à moi de déplacer la réflexion en direction de l’impact de cette conception sur le discours à propos de la littérature. Et nous pouvons nous servir une fois de plus de l’irrégularité. En faire une spécialité du discours littéraire belge, comme le chocolat ou les coureurs cyclistes dans d’autres domaines, serait, disais-je, recourir encore une fois à l’explication essentialiste, et je m’en garderai bien. Il faudrait, pour prouver avec toute la rigueur nécessaire que l’alternance de rétention et réplétion stylistiques est un trait spécifique de la littérature de Belgique, des corpus importants et variés, corpus qui, de surcroit, devraient permettre des comparaisons stylostatistiques avec d’autres corpus francophones. On ne peut actuellement administrer une telle démonstration. Et pourrait-elle même l’être ? On peut faire l’hypothèse que l’irrégularité est fatale chez l’usager de la langue française. Les particularités de celle-ci ouvrent en effet un champ très large à celui-là. Par exemple, les nombreuses homonymies qu’elle offre et ses aberrations orthographiques permettent le calembour et l’à-peu-près. Dans la littérature française court ainsi une tradition, qui va de Rabelais au Nouveau roman, en passant par Mallarmé, Apollinaire, Valéry, Roussel et les lettristes. Un peu comme si les contraintes qui pèsent sur le francophone, plus que sur les usagers de toute autre langue, devaient être rachetées par de vastes exercices de libération, et comme si, poussée à son comble, la contrainte ne pouvait déboucher que sur un suprême anarchisme verbal. Au long de cette tradition, les plus grands – de Hugo à San Antonio en passant par Jarry et Allais – n’ont pas craché sur le calembour. En allant plus loin, on pourrait même ajouter que la résistance à la langue n’est pas un fait propre au francophone, puisqu’elle définit la littérature elle-même. L’écrivain n’est-il pas celui qui se bat avec la langue ?

  • 40 À titre d’exemple, on invoquera, du côté belge, l’exposition « Tire la langue » (1990), qui a donn (...)
  • 41 Tzvetan Todorov me faisait un jour observer qu’à ses yeux – de Chaïm Perelman au Groupe µ – la rhé (...)

45Mais la question de l’irrégularité redevient intéressante si l’on en fait un phénomène de représentation. On note un intérêt récurrent de la critique pour le problème de la langue d’écriture en Belgique. Une critique française autant que belge40. Ainsi, même si la fréquence des faits relevés n’opposait pas significativement les écrivains français et les belges, le phénomène n’existerait-il pas moins à titre de représentation sociale, aussi consistante que celle de la « terre de grammairiens » que serait la Belgique francophone41.

46De manière plus générale, il serait intéressant de décrire les protocoles de lecture des littératures mineures, qui sont autant de filtres représentationnels.

  • 42 Maurice Piron, op. cit., p. 6.

47Un des traits importants de ces littératures dans leur phase d’émergence, c’est ainsi le fait qu’elles héritent dans un laps de temps très bref – autant dire simultanément – d’apports esthétiques qui, dans les littératures-sources, s’ordonnent le long d’un axe chronologique, souvent décrit comme un axe logique. C’est ce que Maurice Piron exprime à propos des littératures francophones septentrionales : « Ces littératures jeunes semblent paradoxalement alourdies d’un passé qu’elles n’ont pas eu »42. Cette simultanéité, rompant avec toute logique connue, rend généralement la synthèse obtenue indéchiffrable par les agents des littératures dominantes. Les traits repérés dans les œuvres, loin d’être rapportés à leurs origines, sont dès lors généralement attribués au substrat local, et deviennent autant de signes d’indigénité. Or, à cause du facteur bien simple qu’est la prégnance du modèle français, le public des littératures émergentes que sont les francophones septentrionales est bifide, pour ne pas dire schizophrène : d’un côté, vivant dans la connaissance (éventuellement passive) du modèle français, il émet le jugement d’originalité typique du dominant (ce qui explique que nombre de Belges ont pu décréter la Légende d’Ulenspiegel illisible, ou estimer son archaïsme stylistique « faisant extraordinairement flamand ») ; d’un autre, il peut prendre la mesure du bricolage produit et évaluer sa contribution à l’émergence de la littérature (d’où la qualification de texte fondateur attribué à cette même Légende).

48Cet exemple, comme celui de l’irrégularité, fait voir que les représentations mettent en évidence l’hétéronomie des normes en même temps qu’elles offrent la possibilité, fantasmatique, de racheter les contradictions et les ambivalences par certaines pratiques.

49Non, décidément, les effets du concept de « langue majeure » ne sont pas mineurs.

Notes

1 Comme, par exemple : Joseph Hanse, « Langue littéraire et appartenance nationale », dans Actes du IVe Congrès de l’Association internationale de littérature comparée, 1965.

2 Jean-Marie Klinkenberg, « Insécurité linguistique et production littéraire. Le problème de la langue d’écriture dans les lettres francophones », dans Michel Francard et al. (dir.), L’Insécurité linguistique dans les communautés francophones périphériques, Louvain-la-Neuve, no spécial des Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain, t. XIX, 1994, no 3-4, pp. 71-80.

3 Voir Jean-Marie Klinkenberg, « La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une sociologie historique », dans Littérature, no 44 (numéro spécial L’Institution littéraire, II), 1981, pp. 33-50.

4 Cf. Jean-Marie Klinkenberg, « Insécurité linguistique et production littéraire. Le problème de la langue d’écriture dans les lettres francophones », op. cit.

5 Paul Dirckx, « La langue du fou. Les obstacles à l’analyse des spécificités de l’espace social belge », dans Réseaux, no 85-87, Langues, blancs, pouvoirs inconscients, 1999.

6 Jean-Marie Klinkenberg, La Langue et le citoyen, Paris, PUF, 2001.

7 Cette puissance constructiviste du discours épilinguistique commun contamine celui de la science, quand celle-ci transforme en réalité objective ce qui n’est que classification purement méthodologique. Ainsi le romaniste, qui fait du wallon et du normand deux dialectes voisins dans le même faisceau français, est-il bien surpris d’apprendre que tchèque et slovaque sont considérés non comme deux variétés, mais comme deux langues distinctes ; en revanche, un spécialiste des langues slaves aurait droit de s’étonner que l’on fasse de deux parlers aussi distincts que le piémontais et le sicilien deux simples dialectes du même ensemble italien. Pourtant il n’y a là que des décisions classificatoires arbitraires (que d’autres techniques, comme la dialectométrie, rendent moins idéologiques). L’aveuglement, ou la perversité, consiste à confondre l’ordre de la décision méthodologique et celui de l’essence. Ce que n’hésite d’ailleurs pas à faire une certaine linguistique, qui radicalise le discours épilinguistique vulgaire en faisant de sa posture idéaliste d’unification un postulat méthodologique, et en occultant du même coup sa portée idéologique. Bourdieu fait bien de renvoyer à cette définition de la linguistique que donne Chomsky, mille fois citée et qui pourtant reste incroyable : « La théorie linguistique », pour celui-ci, « a affaire fondamentalement à un locuteur-auditeur idéal, inséré dans une communauté linguistique complètement homogène, connaissant sa langue parfaitement et à l’abri des effets grammaticalement non pertinents » (apud Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire. L’Économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982, p. 24).

8 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 27.

9 On s’épuiserait à décrire les manifestations de cette conception. De Jacques Tahureau – qui dans son Oraison au Roy de la grandeur de son règne et de l’excellence de la langue française (1555) déclare « Iamais langue n’exprima mieux les conceptions de l’esprit que fait la nôtre : Iamais langue ne fut plus douce à l’oreille et plus coulante que la Francoyse : Iamais langue n’eut les termes plus propres que nous auons en Francoys » – à Paul Guth, qui me déclarait un jour chercher au cœur de la langue française, et par-delà ses avatars, un « diamant pur », un noyau irréductible, un invariant.

10 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 29.

11 Ibid., p. 31.

12 Bourdieu encore : « Pour qu’un mode d’expression parmi d’autres […] s’impose comme seul légitime, il faut que le marché linguistique soit unifié et que les différents dialectes (de classe, de région ou d’ethnie) soient pratiquement mesurés à la langue ou à l’usage légitime. » (Pierre Bourdieu, op. cit., p. 28.)

13 N’invoquons pas – ce serait trop facile – le mythe de la « clarté de la langue française », clarté qui faisait écrire à Molard qu’elle était « l’organe de la politique et de la vérité, dont elle a la marche simple et naturelle » (1803) et faisait récemment dire à un homme politique inconscient – ou impudent – qu’il était impossible de mentir en français. Ne rappelons pas non plus cette autre idée qui veut que le français véhiculerait nécessairement des valeurs universellement humanistes, simplement parce qu’il est le français : nous a-t-on assez rabâché que c’était la langue des principes de 1789 ? (Lors du cinquantième anniversaire de l’Organisation des Nations unies, l’ancien secrétaire général, aujourd’hui à la tête de l’Agence de coopération culturelle et technique, nous offrait une formulation modernisée de ce grand mythe : « Le français est dans la mémoire des peuples, une langue “non alignée” – je dis parfois “subversive” : la langue de la révolte contre l’injustice, l’intolérance et l’oppression. ») Ne parlons pas davantage de l’idée d’une « crise de compétence » en matière de langue, une des plus tenaces parmi les rumeurs linguistiques ; si tenace et si générale qu’il ne fait pas bon la mettre en doute. N’invoquons pas non plus la « guerre du nénufar » ou celle de « la cafetière », au cours de laquelle il y eut surtout la gauloiserie et la gaudriole, et les propos à connotation sexuelle (« viol de la langue », « lubricité lexicale », « harassement textuel »). N’invoquons rien de cela : la vie est trop courte…

14 Pierre Bourdieu et Jacques Dubois, « Champ littéraire et rapports de domination », dans Jean-Marie Klinkenberg (dir.), L’Institution littéraire, Textyles, no 15, 1999, pp. 12-16 (ici, p. 13.)

15 Jean-Marie Klinkenberg, « Le problème de la langue d’écriture dans la littérature francophone de Belgique. De Verhaeren à Verheggen », dans Árpád Vigh (dir.), L’Identité culturelle dans les littératures de langue française, Actes du Colloque de Pécs, Paris, ACCT, Pécs, Presses de l’Université, 1989, pp. 65-80.

16 Lise Gauvin, « Problématique de la langue d’écriture au Québec de 1960 à 1976 », dans Langue française, n° 31, 1976, pp. 74-90.

17 Lise Gauvin, Langagement. L’écrivain et la langue au Québec, Montréal, Boréal, 2000.

18 Elles ont à se positionner face à deux pratiques, qui présentent chacune leur avantage et leur inconvénient : « Homogénéisation soit du monde représenté (par le choix d’une communauté unilingue, voire unidialectale) soit du monde représentant (par la traduction des énoncés fictifs dans la langue de la narration). Le procédé inverse consiste à respecter les actes de langage hétérolingue de l’univers signifié et à les reproduire avec autant de précision que possible dans l’univers signifiant. Or, ce qu’on gagne alors en réalisme, on risque de le perdre en lisibilité. » (Rainier Grutman, « Norme, répertoire, système : les avatars du premier roman québécois », dans Études françaises, vol. 28, no 2-3, 1992-1993, p. 83-91 ; ici p. 86.)

19 Anne-Marie Trekker et Jean-Pierre Vander Straeten, Cent auteurs, Bruxelles, Éditions de la Francité, 1982.

20 Jean-William Lapierre, Le Pouvoir politique et les Langues. Babel et Leviathan, Paris, PUF, « La politique éclatée », 1988.

21 Jean-Marie Klinkenberg, « Le problème de la langue d’écriture dans la littérature francophone de Belgique. De Verhaeren à Verheggen », op. cit. ; Jean-Marie Klinkenberg, « Insécurité linguistique et production littéraire. Le problème de la langue d’écriture dans les lettres francophones », op. cit.

22 Cf. Michel Francard et al. (dir.), op. cit.

23 Et l’on peut trouver sous la plume des critiques et des écrivains de ces trois aires toutes les traces de cette infériorité : du Suisse Gonzague de Reynold (1913), qui parle d’un « français de frontière », au Belge Octave Maus (1901), qui se plaint amèrement du charabia qu’on parle chez lui. Non seulement l’expression quotidienne de ses concitoyens laisse à désirer (« nous n’avons qu’une notion approximative et souvent inexacte de la valeur des mots ; nous les employons au petit bonheur avec une sérénité drolatique ; nous subissons le règne de l’à-peu-près, de l’à-côté, de l’approchant »), mais leur littérature fourmille « de mots employés à contre-sens, d’accouplements de vocables démesurément allongées ». Bref le Belge parle mal : « Tout dialogue entre un Français et un Belge est, à cet égard, caractéristique. […] La langue, au lieu d’être nerveuse, brève, rythmée, se détend, se disloque, échappe à toute discipline, et la gymnastique de l’esprit s’en ressent fatalement. » Rossel et Maus ont maints descendants aujourd’hui. On en trouvera un certain nombre au sommaire de l’ouvrage collectif Jacques Sojcher (dir.), La Belgique malgré tout, numéro spécial de la Revue de l’Université de Bruxelles, no 1-4, 1980.

24 William Labov, Sociolinguistique, Paris, Éditions de Minuit, 1976, p. 87.

25 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 25.

26 Jean-Marie Klinkenberg, « Nouveaux regards sur le concept de “Littérature belge”. À propos de Sto let bel’gijskoj literatur’i par L.-G. Andreev », dans Marche romane, t. XVIII, 1968, pp. 120-132. Et Jean-Marie Klinkenberg, « La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une sociologie historique », op. cit.

27 Voir Michel Francard, en collaboration avec J. Lambert et Fr. Masuy, L’Insécurité linguistique dans la Communauté française de Belgique, Bruxelles, Communauté française de Belgique, Service de la langue, « Français & société », 1993.

28 Marie-Louise Moreau, « Le bon français de Belgique. D’un divorce entre norme et discours sur la norme », dans Daniel Blampain, André Goosse, Jean-Marie Klinkenberg, Marc Wilmet (dir.), Une Langue, une Communauté. Le Français en Belgique, op. cit., 1997, pp. 391-399.

29 Et par ailleurs les deux discours « Nous défendons mieux le français que les Français » et « Les Français devraient être notre rempart contre la crise de la langue » peuvent parfaitement se faire entendre chez lui.

30 Jusqu’à la fin du XIXe siècle, il est bien connu qu’on a vu se formuler une idéologie visant à préserver l’image d’une Belgique unique et unie, produit d’une symbiose où les génies latin et germanique viendraient se fondre harmonieusement : brume bienfaisante du cœur et clarté cartésienne du moyen d’expression.

31 Cf Paul Dirckx, op. cit.

32 Voir Martine Garsou, L’image de la langue française, Bruxelles, Communauté française de Belgique, « Français & société », no 1, 1991. Voir aussi Dominique Lafontaine, « Les attitudes et les représentations linguistiques », dans Daniel Blampain, André Goosse, Jean-Marie Klinkenberg, Marc Wilmet (dir.), op. cit., pp. 381-390. Et voir Michel Francard, en collaboration avec J. Lambert et F. Masuy, L’Insécurité linguistique dans la Communauté française de Belgique, op. cit. Par ailleurs, dans un mouvement qui déborde largement le cadre de la Belgique, les dictionnaires généraux comme le Larousse ou le Robert s’ouvrent en effet de plus en plus largement aux particularismes régionaux, quand ces maisons – comme Le Robert ou Hachette-ne mettent pas sur le marché des produits résolument « francophones ». Dans sa refonte de 1989, le Petit Larousse accueillait ainsi à peu près 300 belgicismes, nombre encore gonflé de deux cents unités pour la refonte de 1998. Pendant ce temps, les études linguistiques, dont on trouverait des équivalents ailleurs en francophonie, font apparaitre qu’il y a un bon usage belge, distinct du bon usage français, bon usage où les différences géographiques comptent moins que les différences sociales (voir Marie-Louise Moreau, op. cit.)

33 Daniel Blampain, André Goosse, Jean-Marie Klinkenberg, Marc Wllmet (dir.), op. cit.

34 Stratégie centripète : c’est l’autonomisation, ou création d’un champ culturel distinct (création qui annule la hiérarchie, et donc la légitimité…). Stratégie centrifuge : c’est l’effort d’assimilation au champ parisien, ou au moins le désir de reconnaissance de la part des instances de consécration de ce centre. Ces deux mouvements ont leur pendant sur le plan linguistique. La stratégie linguistique centrifuge est typiquement celle du purisme. Rendu méfiant, le locuteur marginal se surveille, et aligne ses productions sur ce qu’il croit être la norme. On ne s’étonnera donc pas que la Belgique soit la terre du Bon Usage et des chroniques de langage ; et qu’elle soit la première nation à avoir érigé l’orthographe au rang de discipline olympique : n’a-t-elle pas suggéré, par ses Championnats nationaux d’orthographe, une belle opération pan-francophone à Bernard Pivot ?

35 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 74.

36 Jean-Pierre Bertrand, « Parler mal, écrire bien. Le statut linguistique et littéraire de la francophonie belge. Problèmes et perspectives ». Communication au colloque Réalités et perspectives francophones dans une Europe plurilingue, Saint-Vincent, mai 1993.

37 Jérôme Meizoz, Le Droit de « mal écrire ». Quand les auteurs romands déjouent le « français de Paris », Carouge-Genève, Zoé, « Critique », 1998.

38 Maurice Piron, « Le problème des littératures françaises marginales », Bulletin de l’Académie Royale de langue et de littérature françaises de Belgique, t.o XLVI, no 4, 1968.

39 Marc Quaghebeur, Jean-Pierre Verheggen, Véronique Jago-Antoine, Un pays d’irréguliers, Bruxelles, Labor, « Archives du futur », 1990.

40 À titre d’exemple, on invoquera, du côté belge, l’exposition « Tire la langue » (1990), qui a donné lieu à la publication d’un florilège intitulé Un pays d’irréguliers (Marc Quaghebeur et al., op. cit.), ou telle étude synoptique des discours de réception prononcés à l’Académie royale de langue et de littérature (cf. Christian Delcourt et Janine Delcourt-Angélique, « Septante ans de belgitude », dans Le langage et l’homme, 30 juin 1995, 2-3, pp. 135-145). Du côté français, on pensera aux chroniques littéraires et paralittéraires qu’Yves Frémion rédige fidèlement sous le titre T’ar ta lacrem dans le fanzine Fluide glacial et qu’il consacre à tous les aventuriers du langage : on constate que les Belges, de Norge à Blavier, y occupent une place enviable.

41 Tzvetan Todorov me faisait un jour observer qu’à ses yeux – de Chaïm Perelman au Groupe µ – la rhétorique était une spécialité belge.

42 Maurice Piron, op. cit., p. 6.

Notes de fin

* Cet article fait usage des rectifications orthographiques de 1990.

Auteur

Enseigne la sémiologie, la rhétorique et les cultures francophones à l’Université de Liège, où il a présidé le Centre d’Études québécoises douze années durant. Il a été Président du Conseil supérieur de la langue française de Belgique. Il est membre de l’Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr