Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littératures mineures en langue majeure

 | 
Jean-Pierre Bertrand
, 
Lise Gauvin

Introduction

Jean-Pierre Bertrand et Lise Gauvin

Texte intégral

1En musique, le majeur et le mineur déterminent des modes d’énonciation tonale, rapportables à des significations et des affects qui varient selon les époques : le majeur est dans la gravité et le mineur dans l’allégresse, à moins qu’ils ne situent, comme c’est le cas avec la musique romantique, d’autres oppositions de registre. L’un et l’autre participent d’un langage et d’une codification qui, certes, reproduisent des schèmes de primauté, mais sans hiérarchie ni principe de domination, comme en logique, où la majeure qualifie la première proposition d’un syllogisme, ou comme en anatomie, où le mot sert à désigner le plus grand doigt de la main. Ce qui est majeur est premier, conséquentiellement et non consécutivement : un premier appelle un second qui lui est en quelque sorte consubstantiel.

  • 1 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Minuit, 1975.

2On pourrait penser qu’en matière de langue et de littérature, cette dialectique du majeur et du mineur opère de la même manière. Il n’en est rien. D’abord parce que de la langue à la littérature un glissement se produit dans l’établissement d’une hiérarchie : l’une est du côté de la domination – la langue : bien commun, instrument de communication – ; l’autre, du côté sinon de la soumission, du moins de la différence et de la différenciation – la littérature, du moins la moderne : formidable machine idiolectale. Par conséquent, même s’il n’échappe à personne que la langue n’existe pas en dehors de ses usages pluriels, elle reste conçue aujourd’hui encore comme une instance fédératrice, socialement appelée à exercer son pouvoir normalisateur. La littérature, elle, sorte de contre-pouvoir, entend se désolidariser de ce pacte communicationnel par l’infraction des normes langagières : la langue est pour elle matière à exploration imaginaire dans les formes et les représentations qu’elle véhicule. Et ce n’est pas qu’affaire de style : des enjeux bien plus considérables, incompatibles du reste avec l’ordre que la langue est censée instituer et maintenir, se dessinent dès lors que l’on cherche à comprendre les rapports de lutte qui lient les littératures mineures à la langue majeure. Au fond, il n’est qu’une langue majeure, au singulier, et que des littératures mineures, au pluriel. Sauf à considérer une production littéraire, historiquement existante, au service de la langue et du pouvoir, qui pourrait être qualifiée de majeure, la littérature, comme l’ont montré, à propos de Kafka, Deleuze et Guattari – près de vingt fois remis sur le métier dans les pages qui suivent, et pour cause1 – se situe constamment dans le mineur, creusant la langue au plus profond d’elle-même. Le mineur est son principe radicalement subversif, exactement en contremodèle de la dynamique normalisante et canonique qui est au fondement de la langue majeure.

  • 2 Roland Barthes, Le Degré zéro de l’écriture [1953], Paris, Seuil, « Points », 1972, pp. 41-45.
  • 3 Renée Balibar, Histoire de la littérature française, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1991.

3La littérature française, plus que tout autre, peut-être en raison du jacobinisme centralisateur qu’elle a servi depuis le XVIIe siècle et même avant, devrait être étudiée dans ses rapports à la langue. On y verrait se dessiner des lignes de force, de partage, de fuite et de fracture qui rassembleraient et diviseraient sur la longue distance les écrivains. Les uns défenseurs d’une langue dite, et le mot est lourd de sens, « classique », les autres tenants de l’irrégularité, d’autres encore adeptes de l’hybridation baroque, etc. Roland Barthes, dans Le Degré zéro de l’écriture, avait fait de très belles propositions à ce sujet, en considérant des usages à la fois centripètes et centrifuges du style au cours des siècles pour montrer comment les écritures modernes se sont multipliées à la seconde moitié du XIXe siècle2. Les travaux de Renée Balibar, notamment son étonnante Histoire de la littérature française en 126 pages3, devraient inspirer des études très fécondes sur les rapports de domination entre la langue et les écritures. Lorsque l’essayiste ouvre son livre sur la déclaration suivante : « La littérature française est née un matin d’hiver à Strasbourg le 14 février 842 », elle déplace considérablement le point de vue endogène des littéraires et des linguistes, mettant l’accent non seulement sur les usages littéraires de la langue dans leur histoire, mais aussi et surtout sur les implications culturelles que sous-tend ce que l’on nomme communément, et à nouveau de façon très limitative, des pratiques de style.

4Le colloque « Littératures mineures en langue majeure » s’inscrit pleinement dans cette réflexion historique et sociologique qui porte uniment sur la langue et la littérature. Langue majeure désigne le français dans toute sa puissance normalisatrice. Cela ne signifie pas, fût-elle maternelle dans nombre de cas, que celle-ci apparaisse en regard des littératures qui la travaillent et la contestent comme la marâtre des contes, ni comme aucune mère du reste. Loin de nous ce manichéisme et cet idéalisme. Si elle est majeure, c’est en ce sens qu’elle exerce dans le contexte particulier où elle se saisit – celui de la francophonie moderne (pléonasme) – un pouvoir sur les littératures dites mineures, ce qui ne signifie pas non plus qu’il y ait exclusion de celles-ci par celle-là : ce qui serait réducteur.

5On s’aperçoit ainsi que l’adjectif « mineur » prend une extension assez particulière, en regard de ce qui a été rappelé ci-avant, à propos de n’importe quelle littérature. Les littératures mineures, dans l’espace de la francophonie, sont celles qui se situent en dehors de la France hexagonale. Le critère n’est pas seulement géographique : éloignées de Paris – et la distance n’est pas que kilométrique-, les littératures francophones de Belgique, de Suisse, du Québec, des Caraïbes, d’Afrique, pour ne citer que les principales, subissent de multiples formes de domination, lesquelles sont autant de chances pour elles d’affirmer leur différence. Périphériques, elles ont tendance à se marginaliser dans l’espace qui est le leur et du coup à se soustraire aux forces légitimantes qui ont leur siège dans la capitale française et qui régentent non seulement les emplois linguistiques mais aussi les canons esthétiques. Mais en même temps, elles occupent une position privilégiée pour leur paradoxal épanouissement : distantes, en contact avec d’autres cultures et d’autres langues, elles génèrent des imaginaires et des formes irréductibles aux modèles français.

6En questionnant des textes des XIXe et XXe siècles en Belgique francophone et au Québec, les contributions qui suivent montrent que plusieurs stratégies se sont présentées à l’écrivain périphérique pour situer son usage de la langue (littéraire). Tantôt, il hypertrophie les signes d’appartenance communautaire, en affichant une langue littéraire résolument ancrée dans la différence. Tantôt, il revendique explicitement ou implicitement l’allégeance hexagonale. Tantôt encore, il dénie toute problématisation dans l’emploi du français, qu’il écrit comme l’autre faisait de la prose. Mais, d’une manière ou d’une autre, la dialectique du majeur et du mineur resurgit, et quelquefois dans des régions insoupçonnées, comme par exemple les manières de parler et d’écrire, qui échappent au contrôle des intentions les plus radicales et qui affectent la littérature ailleurs que dans ses formes ou ses contenus.

7À sujet dialectique, développement dialectique. Le livre s’ouvre sur une interrogation croisée des concepts de littératures mineures et de langue majeure. Il aborde ensuite une série d’études spécifiques, majoritairement centrées sur la littérature québécoise, à laquelle font contrepoint des exemples belges. Chaque cas présente à sa manière des problématiques spécifiques. De Bruxelles à Montréal, d’un écrivain à l’autre, les formes de domination changent et quelquefois avec d’étonnants renversements, au point que ce qui paraît indomptable, la langue, est dans bien des cas proprement dominé, voire littéralement miné – on n’en attend pas moins de toute littérature. Et on s’aperçoit au bout du compte, et pas seulement dans les « conclusions fictives » qui ferment le recueil, que, ainsi posées dans un titre trop bien noué, les Littératures mineures en langue majeure débordent largement le cadre problématique dans lequel elles sont traitées pour toucher à des questions qui engagent la littérature dans ses rapports avec l’ensemble des institutions sociales, comme disait Mme de Staël au seuil de notre modernité.

Notes

1 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Minuit, 1975.

2 Roland Barthes, Le Degré zéro de l’écriture [1953], Paris, Seuil, « Points », 1972, pp. 41-45.

3 Renée Balibar, Histoire de la littérature française, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1991.

Auteurs

Président du Centre d’études québécoises de l’Université de Liège. Spécialiste de la littérature fin de siècle, en France et en Belgique. Ouvrages publiés : Jules Laforgue. Ironie et désenchantement, Paris, Klincksieck, 1997 ; Le Roman célibataire, Paris, Corti, 1996 (en collaboration) ; Paludes d’André Gide, Paris, Gallimard, « Foliothèque », 2001.

Professeure à l’Université de Montréal, où elle dirige le Département d’études françaises. Parmi ses publications récentes : Écrivains contemporains du Québec avec Gaston Miron, Paris, Seghers, 1989 – L’Hexagone/Typo, 1998 ; À une enfant d’un autre siècle, essai, Montréal, Leméac, 1997 ; L’Écrivain francophone à la croisée des langues, Paris, Karthala, 1997 (Prix France-Québec) ; Nouvelles d’Amérique avec Maryse Condé, Montréal, L’Hexagone, 1998 et Langagement. L’Écrivain et la Langue au Québec, Montréal, Boréal, 2000. Elle tient également une chronique des « Lettres francophones » dans le journal Le Devoir.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr