Version classiqueVersion mobile

Éthique de l'information

 | 
Armande Saint-Jean

Conclusion. Glissements et responsabilité

Texte intégral

1L’analyse successive des fondements philosophiques, des aspects juridiques et des pratiques professionnelles a permis d’identifier les transformations qui se sont opérées au cours des 40 dernières années dans les domaines de l’information et du journalisme au Québec et de cerner les facteurs déterminants qui ont contribué à l’évolution de l’éthique journalistique. Dans cette dernière section de conclusion générale, nous allons mettre en rapport les uns avec les autres les différents types de glissements de manière à dégager une vue d’ensemble d’un phénomène qui jusqu’à présent n’a été abordé que de manière fragmentée. La théorie des glissements que nous proposons permet à la fois de caractériser l’évolution en matière d’éthique journalistique au Québec entre 1960 et 2001 et de fournir une vision globale de ces différentes dimensions.

2Outre le résumé des principaux éléments qui se dégagent des précédents chapitres, cette conclusion comporte des réflexions sur les perspectives qui s’ouvrent à la recherche universitaire à partir du travail effectué jusqu’ici, de même que certaines considérations d’ordre pratique dont l’application relève davantage du milieu professionnel de l’information. La théorie des glissements risque en effet d’avoir un impact sur le milieu de l’information au Québec, qui manifeste souvent une sensibilité extrême à l’examen et à la critique, suivant en cela l’exemple de la plupart des milieux journalistiques ailleurs en Occident. Au Heu de heurter certaines sensibilités, ce travail de recherche et de réflexion devrait plutôt servir à dégager des pistes de réflexion et d’intervention pour l’avenir. À cette fin, nous allons revenir sur l’élément central du questionnement, le principe de responsabilité. Nous proposons une définition renouvelée des principes fondamentaux, dont la validité n’a jamais été mise en cause, mais qui doivent être revus et réhabilités dans le but de définir une nouvelle éthique basée sur un réaménagement des instances de responsabilité.

3Le questionnement éthique qui a cours dans la société occidentale indique parfois une tendance à réclamer un recours à une intervention législative ou administrative de la part de l’État afin de réglementer certains domaines d’activité. Nous expliquerons pourquoi un tel recours nous apparaît nécessaire et souhaitable. À partir de l’analyse des facteurs qui ont miné son efficacité, nous tenterons de démontrer que, dans certaines conditions, le système d’autoréglementation, qui sert de modèle de gestion de l’éthique des communications publiques dans notre société, pourrait s’appliquer de manière plus satisfaisante s’il était considéré sous un jour nouveau.

Le questionnement éthique actuel

La revendication éthique est aujourd’hui désemparée, faute de fondement, de référence, d’articulation (Resweber, 1990, p. 51).

  • 1 La phrase est du psychanalyste Miguel Benasayag, prononcée au colloque « Éthique et communication  (...)

4La préoccupation pour l’éthique occupe une place majeure dans le discours social depuis quelques années et tout laisse croire que cette tendance va s’accentuer. Ce questionnement semble caractéristique de l’époque actuelle : en ce début de siècle et de millénaire nouveaux, dans toutes les sociétés, les gens s’interrogent sur les dimensions fondamentales de l’existence, sur le sens de la collectivité, sur la nature et le lieu des responsabilités qui doivent être assumées à l’égard de l’avenir. Cette inquiétude traduit sans doute une interpellation de l’individu par rapport aux exigences de la liberté et de la vérité. À la multitude des discours superposés s’oppose une disette inhabituelle d’options idéologiques. Cette situation paradoxale fait planer une menace sur la liberté et c’est dans l’espoir de donner un sens à la réalité que chacun cherche à identifier quelle instance est responsable de fournir la vérité. Les tenants du concept de postmodernisme attribueraient sans doute cette quête de sens à la disparition du Messie, des sauveurs et des prophètes. Dans cette période marquée par l’érosion des valeurs collectives, et l’abandon de son rôle par la classe intellectuelle, ce n’est plus une figure mythique incarnant le salut que les individus recherchent désormais, non plus qu’une idéologie eschatologique, mais plutôt le sens lui-même, parce que « [l]e sens est un des noms de la liberté1 ». Le questionnement qui pousse tant de personnes d’horizons différents à réfléchir sur la responsabilité des médias et sur le rôle de l’information dans nos sociétés procède de cette quête fondamentale pour trouver un sens à la réalité, pour identifier une instance de responsabilité par rapport aux exigences collectives de la liberté et de la vérité. Ce questionnement renvoie automatiquement aux médias en raison de leur importance considérable en tant que véhicules de la représentation symbolique. Dans la mesure où l’information participe au premier chef au processus de construction sociale de la réalité, les journalistes se trouvent par la force des choses à jouer un rôle primordial dans le processus de constitution du sens, donc dans l’exercice de la liberté. L’éthique des journalistes apparaît dès lors comme le principal, sinon l’unique fondement moral de l’espace public, tel qu’il est défini par Jürgen Habermas (1978). Voilà la raison pour laquelle il nous a semblé essentiel de procéder à l’étude des fondements philosophiques et juridiques afin de tracer l’évolution de l’éthique de l’information à travers l’histoire sociale du journalisme au Québec au cours des quatre dernières décennies. La théorie des glissements que nous proposons s’inscrit par conséquent dans un espace théorique presque vierge et vise à servir de modèle interprétatif de l’évolution de l’éthique de l’information au Québec, de 1960 à 2001.

Les trois ordres de glissements

5Certes, les principes de liberté, de vérité et de responsabilité ont une dimension immuable et constituent encore aujourd’hui les bases de la philosophie journalistique. Individuelle autant que collective, la liberté demeure la condition essentielle à la vérité qui doit s’établir par une démarche d’universalité, ce qui implique le partage des faits, la confrontation des opinions, la critique des idées. La pluralité des médias et la liberté d’orientation idéologique des entreprises de presse permettent l’actualisation de ces principes fondamentaux auxquels les textes constitutionnels ont conféré un statut suprajuridique en inscrivant les libertés d’expression et d’opinion et la liberté de la presse dans la Charte canadienne des droits et libertés.

6Ces principes fondamentaux représentent l’héritage idéologique de la presse lié à la philosophie du Siècle des lumières. La notion de liberté de la presse, entendue comme fondement de la démocratie, est devenue peu à peu le mythe fondateur de l’information et au fil des siècles a été interprétée à la fois de manière toujours plus absolue et de façon restreinte, c’est-à-dire comme un privilège réservé à un petit nombre, une sorte de liberté d’entreprise. À la faveur de cette dérive sémantique et conceptuelle, l’industrie des médias a réussi, à travers les péripéties de l’industrialisation, de la montée du capitalisme, de la commercialisation de l’information, à conserver son extraordinaire marge de manoeuvre et à continuer d’opérer à l’abri de tout contrôle public, de toute réglementation contraignante et en l’absence de toute forme d’imputabilité. Les seules règles auxquelles elle se soumet sont celles de la libre concurrence, les exigences auxquelles elle s’astreint sont celles de la rentabilité. Même la théorie de la Responsabilité sociale, formulée dans la seconde moitié du XXe siècle, est demeurée assez vague et relativement inapplicable, faute d’être assortie d’un mécanisme qui aurait permis de contraindre, tout au moins moralement, les entreprises de presse et les artisans de l’information à rendre des comptes quant à leurs gestes et à leur fonctionnement.

7Le processus de marchandisation de l’information, qui s’est opéré sur une période de deux siècles, a entraîné des modifications profondes dans la nature et dans le statut même de l’information, qui a cessé d’être considérée comme un service public au sens strict pour être davantage assimilée à un produit, à une marchandise. Le phénomène de marchandisation de l’information s’est également accompagné de transformations majeures dans le mode de fabrication des nouvelles, occasionnant, par voie de conséquence, des changements dans les pratiques et dans le statut professionnel des journalistes, qui se trouvent de plus en plus soumis à un encadrement organisationnel, corporatiste et syndical contraignant. Ces facteurs ont été déterminants dans le déplacement des instances de responsabilité éthique, depuis le niveau de la conscience individuelle, prédominant au XIXe siècle, jusqu’à celui des instances collectives, tant corporatives que corporatistes, un déplacement qui se caractérise par un relâchement des impératifs moraux individuels et par un désistement quant aux obligations liées à la Responsabilité sociale imposées à la presse en régime libéral. Grâce au libéralisme économique, l’industrie de la presse a pu croître et se développer, varier ses expériences et même commettre des excès, sans que le système d’autodiscipline réussisse à régir son fonctionnement. La doctrine du régime libéral s’opposant fortement à toute intervention de l’État et le public étant assimilé à une masse de consommateurs livrés en pâture aux annonceurs, un deuxième déplacement des instances de responsabilité s’est effectué, depuis les deux premières instances — soit la conscience individuelle et les mécanismes de gestion et de définition de la déontologie — vers un troisième niveau, celui des autorités publiques et du public en général. Ce deuxième déplacement est aussi marqué par une déresponsabilisation systématique de la part de l’État, et un sentiment d’impuissance pour ce qui est du public. Le vacuum qui en résulte permet à toutes les instances d’éviter d’être confrontées au problème de fond de la responsabilité éthique et contribue à maintenir un système d’où toute forme d’imputablité est absente, un cas absolument unique en matière de déontologie au Québec.

8Plus grave encore, les exigences qu’introduit l’économie de marché dans le système de l’information a pour effet de dresser l’une contre l’autre des parties qui, à l’origine, étaient destinées à être des partenaires dans le modèle d’autoréglementation, soit le public et les entreprises de presse, laissant les journalistes au centre d’un inextricable écheveau. Quand les entreprises opposent la liberté de presse aux revendications d’une partie du public qui réclame, au nom du droit à l’information, une meilleure qualité ou un accès aux médias par exemple, il s’ensuit que seul l’État est en mesure d’arbitrer le conflit et se trouve confronté à la nécessité de prendre des moyens acceptables pour faire respecter un droit qu’il a lui-même reconnu aux citoyens. Telle est la nature du glissement qui s’effectue sur le plan juridique : devant initialement fonctionner sur la base d’une concertation entre trois partenaires : les entreprises, le public et les journalistes, le modèle d’autoréglementation s’est avéré inopérant jusqu’à présent pour la gestion des problèmes liés à l’éthique journalistique. Ce partenariat à trois est subverti encore davantage du fait de la déresponsabilisation générale qui se dégage du déplacement graduel des instances de responsabilité quant à l’éthique journalistique.

9Les deux ordres de glissements qu’on vient d’évoquer en les résumant, soit sur le plan philosophique et sur le plan juridique, s’accompagnent d’un certain nombre d’autres mutations qui se sont opérées tout au long de l’histoire récente de la presse au Québec. Comme l’histoire sociale du journalisme permet de le constater, ces changements survenus dans le monde journalistique ont été induits par des événements, des phénomènes, des tendances qui jalonnent l’histoire sociopolitique du Québec au cours des quatre dernières décennies. Tout au long des quatre phases qui constituent la période de 1960 à 2001, les journalistes ont vu leur statut social, leur rôle et leurs pratiques professionnelles se modifier sensiblement au gré des événements et des tendances sociopolitiques. L’indépendance rédactionnelle qu’ils réclamaient des patrons autoritaires dans les années 1960 et qui avait été menacée par les pouvoirs politiques et judiciaire dans les années 1970, doit maintenant être protégée de l’invasion des fabricants de publicité qui tendent à abolir les frontières entre information et promotion. La notion de conflit d’intérêts s’est radicalement transformée aussi : autrefois les journalistes devaient résister aux tentatives de corruption des politiciens ; aujourd’hui, ce sont les manœuvres des agents de promotion de toutes sortes auxquelles ils doivent réussir à résister. Même le discours d’opposition que la presse a de tout temps tenu au sein de l’espace public a évolué. Après s’être opposés aux tenants d’un conservatisme social dépassé au moment de la Révolution tranquille, les journalistes se sont attaqués aux nouveaux propriétaires des entreprises, ces barons de la presse qui reproduisaient au Québec un phénomène généralisé à l’échelle de la planète. Puis, ils ont dû lutter contre l’invasion de la publicité et du marketing et, sans que cette bataille ait été gagnée, ils ont dû se livrer à une introspection pour fustiger les méfaits d’un manque généralisé de professionnalisme. La dimension de l’engagement a elle-même changé au gré de ces quatre décennies : alors qu’ils étaient perçus comme des agents actifs du changement social dans les années 1960, puis comme des travailleurs syndiqués militants dans l’agitation sociale de la décennie 1970, les journalistes semblent avoir renoncé à participer directement aux transformations sociales et concentrent désormais leur engagement dans un professionnalisme de bon aloi, dans un effort pour conserver à l’information sa spécificité, sa diversité et sa qualité. Il en résulte que le statut et le rôle attribués à la profession journalistique ont radicalement évolué : d’une élite intellectuelle engagée dans les débats de société, les journalistes sont passés à des militants radicaux qui se définissaient au mieux comme des témoins critiques, au pire comme des agitateurs, pour devenir, dans les années 1980, des fonctionnaires embourgeoisés qui correspondent au modèle japonais du « bon employé » et enfin se transformer en acteurs, à la fois participants et relais dans les événements de l’actualité.

La théorie des glissements

10Chacun des facteurs qui interagissent dans l’évolution de la presse et de l’éthique journalistique au cours de la période à l’étude doivent être mis en rapport les uns avec les autres de manière à constituer une vision globale de la réalité. La théorie des glissements propose d’envisager ces différents éléments, que les chercheurs ont considérés jusqu’à présent de manière sectorielle et parcellaire, comme un tout complexe, aux ramifications innombrables et aux interactions multiples. Dans ce jeu complexe d’interactions apparaissent les caractéristiques dominantes de l’évolution de l’éthique journalistique pendant cette période.

11En effet, les mutations décrites précédemment ont chacune un impact considérable sur l’application des principes éthiques et sur la définition des règles déontologiques auxquelles obéissent les membres de la profession journalistique. Mais l’ampleur des phénomènes se manifeste de manière encore plus saisissante quand on considère simultanément plusieurs types de changements. La théorie des glissements permet en effet d’établir un lien entre les phénomènes qui se déroulent dans la société et des changements qui interviennent à une échelle plus réduite, soit l’industrie de l’information et le journalisme. En s’appuyant sur l’histoire sociale du journalisme, la théorie des glissements permet en outre de prendre en considération une foule de malaises qui sont ressentis dans les rangs de la profession, dans l’industrie et dans le public, en conjonction avec des facteurs significatifs de changement survenus dans les pratiques professionnelles et dans l’organisation de la presse, de manière à mieux voir que tous ces éléments composent un tout cohérent, qui obéit à des règles à la fois externes et internes. L’évolution ne peut être perçue dans toute son ampleur et sa complexité qu’en regard de ce portrait global. Les interrelations que la théorie des glissements permet de dégager sont de quatre ordres et correspondent aux catégories de variables observées afin de dresser l’histoire sociale du Québec : le contexte sociopolitique de la société québécoise ; l’organisation des médias et des entreprises de presse ; la collectivité journalistique et la définition qu’elle donne du rôle des journalistes ; et les pratiques professionnelles.

12Les trois types de glissements : philosophique, juridique et professionnel, se répercutent d’abord sur le contexte sociopolitique dans lequel s’inscrivent la presse et les journalistes. Sur le plan des principes philosophiques, les glissements s’opèrent en phases successives et ont pour effet d’entraîner une déresponsabilisation généralisée par rapport à l’éthique journalistique. Le troisième niveau des instances de responsabilité éthique, celui qui regroupe le public et l’État, se trouve systématiquement désinvesti en raison d’un déplacement des instances de responsabilité occasionné par un glissement dans l’importance accordée aux principes philosophiques (plan philosophique) mais aussi à cause de la dérive sémantique et conceptuelle qui touche les principes de la doctrine libérale de la presse (plan juridique).

13Dans la rhétorique néolibérale, la liberté de la presse a pris une signification absolue et est devenue peu à peu synonyme d’une abstention systématique de l’État, qui s’est effectivement gardé d’assumer les responsabilités qui lui incombaient de réglementer certains aspects du fonctionnement du système de l’information, notamment pour fixer les paramètres de la concentration des entreprises ou pour limiter les représentations de violence à la télévision. Cette déresponsabilisation a également pour effet de subvertir la notion de partenariat qui se trouvait au cœur de la théorie de la Responsabilité sociale. En ce qui touche le public particulièrement, le glissement a accentué la tendance fort répandue selon laquelle la population cesse d’être perçue dans l’optique démocratique comme l’ensemble des citoyens d’un État pour être plutôt assimilée à une masse informe et amorphe de consommateurs à peu près sans voix et sans opinion (plan des pratiques). Le sentiment d’impuissance qu’exprime en maintes occasions le public à l’égard des médias traduit bien cet état de fait où la notion même de « public » est dénuée de toute signification réelle et dissociée de toute idée de responsabilité. La tentative d’intégrer des représentants du public au Conseil de presse du Québec est si timide sur le plan de la portée et de la représentativité, qu’elle ne suffit pas à faire contrepoids à l’immense indifférence que médias et journalistes nourrissent à l’endroit du public par rapport à la gestion des questions déontologiques et éthiques. Les trois types de glissements ont donc pour effet de maintenir dans le contexte sociopolitique un climat dominé par la déresponsabilisation, l’abstention ou l’indifférence. L’interprétation néolibérale des principes fondamentaux freine toute tentative de la part des représentants de la population de jouer un rôle dynamique et significatif dans le système de l’information.

14Pour ce qui est des organisations médiatiques, les trois types de glissements se manifestent en particulier dans la confusion que les entreprises entretiennent entre rentabilité sociale et rentabilité économique, dans la faillite du modèle d’autoréglementation et dans la transformation de la presse en une industrie soumise aux règles du jeu de la concurrence. Le relâchement des exigences morales, sur le plan philosophique, ainsi que la dérive sémantique et conceptuelle qui entoure la théorie de la Responsabilité sociale de la presse, sur le plan juridique, ont favorisé un glissement vers l’inefficacité des mécanismes d’autodiscipline qui auraient dû permettre de corriger les erreurs et d’empêcher les excès sur le plan des pratiques professionnelles. Exempte de toute forme d’imputabilité, l’industrie de l’information a pu s’écarter progressivement de la notion de service public qu’elle est censée servir pour se rapprocher du pôle de la rentabilité, à la faveur des phénomènes qui la caractérisent, comme la marchandisation et la commercialisation de l’information. Tout en se drapant dans les nobles principes de la liberté de la presse et du droit à l’information, qui constituent ses mythes fondateurs et lui assurent une exceptionnelle liberté de mouvement, la presse ne cesse d’obéir toujours davantage à la raison du profit et participe d’une industrie du divertissement plutôt que d’un système de diffusion de l’information au sens strict. Il en résulte que les entreprises de presse se prétendent garantes du droit du public à l’information et à ce titre associent leurs propres intérêts, y compris ceux qui sont dictés par les exigences de la concurrence et de la rentabilité, aux intérêts et aux besoins de l’ensemble de la population. Les règles déontologiques des journalistes ont été intégrées aux dispositions contractuelles entre employeurs et employés et sont assimilées aux politiques d’entreprise. Les codes d’éthique que se donnent des regroupements d’entreprises, éditeurs de quotidiens ou radiodiffuseurs par exemple, n’ont de valeur que morale et se limitent la plupart du temps à des déclarations de bonnes intentions. Dans une telle situation, les principes d’éthique journalistique font le plus souvent figure de coquetteries intellectuelles et leur caractère absolu est d’office interprété à la lumière des contingences matérielles immédiates.

15Les attitudes entretenues par les entreprises ont un impact sur la collectivité des journalistes, le troisième domaine où se manifestent le jeu d’interactions que révèle la théorie des glissements. Du point de vue philosophique, la diminution de l’importance accordée aux principes moraux tels qu’ils se posent à la conscience individuelle sous forme d’impératif catégorique s’est traduite par un déplacement des instances de responsabilité éthique vers la collectivité immédiate, soit l’entreprise et la profession. Les règles déontologiques et les contraintes de la production ont peu à peu pris le pas sur les exigences morales de la liberté et de la vérité, l’encadrement professionnel fixant des balises extrêmement claires à l’exercice de la profession : rituels d’objectivité et d’équilibre, obligations par rapport à l’intégrité et au respect des droits fondamentaux. Cette première déresponsabilisation, sur le plan de la conscience, s’est accompagnée d’un autre type de désistement, à l’échelle sociale, caractérisé par un changement radical dans le rôle assumé par les journalistes au sein de la société. Le désinvestissement graduel des journalistes s’est révélé à travers la redéfinition de leur statut et de leur fonction sociale. L’engagement politique qui poussait les journalistes à participer à titre d’agents actifs aux changements de la société québécoise au moment de la Révolution tranquille s’est transformé peu à peu en un engagement militant en vue de défendre leurs intérêts de travailleurs syndiqués pour finalement devenir une préoccupation quant aux avantages immédiats sur le plan personnel et par rapport à une valorisation du professionnalisme et de l’excellence. La poursuite de l’excellence dans un professionnalisme accru apparaît non seulement comme le lieu où les journalistes désormais s’engagent socialement, mais surtout comme l’adaptation d’un groupe professionnel aux exigences de performance et de rendement que le système impose aux entreprises qui veulent survivre. Dans cette logique marchande, l’excellence journalistique et le professionnalisme sont d’abord des moyens d’améliorer la position concurrentielle des médias ou, au mieux, celle d’un corps professionnel, et, à un niveau secondaire, des façons d’accroître la qualité de l’information ou de remettre à l’ordre du jour les questions éthiques. Ainsi, quand on place le glissement qui s’est opéré au plan philosophique, depuis la primauté de la conscience individuelle vers les instances collectives, en parallèle avec l’autre ordre de glissement survenu dans le statut des journalistes, qui d’agents de changement social sont devenus des producteurs soumis aux exigences du rendement et de la productivité, on comprend encore mieux l’ampleur de la déresponsabilisation qui s’en est suivie. D’une part la primauté de la conscience individuelle, comme instance de responsabilité éthique, a été graduellement diminuée pour favoriser la préséance des niveaux collectifs, ceux de l’entreprise et de la profession, responsables l’une et l’autre de la production et la déontologie ; d’autre part les journalistes voyaient en même temps leur rôle d’agents de transformation sociale se muter en celui d’employés modèles, respectueux des pouvoirs dominants et mis au service de l’ordre politique, social et économique établi. La déresponsabilisation se traduit donc par une double désertion : celle de l’individu dont la conscience morale personnelle perd sa prépondérance quant aux questionnements éthiques et celle du groupe professionnel auquel l’individu s’identifie, qui renonce à jouer un rôle dynamique à l’intérieur de la société dans laquelle il s’inscrit. Le relâchement des impératifs moraux observé à la faveur d’une époque où domine, dans la profession, une philosophie situationniste et relativiste se manifeste également dans le manque d’intérêt des journalistes en tant que collectivité à reconnaître leur profession comme un lieu primordial de pouvoir et dans leurs réticences à assumer la responsabilité de définir et de codifier des règles déontologiques explicites qui puissent servir de repères au reste de la collectivité. Dès lors, la mentalité relativiste et situationniste apparaît non seulement comme une philosophie au regard de l’éthique mais aussi comme une manière logique de répondre à la contradiction entre le rôle théorique et la fonction réelle. De la même façon, la posture essentiellement téléologique permet aux praticiens d’atténuer l’importance accordée aux principes moraux absolus (liés à l’impératif catégorique) au profit d’une adaptation aux circonstances et aux objectifs visés (la fin justifiant les moyens).

16Pour ce qui est des pratiques professionnelles et des styles journalistiques, les trois types de glissements ont eu pour effet de confirmer le passage du journalisme d’une fonction de service, définie comme essentielle à la dynamique sociale d’un société démocratique, à une profession directement associée à l’industrie du divertissement et du spectacle. Le glissement survenu sur le plan des principes philosophiques a entraîné une déresponsabilisation des trois instances de responsabilité éthique et, associé à la dérive sémantique et conceptuelle qui entoure les concepts juridiques sur lesquels repose le fonctionnement de la presse, s’est traduit par une modification profonde de la nature et du statut de l’information. Les pratiques journalistiques ne sont plus appréciées à l’aune de la fonction sociale que doit remplir l’information ; elles sont asservies aux exigences d’une industrie qui se permet même d’utiliser son propre pouvoir d’influence pour justifier ses orientations et ses travers. En théorie, les journaux devraient servir de forum à l’échange d’opinions à l’intérieur du débat social, ainsi que de véhicules de transmission des données factuelles nécessaires à l’orientation de la société démocratique ; en réalité, la presse est en proie à un monolithisme affligeant du point de vue de l’éditorial et est devenue le lieu de rencontre de toutes sortes de tendances mercantiles qui brouillent les frontières entre information et promotion. Il s’ensuit une baisse de la qualité de l’information, désormais caractérisée par un subjectivité accrue, une augmentation des soft news, une diminution de l’analyse, l’omniprésence du discours de promotion, enfin, la survalorisation des vedettes et du commentaire. Bien que conspué dans le discours public, le sensationnalisme gagne du terrain et les pratiques s’ajustent constamment à de nouveaux barèmes où ce qui était impensable hier devient monnaie courante le lendemain. Même la désinformation et la manipulation de l’information par les pouvoirs politiques, économiques ou policiers, se trouvent favorisées par les exigences d’une société axée sur la consommation du spectacle : les bavures de l’information instantanée sont jugées inévitables ; les invasions de la vie privée ne sont plus condamnées comme du voyeurisme mais justifiées par le nécessaire étalage des calamités sociales. Plus grave encore, les médias ne fournissent pour ainsi dire plus de forum où démontrer et dénoncer l’hypermédiatisation de phénomènes marginaux et l’affligeante absence d’informations sérieuses et d’analyses rigoureuses sur des enjeux fondamentaux.

17On voit donc, à la lumière de la théorie des glissements, la conjonction de plusieurs facteurs qui agissent simultanément les uns par rapport aux autres et entraînent la multiplication et la surimposition de différents ordres de glissements. L’approche de l’histoire sociale du journalisme permet de formuler une théorie générale qui éclaire le réseau complexe d’interrelations occasionnées par le croisement et le chevauchement des nombreux facteurs qui influent sur l’évolution de l’éthique journalistique. Il nous semble important de relier les uns aux autres ces différents éléments théoriques qui, même s’ils ont déjà été analysés séparément, sont jusqu’à présent demeurés épars. Réunis et étudiés dans l’optique d’une vision globale, ces nombreux facteurs constituent un portrait d’ensemble beaucoup plus complet et raffiné qui rend justice à la grande complexité des interactions qui nous intéressent. Telles sont les raisons qui nous motivent à proposer la théorie des glissements comme modèle interprétatif des changements qui marquent l’évolution de l’éthique de l’information au Québec depuis 1960.

Implications disciplinaires

18Notre intention est également de contribuer à dissiper l’ambiguïté de la situation actuelle, qui découle du fait que, même si les phénomènes liés à la marchandisation de l’information sont bien connus, les entreprises de presse continuent d’être définies non pas comme appartenant à une industrie semblable aux autres mais plutôt à partir de fondements théoriques anciens dont l’interprétation n’a guère été révisée à la lumière des contingences modernes. Le paradoxe n’est pas que la presse obéisse à la raison du profit alors quelle prétend répondre aux exigences tracées par la Responsabilité sociale. Le paradoxe réside davantage dans le fait que la presse prétend appuyer son fonctionnement sur la liberté de la presse et le droit à l’information alors que le sens de ces principes a été radicalement modifié à la faveur de l’histoire récente. La liberté de presse est devenue dans les faits une liberté d’entreprise, le droit à l’information un référent abstrait et l’information une industrie qui obéit comme les autres aux règles du marché et à la logique de la rentabilité.

19C’est donc à une révision du sens prêté aux principes fondamentaux qu’on doit procéder de manière à rétablir sur des assises plus solides une institution, une industrie et une profession qui sont toujours des pivots de notre société démocratique. Telle est l’une des tâches qui s’offre aux chercheurs et aux théoriciens soucieux de pousser plus loin la réflexion et les connaissances dans le domaine des communications. Les nouvelles définitions des concepts de base se modèlent graduellement sous de nombreuses influences, dont celles des législateurs, des mesures administratives, des décisions judiciaires. Il serait utile de retracer les jalons législatifs, judiciaires et administratifs qui ont été posés au cours des récentes décennies en ce qui touche la définition des principes fondamentaux qui doivent guider les médias au Canada. De façon plus modeste, il serait tout aussi pertinent de vérifier si l’inscription de la liberté de la presse dans la Charte canadienne des droits et libertés, par exemple, a eu un impact sur les décisions rendues par les tribunaux en matière de libelle, de diffamation et quelle importance ces jugements ont accordée au concept du droit du public à l’information. Enfin, la tension qui règne entre, d’une part la liberté de la presse et le droit du public à l’information, et les droits individuels à la réputation, à la vie privée et à la dignité d’autre part, a donné lieu à de nombreux affrontements devant les tribunaux, dont certains ont été longs et coûteux. Il serait intéressant d’en suivre l’évolution à travers la jurisprudence récente de manière à vérifier lesquels, des droits individuels ou collectifs, ont été favorisés par les tribunaux.

20La théorie des glissements pourra également servir de modèle interprétatif de base à des chercheurs qui s’intéresseront à l’histoire des pratiques journalistiques au Québec ou ailleurs. Il serait utile de pousser plus loin l’histoire sociale du journalisme québécois pour étendre la démarche que nous avons effectuée sur quatre décennies au reste de la période moderne, soit depuis un peu plus d’un siècle qu’existe la presse commerciale au Québec. Les journalistes gagneraient eux-mêmes à mieux connaître l’histoire de leur profession en parallèle avec celle des médias où elle s’est développée.

21Enfin, un dernier champ de recherche mérite d’être exploré en rapport avec la théorie des glissements : celui des politiques gouvernementales relatives aux activités des médias. Déjà au Canada, l’État s’est arrogé le droit de légiférer dans le domaine de la radiodiffusion et des télécommunications, considérant que les ondes sont du domaine public. Il serait intéressant d’étudier les conditions sur lesquelles pourrait prendre appui la rationalité d’une intervention plus large qui miserait sur une vision renouvelée des responsabilités publiques par rapport à l’espace et au discours publics. On pourrait en effet considérer que les médias écrits, autant qu’électroniques, constituent l’espace public et nécessitent également un type d’encadrement qui soit en même temps absolument respectueux des principes fondamentaux de la liberté de la presse et du droit du public à l’information. Ce terrain délicat mérite certainement d’être exploré en premier lieu par des chercheurs et des théoriciens expérimentés et crédibles qui pourraient apporter à l’exercice tout le raffinement nécessaire de manière à permettre à un gouvernement de prendre éventuellement des décisions appropriées et fondées en la matière.

Le principe de responsabilité

22On le voit, ces considérations appellent à une redéfinition des concepts de base sur lesquels repose tout le système de l’information ainsi qu’à une réhabilitation du principe de responsabilité. La théorie des glissements éclaire la problématique qui se pose par rapport à l’éthique des médias : la difficulté d’établir le type de responsabilité qui relève de chacune des instances et l’impossibilité de rendre ces instances prioritaires par rapport à l’urgence d’intervenir pour corriger la trajectoire. Qui, dans notre société, est davantage investi de la responsabilité par rapport à la liberté et à la (recherche de la) vérité : l’individu journaliste ? l’entreprise de presse ? la collectivité professionnelle des journalistes et des médias réunis ? l’État ? la société ? Et si toutes ces instances arrivaient idéalement à reconnaître leur responsabilité propre, sur quelle justification rhétorique ou morale s’appuierait-on ?

23En conclusion, nous proposons une brève discussion sur la pertinence de réhabiliter un principe un peu négligé, celui de la responsabilité, lequel permet de voir sous un jour nouveau l’application des notions fondamentales qui font encore consensus. Comme l’affirme Hans Jonas (1990), l’éthique traditionnelle est essentiellement anthropocentrique : elle s’attache prioritairement à l’agir humain dans une perspective limitée à l’environnement immédiat de l’action. Jusqu’à présent la dimension de la responsabilité de l’agir humain en matière d’éthique journalistique a été peu explorée en rapport avec l’avenir, les générations futures et la collectivité telle qu’elle est entendue au-delà des limites restrictives de la société environnante. Étant donné que l’agir humain s’est transformé, en journalisme comme ailleurs, ne pourrait-on pas envisager une conception renouvelée de l’éthique qui doit le guider ?

24Les fondements philosophiques et juridiques sur lesquels se base l’existence même de la presse depuis deux ou trois siècles n’ont pas nécessairement à être remis en cause. L’acte journalistique procède encore d’une démarche de recherche de la vérité, dont la condition essentielle est la liberté, tant celle dont dispose l’individu journaliste, qui doit demeurer vigilant par rapport aux faits et aux éléments utilisés dans la construction sociale de la réalité, que celle de l’institution de la presse qui fournit la structure d’encadrement à cette activité journalistique. La liberté de la presse, et le concept plus moderne de droit du public à l’information qui en découle doivent être préservés, bien qu’une définition précise et claire de leur signification et de leur portée réelles s’impose.

25L’activité journalistique s’appuie sur la liberté d’expression, la liberté d’opinion et la liberté de la presse qui, à l’origine, étaient définies dans une optique individuelle, soit des droits fondamentaux permettant à chaque citoyen d’exprimer son avis et de participer à la vie démocratique. Le développement des systèmes de communication au fil des siècles a eu pour effet d’étendre la reconnaissance de ce droit à de larges entités corporatives qui, du coup, bénéficient de la même protection que les individus. Inversement le pouvoir individuel d’influencer par l’expression de son opinion a diminué, même si la protection constitutionnelle n’a théoriquement pas été touchée. Le raffinement technologique contribue à réduire encore davantage les possibilités réelles pour l’individu d’exercer effectivement ces droits, réservés désormais davantage aux titulaires corporatifs, les médias.

  • 2 Le débat ne devrait pas se limiter aux seuls journalistes, l’information occupant désormais la por (...)

26Considérant l’importance énorme des médias dans la vie sociale et politique sur le plan de la construction symbolique de la réalité et de la formation de l’opinion publique, il importe de procéder sans tarder à la définition d’une nouvelle éthique des communications publiques, basée sur la reconnaissance des valeurs démocratiques chères tant aux citoyens qu’aux propriétaires d’entreprises de presse. Cette éthique des communications publiques, dont les grands médias, soit les propriétaires, les producteurs et les artisans, assumeraient la responsabilité, doit être formulée par consensus si l’on souhaite qu’elle ait quelque efficacité. La responsabilité de l’État en la matière devrait être limitée à un rôle d’animation que pourrait jouer un mandataire spécialement chargé de réunir les différentes instances participantes dans un large forum dont l’objectif serait l’adoption d’une définition consensuelle de cette nouvelle éthique des communications publiques. Les modalités de réalisation d’un tel consensus devraient être étudiées attentivement à l’avance, à l’aide des outils d’intervention sociale les plus sophistiqués. Une des conséquences d’un tel processus serait de redéfinir à l’aide d’assises nouvelles le partenariat qui réunit, sur la base de leurs intérêts communs et convergents, les représentants du public, les délégués des entreprises de presse (propriétaires et gestionnaires) et les membres des confréries des journalistes et des autres professionnels des médias2. Par définition large et globale, cette nouvelle éthique des communications publiques devrait englober et recouper à la fois la responsabilité morale des journalistes en tant qu’individus, la responsabilité sociale des médias et la responsabilité politique des intermédiaires quant au droit de la collectivité de disposer des instruments essentiels au développement d’une vie démocratique de qualité.

27La tendance qui en pousse plusieurs, tant chez les journalistes que chez les porte-parole de la population, à souhaiter une intervention législative afin de réglementer les pratiques journalistiques nous semble sans fondement et contraire à la philosophie qui guide nos sociétés. L’éthique, journalistique ou autre, ne peut guère être appliquée par la force des lois. Les conduites amorales ou non éthiques peuvent tout au plus être sanctionnées quand le système judiciaire s’appuie sur des codes ou des énoncés explicites. La liberté de la presse, qui continue de constituer à notre avis un des fondements essentiels de la démocratie, se trouverait gravement menacée si l’on devait confier à l’État le pouvoir d’édicter un code de conduite pour les journalistes. À l’opposé, toutefois, les journalistes ont eu tendance à dramatiser les conséquences qui découleraient de l’établissement, à l’intérieur de la profession et de l’industrie, d’un code d’éthique qui fixerait les balises de l’activité journalistique et dont les effets seraient contraignants tant pour les individus que pour les organisations. Certes, l’établissement de normes mettrait un terme au régime d’anormale « indépendance » dont les médias bénéficient depuis longtemps. De la même manière, des normes claires et explicites, dont la formulation appartiendrait exclusivement aux journalistes et aux entreprises, présenteraient l’avantage de fournir des balises claires pour évaluer les pratiques dites excessives ou abusives. Il importe d’associer étroitement les représentants du public autant à la formulation initiale de cette nouvelle éthique des communications publiques qu’à la définition des mécanismes nouveaux qui devront être mis en place pour en assumer la gestion. L’expérience des conseils de presse nous fournit à cet égard des enseignements précieux dont on pourrait s’inspirer en élaborant une formule encore plus raffinée, plus juste, plus efficace. La responsabilité collective se traduit enfin par l’obligation pour l’État d’assumer, au nom de l’ensemble de la population et en dehors de tout contrôle tatillon, la charge de la mise sur pied des instances d’animation, de discussion et de gestion de cette éthique collective.

28En d’autres termes, pour que la liberté existe véritablement, on doit veiller à en aménager librement les modalités d’exercice et s’appliquer, tout aussi librement, à en gérer l’exercice. On doit faire ici œuvre d’imagination, de création. Si le questionnement à propos de l’éthique des journalistes, des médias et des communications publiques en général devait se poursuivre, comme nous le croyons, dans les années qui viennent, il est clair qu’on devra collectivement susciter des initiatives compatibles avec les grands principes qui fondent nos sociétés. Le défaut des journalistes et des entreprises d’assumer eux-mêmes la responsabilité de gérer leur propre maison risque toutefois de favoriser des positions extrêmes ou maladroites. La première responsabilité qui incombe aux principaux titulaires de la liberté de la presse demeure donc de définir eux-mêmes, le plus tôt possible, les paramètres à l’intérieur desquels la société doit les laisser exercer librement un droit collectif. De nos jours, le sens premier de l’éthique de l’information et des communications publiques est celui du principe de responsabilité.

Notes

1 La phrase est du psychanalyste Miguel Benasayag, prononcée au colloque « Éthique et communication », à Cerisy, en France, en juin 1992.

2 Le débat ne devrait pas se limiter aux seuls journalistes, l’information occupant désormais la portion congrue dans tous les types de médias, de la presse tant écrite, où la publicité domine, qu’électronique, où les contenus proprement informationnels sont minoritaires. Le rôle croissant des relationnistes, publicitaires et autres agents d’information de même que l’importance accrue des producteurs, techniciens, réalisateurs et administrateurs impliquent également que l’éventail des représentations soit élargi le plus possible.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search