Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éthique de l'information

 | 
Armande Saint-Jean

Vers la théorie des glissements

Chapitre 7. Pratiques professionnelles et préoccupations déontologiques

Texte intégral

1L’analyse diachronique que permet l’histoire sociale du journalisme au Québec au cours de la période 1960-2001 indique une interaction étroite entre plusieurs événements à caractère sociopolitique et les préoccupations de la collectivité journalistique. Il apparaît clairement que les virages effectués dans l’orientation des activités professionnelles et dans l’évolution des pratiques journalistiques sont intimement liés à la conjoncture qui prévaut sur les scènes politique et sociale. Ce postulat vaut pour les crises majeures : crise d’Octobre, grève générale du Front commun intersyndical, crise d’Oka, mais il s’applique aussi à des événements moins percutants ou plus diffus dans le temps : Révolution tranquille, période d’agitation sociale de 1969-1972, récession, débat constitutionnel. On connaissait déjà l’impact des phénomènes qui marquent l’organisation des médias eux-mêmes, comme la concentration de la propriété des entreprises, mais il apparaît qu’on doit dépasser ce premier niveau et considérer les événements d’ordre contextuel si l’on veut saisir toute la complexité des causes multifactorielles qui occasionnent les changements dans la manière dont les journalistes définissent leur rôle et orientent leurs pratiques professionnelles.

2L’influence qu’exercent les contextes social et politique sur l’information ne se manifeste pas toujours de manière immédiate et l’on doit parfois chercher, au-delà de la simple chronique quotidienne, les répercussions de certaines tendances qui sont tout aussi profondes et durables que les impacts immédiats. Au cours des quatre périodes qui nous intéressent, certaines questions ont été soulevées et débattues dans la collectivité journalistique et ont donné lieu à des mobilisations importantes : la question de la présence des femmes dans l’information, par exemple, l’obligation du respect des droits et libertés, le problème de l’accès à l’information gouvernementale, la protection des sources, l’immunité des journalistes, la responsabilité des journalistes quant à leur influence dans la société. Même si ces questionnements ne semblent pas être proprement rattachés à des événements particuliers, une analyse attentive révèle qu’ils sont étroitement liés à la conjoncture sociopolitique dans laquelle ils adviennent et se déroulent.

3Dans ce chapitre, sans en faire une nomenclature exhaustive, nous procédons d’abord à l’analyse des principales préoccupations qui ont marqué les quatre dernières décennies. Nous présentons ensuite la synthèse des glissements qu’on peut observer à travers le déroulement de l’histoire sociale du journalisme au Québec.

Les principaux questionnements déontologiques

La présence des femmes dans l’information

4Le mouvement des femmes au Québec, dont la vitalité et le dynamisme ne sont plus à démontrer, a directement influencé le monde de l’information et celui du journalisme. Les grandes organisations féministes apparaissent au Québec dans la décennie 1960 et le mouvement des femmes connaît une expansion extraordinaire dans les années 1970, au moment où les revendications féministes touchent la plupart des domaines de l’activité humaine : famille, santé, travail, relations affectives, économie, création, etc. Cette effervescence a des échos dans le milieu journalistique de différentes manières.

5On remarque d’abord quelques expériences liées à la presse alternative et militante où des féministes tentent, surtout dans les années 1970 et 1980, de lancer des publications idéologiquement orientées dans le sens du mouvement des femmes : Québécoises debouttes, Féminin pluriel, Des luttes et des rires, Les Têtes de pioche et finalement La Vie en rose, ainsi que la publication du Conseil du statut de la femme, la Gazette des femmes, la seule à survivre jusqu’à aujourd’hui. Par ailleurs, l’influence la plus déterminante du féminisme sur la presse québécoise a été de provoquer un questionnement fondamental portant à la fois sur la présence et le rôle des femmes au sein de la profession journalistique, ainsi que sur les contenus de l’information et les pratiques professionnelles.

  • 1 Voir Le 30, vol. 5, no 10, décembre 1981, p. 10-24, et le document publié par la FPJQ à titre de b (...)

6Organisé par un noyau de journalistes féministes, le congrès de 1981 de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), auquel on n’a pas cessé de se référer par la suite, constitue un moment important de la petite histoire du journalisme québécois. Devant un auditoire record de 800 personnes, la profession se livre à ce moment-là à un exercice rigoureux d’interrogation et de remise en question comme les journalistes en accomplissent rarement. L’objectivité y est dénoncée comme un « mythe de mâle », assimilée à une justification idéologique qui permet d’écarter de l’information plusieurs des sujets liés à ce qu’on appelle à l’époque la condition féminine. L’absence marquée des femmes dans plusieurs secteurs de l’information donne lieu à des dénonciations et à des recommandations adressées notamment à la Fédération nationale des communications (FNC-CSN), chargée de faire de la lutte contre la discrimination une priorité. On demande aussi à la FPJQ de mener une enquête sur la situation des femmes dans les entreprises de presse du Québec de manière à mettre à jour les rares statistiques disponibles sur le sujet puis de faire connaître la situation au grand public1.

  • 2 Voir les résultats d’une enquête menée auprès de 85 médias québécois et publiés sous le titre « Le (...)
  • 3 Ces données proviennent d’une vaste enquête effectuée par l’auteure auprès des journalistes québéc (...)

7Dans la foulée du colloque de 1981, on assiste au cours de la décennie 1980 à plusieurs initiatives visant à poursuivre et à élargir le débat et, de façon générale, le nombre des femmes journalistes continue d’augmenter, ce qui favorise leur intégration à un plus grand éventail de secteurs, y compris les chasses-gardées masculines comme l’économie ou l’éditorial. Ainsi, en 15 ans, soit de 1972 à 1987, la proportion de femmes journalistes est passée de 13 % à 19 %2, un accroissement qui, même modeste, traduisait déjà une progression lente mais constante de l’insertion des femmes dans les divers champs de la profession journalistique. En 1996, les données de deux enquêtes conduites l’une à l’échelle du Canada et l’autre à la grandeur du Québec confirment l’avancée : la proportion des femmes se situe maintenant à 28 % des effectifs journalistiques ; leur présence est nettement plus affirmée à la télévision, où 35 % des journalistes sont des femmes, contrairement aux quotidiens, où elles plafonnent à 21 %3.

8En 1988, à peine sept ans après le congrès de 1981, une enquête assez sommaire effectuée auprès de quelques femmes journalistes avait abouti à un constat mitigé : les femmes étaient peut-être plus nombreuses en chiffres absolus, mais quel pouvoir exerçaient-elles dans l’information ? Les données recueillies indiquaient alors que peu de femmes occupaient des postes à responsabilités élevées dans la hiérarchie des entreprises de presse et que très peu d’entre elles souhaitaient remplir des fonctions de direction ou d’administration, préférant s’en tenir au travail journalistique proprement dit. Le changement le plus marqué toutefois se situe sur le plan des mentalités : il est désormais acquis que les femmes ont des droits et des compétences semblables à leurs collègues masculins.

9L’information obéit à des règles strictes, s’inscrit dans une tradition rigide et s’appuie sur des valeurs masculines ; le journalisme a longtemps été une activité réservée aux hommes, non dénuée de misogynie. Mis à part quelques animatrices connues, dont la présence à l’écran a eu pour effet de donner bonne conscience à une profession très majoritairement masculine, peu de femmes pouvaient accéder à des postes prestigieux ou aux échelons supérieurs de la direction et exercer une influence réelle sur la profession. Plus inquiétant encore, très peu d’entre elles désiraient se hisser au sommet de la pyramide du pouvoir.

  • 4 Voir Le 30, vol. 24, no 2, février 2000, dont le dossier principal s’intitule « Métro, marmots, bo (...)

10Trop souvent, le débat se réduit à une simple question d’équilibre entre les exigences de la famille et celles du travail. Cet épineux problème, qui devrait pourtant se poser autant aux pères qu’aux mères de famille, revient régulièrement à la surface et l’anecdote remplace alors les réflexions sur les questions de fond4. Même dérive quand on s’interroge sur la place des femmes aux postes de direction et leur difficulté à y accéder, une situation pourtant facile à expliquer : « Pas besoin de dessin. Les enfants, les congés de maternité, la famille, c’est encore ce qui pousse la majorité des femmes à consacrer moins d’heures à leur carrière et à sacrifier quelques bonnes années, au plus fort de leur énergie » (Geneviève Guay, 1998, p. 1).

11L’information est-elle une affaire d’hommes ? Au congrès de 1998, des membres de la FPJQ soulevaient de nouveau la question à cause de la complexité des rapports de pouvoir et en raison de la nature et de la qualité des approches, des traitements et des contenus. Tout aussi fondamental que l’égalité numérique, ce questionnement quant à l’orientation masculiniste de l’information avait d’abord été porté au grand jour une première fois au congrès de 1981, puis approfondi dans un ouvrage percutant et controversé publié en 1987 par la journaliste Colette Beauchamp, Le silence des médias. Dès lors, personne ne pouvait plus affirmer sérieusement que les femmes ont une place égale dans l’information ni dans les rangs de la profession.

12Les médias sont des organisations qui reproduisent, à leur échelle, les conditions qui prévalent dans la société. L’analyse féministe du traitement de l’information révèle la présence de lourds stéréotypes et de tendances éditoriales qui vont même à l’encontre des revendications légitimes des femmes (Robinson et Saint-Jean, 1991). La tuerie survenue à l’École polytechnique de l’Université de Montréal en décembre 1989 a soulevé de vifs débats entre les tenants d’une analyse qui se prétend « neutre », c’est-à-dire qui exclut toute lecture teintée d’une grille féministe sur les rapports hommes-femmes, et les rares intervenantes féministes qui ont osé s’exprimer au risque d’être taxées d’extrémistes ou même d’être accusées de tenter de récupérer l’événement à leurs propres fins idéologiques ! (Saint-Jean, 1990)

13Sans doute plus significatif que de stériles débats sur la place des femmes ou l’observation de leur lente ascension dans les structures hiérarchiques d’une profession qui leur était jadis fermée est le constat qu’en dépit de leur statut de minoritaires, les femmes commencent à exercer une influence prépondérante sur les pratiques professionnelles. En fait, il n’est pas exagéré d’affirmer que l’impact des femmes est déterminant dans l’évolution d’une profession en pleine mutation. Les indices d’un tel phénomène résident, par exemple, dans les nouvelles préoccupations qui se font jour dans l’information depuis quelques années et qui suscitent un réel intérêt : ouverture sur la sphère privée et la famille, la santé, l’éducation, la psychologie des rapports humains, la qualité de vie, tous sujets qualifiés de soft par rapport aux préoccupations classiques « dures » (politique, économie, sports, etc.). Dans les rapports personnels et la routine de travail, les femmes ont aussi peu à peu introduit une mentalité plus encline à la coopération qu’à la confrontation, ainsi qu’une valorisation de l’émotion et de la complicité, des caractéristiques qui ne leur sont plus réservées en propre du reste, plusieurs hommes se sentant également à l’aise d’adhérer à ces nouvelles valeurs. Enfin, les femmes journalistes semblent porter haut le flambeau de l’engagement social : pour elles, ainsi que l’indiquent nos recherches, l’information doit servir le changement social par la défense de causes particulièrement significatives pour les moins favorisés de nos concitoyens (Saint-Jean, 1997 et 2000).

  • 5 Cette conclusion provient, entre autres, de nos propres données de recherche : dans l’enquête mené (...)

14L’autre dimension importante du changement lié à la présence des femmes réside sans doute dans le fait que non seulement leur nombre n’a jamais été aussi grand dans les rangs des journalistes, mais elles constituent la majorité des nouveaux effectifs recrutés au cours des 10 dernières années5. La progression, de même que les inévitables remises en question qui en découlent, dans les changements des pratiques professionnelles et des contenus de l’information ne sont donc pas près de diminuer puisque, sur le plan statistique, les femmes représenteront d’ici peu une « masse critique » au sein de la profession journalistique.

15Toutefois, il reste encore à changer les mentalités de façon à reconnaître la réalité telle qu’elle est et, en l’occurrence, à accorder aux femmes le mérite et la place qui leur reviennent de droit. En effet, après une période marquée par une attitude positive à l’endroit des femmes, le milieu journalistique, à l’instar de la société qui l’entoure, s’est montré las des discours féministes et il oscille entre un scepticisme de bon aloi et une forme de résistance larvée (Gagnon, 2002). Ainsi, on remarque maintenant des piétinements certains, sinon des reculs, en ce qui a trait à la féminisation de la langue dans les textes d’information par exemple. Ailleurs, on s’évertue à proclamer l’ère du postféminisme, comme une façon de s’éloigner des sempiternelles revendications des femmes et d’enterrer le féminisme, cette idéologie dérangeante qu’on subit depuis trop longtemps. Dans certaines entreprises, comme à Radio-Canada, les femmes doivent encore dénoncer la discrimination dont elles sont l’objet et étaler sur la place publique les écarts entre leurs salaires et ceux de leurs collègues masculins (Leduc, 2002). On doit cependant constater que le questionnement fondamental suscité par le mouvement des femmes dans la société québécoise a eu des répercussions dans le monde du journalisme : celui-ci s’est lui aussi trouvé interpellé au nom du droit à l’égalité, et son évolution est en partie caractérisée par la démarche des femmes journalistes, qui continuent de s’y tailler une place au soleil et d’y faire leur marque.

Le respect des droits et libertés

16Par ailleurs, mais toujours au chapitre des droits fondamentaux, une autre influence déterminante a découlé de la décision du gouvernement fédéral d’enchâsser la Charte canadienne des droits et libertés dans la constitution du Canada, rapatriée par le premier ministre Pierre Elliott Trudeau en 1982. Comme on l’a vu précédemment, les principes sur lesquels reposent l’information et le journalisme : libertés d’opinion et d’expression, liberté de la presse et liberté d’information, se sont vu conférer une protection constitutionnelle et ont ainsi acquis un caractère fondamental qui se traduit dans la réalité par un autre principe, sous-jacent à la liberté de la presse, celui du droit du public à l’information. Ainsi s’explique, en partie du moins, la très grande importance qu’attachent depuis lors journalistes et patrons d’entreprises de presse à ce concept qui était l’objet de moins de révérence dans le passé. Régulièrement brandi par les entreprises de presse, qui l’utilisent à la moindre occasion et le confondent parfois avec l’intérêt général, le droit du public à l’information sert de justification absolue, quasi universelle, à toutes sortes de pratiques, d’usages et même d’excès qui peuvent être reprochés aux médias d’information.

  • 6 Ce rapport a été produit par la journaliste Paule Beaugrand-Champagne et s’intitule « Information (...)

17De la même manière, l’inscription dans la Charte canadienne de droits fondamentaux comme les droits à la réputation, à la vie privée, à l’honneur, à la dignité et à l’égalité a eu pour effet de forcer les journalistes à adapter certaines de leurs pratiques. Une sensibilité nouvelle se fait jour dans l’information, en particulier quant aux questions liées aux droits à la réputation, à la vie privée, à l’honneur et à la présomption d’innocence, dans le traitement des affaires judiciaires ou des faits divers. Un rapport produit en 1984 à la demande des quotidiens La Presse et Le Soleil6 dénonçait vivement certaines pratiques en ces matières, comme le fait de nommer systématiquement les personnes impliquées dans des affaires judiciaires avant qu’il y ait eu jugement ou condamnation, parfois même avant la comparution. Même si les lois canadiennes assurent déjà aux citoyens de nombreuses garanties à cet égard, plusieurs déplorent le sensationnalisme qui pousse à une curiosité malsaine et dommageable. En versant un peu dans l’utopie, le rapport suggérait que le Québec s’aligne sur des pays progressistes et adopte une règle préservant l’anonymat de toutes les personnes mêlées à des enquêtes policières ou à des poursuites judiciaires. En 1992, le rapport Guérin sur l’administration de la justice en matière criminelle reprochait à plusieurs intervenants, dont les journalistes, de montrer un « flagrant mépris de la vie privée [...] pour nourrir la curiosité morbide des lecteurs » (cité dans Bissonnette, 1992). Malgré de nombreuses remontrances, les journalistes québécois continuent toujours d’entretenir un faux sentiment de supériorité morale sur la question du respect de la vie privée, prétendant éviter les excès des Américains dans la couverture de l’actualité judiciaire ou par rapport aux affaires personnelles des personnes publiques. Pourtant, tous n’en sont pas convaincus :

La supposée tradition de retenue de la presse québécoise est un leurre. Il n’y a qu’une différence de degré, et non de nature, entre ce que nous lisons et voyons ici et ce que nous propose la presse américaine, l’une des plus curieuses au monde, avec la presse britannique (Bissonnette, 1992).

18On ne compte plus, au Québec autant qu’ailleurs, les réputations qui ont été détruites sur la place publique à cause de l’acharnement d’un individu ou d’une meute de journalistes. Les parents et les proches de personnes liées à des crimes ou à des événements dramatiques doivent souvent apprendre à se cacher, à se taire, à se protéger contre des invasions qui visent à décortiquer leur vie personnelle tout comme celle d’un assassin, présumé ou reconnu, ou même d’une victime, qui se trouve être leur enfant, leur frère ou leur sœur, leur conjoint ou leur collègue. Il est arrivé que la mesure soit comble et déborde : à Coaticook, début 1997, à la suite d’une série de suicides d’adolescents, des citoyens en colère ont manifesté leur mécontentement envers les médias en attaquant le car de reportage d’une station de télévision et en dénonçant le manque de nuances et de retenue des journalistes et de leurs patrons (Fisette, 1997). Lors du massacre à l’École Polytechnique en 1989, « même au moment où certains parents n’avaient pas encore pu identifier leur fille assassinée, [...] des journalistes les interceptaient à l’entrée de l’institution pour s’enquérir de leurs réactions ! » (Laplante, 1992, p. 91).

19Une certaine réserve tend toutefois à s’imposer ces dernières années en réaction à certaines décisions judiciaires en matière de libelle et d’atteinte à la réputation. Les journalistes ont été quelque peu forcés d’amender leur conduite en raison de l’augmentation considérable des poursuites engagées devant les tribunaux dans des causes de libelle diffamatoire. Au cours de la dernière décennie, « le nombre de poursuites pour atteinte à la réputation ou à la vie privée contre les médias a presque doublé » et les sommes réclamées ont « pris des proportions astronomiques » (Cassivi et Sirois, 1999, p. 13). C’est désormais pratique courante pour des dirigeants d’entreprise, des personnes publiques ou de simples quidams d’intenter des actions pour des dommages allégués qui se chiffrent souvent en millions de dollars. Rendues réticentes par les coûts élevés engendrés par les compensations substantielles accordées aux plaignants, les honoraires des procureurs, les règlements hors cours, les autres frais que suscitent les procédures judiciaires et la hausse des primes d’assurance, les entreprises de presse ont maintenant tendance à afficher une grande prudence, qui peut parfois être qualifiée d’excessive : on préfère taire une affaire, dont on craint de possibles répercussions judiciaires, plutôt que de courir le risque d’une poursuite en libelle et diffamation. On voit aisément comment cette augmentation des recours aux tribunaux entraîne non seulement une inflation des sommes réclamées mais aussi des conséquences néfastes sur la liberté d’information :

L’effet recherché, c’est-à-dire de bâillonner subtilement les médias, soit en les intimidant par des mégapoursuites, soit en les poursuivant directement, ou en faisant réfléchir les autres lorsqu’ils voient les « o » s’aligner, a été atteint. [...] L’on obtient presque les effets d’une injonction sans en avoir l’odieux et sans avoir éveillé toute la contestation médiatique (Marc-André Blanchard, 1999, p. 17).

  • 7 Pour des précisions sur ce jugement, consulter l’article de Me Marc-André Blanchard (1999).
  • 8 Voir les détails sur le jugement et la poursuite contre La Presse et le journaliste Miville Trembl (...)

20Le problème est d’autant plus grave que la défense dans les poursuites en diffamation s’est considérablement compliquée depuis la décision de la Cour d’appel dans l’affaire de Radio-Sept-Iles contre la Société Radio-Canada. Dans le jugement rendu, le tribunal « a assimilé la responsabilité des journalistes ou des organismes de presse à une responsabilité professionnelle7 ». Depuis, la durée des étapes préliminaires et des procès s’est allongée, les frais de défense ont donc augmenté, non seulement du côté des honoraires des procureurs mais aussi parce qu’il faut chaque fois recourir à une expertise pour l’appréciation des aspects éthiques et déontologiques dans les activités journalistiques qui font l’objet du litige. En revanche, toute la profession y gagne puisque la responsabilité des journalistes est désormais beaucoup mieux circonscrite : « faire preuve de diligence et écrire en fonction de l’intérêt public » (Boisvert, 1999a)8, c’est-à-dire respecter les normes de la pratique professionnelle et exercer une prudence normale. Une telle clarification est de nature à renforcer les balises éthiques et déontologiques dans l’ensemble de la profession, du moins à susciter une vigilance accrue. Désormais, plusieurs reportages, à la télé comme à l’écrit, passent d’abord sous la loupe des juristes spécialisés en diffamation et les méthodes d’enquête se sont assurément adaptées à de nouvelles directives (Trudel, 2002).

21Parmi les nombreuses affaires judiciaires qui retiennent l’attention dans le monde journalistique et qui suscitent inévitablement beaucoup de discussions, il en est une qui a fait couler plus d’encre que les autres : l’affaire Duclos, du nom du photographe accusé, ou l’affaire Vice-Versa, du nom de la publication également impliquée dans la poursuite. La question soulevée dans cette cause se résume simplement : un média peut-il publier la photo d’une personne anonyme, en l’occurrence une femme « correctement vêtue, l’air pensive, assise sur le balcon d’un édifice public de la rue Sainte-Catherine » (Boisvert, 1996, p. 34) sans son autorisation ? Dans des jugements qui ont provoqué beaucoup d’inquiétude, sinon une certaine paranoïa, la Cour d’appel, d’abord en 1996, puis la Cour suprême, en 1998, ont confirmé le droit à l’image des citoyens ordinaires, ainsi que le droit à l’anonymat comme composante de la vie privée. Autrement dit, la réponse à la question est : non ! Cela signifie qu’à la suite de ce jugement, les médias peuvent diffuser l’image des personnes, qu’elles soient publiques ou non, sans leur consentement, seulement si ces personnes se trouvent dans un endroit public au moment où se déroule un événement ou un incident public.

22Certes, les pratiques professionnelles, celles des photographes de presse et des caméramans de nouvelles notamment, se trouvent directement visées : plus question de croquer les mines réjouies de flâneurs assis à une terrasse, rue Saint-Denis à Montréal ou ailleurs, en train de savourer les premiers rayons du soleil printanier par exemple. Toutefois, même si, sur le coup, ils ont eu tendance à gémir et peut-être à amplifier les conséquences éventuelles de ce jugement, les médias sont assez rapidement retournés à « leur petit ronron quotidien comme si rien ne s’était passé... ou presque » (Pratt, 1998, p. 11). Sauf que les quotidiens et les magazines ont raffiné leurs méthodes : ils sollicitent des autorisations plus souvent et surtout publient davantage de photos où personne n’est vraiment reconnaissable ; à la télé, les caméramans tournent des plans de pieds, de foule ou de piétons vus de dos dans les lieux publics.

23D’autres affaires rattachées aux droits et libertés de la personne sont presque devenues des causes célèbres, telle la fameuse interview de Denise Bombardier avec un partisan de la pédophilie et la prise de bec à laquelle elle donna lieu. Si la promotion de la pédophilie par un psychologue fait sourciller, des mots comme « secte » font également tressaillir ceux qui se font accuser d’y être associés. Les poursuites engagées par Moncef Guitouni, un homme « au passé judiciaire sans tache » (Boisvert, 1999b), qui travaille « en psychologie » sans faire officiellement partie de l’Ordre des psychologues du Québec, ont mobilisé beaucoup d’énergie, tant à Radio-Canada qu’au quotidien Le Devoir : les deux institutions étaient touchées par ces poursuites et elles en ont appelé des jugements rendus contre elles en première instance ; à ce jour on ignore l’issue de ces procès.

24On voit donc que l’inscription des droits fondamentaux dans la Charte canadienne des droits et libertés et l’interprétation qu’en font les tribunaux ont eu comme effet indirect de susciter une plus grande sensibilité chez les journalistes par rapport aux droits fondamentaux et d’encourager une attitude plus agressive de la part des citoyens qui ont tendance à recourir davantage au système judiciaire pour obtenir le respect de leurs droits. La judiciarisation des conflits qui opposent des citoyens lésés ou mécontents aux journalistes et aux entreprises de presse a donc pour conséquence d’induire une prudence excessive chez ces derniers mais aussi de nuire, dans une certaine mesure, à la liberté d’information.

Le rapport avec la justice

25Un certain nombre de préoccupations ont fait l’objet de batailles menées par les journalistes du Québec depuis les années 1960 ; ces préoccupations sont liées à la liberté journalistique et ont comme dénominateur commun le rapport des journalistes avec la justice : l’accès aux documents gouvernementaux, la protection des sources d’information, l’immunité des journalistes quant au processus judiciaire entre autres. Ces différentes revendications ont également comme dénominateur commun la recherche d’un plus grand professionnalisme et la reconnaissance sinon d’un statut juridique propre, au sens strict du terme, du moins de conditions particulières entourant la pratique journalistique.

26Au cours des années 1970, la tradition d’opacité, vieille de nombreuses années, aux gouvernements fédéral et provincial se trouve ébranlée par les pressions des journalistes, qui obligent les autorités à réviser les règles en vigueur quant à l’accès à l’information gouvernementale. En 1979, à la suite de quatre années d’étude et des recommandations d’un comité mixte sur la question de la liberté d’accès à l’information, le gouvernement fédéral dépose le projet de loi C-15, la loi fédérale sur l’accès à l’information. Cette loi accorde un droit d’accès sans équivoque à l’information que possède le gouvernement et marque un « renversement complet de la tradition du secret, ancrée dans le gouvernement canadien depuis ses débuts », notamment en proposant une nouvelle définition de la « sécurité nationale » (Gaudet, 1979, p. 10). Malgré ses lacunes et les importantes restrictions qu’elle imposait, cette loi était destinée à constituer un outil précieux pour les journalistes qui poursuivent des enquêtes dans des secteurs de compétence fédérale.

  • 9 La présidence de la CAI fut d’abord confiée à un journaliste, Marcel Pépin, à qui succéda un juris (...)

27Peu après, le gouvernement du Québec emboîte le pas à Ottawa et adopte en 1982 la loi 65 ou Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, inspirée des recommandations d’une commission d’étude sur l’accès à l’information, présidée par le journaliste Jean Paré. Après une période de transition de quatre ans, la loi québécoise n’est pleinement entrée en vigueur qu’en juillet 1986, mais déjà en 1983 le gouvernement instituait la Commission d’accès à l’information (CAI), l’organisme qui constitue la clé de voûte de la réforme9. En vertu de la loi 65, tous les organes du gouvernement ainsi qu’environ 3 500 organismes publics sont tenus de rendre accessibles, sur demande, les documents qu’ils produisent et qu’ils doivent inscrire dans un répertoire publié par le gouvernement.

  • 10 Voir aussi Réal Barnabé, « Dossier Noranda : Louis-Gilles Francoeur se bat depuis un an » (Le 30, (...)

28À l’usage, les lois d’accès à l’information se sont révélées des sources de tracasseries bureaucratiques et ont été vivement dénoncées comme telles par les journalistes. À quelques reprises, la FPJQ a réclamé de substantielles modifications à la loi provinciale, entre autres l’inscription d’une clause qui supprimerait plusieurs des nombreuses restrictions qui en limitent la portée. Il est de notoriété publique que la plupart des organismes assujettis à la loi 65 ne se conforment pas à certaines de ses dispositions, notamment celle qui exige qu’un organisme public classe et identifie ses documents de manière à en permettre le repérage. Plusieurs organismes ont tendance à profiter systématiquement des échappatoires réglementaires ou judiciaires sous l’œil impassible des autorités : « Jusqu’à maintenant, le Gouvernement a tout fait pour restreindre la portée de la Loi. Tous les journalistes qui veulent documenter des dossiers controversés se rendent vite compte de tous les obstacles qu’on dresse devant eux » (Noël, 1991, p. 5)10.

29Un certain désenchantement se fait jour de plus en plus dans la collectivité journalistique à propos de ces modalités d’accès autrefois réclamées à grands cris, en particulier quant au fonctionnement décevant de la CAI. De récents amendements apportés par le ministre des Relations avec les citoyens ont été jugés négativement : « progressivement affaiblie par des administrations qui l’ont utilisée pour cacher l’information », la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics continue d’être tiraillée entre « deux valeurs de société, soit l’accès à l’information et la protection des renseignements personnels », sans réussir à établir cet équilibre à la satisfaction des journalites (Bourque, 2000). La tendance au secret des administrations publiques, les cachotteries qu’entretiennent les grandes entreprises, et les moins grandes également, résistent âprement aux efforts des journalistes les plus acharnés. La transparence ne semble pas encore faire vraiment partie de la moralité politique ni de l’éthique des communications publiques. À défaut de pouvoir se prévaloir des dispositions qui leur donneraient accès à des sources officielles de renseignements par des moyens légaux, les journalistes qui mènent des enquêtes ou fouillent des dossiers complexes se trouvent encouragés à multiplier les démarches plus ou moins clandestines, en coulisses ou autrement, quitte à emprunter des procédés discutables ou des subterfuges douteux.

Immunité et protection des sources

30Les longues batailles qui se poursuivent encore au chapitre de l’accès à l’information sont en tous points semblables à celles que mènent les entreprises de presse et les organisations collectives des journalistes (la FPJQ et la FNC-CSN) depuis de nombreuses années en ce qui a trait à l’immunité et à la protection des sources d’information. Il n’est pas rare de voir, depuis maintenant plusieurs années, les forces policières procéder à la saisie de matériel journalistique dans les entreprises de presse, que ce matériel ait été ou non publié ou diffusé. La police se procure ainsi des photos ou des films tournés au cours de manifestations publiques, par exemple, et n’hésite pas à faire comparaître les journalistes, soit pour qu’ils identifient leur matériel devant la cour, soit pour qu’ils produisent leurs notes et dévoilent leurs sources d’information. On remarque aussi une augmentation significative des citations à comparaître adressées aux journalistes, qui ont bien du mal à y échapper.

Or, dans l’état actuel du droit, le journaliste ne jouit d’aucun privilège particulier. Comme tout citoyen, il peut être contraint de témoigner au sujet de ce qu’il a appris. Ni le droit québécois ni le droit canadien ne prévoit quelque immunité à cet égard pour les journalistes (Morissette, 1991, p. 331).

31Conformément à l’usage établi dans plusieurs pays, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec a inscrit l’obligation pour les journalistes de respecter la confidentialité des sources à l’article 3 de la Charte du journalisme, que ses membres ont adoptée en décembre 1987. Cette règle déontologique découle bien sûr des exigences de la liberté d’information mais aussi de la nécessité de protéger l’intérêt public en évitant de tarir de précieuses sources qui ne jouiraient d’aucune protection. Par ailleurs, le Guide de déontologie adopté en 1996 contient plusieurs références aux sources d’information ainsi qu’au matériel journalistique en général (notes, photos, etc.), auxquelles il offre divers types de protection, y compris contre tout usage que voudraient en faire des « instances qui veulent [les] utiliser à d’autres fins » que pour les besoins de l’information (FPJQ, 1996, article 6c).

  • 11 Voir à ce sujet le Mémoire présenté au Comité parlementaire sur la liberté de la presse par la FPJ (...)
  • 12 Rodolphe Morissette, « Protection des sources : une stratégie qui se précise » (Le 30, vol. 12, no (...)
  • 13 Déclaration de Florian Sauvageau, rapportée dans Gilles Lesage, « Pas de statut particulier pour l (...)

32Vingt ans séparent le moment où, en 1969, la Fédération professionnelle des journalistes présentait un premier mémoire au Comité parlementaire de l’Assemblée nationale sur la liberté de la presse et 1990, où survenait un accord de principe historique entre le Conseil de presse, le Barreau du Québec, la FPJQ et la FNC-CSN. En 20 ans, la question a suscité nombre d’interventions11. Au colloque international organisé sur ce thème par la FNC-CSN en septembre 1988, les journalistes se montraient toutefois divisés sur la question d’une immunité qu’une loi leur reconnaîtrait, comme en Suède ou en Autriche par exemple12. Le fait d’accorder un statut juridique particulier aux journalistes heurte les réticences de certains qui, opposés à toute tendance au corporatisme, craignent les conséquences éventuelles d’une telle disposition parce qu’elle aurait pour effet de créer une catégorie particulière de citoyens, donc de placer les journalistes dans une classe à part. Peu à peu le débat évolue et, sous l’impulsion du comité du Barreau, qui a étudié la question pendant un an et demi sous la direction du journaliste et avocat Florian Sauvageau, on envisage non plus de protéger le journaliste comme personne mais plutôt de préserver son activité et la liberté d’information13.

33La question de l’immunité des journalistes reste toutefois en suspens, même si une immunité relative serait néanmoins en train de s’installer peu à peu en vertu de la jurisprudence (Morissette, 1988 ; Bernier, 1992). La protection des sources pourrait éventuellement être assurée par une norme officielle à laquelle il appartiendrait seulement au tribunal de surseoir par exemple (Morissette, 1992). En vertu de l’accord de 1990, une demande commune a été adressée au ministre de la Justice du Québec de légiférer de manière à fournir une protection légale (et non pas un statut particulier) aux journalistes, ce qui aurait pour effet de codifier un état de fait qui tend à s’implanter lentement. La question de l’immunité relative ou légale des journalistes recoupe en réalité trois aspects, soit la confidentialité qui doit être assurée aux sources d’information, la protection du matériel journalistique contre les saisies et l’obligation faite au journaliste de témoigner.

La saisie du matériel journalistique est intimement liée à la question du témoignage des journalistes : dans un cas comme dans l’autre, la justice met à contribution le travail des journalistes. Les médias craignent que l’obligation de « trahir leurs sources » ou de servir à l’enquête policière finira par leur restreindre l’accès à des informateurs précieux qui, de peur de se faire identifier, préféreront se taire plutôt que de dévoiler des informations, fussent-elles d’un grand intérêt public (Boisvert, 1991, p. 26).

34Les arguments avancés jusqu’à présent établissent que, dans tous les cas, les mêmes principes devraient s’imposer : la justice ne devrait faire appel aux journalistes, soit pour témoigner, soit pour fournir leur matériel journalistique ou encore dévoiler leurs sources, qu’à la condition expresse qu’une telle contribution au processus judiciaire soit essentielle ou déterminante pour le déroulement d’un procès juste et équitable, et seulement s’il a été établi que les éléments d’information contenus dans le témoignage ou dans le matériel journalistique ne peuvent absolument pas être obtenus autrement et qu’ils sont requis de manière incontournable en vertu du droit du justiciable à un procès juste et équitable. Ainsi, la consécration dans une loi spéciale de règles déontologiques fondées sur le droit du public à l’information pourrait résoudre le dilemme qui oppose deux types d’exigences, celles rattachées à l’exercice de la liberté d’information et celles associées à la justice et au processus judiciaire.

  • 14 « Directeur général des élections c. Alberto Berardinucci », Cour du Québec, Chambre criminelle et (...)

35La reconnaissance d’une immunité, même relative, pour les journalistes, a quand même franchi une étape significative récemment, dans une cause où le témoignage d’un reporter de Radio-Canada était sollicité de manière indirecte, c’est-à-dire dans un procès intenté contre un citoyen par le Directeur général des élections du Québec à la suite des révélations d’un reportage sur de possibles fraudes dans le déroulement du scrutin municipal. Dans cette cause, le journaliste était le seul témoin susceptible de confirmer au tribunal certains renseignements essentiels à la défense de l’accusé. Dans son jugement, le juge Serge Boisvert a longuement analysé la portée de l’alinéa 2b) de la Charte canadienne des droits et libertés qui porte sur la liberté de la presse, en regard de l’immunité du journaliste et des conséquences possibles s’il avait à témoigner et à livrer des informations ou des précisions à caractère confidentiel. S’il a finalement autorisé le contre-interrogatoire du témoin journaliste « sur des faits essentiels et pertinents », le juge a également assorti cette permission d’une disposition permettant un exercice de pondération afin de dispenser le journaliste de répondre dans le cas où il y aurait « risque d’affecter indûment la protection accordée aux médias par l’alinéa 2b)14 ». Même s’il a été porté en appel, ce jugement, qui contient de nombreuses références aux décisions antérieures d’autres tribunaux, notamment celles de la Cour suprême, fera certainement jurisprudence et favorisera la reconnaissance, dans le processus judiciaire, d’une protection nécessaire et légitime des journalistes en rapport avec la confidentialité de leurs sources ou de leur matériel.

36Ces trois problèmes, l’accès à l’information gouvernementale, la protection des sources et la question de l’immunité relative, témoignent de la démarche soutenue des journalistes dans la poursuite de mesures concrètes correspondant à la reconnaissance de l’importance de leur rôle dans la société. Les lois sur l’accès à l’information gouvernementale représentent des victoires remportées de haute lutte et leur adoption aura permis de développer encore davantage une forme de journalisme d’enquête encore trop limité dans la presse francophone. Pour ce qui est du statut des journalistes devant les tribunaux, on est en présence d’une situation qui évolue lentement, qui fait appel à une progression des mentalités davantage qu’à l’instauration de règles de droit. Toutefois, on peut conclure de la mise en œuvre de ces différentes mesures qu’elles reflètent une meilleure acceptation par les autorités publiques de l’importance du journalisme pour le bon fonctionnement de la société et une forme de reconnaissance du statut professionnel des journalistes.

Influence et responsabilité

37La question de la responsabilité des journalistes se pose essentiellement par rapport à leur statut professionnel et à l’influence potentielle qu’ils exercent dans la société. Au cours des quelque 40 dernières années, les journalistes ont été considérés tour à tour comme des agitateurs potentiels, des agents de transformation sociale puis des militants radicaux, ensuite comme des travailleurs intellectuels membres d’une classe dirigeante ; par la suite, ils ont été perçus comme des fonctionnaires embourgeoisés et, plus récemment, comme des acteurs, des participants à l’actualité qui font l’événement, fabriquent la nouvelle et en rendent compte. Les journalistes québécois ont donc vu leur statut professionnel évoluer considérablement depuis 1960.

38Cependant, quelle que soit la position dont elle a bénéficié, la profession journalistique a exercé de manière constante une influence marquée dans la société québécoise. L’intérêt sans cesse renouvelé que portent aux journalistes toutes les générations de politiciens et de personnalités, de même que le développement phénoménal des stratégies de relations publiques, démontre bien à quel point les médias et les journalistes sont courtisés par les pouvoirs, politique ou économique, en raison de leur influence potentielle.

  • 15 On songe plus particulièrement à Lance et compte, Scoop et Scoop II, Des Dames de coeur et Virgini (...)

39Les médias contribuent eux-mêmes largement à une certaine mythification de la profession. Les éditoriaux sont lus et commentés dans les médias et sur la place publique ; les journalistes vedettes font l’objet de portraits fouillés dans les magazines et même de potins à l’occasion. Bien plus, les téléromans et les téléséries populaires présentent, sur le mode de la fiction, une image glorifiée et passablement distortionnée des journalistes et de leur activité, qui a pour effet d’amplifier les mythes et les préjugés existants15. L’impact de cette opération de mythification à la télévision ou au cinéma est double et ambigu : l’image déformée magnifie les aspects glorieux — les journalistes sont de plus en plus dépeints comme des personnes hors du commun qui mènent des existences absolument exceptionnelles — en même temps qu’elle garde dans l’ombre le véritable travail journalistique, surtout dans ses dimensions inévitablement laborieuses, obscures et ingrates.

40L’influence considérable des journalistes dans la société québécoise, parfois même à leur insu, est assortie d’une responsabilité équivalente à propos de laquelle les positions ont assez peu changé au cours des dernières décennies. Les journalistes ont toujours eu tendance à reconnaître la lourde responsabilité qui leur incombe ; dans les années 1960, elle était associée aux assises mêmes de la démocratie ; au cours des années 1970 et 1980, la responsabilité journalistique a été davantage liée au droit du public à l’information ; au cours de la décennie 1990, elle s’est appliquée surtout à assurer l’existence de l’information et à en préserver la spécificité. Les journalistes ont cependant toujours éprouvé beaucoup de difficulté à entendre la critique ou à faire leur propre autocritique.

On ne peut avoir une telle influence sans tenir compte, en contrepartie, de nos responsabilités. [...] Pourtant, je doute fort que nous acceptions de nous interroger vraiment sur nos comportements journalistiques. Depuis que j’exerce le métier, je n’ai jamais vu les journalistes accepter la critique sans mot dire, sans crier au loup, sans y voir une atteinte au droit du public à l’information, à la liberté de la presse, sans parler de censure.
Nous voulons avoir de l’influence mais nous refusons les conséquences qui en découlent (Maisonneuve, 1991, p. 29).

41Pour certains, la prise en charge des responsabilités par les journalistes passe par une accentuation du professionnalisme qui permet d’avoir la « conscience (professionnelle !) qu’on exerce un beau métier et qu’il faut faire honnêtement de la belle ouvrage, comme on disait autrefois » (Fournier, 1988, p. 48). Longtemps décriée comme conservatrice par les militants syndicaux les plus radicaux, la tendance au professionnalisme demeure malheureusement associée à une forme de corporatisme que peu de journalistes appellent de leurs vœux, quoi qu’on en dise. Mais le professionnalisme auxquels certains autres journalistes invitent leurs collègues se situe « au-delà du militantisme et du syndicalisme » et « n’est pas le corporatisme » (Fournier, 1988, p. 48). Il mène plutôt à une recherche soutenue de l’excellence animée d’une préoccupation constante pour l’éthique.

42On perçoit dans cet idéal d’excellence, qui revient comme un leitmotiv dans la plupart des propos tenus sur le sujet de la responsabilité des journalistes, l’écho d’une tendance sociale qui allait se manifester de manière aiguë au cours de la dernière décennie du siècle. Les journalistes traduisent ainsi leur appartenance étroite à la société dans laquelle ils s’insèrent, au point d’en adopter les valeurs et les idéaux. Le professionnalisme et plus particulièrement la recherche de l’excellence deviennent dès lors le lieu principal de l’engagement des journalistes, là où devraient être canalisées les ardeurs de ceux et celles qui, en d’autres temps, avaient rêvé de changer la société et qui ont déchanté quant aux possibilités du « journalisme engagé » : « [...] l’engagement, c’est le suivi dans les articles, la mise en contexte, le souci d’écrire chaque texte comme si c’était le plus important de la carrière et surtout pas l’information spectaculaire qui n’est que feu de paille » (Jacques Guay, 1986, p. 25).

43Inventer, manifester plus de curiosité, redoubler de ferveur, renouer avec sa responsabilité sociale : telles semblent être les meilleures façons de relever le défi de la concurrence, de « quitter ses pantoufles », selon l’expression de Jean-François Lépine, et de dépasser la routine de syndiqués, dans laquelle la prospérité et la sécurité liée à la syndicalisation des années 1970 ont poussé trop de journalistes à s’installer (Boileau, 1991). Il est clair que, si collectivement la profession journalistique décidait officiellement de prendre le virage d’un tel type d’engagement envers le professionnalisme, l’effet serait déterminant sur le climat de morosité récurrent et sur une certaine tendance à la passivité que plusieurs ont déplorés à maintes reprises.

*

44Le problème de la responsabilité demeure donc posé pour les journalistes tout au cours des 40 années que couvre notre étude et il se traduit par une évolution graduelle du concept de professionnalisme. La période 1960-2001 marque du reste une étape déterminante dans cette évolution. Défini au départ comme un engagement direct dans le processus de transformation de la société québécoise au moment de la Révolution tranquille, le journalisme est vu quatre décennies plus tard comme le lieu d’un engagement professionnel essentiel à la recherche de l’excellence en information. Du reste, certains esprits positifs ne partagent pas les (nombreux) diagnostics pessimistes et s’étonnent qu’on parle si souvent de crise de l’information ou de crise du journalisme.

45Plusieurs indices servent à alimenter ce bilan positif : l’idéologie s’est faite plus discrète dans les médias ; l’information est « plus abondante, plus complète, plus professionnelle et plus sophistiquée qu’il y a vingt ans » (Paré, 1986, p. 38) ; la situation s’est assainie ; le paysage des médias s’est diversifié. Bref, « [l]’âge d’or m’apparaît comme la nostalgie d’une génération qui répugne à admettre la suivante [...] », concluait celui qui dirigeait alors les destinées du magazine L’actualité. Peut-être la presse apprend-elle finalement, comme le pensent certains, à s’adapter, « entre deux crises de nostalgie », à l’environnement changeant dans lequel elle a dû évoluer au fil des décennies (Pépin, 1986, p. 16). Pour les journalistes, il s’agit essentiellement d’apprendre à traduire les nouveaux phénomènes plus discrets de la société avec la même habileté qu’ils témoignaient pour décrire « l’excitation des grandes manifs » (ibid.).

46Un élément précurseur de ce virage qui s’amorçait au tournant de la décennie 1990 provient sans doute de l’engouement tout à fait phénoménal que les médias ont manifesté au cours des dernières années pour leur propre activité. « A-t-on jamais vu les médias parler d’eux-mêmes de façon si insistante ? » demandait le communicologue de renom Lucien Sfez (Vennat, 1988). À leurs propres yeux, les médias deviennent désormais objet d’actualité, sujet de réflexion, référent culturel. On en veut pour simple preuve le fait qu’au même moment, pour la saison 1992-1993, la Société Radio-Canada avait mis à l’antenne deux émissions magazines hebdomadaires, Le point médias à la télévision et C’est la faute aux médias à la radio, toutes deux consacrées à l’activité des médias et en particulier à l’information. À ces émissions, qui ont duré plusieurs années, s’en sont ajoutées d’autres, sur des chaînes voisines. Si cet autoexamen scrupuleux répété chaque semaine avait entraîné un renversement de la séculaire allergie que les journalistes manifestent à voir leurs pratiques et leurs activités scrutées et discutées en public, un grand pas aurait été franchi. Malheureusement, ces émissions et les chroniques du même genre dans les quotidiens et les périodiques ont pour ainsi dire toutes disparues avant qu’un tel changement survienne.

  • 16 Voir le dossier « Concentration : dix questions à poser aux patrons de presse », Le 30, vol. 25, n(...)

47On a beau les minimiser, voire les ignorer, les menaces que font planer sur l’éthique journalistique, et sur la qualité et la diversité de l’information, les transactions, fusions et acquisitions entre médias, toutes ces habiles manœuvres dites de synergie, de convergence et de complémentarité des entreprises, continuent néanmoins d’alimenter l’introspection et les questionnements des journalistes à l’égard de leur profession. A-t-on raison d’y voir un « effritement des notions de liberté de presse et du droit du public à l’information16 » ?

48Certes, la relève assure un certain renouvellement des effectifs, sinon des mentalités. Faut-il compter sur les jeunes pour redonner à la profession journalistique un souffle qu’elle a quelque peu perdu au fil du temps ? Sans doute, à la condition toutefois de veiller à un minimum de transmission des traditions de savoir-faire d’une génération à l’autre. Or, les jeunes sont trop souvent laissés à eux-mêmes, l’encadrement des nouveaux ne faisant pas partie de la description de tâches de quiconque dans les salles de nouvelles, chefs de pupitre ou de service, et encore moins des possibilités réelles des cadres à l’agenda surchargé, sauf peut-être à l’occasion des stages d’étudiants pendant quelques mois l’été dans les grandes entreprises. Résultat : abandonnés la plupart du temps à eux-mêmes, les jeunes apprennent moins vite et moins bien, ne sont pas encouragés à se poser mille questions quant à la portée de leur travail ni à la forme ou l’orientation que prennent leurs textes : dans une certaine mesure, les entreprises de presse ne se donnent donc pas les moyens de bénéficier au maximum de la richesse et du potentiel de cette relève qu’elles embauchent (Roy, 2001). La réflexion, le questionnement constant sur le sens des gestes qu’on pose, l’engagement constituent pourtant les principaux outils pour sortir de ce que l’expert en déontologie journalistique, le Français Claude-Jean Bertrand, appelle « le journalisme d’iceberg », soit le journalisme de surface. Sinon, on risque effectivement de se tromper et de faire fausse route.

L’analyse des principaux glissements

49L’étude et l’analyse des quatre phases que nous avons distinguées dans l’évolution de la profession journalistique au Québec entre 1960 et 2001 nous permettent de cerner un certain nombre de glissements qui sont survenus, souvent de manière imperceptible, dans la perception que les journalistes ont de leur rôle ou dans les questions déontologiques et éthiques auxquelles ils sont confrontés. La nature et les conséquences de ces glissements considérés dans leur ensemble nous montrent la trajectoire empruntée par les journalistes au cours de cette période par rapport à leur conception et à leur interprétation des exigences éthiques liées à leur profession.

50Quand on fait la synthèse de tous ces questionnements, préoccupations, débats, motifs de revendications et enjeux, on constate que les interrogations des journalistes québécois par rapport à l’éthique se rapportent à sept domaines de leurs activités. Ce découpage, pour arbitraire qu’il soit, permet de repérer les points charnières autour desquels l’évolution s’est déroulée au cours des quatre périodes comprises entre 1960 et 2001. Les termes utilisés pour décrire chacun des domaines d’évolution de l’éthique journalistique visent à fournir un descripteur le plus large possible d’un ensemble de sujets et de questions qui se rattachent à un même thème. Ces domaines sont :

  • l’indépendance et la liberté journalistiques ;
  • la notion de conflit d’intérêts ;
  • le discours d’opposition ;
  • l’engagement social et politique ;
  • le statut de la profession ;
  • le rôle que se donnent les journalistes ;
  • la conception de l’information.

51La notion de glissement est celle qui permet le mieux de décrire cette évolution, dans la mesure où elle ne comporte pas de connotation positive de progrès ni de valeur négative de diminution. Il nous semble essentiel d’éviter tout type de jugement fondé sur des valeurs forcément discutables pour s’en tenir à une analyse la plus factuelle possible des différents aspects que revêt l’évolution des questions éthiques dans le journalisme québécois.

52Le schéma récapitulatif de la page suivante présente les éléments qui caractérisent cette évolution et les glissements qui l’accompagnent ; il résume l’analyse qui fait l’objet de cet ouvrage et constitue une sorte de conclusion aux démonstrations des pages précédentes. De manière générale, ces glissements successifs s’opèrent tous en quatre étapes, qui correspondent aux périodes historiques définies dans l’histoire sociale de l’information au Québec.

La liberté et l’indépendance journalistiques

53La liberté journalistique, qui constitue de loin la plus persistante des préoccupations des journalistes québécois, fait l’objet de nombreuses réflexions et de revendications multiples tout au long des quatre décennies qui nous intéressent. Mise à l’épreuve régulièrement, mais tout particulièrement dans les situations de crise, la liberté journalistique recouvre à la fois l’indépendance et la marge de manœuvre dont jouit le journaliste dans l’exercice de ses fonctions ; elle importe aussi en raison des conséquences qu’elle entraîne par rapport à l’exigence de crédibilité des journalistes et à la nécessaire « impartialité » dont doit faire preuve l’information en tout temps. Si les journalistes ont échoué dans leur tentative de s’assurer une liberté journalistique par l’entremise d’une formule quelconque de cogestion de l’information, ils ont néanmoins réussi à en faire reconnaître le principe et même, dans certains cas, à l’inscrire dans des conventions collectives.

54Le premier glissement touche donc ce concept d’indépendance des journalistes. Au cours des années 1960, les journalistes ont d’abord tenté d’établir leur autonomie à l’égard des patrons de presse, qui avaient tendance à s’appuyer très souvent sur une tradition bien ancrée d’intervention directe des propriétaires dans le contenu de l’information. Des luttes syndicales, des grèves ont permis aux journalistes d’enregistrer des gains à ce chapitre et ont abouti à l’inscription de clauses à caractère professionnel dans les conventions collectives. Dans la deuxième période, soit au cours des années 1970, c’est davantage par rapport aux pouvoirs politique et judiciaire que les journalistes doivent se démarquer, comme en témoignent les luttes pour l’accès à l’information gouvernementale, la protection et la confidentialité des sources et la reconnaissance d’une immunité relative quant au processus judiciaire. Les accusations de partisanerie adressées par les politiciens à des journalistes en raison de leurs convictions indépendantistes présumées amènent peu à peu la collectivité journalistique à se distancier de toutes les formations politiques, qu’elles soient au pouvoir, dans l’opposition ou du côté des mouvements populaires. Au cours des années 1980, la menace à l’indépendance journalistique vient surtout des publicitaires et des relationnistes, fabricants d’information et subtils manipulateurs de toutes sortes qui, par d’habiles stratégies de promotion et de création d’événements, ont réussi à s’infiltrer jusqu’au cœur du processus de fabrication de l’information. Dans les années 1990, la préoccupation pour l’indépendance se loge davantage dans l’information elle-même et touche sa spécificité, son essence, sa survie.

Synthèse des glissements successifs

DOMAINES

1960-1970*

1970-1980

1980-1990

1990- 2001

Liberté et indépendance (face aux)

Patrons autoritaires

Pouvoirs politique et judiciaire

Fabricants d’information

Toute forme de manipulations de l’information

Conflits d’intérêts

Fin de l’ère des enveloppes

Non à tout acoquinement idéologique

Danger des initiatives et discours de promotion

Sollicitations multiples (rendement et prestige)

Discours d’opposition (à/au)

Conservatisme social

Concentration / patrons

Invasion de la publicité / marketing

Médiocrité / facilité / non-professionnalisme

Engagement social et politique

En faveur du changement social

Militantisme syndical

Neutralité / professionnalisme

Spécificité, qualité, diversité, survie de l’information

Statut des journalistes

Élite intellectuelle

Travailleurs et militants

Fonctionnaires embourgeoisés

Acteurs / témoins

Rôle des journalistes

Artisans et agents de changement

Témoins critiques

Bons employés Amuseurs publics

Producteurs efficaces Témoins

Conception de l’information

Service public essentiel à la démocratie

Forum d’affrontements et débats

Produit : marchandise

Enjeu de l’équilibre politique, économique social, culturel

* Les catégories correspondent aux périodes identifiées aux chapitres 3, 4, 5 et 6 qui composent la section Histoire sociale du journalisme au Québec

55Les quatre étapes du glissement en ce qui a trait à l’indépendance journalistique se dégagent clairement :

  1. distanciation par rapport aux patrons d’entreprises de presse ;
  2. distanciation par rapport aux pouvoirs politique et judiciaire ;
  3. distanciation par rapport aux publicitaires et aux relationnistes ;
  4. distanciation par rapport aux divers types de menaces et lutte pour la spécificité, la survie et la qualité de l’information.

56Ironiquement, le passage d’une étape à l’autre semble toujours marqué par un échec relatif. Les patrons de presse, adversaires principaux de la première période, au début des années 1960, vont prendre tous les moyens pour maintenir leur emprise sur leurs médias, soit en sortant vainqueurs des conflits de travail, soit carrément en démettant de leurs fonctions leurs rédacteurs en chef récalcitrants. Qu’il suffise d’évoquer ici le congédiement de Gérard Pelletier en 1965 et celui de Michel Roy, rédacteur en chef démissionnaire de La Presse, en 1988, pour une question de principe, celle de l’autonomie de la rédaction et, par extension, « l’intégrité professionnelle et l’indépendance du journal » dont le rédacteur en chef se porte garant (Roy, 1988, p. 12). La concentration de la propriété contribuera à faire échec aux tentatives d’instaurer un mode de cogestion de l’information qui aurait peut-être permis d’ébranler l’emprise des propriétaires sur l’information produite dans leurs entreprises. Les adversaires de la deuxième période, en particulier les autorités politiques, réussiront d’abord par la force des mesures d’exception, ensuite par des manœuvres habiles de dissimulation, à manipuler l’information et à déjouer la plupart des stratégies d’enquête et de recherche d’information des journalistes, qui se heurtent de plus en plus à des portes closes, à des agents d’information ou à des documents confidentiels et inaccessibles. Les opposants à la troisième période, publicitaires et relationnistes, n’ont peut-être pas réussi à corrompre l’ensemble de la profession journalistique, mais ils n’en sont pas moins arrivés à mettre au point des méthodes d’un raffinement étonnant que les journalistes ne sont pas encore arrivés à inventorier complètement et encore moins à déjouer.

57Dans la quatrième période, les adversaires ont plusieurs visages et c’est la conjugaison des multiples menaces qui finit par mettre en danger l’existence même de l’information. Que ce soit les pressions politiques, les camouflages, silences et secrets de toutes sortes, ou encore les ruses des fabricants de publicité et des promoteurs de tout acabit, il semble que tout concourt à créer un formidable tissu de pièges que les journalistes doivent chaque jour tenter d’éviter. De plus en plus pour être authentique, factuelle et intègre, l’information doit échapper aux assauts répétés, raffinés et tentaculaires de ceux qui ont pour fonction de manipuler, trafiquer, fabriquer ou déformer les faits, les événements, la réalité.

Les conflits d’intérêts

58De la même façon, la notion de conflit d’intérêts a subi une intéressante évolution au cours des 40 dernières années, une évolution qui correspond également à quatre phases distinctes. Au tournant des années 1960, l’idée des conflits d’intérêts est essentiellement associée aux tentatives systématiques de corruption exercées par les autorités politiques de l’époque. L’ère des « petites enveloppes » constitue la partie la mieux connue et peut-être la plus folklorique de cette période d’après-guerre où politiciens, notables et hommes d’affaires tentaient de gagner les faveurs des journalistes par des cadeaux, le plus souvent des sommes d’argent, ou d’autres entreprises de corruption totalement répréhensibles. Cette tradition peu reluisante, qui a certainement contribué à discréditer plusieurs journalistes des années 1940 et 1950, prend fin avec le décès de Maurice Duplessis et le déclenchement de la Révolution tranquille. Déjà au tournant des années 1960, la syndicalisation a contribué à hausser considérablement le niveau de vie des journalistes, qui n’ont plus l’excuse des fins de mois difficiles pour accepter les quelques dernières enveloppes qui peuvent circuler dans les rencontres de presse.

59Dans les années 1970, les conflits d’intérêts ont été évoqués pour des motifs idéologiques et liés à la question de l’association partisane. Soupçonnés d’utiliser l’information afin de promouvoir leurs opinions personnelles, les journalistes québécois se trouvent confrontés à l’obligation de s’abstenir de toute forme d’association partisane dans le but de conserver les coudées franches par rapport aux différents mouvements, groupes ou partis du côté du pouvoir, du contre-pouvoir ou dans l’opposition. Depuis le début des années 1980, le problème des conflits d’intérêts se pose essentiellement au regard des multiples initiatives de marketing et de promotion dont les journalistes sont souvent la cible (consentante) et que relationnistes et publicitaires ont raffinées de manière insoupçonnée auparavant. Enfin, dans les années 1990, les conflits d’intérêts se déplacent plutôt du côté des intérêts corporatifs ou individuels ; ils opposent, d’une part, les exigences essentielles à la qualité de l’information et, d’autre part, les sollicitations innombrables qui découlent tantôt des impératifs de rendement, tantôt des occasions d’augmenter son prestige et sa popularité.

60On voit donc qu’au cours de ces quatre décennies, les journalistes ont tenté tour à tour de s’affranchir de, ou au moins de se protéger contre, la tutelle autoritaire des patrons de presse, de celle des forces du pouvoir, de l’opposition ou des contre-pouvoirs, des assauts séducteurs des « marchands du Temple », les différents agents de marketing et de promotion, pour finalement se retrouver confrontés au dilemme de servir les intérêts et les besoins de l’information, en tant qu’institution, ou de céder aux tentations de la célébrité, de la popularité ou de la gloriole.

Le discours d’opposition

61Dans le discours officiel, les journalistes sont définis comme des témoins neutres et objectifs, en marge des différentes parties dans les conflits ou les débats qui agitent la société. En réalité, l’histoire récente nous montre que cette neutralité n’est qu’un leurre, un mythe savamment entretenu par les partisans d’une vision conservatrice des médias. Il a été démontré qu’en régime libéral où prédomine le modèle de la presse d’information, à défaut de prendre fait et cause pour l’opposition ou la marginalité, les médias se trouvent à défendre et à promouvoir l’ordre établi et l’idéologie dominante (Altschull, 1984). Dans l’histoire de la presse au Québec, il apparaît clairement que les journalistes se situent toujours en opposition à l’un ou l’autre pouvoir, politique ou économique. Ils peuvent aussi s’élever contre des groupes organisés, des classes dirigeantes ou, à l’inverse, épouser les objectifs d’une instance militante et avoir les mêmes adversaires qu'elle, se placer du côté des syndicats et s’opposer au patronat par exemple.

  • 17 Colette Beauchamp (1992, p. 235) raconte que Judith Jasmin appuyait totalement les thèses de Jean- (...)

62Dès lors, on note que la collectivité journalistique tient de manière constante un discours d’opposition, lequel varie selon les circonstances et en fonction des objectifs particuliers ou des priorités que la profession se donne. Au cours de ces quatre décennies, le discours d’opposition des journalistes, individuel ou collectif, a changé d’objet à quelques reprises, et ces glissements indiquent que les thèmes dominants varient selon chacune des phases, en fonction des cibles sur lesquelles il porte. Au début de la Révolution tranquille, les journalistes qui appuient les réformateurs les plus radicaux s’en prennent aux adversaires du renouveau social et politique qui balaie le Québec et s’attaquent au conservatisme des partisans du statu quo17. Dans la décennie suivante, au moment où les journalistes sont animés d’une ferveur militante exacerbée qu’ils canalisent dans le syndicalisme et alors qu’ils commencent à s’inquiéter de l’ampleur que prend le phénomène de la concentration des entreprises, le discours d’opposition prend pour cible les employeurs et patrons de presse, soupçonnés des pires intentions. Les journalistes de cette époque dénoncent aussi la montée du sensationnalisme, une des conséquences de la lutte de plus en plus féroce que se livrent les médias entre eux, et plus particulièrement la presse écrite et la presse électronique. C’est contre les effets sournois de l’invasion de la publicité et du marketing dans les années 1980, qu’est dirigé le discours d’opposition dans la troisième phase de ce glissement, alors que les journalistes, confortablement installés dans leurs conventions collectives et barricadés derrière les abstractions du débat constitutionnel, deviennent la cible de toutes sortes d’entreprises destinées à utiliser l’information comme véhicule de vente, de publicité ou de promotion quelconque. Finalement, dans la quatrième décennie, le discours d’opposition se tourne vers l’intérieur en quelque sorte et fustige les manquements au professionnalisme au sein même de la collectivité journalistique, les tendances à la médiocrité, le laisser-aller et le régime de facilité que plusieurs estiment trop répandu dans les médias d’information.

L'engagement social et politique

63Ce triple glissement, qui touche l’indépendance, les conflits d’intérêts et le discours d’opposition, indique un déplacement graduel du centre de gravité de l’activité journalistique au cours de la période 1960-2001. Engagés au premier chef dans la formidable redéfinition de la société québécoise que fut la Révolution tranquille, les journalistes ont donc été à la fois des agents de changement social et des adversaires des vieilles traditions établies dans les entreprises de presse. Dans la période d’agitation sociale qui suit la Révolution tranquille, les journalistes se mobilisent et se radicalisent : ils participent à la ferveur militante en luttant âprement contre leurs employeurs (dits « concentrationnaires ») tout en marquant leurs distances par rapport aux pouvoirs politique et économique et à l’opposition officielle. Dans les années 1980, dominés par le débat constitutionnel et la crise économique, les journalistes abandonnent leurs positions critiques, ils s’enlisent dans un fonctionnarisme terne, bref ils s’embourgeoisent et laissent pour ainsi dire le champ libre aux nouveaux loups de la consommation qui s’attaquent au marché par le biais des médias. Au cours des années 1990, c’est l’existence même de l’information, son essence, sa diversité, sa pluralité, sa qualité, voire sa survie dans certains cas, qui deviennent le lieu principal de l’engagement professionnel.

64Dans les années de la Révolution tranquille, le point central de l’activité journalistique était le politique ; dans les années d’agitation sociale, ce centre de gravité se déplace vers la redéfinition des forces en présence dans la société ; dans les années 1980, marketing et publicité envahissent le cœur même de l’activité journalistique et impriment un virage marchand à la société citoyenne ; dans les années 1990, le nivellement du spectacle et le rouleau compresseur de la rentabilité menacent l’existence même de l’information et, par conséquent, la profession de journaliste. Chaque fois, les journalistes se sont trouvés dans l’obligation d’identifier les données de la situation nouvelle et de définir la position éthique qu’ils devaient adopter individuellement et collectivement. Chaque fois, ils ont dû adapter leurs stratégies de résistance aux contextes politique, social et économique du Québec. Au fil de ces quatre dernières décennies, la profession a été amenée à se replier peu à peu sur elle-même et appelée à se porter à la défense de l’information comme telle, définie désormais beaucoup plus clairement comme une composante essentielle dans l’équilibre d’un système social, politique et économique.

  • 18 En fait, le débat sur le journalisme engagé n’a jamais vraiment cessé. D’aucuns demeurent attachés (...)

65Au chapitre de l’engagement politique et social, le glissement s’effectue aussi en quatre étapes : dans les années 1960, les journalistes sont d’abord engagés ouvertement, partisans plus ou moins déclarés du mouvement de changement social et politique qui secoue toute la société québécoise. Les années 1970, en raison de la montée de l’indépendantisme, voient le concept d’engagement politique et social se modifier et les journalistes, tenus pour suspects, doivent clamer bien haut leur neutralité politique et se tenir à l’écart de toutes les formations quelles qu’elles soient. C’est la période où leur engagement se porte du côté des instances syndicales : ils luttent pour leurs propres intérêts de travailleurs syndiqués. Dans la phase technicienne des années 1980, le débat quant à l’engagement se poursuit, mais s’oriente désormais vers une dimension à caractère professionnel. L’époque du « journalisme engagé » tel qu’on l’a pratiqué dans les décennies précédentes est bel et bien révolue : le neutralisme prédomine, avec toutes les nuances qui s’imposent18. La tendance au professionnalisme et la préoccupation pour la qualité s’accentuent dans la quatrième période, celle des années 1990. Le journalisme doit désormais être engagé dans la recherche de l’excellence, viser la qualité et la pluralité de l’information, éviter la banalité du quotidien en favorisant l’enquête et les dossiers, au besoin en prenant le parti des déshérités et des démunis. C’est l’institution elle-même qu’il faut désormais protéger des empiètements conjugués des publicitaires, des relationnistes et des fabricants d’images de toutes sortes. La complexité croissante des enjeux qui surgissent dans la collectivité pose des exigences accrues à ceux et celles dont le mandat est de répondre à des besoins diversifiés et multiples qu’expriment divers publics à l’égard de l’information.

Statut professionnel des journalistes

66Le statut des journalistes s’est considérablement modifié depuis 40 ans. La profession, qui réunissait autrefois seulement des scribes, a forcément dû ouvrir ses rangs aux journalistes de la presse électronique, dont les fonctions d’animateur, d’intervieweur, de recherchiste ou de réalisateur ont fait éclater les catégories précises d’antan. De manière générale, aux yeux du public, bien des artisans des médias passent pour des journalistes. Quiconque anime un talk-show, qu’il soit déjà connu ou non comme acteur, chanteur, musicien, écrivain ou magicien, pourra être pris pour un journaliste. Une certaine controverse entoure le statut des animateurs de tribune téléphonique, en particulier les plus bouillants d’entre eux qui s’attirent régulièrement les foudres du public, des autorités du CRTC ou des politiciens.

67Les journalistes sont donc fondés à se demander qui est vraiment journaliste et qui ne l’est pas. Impossible de trancher. À cet égard, ils doivent assumer les conséquences logiques de leur refus obstiné de verser dans toute forme de corporatisme et de définir clairement les paramètres de la profession. Tout au plus, souligne-t-on, quand c’est bien nécessaire, on établit la différence entre les commentateurs spéciaux, les collaborateurs occasionnels (souvent on désigne ainsi des pigistes non syndiqués), les membres d’autres professions qui pratiquent des activités journalistiques (avocats, médecins, professionnels du sport, etc.). Et les activités médiatiques de tous ordres qui sont de la promotion plutôt que de l’information sont alors désignées en tant que telles.

68À proprement parler, l’évolution du statut social des journalistes se caractérise par un glissement qui s’effectue en quatre étapes, lesquelles correspondent aux grandes périodes de l’évolution du journalisme au Québec. En schématisant, ces quatre étapes touchent le statut d’aspirant professionnel, celui de travailleur militant, celui de fonctionnaire-bon employé et enfin celui d’acteur et témoin. Les années 1960 voient le prestige de la profession journalistique augmenter ; les journalistes aspirent à être reconnus comme des professionnels et assimilés aux intellectuels qui se trouvent en ascension rapide dans la société québécoise. La période d’agitation sociale des années 1970 les voit ensuite se transformer en militants et s’appeler « travailleurs de l’information ». Ironiquement, cette période égalitariste aux tendances socialisantes marque l’émergence du phénomène des vedettes, sortes d’étoiles qui tentent de se distinguer au firmament d’une profession où tous se prétendent égaux. La vedettisation se poursuit bien au-delà des années 1970, nourrie par les exigences de l’information-spectacle et les besoins d’une industrie qui mise de plus en plus sur des grands noms pour vendre son produit. Le statut de vedette constitue une sous-catégorie à part, fortement minoritaire, en marge des rangs de la grande majorité des membres de la profession. Au cours de la décennie 1980, caractérisée par la bureaucratisation graduelle de la profession, on voit baisser peu à peu le prestige et la crédibilité de ceux qu’on prend trop souvent pour des fonctionnaires. Les journalistes se décrivent eux-mêmes comme des bureaucrates embourgeoisés ou encore comme des exécutants à la solde des plus offrants. Le mercantilisme envahit même les services professionnels que les journalistes peuvent rendre : ceux-ci vendent au meilleur prix leur crédibilité ou leur expertise (Demers, 1990).

La conception du journaliste qui a fait sa bonne fortune dans les années 60 et 70, celle d’un intellectuel producteur de sens à partir du point de vue de « l’honnête homme humaniste », continue de boucher l’horizon et d’empêcher l’émergence d’une expertise spécifique que les journalistes pourraient vendre à prix d’or sur le marché. La majorité des vedettes et ténors de la profession sont effectivement des producteurs d’opinion : éditorialistes, chroniqueurs et animateurs-vedettes (Deniers, 1990, p. 24).

69Enfin, dans les années 1990, les journalistes sont devenus des acteurs, dans tous les sens du terme. D’abord, ils prennent une part active à l’activité politique, économique et sociale et ne se limitent plus à en rendre compte ; leurs productions constituent des composantes intrinsèques du système de représentation de la société civile de même que de la société de consommation qui tend à s’y substituer. Les reporters, les correspondants, les chroniqueurs font de plus en plus partie de la réalité qu’ils représentent tant par leurs comptes rendus que par leurs commentaires. Ils déterminent ce qui est signifiant et important ; souvent ils lancent des modes, la plupart du temps ils orientent l’attention vers ce qui fera, demain, l’objet des conversations du petit-déjeuner et des échanges à la Chambre des Commîmes ou à l’Assemblée nationale.

70Ensuite, si l’on emprunte la métaphore du théâtre, ils jouent des rôles prépondérants sur une scène où les personnages obéissent à des règles strictes de mise en scène, et ils échangent des répliques souvent prévisibles dans une sorte de lutte à l’avant-scène, face aux projecteurs de l’actualité. À cet égard, plusieurs commentateurs notent que l’activité politique a tendance à reprendre des scénarios déjà connus, à reproduire des jeux et des interactions déjà éprouvés, bref, à donner dans le déjà vu.

Rôle des journalistes et conceptions de l’information

71Cette diversité des statuts attribués à la profession journalistique correspond de la même façon à une multiplicité de définitions du rôle des journalistes et de la fonction de l’information. Les journalistes eux-mêmes ont une conception changeante de leur rôle et de l’information qu’ils produisent. La génération des journalistes actifs dans les années 1960 se percevait essentiellement comme issue de la tradition des artisans ; Jean-V. Dufresne parlait souvent du plaisir d’écrire, de l’art de polir le texte en choisissant les mots, à la manière d’une œuvre d’art. Dans les années de la Révolution tranquille, les journalistes perçoivent leur rôle comme celui d’agents de changement, engagés qu’ils sont dans les bouleversements qui transforment le Québec. Cette dimension se poursuit dans la deuxième période, celle des années 1970, mais, aux prises avec les attaques et les intimidations des politiciens qui leur font grief de leurs opinions souverainistes, les journalistes de cette époque sont forcés de se définir davantage comme des témoins critiques. Au cours des années 1980, après que les ardeurs militantes se sont calmées et que les journalistes ont commencé à s’embourgeoiser quelque peu, ainsi qu’ils se le reprochent, c’est le modèle du bon employé qui émerge (François Demers, 1989). L’image du bon employé servirait à décrire les relations paternalistes qui, dans l’univers japonais des relations de travail, unissent un patron autoritaire et des employés dévoués, récompensés par une sécurité financière à vie. Appliqué aux journalistes, le modèle du bon employé dépeint, de manière quelque peu caricaturale, le comportement d’exécutants dociles ou de simples courroies de transmission sans envergure qu’adoptent certains journalistes, attitude qui marque une rupture radicale avec les prétentions à caractère professionnel des années 1960. Enfin, dans les années 1990, les journalistes sont des producteurs au sens strict : ils suivent à cet égard la tendance générale, balayés par la marée de la performance et de l’efficience à tout prix. La compétence se mesure souvent à l’échelle du rendement et de la productivité. Certes, ils restent les témoins de l’actualité, mais des témoins plus amusés ou plus cyniques que critiques et distants. Ils sont aussi toujours des employés, pour une bonne part, même si bon nombre d’entre eux, les jeunes surtout, sont confinés au statut de pigiste ou à la précarité d’emploi. En somme, il leur faut besogner dur, comme tout le monde, jouer des coudes dans un univers concurrentiel. Pour atteindre l’excellence, il faut gagner la loterie des tirages ou des cotes d’écoute, mériter des prix et récolter des honneurs, ou encore faire parler de soi dans les médias, sorte de consécration suprême.

72La conception de l’information qu’ont les journalistes évolue elle aussi au gré des périodes à l’étude. Cette évolution se résume simplement : considérée d’abord comme un service public tout au long des années 1960 et une partie des années 1970, l’information devient par la suite un lieu d’affrontements des idéologies en opposition, un lieu de débats au cœur de la société, pour se définir de plus en plus comme un bien de consommation, de divertissement, assujettie qu’elle est aux exigences du rendement. Dans les années 1980, le centre de gravité de l’activité journalistique s’est déplacé des pratiques du journalisme vers celles du spectacle (Sauvageau, 1986) ; vers la fin du siècle, l’information constitue l’enjeu principal d’une société qui veut conserver son caractère démocratique.

73La conception prédominante dans les années 1960 est teintée de l’idéologie de la Responsabilité sociale, fort répandue alors aux États-Unis. La presse est perçue tel un des fondements de la démocratie, ce qui sert à justifier la liberté d’expression consentie aux médias. Par la suite, dans les années 1970, la presse devient un lieu où s’affrontent des opinions divergentes, où se déroulent des débats sur les enjeux fondamentaux de la société. L’information est alors définie comme un instrument de prise de conscience susceptible de favoriser le changement social et le progrès de la société. Peu à peu toutefois, la conception conservatrice s’impose, qui ramène l’information à une tâche fondamentale : celle de la défense et de la promotion de l’ordre établi. Dans la troisième période, apparaissent les tendances à l’information-spectacle, à l’information définie comme un produit de consommation, une sorte de marchandise à annoncer pour qu’elle soit vendue, soumise aux aléas de la concurrence et du marketing. Enfin, dans la quatrième période, la survie et la spécificité de l’information, trop souvent menacées, en font un enjeu central dans l’équilibre fragile d’une société trop souvent écartelée entre ses pôles économique, politique, social et culturel.

74Associées aux effets de la concentration de la presse, ces dernières tendances résultent de la concurrence féroce que se livrent les médias et elles contribuent à accentuer le phénomène de marchandisation graduelle de l’information. Au tournant du millénaire, l’information est essentiellement devenue un produit sur le marché, elle est soumise aux exigences de la rentabilité et prend diverses directions plus ou moins heureuses : l’instantanéité, l’uniformisation et la banalisation étant les plus flagrantes.

*

75À travers ces glissements, c’est non seulement la déontologie qui évolue mais aussi l’éthique professionnelle des journalistes. Certains grands principes demeurent immuables : l’objet premier de l’acte journalistique demeure la recherche de la vérité. Cette démarche doit s’effectuer dans la plus totale liberté. Ces principes servent à sauvegarder les fondements de notre société démocratique. Ainsi, théoriquement du moins, l’information prétend-elle servir, uniquement et principalement, les plus nobles causes, celles de la recherche de la vérité et de la pratique de la liberté.

76Mais à cet idéal un peu trop abstrait, on a opposé un pragmatisme plus réaliste. L’essence du journalisme réside maintenant dans la cueillette et la transmission de toutes ces informations jugées nécessaires en raison d’un principe universel, quasi absolu : le droit du public à l’information. Toutefois, dans la pratique, les menaces les plus graves qui pèsent sur l’éthique journalistique proviennent des contraintes imposées au nom de la rentabilité des entreprises, notamment le rythme de travail, les exigences constantes de rapidité et de performance, la concurrence féroce pour les tirages ou les cotes d’écoute et les revenus publicitaires qui en découlent. En un mot, les pressions les plus lourdes sont liées au processus de marchandisation de l’information, qui a contribué à faire passer la presse d’un service public à une institution vouée au rendement et à la rentabilité.

Notes

1 Voir Le 30, vol. 5, no 10, décembre 1981, p. 10-24, et le document publié par la FPJQ à titre de bilan du colloque « Les femmes et l’information » (1981-1982) : Thérèse, Janette, Hélène et les autres ou... la face cachée de l’information.

2 Voir les résultats d’une enquête menée auprès de 85 médias québécois et publiés sous le titre « Les femmes et l’information : étude statistique de la place des femmes dans les médias québécois », par Judith Dubois dans Communication (vol. 9, no 2, 1988, p. 111-122). Selon cette enquête, la proportion des femmes journalistes est plus élevée, au cours de cette période, dans la presse électronique, où elle est passée de 11 % en 1974 à 21 % en 1987, comparativement à la presse écrite, où elle se maintenait à 16 % depuis 1972. De plus, si l’on exclut les femmes occupant des postes de cadres, la proportion monte à 22 % de femmes dans les emplois réguliers de journalistes.

3 Ces données proviennent d’une vaste enquête effectuée par l’auteure auprès des journalistes québécois en 1995 et 1996. Plus de 300 femmes et autant d’hommes journalistes ont répondu à un questionnaire détaillé destiné à dresser leur profil démographique et à préciser leurs attitudes professionnelles, leurs motivations et leurs ambitions (Saint-Jean, 1995). Ces données correspondent pour l’essentiel à celles qui ont été obtenues par d’autres chercheurs, notamment David Pritchard et Florian Sauvageau (1999).

4 Voir Le 30, vol. 24, no 2, février 2000, dont le dossier principal s’intitule « Métro, marmots, boulot : une vie de fou ! »

5 Cette conclusion provient, entre autres, de nos propres données de recherche : dans l’enquête menée en 1995 et 1996, 58 % de nos répondantes affirmaient avoir 10 ans et moins d’expérience, alors que cette proportion atteignait seulement 42 % chez nos répondants. De plus, les filles sont majoritaires dans les programmes de journalisme et de communications des universités québécoises.

6 Ce rapport a été produit par la journaliste Paule Beaugrand-Champagne et s’intitule « Information judiciaire : faut-il nommer les personnes impliquées ? » Ce texte dactylographié daté du 28 février 1984 est cité dans R. Morissette, « Nommer ou ne pas nommer ? » (Le 30, vol. 9, no 10, décembre 1985, p. 16-17).

7 Pour des précisions sur ce jugement, consulter l’article de Me Marc-André Blanchard (1999).

8 Voir les détails sur le jugement et la poursuite contre La Presse et le journaliste Miville Tremblay dans Yves Boisvert, « L’affaire Drouin : une importante victoire pour le journalisme québécois » (Le 30, vol. 23, no 5, mai 1999, p. 30-31).

9 La présidence de la CAI fut d’abord confiée à un journaliste, Marcel Pépin, à qui succéda un juriste qui à son tour fut remplacé par un autre journaliste. En plus d’agir comme tribunal pour trancher les litiges entre les citoyens et l’État, la Commission a pour rôle de protéger les renseignements que l’État détient sur chacun des citoyens, au nom de la protection de la vie privée.

10 Voir aussi Réal Barnabé, « Dossier Noranda : Louis-Gilles Francoeur se bat depuis un an » (Le 30, vol 12, no 6, juin 1988, p. 24).

11 Voir à ce sujet le Mémoire présenté au Comité parlementaire sur la liberté de la presse par la FPJQ, le 10 septembre 1969 ; Les journalistes et l’administration de la justice par la FPJQ, le 15 avril 1970 ; le Mémoire sur la liberté de presse au Québec par la FPJQ, en février 1972 ; La protection des sources d’information des journalistes, de la Commission des droits de la personne du Québec à Montréal, en septembre 1978 ; Les journalistes devant la justice, du ministère de la Justice, le 6 février 1984 ; L’immunité des sources des journalistes, de la Fondation du Barreau canadien, en 1984 ; La protection des sources et matériel journalistiques, actes du colloque international de Montréal, des 23 et 24 septembre 1988, de la FNC-CSN ; Le témoignage des journalistes : le conflit entre la libre circulation de l’information et l’administration de la justice, rapport du comité du Barreau du Québec, en octobre 1988 ; La protection des sources confidentielles d’information et du matériel journalistique, livre blanc du Conseil de presse du Québec, le 9 juin 1989.

12 Rodolphe Morissette, « Protection des sources : une stratégie qui se précise » (Le 30, vol. 12, no 9, novembre 1988, p. 10-11).

13 Déclaration de Florian Sauvageau, rapportée dans Gilles Lesage, « Pas de statut particulier pour les journalistes »(Le 30, vol. 13, no 2, février 1989, p. 14-15).

14 « Directeur général des élections c. Alberto Berardinucci », Cour du Québec, Chambre criminelle et pénale, 13 juin 2001, no 500-61-109353-996, sous la présidence du juge Serge Boisvert, Jugement (transcription d’un jugement verbal rendu à l’audience).

15 On songe plus particulièrement à Lance et compte, Scoop et Scoop II, Des Dames de coeur et Virginie, entre autres.

16 Voir le dossier « Concentration : dix questions à poser aux patrons de presse », Le 30, vol. 25, no 2, février 2001, p. 10.

17 Colette Beauchamp (1992, p. 235) raconte que Judith Jasmin appuyait totalement les thèses de Jean-Paul Desbiens qui, en 1960, derrière le pseudonyme de Frère Untel, publiait dans Le Devoir des lettres qui, « sous une plume humoristique et satirique et dans une langue drue, [faisaient] une critique en règle du système d’enseignement, de sa faillite illustrée par le parler “jouai” et par là-même [sic] de toute la société ».

18 En fait, le débat sur le journalisme engagé n’a jamais vraiment cessé. D’aucuns demeurent attachés mordicus à leurs positions, comme Michel Vastel qui, au congrès de la FPJQ en 1991, déplorait le manque d’engagement des commentateurs politiques du Québec francophone et suggérait que, dans la crise constitutionnelle canadienne, les médias se considèrent comme en guerre. Voir « Vastel le Québécois », propos recueillis par Yves Boisvert, Le 30, vol. 16, no 5, juin 1992, p. 8-10. Ces déclarations ont soulevé des tollés de protestations chez des collègues qui lui répondent, parfois de manière virulente. D’autres, comme Gilles Lesage, répètent inlassablement qu’il importe de distinguer entre nouvellistes et columnists, entre reporters et éditorialistes et que le témoin-journaliste n’est pas un acteur. Sa critique de l’ouvrage d’un collègue, Daniel-V. Marsolais, Le référendum confisqué, a poussé l’auteur dans ses derniers retranchements : Marsolais réplique en parlant d’objectivité subjective et rappelle que même le Conseil de presse a confirmé les droits à la liberté d’expression, d’opinion et d’association que possède tout journaliste à titre de simple citoyen. Voir « Des droits menacés ? Attention aux intoxications », de Daniel-V. Marsolais (Le 30, vol. 16, no 5, juin 1992, p. 31), et « Faut-il monter au front ? », de Gilles Lesage (Le 30, vol. 5, no 4, mai 1992, p. 27-28).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540