Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éthique de l'information

 | 
Armande Saint-Jean

Histoire sociale du journalisme au québec de la révolution tranquille à nos jours

Chapitre 6. Quatrième période : 1990-2001, phase de mutation

Texte intégral

1Sans doute en vertu de la loi des contrastes, une décennie commence dans le calme plat et se termine dans la plus totale confusion. À l’embourgeoisement graduel qui avait marqué le journalisme au cours de la décennie précédente succède des bouleversements profonds, des changements radicaux, des remises en question, voire des doutes graves. En ce sens, le paysage journalistique du Québec n’échappe pas à une règle assez répandue en Occident, celle de la mutation : c’est la dominante de cette quatrième période.

2Cette mutation se caractérise par divers facteurs, avec au premier chef des modifications dans la configuration de la propriété des médias, l’accélération phénoménale de la concentration de la propriété des entreprises de presse, la quasi-disparition des petites et moyennes entreprises et leur fusion au sein de méga-empires aussi puissants que fragiles, voués la plupart du temps à des activités multiples et diversifiées.

3Aux États-Unis, déjà consacrés royaume du gigantisme, les regroupements partagent entre quelques corporations colossales la propriété de multiples médias. Tout en bouleversant la structure des entreprises, ces transactions ont aussi eu pour effet de porter à l’avant-scène quelques figures de proue, les barons des médias du XXIe siècle, à côté de qui les William Randolph Hearst du siècle dernier font presque piètre figure. Désormais, les richissimes s’activent sur plusieurs tableaux et leur statut de propriétaires de médias les amène à jouer un rôle important soit en politique, comme Silvio Berlusconi devenu premier ministre de l’Italie, soit dans les affaires et la haute finance, tel Jean-Marie Messier, PDG de Vivendi Universal en France. Au Canada et au Québec, les magnats gagnent en prestige autant que leurs homologues étrangers, toutes proportions gardées. Les Desmarais, Péladeau et Chagnon, tout comme Conrad Black, sont établis comme des barons prospères ; quant aux Asper, de CanWest Global Communications, ils sont apparus dans le paysage quand la famille a pris le contrôle des quotidiens de la chaîne Southam.

Quatrième période : 1990-2001 - Phase de mutation

DATE

ACTUALITÉ SOCIOPOLITIQUE

ORGANISATION DES ENTREPRISES DE PRESSE

JOURNALISTES : RÔLES ET STATUT

PRATIQUES JOURNALISTIQUES

1990

Affaire Péladeau-Blouin-Paré dans L’actualité

1991

Condamnation de Denise Bombardier dans l’affaire Bouchard (pédophilie)

1992

Référendum au Canada :
rejet à 54 % de l’accord de Charlottetown

Rapport Guérin sur l’administration de la justice et remontrances aux médias pour intrusion dans la vie privée des citoyens

Début de la télésérie Scoop à la SRC - durée : 3 ans

Grève de 2 mois au quotidien Le Soleil

Création à l’Université Laval du Centre d’études sur les médias

Quatrième période : 1990-2001 - Phase de mutation

DATE

ACTUALITÉ SOCIOPOLITIQUE

ORGANISATION DES ENTREPRISES DE PRESSE

JOURNALISTES : RÔLES ET STATUT

PRATIQUES JOURNALISTIQUES

1993

Élections fédérales

Grave crise au Devoir : les journalistes font des compromis pour sauver le journal

25e anniversaire de la FPJQ : le virage de la formation

Enquête de The Gazette sur les « courtes journées de certains juges »

1994

Fusion de Radio-Mutuel et de Télémédia

The Gazette procède au démantèlement de son équipe de journalistes d’enquête

L’affaire Guitouni éclate à la suite d’un reportage controversé au Point à la SRC

1995

Début de la controversée réforme Rochon des réseaux de la santé et des services sociaux

Janvier : Entrée en ondes de RDI

Référendum québécois Résultat : NON à 50,6 %

Fermeture de CROC, magazine satirique, après 15 ans de drôleries et de méchancetés

Quatrième période : 1990-2001 - Phase de mutation (suite)

Quatrième période : 1990-2001 - Phase de mutation (suite)

Quatrième période : 1990-2001 - Phase de mutation

Quatrième période : 1990-2001 - Phase de mutation

Quatrième période : 1990-2001 - Phase de mutation (suite)

Quatrième période : 1990-2001 - Phase de mutation (suite)

4Après avoir craint une déstabilisation des marchés au cours de la décennie précédente, les médias s’habituent peu à peu à une période de tranquillité : les tirages des publications et les cotes d’écoute de la radio et de la télé se maintiennent à des niveaux stables, entraînant du même coup une stabilité des revenus publicitaires. De nouveaux produits apparaissent, sous forme de magazines publicitaires produits et distribués comme des outils de promotion par de grandes chaînes de commerce de détail (vêtements, alimentation, etc.) ou encore des quotidiens distribués gratuitement dans le métro, à Montréal comme à Toronto.

5Dans cette ère de rationalisations et de compressions budgétaires qui caractérise les finances publiques au cours de la décennie 1990, la radiodiffusion publique se trouve menacée une fois de plus. Des saignées importantes ont appauvri la Société Radio-Canada (SRC), qui a dû accepter d’insérer des publicités dans Le Téléjoumal, réduire considérablement ses effectifs en supprimant des centaines, sinon des milliers, de postes à la télé et à la radio et tenter de remplir son mandat auprès des communautés locales et régionales avec des ressources anémiées. Au Québec, la situation n’est guère plus reluisante pour la chaîne publique : Télé-Québec souffre de sous-financement depuis des lunes et cherche à trouver des moyens d’assurer une production originale, de qualité, tout au long des 12 mois de l’année (Cauchon, 2002b).

  • 1 Voir le dossier sur le rapport Juneau dans Le 30, vol. 20, no 3, mars 1996, p. 12-19.

6Il existe pourtant des formules viables pour garantir à des grandes entreprises publiques de radiodiffusion un financement solide et durable, que pourrait envisager un gouvernement soucieux de préserver une des institutions qui honore la réputation du Canada. Le financement de la BBC en Angleterre, de la NKH japonaise et de la SVT suédoise est assuré par un système de redevances, tout comme celui de la chaîne PBS aux États-Unis. Ainsi que le recommandait en 1996 le rapport du comité présidé par Pierre Juneau, chargé d’étudier la viabilité de la radiodiffusion publique au Canada, il importe de préserver l’autonomie et la vigueur de Radio-Canada car on y pratique un journalisme d’excellente qualité, ses émissions de nouvelles et d’actualité sont les « meilleures » du genre au Canada et « l’intégrité et la crédibilité du journalisme de la SRC reposent dans une grande mesure sur de hautes normes professionnelles et sur son indépendance de longue date1 ».

7De grandes crises secouent cette décennie : celle du verglas en 1998 ; celle du terrorisme à la fin de la période, en septembre 2001. Ce sera l’occasion de relancer des questionnements existentiels sur le rôle et le pouvoir des médias dans la société, sur le mandat et la responsabilité des journalistes. Cette quête d’assises fondamentales s’harmonise à l’air du temps, le passage du troisième millénaire étant accompagné d’un mélange de vague-à-l’âme et de ludisme festif.

Le contexte sociopolitique

8La dernière décennie du siècle, si elle s’est amorcée dans un calme relatif sur le plan des institutions sociales et politiques, a été marquée par de très profonds tiraillements, caractéristiques d’une mutation vers un nouvel âge. Certes, l’approche du troisième millénaire n’a pas manqué de susciter son lot d’insécurité, voire d’élucubrations et, certainement, de bilans de toutes sortes. Le climat à dominante conservatrice de la fin des années 1980 a perduré, se colorant de néolibéralisme version mondialisation.

9La vague postmoderne, de même que l’individualisme exacerbé qui la caractérise, connaît son apogée et sans doute aussi le début de son déclin, puisqu’on assiste, à la fin de la décennie, à un regain de certaines formes de militantisme, tout au moins à une recrudescence de manifestations bruyantes et colorées, la plupart du temps à l’appui de revendications sociales ou en opposition à la mondialisation. Après Seattle, le Sommet des Amériques, qui se déroula à Québec au printemps 2001, voit en effet renaître une ardeur disparue depuis longtemps. De part et d’autre, les clans s’étaient organisés en vue d’un événement à portée internationale ; la rencontre a eu lieu, assortie d’affrontements passablement violents entre manifestants et forces de l’ordre, celles-ci vouées à la sécurité et à la protection des puissants de ce monde, ceux-là dénonçant les excès et les injustices d’une société égoïste et d’une planète déchirée par ses clivages, engoncée dans ses contradictions. On voit de nouveau l’État tendre son bras policier, les porte-parole des autorités tant politiques que policières se congratulant mutuellement pour un travail propre et bien fait. Du côté des opposants, on se console en célébrant une drôle de victoire : malgré les arrosages au poivre de Cayenne, les manifestants ont gagné la guerre des médias, semble-t-il !

10Ce qui domine cette décennie, tout comme la fin du XXe siècle, est sans contredit, au Québec et ailleurs dans le monde occidental, la présence marquée d’une logique économiste, qui commande et justifie toutes sortes de rationalisations, de réorganisations, de compressions budgétaires et, dans certains cas, de fermetures et de pertes d’emplois. La loi de l’efficacité et de la performance prédomine.

11Sur le plan politique, les indépendantistes du Québec voient la défaite, non sans gloire, du référendum de 1995, où la proposition de souveraineté est battue de peu par le clan fédéraliste. Réélu peu après, le gouvernement péquiste se lance aussitôt dans la poursuite frénétique du « déficit zéro ». Au nom du redressement des finances publiques, c’est-à-dire de l’obligation qui s’impose à la classe politique d’amener l’État à vivre selon ses moyens, on procède à une série de réformes plus ou moins bien planifiées, qui occasionnent des bouleversements profonds, principalement dans l’ensemble du réseau de la santé et des services sociaux et dans le système d’éducation. Coupures draconiennes des budgets, révision des normes, des ratios, des quotas et des contingentements de tous ordres, mises à la retraite et diminution du personnel spécialisé, rationalisations et plans de réorganisation : une armée de bureaucrates s’échine à remodeler, sur papier, un État-providence qui n’a plus les moyens de financer les services à la population qu’il s’était peu à peu donnés au cours du dernier demi-siècle. En quelques années, c’est tout l’héritage de la Révolution tranquille qui se trouve en péril, de l’accès à l’éducation gratuite jusqu’aux soins de santé universels. On voit s’allonger le cortège de ceux qui deviennent aussi insatisfaits que dépendants de services qu’ils perdent, qu’ils attendent trop longtemps ou qu’ils ne reçoivent jamais : malades (de toutes catégories), jeunes en difficulté, aînés en perte d’autonomie, handicapés physiques ou mentaux, patients maintenus à domicile, délinquants placés en centres de réadaptation, malades psychiatriques renvoyés chez eux ou jetés à la rue, sans-abri, etc. Les hôpitaux fusionnent avec les CLSC ; du coup apparaissent les chirurgies d’un jour, les séjours écourtés, les listes d’attente infinies, les urgences encombrées. On envoie des cancéreux se faire soigner dans les hôpitaux voisins des États-Unis, à grands frais. En éducation, on réduit aussi les effectifs, on ferme des écoles et des facultés ; on grossit la taille des classes, on alourdit le fardeau des enseignants à tous les niveaux et, alors que l’ensemble du réseau scolaire demeure à la fois public et privé, on augmente les frais de scolarité à l’université.

12Plus encore que dans les services publics, les diktats du régime minceur sévissent de manière généralisée dans le secteur privé. Les entreprises de presse n’échappent pas au rouleau compresseur : partout on restreint les effectifs, on rationalise, on planifie, on calcule. L’extension des heures de travail devient la norme, du moins pour les cadres supérieurs et pour ceux qu’on appelle les travailleurs autonomes. Rendement devient synonyme de performance ; efficacité et compétence se confondent. Il en résulte certaines économies dans les coûts de production et, surtout, un accroissement de la tâche des producteurs d’information, à quelque échelon qu’ils se trouvent dans la pyramide de l’information.

Introspection et questionnements

13S’ils avaient eu tendance à l’assoupissement ou au piétinement dans la décennie précédente, les journalistes se sont trouvés brusquement interpellés par les soubresauts qui agitent la société québécoise au cours des dernières années du siècle. Collectivement, ils se plongent eux-mêmes dans une profonde introspection marquée de vifs questionnements, dont certains à caractère quasi existentiel. Au moment où l’embourgeoisement commençait à gagner, où la fonctionnarisation risquait de scléroser le métier, la collectivité journalistique est subitement saisie de multiples tiraillements, en proie à une sorte de mutation qui n’a rien de paisible ni de tranquille. Certes, sur le plan de la propriété, une vague déferlante commence d’emporter les entreprises dans un maelstrôm de fusions, d’acquisitions, de transferts de propriétés, un phénomène qui ne manque pas d’avoir des répercussions jusque sur les interrogations identitaires des journalistes.

14Cependant, c’est principalement le renouvellement des genres traditionnels, l’apparition de nouvelles modalités de fabrication et de transmission de l’information et les performances spectaculaires de quelques individus qui suscitent les plus vives remises en question. Bien sûr, le journalisme-spectacle avait fait son apparition, presque une décennie plus tôt, mais on n’avait pas encore repoussé aussi loin les limites de la convenance traditionnelle. Ce sont les vitupérations intempestives d’un André Arthur à Québec d’abord, puis des Gilles Proulx, Jean-Luc Mongrain et autres animateurs de Montréal, les élucubrations plus ou moins fantaisistes de l’« infoman » Jean-René Duford ou de la bande de La fin du monde est à 7 heures, l’un à la télévision de la SRC, l’autre à la chaîne privée TQS, les débordements des uns, les dérapages des autres, bref, c’est la succession de nombreux écarts de toutes sortes qui suscite les interrogations les plus inquiètes.

15Qui sommes-nous ? se demandent les journalistes réunis au congrès de la Fédération professionnelles des journalistes du Québec (FPJQ). Qu’est-ce qu’un journaliste ? Quel journalisme voulons-nous pratiquer ? Y croyons-nous encore ? D’où vient la dérive : du public ou des médias ? Les questions jaillissent, nombreuses, fébriles, lourdes ; les réponses sont multiples et diverses, et elles n’apportent guère de consolation qu’à ceux qui veulent à tout prix y trouver un certain réconfort ! Dans les émissions consacrées aux médias qui se succèdent au petit écran, sur les chaînes publiques ou dans les colonnes que journaux et magazines consacrent aux médias, et qui disparaissent vers la fin de la décennie, on scrute, on soupèse, on dissèque, on questionne : des faits divers aux éditoriaux, des rubriques « chiens écrasés » aux dossiers constitutionnels, tout passe à la loupe de cette investigation qui n’échappe pas, par moments, à une certaine tendance nombriliste, voire à une bienveillante complaisance. Certes, on se prend soi-même pour objet d’étude mais, la plupart du temps, ces exercices visent davantage à justifier qu’à expliquer, à comprendre qu’à fouiller, à établir une complicité entre collègues et avec le public qu’à susciter un véritable débat critique. À la fin de la décennie, alors que d’aucuns se demandent s’il reste encore de la fougue et de la passion dans ce métier, d’autres, comme le directeur de l’information du quotidien Le Devoir, constatent que le bilan de santé de la profession journalistique n’est pas des meilleurs :

Entre les cahiers sur les tendances actuelles en mode et en gastronomie et les reportages complaisants sur l’industrie culturelle ou la colonie artistique, on trouve aussi des animateurs de télévision millionnaires à qui, pour reprendre l’expression de Gil Courtemanche, l’on accorde un « permis d’abrutir » le peuple, chaque soir, à coups de préjugés et de jugements sommaires, tandis que les journalistes chargés d’alimenter le bulletin d’information doivent remplir toujours plus d’heures d’antenne avec les mêmes ressources lorsque ce n’est pas avec moins (Venne, 2001, p. 3).

16La réalité dépasse souvent la fiction. Personnifiés dans les héros de la télésérie Scoop, de Fabienne Larouche et Réjean Tremblay, ce dernier lui-même journaliste sportif, les gens des médias voient leur vie professionnelle, les enjeux et les aléas de leur métier projetés dans l’univers mythique et superficiel de la télévision. Du coup, ils se voient comme ils ne se sont jamais vus, regardent avec une stupéfaction teintée d’amusement la projection déformée et déformante de leur réalité et se retrouvent, au bout des trois ans que dure la série, paradoxalement mythifiés et démystifiés, mais en tout cas encore moins populaires qu’ils l’étaient. La magie opérant, au bout du compte, le risque est grand que ce soit ces personnages de fiction tantôt attachants, tantôt inquiétants de la télésérie, qui finissent par avoir une vie plus réelle que les véritables journalistes dans la vraie vie !

Pouvoirs et devoirs

17Plus d’un membre de la confrérie journalistique est pris de vertige à l’évocation du pouvoir réel ou potentiel des médias. Créer un personnage, lancer une tendance, nourrir une mode à la manière d’un feu de forêt, certes, mais on peut tout aussi bien détruire une réputation, briser des vies, ruiner, démolir. Certains événements ont provoqué des réflexions et des interrogations quand ils sont survenus, en rapport avec le pouvoir des médias de faire et de défaire des réputations. Lorsque Pierre Péladeau passe pour antisémite, à travers les propos que lui prête, à tort ou à raison, un reportage publié dans L’actualité ; quand Jean-Louis Roux est dépeint comme un jeune étudiant pro-nazi à cause d’une croix gammée dessinée sur son sarrau de laborantin ; quand de respectables magistrats sont photographiés de loin, à travers les bosquets, en train de se la couler douce dans un chalet alors qu’on les croit occupés au bureau ; quand des reportages inquisiteurs démasquent les imposteurs, dénoncent les sectes, pourfendent les trompeurs de tout acabit, on se dit, chez les journalistes, que la tentation est grande parfois d’user, d’abuser même, du pouvoir que donne l’information.

18Une émission comme La facture, qui connaît une belle popularité à la télévision de Radio-Canada, avait à l’origine un mandat d’information au sujet de la consommation. Au fil du temps, d’affaire nébuleuse en transaction crapuleuse, elle en est arrivée à s’imposer comme une sorte de justicier des ondes : les gens y ont recours en ultime ressort, quand les mécanismes habituels n’ont pas réussi à leur donner satisfaction, à leur obtenir un remboursement ou une réparation des torts. On parle donc ici d’un pouvoir d’intervention, au nom de la justice et de l’équité, un pouvoir que les artisans de l’émission doivent s’efforcer de ne pas outrepasser.

19Ailleurs, c’est du devoir de réserve qu’on s’inquiète. Dans des affaires désormais célèbres impliquant les journalistes radio-canadiens Robert Guy Scully et Normand Lester, on fera grand cas de ce fameux devoir de réserve, sans qu’on sache vraiment s’il en existe une version particulière qui serait attachée au titre d’emploi radio-canadien ou si l’on parle plutôt d’une qualité que devraient partager tous les journalistes, qu’ils soient reporters ou patrons, peu importe le type d’entreprise de presse. Dans l’affaire Scully, il s’agit surtout d’un conflit d’intérêts entre une maison de production et une source de financement ; le principe du cloisonnement entre des émissions à caractère d’information et des programmes de propagande financée par le gouvernement fédéral doit être respecté, même à la SRC. Le journaliste a tiré sa révérence de manière spectaculaire et continue sa carrière sans plus d’inquiétude. Dans l’autre affaire, la question fondamentale consistait surtout à savoir si un journaliste radio-canadien pouvait se permettre de publier un brulôt à saveur indépendantiste. D’aucuns ont vu un retournement de situation contre Normand Lester, qui avait mis au jour l’affaire Scully l’année précédente, détroussant le mal chez son propre patron. On a beaucoup discuté de la liberté d’opinion et de la liberté d’expression des journalistes en général, des reporters de Radio-Canada en particulier, tout en soulignant que nombre de collègues de Normand Lester, au Québec comme au Canada, ont commis de semblables ou de comparables ouvrages dans un passé assez récent sans jamais être inquiétés. Normand Lester a été invité à prendre sa retraite et a déménagé ses pénates dans une chaîne privée.

20En fait, ces affaires indiquent que la Este des devoirs qu’on se plaît à rappeler aux journalistes à la moindre occasion est fort longue. Difficile de savoir si l’esprit critique est plus répandu à l’extérieur de la profession ou dans ses propres rangs. Dans son essai critique intitulé Les oiseaux de malheur, André Pratte (2000), un journaliste de métier qui a été nommé par la suite éditorialiste en chef à La Presse, ne fait preuve d’aucune complaisance envers ses collègues, corneilles, aigles, vautours ou pies de toute espèce, à qui il reproche bien des choses, entre autres de s’ériger en tribunal, de s’intéresser à l’insignifiance tout en délaissant l’essentiel ou de céder à toutes les faiblesses pour réussir à noircir du papier et remplir du temps d’antenne.

21À l’extrême opposé du pouvoir terrifiant de l’information et des devoirs dont il devrait être assorti se trouve la sempiternelle question de l’engagement, posée cette fois du point de vue de la responsabilité, en l’occurrence celle de dénoncer l’inacceptable, de se positionner par rapport à ce que la société peut produire d’abject et de méprisable. Si les quelques stentors qui sévissent sur les ondes font métier de vilipender jour après jour, à tort et à travers, et de monter en épingle la moindre anicroche du système, certains journalistes plus prudents se gardent bien d’exprimer leurs positions ou opinions dans le cadre de leur travail. Toutefois, quand la mesure déborde, une bonne âme peut s’indigner, surtout s’il s’agit de contrecarrer une thèse reconnue comme insoutenable. Ce fut le cas de Denise Bombardier, qui prit fait et cause contre la pédophilie en ripostant vertement à l’endroit d’un interlocuteur qu’elle recevait à son émission Noir sur blanc en 1983. Mal lui en prit puisque le psychologue outré, se trouvant injustement victime des attaques de la bouillante intervieweuse, eut recours aux tribunaux, deux fois plutôt qu’une, obtenant finalement qu’un juge la condamne en 1991, après que le Conseil de presse du Québec lui eut servi une réprimande sur le même sujet. « Comment peut-on reprocher à un journaliste qui interviewe un pédophile, donc quelqu’un qui justifie les relations sexuelles avec les enfants, comment peut-on lui reprocher de manifester un préjugé ! » s’exclame la vedette radio-canadienne, outrée qu’on songe à lui reprocher ses ardeurs (Boisvert, 1992a). Ceux et celles qui soutiennent depuis longtemps que l’intégrité et le professionnalisme d’un journaliste ne sont pas nécessairement menacés du fait qu’il s’engage dans une cause sociale n’ont pas manqué de lui répondre que, si elle est valable et juste, sa thèse peut aussi s’appliquer à bien d’autres cas de figure, où les journalistes sont tentés d’afficher publiquement leur engagement moral, à propos par exemple du travail imposé aux enfants ou de la violence envers les femmes, du trafic des stupéfiants, de la pollution des lacs et des rivières ou encore du sort injuste réservé aux pauvres, aux malades, aux personnes âgées, aux chômeurs, alouette !

  • 2 Cité dans Le 30, vol. 16, no 5, juin 1992, p. 9.

22La question de l’indépendance des journalistes n’est pas nouvelle : elle refait surface à intervalles réguliers, chaque fois qu’on s’interroge sur l’à-propos de l’engagement public de l’une pour le féminisme ou de l’autre pour les questions environnementales. Invariablement, le débat ressasse les mêmes arguments : au Québec, on se trouve dans un régime où prévaut la distinction entre les faits et l’opinion, entre le reportage et l’éditorial, entre une presse d’information, comme la nôtre, et une presse d’opinion, comme on la pratique en France ou en Europe. À quelqu’un qui réclamait l’embrigadement des troupes dans un « journalisme de combat », Jean-V. Dufresne, un des grands disparus de cette profession, avait eu cette réplique devenue célèbre : « Les journalistes devront prendre partie ? Il faudra des journalistes pour couvrir leur combat !2 »

23N’empêche que, à la faveur de l’immense popularité que connaissent ceux qu’on appelle columnists, comme chez les Américains, il devient assez difficile de distinguer entre le strict rapport des faits et la prise de position enflammée. En effet, plusieurs de ces columnists reconnus pratiquent les deux genres, se promenant allégrement entre le reportage, le portrait, le dossier et la chronique, d’humeur plus souvent que d’opinion. Les chats de l’un, les états d’âme ou les pitreries des autres n’en finissent plus de noircir des pages de journal sans qu’on songe vraiment à s’inquiéter du fait qu’en d’autres temps et dans les pages voisines ces même journalistes renommés, et bien d’autres moins célèbres qu’eux, redeviendront reporters et signeront qui un récit-vérité sur la guerre quelque part dans le monde, qui un grand reportage sur la vie telle qu’on la voit, la tête couverte d’un tchador. Dès lors, il s’en trouve pour déplorer que, chez nous, les columnists soient surtout des amuseurs publics, alors qu’ils devraient s’en trouver d’aussi combatifs et engagés qu’au Canada anglais pour donner la réplique aux Mordecai Richler, Diane Francis et tous ceux qui attaquent le Québec (Boisvert, 1992b).

L’enquête : idéal ou obsession ?

24En fait, les chroniques d’humeur et l’enquête constituent les deux figures idéalisées du journalisme contemporain. Tous les jeunes qui désirent accéder à la profession en rêvent, y voient le summum de l’activité professionnelle et érigent en idoles ceux et celles qui les pratiquent. Rien d’étonnant à ce que la plupart des lauréats du prestigieux prix Judith-Jasmin, attribué chaque année pour souligner la qualité du travail journalistique, aient souvent été des reporters dont on voulait ainsi récompenser les enquêtes. Par exemple, en 1998, dans la catégorie des quotidiens, le prix a été remis aux deux célèbres compères enquêteurs de The Gazette, Roderick Macdonell et William Marsdem, qui avaient mis au jour une sombre affaire de décharge de BPC à LaSalle ; dans la catégorie télévision, le prix a été remporté par Lucie Bergeron et une équipe de La semaine verte, à Radio-Canada, pour une enquête sur l’élevage intensif des porcs en Iowa. En 1996, c’est le reportage « Dix-huit ans de silence », de Anne Panasuk et Jean-Claude Le Floch, produit pour l’émission Enjeux, à Radio-Canada, et portant sur le meurtre de deux Amérindiens sur la rivière Moisie survenu presque 20 ans auparavant, qui avait remporté la distinction prestigieuse.

25Ironiquement, si les médias écrits n’hésitent pas à disposer chacun d’une impressionnante galeries de columnists, la chronique fleurissant dans les quotidiens et dans les magazines, le journalisme d’enquête se pratique de manière beaucoup moins intensive. Longtemps réputé pour ses efforts en la matière, le quotidien anglophone montréalais The Gazette mettait fin en 1995 à une période faste au cours de laquelle une équipe de journalistes aguerris avait pu se consacrer exclusivement à ce type de travail et réussir de beaux coups (Ménard, 1995). Certes, à l’occasion, tel grand journal parviendra à dégager un reporter pour lui permettre d’approfondir un dossier chaud et de publier, après quelques semaines, plus rarement quelques mois, une longue série sur la santé, l’éducation, la pauvreté ou les sans-abri. Trop souvent toutefois, on fait passer pour de l’enquête ce qui ne mériterait même pas la désignation de « reportage honnête ».

[O]n fouille les poubelles des conseillers municipaux, on déboulonne les héros que l’on a soi-même fabriqués, on poursuit un ministre sur une autoroute pour prouver stupidement que son chauffeur dépasse, comme tout le monde, la limite de vitesse permise. Et on appelle ça une enquête (Venne, 2001, p. 3).

26De toute évidence, le journalisme d’enquête ne constitue pas, au cours de cette décennie, une priorité pour les entreprises de presse au Québec et l’on ne juge pas pertinent de consacrer à ce type d’activité les investissements qui la rendraient possible. La réticence vient aussi des conséquences éventuelles de cette activité : les enquêtes journalistiques, toutes rigoureuses qu’elles soient la plupart du temps, entraînent fréquemment de coûteuses poursuites devant les tribunaux et, plus récemment, de lourds jugements assortis de compensations financières élevées. C’est donc à double titre que fort peu d’entreprises de presse ont les moyens de se payer du journalisme d’enquête.

27Cette relative absence de journalisme d’enquête dans la plupart des médias québécois explique peut-être qu’un genre parallèle ait émergé et tende à s’imposer comme le véhicule prioritaire de dossiers controversés. En quelques années, plusieurs documentaires destinés à la fois à la télévision et au cinéma ont connu un succès appréciable. Quelques exemples parmi les diverses productions qui ont jalonné la décennie : en 1993, Michaëlle Jean participe à Tropique nord, réalisé par Jean-Daniel Lafond sur la réalité des Noirs à Montréal ; L’erreur boréale, de Richard Desjardins et Robert Monderie, produit en 1999, dénonce de manière fort documentée le pillage systématique des ressources forestières en Abitibi et ailleurs au Québec ; ancien participant à la Course Canada-Monde, Hugo Latulipe commet en 2000, Bacon, le film, qui suscite beaucoup de discussions au sujet de l’élevage intensif des porcs.

28Bien entendu, la tradition du documentaire engagé s’inscrit dans l’héritage direct de l’Office national du film du Canada (ONF), qui a pour ainsi dire cessé d’en produire, mais l’approche nettement journalistique, conjuguée à un ton polémique, fait de ces documents des produits d’un type nouveau, que les télévisions diffusent et que beaucoup de spectateurs apprécient. D’où une certaine tension entre les exigences des diffuseurs et l’expression personnalisée des créateurs :

Mais les documentaristes qui pratiquent leur métier dans les maisons de production indépendantes ne sont pas nécessairement d’accord avec les chaînes de télé qui voudraient à tout prix imposer les sujets après avoir répandu le style reportage télévisuel (entrevues avec spécialistes, commentaire didactique, musique d’atmosphère, interviewer connu, montage serré d’images télé et de quelques plans inédits, petits effets spéciaux, etc.) comme modèle esthétique (Pierre Demers, 2001, p. 17).

29D’aucuns reprochent aux documentaires leur manque de distance critique ou, disons-le, d’objectivité, c’est-à-dire leur parti pris avoué dans la représentation de la réalité. Certains observateurs se demandent si cet engouement pour le documentaire ne traduit pas plutôt les désillusions de certains journalistes qui, insatisfaits des possibilités que leur offre le métier, se tourneraient vers ce genre particulier au risque de frôler le militantisme ou la partisanerie. Il est pourtant des documentaristes qui refusent tout simplement de se poser comme journalistes, préférant revendiquer une approche originale, en somme donner un visage humain à leurs personnages afin de

  • 3 Documentariste, auteur de Gang : la loi de la rue (1999), documentaire sur les bandes de délinquan (...)

[...] percer le réel, d’exprimer un point de vue personnel sur un sujet. Notre démarche n’est pas journalistique. On trouve de l’information dans un documentaire, mais souvent par la bande. Nous, on a un temps de recherche nécessaire pour articuler un point de vue. Pas la télé, qui exige des images et des analystes qui les appuient pour sauver la soi-disant objectivité journalistique (Isaac Isitan)3.

30D’autres journalistes, avoués ceux-là, ont recours à la version imprimée du documentaire pour livrer les résultats de longues enquêtes. C’est sous la forme d’un livre que Johanne McDuff diffuse l’intégrale de l’enquête journalistique « Patiente, rigoureuse et sensible » qu’elle avait menée pour la radio de la SRC sur le scandale du sang contaminé au Canada et qui lui a valu le prix Judith-Jasmin (publié sous le titre Le sang qui tue, 1995). En 1994, Jean-François Lisée publie deux briques sur Robert Bourassa, Le tricheur et Le naufrageur, compilation minutieuse de centaines d’heures d’entrevues ; ces deux ouvrages lui attireront autant de louanges que de critiques acerbes de la part de ses collègues journalistes.

31À défaut de journalisme d’enquête, d’autres formules ont vu le jour et continuent d’être exploitées de manière fort lucrative. À TVA, l’émission J. E., que son autopromotion a déjà présentée comme le seul magazine d’enquête à la télévision, utilise des techniques qui en font sourciller plus d’un dans le métier. Arrivée chez les gens à l’improviste avec des caméras cachées, guet prolongé à la porte d’un invité récalcitrant, chasse à l’homme micro à la main, entrevues tendancieuses sur le mode de l’interrogatoire, autant de tactiques pour le moins discutables auxquelles J. E. recourt et qui ont amené le Conseil de presse du Québec à condamner ce type de production comme du « journalisme d’embuscade » et non pas de la véritable enquête journalistique destinée à informer le public.

Une musique dramatique, quelques images-chocs, et la réputation de l’accusé est détruite. [...] Ces mises en scène sont terriblement efficaces, mais elles sont aussi foncièrement malhonnêtes. Elles relèvent de ce que le chroniqueur médias du Monde, Daniel Schneidermann, appelle la « charlatanerie ordinaire de la télé : montrer en prétendant démontrer ». Une charlatanerie à laquelle n’échappent pas les autres médias (Pratte, 2000, p. 56-57).

32Si ce type d’excès ne frappe pas toutes les chaînes ni toutes les émissions, tant s’en faut, il n’en demeure pas moins que le genre acquiert une popularité considérable en raison notamment du fait qu’on y rend les spectateurs complices et qu’on emploie systématiquement un ton vindicatif, des images-chocs, bref qu’on lève, semaine après semaine, des lièvres de tout acabit, ce dont raffole un certain public. Il en résulte un discrédit qui couvre la profession en entier, dans la mesure où les reproches s’adressent souvent à tous les journalistes et qu’il arrive qu’on juge le journalisme dans son ensemble à l’aune d’une expérience relativement restreinte quant à son ampleur et sa portée.

  • 4 Voir le « Spécial Scoops » dans Le 30, vol. 19, no 7, juillet-août 1995, p. 9-31.

33Dans un autre ordre d’idées, la primeur, ce fameux scoop, n’est pas tombée en défaveur totale, d’autant qu’elle est désormais terriblement difficile à dénicher. Une télésérie en a même pris le titre pour proposer une version du journalisme à mi-chemin entre la science-fiction et le cinéma-vérité (Collard, 1995). Les modes de production de l’information, du côté à la fois des intermédiaires et des journalistes, ont évolué de manière telle qu’un journaliste à la recherche d’une primeur doit éviter les conférences de presse et autres canaux usuels de transmission pour se concentrer sur l’investigation, la recherche, voire l’enquête pour réussir à apprendre ce que personne ne sait. À moins de se fier au hasard ou aux coups de fil du public4. Évidemment, les scoops procurent à leurs auteurs une gloire instantanée mais parfois bien éphémère : se souvient-on 10 ans plus tard que c’est Jean Larin qui a appris, dès 1981, donc bien avant Normand Lester dans les années 1990, que l’ex-ministre Claude Morin avait été un informateur rémunéré de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) (McIntosh, 1992) ? D’autres s’en font pourtant une marque de commerce, après des années de long et patient labeur ; c’est le cas de Normand Lester, qui avait été surnommé à l’époque le monsieur Scoop de Radio-Canada (Carignan, 1995). Les bonnes vieilles filières demeurent d’actualité : les fonctionnaires mettent encore et toujours certains courriéristes parlementaires sur des pistes juteuses, ce qui fait d’une capitale comme Ottawa le quasi-paradis du scoop (Richer, 1995).

Nouveautés et dérapages

34L’arrivée dans le paysage de nouveaux médias, de dispositifs inédits, d’outils renouvelés favorise assurément certains dérapages. On a fait grand cas, au cours de cette décennie, d’une nouveauté, apparue durant la crise d’Oka, en 1990, et que la venue des chaînes d’information continue a eu pour effet de généraliser : le reportage en direct, en temps réel. Il s’agit sans doute d’une des plus importantes mutations, sur les plans de la technique et des pratiques, qu’ait subie le journalisme contemporain. Les journalistes ont été habitués à un mode de production profondément ancré dans la tradition et l’habitude : pour couvrir un événement, il faut se rendre sur les beux, recueillir les faits et les informations susceptibles d’en éclairer le sens et la portée, rentrer rapidement à la salle des nouvelles pour en faire une synthèse, produire son texte, son topo, son reportage radio ou télé dans des délais très courts afin d’attraper l’heure de tombée dans les quotidiens ou l’entrée en ondes dans les médias électroniques. Or, voici qu’à l’aide de nouveaux outils, on change la façon de procéder, du moins à la télévision : on arrive sur place, souvent accompagné d’un car de reportage, sorte de véhicule ultraspécialisé muni d’appareils de transmission et de diffusion à distance, on recueille un minimum d’information de manière à entrer en ondes le plus tôt possible, de préférence avant les concurrents ; on tentera de tenir l’antenne le plus longtemps possible, de manière ininterrompue parfois, quitte à se répéter, à se dire et à se dédire, à formuler des suppositions ou à émettre des hypothèses, ou encore à s’aplatir sur la moindre bribe de fait nouveau. Bref, on tombe aisément dans la logorrhée plus ou moins structurée.

35Dans ce type de couverture, le mandat du journaliste se trouve fondamentalement modifié : il ne s’agit plus de faire la synthèse des éléments pertinents et de les rendre par ordre d’importance, mais plutôt de satisfaire aux exigences d’une chaîne qui mise sur la rapidité, le continu et la répétition. Les risques de dérive sont alors très grands, à commencer par celui de transformer en événement de taille un simple fait divers qui ne mériterait même pas deux minutes au téléjournal, jusqu’à celui, tout aussi fréquent, de pousser le journaliste à énoncer des affirmations sans qu’il puisse les vérifier, sans prendre aucun recul par rapport à la nouvelle. Ce sont là, répliquent certains, les balbutiements inévitables d’un genre nouveau auquel il faut permettre de raffiner ses moyens et d’atteindre une certaine maturité. D’autres demeurent sceptiques et signalent que l’information continue, qui relève essentiellement du spectacle, souffrira toujours d’une faiblesse : l’absence de perspective (Pratte, 2000). La qualité et le contenu de l’événement doivent inévitablement céder le pas à l’obligation de diffuser, de garder l’antenne et de retenir le public à l’écoute.

36Une étude fouillée du phénomène de l’information en direct, pratiquée sans garde-fous, a permis de révéler un certain nombre de reproches qui lui sont systématiquement adressés : absence de profondeur, de rigueur, de médiatisation et de distanciation, problème de coordination et pression sur le reporter. Plus grave encore, certains journalistes tireraient prétexte des contraintes du direct pour justifier des écarts par rapport à une norme professionnelle qui les gêne (Gérard Leclerc, 2001).

  • 5 Voir le « Spécial Verglas » dans Le 30, vol. 22, no 2, février 1998, p. 7-17.

37La crise du verglas de janvier 1998, qui plongea le Québec entier dans l’angoisse et l’obscurité pendant de longues heures et de longues semaines, entraîna son lot de dérapages, d’approximations, voire une certaine désinformation. À lui seul, cet événement a suffi à démontrer amplement que la mise en œuvre de facteurs différents, notamment une situation de crise, conjuguée à un déploiement sans précédent d’effectifs de protection civile et à la nécessité pour une grande entreprise publique de redresser son image, peuvent amener les médias à devenir de véritables otages livrés à la manipulation. Dans l’examen de conscience qu’ils ont fait de leur travail après-coup, les journalistes5, les relationnistes, les autorités publiques et même les universitaires ont à la fois tiré à boulets rouges sur Hydro-Québec et se sont interrogés sur la capacité réelle des médias d’effectuer un véritable travail d’information dans une perspective de service public. Les intérêts supérieurs des uns, combinés avec le manque de transparence des acteurs institutionnels et une certaine complaisance de la part de plusieurs médias, tout concourt à une diminution de la qualité de l’information en temps de crise, laquelle entraîne une détérioration de l’espace public et de la vie démocratique.

Contrôle du débit et du contenu de l’information, manque de transparence, opérations médiatiques de séduction mettant en vedette les « Indiana Jones de l’hélico » ou les nouveaux héros de la grande noirceur, prépondérance du « ici maintenant », telles sont, semble-t-il, les stratégies de communication instaurées par Hydro-Québec lors de la crise de janvier dernier, des pratiques qui témoignent d’une certaine forme de manipulation de l’information et qui concourent [...] à une véritable altération de l’espace public (Gusse, 1999, p. 171).

38Autre dimension de la nouveauté : la systématisation de l’informatique, en particulier d’Internet, sur lequel sont désormais branchés tous les journalistes et tous les médias du monde. Plus que l’extension des outils habituels de documentation accessibles pour le travail quotidien, la toile et la navigation virtuelle sont en voie de modifier la façon même de réfléchir, de produire, de travailler. Car Internet ne donne pas seulement accès à de formidables banques de données dont la consultation aurait pris un temps considérable autrefois, il instaure surtout la loi de l’instantanéité. Certains événements se déroulent simultanément dans la réalité et sur le Web, les sites poussent comme des champignons au lendemain d’un orage. Du coup, on peut se brancher partout dans le monde, là où il se passe quelque chose : on peut joindre des témoins, des correspondants, des interlocuteurs n’importe où sur la planète. Au pire, on se contente de l’information documentaire déjà en ligne : on y trouvera matière à enrichir un papier ou un topo, sinon à broder.

39Encore nouveau, le cyberjournalisme vise à gagner ses lettres de noblesse, en dépit d’un océan de vides juridiques couvrant tout à la fois les droits d’auteur et les droits de reproduction, entre autres, et tout en naviguant sur ces eaux houleuses et remplies de dangers. Certes, plusieurs entreprises de presse ont désormais leur site sur la toile. Quelques-unes s’y affichent en grande pompe et en tirent une certaine fierté, d’autres, plus modestes, se contentent d’y offrir un service additionnel à leur public lecteur. Les plus audacieux ont suivi au Québec une tendance qui a balayé les États-Unis et l’Europe et se sont lancés carrément dans l’aventure des cybermédias, créant des magazines ou autres hybrides des produits journalistiques traditionnels. Après une expansion proprement fulgurante, les désenchantements pullulent : au fil des ans, il y a autant de disparitions qu’il y a eu de naissances.

40Les quelques survivants de l’hécatombe font désormais figure d’exception. Au Québec, deux pionniers résistent contre vents et marées : le magazine Branchez-vous et Les chroniques de Cybérie, qui doivent leur survie à « leur indépendance des grands conglomérats et la niche qu’ils ont développée [ils furent les premiers en français à suivre l’actualité d’Internet] [...] mais leur existence demeure fragile » (Lapointe, 2002, p. 8). Outre les ressources financières et l’assurance de revenus publicitaires, le problème majeur qui se pose au cyberjournalisme tient à la crédibilité, longue à acquérir et difficile à conserver. Aux États-Unis, un regroupement de cyberjournalistes spécialisés s’est donné une sorte de charte, en établissant les cinq grands principes qui les guident, lesquels s’appliquent à n’importe quelle activité journalistique, peu importe le média : intégrité journalistique (distinction entre information et promotion ou publicité), indépendance éditoriale, excellence journalistique, liberté d’expression et liberté d’accès (Cauchon, 2002a). Le Conseil de presse du Québec décidait, en 2002, d’accueillir des plaintes au sujet du cyberjournalisme, affirmant, de manière un peu étonnante, que celui-ci « ne diffère pas quant à sa substance et à sa raison d’être » du journalisme traditionnel (Cauchon, 2002a) Malgré les expériences malheureuses et éphémères des cybermédias au cours de la dernière décennie, on sait pourtant qu’au mieux le cyberjournalisme favorise un nouveau rapport avec le texte, entre autres grâce à l’interactivité et à l’archivage instantané, et qu’au pire, au risque d’engloutir toute crédibilité, il peut conduire à toutes sortes d’excès et d’abus sur le plan du langage comme sur celui de l’expression ou de la qualité de l’information qui circule sur un site.

41Par ailleurs, en 1999, les journalistes québécois se sont dotés d’un forum de discussion, la Journa-liste, hébergé et piloté par la FPJQ. Au fil du temps, près de 1 000 personnes s’y sont inscrites, la plupart préférant le statut de lecteur — sinon de voyeur — au rôle actif d’intervenant. Les débats varient en intensité et en qualité, centrés la plupart du temps sur les aspects techniques des pratiques professionnelles plutôt que sur les grands enjeux de la profession ou les événements qui jalonnent l’actualité. Plusieurs sujets sont abordés dans ce forum, y compris les plus délicats. Le traitement médiatique réservé au baptême du fils de Céline Dion et de René Angelil, à l’été 2001, suscita l’expression d’un réel malaise au sein de la profession. En contrepartie, les attentats du 11 septembre n’ont soulevé, sur la Journa-liste, qu’un débat somme toute superficiel, où les questions sérieuses posées par un petit nombre d’intervenants se perdaient au milieu d’une avalanche de propos à caractère beaucoup plus anecdotique, voire ésotérique.

Frontières poreuses entre les genres

42En somme, au cours de la décennie 1990, la notion même de genre journalistique se voit complètement bousculée et redéfinie. Des règles très anciennes tombent subitement en désuétude, d’autres normes surgissent du néant ou se modifient au point de devenir méconnaissables. Autrefois assez claires, les lignes de démarcation entre les différents types de productions journalistiques sont devenues, au fil du temps, complètement floues et assez poreuses.

43Par exemple, quand un lecteur de nouvelles s’égosille en interpellant ses interlocuteurs, fait-il encore métier de présentateur ou endosse-t-il la cape de l’éditorialiste justicier ? Quand le reportage s’appuie largement sur l’expérience personnelle du journaliste qui cherche, par ses tâtonnements, des solutions à ses propres problèmes, où se trouve la distance critique entre le scribe et son sujet ? Quand, pour amuser la galerie, un farceur arrive à communiquer avec le premier ministre, voire la reine d’Angleterre, se faisant passer pour un journaliste, que vaut l’entrevue qu’il obtient en termes journalistiques ? À l’inverse, quand un journaliste réputé et sérieux s’assoit, ne serait-ce qu’un soir en passant, dans le fauteuil de l’animatrice du talk-show le plus populaire en ville, fait-il de l’information ou du divertissement ? Comment peut-il justifier de surcroît d’interviewer parmi ses invités le premier ministre du Québec ? Peut-on être complaisant en s’amusant et redevenir critique, le lendemain, en reprenant ses fonctions habituelles ? Difficile à trancher, que tout cela.

44Entre ces extrêmes, qui représentent chaque fois des cas isolés, existe une zone où les frontières sont beaucoup plus nettes. Dans une salle de nouvelles, on compte entre autres des reporters, des éditorialistes, des columnists et des chroniqueurs ; en principe, chacun opère sur un territoire particulier et l’on outrepasse peu les conventions. La tendance majeure en journalisme, ces années-ci, s’oriente toutefois vers une personnalisation plus marquée des textes et des topos : on n’hésite pas à s’investir soi-même dans la situation ou l’on y réagit par un commentaire subtil. Il est courant de lire, dans un magazine populaire, un portrait d’artiste qui commence par la mise en scène de la rencontre, au restaurant par exemple, où l’invité arrive à l’heure ou en retard, peu importe. Dans un reportage aux nouvelles télé, on qualifiera d’insoutenable la scène d’un crime particulièrement odieux, d’insupportable l’odeur qui se dégage d’un dépotoir ou d’un chenil mal tenu ; à défaut d’images explicites, on désignera d’épithètes expressives les protagonistes d’un reportage dans le but de souligner une dimension ou un caractère particuliers. Ces pratiques sont courantes désormais et la vieille règle qui voulait qu’on supprime tout qualificatif comme une marque inappropriée de subjectivité n’a plus guère la faveur de nos jours.

45Signe des temps ou contre-coup des nouveaux médias et des avenues inédites qu’on explore de plus en plus ? Toujours est-il que certains secteurs d’activité trouvent de moins en moins preneur chez les journalistes, alors que d’autres provoquent beaucoup plus d’enthousiasme. Les beats, ces champs de spécialisation qui existent depuis longtemps dans l’information, ont connu des modifications profondes au cours des récentes années. Apparus avec le besoin de disposer de connaissances suffisamment poussées dans des domaines complexes, les beats sont depuis longtemps considérés comme des secteurs privilégiés où l’expérience acquise favorise une meilleure compréhension des dossiers et des problèmes.

46Certes, la politique, l’économie, les sports, le tourisme, etc., continuent d’exister et de recruter des adeptes. Mais des secteurs névralgiques restent délaissés : outre l’actualité internationale, la condition féminine et les changements sociaux qui n’ont jamais séduit d’emblée, on note maintenant parmi les champs négligés l’environnement — en 10 ans, plusieurs magazines spécialisés dans ce domaine ont disparu —, la science, les relations de travail, les régions, les autochtones, les minorités et les relations interculturelles (Marsan, 2000). On croyait pourtant avoir appris la leçon quand, en 1990, la crise d’Oka avait forcé la classe journalistique à prendre la mesure de son ignorance et de son désintérêt pour les Premières Nations et quand, à Saint-Basile, quelques années plus tôt, on s’était aperçu, devant un entrepôt de BPC en flammes, qu’on ne connaissait à peu près rien des menaces qui pèsent sur l’environnement. Chaque fois que survient une crise ou une catastrophe, on jure qu’on ne se fera pas reprendre ; la fois suivante, tout est à recommencer !

Des pressions multiples

47Les relations entre journalistes et personnes publiques, en particulier les représentants politiques et gouvernementaux, ont fait, au cours de la dernière décennie, l’objet de plusieurs mécontentements de part et d’autre. Certains politiciens peuvent faire la vie dure aux journalistes, qu’ils accusent souvent d’envahir leur vie personnelle, de les talonner, voire de les harceler à force de chercher la petite bête, et en général de mal faire leur travail. Les tensions entre les chroniqueurs de la colline parlementaire à Québec et le bureau du premier ministre Lucien Bouchard ont défrayé la chronique.

La centaine de journalistes qui couvrent quotidiennement les faits et gestes de Lucien Bouchard sont en colère. Depuis près d’un an, on les prévient souvent à la toute dernière minute — quand on n’oublie pas carrément de les informer — des déplacements officiels du premier ministre. Rencontres avec des hommes d’État gardées secrètes et événements importants manqués font partie du quotidien des journalistes qui estiment avoir de plus en plus de mal à effectuer leur travail (St-Laurent, 2000).

  • 6 Au moment d’écrire ces lignes, Russell Mills, un journaliste réputé, vient d’être congédié du post (...)

48Ailleurs, à Ottawa notamment, ce sont d’autres pressions que les médias signalent et déplorent, dont des interventions d’ordre politique et idéologique. Si les raisons profondes qui ont poussé la journaliste Chantal Hébert à quitter La Presse en 1999 pour le Toronto Star n’ont jamais été vraiment éclaircies, des rumeurs persistantes ont circulé, qui n’ont pas été confirmées mais qui ont quand même été rapportées dans des journaux canadiens-anglais, à propos de représentations issues du cabinet du premier ministre Jean Chrétien, où l’on n’aurait pas apprécié les chroniques de la journaliste, réputée pour la finesse de ses observations et de ses analyses politiques (Richer, 1999). Il est vrai que, depuis toujours, l’esprit critique gêne certains politiciens ; on préfère en haut lieu une information aseptisée, conforme aux messages préparés d’avance dans les officines des relationnistes et des fabricants d’image. Dans l’empire que contrôlent la famille Asper et CanWest Global Communications, plusieurs éditeurs de quotidiens ont perdu leur poste ou ont été congédiés sans ménagement6.

49Le regard inquisiteur des journalistes peut aussi gêner certaines vedettes. René Angelil, le célèbre mari de Céline Dion, a eu recours à une injonction des tribunaux pour interdire la une d’un magazine qui ne lui plaisait pas. Peu après, les motards criminalisés regroupés en des bandes aux noms évocateurs, Hell’s Angels ou autres démons, sont allés jusqu’à tenter d’interdire la diffusion de la télésérie Le dernier chapitre, de crainte que cette fiction sur l’histoire d’un gang criminalisé ne dépeigne trop fidèlement la réalité ! Il semble que la prépondérance des intermédiaires et des promoteurs de tout acabit favorise chez tous ceux qui détiennent une forme de pouvoir une tendance à exercer des pressions, directes ou indirectes, de manière à mettre au pas des journalistes dont on redoute qu’ils soient trop perspicaces, des médias récalcitrants ou des patrons qu’on juge trop tolérants. En revanche, les journalistes ne se gênent pas pour dénoncer les tracasseries, les manœuvres et même les cachotteries des personnes publiques ; l’un d’eux a même consacré un essai au Syndrome de Pinocchio, soit la pratique systématisée du mensonge en politique (Pratte, 1997).

  • 7 Voir le dossier sur le sujet publié dans Le 30, vol. 24, no 3, mars 2000, p. 25-33.

50À ce type de difficultés s’ajoute l’activité sans cesse croissante d’une formidable armée de relationnistes qui ont conçu des outils d’une redoutable efficacité et qui ont réussi, au cours des 10 ou 15 dernières années, à pousser leur art à un degré inégalé de raffinement et de sophistication. De plus en plus, ce sont de grosses boîtes qui décrochent les plus importants contrats de représentation et de relations publiques, et l’on y engage volontiers des journalistes désireux de changer de trajectoire et de diversifier leurs activités. Ils apportent avec eux une connaissance intime des rouages de l’information ; en contrepartie, on leur impose un purgatoire s’ils souhaitent franchir la ligne de nouveau et retourner dans une salle de rédaction. Pourtant, l’antagonisme demeure entier entre journalistes et relationnistes : les uns et les autres ne servent pas les mêmes maîtres, quoi qu’on en dise. L’opposition se nourrit sans doute de l’interdépendance qui unit ces deux mondes, chacun dépendant absolument de l’autre pour son fonctionnement quotidien dans l’univers tant de la culture que du sport, du tourisme ou des affaires publiques7.

Relève et nouveautés

51L’un des faits saillants de cette décennie réside sans doute dans l’émergence d’une relève, longuement souhaitée. Déjà les premiers diplômés des écoles de journalisme créées dans les universités au cours de la décennie précédente se sont insérés dans les médias québécois et ont commencé à y faire leur marque. Peu d’entreprises de presse ont laissé passer cette manne, recrutant à qui mieux mieux chez ces jeunes professionnels pleins d’une ardeur neuve et animés d’une mentalité quelque peu différente de leurs aînés. L’arrivée de cette relève a certes eu pour effet de rajeunir une profession qui tendait à se faire vieillissante ; du sang neuf a été injecté dans les veines de l’information sans toutefois créer de profonds clivages entre les générations ni à gagner vraiment les faveurs de jeunes lecteurs parmi les générations montantes.

  • 8 Voir à ce sujet l’enquête de David Pritchard et de Florian Sauvageau (1999), publiée dans Les jour (...)

52Bien entendu, la tendance à critiquer et à rejeter les mérites de la formation en journalisme continue de faire des adeptes. Cette fois, ce ne sont plus seulement des patrons blasés ou sceptiques qui s’en prennent aux écoles, mais les diplômés eux-mêmes qui s’amusent à dénigrer la formation qu’ils ont reçue, donnant parfois l’impression qu’ils s’attendaient naïvement à ce que trois ans d’études et un diplôme de premier cycle universitaire leur apportent tout à la fois, le savoir-faire dans le monde du travail, l’expérience qui vient avec les années de pratique et, en prime, la culture générale qui leur fait cruellement défaut ! Certains vont même jusqu’à prétendre qu’« il suffit de lire le livre de Pierre Sormany pour connaître toutes les technicalités nécessaires pour faire de l’écrit » (Lachapelle, 1999). Si elle est de nature à mettre à l’épreuve la modestie de l’auteur du manuel en question, une telle affirmation porte par ailleurs à réflexion quant à la capacité de ces jeunes d’apprécier les exigences inhérentes à un métier dont on se demande s’ils le respectent et l’estiment autant que la préparation qu’ils ont suivie pour y arriver. La valeur et la popularité de la formation universitaire sont pourtant bien ancrées, comme le démontrent les enquêtes récentes : plus de la moitié des journalistes québécois détiennent un diplôme universitaire et, parmi eux, les deux tiers ont reçu une formation en journalisme ou en communication8.

53Le malheur pour cette nouvelle génération de journalistes réside sans contredit dans la modification de leur statut professionnel. Là où les aînés ont eu accès, assez rapidement, à la permanence et à la sécurité, plusieurs jeunes se voient condamnés à une précarité prolongée, à des postes de temporaires, surnuméraires ou autres, ou encore voués à la pige, la pire des insécurités, semble-t-il. Le clivage entre les générations se situe d’ailleurs davantage sur ce plan-là : les baby-boomers monopolisent encore les postes stables et sûrs et les jeunes doivent à la fois faire leurs preuves et grimper dans la hiérarchie tout en se contentant de conditions matérielles d’emploi bien moins avantageuses.

54Malgré la difficulté de s’insérer dans la profession et de s’y maintenir, il ne manque pas de surgir, de cette relève formée sur les bancs des universités, instruite et ambitieuse, une critique qui constituera peut-être le terreau le plus fécond de renouvellement de la profession journalistique dans les années à venir. Dans un Manifeste signé par quelques représentants de la nouvelle génération et publié à la veille du congrès où la FPJQ fêtait ses 30 ans, en 1998, ces gars et ces filles formulent une critique cinglante du journalisme actuel, qu’ils jugent « morose et monotone ». Désireux d’en finir avec « le conservatisme, l’autocensure et le corporatisme ambiant », ils osent et se rebellent : en marge du congrès officiel, où ils soupçonnent que se reproduira la complaisance autocongratulatoire des années précédentes, ils organisent une rencontre off-FPJQ, comme un « remède au cynisme », de façon à soulever les questions qui leur importent. Leur critique vise le cœur de l’activité journalistique :

  • 9 Extrait du Manifeste publié dans Le 30, vol. 22, no 9, octobre 1998.

La vision du monde que nous tentons d’imposer aux différents publics est de noir et de blanc : le pouvoir contre l’opposition, le patron contre le syndicat, la « génération X » contre les « baby-boomers », les gagnants contre les perdants, et quoi encore ! Ce journalisme s’abrite derrière les remparts de l’objectivité dont nous connaissons tous, mais nions, le caractère utopique. [...]
En raison du manque de temps, de moyens et de volonté, le contrôle des priorités de l’information nous échappe. Nous sommes passés du rang de contrepoids aux faiseurs d’image, aux beaux parleurs et aux menteurs, à celui de courroie de transmission. Au nom de quelle éthique osons-nous citer dans les reportages des professionnels de la relation publique, dont le rôle principal consiste à nous berner dans leurs propres intérêts ? Incapables d’assumer la subjectivité qui est la nôtre, incapables de reprendre le contrôle de ces priorités, nous en sommes réduits à exprimer une vision du monde édulcorée. Une vision qui ne nous appartient plus9.

55On le voit : les questionnements touchent l’essentiel des credos sur lesquels s’appuie cette profession. D’aucuns ont pu se réjouir de voir rejaillir enfin, après tant d’années de silence et une tendance très nette à l’embourgeoisement, une veine aussi mordante, un ton franchement persifleur, un agréable mélange d’audace et d’irrévérence. Il faut y voir un signe de santé : un arbre vieillit bien quand il sait se régénérer, dans ses racines et dans ses branches.

La concentration, encore et toujours I

56Le mal sévit depuis des décennies. De loin ou de proche, on le regarde grossir, amplifier, atteindre la démesure. À intervalles réguliers, on s’inquiète, on proteste, on s’interroge. D’une transaction à l’autre, la plaie s’ouvre de nouveau mais on semble s’y habituer. En fait, la concentration de la propriété des médias fait de moins en moins peur, on la redoute beaucoup moins qu’il y a 20 ou 30 ans, au moment où les grandes commissions d’enquête livraient leur diagnostic implacable et réclamaient une vigoureuse intervention de l’État.

57Au cours des années 1990, la concentration dépasse l’horizontalité et la verticalité des décennies précédentes : elle se déploie tous azimuts non seulement au Québec mais partout au Canada, aux États-Unis et en Europe. Si jadis certains projets d’acquisition se sont heurtés à la résistance des autorités, par exemple la tentative d’achat du quotidien Le Soleil pendant les années 1970 par le groupe de Paul Desmarais, propriétaire de La Presse à Montréal, aujourd’hui le nombre de protagonistes sur le plateau des propriétaires de presse au Québec a singulièrement diminué. Dans l’écrit, du côté francophone, il ne reste plus que quelques joueurs, plusieurs de taille gigantesque : Gesca — le groupe de Paul Desmarais se trouve propriétaire de presque tous les quotidiens du Québec — et Quebecor, qui se partagent en parts quasi égales l’ensemble des lecteurs de quotidiens, à l’exception de ceux qui restent attachés au seul journal indépendant, Le Devoir. Situation semblable dans les médias électroniques, où deux grands groupes accaparent la câblodistribution, Vidéotron et Cogeco. « Ces deux mêmes groupes possèdent entre eux 50 % des stations de télévision traditonnelle » (Raboy, 2000, p. 79). Dans le domaine de la radio, tout comme du côté des hebdos ou des magazines, des transactions récentes ont également concentré entre les mains de quelques-uns l’ensemble des stations de radio ou des titres publiés.

58Manifestement, la concentration des médias ratisse large. Même un certain discours tend à louer les mérites de la convergence, des synergies possibles, voire des bienfaits de la création de conglomérats capables de fournir les ressources professionnelles nécessaires à l’exercice du métier. Par ailleurs, les plus critiques ne peuvent s’empêcher de constater que cette surenchère des investissements dans le domaine des médias ne fait que renforcer, si besoin en était, une mentalité axée davantage sur la rentabilité que sur le service public. Normal : quiconque achète une entreprise, grosse ou petite, vise à en tirer des profits, qu’elle fabrique des nouilles ou des nouvelles.

59À Québec, en 2001, la Commission parlementaire de la culture tint des audiences publiques sur la concentration des médias dans le but de faire le tour du problème, d’en cerner les enjeux et de proposer des pistes d’action au gouvernement. Dénonçant à l’avance ce « pétard mouillé », les journalistes prirent part au débat à travers leur fédération professionnelle, qui réclama entre autres la mise en place d’une loi sur la diversité de l’information et l’interdiction de la propriété croisée des médias (écrits et électroniques dans un même marché). Mais on sent que le cœur y est de moins en moins, la raison du plus fort l’emportant sur les vieilles résistances.

60La diversité des positions quant à une intervention de l’État continue alors de progresser. Autrefois unanimes à s’y opposer vertement au nom de la liberté de la presse, certains journalistes commencent à joindre les rangs d’observateurs et d’universitaires qui se disent favorables à une telle intervention.

Puisque la concentration de la presse n’est pas souhaitable pour la société civile, celle-ci doit et peut l’empêcher. Ou bien les propriétaires reculent volontairement devant la pression de l’opinion publique, ou bien le gouvernement intervient. Il n’y a pas d’autre solution.
Les propriétaires sèment la confusion sur la question de l’ingérence du gouvernement. Il n’est évidemment pas question de demander que le gouvernement intervienne dans les salles de rédaction, mais qu’il établisse des règles (Noël, 2001, p. 13).

61Les études, les recommandations et les commissions parlementaires n’empêchent pas la concentration des médias de gagner du terrain au jour le jour. Au quotidien, de plus en plus de journalistes sont appelés à faire un topo pour un bulletin de nouvelles, puis un autre pour le téléjournal de la chaîne d’information continue, avec un recast pour le téléjournal de fin de soirée. Un collègue de Montréal signera un texte dans son quotidien, qui sera repris dans plusieurs journaux appartenant à la chaîne, dans les régions du Québec. Ce qui aurait suscité les hauts cris il y a quelques années encore est en passe de devenir monnaie courante, sans qu’on s’en émeuve outre mesure.

62Quand la famille Asper de CanWest Global Communications, désormais propriétaire de la chaîne Southam, décida d’imposer, en décembre 2001, la publication d’un éditorial rédigé à Winnipeg dans 14 quotidiens du Canada, dont The Gazette à Montréal, les appréhensions de plusieurs se trouvèrent confirmées. On ne parle plus guère de pensée unique mais de texte unique, de politique éditoriale dictée depuis le bureau du patron. Certains journalistes eurent beau contester, dénoncer, protester en refusant de signer leurs textes, le propriétaire se cabra et invoqua à l’appui de son geste son propre droit à la même liberté d’expression que tout autre citoyen ! Pour la famille Asper, la liberté de la presse est avant tout une liberté d’entreprise fondée sur la liberté d’expression du propriétaire de la chaîne. Ce raisonnement étriqué ne suscita que peu de répliques quant au fond de l’affaire, à savoir que de telles pratiques, si elles sont tolérables sur le plan commercial, sont inacceptables en information, tout simplement parce que l’activité journalistique s’appuie elle aussi sur une liberté fondamentale, collective celle-là, soit la liberté d’information, et sur le droit du public à l’information, tout aussi légitimes et essentiels que les libertés de presse et d’entreprise dont se réclament les dirigeants de CanWest Global.

63La preuve devrait être concluante : la concentration comporte bel et bien des dangers pour ce qui est de la diversité des sources d’information, de la pluralité des opinions, de l’accès à l’information locale et régionale et de l’autonomie des salles de rédaction par rapport aux propriétaires. Les dénonciations se firent nombreuses au Québec, y compris du côté de l’Assemblée nationale qui fit écho aux craintes et aux indignations exprimées publiquement en adoptant une motion « stipulant que les dirigeants de CanWest, qui détiennent 40 % des journaux anglophones du Canada, devaient publier un énoncé de principe et s’engager à assurer la qualité et la diversité de l’information, ainsi que le caractère original et l’autonomie de la salle de rédaction du quotidien la Gazette » (Lajoie, 2002, p. 27).

  • 10 Référence est faite ici à la lettre signée par 53 personnalités canadiennes, en avril 2002, et réc (...)
  • 11 Cité à la fin du dossier intitulé La concentration de la presse à l’ère de la « convergence » et r (...)

64De manière un peu paradoxale toutefois, des voix s’élèvent pour crier au danger, réclamer une action mais en même temps s’opposer à toute intervention de l’État10. Pourtant, ainsi que le constate un des experts en ce domaine, Claude-Jean Bertrand11, le régime de la Responsabilité sociale, fondé sur l’autoréglementation, nécessite non seulement la bonne volonté des médias et des journalistes mais requiert peut-être également un « encadrement législatif ». Il importe donc de modifier la perspective dans laquelle on situe la discussion sur ce délicat sujet de la concentration afin de se donner collectivement la possibilité d’envisager des pistes de solution.

65Au moment d’écrire ces lignes, une relative indécision continue de flotter au chapitre de la concentration. On connaît le désir du gouvernement québécois de freiner quelque peu un mouvement qui risque de porter atteinte au droit fondamental du public à l’information, sans toutefois heurter de front les propriétaires des entreprises ni risquer de se mettre à dos toute la colonie journalistique. La marge de manœuvre reste extrêmement ténue et peut-être se rétrécit-elle de jour en jour plus que ne le soupçonnent les beaux esprits qui refusent de s’en préoccuper ou les chantres d’une liberté davantage associée aux entreprises qu’à l’information elle-même. Il faut donc revenir aux fondements mêmes de la profession de l’industrie et du système politique et économique dans lequel nous évoluons pour discerner la voie à suivre.

EN RÉSUMÉ
La quatrième période, qui va de 1990 jusqu’à 2001, est surtout caractérisée par une série de mutations. Après une période d’embourgeoisement qui a marqué les années précédentes, les journalistes se trouvent de nouveau sollicités par une multitude de questions et de menaces, ce qui les amène à pousser davantage l’introspection et à soulever des interrogations fondamentales. Il ne s’agit plus seulement de savoir qui est ou n’est pas journaliste, mais plutôt de se demander ce qu’est l’information et, en conséquence, ce qui n’en est pas, et à quoi tiennent les qualités essentielles qu’on doit lui préserver, entre autres la diversité, la pluralité et l’intégrité. Ces interrogations prennent une dimension encore plus saisissante à la lumière des transactions multiples qui font de cette quatrième période celle où la concentration de la propriété atteint un sommet inégalé.
Bien entendu, d’autres aspects de la profession sollicitent l’attention, notamment les modifications qu’occasionnent l’arrivée des nouvelles technologies informatiques dans les pratiques professionnelles, des plus ordinaires aux plus exceptionnelles. Au moment où ils détiennent un pouvoir plus grand que jamais, les journalistes sont confrontés au défi de l’instantanéité de l’information, de la surenchère que provoque la concurrence, entre les entreprises elles-mêmes tout autant qu’entre les modes de transmission : radio, télévision et presse écrite. La diffusion en continu des informations sur des chaînes spécialisées entraîne la répétition inlassable des mêmes nouvelles alors que les contraintes associées à la production de reportages en direct et en temps réel se traduisent souvent par une difficulté accrue de vérifier les faits, multiplier les sources et prendre un certain recul par rapport aux événements bruts.
La présence des relationnistes et des fabricants d’information de toutes sortes s’est accentuée au cours de la dernière décennie. Les journalistes doivent désormais défendre leur indépendance contre de multiples assauts, tant ceux des promoteurs de tout acabit que ceux des fabricants d’image ou encore des lobbyistes, ces nouveaux valets acoquinés au pouvoir. La profession tend à faire l’objet d’une mythification à travers les médias, ce qui paradoxalement rend le métier de journaliste à la fois prestigieux et attirant, en même temps que profondément méconnu et généralement peu estimé.
Les jeunes générations n’ont cure de telles ambiguïtés ; elles sont autant séduites que leurs prédécesseurs, toutes proportions gardées, par une profession qui a certes grand besoin d’un regain de vigueur et d’une dose nouvelle d’idéal. Toutefois, les conditions économiques de ce début de XXIe siècle ne favorisent guère la stabilité des emplois : les nouveaux qui arrivent dans le métier sont contraints à une certaine précarité et à beaucoup d’insécurité ; plusieurs doivent passer de longues années à faire leurs preuves tout en survivant au statut de pigiste.
Enfin, il est clair que les attentats terroristes du 11 septembre 2001 ont secoué non seulement l’univers des Américains mais aussi le petit monde des journalistes d’ici. Plongés au cœur d’un drame complexe, sollicités par les exigences d’un public qu’une crise comme celle-là rend particulièrement friand d’information, les médias québécois ont relevé le défi ; cahiers spéciaux, correspondants à l’étranger, experts appelés en renfort. Louables efforts pour tenter de dépasser les messages codés des dirigeants et les dépêches uniformes des agences. Tout à coup, on revenait à l’essentiel : il fallait voir de ses propres yeux, assister sur place au déroulement du drame, fouiller, chercher à comprendre, expliquer.
Ironiquement, cette crise fut salutaire : elle permit aux journalistes de redécouvrir l’importance de leur rôle. Ils prirent conscience de nouveau qu’à côté des produits de pacotille que vendent trop souvent les marchands du Temple, l’information de qualité a une place essentielle dans la vie des sociétés, qu’elle répond à un besoin et qu’elle peut aussi se vendre.

Conclusion

66L’histoire sociale du journalisme au cours des quatre décennies que couvre la période 1960-2001 révèle des mutations profondes dans chacune des structures que nous avons explorées : l’organisation des entreprises de presse, la définition du rôle et du statut des journalistes, les pratiques journalistiques. Un lien direct peut être établi entre divers événements qui jalonnent l’actualité sociopolitique et les orientations ou les virages qui surgissent dans l’évolution de l’information et du journalisme. Chacune des quatre périodes étudiées est caractérisée par des conceptions différentes de l’information et constitue une étape particulière de l’évolution des pratiques et de la déontologie journalistiques.

67Cette histoire sociale du journalisme qui parcourt quatre décennies indique également que la période 1960-2001, soit pour l’essentiel la deuxième moitié du XXe siècle, représente le moment où la presse québécoise s’est définitivement et radicalement affranchie d’un lourd passé : elle a abandonné une tradition de presse d’opinion, de presse dominée et asservie aussi, qui avait prévalu au Québec depuis les débuts de la presse commerciale, pour s’engager de manière irréversible dans le modèle nord-américain de la presse d’information. Le succès plus que relatif des différentes tentatives pour mettre sur pied des journaux alternatifs, fiés aux mouvements populaires ou aux groupes de pression, ainsi que les expériences avortées des journalistes dans le but d’aménager des modalités d’autogestion ou de cogestion de l’information, il y a une vingtaine d’années, ont favorisé par ailleurs un renforcement des approches traditionnelles dans la gestion de l’information et dans le fonctionnement des médias. Bref, ces expérimentations entraînent toutes une confirmation du modèle commercial dominant (mainstream).

68On peut en outre constater que l’évolution des pratiques journalistiques suit une trajectoire qui va du singulier au pluriel, du monolithisme au polymorphisme. Entre le début des années 1960 et le tournant des années 2000, le journalisme québécois est passé d’un état fort homogène à une pluralité de pratiques, au point où l’on parle maintenant « des journalismes » pour décrire la profession (Charron et coll., 1991). Le journalisme de la presse quotidienne se distingue du journalisme de magazine, les procédés de la presse nationale diffèrent de ceux de la presse régionale, les columnists sont différents des éditorialistes, la presse spécialisée réclame ses lettres de noblesse. Cette multiplication des formes de journalisme révèle également des disparités profondes dans les valeurs, les attitudes, les principes d’éthique ; le dénominateur commun demeure toutefois une fidélité aux grands principes de base et aux orientations philosophiques fondamentales : liberté, vérité, responsabilité, en dépit de très grandes variantes dans l’application des règles déontologiques et dans les pratiques. De plus, la profession journalistique a sans doute atteint une certaine maturité, les anniversaires symboliques de la fédération professionnelle et de la revue qu’elle publie en témoignent. Elle compte dans ses rangs nombre de journalistes expérimentés qui, à l’ardeur de la relève, peuvent ajouter la sagesse de l’expérience et la mémoire du temps qui s’enfuit.

69En filigrane des événements qui balisent l’histoire sociale de la presse au Québec se trouvent les principales préoccupations auxquelles la collectivité des journalistes s’est attachée depuis plus de 40 ans. Le déroulement des événements depuis 1960 et l’évolution du discours des journalistes sur les principales questions qui les préoccupent fournissent les éléments factuels à partir desquels on peut discerner un certain nombre de glissements survenus dans la perception qu’ont les journalistes de leur rôle au sein de la société, dans la nature de l’information qu’ils fabriquent ainsi que dans les principes éthiques et les règles déontologiques qui les guident.

Notes

1 Voir le dossier sur le rapport Juneau dans Le 30, vol. 20, no 3, mars 1996, p. 12-19.

2 Cité dans Le 30, vol. 16, no 5, juin 1992, p. 9.

3 Documentariste, auteur de Gang : la loi de la rue (1999), documentaire sur les bandes de délinquants, cité dans Pierre Demers (2001, p. 17).

4 Voir le « Spécial Scoops » dans Le 30, vol. 19, no 7, juillet-août 1995, p. 9-31.

5 Voir le « Spécial Verglas » dans Le 30, vol. 22, no 2, février 1998, p. 7-17.

6 Au moment d’écrire ces lignes, Russell Mills, un journaliste réputé, vient d’être congédié du poste d’éditeur du Ottawa Citizen après avoir réclamé la démission de Jean Chrétien ; quelques mois plus tôt, Michael Goldbloom avait dû quitter ces mêmes fonctions à The Gazette à la suite de différends politiques avec les propriétaires du quotidien montréalais.

7 Voir le dossier sur le sujet publié dans Le 30, vol. 24, no 3, mars 2000, p. 25-33.

8 Voir à ce sujet l’enquête de David Pritchard et de Florian Sauvageau (1999), publiée dans Les journalistes canadiens. Un portrait de fin de siècle (p. 18), ainsi que d’autres enquêtes réalisées à l’échelle du Canada par Gertrude J. Robinson et Armande Saint-Jean (1994) et par l’auteure (Saint-Jean, 1995).

9 Extrait du Manifeste publié dans Le 30, vol. 22, no 9, octobre 1998.

10 Référence est faite ici à la lettre signée par 53 personnalités canadiennes, en avril 2002, et réclamant... une autre commission d’enquête sur la concentration de la propriété des entreprises de presse (Le Devoir, 19 avril 2002, p. A-7).

11 Cité à la fin du dossier intitulé La concentration de la presse à l’ère de la « convergence » et remis par le Centre d’études sur les médias à la commission de la culture de l’Assemblée nationale en février 2001 (p. 51).

Table des illustrations

Titre Quatrième période : 1990-2001 - Phase de mutation (suite)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15607/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Quatrième période : 1990-2001 - Phase de mutation
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15607/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Quatrième période : 1990-2001 - Phase de mutation (suite)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15607/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 241k

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540