Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éthique de l'information

 | 
Armande Saint-Jean

Histoire sociale du journalisme au québec de la révolution tranquille à nos jours

Chapitre 5. Troisième période : 1980-1990, phase d'embourgeoisement

Texte intégral

1Depuis 1960, les conditions de travail et de pratique ont peu à peu transformé les journalistes en une classe privilégiée, davantage associée à des bureaucrates embourgeoisés qu’à des professionnels passionnés ou encore à des travailleurs méprisés ou mal traités. Certains estiment qu’au début des années 1980, « l’information suinte l’ennui et l’indifférence » et en attribuent la responsabilité à la bureaucratisation des journalistes et au « syndicalisme exacerbé [qui] ont tué l’imagination et l’initiative » (Godin, 1986, p. 31). D’autres crient à la sclérose (Masson, 1986) qu’entraîne la sécurité absolue ou encore déplorent le triomphe de l’enlisement : « Depuis 1976, nous avons élevé un monument à l’art du sur place » (Jean Pelletier, 1986, p. 42). Cette fonctionnarisation de la profession journalistique et l’embourgeoisement qui l’accompagne constituent sans doute la caractéristique dominante de la troisième période de l’histoire sociale du journalisme au Québec. Ce désengagement des journalistes quant à l’exercice de leur profession coïncide avec l’accentuation des phénomènes de commercialisation de l’information : information-spectacle, invasion de la publicité, influence accrue des relationnistes, augmentation de la proportion consacrée aux soft news. On note une baisse de qualité de l’information : le journalisme devient subjectif ; les médias font une large place à l’opinion (chroniqueurs, columnists et commentateurs de toutes sortes), au détriment de l’information factuelle, qui devient souvent la simple chronique quotidienne des pouvoirs.

Troisième période : 1980-1990 — Phase d’embourgeoisement

DATE

ACTUALITÉ SOCIOPOLITIQUE

ORGANISATION DES ENTREPRISES DE PRESSE

JOURNALISTES : RÔLES ET STATUT

PRATIQUES JOURNALISTIQUES

1981

Rapatriement de la Constitution

Grève au Devoir
Commission Kent

Crise de l’information
Colloque FPJQ : les femmes et l’information

Information aseptisée
• terne
• superficielle

1982

Charte des droits et libertés
Loi d’accès québécoise

Deuxième stade de la concentration

Baisse de qualité
• moins d’information factuelle
• discours abstrait
• journalisme subjectif
• spectacle permanent
• invasion des soft news
• diminution du contextuel
• valorisation du commentaire
• chronique des pouvoirs
• popularité des columnists

Troisième période : 1980-1990 - Phase d’embourgeoisement

DATE

ACTUALITÉ SOCIOPOLITIQUE

ORGANISATION DES ENTREPRISES DE PRESSE

JOURNALISTES : RÔLES ET STATUT

PRATIQUES JOURNALISTIQUES

1983

Récession économique

Fonctionnarisation :
• complicité / pouvoirs
• vieillissement
• désengagement
• démotivation

1984

Élections fédérales :
Mulroney/conservateurs

1985

Élections provinciales

Achat de Télémétropole par Vidéotron

1986

Rapport du groupe de travail Caplan-Sauvageau
Voir-Hebdo culturel

Troisième période 1980-1990 - Phase d’embourgeoisement (suite)

DATE

ACTUALITÉ SOCIOPOLITIQUE

ORGANISATION DES ENTREPRISES DE PRESSE

JOURNALISTES : RÔLES ET STATUT

PRATIQUES JOURNALISTIQUES

1987

Adoption de la Charte du journalisme / FPJQ

Invasion du discours de promotion :
• publicité
• relations publiques
• marketing
• porosité des frontières.

1988

Montreal Daily News Le Matin

Colloque FNC :
protection des sources

1989

Tuerie à Polytechnique
Crise constitutionnelle

Colloque FPJQ :
relations publiques

Polymorphisme :
• des journalistes multiples
• spécialisation des contenus

1990

Crise d’Oka
Guerre du Golfe

Colloque FNC :
invasion de la publicité

Manipulation / désinformation

2Le phénomène de la concentration des entreprises de presse continue de progresser et celle-ci devient verticale : certains conglomérats sont propriétaires d’entreprises en amont et en aval des médias eux-mêmes et contrôlent donc toutes les étapes du processus de fabrication de l’information ; d’autres diversifient leurs investissements, élargissant considérablement les limites de la presse écrite pour acquérir aussi des chaînes de télévision ou des stations de radio. De nouveaux médias envahissent le marché et capturent une part importante de lecteurs : newsmagazines, périodiques spécialisés, presse régionale. La fragmentation du marché s’accompagne d’une spécialisation des médias et correspond à des modifications dans les habitudes du public et dans les façons de pratiquer le journalisme.

Le contexte sociopolitique

3Au lendemain du référendum, la décennie 1980 s’ouvre sur un climat de morosité politique au Québec qu’alimentent la crise constitutionnelle de 1981 et la récession économique de 1982. Au fédéral, le gouvernement Trudeau entreprend de donner suite à sa façon aux résultats du référendum québécois en déclenchant une vaste opération de rapatriement de la Constitution, qui est suivie d’une négociation ardue sur l’enchâssement d’une charte des droits et libertés et sur l’adoption d’une formule d’amendement. Au cours de ce qu’on a appelé par la suite la « nuit des longs couteaux », le Québec se trouve exclu, en 1982, de l’entente qui intervient entre le gouvernement d’Ottawa et neuf premiers ministres provinciaux (Lévesque, 1986).

4À Québec, le « bon gouvernement » du Parti québécois, qui a promis d’enterrer son option indépendantiste, conserve le pouvoir aux élections de 1981, mais perd son chef René Lévesque quelque temps avant les élections générales, où il est remplacé par les libéraux de Robert Bourassa ; ces derniers reviennent au pouvoir en 1985, un an après que les conservateurs de Brian Mulroney ont remporté les élections générales fédérales. En peu de temps, le paysage politique dans les deux capitales, fédérale et provinciale, se trouve de nouveau complètement remanié. Mais par comparaison avec les deux décennies précédentes, peu d’événements majeurs jalonnent la décennie 1980, qui demeure somme toute assez terne, dominée par les préoccupations économiques et le débat constitutionnel, jusqu’à l’éclatement de crises ou la venue d’événements dramatiques qui en marqueront les dernières années : la tuerie de Polytechnique en 1989, la crise d’Oka en 1990, la crise constitutionnelle autour de l’accord du Lac Meech en 1990-1991. Cette morosité et cette grisaille qui constituent les couleurs dominantes de la scène sociopolitique se répercutent sur l’information pendant cette période, au point où la médiocrité de la presse suscite les plus vives inquiétudes. On parle d’une crise de l’information.

  • 1 L’expression est de Gérald LeBlanc, cité dans Claude-V. Marsolais, Le référendum confisqué, 1992, (...)

5Dès le référendum de 1980, le comportement de la presse québécoise qui va prédominer pendant toute la décennie est bien établie. Tout au long de ce fameux débat constitutionnel qui s’amorce par le projet de rapatriement de la Constitution du premier ministre Trudeau, et qui va durer jusqu’aux accords du lac Meech et de Charlottetown, la presse québécoise et les journalistes francophones conserveront les positions paradoxales de neutralité et de désengagement qu’ils avaient adoptées en 1980. Cette attitude de « neutralité aseptisée1 » suscite bien des questionnements ainsi que des jugements fort sévères que portent les journalistes sur eux-mêmes et sur leur profession.

Le diagnostic pessimiste des journalistes

  • 2 Plusieurs des données historiques de ce chapitre proviennent de l’ouvrage de Pierre Godin, La lutt (...)

6Le diagnostic que posent les journalistes sur leur profession et sur l’état de la presse au tournant de la décennie 1980 est teinté d’un sombre pessimisme et l’état de l’information soulève de vives inquiétudes. Les réflexions s’articulent autour de quelques points : les dangers de la concentration de la propriété et de ses effets, le statut professionnel des journalistes et les rapports avec le patronat, l’orientation des activités professionnelles et syndicales des journalistes, les tendances nouvelles de l’information. On dit que l’information traverse une crise puisque la presse commerciale est « aseptisée, sans âme, superficielle, [elle] a perdu en chemin l’abc du journalisme » (Godin, 1981, p. 255)2. Cette presse jugée carrément médiocre et facile par ses critiques les plus virulents ne satisfait plus personne, ni le public ni les journalistes eux-mêmes.

7Au fil des nombreuses grèves qui les ont frappés, les grands quotidiens ont perdu une partie de leur public et ont du mal à le récupérer, de sorte que tirages et revenus publicitaires stagnent. On s’interroge sur le changement que subit la presse quotidienne sous l’influence de la télévision, qui sert désormais de source principale d’information à une majorité de la population. Les quotidiens sont-ils encore nécessaires ? Jean Paré prédit que le quotidien de l’avenir devra évoluer et répondre à plusieurs exigences : sous la forme d’un tabloïd petit format, il devra se lire en moins de 20 minutes, présenter de la couleur comme la télévision, être livré tôt le matin et offrir un condensé des longues heures de nouvelles et de commentaires que diffusent la radio et la télévision et que personne n’a le temps d’écouter en entier. On souligne souvent la nécessité pour l’information, si elle veut survivre, de s’adapter à l’ère des messages courts, en présentant des capsules comme à la télévision, dans le but de plaire en même temps que d’informer. La presse écrite doit entrer dans une ère nouvelle et du coup une telle mutation commande également une « renaissance » du journalisme lui-même, qu’on dit aussi en crise.

  • 3 Propos de Jean-V. Dufresne et de Laurent Laplante, dans Pierre Godin, La lutte pour l’information,(...)

8Cette crise de l’information tient à plusieurs facteurs. Ceux qui font le procès du syndicalisme en vigueur critiquent non seulement les conventions collectives, qu’ils comparent à des « corsets de plâtre », mais aussi l’esprit de « caporalisme syndical » qui s’est installé dans les rangs de la profession. D’autres voient l’origine de la crise dans le phénomène qui a poussé les journaux à devenir des machines à générer des profits, des appendices au marché de la publicité. La manie du chronomètre et les heures supplémentaires ont remplacé le feu sacré d’autrefois, le syndicalisme journalistique s’est institutionnalisé et a pris les traits d’un corporatisme mesquin3. Des jeunes qui constituent la relève se demandent comment rester vivants tout en étant bourgeois (Sylvain Blanchard, 1989). Faute d’avoir instauré une tradition qui permettrait à des professionnels dépositaires d’une expérience journalistique d’occuper des postes de direction et de faire bénéficier les plus jeunes de leurs acquis, les entreprises de presse n’offrent plus de leadership moral et l’on assiste impassible au vieillissement graduel de leurs journalistes.

Le vieillissement des journalistes n’est pas dû qu’à l’âge. C’est un vieillissement intellectuel, psychologique, un vieillissement d’idées, de nombre d’années dans les mêmes fonctions, d’accumulation d’années de services [sic] à l’intérieur des mêmes secteurs d’activités (Masson, 1986, p. 36).

9Bénéficiant de conditions de travail exceptionnelles — outre la semaine de quatre jours, ils ont cinq ou six semaines de vacances et travaillent au maximum 190 jours par an —, les journalistes se sont peu à peu bureaucratisés et ils forment une nouvelle bourgeoisie pour ainsi dire laissée à elle-même puisque les cadres n’assument à peu près plus leurs responsabilités.

  • 4 Cité dans Pierre Godin, La lutte pour l’information, 1981, p. 271.

10Les membres de cette nouvelle classe possédante ont une piètre image d’eux-mêmes et leur cote de popularité est en baisse auprès du public. On voit en eux la menace d’un « nouveau clergé », une sorte de « prêtres de la société de communication de masse », selon l’expression de Roger Lemelin4, des moralistes et des prédicateurs du bon ordre. Gérard Pelletier (1986b) se dit consterné par « le néo-conservatisme affiché dans nos journaux ».

11Cette médiocrité ambiante ne ferait que refléter en somme le milieu environnant ; le journalisme reste collé à la réalité d’une société urbaine constituée de classes moyennes caractérisées par la recherche du confort et un certain conformisme (Richard, 1986). Dans le bilan qu’il dresse de l’état du journalisme de 1959 à 1979, Michel Roy note lui aussi l’érosion du leadership professionnel, l’effritement des structures d’encadrement, un affaiblissement de l’autorité réelle au profit de la valorisation effrénée des solidarités collectives et de la collégialité. La sécurité nouvelle, le confort intellectuel et le statut social dont jouissent désormais les journalistes entraînent en contrepartie « des inconvénients sérieux, bureaucratisation, démotivation, paresse de l’esprit, médiocrité, passivité et tous les autres risques qui découlent d’un relâchement de l’effort » (Roy, 1980, p. 37).

12Ce relâchement donne lieu à un régime d’approximation, d’improvisation et d’impressionnisme où règne la confusion des genres : faits et événements sont déformés ou relégués au second plan, au profit des analyses et des commentaires. Chez les jeunes, un journalisme subjectif s’instaure peu à peu, importé des États-Unis et « en vertu duquel le monde, les hommes et leurs activités constituent un spectacle permanent devant lequel le journaliste réagit, comme le critique au concert de musique rock ». Chez les plus âgés, par contre, règne « un sentiment de découragement ou de pessimisme devant une presse qui n’a plus beaucoup d’imagination, qui cherche des voies nouvelles mais ne les trouve pas, qui cède à la facilité, qui ne sait plus quel usage faire de sa liberté, bref, une presse qui s’essouffle et plafonne » (Roy, 1980, p. 38).

13Cette critique revient souvent : on reproche à la presse de manquer de couleur, de passion, de s’en tenir à la chronique quotidienne des pouvoirs. Cette tendance à la facilité découlerait du fait que les journalistes, enfermés dans les tours d’ivoire du pouvoir, se sont coupés de la réalité des gens ordinaires ; ils produisent une information désincarnée et, adoptant la loi du moindre effort, ils se cantonnent dans l’univers abstrait du discours politique et constitutionnel (Godin, 1981).

La génération du baby-boom contrôle encore les salles de presse. [...] Il est vrai que nous sommes moins naïfs, moins ignorants, moins inexpérimentés qu’il y a dix ans. [...] Mais nous avons malgré tout perdu quelque chose : nous avons, grosso modo, perdu contact avec tous les marginalisés de la société, entre autres avec les moins de trente ans (Lalande, 1986, p. 22)

Changement de ton et de style

14Cette lamentable grisaille journalistique serait donc liée à plusieurs facteurs : le nouveau statut des journalistes, qui les assimile à la classe possédante et privilégiée et les rend étrangers aux préoccupations des gens ordinaires, le maintien de réflexes d’autocensure hérités de la décennie précédente et l’importance exagérée accordée au débat abstrait sur la Constitution — lequel mobilise l’attention pendant de longues années.

  • 5 On peut consulter à ce sujet les travaux de Jean-François Lyotard, La condition postmoderne (1979) (...)

15Après les années 1970, caractérisées par une intense activité militante et d’âpres luttes syndicales, les journalistes québécois connaissent donc une décennie 1980 marquée par un relatif embourgeoisement de leur profession, confortablement protégée par des conventions collectives dont les avantages placent les journalistes au rang des travailleurs les mieux nantis. Sur le plan politique, le résultat du référendum de 1980, qui empêchait en pratique le Parti québécois de poursuivre l’objectif de la souveraineté-association tout en le maintenant au pouvoir aux élections de 1981, et le retour des libéraux de Robert Bourassa en 1985 auraient dû susciter certains mouvements d’opposition ou de mécontentement dans la population. Mais il n’en fut rien. On peut supposer que la crise économique provoquée par la récession de 1982, puis par celle de 1990, aura plutôt contribué à instaurer un climat de morosité dans les esprits et favorisé des attitudes résignées et attentistes même chez ceux qui avaient été autrefois les plus ardents défenseurs du changement social. On doit également inclure dans les facteurs concomitants la forte poussée de conservatisme qui balaya les années 1980 et qui se manifesta aux États-Unis par le « reaganisme » et ailleurs par un virage graduel vers des positions politiques conservatrices. Certains philosophes ont même vu dans cette période l’avènement du postmodernisme, associé à l’abandon généralisé des croyances en des idéologies salvatrices ou rédemptrices5.

16Qu’il soit attribuable à la morosité constitutionnelle et économique ou à la présence au Québec d’une tendance postmoderne au désengagement collectif et à l’individualisme, le climat dominant dans la presse pendant la décennie 1980 présente un contraste marqué avec la ferveur et le militantisme des années précédentes. Les ardeurs syndicales passées ont fait place à une plus grande prudence, alimentée par la crainte de la perte ou de la diminution des emplois que font peser sur les journalistes la concentration des entreprises de presse et les récessions successives. Les préoccupations des journalistes portent maintenant sur des questions plus techniques comme la protection des sources, l’indépendance des journalistes à l’égard des relationnistes et des publicitaires, les tentatives de manipulation par les différents ordres de pouvoir en place, les conflits d’intérêts. Le syndicalisme s’est assagi et a fait place à une sorte de corporatisme qui menace la vitalité du journalisme et la liberté de la presse elle-même (Jean Pelletier, 1991).

17Cette relative tranquillité sera profondément perturbée, à la toute fin de la décennie, par un événement marquant qui vient bouleverser l’ordre paisible des certitudes dans lesquelles la presse et les journalistes avaient quelque peu tendance à s’enliser. Cet événement, la crise amérindienne de 1990, appelée aussi crise d’Oka, met en scène des militants autochtones aux prises avec les autorités politiques et policières de la société blanche québécoise et place les journalistes et les gens des médias entre deux adversaires qui s’affrontent sans merci. La crise éclate en plein été, un temps creux pour l’information, et son déroulement suscite de graves interrogations sur la liberté journalistique.

Liberté journalistique et désinformation

18Peu de temps avant que les médias du monde entier soient accaparés par la guerre du Golfe, la plus spectaculaire depuis de nombreuses années et, en même temps, l’entreprise de manipulation la plus sophistiquée à laquelle les journalistes aient jusque-là été confrontés (Wolton, 1991), les journalistes québécois sont plongés dans un état d’urgence, une sorte de guerre locale qui se joue en grande partie dans les médias. La crise d’Oka vient de nouveau démontrer de manière éclatante qu’aucune garantie ne protégera jamais la presse contre les dangers de la désinformation. Dans l’analyse qu’ils ont faite de leur comportement au cours des événements qui ont secoué le Québec à l’été de 1990 et provoqué des affrontements à Oka et Kanesatake de même qu’à Chateauguay et Khanawake, certains journalistes ont porté des jugements sévères : « Nous avons assisté, en témoins souvent presque impuissants, à la plus extraordinaire entreprise de désinformation que le Québec et le Canada aient jamais connue » (Mailhot, 1990, p. 4).

  • 6 Jean-V. Dufresne, cité dans André Bélanger et Jean-Hughes Roy, « La crise d’Oka : une presse en fo (...)

19Certains journalistes reconnaissent qu’ils ont été pris par surprise et qu’ils connaissaient mal ce dossier, une « ignorance scandaleuse, quasi criminelle de notre histoire », selon l’un d’eux6. Une série inimaginable de dérapages sont survenus qui les poussent à admettre qu’ils « ont été complètement pris au dépourvu et vite dépassés par les événements » :

Des policiers qui jouent aux journalistes... des journalistes qui se prennent pour des policiers... des journalistes qui accusent leurs collègues d’être des indicateurs des Warriors... d’autres qui frayent avec le KuKluxKlan... d’autres qui prêchent le racisme du haut des barricades... d’autres qui jouent aux faux curés... Les dérapages ne se comptent plus (Mailhot, 1990, p. 4).

20Résultat : une catastrophe ! Plusieurs établissent un parallèle avec la crise d’Octobre, survenue précisément 20 ans plus tôt : même foisonnement de rumeurs, même passion, même impuissance par rapport aux manipulations des autorités (Jacques Guay, 1990). Tout comme ils s’étaient fait prendre au jeu du FLQ en 1970, les médias se sont retrouvés, à l’été 1990, les otages des Warriors, de l’armée canadienne, des autorités politiques, du spectacle de la guerre en direct, de sorte que, selon Jean Paré, ils ont échoué lamentablement puisque : « [...] ils n’ont pu couvrir la crise véritable, c’est-à-dire les mensonges, les manœuvres, les demi-vérités, les transactions, les stratégies, la démission des gouvernements, pas plus que leurs répercussions politiques et sociales » (Jean Paré, cité dans Morissette, 1990, p. 18).

21Comme en octobre 1970, les journalistes sont la cible du harcèlement des policiers, qui attaquent impunément photographes et cameramans, confisquent des films ou des vidéocassettes, vont même jusqu’à arrêter une reporter en plein travail pour l’interroger. Aucun policier n’a eu par la suite à répondre de ses gestes (Morissette, 1991). Comme en octobre 1970, les médias se sont laissé prendre par le sensationnalisme et ont transformé l’affrontement d’Oka en une guerre médiatique où l’on a dû improviser. Alors qu’on met à l’essai de nouveaux dispositifs techniques, jamais utilisés auparavant, on fabrique une information « instantanée » : plusieurs reporters sont forcés de diffuser en direct des lieux de l’événement et lancent des informations sans avoir pris le temps de les vérifier, quitte à rectifier parfois par la suite (Bélanger et Roy, 1990 ; Faille, 1990).

22À l’heure où, dans les pays occidentaux, on s’interroge sur l’ampleur de la manipulation des médias dans la guerre du Golfe, les journalistes québécois font l’évaluation de leur couverture journalistique de la crise d’Oka, des manœuvres de manipulation à l’échelle locale. La plupart d’entre eux ont tendance à se plaindre d’avoir été pris en otages par les Warriors, les Forces canadiennes, la Sûreté du Québec et d’avoir été soumis à des contraintes inhabituelles de production (Mailhot, 1990 ; Saint-Jean, 1991). Ces bilans en laissent plusieurs insatisfaits ; certains se contentent de conclure que la seule issue possible aux problèmes qui se posent invariablement à la presse en situation de crise demeure un type de journalisme difficile à pratiquer mais qu’il importe de pousser au-delà des événements pour trouver et fournir des éléments d’un autre genre d’information, des outils qui permettent la compréhension et l’analyse des événements (Pierre Trudel, 1990).

Publicité et relations publiques

  • 7 Voir le dossier sur « La publicité dans l’information » dans La Dépêche, mai 1990, p. 12-30.

23En dehors des périodes de crise à proprement parler, d’autres acteurs sur la scène de l’information menacent désormais l’indépendance des journalistes et la liberté rédactionnelle. Une des préoccupations constantes des journalistes, en particulier au cours de la décennie 1980, touche à l’importance accrue de la publicité et des opérations de marketing, un phénomène qui en rejoint un autre, beaucoup plus large, celui de la marchandisation de l’information. En quelques années, les médias se sont peu à peu éloignés de leur fonction de service public pour privilégier leurs intérêts à titre d’entreprises privées. On dit couramment que les journaux vendent non plus de l’information à des lecteurs mais plutôt des marchés de consommateurs à des annonceurs. Une fois de plus, on décrète que l’information est en crise : cette fois, « c’est son pourvoyeur, la publicité, qui la rend malade7 ». La Fédération nationale des communications (FNC-CSN), qui regroupe la plupart des journalistes syndiqués, sonne l’alarme à la fin des années 1980, commande une recherche sur le sujet et organise, en juin 1990, un colloque sur ce thème qui devient un important cheval de bataille syndical.

Les journalistes du Québec sont inquiets. Ils constatent avec effroi que de compromis en compromis leur métier a changé. [... ] La publicité et le marketing sont venus s’installer entre eux et le public et ils ont changé, faussé les règles du jeu. On leur demande encore d’informer, mais aussi de divertir, de faire plaisir aux annonceurs et de passer leurs messages en douce, de faire une fleur aux amis du patron ou de la maison. Les lecteurs, les auditeurs, se font passer des annonces pour des nouvelles, des renvois d’ascenseur pour des critiques. Les journalistes font de la publicité : quand disent-ils vrai ? (Falardeau, 1990b).

24L’enquête de la FNC démontre qu’en moins de 20 ans, le contrat tacite d’absolue étanchéité entre la rédaction et les services de publicité et de marketing des journaux a été modifié sans que personne s’en rende très bien compte. La publicité, d’où proviennent la plupart des revenus des entreprises de presse, s’est peu à peu infiltrée jusque dans l’information elle-même, au point où ce sont maintenant les intérêts des annonceurs qui constituent les facteurs déterminants dans la facture du journal, l’importance à donner aux sujets, la création de nouvelles rubriques ou de chroniques additionnelles. L’invasion de la publicité est telle qu’elle explique à elle seule plusieurs des innovations rédactionnelles récentes. Ces nouvelles pratiques, inconnues dans les décennies précédentes mais bien implantées maintenant, consistent par exemple à marier publicité et information, notamment dans les domaines de l’automobile, du tourisme, de l’alimentation, des spectacles, du cinéma et des affaires. Plusieurs quotidiens publient des cahiers spécialisés (habitation, tourisme, loisirs, spectacles, décoration, santé, week-end, etc.) qui servent de supports publicitaires et transforment ainsi leur édition du samedi en une sorte de magazine-catalogue au service des annonceurs.

25La conséquence la plus grave de cette invasion publicitaire réside sans doute dans l’importance grandissante accordée à un type d’information appelée soft news, caractérisée par une approche utilitaire, tranquille, complaisante même, puisqu’elle converge vers les intérêts des publicitaires et que sa fonction principale est de préparer un environnement positif et agréable pour les publicités. Les soft news contribuent à créer « une autre forme de journalisme qui répondrait à des critères moins stricts que le journalisme “de nouvelles” » (Falardeau, 1990b, p. 18) ; elles seraient pratiquées surtout par des pigistes, plus vulnérables parce que ne bénéficiant pas de la protection des syndiqués et à qui l’on fait donc appel plus volontiers pour ce genre de tâche. Le genre des soft news trouve son apogée dans le « publi-reportage », un nom délibérément trompeur puisqu’il s’agit d’une publicité déguisée qui épouse une forme journalistique pour mettre un message en valeur tout en évitant le style propagandiste et dont la prolifération inquiète les journalistes qui y voient une « sorte de fraude qui vise à usurper leur crédibilité pour mieux vendre des produits et des services » (ibid.).

  • 8 Voir « L’invasion tranquille », La Dépêche, mai 1990, p. 12 à 30.

26Outre les soft news, l’invasion croissante de la publicité dans l’information passe par des pratiques inconnues jadis, comme la commandite d’événements à caractère culturel, humanitaire ou carrément commercial, auxquels des entreprises de presse se trouvent mêlées à titre de commanditaires alors qu’elles doivent par ailleurs les faire couvrir par leurs journalistes. On note aussi l’effet pernicieux des « cadeaux » de toutes sortes : « bière, champagne, vin, cognac, sacs de voyages, vestes, montres, fleurs, plantes et même téléviseurs, magnétoscopes, fours micro-ondes et voyages en Europe8 », offerts dans les campagnes de promotion ou de marketing et auxquels les journalistes ne résistent pas tous.

27L’explication du phénomène est simple : étant donné que la publicité ne réussit plus à convaincre, elle doit adopter d’autres stratégies, s’immiscer dans l’information et profiter de la confusion entre nouvelle et message publicitaire. Les frontières entre information et promotion deviennent de plus en plus poreuses. Cette confusion est rendue possible en raison de la prédominance de l’orientation libérale de l’information (par opposition à l’orientation de Responsabilité sociale), laquelle prêche le respect absolu de la liberté d’expression appliquée dans un contexte où l’information est devenue une marchandise qui doit plaire pour être vendable, et ainsi rapporter des profits.

  • 9 Compte rendu de la communication de Maurice Rainville, vice-doyen de la Faculté des arts de l’Univ (...)

Le problème éthique, posé par l’invasion de la publicité dans l’information, se situe à ce point de rencontre de la fonction démocratique de l’information et de la fonction lucrative de l’entreprise d’information. Ce à quoi nous avons affaire, c’est à un abus généralisé de la liberté d’entreprise. Abus, parce qu’il s’agit d’une opération légitimée par la démocratie comme nous la concevons, mais utilisée d’une manière telle qu’elle se retourne contre ce qui la fonde9.

  • 10 Affirmation de Florian Sauvageau citée dans « Le journalisme rétrécit dans le fourre-tout des comm (...)

28Le rapport ambigu entre information et publicité a contribué à créer une situation critique qui dénote un « relâchement des normes d’éthique » dans lequel certains journalistes reconnaissent leur responsabilité : « L’éthique n’était pas très à l’honneur dans les années 80 ! » (Falardeau, 1990b). Ce laisser-aller se traduit de manière dramatique par une baisse marquée de la crédibilité des journalistes et par le fait que « le journalisme a perdu la place dominante qu’il occupait » au profit des publicitaires, des relationnistes et de toutes sortes d’agents de promotion10. Plus grave encore, c’est la presse elle-même qui laisse son véritable pouvoir, celui de dresser l’agenda du monde, glisser progressivement entre les mains des gens de marketing (LeBlanc, 1988).

  • 11 Cette étude effectuée par une équipe de chercheurs de l’UQAM, à laquelle appartenait l’auteure, ré (...)

29Un problème similaire se pose, bien qu’en des termes un peu différents, dans les rapports qu’entretiennent les journalistes avec les relationnistes et qui ont causé de telles inquiétudes dans les rangs de la profession que la Fédération professionnelle des journalistes y consacrait un congrès annuel, en 1989, après avoir elle aussi commandé une étude sur le sujet11. L’industrie des relations publiques a connu une croissance foudroyante au cours des 30 dernières années, et l’on compte alors au Québec, dans les années 1980, un journaliste pour trois ou même quatre relationnistes. L’efficacité de l’approche des relationnistes repose sur leur connaissance approfondie des mécanismes de fabrication de l’information et sur le principe que « les journalistes, comme tout individu, sont toujours sensibles aux marques d’attention » (Dagenais, 1990b, p. 31). Les nouveaux fabricants d’information sur mesure, dont les méthodes atteignent des sommets de raffinement, réussissent littéralement à dicter mot à mot l’information, à déterminer l’orientation et le choix des nouvelles jugées intéressantes, à imposer leurs priorités aux médias.

Les professionnels des relations publiques, les chargés de communications et les attachés de presse de tout poil ont pratiquement gagné leur pari : ils ont réussi à manipuler et à encercler la presse quotidienne, électronique et écrite. Ils n’ont qu’à siffler, et accourt la cohorte. On en vient à se demander si les journalistes de la presse quotidienne ont encore un peu d’honneur (Morissette, 1983a, p. 14-18).

30Cette mutation, caractérisée à la fois par l’invasion de la publicité et par celle des relationnistes, s’est opérée grâce à la complaisance de nouveaux patrons d’entreprises de presse qui trop souvent ne sont pas des journalistes de métier mais plutôt des administrateurs qui vendent des nouvelles comme d’autres des voitures ou du chocolat. Le phénomène s’est développé en partie à cause d’un certain laisser-aller des journalistes, qui se sont peu à peu laissés séduire par ces pièges de la facilité.

31Ce relâchement du côté des journalistes s’est produit précisément au moment où, sous l’effet de la concentration de la propriété des entreprises, l’expansion des médias est devenue davantage une affaire de rentabilité et de maximisation des profits qu’une question de développement d’un service public. C’est donc à la conjonction de plusieurs facteurs concomitants que doit être attribué le phénomène d’invasion des publicitaires et des relationnistes jusqu’au cœur de l’information, phénomène étroitement lié à la marchandisation de l’information, évoquée au chapitre précédent.

Concentration et commercialisation

32La concentration des entreprises de presse n’a cessé de progresser depuis ses débuts, au milieu des années 1960. Depuis les événements qui ont suscité l’inquiétude des politiciens et d’une partie de la population, les transactions et les mouvements de capitaux se sont opérés de manière plus discrète ; on constate donc, dans les années 1980, que le deuxième stade de la concentration, appelé vertical, a évolué au Québec de la même manière que dans plusieurs autres pays occidentaux. Ainsi, les éditeurs de quotidiens ou d’hebdos sont aussi propriétaires de magazines, de stations de radio, d’imprimeries, de papeteries, de services de distribution ; la câblodistribution se marie avec la télévision privée, la publicité directe avec les magazines d’affaires ; la télévision payante s’occupe aussi de doublage, de distribution de films et de vidéocassettes ainsi que de développement de photographies (Raboy, 1992).

  • 12 Propos d’Agnès Gruda citée dans Jacques Robert, « La concentration des entreprises de presse : ver (...)

33À la fin de la décennie 1980, on s’aperçoit, non sans un pincement au cœur, que la partie est à peu près perdue : les empires ont consolidé leurs assises, ils ont pris de l’expansion et se partagent le marché. L’information est devenue un « business », plutôt qu’un service public, et constitue une industrie où les agences de publicité et les annonceurs sont les rois12. Au fil des ans, la résistance des journalistes à la concentration s’est un peu affaiblie, les effectifs journalistiques ont été réduits au nom de la « rationalisation » et les entreprises ont tenté de parer les coups des critiques en adoptant des codes d’éthique destinés à assurer leur crédibilité. À la fin des années 1980, il est clair que la concentration a non seulement entraîné les effets négatifs qui avaient été prévus, notamment sur le plan de la réduction des emplois et du rétrécissement du pluralisme des opinions, mais elle a également eu pour conséquence de restreindre la liberté de la presse aux quelques barons qui font déjà fortune. Les expériences infructueuses tentées au Matin et au Super Hebdo, en 1988 et 1989, ont clairement démontré l’impossibilité quasi absolue de lancer un nouveau quotidien sur un marché très concurrentiel, en dehors des grands empires déjà solidement enracinés. Même les deux magnats Péladeau et Maxwell réunis, n’ont pas réussi à implanter à Montréal un deuxième quotidien anglophone. Le Montreal Daily News, fondé en 1988, a dû fermer ses portes après quelques mois tout au plus.

34Enfin, la décennie 1980 marque l’effritement des grands marchés captifs et fidèles et le morcellement des publics auquel correspond une spécialisation accrue des publications. Les grands quotidiens voient leur tirage et leurs revenus publicitaires plafonner et le public est désormais sollicité par une quantité astronomique de périodiques, de magazines de toutes sortes centrés sur l’information spécialisée en politique, en économie comme dans tous les aspects de la consommation : mode, décoration, gastronomie, tourisme, musique, plein air, science, littérature, etc. Cette tendance à la diversification entraîne forcément une nouvelle répartition des revenus tirés de la publicité et favorise la concentration de la propriété des magazines dans les grandes chaînes établies. Les magazines spécialisés, une véritable industrie en soi, occupent désormais une place importante dans le paysage médiatique québécois, au même titre que les institutions plus anciennes que sont les quotidiens et les hebdos, la presse régionale ou d’affaires.

35Toutefois, la situation économique difficile qui prévaut au tournant des années 1990 touche l’ensemble du monde de l’information. Toute l’industrie traverse une crise marquée par une baisse de 12 % des revenus publicitaires dans les quotidiens, des compressions budgétaires à Radio-Canada, à La Gazette et à La Presse qui entraînent des coupures de postes ou des réductions d’effectifs, des pertes de revenus pour les radios commerciales et les télévisions privées et des fermetures de salles de nouvelles dans des stations de radio ou des postes de télévision. Ce qui inquiète, c’est le caractère généralisé des difficultés éprouvées, qui révèlent l’extrême fragilité des entreprises de presse québécoises.

Dans un tel contexte, la rentabilité devient une obsession qui prend de plus en plus de place. Pour les entreprises menacées de « rationalisation » tout particulièrement, c’est une obsession incontournable. Pour les autres, elle est inévitable dans la mesure où parfois il faut bien peu de chose pour passer du « noir » au « rouge » (Descôteaux, 1991, p. 8).

36Les difficultés économiques n’épargnent ni les indépendants comme Le Devoir ni les colosses dont on craint qu’ils aient des pieds d’argile. Les journalistes écopent lourdement : les contraintes budgétaires frappent les effectifs, les salaires, les possibilités d’emploi ou les chances de mutation. Cette crise de rentabilité que traverse alors l’industrie québécoise risque donc de porter les germes de tendances qui s’avéreront significatives au cours des prochaines années non seulement sur le plan de la concentration des entreprises de presse mais aussi pour l’ensemble du journalisme québécois.

L’influence de la télévision

37L’un des traits marquants de cette troisième période réside finalement dans l’impact de la télévision sur les pratiques journalistiques dans leur ensemble mais sur la presse écrite en particulier. La concurrence féroce que se livrent les médias électroniques et la presse écrite crée un effet d’entraînement qui favorise la surenchère du sensationnalisme. La télévision a établi un style d’information basé sur des textes très courts et des capsules de quelques secondes où doit être concentré l’essentiel d’une citation. La télévision détient surtout le pouvoir de l’image contre lequel le pouvoir des mots, que possède la presse écrite, semble insuffisant. La télévision montre la guerre en direct, elle séduit pour gagner le public, elle force la note pour hausser la cote d’écoute (Lépine, 1991).

38Les conséquences ne sont pas que négatives. Les journalistes doivent inventer, montrer plus de curiosité qu’avant. Les défis paraissent plus extraordinaires et le métier plus exigeant, plus périlleux, « à cause du besoin de faire vite, très vite et toujours plus vite » (Pépin, 1991). Théoriquement, une telle conjoncture pourrait favoriser le journalisme d’enquête, qui fait cruellement défaut dans la presse francophone par comparaison avec la presse anglophone.

39Dans la réalité, toutefois, les répercussions de la télévision se mesurent souvent en termes négatifs ou à tout le moins sur le mode interrogatif. Ainsi, on doit sans doute à la presse électronique la tendance à la vedettisation des journalistes, les reporters de la télévision ayant l’occasion d’acquérir une visibilité et une renommée qui échappe à la plupart de leurs collègues de la presse écrite. Aussi faut-il voir dans ce phénomène l’origine d’une tendance qui vise à hausser le statut de certains reporters de la presse écrite en les consacrant columnists et en leur réservant un espace, toujours le même dans le journal, surmonté de leur photo. La presse québécoise a joyeusement emboîté le pas à la mode américaine des columnists, au point où plusieurs des vedettes instantanées qui ont ainsi été créées ont distancé des éditorialistes ou d’autres journalistes de grande réputation, et leurs écrits constituent une sorte d’univers particulier, un journal dans le journal. Les animateurs de tribunes téléphoniques font également partie du lot de ces vedettes de l’information, même si le genre de communication médiatique qu’ils pratiquent n’appartient pas, la plupart du temps, à l’information proprement dite, une distinction qu’une bien faible proportion du public est en mesure d’établir. Le phénomène des vedettes contribue sans doute à déformer et mythifier l’image des journalistes que les médias eux-mêmes véhiculent dans le discours public, en particulier à travers des téléséries populaires ou des journaux à potins.

40L’impact de la télévision se fait sentir également dans le contenu même et la facture des quotidiens. Le recours à la couleur, les mises en pages plus aérées, l’utilisation systématique de photos percutantes en première page sont autant de gestes qui ont été amplifiés pour faire concurrence à la presse électronique. Le propriétaire du plus prospère des quotidiens montréalais, Le Journal de Montréal, se vante de se rendre indispensable en répondant à un besoin et fait fortune en misant sur la formule des trois S : sang, sexe et sport, qui se retrouvent à la une du tabloïd du matin comme dans la meilleure tradition de la presse populaire. Le Journal de Montréal a une écriture qui se lit vite, qui parle aux petites gens des menus détails de leur vie quotidienne et qui favorise l’information montréalaise, à la manière des community papers américains (Godin, 1991).

41D’autres éditeurs préfèrent une approche quelque peu différente mais non moins lapidaire, tel Jean Paré, qui pressent une mutation radicale de la forme et du style :

Le monde actuel est un monde défini par la télévision, le spectacle, le divertissement, voire la publicité. L’écrit doit suivre. Le journal de l’avenir devra donc refléter le dynamisme du monde actuel. Il faudra des journaux visuels aux nouvelles concises et au style remarquable. Bref, la presse écrite doit devenir une sorte de télévision de papier ! (Jean Paré, cité dans Godin, 1991, p. 259).

EN RÉSUMÉ
La troisième période, qui va de 1980 à 1990, est donc dominée par une phase d’embourgeoisement des journalistes qui, en raison de leurs conditions de travail, appartiennent désormais à une classe privilégiée. L’information est trop souvent terne et insipide. Les journalistes semblent avoir abandonné tout désir de jouer un rôle dans le processus de transformation sociale pour se contenter d’agir comme des témoins neutres et rarement critiques. En cette période d’individualisme, ils épousent collectivement les idéaux égoïstes d’une classe moyenne conformiste et conservatrice.
À la faveur du double phénomène de la commercialisation de l’information et de la concentration de la propriété des entreprises de presse, l’information est devenue une marchandise et le public une masse de consommateurs que ciblent des publicitaires et des relationnistes de tout acabit. Les frontières entre information et promotion se brouillent et prédominent les soft news, l’information-spectacle et le sensationnalisme, auxquels on a recours pour lutter contre la concurrence.
Au cours de cette troisième période, l’industrie des communications poursuit une concentration dite verticale et opère une diversification et une consolidation remarquables de ses opérations. Les journalistes semblent avoir baissé leurs gardes par rapport au phénomène de la concentration et se préoccupent davantage de questions d’ordre technique comme la protection des sources et le secret professionnel.
Peu à peu, les journalistes ont vu leur statut et leur rôle se modifier. Loin d’être encore des agents de changement social, comme au début des années 1960, ils sont au contraire de « bons employés », épousant les objectifs des entreprises qui les emploient et plaçant leur activité professionnelle au service du maintien de l’ordre établi. Les pratiques journalistiques se sont également transformées, en raison de l’invasion des secteurs périphériques et marginaux (soft news), de la spécialisation des médias, de l’information instantanée et des exigences du divertissement. Le journalisme de commentaire, voire d’humeur, prend une importance croissante au détriment de l’information factuelle et de l’analyse rigoureuse. La vedettisation des journalistes contribue au prestige des columnists et à la mythification de la profession dans l’opinion publique.

Notes

1 L’expression est de Gérald LeBlanc, cité dans Claude-V. Marsolais, Le référendum confisqué, 1992, p. 165.

2 Plusieurs des données historiques de ce chapitre proviennent de l’ouvrage de Pierre Godin, La lutte pour l’information, 1981.

3 Propos de Jean-V. Dufresne et de Laurent Laplante, dans Pierre Godin, La lutte pour l’information, 1981, p. 261 et 265.

4 Cité dans Pierre Godin, La lutte pour l’information, 1981, p. 271.

5 On peut consulter à ce sujet les travaux de Jean-François Lyotard, La condition postmoderne (1979) ; d’Edgar Morin, Un nouveau commencement (1991) et Pour sortir du vingtième siècle (1981) ; de Jean Baudrillard, A l’ombre des majorités silencieuses ou la fin du social (1982) ; de Gilles Lipovetsky, L’ère du vide : essais sur l’individualisme contemporain (1983) ainsi que l’excellente synthèse sur le sujet de Claude Gauvreau dans L’évolution de la presse alternative au Québec (1992).

6 Jean-V. Dufresne, cité dans André Bélanger et Jean-Hughes Roy, « La crise d’Oka : une presse en folie » (Le 30, vol. 14, no 9, octobre 1990, p. 7).

7 Voir le dossier sur « La publicité dans l’information » dans La Dépêche, mai 1990, p. 12-30.

8 Voir « L’invasion tranquille », La Dépêche, mai 1990, p. 12 à 30.

9 Compte rendu de la communication de Maurice Rainville, vice-doyen de la Faculté des arts de l’Université de Moncton, au colloque de la FNC, « La démocratie en péril », dans La Dépêche, septembre 1990, p. 6-7.

10 Affirmation de Florian Sauvageau citée dans « Le journalisme rétrécit dans le fourre-tout des communications », La Dépêche, septembre 1990, p. 7.

11 Cette étude effectuée par une équipe de chercheurs de l’UQAM, à laquelle appartenait l’auteure, révèle entre autres qu’un article sur deux dans les médias québécois est inspiré d’un communiqué ou d’une pochette de presse ; un sur quatre est entièrement rédigé à partir des seuls communiqués. Voir l’article de Paul Cauchon, « Journalistes et relationnistes : la “tension créatrice” » (Le 30, vol. 13, no 1, janvier 1989, p. 8-9).

12 Propos d’Agnès Gruda citée dans Jacques Robert, « La concentration des entreprises de presse : vers une nouvelle prise de conscience » (Le 30, vol. 14, no 7, juillet-août 1990, p. 13-14).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540