Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éthique de l'information

 | 
Armande Saint-Jean

Histoire sociale du journalisme au québec de la révolution tranquille à nos jours

Chapitre 4. Deuxième période : 1970-1980, phase de militantisme

Texte intégral

Le contexte sociopolitique

1La deuxième période va de 1970 à 1980 et est caractérisée par le militantisme syndical des journalistes et par une politisation et une radicalisation de leur idéologie. Dès la fin des années 1960, on observe un changement d’attitude chez les journalistes, qui cherchent à canaliser dans le militantisme syndical un certain désenchantement par rapport aux idéaux de la Révolution tranquille et un désir intense d’engagement social. Une rupture idéologique survient à la fin de 1970. La montée de l’indépendantisme au Québec et les attentats terroristes du FLQ entraînent l’intervention de l’armée canadienne au Québec et la proclamation de la Loi sur les mesures de guerre en octobre 1970. La suppression des libertés fondamentales, dont la liberté de la presse, occasionne un choc brutal aux journalistes qui vont, par la suite, à la fois radicaliser leur militantisme syndical et adopter des positions critiques à l’égard des pouvoirs politiques et de leurs employeurs. En même temps, la profession semble souffrir d’une psychose accompagnée d’autocensure, résultat de la Loi sur les mesures de guerre. La radicalisation du militantisme syndical qui marque cette deuxième phase se traduit par une série de conflits de travail et d’affrontements dans les entreprises de presse, où les journalistes se définissent désormais comme des « travailleurs de l’information » et se solidarisent avec les nombreux groupes populaires et syndicaux qui se manifestent au Québec.

Deuxième période : 1970-1980 - Phase de militantisme

DATE

ACTUALITÉ SOCIOPOLITIQUE

ORGANISATION DES ENTREPRISES DE PRESSE

JOURNALISTES : RÔLES ET STATUT

PRATIQUES JOURNALISTIQUES

1970

Crise d’Octobre
Élections provinciales

Comité Davey sur la concentration de la presse

Rupture idéologique :
• psychose
• autocensure

Phénomène de communication directe (1)

1971

Front commun intersyndical

Commission parlementaire à Québec
Grève à La Presse APLQ

1972

Grève générale du Front commun
Watergate

Fondation de la FNC/CSN

Phénomène de communication directe (2)

1973

Élections provinciales

Création du Conseil de presse du Québec

Radicalisation militante

1974

Création du RCM

Le Jour (1974-1976)

Deuxième période : 1970-1980 - Phase de militantisme

Deuxième période : 1970-1980 - Phase de militantisme

2Un des phénomènes marquants de cette période réside dans les expériences de communication directe, au moment de la crise d’Octobre et lors de la grève générale de 1972, qui indiquent une volonté des groupes populaires de s’approprier les moyens de rejoindre directement l’opinion publique. L’information apparaît comme un instrument de lutte et d’intervention sociale et politique. Deux tendances opposent les journalistes quant à leur rôle social : certains sont des militants engagés en faveur du changement ; d’autres sont des employés syndiqués qui se définissent plutôt comme des témoins neutres.

3L’inquiétude suscitée par le phénomène de la concentration de la presse entraîne la mise sur pied par le gouvernement fédéral de deux groupes d’enquête, l’un en 1970, le comité présidé par le sénateur Davey, et l’autre en 1986, la Commission royale d’enquête sur les quotidiens, présidée par Tom Kent, dont les recommandations demeureront malheureusement lettre morte. Au Québec, le gouvernement provincial tente également d’aborder le problème en confiant, en 1977, à un « comité de travail sur la concentration de la presse écrite », le mandat d’étudier la question. Le rapport prend aussi le chemin des tablettes, faute de proposer des solutions nouvelles et originales qui n’aillent pas à l’encontre de la règle d’or de la liberté de la presse. Tout au long de la décennie, le mouvement s’accentue et l’on en mesure les conséquences dans l’uniformisation des contenus informationnels et éditoriaux. Parallèlement à l’expansion et à la concentration de la grande presse commerciale, où règne un monolithisme éditorial profédéraliste, des tentatives visent à mettre sur pied une presse d’opinion et de combat, associée aux groupes d’opposition, d’orientation tant socialiste qu’indépendantiste. Des journalistes engagés tentent en vain d’y établir un système de cogestion de l’information. Leurs efforts seront vains et, à la fin de la période, les journalistes connaîtront en même temps qu’une amélioration de leurs conditions de travail une confirmation de leur statut d’employés.

4Le début des années 1970 constitue une époque d’intense agitation sociale qui secoue le Québec en entier. Deux expériences politiques de prise en main directe de la communication représentent sans contredit un des phénomènes qui caractérisent l’évolution des médias à ce moment-là : ce sont la crise d’Octobre de 1970 et la grève générale du Front commun en 1972 (Raboy, 1983).

5En 1971, un front commun regroupe les grandes centrales syndicales et déclenche une grève générale en 1972. Sur cette toile de fond aux couleurs de militantisme radical et doctrinaire, l’ascension du mouvement souverainiste se poursuit au Québec et aboutit à l’élection, en 1976, d’un gouvernement du Parti québécois qui se présente surtout comme un « bon gouvernement », capable de rétablir la paix sociale et d’instaurer le progrès économique. Le Parti québécois adopte la stratégie de l'étapisme en renonçant à son intention de réaliser la souveraineté-association dès son accession au pouvoir et s’engage dans une série de réformes attendues dans le but de gagner des appuis à son option souverainiste (Linteau et coll., 1986). Le Québec connaît alors une deuxième vague de changements à caractère politique et administratif qui confirment le rôle prépondérant de l’État et qui rappellent un peu la Révolution tranquille : adoption de la Charte de la langue française, création de la Société de l’assurance-automobile et de l’Office de la protection du consommateur, nationalisation de l’amiante, protection des terres agricoles, et surtout réforme de la loi électorale touchant le financement des partis politiques et des campagnes électorales.

6Après les quatre premières années de son mandat, en 1980, le Parti québécois déclenche un référendum sur la souveraineté-association. Les positions se polarisent et de profondes divisions sont ressenties dans toutes les couches de la société. Les partisans du fédéralisme, à Ottawa et à Québec, se mobilisent devant la « menace séparatiste » et, en dépit des dispositions de la loi, le Regroupement pour le non, dirigé par Claude Ryan, « reçoit un fort appui politique et financier du gouvernement fédéral et du premier ministre Trudeau » (Raboy, 1983). À une question qui se veut prudente et habile, une majorité de Québécois, soit 60 %, répondent non, refusant au gouvernement le mandat de négocier une nouvelle entente avec Ottawa, fondée sur le principe de l’égalité des peuples. Les résultats du référendum vont mettre fin, pendant une bonne dizaine d’années, à un débat qui agitait la société québécoise depuis plusieurs décennies.

La crise d’Octobre

7La crise d’Octobre 1970, déclenchée par l’enlèvement de l’attaché commercial de Grande-Bretagne à Montréal, James Richard Cross, et alimentée ensuite par l’enlèvement, une semaine plus tard, du ministre québécois Pierre Laporte, qu’on retrouve mort quelques jours après, met en présence quatre types de protagonistes qui vont s’affronter ou interagir par l’entremise des médias : les ravisseurs, qui se réclament du Front de Libération du Québec (FLQ), les journalistes de la presse écrite, de la radio et de la télévision, les autorités politiques (Pierre Elliott Trudeau est chef du gouvernement à Ottawa ; le gouvernement libéral de Robert Bourassa a été élu en avril 1970), ainsi que la population, considérée à la fois comme l’ensemble des citoyens d’un État en crise et le public témoin de la crise à travers les médias. Dès le départ, la communication directe constitue un élément clé de la stratégie globale du FLQ, qui réussit à diffuser dans les médias, pourtant tenus pour des véhicules de l’idéologie dominante, une contre-interprétation de la réalité sociale :

Par sa compréhension sophistiquée de l’humeur du public, des rouages du pouvoir et surtout du rôle intermédiaire des mass medias, le FLQ a su imposer sa propre stratégie d’information et créer de nouveaux canaux par lesquels il a pu communiquer directement avec l’ensemble de la population. En conséquence, l’information officielle a été « prise à son propre piège », pour reprendre l’expression d’un commentateur de l’époque (Raboy, 1983, p. 60).

  • 1 Voir René Lévesque, « Aux gens du FLQ », samedi 10 octobre 1970, Chroniques de René Lévesque, 1987 (...)

8En expédiant directement leurs communiqués à des journalistes de la radio et en établissant l’exigence que leur manifeste soit diffusé à une heure de grande écoute à Radio-Canada (ce qui est fait le 8 octobre 1970) et publié intégralement dans les journaux (ce qui est également fait), les membres du FLQ ont réussi à prendre temporairement le contrôle du système de communication au Québec et à transformer les médias en des arènes où se joue une partie de bras de fer. Adressés à des journalistes, les communiqués du FLQ sont lus sur les ondes des postes de radio ; la crise est abondamment commentée partout, dans la presse écrite et électronique. Dans une des chroniques qu’il signe dans Le Journal de Montréal, René Lévesque interpelle directement les ravisseurs1. L’éminent directeur du Devoir, Claude Ryan, qui deviendra en 1978 chef du Parti libéral du Québec, se laisse prendre au jeu et assume même un rôle d’intervenant dynamique dans l’interaction entre les ravisseurs, les autorités et la population, au point de songer à la mise sur pied d’un gouvernement provisoire (Dagenais, 1990a).

  • 2 Bernard Dagenais (1990a) rapporte qu’à Radio-Canada les mesures d’urgence ont instauré une censure (...)

9Quelque peu décontenancées par la situation, les autorités politiques reprochent aux médias montréalais leur complaisance envers le FLQ. Le président de Radio-Canada va jusqu’à demander aux « différents services de nouvelles de restreindre les commentaires consacrés à l’affaire Cross-Laporte et de s’en tenir aux faits2 » (Dagenais, 1990a, p. 151).

10La riposte des politiciens s’organise peu à peu, mais elle emprunte pourtant la même stratégie de communication directe avec la population ou avec les ravisseurs par médias interposés. Exaspéré, le premier ministre du Canada, Pierre Elliott Trudeau, dépêche les Forces canadiennes au Québec, instaure la Loi sur les mesures de guerre comme ultime solution pour reprendre le contrôle sur la dynamique de la communication et s’adresse directement à la population du Canada par la télévision, empruntant un ton alarmiste. La stratégie s’avère efficace en ce qu’elle impose le silence aux médias en leur interdisant de diffuser toute information provenant du FLQ, décrétée « organisation illégale ». En une seule nuit, plusieurs centaines de personnes sont arrêtées et emprisonnées sans mandat, dont de nombreux journalistes, des intellectuels, des personnalités d’opposition, des militants et de simples citoyens. Cette mise au pas brutale rétablit de manière autoritaire le rôle prédominant attribué aux médias et à l’information, celui de servir et de protéger les intérêts de l’ordre public établi.

11La Loi sur les mesures de guerre a non seulement coupé les canaux directs que des opposants au régime avaient créés pour interpeller directement les autorités et la population, elle a également eu pour effet d’insuffler dans les médias d’information un climat de censure, de psychose et, plus rarement, de rébellion. L’impact d’intimidation de cette loi d’exception est si grand qu’un seul quotidien, Le Devoir, se donnera la peine de dénoncer la mesure, la jugeant abusive, ainsi que la ligne dure du gouvernement Trudeau, que la Fédération professionnelle des journalistes fustige également (Fournier, 1990). Certains journalistes ont été congédiés de Radio-Canada, par exemple pour avoir protesté ouvertement contre les tentatives de manipulation de l’information (Dagenais, 1990a). Même si des regroupements comme la Fédération professionnelle des journalistes (FPJQ) et plusieurs journalistes à titre individuel ont exprimé leurs craintes face aux abus qu’entraîne fatalement la suspension des libertés fondamentales, il est clair que l’impact principal de l’instauration de la Loi sur les mesures de guerre demeure une tendance insidieuse et durable à l’autocensure chez les journalistes.

12Cette insécurité et le climat de prudence excessive qui l’accompagne vont continuer de se manifester dans la presse québécoise pendant de longues années après que la crise d’Octobre aura été dénouée. L’application de mesures autoritaires pour restreindre la liberté de la presse aura également pour conséquence de tuer tout espoir de recourir au système de l’information pour véhiculer les idées des mouvements sociaux orientés vers le changement. Enfin, le recours aux mesures de guerre pour bâillonner la presse québécoise aura comme autre effet durable de provoquer une rupture idéologique chez les journalistes, qui choisissent dès lors d’adopter une position critique à l’égard des pouvoirs politiques, ce qui favorisera une radicalisation militante au sein du mouvement syndical. Cette radicalisation caractérise la seconde période d’évolution du journalisme québécois et nous y reviendrons plus loin dans ce chapitre.

La grève générale de 1972

13Au début de la décennie 1970, la radicalisation du mouvement syndical et des groupes populaires trouve son point culminant dans la journée de grève générale que le Front commun intersyndical organise dans tout le Québec le 12 mai 1972 et qui marque une autre tentative de prise en main directe de la communication.

14Au printemps 1972, l’agitation sociale est à son comble : les débrayages sauvages se succèdent ; on assiste à des occupations de postes de radio ou de télévision locaux dans plusieurs villes hautement industrialisées et largement syndiquées. Le jour de la grève, les six quotidiens de Montréal ne paraissent pas et les techniciens syndiqués paralysent le réseau de Radio-Canada. Les orientations dominantes qui guident ces actions et le mouvement de grève en entier visent à consolider l’unité des militants et des travailleurs, la prise en charge par la base et l’autogestion, en particulier en matière d’information. L’impact de cette prise en main directe de la communication ressemble à celui de l’expérience de 1970.

15L’information devient en pratique le lieu de bataille privilégié où s’affrontent deux grandes tendances qui divisent les intellectuels et les dirigeants de la société québécoise. L’une de ces tendances, associée aux patrons, propriétaires et dirigeants d’information, cherche à entretenir des liens organiques et directs entre le pouvoir et les médias, lesquels se trouvent dès lors définis comme des instruments de maintien et de défense de l’ordre politique, social et économique établi. L’autre tendance émane des mouvements populaires et syndicaux radicalisés, qui favorisent un éclatement du système (capitaliste) et voient l’information comme un des éléments clés de la stratégie de combat. Les journalistes sont dès lors coincés entre ces deux tendances et un clivage idéologique s’opère de plus en plus parmi les effectifs journalistiques dans la plupart des entreprises de presse. Des camps opposés de « progressistes » et de « conservateurs » (également appelés « réactionnaires ») se dressent les uns contre les autres, parfois au sein des mêmes instances syndicales, et déterminent des visions divergentes de l’information et des pratiques journalistiques.

Du pouvoir au contre-pouvoir

16La grève de La Presse de 1964 avait marqué une rupture dans l’esprit de collaboration entre le gouvernement d’une part et les mouvements sociaux et la presse d’autre part. Elle indiquait en outre une volonté accrue de la classe dirigeante d’assurer sa mainmise sur le contrôle de la circulation des idées, des politiques et des critiques :

En guise d’exemple de l’ampleur qu’a pris [sic] cette tendance, signalons qu’en octobre 1964 les journalistes reçoivent l’ordre de faire silence sur le mouvement séparatiste naissant et ce, dans au moins trois quotidiens : Le Soleil, L’Événement-Journal et l’Action. [...] Pour la gauche, l’affaire de La Presse révèle au pouvoir québécois la crainte de l’agitation séparatiste et de la propagation des idées socialistes qu’elle engendre (Raboy, 1983, p. 40).

17Les pressions politiques exercées directement sur les dirigeants de l’information sont à l’origine de telles consignes. Scénario identique à Radio-Canada, où la salle des nouvelles a pourtant « constitué un des lieux-clés de l’opposition au régime de Duplessis vers la fin des années 1950 ». Au nom du mandat impératif de promotion de « l’imité nationale », les journalistes de la société publique reçoivent « ordre de la direction de minimiser la couverture de la contestation croissante des institutions existantes » (Raboy, 1983, p. 48-49). Au moment de l’émeute, pendant le défilé de la Saint-Jean-Baptiste de 1968, les caméras radio-canadiennes avaient déjà tenté, mais en vain, de détourner pudiquement le regard, mais elles ne réussirent pas à taire l’agitation qui s’emparait de la foule et des policiers et qui dégénéra en violents affrontements.

18Le durcissement des positions sociales et politiques qui caractérise ces années-là entraîne une volonté accrue d’expression politique chez les opposants au régime et une conscience aiguë de nouveaux besoins en communication. Ce phénomène donne naissance à deux ordres d’initiatives : les expériences de prise en main directe de la communication, que nous avons vues, et la création de moyens « autonomes » d’information. Les tentatives les plus significatives d’inventer des moyens autonomes d’information se traduisent surtout par la création, en 1969, d’un hebdomadaire du dimanche, Québec-Presse, qui se définit comme un « journal d’information et de combat, libre et engagé », publié par une coopérative formée de travailleurs, de militants des mouvements sociaux et coopératifs, et de sympathisants des causes populaires. L’objectif avoué de ce journal de combat est de « refléter et de stimuler la pensée et l’action populaires et démocratiques dans les domaines politique, socioéconomique et culturel » (Raboy, 1983, p. 54).

19Hebdomadaire de combat créé en réaction à la concentration de la presse, Québec-Presse est orienté vers les intérêts des travailleurs syndiqués ou grévistes et s’inscrit dans la ligne réformiste de l’époque. En pratiquant un journalisme d’enquête systématique, le journal se porte en éclaireur et publie des enquêtes et des dossiers sur des sujets que la grande presse évite, faute de volonté ou de pouvoir. Pourtant on n’y a jamais conclu d’entente formelle sur une politique d’information de manière à « concrétiser dans une formule journalistique le concept, nébuleux pour certains, de ce fameux “journal populaire de masse” » (Godin, 1981, p. 175 et 177).

20En novembre 1974, après avoir publié 252 numéros en cinq ans, Québec-Presse disparaît, victime à la fois d’une « censure économique » pratiquée par les « annonceurs, commerçants et instances publiques qui le boycottent » et d’un effritement des forces populaires et syndicales sur lesquelles reposait son existence (Raboy, 1983). L’expérience de Québec-Presse constitue la première tentative de mettre sur pied, en parallèle avec la presse commerciale à grand tirage, une presse d’opinion, définie aussi comme une presse de combat, destinée à défendre par l’information les objectifs d’une lutte ou d’une idéologie d’opposition. Conçu à la manière d’un hebdomadaire populaire, imprimé sur papier journal, avec un tirage significatif de 30 000 exemplaires — qui dépasse même les 50 000 au moment de la crise d’Octobre (Godin, 1981) —, Québec-Presse se distingue alors des diverses publications périodiques marginales et spécialisées, revues ou pamphlets, qui émanent des différentes factions de la gauche québécoise et qui joignent chacune une poignée de fervents déjà gagnés à la cause. Cette tentative de créer au Québec une presse d’opinion se poursuivra au-delà de la disparition de Québec-Presse avec l’expérience du Jour, quotidien indépendantiste autogéré dont l’objectif est également de se tailler une place sur le marché de l’information par une large diffusion tout en respectant les exigences de la rentabilité économique.

L’expérience du Jour

  • 3 Un phénomène semblable s’était produit aux élections précédentes, en 1971, où le Parti québécois, (...)

21En février 1974, quelques mois avant la disparition de Québec-Presse, un nouveau quotidien naît, qui innove tant dans son fonctionnement que dans son orientation. Clairement indépendantiste, Le Jour est lancé en réaction aux élections de 1973 où le Parti québécois n’a fait élire que six députés tout en recueillant 30 % des suffrages3. Fondé par trois figures de proue du Parti québécois : René Lévesque, Yves Michaud et Jacques Parizeau, avec des fonds recueillis auprès d’une foule d’actionnaires minoritaires, dont le Parti québécois, Le Jour se définit comme « indépendantiste, social-démocrate, national et libre [et se] donne comme rôle de combler le droit à l’information des citoyens indépendantistes du Québec » (Raboy, 1983, p. 106). Le sens du projet est de faire valoir un point de vue indépendantiste dans la presse québécoise et de lutter contre l’orientation monolithique et fédéraliste observée dans la presse commerciale et attribuée aux conséquences de la concentration de la propriété des entreprises de presse.

22Le Jour survit pendant 30 mois et disparaît en août 1976, peu de temps avant l’élection d’octobre 1976, qui porte le Parti québécois au pouvoir. La fermeture du journal représente l’issue d’une lutte idéologique féroce entre la Société des rédacteurs et la direction du journal. En fait, deux tendances opposent ceux, de la direction et du Parti, qui voient le journal comme une entreprise partisane vouée aux intérêts du Parti québécois et souhaitent garder la main haute sur l’éditorial, et les autres, les journalistes regroupés au sein de la Société des rédacteurs, qui préconisent un modèle intégral d’autogestion et favorisent des prises de position éditoriales beaucoup plus critiques à l’endroit du Parti québécois.

23L’expérience malheureuse du Jour illustre de nouveau, bien que d’une manière différente, toute l’acuité des affrontements entre journalistes et patrons de l’information à propos du pouvoir réel des journalistes sur l’orientation du contenu du journal ainsi que dans la définition des politiques d’information et de gestion. Semblable à celle de Québec-Presse quelques années auparavant, l’expérience du Jour indique une tentative infructueuse d’instaurer au Québec un modèle alternatif qui semble pourtant réussir ailleurs, notamment en Europe, et qui soit axé sur une forme ou une autre de cogestion, d’autogestion ou de copropriété. L’objectif ultime de ces tentatives aurait été de modifier l’institution traditionnelle du droit de gérance absolu des propriétaires et d’abolir les structures hiérarchiques et autoritaires classiques. La seule formule viable qui réussira à s’établir dans les plus grandes entreprises de presse québécoises, à La Presse et au Devoir notamment, est celle des comités paritaires ou des comités consultatifs pour la nomination des cadres, dont l’implantation marquera l’aboutissement de dures luttes syndicales. D’aucuns jugent sévèrement ces expériences et en concluent que les journalistes québécois manifestent une « incapacité collective à vivre la cogestion » (Laurent Laplante) ou encore que la cogestion constitue une « fraude intellectuelle » (Jacques Keable) (Godin, 1981).

24Les échecs relatifs auxquels aboutissent ces tentatives de modifier en profondeur et de manière durable les règles du jeu dans les entreprises de presse vont donc pousser les journalistes à canaliser encore davantage leurs ardeurs militantes dans l’action syndicale. Comme on l’a dit, la radicalisation des luttes pour le pouvoir que mènent les syndicats de journalistes est le trait dominant de cette deuxième période, qui couvre toute la décennie 1970 jusqu’au tournant des années 1980.

Des expériences alternatives

25Le développement d’une presse alternative ainsi que les interrogations des groupes militants au sujet du pouvoir des médias de l’information représentent en quelque sorte le prolongement public des tentatives des journalistes d’instaurer une presse de combat indépendante et autogérée. Ces expériences se situent dans un contexte particulier, celui des années qui suivent la crise d’Octobre, où s’effectuent un rajustement du mouvement social au Québec, une radicalisation des groupes populaires et une intervention massive de l’État par des subventions à l’animation sociale. Les groupes engagés dans l’action politique et sociale s’interrogent sur « l’attitude qu’ils devraient adopter vis-à-vis des médias » qu’ils voient comme faisant de plus en plus partie d’un bloc idéologique monolithique, un phénomène accentué par la concentration de la propriété. Cette évolution récente rend « illusoire l’espoir d’une utilisation systématique » des médias d’information à titre de véhicules des objectifs et des idées des groupes sociaux (Raboy, 1983, p. 64-65).

26D’autre part, les groupes militants voient de plus en plus leur action devenir la cible des interventions massives de l’État qui, tant au fédéral qu’au provincial, tente d’endiguer la multiplication des mouvements populaires par la mise sur pied de projets particuliers, le financement de certaines initiatives des jeunes et la restructuration des services sociaux, des mesures qui ont pour effet d’intégrer plusieurs militants d’organismes populaires ou de comités de citoyens à l’intérieur de l’appareil d’État. Cette vaste opération d’intégration des organismes communautaires dans les structures ou les rouages de l’État fait apparaître une nouvelle classe de militants, subventionnés ou employés publics, et donne une nouvelle orientation aux luttes populaires. Par ailleurs, le mouvement syndical se voit contraint de limiter son action au seul domaine des négociations de conventions collectives, dont les règles du jeu sont consacrées et légitimées. Une période de redéfinition idéologique provoque la radicalisation de l’action syndicale, un élément majeur de l’histoire du Québec à l’époque, ce qui entraînera des conséquences marquantes pour le climat social du Québec et pour la presse en particulier tout au long de la décennie 1970.

27Dans les années qui suivent la mobilisation générale du Front commun de 1972, la gauche s’affaiblit : la consolidation du mouvement syndical s’effrite, les groupes populaires se fractionnent et s’affrontent sur les moyens à prendre pour continuer l’action politique. « Les mass médias, par leur nature même, contribuent à cet affaiblissement de la gauche » (Raboy, 1983, p. 88) en favorisant les options les moins radicales et en servant d’interprètes plus ou moins fiables, mais sur qui doivent s’appuyer les membres de la base pour connaître les actions et les pensées des leaders. Certaines publications militantes paraissent, comme le Bulletin populaire, Mobilisation et d’autres, soutenues par des groupes engagés qui veulent utiliser l’information pour la promotion idéologique, mais elles n’ont pas le rayonnement de la presse commerciale et ces initiatives sont à leur tour victimes des dissidences et d’une vague de « liquidations » qui touche aussi les médias communautaires, de 1973 à 1975. Ces tiraillements au sein de la gauche québécoise se répercutent sur Québec-Presse, qui doit fermer en 1974, puisque la coalition qui l’avait créé s’effrite, victime des rivalités qui opposent les centrales syndicales entre elles.

28Au milieu de la décennie 1970, le paysage de la militance au Québec est complètement transformé. Aux seules options indépendantistes et anticapitalistes (avec toutes les variantes possibles) qui prévalaient depuis le début des années 1960, ont succédé des formes diverses d’interventions qui s’intéressent maintenant aux conditions de vie des femmes, à la consommation, aux préoccupations environnementales, à la politique urbaine. Plusieurs petites publications liées à ces différents groupes naissent et disparaissent, dans un va-et-vient incessant qui illustre bien la vitalité et le dynamisme du mouvement militant au cours de ces années d’agitation sociale et qui témoigne également de l’émergence d’une presse alternative au Québec. La presse alternative de cette époque commence à changer d’orientation et semble davantage axée sur les préoccupations quotidiennes des gens d’un quartier ou sur la culture et la contre-culture. Cette mutation, qui se poursuivra dans les années 1980 est révélatrice d’un désinvestissement graduel des luttes politiques et idéologiques et correspond à un déplacement des préoccupations (Gauvreau, 1992 ; Raboy, 1983). Dans la presse alternative, on pratique certes un journalisme engagé, mais cette fois l’engagement penche vers les enjeux sociaux qui touchent le féminisme, la contre-culture, la consommation, l’écologie. Ce nouveau type de journalisme engagé correspond à un autre mode de mobilisation et il tente de reprendre, par divers moyens, les expériences novatrices de copropriété, de cogestion et d’autogestion. Des publications comme Mainmise, Le Temps fou, Québécoises debouttes, Les Têtes de pioche, La Vie en rose, La Criée, Liaison St-Louis sont autant de « petits médias autonomes [qui] peuvent servir de véhicules culturels à des interprétations critiques de la réalité » (Raboy, 1983, p. 128).

29À partir de 1975, des expériences de radio et de télévision communautaires commencent à se développer au Québec selon un modèle assez particulier : un réseau complet de stations est mis sur pied sur l’ensemble du territoire québécois grâce au soutien financier du gouvernement. Ce réseau connaît un essor phénoménal pendant une dizaine d’années, en raison à la fois de la diversité des expériences sur le plan de la géographie urbaine et rurale et des intérêts des différents acteurs concernés, qui couvrent un large éventail depuis l’apprentissage des compétences techniques jusqu’au militantisme politique. Cette croissance exceptionnelle s’explique sans doute par le fait que ce réseau communautaire répondait aux besoins des groupes populaires de s’approprier les moyens d’exprimer une parole autonome, qui est marginalisée ou bannie des médias traditionnels. Toutefois, après une décennie d’intenses activités, ces initiatives expérimentales sont victimes de leur dépendance financière envers les subventions étatiques. Le fait que l’État avait été le principal bailleur de fonds tout au long de l’expérience des radios et des télévisions communautaires n’avait cessé d’inquiéter les observateurs attentifs, qui se méfiaient des risques d’ingérence dans l’orientation des programmations. Le risque le plus grand du modèle réside toutefois dans la possibilité pour l’État de diminuer ou d’éliminer du jour au lendemain la principale source de revenus de ces entreprises à but non lucratif. À cet égard, l’expérience des radios et des télévisions communautaires, même si elle n’est pas encore totalement éteinte, ressemble aux initiatives de la presse alternative et confirme l’échec généralisé des tentatives de bâtir au Québec un réseau de médias autonomes, alternatifs, qui prendrait place à côté des réseaux commerciaux (Sénécal, 1982).

Les effets de la concentration de la propriété

30La concentration de la propriété des entreprises de presse inquiète les gouvernements, qui créent, l’un à Ottawa, un comité du Sénat sur les mass médias au Canada, présidé par le sénateur Davey en 1970, l’autre à Québec, une commission parlementaire spéciale en 1972, dont les travaux n’aboutissent pas. Les journalistes se mobilisent ; la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) présente des mémoires étoffés et manifeste la crainte d’une diminution des emplois, une uniformisation de l’information et une atteinte au pluralisme de l’opinion. La Fédération souhaite la création d’un organisme quasi judiciaire dont le mandat serait d’empêcher la naissance de tout monopole régional ou local en matière d’information, de même que la mise sur pied de conseils de gestion de l’information au sein de chaque entreprise (FPJQ, 1972). À ces inquiétudes, les partisans de la concentration répondent que la consolidation est essentielle à une industrie qui doit affronter des conditions économiques changeantes : hausse du coût de production, augmentation des salaires, partage des revenus publicitaires avec la télévision (Sénécal, 1982). Les tenants de la concentration de la presse font des promesses : améliorer la qualité de l’information, offrir une meilleure sécurité d’emploi aux journalistes, leur assurer une plus grande liberté d’expression.

31La concentration des entreprises de presse n’a jamais cessé d’inquiéter les journalistes et de les motiver à réclamer une intervention de l’État au nom du droit du public à l’information, menacé par ce phénomène croissant. Même le signal d’alarme tiré par la Commission royale d’enquête sur les quotidiens, que préside Tom Kent et que le gouvernement fédéral a instituée en 1980, est resté sans réponse. Pourtant, le constat inquiétant qu’établissait le rapport Kent démontrait déjà en 1981 qu’à moins d’une intervention énergique des pouvoirs publics le phénomène amorcé entre 1970 et 1980 allait s’accentuer et déborder le cadre de la simple appropriation de multiples journaux (Raboy, 1992).

32Cependant, la tendance à la concentration se poursuit et connaîtra son plein développement dans la décennie suivante, alors que s’amorce le deuxième stade, celui de la concentration verticale des entreprises, dont nous reparlerons plus loin. Dans la décennie 1970, les effets de la concentration se font déjà sentir sur la presse québécoise, qui affiche un monolithisme éditorial étonnant. En plein cœur du débat qui oppose fédéralistes et souverainistes au cours de cette période, tous les quotidiens, sauf Le Jour, sont d’option fédéraliste, de sorte que les médias québécois offrent très peu de possibilités de véhiculer des idées contestataires. Bien qu’en 1973 il s’oppose à l’achat du Soleil de Québec par le propriétaire de La Presse, le gouvernement libéral semble peu motivé à intervenir sur ce front. Du reste, ce monolithisme idéologique qui découle de la concentration sert bien ses intérêts en ce qu’il prive l’opposition indépendantiste ou le mouvement socialiste de tribune idéologique, une situation que ni le gouvernement de Robert Bourassa ni les propriétaires des conglomérats n’ont délibérément créée mais dont ils ne peuvent manquer de profiter.

Nouveau militantisme syndical

33Dès la fin des années 1960, la concentration des entreprises de presse a un impact direct sur la mobilisation des journalistes. Dans l’ensemble, l’attitude collective des journalistes a changé depuis la grève de La Presse de 1964. Les préoccupations essentiellement liées au professionnalisme qui ont marqué les premières années de la Révolution tranquille ont fait place peu à peu à un militantisme de plus en plus politisé qui trouve son exutoire dans le syndicalisme.

34De plus en plus opposé au système économique et politique établi, le mouvement syndical traduit cette radicalisation par une mobilisation sans précédent qui conduit à la formation d’un front commun intersyndical où se regroupent les effectifs unifiés des trois centrales syndicales québécoises et dont la première manifestation survient à l’automne 1971, au cours d’un conflit majeur qui éclate à La Presse. Tout comme en 1964, La Presse se retrouve au cœur d’un conflit de travail, déclenché cette fois à cause des conséquences d’un réaménagement technologique, mais où se cristallisent d’autres luttes politiques et idéologiques beaucoup plus larges. Le conflit à La Presse marque une réapparition du syndicalisme de combat et fournit un objectif commun au regroupement des forces syndicales et des mouvements populaires. Une grande manifestation attire 15 000 personnes dans les rues de Montréal en octobre 1971.

35Au cœur du conflit à La Presse se trouve la question du pouvoir sur l’information. Un « dossier noir » fait état de toutes sortes de manipulations survenues depuis 1964 dans ce quotidien dont on reproche au propriétaire, Paul Desmarais, d’avoir un jour déclaré : « Je ne tolérerai pas que mes journalistes appuient ouvertement l’indépendantisme dans La Presse » (Raboy, 1983, p. 75).

  • 4 L’expression est de Jean-V. Dufresne, cité dans Pierre Godin, La lutte pour l’information, 1981, p (...)

36La grève de 1971 à La Presse coïncide avec le début d’une période de tumulte qui agitera les relations de travail dans le monde de l’information au cours de la décennie 1970, au point où les affrontements dégénéreront parfois en combats de rue. La question des droits de gérance par rapport aux changements technologiques surgira de nouveau lors de la grève au Montreal Star, en 1978-1979. Ailleurs, comme au Soleil, à La Presse encore en 1978, au Devoir en 1975 et en 1981, et à Radio-Canada en 1980-1981, ce sont davantage les questions professionnelles liées au rapport de force entre les journalistes et la direction qui sont à l’origine des conflits sur lesquels nous reviendrons plus loin. Dans la foulée de cette nouvelle ardeur militante qui caractérise cette deuxième période, les journalistes se définissent désormais non plus comme des professionnels mais plutôt comme des travailleurs de l’information. La négociation des conventions collectives fait l’objet d’âpres discussions au terme desquelles on convient d’inclure des clauses destinées à protéger certaines prérogatives professionnelles. Certains déplorent ce virage et attribuent les malaises de la presse québécoise à cette « manie prolétarienne héritée des années 19604 ». D’autres se réjouissent de voir inscrites dans les conventions collectives des dispositions d’ordre professionnel qu’aucun autre regroupement syndical de journalistes aux États-Unis ou en Europe n’a jamais négociées. Ces dispositions touchent notamment les conflits d’intérêts, la nécessaire distinction entre publicité et information, l’utilisation des textes et des photos, les protections contre la censure et les pressions politiques, la reconnaissance du droit à l’engagement politique sans rémunération ou lors d’un congé sans solde. Certaines conventions vont même jusqu’à ajouter une définition du droit du public à l’information comme ultime référence à l’usage de l’arbitre en cas de conflit (Gagnon, 1980).

Le syndicat comme lieu d’engagement social

37La crise d’Octobre avait précipité les journalistes dans l’opposition, d’abord face à l’arbitraire de la Loi sur les mesures de guerre, et ensuite, de manière plus large et plus diffuse, face aux structures, mécanismes et idéologies de la société capitaliste. Les journalistes se sont maintenus dans l’opposition au régime, gagnés par la force d’attraction des milieux de gauche, populaires et syndicaux, responsables de l’agitation sociale des années qui suivirent. Collectivement, les journalistes n’ont pas renoncé à jouer au cours de cette période un rôle dynamique sur la scène québécoise et à accroître le pouvoir qu’ils détiennent sur le plan professionnel par rapport à l’information. Dans la pratique, l’attitude d’opposition que cultive la presse québécoise envers le pouvoir se trouve renforcée par l’influence indirecte de l’affaire du Watergate, qui survient aux États-Unis en 1972 et qui, selon Gérard Pelletier (1992), alimente le ton de contre-interrogatoire typique qu’adoptent plusieurs journalistes.

38Depuis la fin des années 1960, les journalistes sont regroupés au sein de la Fédération professionnelle des journalistes (FPJQ), fondée en 1968 et vouée à la défense des intérêts strictement professionnels, et de la Fédération nationale des communications (FNC), créée en 1972, très militante et centrée sur les questions de travail, et affiliée à la CSN. Les années 1970 provoquent un renforcement important de ces organismes, qui deviennent numériquement représentatifs de la collectivité des journalistes et dont l’action sur des dossiers ponctuels a pour effet d’animer une certaine conscience professionnelle.

  • 5 Il est intéressant de noter que le président-fondateur de la FPJQ, Gilles Gariépy, raconte que les (...)

39En dépit de la rivalité constante qui oppose la FPJQ et la FNC, les deux organismes se « situent nettement en opposition avec le discours traditionnel des médias » et proclament ouvertement le refus des journalistes de servir directement les intérêts de l’un ou de l’autre des protagonistes sur les scènes politique et économique5. L’attitude collective des journalistes accuse dès lors un virage sensible. Après s’être rangés, moralement du moins, du côté des promoteurs d’un ordre social nouveau au moment de la Révolution tranquille, les journalistes prennent maintenant leurs distances par rapport à toute forme d’engagement social ou politique et revendiquent une liberté qu’ils estiment nécessaire à leur profession au nom des exigences de l’information elle-même. Cette position se trouve renforcée par les attaques répétées des représentants politiques fédéraux qui tentent de discréditer la presse québécoise en l’accusant d’être infiltrée de « séparatistes » et qui souhaitent ouvertement la participation du Service de l’information de Radio-Canada aux objectifs de l’« unité nationale ». Éloignés volontairement de tout engagement à caractère militant au sein des groupes populaires, des comités de citoyens ou des nombreuses associations qui militent pour le changement social, les journalistes, au cours des années 1970, se tournent donc massivement vers les instances syndicales et y investissent leurs plus grandes ambitions. À défaut de participer à des entreprises cogérées ou autogestionnaires, le syndicat apparaît comme le seul créneau où les journalistes peuvent faire valoir leur pouvoir. La filière syndicale en arrive ainsi à servir de tremplin aux plus ambitieux qui souhaitent exercer un leadership mais qui ne peuvent accéder à des postes de direction en raison d’une tradition fort décriée selon laquelle on parachute au sommet des gens issus de milieux autres que le journalisme et qui ont acquis une certaine notoriété à la radio ou grâce à la télévision (Godin, 1981). Une autre tendance se dessine durant ces années qui vise à confier des postes de direction dans la presse électronique à des journalistes chevronnés de la presse écrite, à Radio-Canada ou à CKAC notamment, et vice-versa, comme à La Presse, tendance qui se maintiendra au cours de la décennie suivante.

40Plusieurs conflits dans les entreprises de presse ponctuent donc les années 1970 et traduisent l’ardeur militante qui anime la FNC-CSN nouvellement créée. Après le conflit à La Presse en 1971, c’est au tour du Devoir de connaître une grève de quatre semaines en 1975, puis la vague s’intensifie en 1977-1978, au moment où plus de la moitié des effectifs de la FNC tombent en grève. En quelques mois, autour de 1977 et 1978, des grèves dures et coûteuses frappent alternativement Le Soleil de Québec, La Presse de nouveau, Radio-Mutuel, Montréal-Matin, où les journalistes sont tenus de débrayer en raison d’une « solidarité abusive » avec les collègues de La Presse (Godin, 1981, p. 222), ce qui contribuera à la disparition du quotidien peu après, de même que le Montreal Star, qui lui aussi fermera ses portes en 1979. Dans le conflit de 1977-1978 à La Presse d’aucuns ont reconnu par la suite que la grève avait été décidée sur un coup de tête, alors que les membres du Syndicat des travailleurs de l’information de La Presse étaient divisés en deux clans, les « syndicaleux » et les « professionnaleux » (ibid., p. 225). Roger Lemelin, l’éditeur de La Presse, particulièrement exaspéré par ce climat de tension permanente, ira jusqu’à affirmer que « La Presse a servi de tremplin à la croisade idéologique et l’appétit de pouvoir de la CSN à travers tout le Québec » (Lemelin, cité dans Godin, 1981, p. 230). Par la suite, certains journalistes n’hésiteront pas à qualifier leurs confrères de cette époque d’enfants gâtés et leur reprocheront d’avoir perdu le sens du métier en « tombant dans le piège d’une revendication syndicale excessive » (Godin, 1981, p. 223).

Les journalistes ne savaient pas ce qu’ils voulaient. C’étaient des enfants gâtés. Ce sont les syndicats qui ont sorti ce métier de la fange, de la boue, des pots-de-vin pour en faire une profession honorable. Il faut l’admettre. Mais, à force d’avoir des syndicats forts, les journalistes ont pris un air d’aller de revendications qui ne s’est plus arrêté parce qu’ils frappaient toujours des poches de vent. Et ils ont continué. Ils n’avaient plus rien à revendiquer, mais ils continuaient quand même par habitude (Gérald LeBlanc, cité dans Godin, 1981, p. 223).

41Enfin, après quelques années de répit relatif, une nouvelle grève frappe Radio-Canada, où le Service des nouvelles demeure paralysé pendant huit mois en 1980-1981 ; au Devoir, au printemps 1981, les journalistes déclenchent une grève pour appuyer leur revendication d’être partie prenante à l’orientation de l’entreprise, par un comité conjoint de l’information ; mais, à l’issue du conflit, la direction conserve son pouvoir exclusif en matière d’embauche et de nominations.

42Parmi les conséquences déterminantes de cette décennie de militantisme et de luttes syndicales comptent les améliorations substantielles apportées aux conditions de travail et à la rémunération des journalistes. Non seulement des clauses à caractère professionnel ont-elles été inscrites dans les conventions collectives, protégeant l’autonomie et la liberté des journalistes, mais encore les salaires ont augmenté. Dans un journal comme La Presse, la semaine de quatre jours de travail est un fait acquis et le temps supplémentaire devient une pratique généralisée qui permet d’arrondir les chèques de paie.

43Au cœur de ces conflits se trouve immanquablement la question du pouvoir respectif des directions et des journalistes. Les entreprises de presse ont grandi, elles se sont modernisées ; l’information est présentée comme un rouage essentiel d’une société démocratique ; les médias servent de plateformes à l’élaboration et au partage de la signification sociale des événements et les journalistes sont au centre de ce processus. « Dès que la qualité du journalisme augmente, il est naturel que se pose la question de la responsabilité des journalistes » (Jean-Claude Leclerc, cité dans Godin, 1981, p. 216).

Des divergences sur le rôle des journalistes

44La grande contestation sociale qui caractérise les années 1970, de même que les expériences alternatives en information qui sont tentées à cette époque ont pour effet de diviser les journalistes en deux groupes distincts : d’un côté les militants engagés et de l’autre les employés syndiqués des grandes entreprises de presse. Les journalistes militants épousent les causes sociales et populaires et joignent les rangs des nombreux groupes qui quadrillent le Québec ; ils se définissent comme à la fois témoins et acteurs et conçoivent leur profession comme partie intégrante de ce mouvement de transformation sociale. Ces journalistes s’engagent dans les voies alternatives, à Québec-Presse par exemple, à l’Agence de presse libre du Québec, créée en 1971, ou dans d’autres publications intellectuelles d’opposition ou de combat qui fleurissent pendant ces années-là. Ces publications constituent l’avant-garde de la critique sociale et elles excellent dans la théorisation idéologique typique de la gauche. Pour ces militants, l’objectivité de l’information est un leurre, une duperie idéologique qui sert à protéger les intérêts dominants.

45Par ailleurs, les syndiqués des grandes entreprises de presse (de la presse du mainstream, dite commerciale) se retrouvent par la force des choses dans le camp opposé, celui du pouvoir et de l’ordre dominant que les médias pour lesquels ils travaillent sont censés défendre et protéger. Au-delà de leurs convictions personnelles, leur fonction de journaliste les place en position d’agents intermédiaires, une sorte de relais entre deux camps rivaux, celui des tenants du pouvoir et celui des forces militantes populaires, qui chacun à sa façon, tentent de manipuler les médias et de les utiliser comme porte-voix. Les syndiqués sont soumis à des exigences de neutralité de plus en plus poussées, que les directions d’entreprise justifient au nom de la nécessaire impartialité de l’information.

46Dans un camp comme dans l’autre, militants engagés ou employés syndiqués, les journalistes se perçoivent tels des participants de l’évolution sociale que poursuit le Québec au tournant de la décennie 1970. Le débat sur l’engagement politique et social des journalistes prend cependant une dimension nouvelle : il oppose les tenants d’un militantisme ouvert et déclaré aux partisans d’un rôle de témoin qu’on va jusqu’à décrire comme neutre et objectif. Peu à peu, au fil des ans, et surtout en raison de l’impossibilité de créer au Québec une presse d’opinion, c’est l’option du neutralisme qui l’emporte, l’engagement politique ou social étant considéré comme antinomique par rapport au journalisme objectif, qui doit demeurer impartial, donc théoriquement apolitique. Entre-temps, l’arrivée au pouvoir du Parti québécois, auquel une majorité de journalistes était favorable, est venue quelque peu brouiller les cartes. Tout en demeurant hostiles aux idéologies dominantes, plusieurs journalistes se sentent complices des nouveaux locataires du pouvoir à Québec. On a même reproché aux journalistes québécois, dans leur ensemble, une trop grande connivence avec le pouvoir péquiste. Mais après quelques années de lune de miel, les journalistes sentent de nouveau le besoin de prendre leurs distances, même à l’égard d’un gouvernement dont ils approuvent l’idéologie et les objectifs et au sein duquel se retrouvent plusieurs membres de leur profession. À la fin des années 1970, les journalistes se définissent donc non plus comme des acteurs ou des agents du changement social mais plutôt comme des témoins critiques.

47La fin de la période 1970-1980 présente donc une conjoncture complètement modifiée par rapport au début de la décennie. Les longues luttes syndicales ont épuisé l’ardeur des journalistes, qui, dans l’ensemble, bénéficient d’améliorations sensibles de leurs conditions de travail. Les changements graduels dans les pratiques journalistiques, notamment la diminution du reportage et de l’enquête au profit de l’utilisation accrue du matériel fourni par les agences ou les intermédiaires, favorisent un certain relâchement de la ferveur qui avait caractérisé la presse québécoise précédemment. Dans la période suivante, on parlera même d’embourgeoisement, de vieillissement, de sclérose, de paresse.

Le référendum de 1980

48Au moment où survient le référendum sur la souveraineté-association, en 1980, les effets des mesures autoritaires (Loi sur les mesures de guerre, censure, etc.), de l’autocensure et de la peur des représailles qui s’ensuivirent, des tentatives d’intimidation de la part des représentants fédéraux combinés avec une tendance naissante à l’embourgeoisement, commencent à se répercuter sur le comportement des journalistes. Les échecs répétés, essuyés à la suite de grèves longues et de luttes difficiles pour instaurer une forme de cogestion de l’information, ont laissé les journalistes amers, découragés, démobilisés.

Au cours de l’hiver et du printemps 1980, au moment où va démarrer la campagne référendaire, les journalistes québécois francophones sont dans un état d’apathie, voire même d’abattement moral. Les forces fédéralistes vont largement tirer profit de cette conjoncture pour mettre en valeur leur option et affaiblir le camp des souverainistes (Marsolais, 1992, p. 161).

49Certains ministres et députés fédéraux, qui croient le journalisme québécois vendu à l’indépendantisme, voient dans Radio-Canada un « nid de séparatistes » et tiennent même la télévision publique pour responsable de la victoire du Parti québécois en novembre 1976. Le gouvernement fédéral commande au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) une enquête sur Radio-Canada dont les conclusions rejettent ces accusations parce que dénuées de fondement (Devirieux, 1985). Le ministre André Ouellet va même jusqu’à réclamer publiquement que Radio-Canada n’adopte pas une « position neutre pour présenter les deux côtés de la question » dans le débat référendaire puisque ses « employés doivent être sans équivoque du côté de Pro-Canada » (Marsolais, 1992, p. 163).

50À Québec, le chef du Regroupement pour le non, Claude Ryan, est aussi conscient de l’importance stratégique des médias dans le débat référendaire et il craint la tendance indépendantiste des journalistes québécois. Il ouvre les hostilités en avril 1980 en exigeant un « comité de vigilance » pour veiller à l’impartialité des médias et des journalistes pendant la campagne (Marsolais, 1992). La proposition est qualifiée d’« absurde » et rejetée par le premier ministre René Lévesque, mais le Conseil de presse du Québec tombe dans le piège et institue un « sous-comité spécial » de son Comité des cas, lequel aurait fort bien pu continuer d’assumer l’étude des plaintes, y compris celles issues de la couverture du débat référendaire.

  • 6 Exprimant une opinion fort répandue, Claude-Jean Devirieux, journaliste à Radio-Canada pendant lon (...)
  • 7 Marsolais (1992, p. 178) fait référence à l’étude de André H. Caron, Chantal Mayrand et David E. P (...)

51Toutes ces intimidations ont pour effet de créer un climat de réserve exagérée dans les médias québécois. À Radio-Canada, où règne déjà l’autocensure systématisée, résultat du harcèlement constant pratiqué depuis plusieurs années par les politiciens fédéraux6, « la chaîne adopte une politique de retrait ou du moins de discrétion face au référendum » dans laquelle des analystes attentifs voient une réaction à l’attitude des politiciens fédéraux et à l’enquête du CRTC sur Radio-Canada7. À La Presse, le corridor idéologique a été défini de manière étroite en 1972 : le quotidien est fédéraliste et appuie l’option du maintien du Québec au sein d’une confédération canadienne souple. À la une du 17 mai 1980, trois jours avant le référendum, le journal titre : « La Presse et le référendum : c’est NON ». Ce jour-là, l’éditeur Roger Lemelin signe un éditorial coiffé du même titre, après avoir écarté et refusé de publier le texte d’un des éditorialistes en poste, Guy Cormier, celui-là en faveur du oui (Mailhot, 1985, p. 16). Le Devoir demeure le seul quotidien indépendant mais il est sans directeur depuis le départ de Claude Ryan en 1978. Un journaliste d’expérience, Michel Roy, assure l’intérim et il décide de laisser les éditorialistes exprimer librement leur opinion sur l’enjeu référendaire ; leurs avis sont partagés également entre le oui et le non, à l’image de la société québécoise.

  • 8 Cette donnée provient des résultats d’un sondage de L’actualité publiés par Pierre Godin, « Qui vo (...)

52En somme, la plupart les journalistes québécois se retrouvent coincés entre leurs sympathies péquistes et leur sécurité d’emploi. Les médias sont au cœur du rapport de force, mais les journalistes, pourtant aux deux tiers favorables au oui8, délaissent leur « responsabilité personnelle à l’égard d’une cause qui les concern[ait] à titre de citoyens » et choisissent une option technicienne de préférence à un journalisme combatif : ils se réfugient dans une sorte de « neutralité aseptisée » qui a pour conséquence de diluer le débat (Marsolais, 1992, p. 166). L’autocritique qui suivra est sévère : « Le débat référendaire fut celui des élites, des aristocrates de la pensée. Aucun d’entre nous n’a réussi à expliquer ce qui se passait vraiment » (Jean-V. Dufresne, cité dans Morissette, 1983b, p. 7).

53Un autre journaliste chevronné, René Mailhot (1985), voit un des effets de la concentration de la presse dans l’étonnante unanimité des médias, qui se prononcent tous en faveur du non, à l’exception du Journal de Montréal, dont le propriétaire, Pierre Péladeau, ne fait pas mystère de ses allégeances souverainistes.

  • 9 Richard Daignault, cité dans l’article de Gilles Paquin, « Conscription, marché commun et proposit (...)

54Dans l’ensemble, la couverture du débat référendaire de 1980 marque donc pour la presse québécoise une rupture avec une tradition antérieure, celle d’un journalisme engagé du côté du changement social et politique. La rupture est d’autant plus marquante que cette tradition, qui s’est affirmée tout au long de la Révolution tranquille et de la décennie d’agitation sociale qui a suivi, remonte aussi loin qu’à la conscription de 1942, à laquelle les médias d’information s’étaient clairement opposés malgré la censure officielle9.

  • 10 Il importe de marquer ici une exception, celle d’un groupe d’environ 80 journalistes et employés d (...)

55L’attitude qu’adoptèrent les journalistes au moment du référendum de 1980, à un moment crucial de l’histoire récente du Québec, traduit les répercussions d’une guerre feutrée entre une génération de journalistes majoritairement indépendantistes et leurs patrons plus âgés, qui sont de fervents fédéralistes et dont les positions ont été renforcées par les mesures de contrôle et le climat d’autocensure qui s’en est suivi. Un tel clivage n’indispose pas la plupart des journalistes anglophones du Québec et du Canada qui, selon Graham Fraser, « éprouvaient toutes les angoisses de leurs patrons » et qui, « sous l’impulsion de leur direction, avaient revêtu leurs habits de combat10 ». Pour les partisans du oui, les médias ont constitué un des principaux obstacles parce que, contrôlés par la minorité possédante favorable au non, ils « devenaient des châteaux forts presqu’insaisissables » (Marsolais, 1992, p. 165). La neutralité aseptisée et paradoxale qu’affichent les journalistes québécois francophones au moment du référendum apparaît comme le résultat indéniable de l’intimidation opérée par les autorités politiques d’abord par la brutalité de la Loi sur les mesures de guerre, puis par le harcèlement qui survient au moment du référendum de 1980.

EN RÉSUMÉ
Comme on le voit, c’est l’action conjuguée de plusieurs éléments, qui jalonnent l’évolution sociopolitique et l’histoire de la presse, qui amène les journalistes à adopter des positions combatives tout au long des années 1970. Certes, la concentration des entreprises de presse a marqué un déplacement du rapport de force entre patrons et employés « qui devient dès lors disproportionné » (Raboy, 1983, p. 31), accélérant en quelque sorte la radicalisation du mouvement syndical chez les journalistes. Ce n’est cependant pas le seul facteur, ni même peut-être le plus important, dans l’évolution du rôle des journalistes et de la presse à cette époque. L’évolution que connaît alors la presse est essentiellement liée au climat d’agitation sociale exceptionnelle qui règne au Québec à ce moment-là et auquel les médias participent de différentes manières. Les phénomènes de communication directe et les tentatives d’instaurer un régime de cogestion de l’information contribuent à radicaliser l’idéologie des journalistes, qui se perçoivent tels des instruments de changement, l’information étant définie comme une instance de mobilisation et un outil idéologique (de révolution). Les « travailleurs de l’information » s’attaquent aux structures de la société capitaliste, contestent leurs employeurs et, par une série de conflits de travail, réussissent à améliorer sensiblement leurs conditions et obtiennent même des protections à caractère professionnel.
Toutefois, le phénomène de la concentration de la propriété des entreprises de presse s’accentue et entraîne une certaine uniformisation des styles journalistiques dans la presse commerciale de même qu’un monolithisme éditorial. Quand survient le référendum de 1980, les forces fédéralistes bénéficient de l’appui d’une écrasante majorité de médias : entre 1976 et 1980, alors que les sondages indiquent que quatre Québécois sur 10 sont en faveur de la souveraineté-association, il ne se trouve aucun média francophone pour soutenir cette option. Ironie du sort, seule The Gazette publie la chronique d’un indépendantiste notoire, Pierre Bourgault (Godin, 1981). Paradoxalement, les journalistes, dont on sait qu’ils sont majoritairement favorables à la souveraineté-association, observent une attitude de neutralité et de réserve qui contraste vivement avec leur combativité antérieure. Après deux décennies de ferveur et d’effervescence, on dirait que la presse québécoise est matée, ses journalistes assoupis. La principale conséquence en est une baisse sensible de la qualité de l’information, qui se manifeste dès la période suivante.

Notes

1 Voir René Lévesque, « Aux gens du FLQ », samedi 10 octobre 1970, Chroniques de René Lévesque, 1987, p. 80.

2 Bernard Dagenais (1990a) rapporte qu’à Radio-Canada les mesures d’urgence ont instauré une censure qui déborde l’information et touche aux variétés, au théâtre, à la chanson : « On annule aussi la transmission d’un documentaire intitulé : Le Testament de Lénine et on le remplace par une émission à première vue anodine sur les avalanches. Malheureusement, on y donne des instructions pour fabriquer des bombes qui provoquent l’avalanche ! Radio-Canada est de nouveau la cible des critiques au parlement fédéral... Et un lecteur écrit dans The Sherbrooke Record qu’on aurait mieux fait de présenter l’émission prévue et de montrer l’horreur de la violence qui est le véritable testament de Lénine » (p. 157).

3 Un phénomène semblable s’était produit aux élections précédentes, en 1971, où le Parti québécois, avec 23,1 % des suffrages, n’avait obtenu que sept sièges (Linteau et coll., 1986, p. 650).

4 L’expression est de Jean-V. Dufresne, cité dans Pierre Godin, La lutte pour l’information, 1981, p. 128.

5 Il est intéressant de noter que le président-fondateur de la FPJQ, Gilles Gariépy, raconte que les hostilités avaient été déclenchées par des « soixante-huitards, ceux qui avaient occupé les cégeps et universités en octobre 1968 [et qui avaient] fini par se retrouver, en nombre, dans les salles de rédaction vers 1971-1972. [...] Avec les années, une cohabitation raisonnable et civilisée s’est établie avec l’instance syndicale la plus importante, la CSN » (Le 30, vol. 12, no 10, décembre 1988, p. 10).

6 Exprimant une opinion fort répandue, Claude-Jean Devirieux, journaliste à Radio-Canada pendant longtemps, écrit : « Mais pendant des années, les journalistes de Radio-Canada et leurs patrons ont vécu dans la peur. Pour éviter ces critiques, ils ont, la plupart du temps, subconsciemment mais quotidiennement, pratiqué ce qui est pire que la censure : l’autocensure » (Le 30, vol. 9, no 10, décembre 1985, p. 6).

7 Marsolais (1992, p. 178) fait référence à l’étude de André H. Caron, Chantal Mayrand et David E. Payne, intitulée « L’imagerie politique à la télévision : les derniers jours de la campagne référendaire », Revue canadienne de science politique (vol. 16, no 3, septembre 1983).

8 Cette donnée provient des résultats d’un sondage de L’actualité publiés par Pierre Godin, « Qui vous informe », dans cette revue en mai 1979. Pierre Godin est cité par Claude-V. Marsolais dans Le référendum confisqué, p. 165.

9 Richard Daignault, cité dans l’article de Gilles Paquin, « Conscription, marché commun et proposition 13 » (Le 30, vol. 4, no 4, avril 1980, p. 11), affirme également que « les tenants du NON à la conscription n’avaient cependant pas accès à la radio d’État pour diffuser leur message ».

10 Il importe de marquer ici une exception, celle d’un groupe d’environ 80 journalistes et employés de The Gazette, à Montréal, qui se regroupent dans un comité du oui à l’instigation d’André Gagnon et de Nick auf der Maur, et qui furent sanctionnés par un congé sans solde (Marsolais, 1992, p. 173).

Table des illustrations

Titre Deuxième période : 1970-1980 - Phase de militantisme
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15605/img-1.jpg
Fichier image/, 260k

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540