Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éthique de l'information

 | 
Armande Saint-Jean

Histoire sociale du journalisme au québec de la révolution tranquille à nos jours

Chapitre 3. Première période : 1960-1970. Phase d'éveil et de croissance

Texte intégral

Le contexte sociopolitique

1La première période va de 1960 à 1970 et commence au moment de la Révolution tranquille. La presse québécoise émerge de la torpeur des longues années du régime de Duplessis et connaît une période d’éveil et de croissance. Plusieurs facteurs expliquent l’émergence d’un « nouveau journalisme » : entre autres, le vent de changement qui balaie la société québécoise, l’influence de la télévision, l’impulsion d’une nouvelle direction de l’information à La Presse et la création du Nouveau Journal en 1962. Le journalisme connaît alors un âge d’or caractérisé principalement par un accroissement des emplois, une augmentation des exigences de qualité de l’information et un professionnalisme inconnu jusque-là. Des revendications d’un type nouveau apparaissent, qui visent à établir l’autonomie de la rédaction par rapport aux administrateurs ou aux propriétaires des entreprises de presse. Les journalistes participent avec ferveur au débat social qui remue le Québec et voient leur statut se transformer de façon marquée : en appuyant les objectifs de changement social, les journalistes se trouvent à s’intégrer peu à peu à l’élite montante que forment les intellectuels du Québec. L’information se renouvelle et se met au service de la transformation radicale qui touche toute la société. Cette période entraîne un premier stade dit horizontal de concentration de la presse : en quelques années, la grande majorité des journaux changent de propriétaire et sont regroupés en des conglomérats financiers.

Première période : 1960- 1970 - Phase d'éveil et de croissance

DATE

ACTUALITÉ SOCIOPOLITIQUE

ORGANISATION DES ENTREPRISES DE PRESSE

JOURNALISTES : RÔLES ET STATUT

PRATIQUES JOURNALISTIQUES

1960

Révolution tranquille

Âge d’or :
•renouveau
•croissance
•qualité

« Nouveau journalisme » ;
•correspondants
•« beats »
•analyses
•enquêtes

1961

G. Pelletier à La Presse

Autonomie de la rédaction

1962

Nationalisation de l’électricité

Nouveau Journal

Présentation renouvelée :
•photos
•caricatures
•style agressif

1963

Premières bombes FLQ
Élections à Ottawa :
Pearson / libéraux

Parti pris (1963-1968)

Participation au débat de la société
Élite montante

1964

Grève à La Presse
Naissance du Journal de Montréal

Liberté d’opinion des journalistes
Résistance aux pressions du pouvoir

Première période : 1960-1970 - Phase d’éveil et de croissance

DATE

ACTUALITÉ SOCIOPOLITIQUE

ORGANISATION DES ENTREPRISES DE PRESSE

JOURNALISTES : RÔLES ET STATUT

PRATIQUES JOURNALISTIQUES

1965

Élections fédérales Les « Trois colombes »
à Ottawa

Congédiement de G. Pelletier

Influence de la télévision :
• reportages internes
• témoignages
• entrevues en direct
• vedettes

1966

Élections provinciales

1967

Première phase de la concentration
La Presse :
Desmarais /Power Corporation

1968

Fondation du MSA

Regroupement professionnel :
fondation de la FPJQ

Expansion et diversification de l’information

1969

Fondation du Parti québécois

Québec-Presse (1969-1974)

2Au tournant de 1960, le Québec s’apprête à connaître une des plus profondes métamorphoses de son histoire, la Révolution tranquille. Déclenchée par le décès, en septembre 1959, du premier ministre Maurice Duplessis, la Révolution tranquille se caractérise d’abord par une volteface spectaculaire des politiques gouvernementales. Sous la gouverne de Paul Sauvé, qui succède à Duplessis, le Québec amorce en quelques mois plusieurs des réformes réclamées depuis longtemps : création des ministères des Affaires culturelles, des Richesses naturelles, de la Famille et du Bien-être social ; institution d’une commission d’enquête sur le système d’enseignement ; mise sur pied du Conseil des arts, de l’Office de la langue française, de la Délégation générale à Paris et du Conseil d’orientation économique (Gérard Pelletier, 1986a). Les choses changent et elles changent vite. Janvier 1960 : l’équipe libérale de Jean Lesage prend le pouvoir ; sous le slogan « Maîtres chez nous », « l’équipe du tonnerre » pilotera les importantes transformations qui jalonnent les cinq premières années de la décennie et qu’on peut résumer à grands traits : laïcisation des services de santé et d’éducation, réforme de l’enseignement, nationalisation de l’hydroélectricité, émergence de nouvelles élites et instauration de l’État-providence. Le Québec entre dans une période de croissance économique alimentée par une nouvelle vague d’investissements dans l’industrie manufacturière et dans la construction résidentielle, ainsi que par la forte poussée des investissements publics, en particulier dans la construction d’édifices gouvernementaux et scolaires et la modernisation des infrastructures routières.

C’est l’époque des grands projets qui stimulent non seulement l’économie mais aussi l’imagination populaire et la fierté nationale : le métro de Montréal, mis en service en 1966, l’Exposition universelle de Montréal en 1967 et le barrage de Manic 5, inauguré en 1968 (Linteau et coll., 1986, p. 395).

L’âge d’or du journalisme

3En 1966 survient un changement de garde politique tant à Ottawa qu’à Québec. Des dissensions se font jour au sein du Parti libéral du Québec, que certains membres impatients ou insatisfaits quittent. René Lévesque est du nombre ; sa pensée politique évolue et il s’engage dans le projet indépendantiste dès 1968 en fondant le Mouvement pour la souveraineté-association, qui devient l’année suivante le Parti québécois. Le FLQ poursuit un activisme politique ponctué d’actes terroristes qui culminent en 1970 avec la crise d’Octobre, laquelle marque la fin de la période et une rupture idéologique radicale entre le journalisme et le pouvoir.

4Au milieu de cette effervescence généralisée, la presse québécoise connaît ce que d’aucuns ont par la suite appelé un âge d’or (Godin, 1981 ; Gérard Pelletier, 1986a). Les possibilités d’emploi dans les entreprises de presse s’accroissent sensiblement, les exigences augmentent quant à la qualité de l’information et une sorte de « nouveau journalisme » apparaît. Cette expansion et ce renouveau qui marquent la presse québécoise des années 1960 contrastent lourdement avec l’aspect terne et rigide des journaux de la décennie précédente. Dans les années d’après-guerre, les journalistes étaient sous-payés et exploités, « déconsidérés et soumis au pouvoir discrétionnaire d’un patron qui les tient pour vulnérables et pusillanimes » (Roy, 1980, p. 19). Totalement dénuée d’humour et de fantaisie, l’information devait absolument se conformer aux valeurs et aux intérêts de l’ordre établi : « les journaux quotidiens de ce temps auront d’abord été le reflet de la société dont ils respectaient les codes, les normes et l’orthodoxie » (ibid., p. 23). Le changement est d’autant plus frappant.

À la disette de nouvelles des années duplessistes correspond, pendant quelque temps, une surabondance — certains diront un excès — d’information. Le journalisme devient agressif, fureteur, iconoclaste. Il se mesure aux trois autres pouvoirs, et les médias assument un leadership social. Il faut croire que l’opinion publique ne s’en formalise pas trop puisque les tirages montent en flèche durant cette période. D’autre part, il se produit un véritable déblocage dans les conditions matérielles et professionnelles des journalistes (Godin, 1981, p. 107).

5Deux événements déterminants survenus dans les années 1950 ont contribué à préparer la transformation du journalisme : la syndicalisation et l’avènement de la télévision. Jusque-là perçu comme « un joyeux aventurier ou un rêveur dilettante, parfois un raté auquel la société n’offrait pas davantage » (Roy, 1980, p. 23), le journaliste des années d’après-guerre n’a ni l’estime de la société ni le respect de ses patrons. Apparu timidement dans les salles de rédaction, le syndicalisme réussit peu à peu à modifier radicalement la situation des journalistes et à rendre à ce métier une dignité perdue et un caractère plus professionnel.

6L’arrivée de la télévision au début des années 1950 a aussi entraîné des bouleversements majeurs dans le journalisme québécois et ses effets se feront sentir tout au long des décennies subséquentes. La télévision favorise l’émergence de journalistes de grand talent, comme Judith Jasmin, René Lévesque et d’autres, qui connaîtront des carrières fulgurantes et dont le travail aura un impact considérable sur les générations suivantes. Ainsi, dans la foulée d’émissions d’information où l’on fait une large place à l’actualité internationale, la télévision repousse les frontières étroites de la province et permet à la presse et au public québécois de s’ouvrir au reste du monde. Dans des émissions comme Carrefour et Point de mire, on pratique le reportage international, on valorise l’entrevue en direct et le témoignage des acteurs de l’événement.

René Lévesque, Judith Jasmin et leurs compagnons, d’abord à la radio, puis à la télévision, ont donc réintroduit la vie dans l’information. Expérience inoubliable qui aura eu une influence certaine sur l’ensemble de la presse (Roy, 1980, p. 27)

7Sous l’impulsion du Service des affaires publiques nouvellement créé à Radio-Canada, l’information s’enrichit d’analyses, de commentaires, de mises en contexte qui permettent au public d’avoir une connaissance plus approfondie des divers aspects des questions abordées. C’est le début d’une ère d’expansion et de diversification de l’information qui marque un changement définitif pour la presse québécoise.

8Les pages des quotidiens québécois et les émissions d’information à la radio et à la télévision s’ouvrent enfin à l’actualité internationale après des années de noirceur, d’ignorance et de silence. Dans ce renouveau, on perçoit déjà une des retombées du développement de l’information télévisée sur l’ensemble de la presse. Il y en aura de nombreuses autres qui se feront sentir tout au long des quatre périodes qui nous intéressent, par exemple la vedettisation qui confère à certains journalistes, en raison de leur visibilité au petit écran, un statut de personnalité publique beaucoup plus marqué que celui des humbles scribes et autres artisans moins connus de l’information.

Un « nouveau journalisme »

9Dès cette époque apparaît déjà un phénomène de permutations qui favorise le passage à la presse écrite de journalistes ayant acquis une expérience à la télévision. Ainsi, en 1961, La Presse embauche un nouveau rédacteur en chef, Gérard Pelletier, la jeune quarantaine, connu pour ses antécédents journalistiques et militants. Gérard Pelletier a travaillé à Radio-Canada, où il a côtoyé René Lévesque et Judith Jasmin, et au Devoir, où il a couvert la fameuse grève de l’amiante, dans les années 1940, au grand déplaisir de Maurice Duplessis. Intellectuel de gauche, comme on dit à l’époque, Gérard Pelletier fait partie de l’équipe de Cité libre, une publication qui se distingue par son opposition au régime de Duplessis. H est aussi connu depuis 10 ans comme militant syndical à la Confédération des travailleurs catholiques du Canada (CTCC), l’ancêtre de la Centrale des syndicats nationaux (CSN). Le nouveau patron de la salle de rédaction du « plus grand quotidien français d’Amérique » pose une condition à son embauche : il réclame et obtient l’autonomie complète de la rédaction dans les limites du budget alloué (Pelletier, 1986a, p. 135). Cette condition acceptée de part et d’autre marque le début d’une distance nouvelle qui doit désormais séparer la rédaction du journal des administrateurs de l’entreprise et dont le principe fera l’objet de plusieurs conflits dans les décennies qui suivront. Les successeurs de Gérard Pelletier et ses homologues dans d’autres entreprises tenteront par la suite de maintenir cette distance non seulement comme un symbole mais aussi comme une sorte de garantie de la liberté dont doivent bénéficier des journalistes professionnels.

10Outre cette distanciation entre la rédaction et l’administration, le passage de Pelletier à La Presse reste associé à un renouveau certain dans l’information que produit le plus important quotidien francophone de l’époque. Intellectuel rigoureux et leader dynamique, animé de grandes ambitions et d’une vision cosmopolite et métropolitaine, Gérard Pelletier utilise les moyens à la disposition d’une entreprise riche et prospère pour tenter d’aligner La Presse sur les grands quotidiens d’Occident. Il nomme deux ou trois correspondants à l’étranger, ce qui constitue les bases d’un éventuel réseau qu’il n’aura pas le temps de déployer complètement ; il crée des secteurs attitrés de couverture (communément appelés des beats) et favorise une certaine spécialisation des reporters. On publie à la « une » les analyses des chroniqueurs politiques. Les journalistes sont poussés à fouiller des dossiers, et à écrire dans un style vivant, personnalisé, qui prend des risques, qui mise sur l’originalité et qui s’éloigne des formules ternes et compassées.

11Le Québec commence à être agité par les soubresauts du terrorisme : les premières bombes du FLQ explosent dans des boîtes aux lettres de Westmount au printemps 1963. Les autorités ont du mal à identifier les auteurs de ces attentats et ce sont les journalistes qui, stimulés par ce nouveau défi, se révèlent des enquêteurs plus dégourdis que les policiers et découvrent que « les artificiers du FLQ ne se recrutent pas chez les truands classiques mais parmi des jeunes gens très comme il faut... » (Gérard Pelletier, 1986a, p. 187). Au risque de bousculer les habitudes des vieux lecteurs conservateurs, l’équipe de Gérard Pelletier modifie la présentation graphique de La Presse et laisse

circuler un vent de liberté dans ses colonnes vermoulues : plus vivante, plus abondante, mieux présentée, l’information portait enfin sur toutes les manifestations de la vie québécoise ; des chroniques naissaient et traitaient des problèmes de ce temps (Roy, 1980, p. 31).

12Ce renouveau qui s’installe dans le grand quotidien montréalais a un effet d’entraînement sur les autres quotidiens, comme Le Devoir à Montréal et Le Soleil à Québec, et contribue à instaurer une nouvelle tradition journalistique au Québec.

L’expérience du Nouveau Journal

13Le prédécesseur de Gérard Pelletier, Jean-Louis Gagnon, avait commencé depuis 1958 à insuffler un nouveau dynamisme à La Presse avant de la quitter en 1961 pour fonder le Nouveau Journal, financé par une héritière dissidente du fondateur de La Presse, Angélina du Tremblay. Ce journal rival, destiné à détrôner La Presse et à la remplacer, voit le jour à l’automne 1961 mais disparaît 10 mois plus tard, en juin 1962. En dépit de sa brève existence — il n’aura vécu « que le temps d’une stimulante illusion » (Roy, 1980, p. 31) — et malgré certaines lacunes qui lui ont coûté l’existence, le Nouveau Journal entre dans la légende comme l’incarnation d’un rêve de renouveau du journalisme :

Jean-Louis Gagnon, entouré d’une équipe où le talent ne manquait pas, avait créé un quotidien en tous points remarquable où se combinaient avec aisance les styles journalistiques de la France et des U.S.A. Le Nouveau Journal, c’était un acte de défoulement contre les servitudes ordinaires de la presse écrite (Gérard Pelletier, 1986a, p. 178).

14Abondance de la matière à lire, mise en pages renouvelée et révolutionnaire, caricatures en première page à la manière du Figaro en France à l’époque, innovations dans la présentation des nouvelles, des photos, des commentaires : le Nouveau Journal pousse un cran plus loin les changements qui rajeunissent déjà La Presse. Le Nouveau Journal est certes un concurrent de La Presse, mais il exerce une concurrence vers le haut, vers l’excellence. L’équipe de journalistes, qui compte plusieurs anciens de La Presse, pratique un journalisme agressif qui pousse à explorer les coulisses du pouvoir.

15La grande journaliste radio-canadienne Judith Jasmin, dont la mémoire demeure associée à une carrière exceptionnelle, marquée par un souci du professionnalisme et de la qualité très en avance sur son époque, applaudit à la parution du Nouveau Journal et écrit déjà en 1961 :

  • 1 Colette Beauchamp ajoute que « le père Brouillé, un jésuite, dirigeait un mensuel, L’actualité. Il (...)

Le Nouveau Journal, pendant sa brève existence, a délié la presse (l’ensemble des journalistes), une fois pour toutes, de la peur d’écrire un chat est un chat. L’Esprit Nouveau, précédé du père Brouillé, a beau tonner contre ce désordre du journalisme, dire qu’il ne représente pas la population, le mouvement est irréversible, et on ne peut plus réduire les journalistes au silence : il va falloir se résigner à la grande lumière. Ce nouveau langage, l’habitude de discuter ouvertement sur la place publique, à la télévision, à la radio et dans les journaux, de tous nos problèmes ont démythifié de fausses valeurs et désamorcé de grandes peurs (citée dans Colette Beauchamp, 1992, p. 248)1.

Le professionnalisme

  • 2 L’expression est de Jacques Guay, cité dans Pierre Godin, La lutte pour l’information, p. 123.

16Plongés au cœur de l’action, placés au centre des débats qui révolutionnent pacifiquement le Québec et l’amènent à l’heure des autres démocraties occidentales, les journalistes québécois ont conscience de jouer un rôle actif dans un processus de transformation globale. Ils bénéficient du pluralisme religieux et intellectuel qui remplace le conservatisme poussiéreux du passé et ils ont « l’impression de vivre une révolution permanente2 ».

17Dans cette période exaltante où les journalistes sentent un souffle nouveau ranimer leur profession, se dessinent les lignes d’un professionnalisme naissant, qui caractérise cette première phase. Conscients des exigences imposées par le métier qu’ils exercent et du rôle social qu’ils jouent dans une société en transformation rapide, les journalistes commencent à revendiquer de meilleures conditions de travail, tant sur le plan salarial que sur le plan professionnel, dans le but non seulement d’améliorer leur sort mais également d’augmenter la qualité de l’information. Quelques témoignages nous indiquent la prise de conscience qui s’effectue alors chez certains journalistes, qui commencent à réfléchir sur l’importance du rôle social qu’ils ont à assumer. Gérard Pelletier raconte qu’il découvrait chez ses confrères des motivations profondes qui dépassaient les conditions matérielles auxquelles ils attachaient certes de l’importance, surtout « comme à une marque de respect pour l’activité à laquelle on se livre » :

Mais ce qui motive le plus fortement les artisans de l’information, c’est la conscience de jouer un rôle social, d’exercer une influence, d’être reconnus comme rouages indispensables de toute société démocratique. Ce sentiment n’est pas réservé aux seuls journalistes politiques, à ceux qui occupent les tribunes de la presse de nos parlements. La chroniqueuse gastronomique aussi bien que le chroniqueur sportif se considèrent responsables d’une restauration de qualité, d’un sport honnête (Gérard Pelletier, 1986a, p. 152).

Rôle et statut renouvelés

18L’information et la situation de la presse au Québec évoluent de manière telle que, à la fin des années 1960, le statut professionnel des journalistes se trouve complètement transformé et fait contraste avec les conditions misérables dans lesquelles le métier avait été exercé durant les décennies précédentes. La profonde transformation que connaît le journalisme québécois est un processus lent, comparable à cette autre transformation que vit la société québécoise des années 1960, une sorte de « mutation des valeurs de tous ordres », une « ouverture sur la société », des conceptions nouvelles de l’homme et du monde (Roy, 1980, p. 31).

19Au cour des années de la Révolution tranquille, le journalisme québécois participe de cette grande mutation qui bouleverse la société dans son ensemble ; le journalisme se transforme lui-même sous l’impulsion de cette vague de renouveau et il s’affranchit des anciennes contraintes qui le restreignaient.

20La préoccupation principale de la société réside alors dans la nécessaire modification de l’idéologie politique et des structures sociales. Les journalistes ressentent eux aussi l’urgence de s’associer à l’action de transformation et c’est alors qu’apparaît une dimension jusque-là absente du journalisme : l’engagement politique et social.

L’engagement social et politique

21Le paysage journalistique montréalais, au début de la Révolution tranquille, présente déjà plusieurs des grands noms qui marqueront l’actualité politique des 25 ou 30 années qui suivront. À la tête des grands journaux, on trouve des personnalités influentes comme Gérard Pelletier à La Presse, Jean-Louis Gagnon au Nouveau Journal, Gérard Filion et André Laurendeau au Devoir, ainsi que Yves Michaud, qui deviendra plus tard député et un des lieutenants de René Lévesque, à la direction de La Patrie. À cette époque, René Lévesque a quitté Radio-Canada pour s’engager en politique avec l’appui non dissimulé de plusieurs collègues, dont Judith Jasmin et Gérard Pelletier. En 1962, René Lévesque est ministre des Richesses naturelles à Québec (Godin, 1981).

22La montée de l’indépendantisme sollicite de plus en plus vivement l’engagement des intellectuels préoccupés de l’évolution et de l’émancipation du Québec. Le Rassemblement pour l’indépendance nationale (RIN) a été fondé en septembre 1960 et son principal porte-parole, Pierre Bourgault, est également journaliste à La Presse aux côtés d’autres intellectuels dissidents comme Pierre Vallières et Michel Van Schendel, respectivement associés à Révolution québécoise et à Socialisme (Raboy, 1983). Cette ouverture de la rédaction à des représentants de familles idéologiques aussi diverses constitue un signe de la très grande liberté dont jouissait La Presse en cette époque où l’on bénéficiait d’une marge de manœuvre et d’une liberté d’expression jamais rencontrées auparavant, ce qui permit au journal de jouer un véritable rôle de pionnier en matière d’information politique. Quand on l’interroge sur la coexistence de tendances aussi multiples que différentes, Gérard Pelletier justifie la situation en répliquant de manière laconique : « Une salle de rédaction n’est pas une caserne militaire », où tout le monde doit marcher au pas (Godin 1981, p. 120). À La Presse comme ailleurs, un nombre grandissant de jeunes journalistes sentent le besoin de se définir désormais en fonction de l’option indépendantiste.

23À Radio-Canada, Judith Jasmin ne fait pas mystère de la sympathie que lui inspirent les mouvements orientés vers le changement social de ce Québec qu’elle juge encore si fermé et conservateur. Dès 1961, elle milite en s’engageant au sein du Mouvement laïque de langue française (MLF), qui réclame l’établissement d’un système public d’écoles laïques du primaire à l’université. Elle est aussi membre de la Voix des femmes, du Mouvement contre l’utilisation des armes nucléaires et de la Ligue des droits de l’homme (Colette Beauchamp, 1992).

24Alors que la presse québécoise s’aligne de plus en plus sur les idéaux d’excellence du journalisme occidental, américain en particulier, un tel type d’engagement politique et social paraît incompatible avec les exigences d’objectivité imposées aux journalistes. En 1962, Radio-Canada oblige Judith Jasmin à « choisir entre son engagement au Mouvement laïque de langue française et sa carrière » :

[...] les règles radio-canadiennes sur l’objectivité et l’impartialité en information se resserrent ; elles interdiront tout engagement public pour quelque cause que ce soit et, par la suite, toute collaboration à un autre média (Colette Beauchamp, 1992, p. 252).

25Pris au piège de l’action et de l’intervention directes, quelques-uns parmi les meilleurs journalistes vont donc faire le saut en politique. Du côté d’Ottawa, le gouvernement conservateur est perçu comme peu sensible à la réalité nouvelle qui bouleverse le Québec. Plusieurs observateurs, frappés par le contraste entre le dynamisme qui s’installe à Québec et le conservatisme de la capitale fédérale, estiment qu’« une action vigoureuse s’impose en politique fédérale » (Pelletier, 1986a, p. 160). Les élections générales d’avril 1963 mettent un terme aux gouvernements conservateurs minoritaires et portent au pouvoir les libéraux de Lester B. Pearson, qui affiche « une volonté de mieux répondre aux préoccupations du Québec et d’accorder plus de place à ses représentants à Ottawa » (Linteau et coll., 1986, p. 660). Ainsi s’explique la création la même année de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, dont la coprésidence est confiée au journaliste québécois André Laurendeau, du Devoir, qui l’accepte parce que « le destin d’un peuple est en cause » (Colette Beauchamp, 1992, p. 241). Pour renforcer l’aile francophone du parti, Lester B. Pearson recrute en 1965 trois personnalités québécoises prestigieuses et, de surcroît, trois amis qu’on baptisera les « trois colombes » : le syndicaliste Jean Marchand, le journaliste Gérard Pelletier, que La Presse vient de congédier, et l’intellectuel Pierre Elliott Trudeau, qui deviendra chef du parti trois ans plus tard et sera premier ministre du Canada de 1968 à 1979 et de 1980 à 1984.

La fin de l’âge d’or

26Cette période de ferveur et d’enthousiasme que connaît la presse québécoise n’ira pas sans bavure. Portés par l’intensité des changements auxquels ils participent, les journalistes en arrivent parfois à confondre les genres et les rôles : faits et commentaires, comptes rendus et opinions ont tendance à s’entremêler. Cette confusion ne manque pas d’indisposer non seulement les politiciens au pouvoir mais aussi les journalistes de métier, qui perçoivent les dangers d’une telle situation :

Il y a eu une crise de liberté. Le pendule est peut-être allé trop loin. Du type de journalisme gris et sans opinion du régime Duplessis, on est allé à l’autre extrême : le journaliste qui voulait ne rapporter que les faits qui favorisaient ses opinions, qui voulait émettre ses opinions dans le reportage. Mais n’importe quel journaliste un peu chevronné savait que c’était le mouvement du pendule, que cette exagération-là était absolument inévitable, et je crois d’ailleurs qu’elle a été contrôlée assez rapidement (Gérard Pelletier, cité dans Godin, 1981, p. 126).

27On reproche aux journalistes une condescendance envers les mouvements et groupes socialistes ou indépendantistes. Jean Lesage, chef du gouvernement québécois, s’impatiente. Il va même jusqu’à espionner les conversations téléphoniques des correspondants à la tribune parlementaire (Godin, 1981). Ce sont là autant d’indices que s’achève la période de grâce entre le gouvernement et la presse.

  • 3 On pense entre autres à Dorval Brunelle et Serge Proulx, cités dans Marc Raboy, Libérer la communi (...)

28La Révolution tranquille donne des signes d’essoufflement et les aspirations de certains qui souhaitent des changements beaucoup plus radicaux demeurent insatisfaites. Certains auteurs, qui interprètent la Révolution tranquille comme une simple « réorganisation des alliances au sein de la bourgeoisie » destinée à « assurer le passage au capitalisme monopoliste d’État3 », expliquent l’agitation sociale de cette période par un phénomène de « désillusion généralisée qui s’est installée [et qui] a signalé l’entrée sur la scène politique de la “génération de la contestation” » (Raboy, 1983, p. 17). Les sociologues associent ce phénomène à « l’éclosion de nouveaux mouvements sociaux, tels les comités de citoyens qui commencent à surgir dans les quartiers urbains défavorisés ; [la] naissance d’un mouvement en faveur de l’indépendance nationale ; [le] virage intellectuel vers les idées socialistes » ; en somme, selon Serge Proulx, une « interpénétration du mouvement nationaliste et du mouvement de revendication sociale et socialiste » (ibid., p. 17). Cette désillusion se traduit par l’apparition, dès 1963, d’un terrorisme urbain qui se manifeste de manière sporadique jusqu’en 1970. On attribue aussi à la désillusion généralisée la naissance de plusieurs publications d’opposition, dont en 1963, la revue Parti pris, qui se définit comme indépendantiste, socialiste et laïque, et qui constitue la pierre angulaire de la gauche québécoise, en particulier parce qu’elle critique la mollesse de la Révolution tranquille. Parti pris disparaît en 1968, lors d’une grave crise qui déchire cette même gauche québécoise après la scission de l’aile nationaliste du Parti libéral du Québec avec René Lévesque, qui fonde le Mouvement pour la souveraineté-association (MSA), puis l’année suivante le Parti québécois, issu du regroupement du MSA, du Ralliement national et du RIN qui se dissout.

La grève de La Presse

29La fin de la lune de miel entre la presse et le gouvernement de la révolution tranquille est marquée par le déclenchement de la grève qui gardera La Presse fermée de juin 1964 à janvier 1965 et que d’aucuns ont interprétée comme un affrontement en règle entre le « quatrième pouvoir » et les dirigeants politiques libéraux, jugés de plus en plus arrogants envers la presse et la population (Godin, 1981 ; Raboy, 1983). Au cœur de la lutte syndicale que mènent les journalistes en lock-out de La Presse se trouve la question de l’orientation idéologique du journal et de la liberté d’opinion de ses journalistes. La « clause idéologique » que les patrons souhaitaient inscrire dans la convention prévoyait en effet le congédiement pur et simple d’un journaliste dont les opinions seraient opposées à celles de l’employeur. Les journalistes réussissent à écarter cette menace, mais la volonté patronale traduit un désir croissant de la direction de raffermir son emprise sur la rédaction, ce qui se trouve confirmé par le renvoi de Gérard Pelletier en mars 1965, trois mois après la fin de la grève. Ce congédiement cavalier n’est pas seulement injuste pour le principal protagoniste : il symbolise aussi un virage définitif vers l’autoritarisme et le conservatisme, qui vont se généraliser dans toute la presse québécoise des années suivantes. Le geste semble si grave pour l’avenir du journalisme québécois que même un concurrent, Claude Ryan, directeur du Devoir, exprime sa colère et son indignation (Godin, 1981). En fait, cette grève constitue une étape importante non seulement pour la presse mais pour l’ensemble de la société québécoise puisqu’elle symbolise « l’effritement du consensus social qui a caractérisé la “révolution tranquille”. [Désormais] la brèche est ouverte entre les pouvoirs politiques et économiques au Québec et ceux qui se placent du côté du progrès social » (Raboy, 1983, p. 40).

30La grève de 1964-1965 à La Presse marque donc la fin de l’âge d’or du journalisme québécois. Dès l’année suivante, en 1966, le paysage politique et social change complètement. À Ottawa, l’élection en novembre 1965 des « trois colombes » souligne l’arrivée du French Power et le début de la trudeaumanie ; à Québec, l’équipe libérale de la Révolution tranquille est remplacée, aux élections de 1966, par l’Union nationale de Daniel Johnson. La Révolution tranquille s’essouffle et une certaine instabilité s’installe, alimentée par les incessants affrontements entre Québec et Ottawa. Les journalistes éprouvent le besoin de créer ou de renouveler les associations qui les regroupent. L’Union canadienne des journalistes de langue française (UCJLF) est dissoute pour faire place à la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ). Ils ont aussi besoin de réunir leurs forces pour lutter contre un phénomène qui commence à prendre beaucoup d’ampleur : la concentration des entreprises de presse.

Le premier stade de la concentration

31Un des éléments prédominants de cette première période réside dans l’apparition au Québec d’un phénomène de concentration de la propriété des entreprises de presse, absolument identique à celui qui a cours dans tous les autres pays occidentaux. Le premier stade de la concentration apparaît dès 1967 : c’est l’intégration horizontale, qui entraîne l’achat de plusieurs journaux jusque-là indépendants et leur regroupement entre les mains de quelques propriétaires (Lorimer et McNulty, 1991).

32À partir de 1965 se forme autour de Paul Desmarais un empire de presse qui, au moment où il se porte acquéreur de La Presse, en 1967, est déjà propriétaire de trois autres quotidiens du Québec : Le Nouvelliste de Trois-Rivières, La Tribune de Sherbrooke et La Voix de l’Est de Granby. L’année suivante, Power Corporation achète La Patrie et le poste de radio CKAC, de même que trois hebdomadaires, le Petit Journal, Photo Journal et Dernière Heure. Au même moment, Jacques Francoeur, propriétaire de Dimanche-Matin, le seul journal publié le dimanche, forme un empire plus petit, Unimédia, qui achètera Le Soleil en 1974. Finalement, à la faveur de la grève à La Presse en 1964, Pierre Péladeau décide d’élargir son royaume composé jusqu’à présent d’hebdomadaires de quartier, d’hebdos régionaux et de journaux à potins ; il lance un quotidien, Le Journal de Montréal, qui, après la grève, survit à la concurrence en devenant un tabloïd du matin. Le quotidien sera suivi, en 1967, du Journal de Québec.

33Le phénomène n’est pas fortuit. Au Québec comme dans d’autres parties du monde, le règne des journaux appartenant de génération en génération aux mêmes familles prend fin pour être remplacé par l’ère des empires beaucoup plus puissants. En quelques années seulement, le paysage des quotidiens et hebdomadaires québécois change radicalement. « En 1965, les quatorze quotidiens du Québec appartenaient à autant de propriétaires. Quatre ans plus tard, en 1969, neuf quotidiens sur quatorze étaient déjà soudés à une chaîne » (Godin, 1981, p. 141). Désormais le décor est campé et l’on y retrouve déjà les principaux protagonistes, ceux qui, à l’échelle du Québec, forment le petit groupe sélect des barons de la presse : Paul Desmarais avec Power Corporation, Jacques Francoeur et Unimédia (qu’il vendra plus tard à Hollinger, de Conrad Black, lequel vendra ensuite à Gesca, de Paul Desmarais), et Pierre Péladeau, propriétaire de Quebecor. Les entreprises de presse de l’époque sont extrêmement rentables : en 1970, il est beaucoup plus lucratif de posséder un quotidien que d’exploiter une usine et le rendement de l’investissement dépasse les 25 % (Godin, 1981).

EN RÉSUMÉ
Cette première période de 1960 à 1970 est caractérisée par l’éveil et la croissance de la presse québécoise. L’importance accrue de la télévision, l’arrivée à des postes de direction de journalistes dynamiques et le climat social particulièrement stimulant de la Révolution tranquille ont contribué à favoriser l’éclosion d’un nouveau journalisme plus percutant, plus agressif, plus moderne. Les journalistes ont goûté à un climat intellectuel pluraliste ; ils ont revendiqué l’indépendance de la rédaction par rapport à l’administration. Ils ont aussi vu leurs conditions de travail modifiées et leur statut professionnel transformé. En prenant part avec ferveur aux débats politiques et sociaux qui ont marqué la Révolution tranquille, ils ont pris conscience du rôle capital de l’information dans le processus de transformation sociale.

Notes

1 Colette Beauchamp ajoute que « le père Brouillé, un jésuite, dirigeait un mensuel, L’actualité. Il mena une campagne contre le Nouveau Journal, réclama une enquête sur les journalistes et provoqua de virulentes polémiques » (Judith Jasmin de feu et de flamme, 1992, p. 248).

2 L’expression est de Jacques Guay, cité dans Pierre Godin, La lutte pour l’information, p. 123.

3 On pense entre autres à Dorval Brunelle et Serge Proulx, cités dans Marc Raboy, Libérer la communication, p. 17.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540