Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éthique de l'information

 | 
Armande Saint-Jean

Histoire sociale du journalisme au québec de la révolution tranquille à nos jours

Histoire sociale du journalisme au Québec de la révolution tranquille à nos jours

Texte intégral

1L’éthique journalistique s’appuie sur des fondements philosophiques et sur des bases juridiques, comme nous l’avons vu, mais c’est essentiellement à travers les pratiques professionnelles qu’elle se traduit. Au Québec, on l’a vu aussi, l’éthique journalistique est perçue comme un ensemble de principes moraux hérités de la tradition et de l’usage, basés sur les grandes valeurs de liberté de presse et de droit du public à l’information, et destinés à fonder les actions des journalistes et les politiques des entreprises de presse, tant sur le plan individuel que collectif. C’est dans les gestes quotidiens des professionnels de l’information autant que dans les grandes préoccupations sur lesquelles ils réfléchissent que se traduisent le mieux les principes moraux auxquels ils donnent de l’importance, de même que l’interprétation qu’ils font des règles déontologiques de leur profession. En écrivant l’histoire sociale du journalisme au Québec de 1960 à 2001, on peut cerner ces gestes, ces préoccupations, ces réflexions qui constituent, au même titre que les fondements philosophiques et juridiques, des facteurs déterminants dans l’évolution de l’éthique journalistique. Tel est le but de cette partie.

2L’interprétation contemporaine des principes fondamentaux anciens détermine en dernier recours les règles déontologiques, explicites ou non, qui servent de repères aux journalistes dans leur travail et qui ont par conséquent un impact sur les pratiques professionnelles. Le journalisme est une activité quotidienne exigeante, soumise à de nombreuses contraintes qui obligent à concilier les impératifs de la production avec d’autres types d’obligations. Ce mélange de tradition et de nouveauté, parfois même d’improvisation, fournit la trame de l’évolution des pratiques journalistiques. Loin d’être demeurées figées dans le temps, les pratiques journalistiques se sont considérablement transformées au cours des quatre décennies que l’histoire sociale que nous proposons ici couvre.

3Le journalisme n’évolue pas en vase clos, branché qu’il est constamment sur la société dans laquelle il s’inscrit. L’examen des questions liées au journalisme, à la presse ou à l’information doit toujours se situer en lien étroit avec le contexte sociétal dans lequel ces phénomènes se produisent.

4Il demeure donc essentiel d’étudier l’évolution des pratiques journalistiques au Québec et leur incidence sur la conception et l’application des principes d’éthique et des règles déontologiques au regard des événements qui jalonnent l’histoire économique, politique, sociale et culturelle de la société québécoise depuis le début des années 1960.

5L’évolution de l’éthique journalistique, à travers les pratiques professionnelles, est étroitement liée au déroulement de l’histoire sociopolitique du Québec au cours des 40 dernières années. Une étude diachronique révèle que les événements, les tendances, les phénomènes qui marquent l’histoire collective — les différentes élections générales, la crise d’Octobre, la grève générale du Front commun de 1972, le référendum de 1980 ou l’interminable débat constitutionnel — exercent une influence directe sur la presse et sur le journalisme. Non seulement les deux trajectoires se déroulent-elles en parallèle, mais il existe un lien de causalité entre les deux ordres de réalité. La plupart du temps, ce lien de causalité ne s’opère pas de manière directe, il s’agit plutôt d’influences multiples où un ensemble de facteurs a pour effet d’entraîner différents types de conséquences. Parmi les nombreux facteurs qui sont associés à cette double évolution, se trouvent par exemple les soubresauts qu’ont connus en quatre décennies les débats politiques quant à l’avenir constitutionnel du Québec et du Canada ; le développement de la télévision et l’introduction de nouvelles technologies numériques ; la concentration de la propriété des entreprises de presse ; et les phénomènes liés au processus de marchandisation et de commercialisation de l’information.

6En plus du lien qui unit les événements à caractère sociopolitique et l’évolution de la presse, l’approche historiographique utilisée ici nous amène à observer une interaction étroite entre différents aspects qui composent la réalité de l’univers journalistique. Les conjonctures évolutives remarquées dans l’organisation de la presse ont effectivement un impact sur le statut et sur les conditions de travail des journalistes ainsi que sur la manière dont ceux-ci définissent leur rôle dans le processus d’information. Cette conception de leur profession exerce à son tour une influence déterminante sur leurs pratiques professionnelles.

7L’évolution survenue au cours des années 1960 à 2001 permet de distinguer quatre grandes phases dont chacune est caractérisée par une dominante dans l’orientation de la profession journalistique. On trouvera un schéma de ces caractères prépondérants dans les tableaux qui précèdent la description de chaque période.

  1. La première période va de 1960 à 1970 : c’est la phase d’éveil et de croissance où la presse québécoise émerge de la torpeur des années du duplessisme et participe avec ferveur au changement social et politique qui secoue le Québec pendant la Révolution tranquille. Cette période est caractérisée par une transformation marquée du statut des journalistes qui, en participant au débat de société, s’intègrent peu à peu à l’élite intellectuelle montante du Québec. Le premier stade de concentration de la presse commence. Au cours de cette période, l’information est au service du changement social démocratique.
  2. La deuxième période s’étend de 1970 à 1980 : c’est la phase de militantisme syndical, qui s’accompagne d’une radicalisation idéologique à l’égard du pouvoir politique. Les journalistes, réunis au sein de syndicats revendicateurs, participent de l’agitation sociale qui ébranle le Québec à ce moment-là. Cette radicalisation militante apparaît comme une sorte de contrepoids à la concentration des entreprises de presse. De nombreux conflits de travail frappent les entreprises de presse ; les journalistes en retirent des améliorations marquées de leurs conditions de travail ; quelques journaux disparaissent. L’information est définie comme un outil d’intervention, voire d’agitation sociale et politique.
  3. La troisième période couvre la décennie de 1980 à 1990 : c’est la phase de la bureaucratisation, de l’embourgeoisement des journalistes, qui se replient sur des valeurs individualistes et qui subissent le climat de morosité qu’entraînent la récession économique et le débat constitutionnel. Les journalistes qui bénéficient d’une grande sécurité d’emploi et de beaucoup de liberté semblent manquer de ferveur et l’information devient terne et aseptisée. La concentration des entreprises se poursuit et atteint le deuxième stade, celui dit de la concentration verticale (Lorimer et McNulty, 1991). Cette période voit aussi un déploiement phénoménal des activités des publicitaires, des relationnistes et des agents de promotion de toutes sortes, qui utilisent l’information comme un véhicule de vente, de persuasion d’un public-cible de consommateurs. L’information subit une forme de commercialisation, avec l’invasion des soft news, la surenchère de l’opinion par rapport à la nouvelle et le déplacement des frontières entre information et publicité.
  4. La quatrième période commence en 1990 et se poursuit jusqu’au début du XXIe siècle. On pourra sans doute dire, quand on aura pris un peu de recul, que cette période s’est probablement terminée en septembre 2001, avec les événements survenus à New York et dans le monde à la suite des attentats contre le World Trade Center. C’est une période marquée par de grands bouleversements, à la fois dans les pratiques professionnelles et dans les technologies. Soumis aux pressions croissantes des politiciens et des publicitaires, les journalistes doivent aussi se plier aux contraintes de la rentabilité et de l’efficacité : l’information est devenue une marchandise et ils font partie du processus de production. Les frontières entre les genres deviennent encore plus poreuses et les repères qui guident la profession sont en pleine mutation.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540