Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éthique de l'information

 | 
Armande Saint-Jean

Les fondements

Chapitre 1. Contexte et fondements philosophiques

Texte intégral

L’éthique se présente comme un compromis entre la morale et l’intérêt.
Alain Etchegoyen, La valse des éthiques

Le contexte

1C’est devenu presque un lieu commun de le dire : l’éthique est à la mode. Tendance lourde apparue à la fin du XXe siècle, l’éthique est en passe de devenir la planche de salut vers laquelle se dirige, en ces temps de turbulence et de mutation, la moindre recherche de repères, tant fondamentaux que ponctuels. Pas étonnant que les préoccupations éthiques, jadis réservées aux philosophes ou aux moralistes, envahissent de plus en plus le discours social. Rares sont les événements qui surviennent sans qu’on entende une référence à l’éthique, présentée souvent comme le recours ultime qui permettrait de résoudre les interrogations nouvelles et complexes auxquelles la société se trouve désormais confrontée. L’éthique est souvent brandie comme une justification irrévocable ou comme une obligation incontournable ; rarement, cependant, la réflexion s’aventure-t-elle au-delà de considérations superficielles, simplificatrices ou redondantes.

2Cette préoccupation pour l’éthique n’est pas près de s’estomper puisqu’elle se trouve étroitement liée à la crise des valeurs qui semble caractériser le changement de siècle et de millénaire. La quête de sens qui marque cette période de transition entraîne nécessairement un questionnement sur les valeurs qui guident nos comportements, tant individuels que sociaux. L’éthique se situe au centre de cette quête de sens ; en effet, nos modèles de conduite, nos pratiques professionnelles et nos comportements en société ont connu de telles transformations au cours des 100 dernières années qu’il importe à présent de redéfinir les valeurs qui les sous-tendent. Il suffit de prendre pour exemple le monde scientifique et la médecine, qui sont profondément interpellés par le développement assez récent de techniques nouvelles de reproduction. Un peu partout dans le monde, la bioéthique suscite des questionnements sur la reproduction de l’être humain alors même qu’on s’interroge sur la légitimité de l’euthanasie ou du suicide assisté.

3Le domaine des communications publiques et, au premier chef, l’information, le journalisme et les médias ne font pas exception à la règle et soulèvent actuellement des questions d’ordre éthique qui semblent avoir été suscitées par l’importance phénoménale acquise, ces dernières décennies, par la télévision et les technologies numériques de traitement de l’information. En réalité, cette préoccupation éthique traduit une remise en question beaucoup plus profonde, dont les racines plongent jusqu’au cœur même de la dynamique des communications dans la sphère publique. En information notamment, l’essence et la portée de l’activité journalistique ont été considérablement modifiées depuis un demi-siècle.

  • 1 Voir la thèse de Lucien Sfez dans Critique de la communication (Paris, Seuil, 1990) citée par Gill (...)

4La notion d’espace public a fait l’objet d’une théorisation philosophique récente. Le philosophe Jürgen Habermas (1978) l’a définie essentiellement en l’associant à l’essor de la démocratie, telle qu’on la connaît en Occident depuis le Siècle des lumières. En somme, l’espace public est constitué d’« un ensemble de personnes privées rassemblées pour discuter des questions d’intérêt commun » en prenant appui sur des garanties formelles de liberté d’expression et d’opinion, sur l’existence d’institutions politiques de représentation et, par conséquent, faisant ainsi échec à la domination de pouvoirs absolutistes. « [L]'espace public renvoie à un idéal non restreint de discussion rationnelle des affaires publiques. [...] Le résultat d’une telle discussion serait l’opinion publique en tant que consensus sur le bien commun » (Létourneau, 2001, p. 47). De la même façon, la communication qui prévaut dans cette sphère publique a connu une évolution qui correspond aux différentes étapes de développement des médias au fil des siècles. La communication publique touche à présent non seulement la circulation des idées et des opinions entre citoyens à l’intérieur d’une société mais aussi une multitude d’activités et de pratiques professionnelles liées aux médias et incluant le journalisme, les relations publiques, la publicité sous toutes ses formes, la fabrication de messages publics et le marketing social, auxquels s’adonnent des agents d’information, des attachés de presse, des conseillers en communication dans une perspective tant nationale que mondiale (Beauchamp, 1991). La mondialisation des marchés, le développement des technologies numériques et la popularisation d’Internet ont grandement contribué à repousser les frontières de la sphère publique qui délimitaient le périmètre de l’activité de communication publique. Qu’elle émane des médias, des institutions, des entreprises ou des citoyens, isolés ou en groupe, la communication publique a toujours comme finalité d’atteindre et d’influencer l’opinion publique. C’est en ce sens qu’elle a également été définie comme une idéologie (Beauchamp, 1991) et comme un lieu de connaissance, de définition et d’appropriation du savoir1.

5Pour plusieurs, le journalisme et l’information sont au cœur même de la communication publique en raison de facteurs historiques tout autant que de son caractère particulier, qui en fait un champ où sont soulevées de nombreuses problématiques d’ordre éthique. L’éthique journalistique est un domaine à la fois vaste, fascinant et mobile qui donne lieu à de multiples questionnements alimentés par l’absence persistante de repères clairs et précis. Chaque fois que les médias se retrouvent au cœur d’une controverse ou suscitent un débat de société, chaque fois que l’information soulève l’inquiétude de citoyens préoccupés de justice, de rigueur et d’équilibre, chaque fois que survient un événement hors du commun, c’est toujours, en dernière analyse, l’éthique des journalistes qui se trouve interpellée. Quand les événements du 11 septembre 2001 se sont produits, tout comme au moment de la guerre du Golfe en 1991, ou, à l’échelle locale, lors de la tempête de verglas en 1998, au cours du référendum de 1995 ou pendant la crise d’Oka, à l’été 1990, de nombreuses voix se sont élevées pour signaler des incongruités ou des anomalies dans la couverture journalistique et le traitement de l’information par les médias. Certains craignent la désinformation, d’autres soupçonnent des manipulations de tous ordres, d’aucuns vont même jusqu’à rejeter en bloc tout ce que les médias rapportent, les accusant d’être biaisés au départ.

6Un auteur respecté a poussé l’analyse jusqu’à soutenir que la guerre du Golfe n’a pas eu lieu tant celle qu’on nous a montrée relevait de la fiction (Baudrillard, 1991) ! On pourrait presque dire la même chose de l’expédition américaine en Afghanistan ou du conflit entre Israéliens et Palestiniens au Proche-Orient. La figure de style sert ici à illustrer une évidence ou un lieu commun : la guerre, la vraie, celle des bombes, des combats, du sang, des prisonniers, cette guerre-là se déroule quelque part, dans les montagnes afghanes, en Palestine ou dans le désert d’Arabie ; mais en même temps elle n’a pas lieu, car on ne la voit pas dans les téléjournaux. Ce qu’on montre et qu’on appelle de toutes sortes de noms, lutte au terrorisme ou guerre, n’est en fait qu’une construction de la réalité destinée à être projetée sur tous les écrans de la terre par médias électroniques interposés, une sorte de fiction qui a peu à voir avec la « vraie » réalité des choses. Lors de la guerre du Golfe, plusieurs auteurs n’ont pas manqué du reste de souligner l’étonnante complicité des journalistes et des autorités, militaires, policières ou civiles, ce qui contribue à renforcer l’impression que les médias servent de simples porte-voix aux propagandistes, qu’ils soient de la Maison-Blanche, du Pentagone (Ferro, 1991 ; Freund, 1991 ; Woodrow, 1991) ou, à notre échelle, de la GRC ou d’Hydro-Québec. Dix ans après la guerre du Golfe, les mêmes critiques ont été répétées presque textuellement, au moment des attentats contre les tours du World Trade Center, à New York. Là encore, pendant les semaines et les mois qui ont suivi le drame, des débats nourris se sont poursuivis dans les tribunes publiques sur les principes qui guident les journalistes, les règles déontologiques auxquelles ils obéissent, le fonctionnement des médias auquel ils participent.

7L’éthique journalistique se trouve également mise en cause dans d’innombrables autres cas où l’on s’inquiète, par exemple, de l’intrusion des médias dans la vie privée des personnes, publiques ou non, de la présence des caméras dans les tribunaux et du rôle de la presse dans les procédures judiciaires, ou encore des manœuvres sensationnalistes des entreprises de presse et des dangers de distorsion qui en découlent. Toutes ces interrogations perpétuelles illustrent deux points :

  • les questions d’éthique abordées dans ces débats se résument généralement à quelques principes fondamentaux à propos desquels il semble y avoir consensus en théorie, mais dont l’application pose souvent problème ;
  • l’éthique journalistique en général constitue encore aujourd’hui une zone assez floue, tant au Québec qu’ailleurs dans le monde occidental, un flou où l’ont maintenue les journalistes eux-mêmes, tant les artisans de l’information que les propriétaires et les gestionnaires d’entreprises de presse, de même que les législateurs, qui bénéficient à cet égard d’une certaine complicité tacite de la part du public.

*

8Il importe de situer l’éthique journalistique à la jonction de deux grands axes théoriques : en premier lieu la philosophie, où plongent les racines des préceptes moraux qui constituent l’éthique en matière de communication, et en second lieu la science juridique, en raison des principes dont la codification a déterminé certains paramètres autour desquels s’articule la définition de la déontologie de la presse. Toute analyse doit donc tenir compte de cette double origine fondamentale de manière à envisager les questions d’éthique journalistique dans toute leur ampleur et dans une perspective théorique susceptible de dépasser les simplifications abusives.

9L’éthique journalistique subit également l’influence directe des événements qui constituent le contexte politique, économique, social, culturel dans lequel l’information joue un rôle central. C’est à un moment historique précis que les journalistes se posent des questions quant à leurs pratiques professionnelles, leur rôle, leur fonction ; l’analyse doit par conséquent également comporter une dimension à la fois historique et sociologique afin d’étudier ces questions d’éthique dans le contexte où elles sont soulevées et en rapport avec les événements qui forment la trame historique où elles s’insèrent.

10L’analyse de l’évolution de l’éthique journalistique s’appuie sur un ensemble de facteurs d’ordre et de nature fort diversifiés, qui ont une incidence directe et indirecte sur le journalisme. Plusieurs théoriciens des communications, une discipline jeune, dynamique et féconde qui a fourni moult référents théoriques à cet ouvrage, ont montré que l’information et les médias participent d’un système aux composantes multiples qui englobe les réseaux d’interaction entre de nombreux intervenants placés tout au long du processus de fabrication de l’information : les sources, les intermédiaires, les journalistes, les techniciens, les cadres, les gestionnaires, les politiques de l’entreprise de presse, les annonceurs, les agences, le syndicat, les échelons de la salle de rédaction, les propriétaires, les concurrents. En somme, il s’agit d’un système qui, comme l’écrivait Florian Sauvageau (1992, p. 7), « [...] va des sources jusqu’au public, en passant par l’entreprise de presse et par les annonceurs, sans oublier le contexte sociopolitique. C’est ce système qui influence l’évolution du journalisme ».

11On est donc en présence d’une multitude de facteurs qui interagissent les uns avec les autres et dont les effets combinés ont des répercussions majeures sur l’éthique et les pratiques journalistiques. Ce serait une erreur de singulariser l’un de ces facteurs plutôt qu’un autre, l’impact des technologies par exemple ou encore le phénomène de la marchandisation de l’information ou même celui de la concentration de la propriété des entreprises. Singulariser une dimension équivaudrait à nier le caractère systémique du processus de fabrication, de transmission, de distribution, de réception, et de consommation de l’information. Il nous a dès lors semblé important non seulement de définir chacun des ordres de facteurs mais également de procéder à une analyse multifactorielle de l’ensemble des variables en fonction des effets observables sur les questionnements éthiques, les orientations déontologiques et les pratiques professionnelles des journalistes.

12Pour faciliter la compréhension, ces facteurs multiples ont été regroupés en quatre catégories d’analyse :

  1. les principaux événements de l’actualité politique, économique ou sociale qui constituent la trame historique du Québec au cours de la période qui va de 1960 à l’an 2001 ;
  2. les événements dominants qui marquent l’histoire des médias d’information au Québec, entendue au sens des mouvements qui influent sur l’organisation des entreprises de presse, tant écrite qu’électronique : conflits de travail, nominations, démissions, création ou disparition de journaux, principaux mouvements d’entreprise et changements de propriété ;
  3. les tendances majeures qu’on observe dans la définition que les journalistes donnent de leur profession, de leur rôle dans la société et de leur statut ainsi que dans l’orientation des activités de leurs organisations professionnelles ou syndicales ;
  4. les éléments déterminants liés aux pratiques professionnelles, par exemple les façons de fabriquer l’information, les styles narratifs utilisés ou l’importance accordée à différents genres journalistiques.

13En somme, les principales interactions s’effectuent autour de ces quatre axes : les médias d’information vis-à-vis de l’État ou de la société, les entreprises de presse en tant qu’institutions sociales, les journalistes comme collectivité professionnelle et les pratiques journalistiques telles qu’elles se traduisent dans les contenus et dans l’orientation de l’information. Une telle catégorisation s’éloigne de l’approche utilisée généralement dans l’étude des questions d’éthique dans le domaine de la communication publique ou du journalisme, où l’accent est mis davantage sur la dimension individuelle des droits et des responsabilités.

14Plusieurs éthiciens contemporains ont en effet tendance à valoriser l’aspect individuel ; ils s’attachent surtout au processus de prise de décision de l’individu et définissent l’éthique en termes de dilemme, de faute ou pire, de péché (Christians, 1991). Dans cette optique, la vertu consiste, pour tout journaliste, à pratiquer un haut degré de moralité et à s’adonner à une autodiscipline exemplaire. Plusieurs auteurs, qui s’intéressent plus particulièrement aux médias, mettent l’accent sur l’attitude morale des praticiens de l’information telle qu’on peut la percevoir dans leurs habitudes de travail, leurs projets, leurs échecs, et telle qu’elle se révèle dans leurs productions (Goldstein, 1985 ; Goodwin, 1983 ; Hulteng, 1985). Dans ce cas, l’éthique est trop souvent ramenée à une stricte question de respect des normes professionnelles et des règles déontologiques.

15Bien qu’elle trouve ses fondements dans la tradition philosophique libérale du Siècle des lumières et qu’elle consacre le principe inviolable de la liberté du journaliste, une pareille vision nous semble exagérément réductrice en ce qu’elle néglige d’inscrire la démarche journalistique individuelle à l’intérieur d’un ensemble plus grand formé des organisations et des réseaux qui déterminent les valeurs et les principes dominants et ce, autant, sinon plus que la morale personnelle du journaliste.

16Ainsi notre réflexion s’insère-t-elle davantage dans la ligne de pensée d’autres auteurs comme Claude-Jean Bertrand (1986), qui reproche à cette illusion individualiste de servir de paravent à des maux beaucoup plus graves. Bertrand suggère d’analyser l’éthique des communications en commençant par étudier plus sérieusement les structures organisationnelles qui constituent le cadre bureaucratique extrêmement rigoureux à l’intérieur duquel les journalistes doivent fonctionner. De la même manière, les mécanismes d’imputabilité doivent absolument tenir compte des structures politiques et des pratiques commerciales pour parvenir à la dimension collective et institutionnelle, et cesser de privilégier uniquement les gestes individuels, comme le préconisent parfois les partisans des différentes modalités actuelles d’autoréglementation, tels les conseils de presse et les ombudsmen notamment.

Le rapport des médias d’information avec la société

17La dimension du rapport des médias d’information avec la société soulève la question du lien qui existe entre l’État d’une part, les médias d’autre part, et la collectivité à laquelle sont redevables les deux premiers protagonistes. Ce rapport des médias avec la société soulève des problèmes complexes, surtout pour ce qui est du rôle joué par l’information au regard des autres composantes sociales, de la Responsabilité sociale des journalistes et de la question de l’imputabilité. Certains auteurs ont défini les médias d’information comme une institution particulière du fait qu’elle est placée au cœur de tous les réseaux de communication de la société (Lazarsfeld et Stanton, 1949 ; Lippmann, 1922 ; Mattelart et Mattelart, 1986 ; Park, 1925).

18Dans la conception de la société en tant qu’espace public, selon Jürgen Habermas (1978), l’information joue un rôle déterminant dans la formation de l’opinion publique et dans l’interaction entre les sphères sociales et privées. Par extension, on peut affirmer que les journalistes forment non pas tant une élite mais plutôt une classe privilégiée en raison du rôle particulier qu’ils assument et des responsabilités qui s’y rattachent. Certaines exigences éthiques s’imposent aux membres de ce groupe de par les responsabilités qui leur incombent dans la société.

  • 2 Altschull écrit : » [...] the term social responsibility is a term devoid of meaning », (1984, p.  (...)

19Le problème de l’imputabilité constitue cependant la dimension centrale du rapport médias d’information-société, qui forme notre première catégorie de facteurs. La faillite des mécanismes d’autoréglementation qui ont découlé de la mise en œuvre des recommandations de la commission Hutchins, laquelle proposait d’intensifier les modalités d’autodiscipline et d’éviter ainsi une intervention de l’État, a d’ailleurs été soulignée par de nombreux auteurs. La théorie de la Responsabilité sociale sert elle-même de prétexte commode à l’existence d’un laisser-faire généralisé, comme le souligne J. Herbert Altschull (1984), qui remarque que, depuis la formulation de cette théorie, dans les années 1950, un nombre considérable d’ouvrages sont venus augmenter la confusion qui entoure ce concept. Altschull considère la notion elle-même de Responsabilité sociale comme absurde parce qu’ambiguë et indéfinissable : c’est un terme dénué de sens2 ; l’usage qui en est fait entraînerait une forme de contrôle social et irait donc à l’encontre des principes de Stuart Mill et de Jean-Jacques Rousseau, dont la pensée a inspiré les fondements philosophiques du concept de Responsabilité sociale. Même s’il estime que l’expression n’a aucun sens et qu’elle agit à la manière d’un mécanisme de contrôle social, Altschull lui reproche notamment de conforter les journalistes dans le sentiment positif qu’ils fournissent une contribution à la société conforme à l’intérêt public ; ce sentiment leur permet d’ignorer, dans une certaine mesure, les contingences économiques de l’industrie et permet surtout à l’industrie des médias d’échapper à la menace d’une intervention gouvernementale.

20D’autres auteurs se sont mieux accommodés des ambiguïtés sémantiques qui entourent le concept de Responsabilité sociale, motivés sans doute par la conviction profonde que tout système, aussi imparfait soit-il, est préférable à un régime autoritaire susceptible d’amener l’État à diriger la presse et éventuellement de la museler, de la manipuler ou de la récupérer à ses propres fins. Tout en reconnaissant l’ambiguïté relative qui entoure la Responsabilité sociale, Clifford G. Christians (1988) estime qu’elle est moins floue que ses détracteurs le disent et qu’elle fournit des repères qui sont explicites pour ceux qui veulent bien les voir. Pour lui, comme pour Louis W. Hodges (1986), la Responsabilité sociale des médias d’information s’appuie sur des fondements doubles : l’être humain est essentiellement un être social et l’individu ne peut être dissocié de la collectivité, ainsi que l’établit Hans Jonas (1990) ; l’individu a par conséquent une responsabilité à l’égard de la collectivité à laquelle il appartient ; le seul fait d’exercer une influence sur la collectivité implique une responsabilité. En se référant aux principes de justice de John Rawls (1971), Christians en arrive à établir que la Responsabilité sociale des médias réside dans l’obligation que leur impose la société de servir les objectifs de liberté et d’égalité pour tous, en agissant prioritairement dans l’intérêt des moins bien nantis de la société.

21Le nœud central autour duquel s’enroule la contradiction réside dans l’antinomie qui oppose, parfois de manière irréconciliable, les intérêts de la collectivité sociale et ceux des médias, voués au profit. Cette incompatibilité entre les objectifs de rentabilité des entreprises et les intérêts sociaux de la collectivité fournit sans doute une bonne partie des raisons qui poussent tant d’auteurs à ne considérer que la seule dimension personnelle de l’éthique journalistique, l’aspect institutionnel se heurtant systématiquement à la dialectique de la concurrence et du libre marché.

L’organisation des médias d’information

22Au Québec, au cours des 40 dernières années, les médias d’information ont été le lieu principal où se sont négociés les grands enjeux politiques et sociaux. On attribue souvent aux médias québécois, à la télévision en particulier, la responsabilité et le mérite d’avoir largement contribué à l’émergence et à la consolidation d’une identité nationale et culturelle, propre au Québec moderne. La naissance, la disparition et l’organisation même des médias, l’apparition de médias alternatifs et communautaires, les combats que les journalistes ont menés de l’intérieur ou sur la place publique, tels sont quelques-uns des facteurs qui témoignent de la position centrale occupée par l’information dans le déroulement des luttes sociales. Marc Raboy (1992) souligne qu’une des spécificités de la presse au Québec réside dans le fait que, peu importe leur idéologie politique, conservatrice ou progressiste, leur orientation commerciale ou communautaire, les médias québécois partagent une même solidarité face à la menace que l’étranger, notamment le géant américain ou le reste du Canada, fait constamment peser sur la culture québécoise. Cette particularité a sans doute contribué à accentuer le rôle d’agent de changement social attribué à la fois à l’information et aux journalistes du Québec au cours de cette période.

23Pour ce qui est du lien étroit qui existe entre l’évolution du contexte sociopolitique et l’organisation des médias d’information en tant qu’industrie, cette réalité pourrait sans doute se vérifier dans la plupart des sociétés occidentales démocratiques, mais dans le cas du Québec quelques caractéristiques viennent donner un relief plus particulier au phénomène.

24Comme l’indiquent quelques auteurs québécois, des événements comme l’émergence de mouvements sociaux déterminés à utiliser la communication à des fins de transformation sociale ont certainement joué un rôle crucial dans l’orientation de la presse commerciale vers des tendances conservatrices (mainstream), freinant du même coup le développement de médias alternatifs, militants ou communautaires (Godin, 1981 ; Raboy, 1992).

25Le phénomène le plus marquant au chapitre de l’organisation des médias d’information, en tant qu’industrie ou comme composante majeure du paysage social et économique, est sans contredit la concentration de la propriété. Depuis quelques décennies, cette tendance ne cesse d’inquiéter les défenseurs de la liberté d’information, d’interpeller les autorités politiques et de diviser les journalistes. De commission royale d’enquête (fédérale) en commission parlementaire ponctuelle (québécoise), on s’interroge sur la nature réelle de la concentration, sur ses conséquences éventuelles et sur la pertinence pour l’État d’intervenir ou pas. Certes, la concentration de la propriété ne se limite pas aux médias et son accentuation récente découle de l’évolution des marchés vers la mondialisation. Toutefois, en matière d’information, les conséquences sont particulières.

Si, pour les propriétaires, la concentration assure la « viabilité » des médias, elle comporte toutefois de grands dangers sur le plan de l’uniformisation des contenus. La pluralité des points de vue, le droit à une information diversifiée, l’autonomie des journalistes sont des notions qui risquent un jour de disparaître si elles ne sont protégées par aucun plan au profit du droit de propriété que s’arrogent les capitaines de l’industrie (Marc Raboy, 2000, p. 79).

26Au fil des ans, plusieurs auteurs ont étudié les différents aspects de la concentration, aussi bien dans l’optique du rapport avec l’État ou avec la société que sous l’angle de l’influence de ce phénomène sur l’exercice de la profession journalistique. Les débats sur la concentration de la presse et la mondialisation de l’information sont bien connus et souvent évoqués en lien avec la marchandisation de l’information. Dans une étude critique parue en 1985, Jacques Keable les reprenait déjà tous pour souligner qu’à son avis aucun des bienfaits annoncés n’étaient en voie de se concrétiser : le nombre de correspondants à l’étranger dépêchés par les quotidiens montréalais est demeuré très faible, les budgets de rédaction n’ont pas augmenté, la qualité de l’information ne s’est guère améliorée, les ressources accordées aux sports augmentent constamment. En contrepartie les propriétaires réalisent des profits fabuleux et tout donne à penser que nous devons continuer à craindre les conséquences néfastes du phénomène.

27S’il s’éloigne désormais d’une dialectique aussi orthodoxe, l’argumentaire repose néanmoins sur les mêmes bases. Dans une lettre ouverte qu’elles adressent au gouvernement fédéral sur le sujet en avril 2002, un groupe de 53 personnalités canadiennes écrivent que « il y a tout lieu de craindre, si rien n’est fait, que le journalisme ne soit détourné de son sens. S’il suivait la pente du profit et de la défense d’intérêts particuliers, personne n’y trouverait son compte, mis à part les quelques individus assez fortunés pour être les propriétaires de nos médias. » Le plus étonnant est sans doute le fait qu’au fil des ans les journalistes ont profondément modifié leur opinion sur les dangers ou les conséquences de la concentration ; alors qu’ils la décrivaient en termes apocalyptiques il y a 20 ans, plusieurs disent désormais s’en accommoder et absolvent aujourd’hui ceux qu’ils condamnaient jadis.

Plusieurs affirment n’avoir jamais observé dans la pratique quotidienne du métier les inconvénients qu’ils croyaient inhérents à la concentration. Personne ne les a houspillés, personne n’a tenté d’influencer leur façon de voir et de dire les choses. [...] Bref, les drames redoutés ne se sont jamais produits, alors que de très réels avantages se sont matérialisés, surtout du côté des ressources matérielles et des conditions de travail. [...] Comment expliquer [...] que les professionnels de l’information se disent à l’aise dans le cadre défini par la concentration des médias ? Facile, répondent les opposants : cela se passe au-dessus de leur tête et sans leur connivence (Laurent Laplante, 1991, p. 26).

28Le dilemme posé par la situation actuelle démontre qu’il importe de sortir de la perspective traditionnelle, qui ne tient plus en raison de l’évolution fulgurante de l’information au cours du siècle dernier. De la même façon, il importe de renouveler la problématique dans laquelle s’inscrirait une intervention de l’État, une démarche qui permettrait de présenter une façon différente de formuler le problème et d’envisager les solutions. Si l’on a pu préconiser dans le passé que les gouvernements posent des limites à la propriété des médias (notamment dans les rapports des commissions d’enquête Davey et Kent), la situation qui prévaut désormais rend caduque toute intention de ce type.

29Pour parvenir à modifier la perspective, il faudrait cesser de réduire l’information à un commerce et d’assimiler le public à des consommateurs, tout comme il serait souhaitable de ne plus définir toute intervention de l’État comme une tentative de museler ou de censurer les médias. Le concept de Responsabilité sociale implique, de manière explicite, la conjugaison des efforts de toutes les parties, y compris le public, que représente l’État, protecteur du bien commun. C’est donc au nom du bien commun et de l’intérêt général que pourrait être justifiée une intervention modérée et respectueuse, destinée à protéger le droit du public à l’information sans par ailleurs brimer en aucune manière la liberté de l’information ni restreindre l’autonomie des journalistes.

Rôle et pratiques professionnelles

30Le journalisme est enseigné dans les universités américaines et canadiennes depuis le début du XXe siècle. Toutefois, la recherche d’un niveau de professionnalisme confirmé s’est fait sentir surtout au cours des deux ou trois dernières décennies. La définition que les journalistes donnent de leur activité professionnelle et de leur rôle social influe directement sur la façon dont ils remplissent leurs obligations de même que sur les règles qu’ils s’obligent à respecter. Peu à peu, au cours du XXe siècle, les journalistes de par le monde se sont donné des attributs qui ont haussé leur occupation au rang de profession : connaissances et habiletés particulières, formation intellectuelle qui dépasse la stricte culture générale et l’apprentissage technique, création d’associations professionnelles et de publications spécialisées.

31Toutefois, plusieurs auteurs indiquent que le terme « professionnel » demeure ambigu et qu’au-delà des raffinements sémantiques il est abusif d’associer les journalistes aux membres des professions libérales (Demers, 1989 ; Goldstein, 1985). La dynamique même du journalisme dénote qu’en dépit d’une certaine autonomie les journalistes, qu’ils soient employés syndiqués, cadres ou pigistes, sont tributaires à la fois de leurs supérieurs hiérarchiques, ou de leurs clients, et du public, en plus d’être soumis aux politiques d’information des entreprises de presse. Or l’autonomie constitue l’une des caractéristiques essentielles des professions libérales. Les journalistes ne sont pas pour autant de simples exécutants, réduits à un rôle de courroie de transmission. Ils remplissent une fonction précise au sein de la société et à cet égard ils détiennent une responsabilité professionnelle et sociale particulière. C’est par leurs obligations et par les principes d’éthique et règles déontologiques qu’ils adoptent, que les journalistes se distinguent en tant que groupe social du reste de la collectivité.

32Ils se distinguent également par leur farouche attachement au principe de la liberté et à ses manifestations très tangibles. Ainsi les journalistes au Québec refusent-ils obstinément d’adhérer à toute forme d’ordre professionnel, au sens où l’entend la loi qui encadre les pratiques professionnelles dont le titre est réservé. Les journalistes ont toujours tenu à garder les rangs de leur « profession » ouverts à quiconque désire s’y insérer. De la même façon, on peut en sortir et y entrer de nouveau, au gré des fluctuations de carrière, sans préjudice aucun, à l’exception de certains membres qui effectuent des échappées plus ou moins prolongées du côté de la politique et qui se voient imposer un « purgatoire », souvent plus virtuel que réel. On compte plusieurs exemples de journalistes qui se sont orientés vers des activités partisanes et qui sont ensuite revenus à leur métier d’origine ; d’autres sont entrés en journalisme après un épisode en politique, ou après avoir délaissé leur profession première d’avocat, d’ingénieur ou autre. En France, la carte de presse est délivrée à quiconque est employé par une entreprise de presse ; ce qui tend à officialiser quelque peu la reconnaissance professionnelle. Au Québec, la carte de presse n’est plus émise par le Conseil de presse, comme ce fut le cas pendant de nombreuses années, mais plutôt par la Fédération professionnelle des journalistes, qui l’accorde à des « professionnels de l’information dont le journalisme est la principale source de rétribution et qui travaillent pour une entreprise de presse reconnue ».

33Une telle responsabilité ne fait pas de la FPJQ une corporation professionnelle au sens où l’entend l’Ordre des professions du Québec. Plusieurs s’y opposent d’ailleurs farouchement, au nom du respect des libertés fondamentales et de la tradition, mais l’idée commence à plaire aux jeunes journalistes, qui y voient un moyen d’éviter certains abus, de protéger le public et de donner une reconnaissance légale et sociale à la pratique du journalisme (Fortin, 1992). La question sera tranchée le jour où un certain consensus se fera jour, au sein de la profession, au sujet des exigences pour accéder à la pratique professionnelle, notamment en matière de formation, de réglementation des activités et de gestion de la déontologie. Autant dire que ce n’est pas demain la veille ! On est loin, ici, de l’examen de certification imposé aux nouveaux journalistes en Angleterre et les écoles de journalisme dans les universités québécoises ne bénéficient pas du prestige de leurs équivalents en France ou aux États-Unis. Même l’adoption d’un guide de déontologie par la FPJQ en 1996, après des années de discussions et de tergiversations, avait suscité des remous, d’aucuns y flairant un piège tendu par des zélateurs irréalistes, soucieux de bannir tout écart dans des pratiques journalistiques qui sont toujours, en dernier recours, soumises aux politiques d’information des entreprises de presse (Sormany, 1999).

34Si l’on veut saisir les subtilités dans l’évolution de l’éthique journalistique, il importe de considérer la manière dont les journalistes se sont définis au cours des différentes périodes afin de comprendre quelles valeurs prédominantes ont guidé leurs actions collectives et professionnelles. L’auteur américain Herbert J. Gans (1980) a distingué deux types de valeurs, les unes ponctuelles, qui s’appliquent à une situation donnée, les autres durables. Gans a ainsi établi une typologie des valeurs qui sous-tendent la pratique journalistique et qui constituent en quelque sorte le petit catéchisme caché de la profession :

  • L'ethnocentrisme ; il nomme de la sorte l’intérêt porté à soi-même d’abord (qui peut mener ultimement au patriotisme ou à la xénophobie) ;
  • Le sens altruiste de la démocratie ; le système est censé être au service du bien commun et de l’intérêt public ;
  • Le capitalisme responsable ; les profits sont certes légitimes, mais il faut penser à une redistribution de la richesse et à former des consommateurs avertis ;
  • Le provincialisme ; ce vocable désigne surtout un certain romantisme nostalgique qui nourrit un préjugé favorable à l’endroit des petites villes, des régions et des collectivités rurales ou éloignées ;
  • L’individualisme ; il s’agit de l’attention portée d’abord à l’individu, et non au groupe ;
  • Le centrisme ; est ainsi désignée la tendance à la modération, au juste milieu, exécrant les excès et les extrêmes ;
  • Le respect de l’ordre social et du leadership national.
  • 3 Voir P. Berger et T. Luckmann, H. Garfinkel et A. Schutz ; Gaye Tuchman fournit des références aux (...)
  • 4 Un exemple de l’application de cette théorie se trouve dans l’ouvrage de Eliseo Veron, Construire (...)

35Les journalistes québécois, dont les habitudes et les références culturelles prennent racine dans le contexte nord-américain, partagent largement ce type de valeurs. Comme l’indique Herbert J. Gans, les journalistes développent des réflexes conscients dans le but de contrebalancer ces valeurs personnelles sous-jacentes : la pratique de l’objectivité, le désintérêt pour les conséquences (des nouvelles) et le rejet de toute idéologie (qu’ils associent la plupart du temps au dogmatisme ou à l’extrémisme). Ces réflexes professionnels sont si imbriqués dans l’exercice de la fonction qu’ils constituent désormais le tissu même de la pratique professionnelle des journalistes. Mark Fishman (1988) et Gaye Tuchman (1978) ont tous deux bien démonté la mécanique de l’acte journalistique, les rituels qui le composent, les influences inconscientes qui opèrent dans la sélection et le traitement des événements qui constituent les nouvelles. Ces auteurs s’appuient sur les théories de l’interprétation3 et affirment qu’à travers le processus qui consiste à décrire un événement, l’information définit et détermine la perception qu’on a de cet événement. Ils font la preuve ainsi que la fabrication de l’information constitue en définitive une construction sociale de la réalité. L’information sert perpétuellement à définir et redéfinir, à construire et reconstruire les phénomènes sociaux4.

36Le professionnalisme des journalistes les amène à bien maîtriser les règles de leur art, c’est-à-dire à respecter leurs devoirs et obligations au moment d’effectuer les gestes nécessaires à leur activité professionnelle, laquelle aboutit à la mise en place de ce processus de construction de la réalité. Les questions d’éthique surgissent par rapport au rôle des journalistes dans la société autant qu’au regard de leurs pratiques professionnelles. Autrement dit, le problème de l’indépendance, par exemple, se pose non pas seulement dans l’absolu — et peut-être même pas dans l’absolu — mais bien quant au type de forces sociales dont l’influence domine à travers les médias.

37Ce cadre général qui décrit le fonctionnement fondamental des médias d’information n’exclut pas la prise en considération d’autres tendances, tant positives que négatives, comme l’importance accordée à l’analyse ou à la contextualisation de l’information ou, à l’autre extrême, le sensationnalisme. Il a été démontré que la dynamique du jeu de la concurrence pousse souvent les journalistes à transgresser leurs principes éthiques pour obtenir la nouvelle à tout prix, l’obtenir avant les autres et la diffuser les premiers (Goldstein, 1985). Ce sont aussi les phénomènes associés au jeu de la concurrence et à la mondialisation qui entraînent le type de distorsions graves que plusieurs ont notées au moment des attentats au World Trade Center, à New York, et lors de la guerre du Golfe par exemple (Chomsky et McChesney, 2000 ; Chomsky, 1991 et 1988 ; Ferro, 1991 ; Freund, 1991 ; Woodrow, 1991). Parmi les dangers inhérents à une telle situation, on a signalé que l’hypermédiatisation d’un événement comme la guerre contribue davantage au désengagement du public, dont le scepticisme augmente, et à une perte de crédibilité des journalistes, qu’à la circulation des faits et des idées sur un événement d’importance (Wolton, 1991).

Les fondements philosophiques

Qu’est-ce que l’éthique ?

38Avant d’analyser le parcours suivi par l’éthique journalistique au cours des dernières décennies et le questionnement qu’il suscite à présent, il importe de clarifier d’abord certaines notions théoriques qui ont été énoncées depuis quelque temps sur le sujet. Car si les auteurs sont nombreux à se pencher sur les différents problèmes que les développements de la science et de la technologie posent à l’éthique contemporaine, les ouvrages qui paraissent à présent dans ce domaine nous renvoient souvent à des notions fort diverses, voire à des conceptions contradictoires.

39En somme, la question se pose : qu’est-ce que l’éthique ? Le sens même du mot porte parfois à confusion. S’agit-il d’un ensemble de principes qui non seulement servent à guider notre conduite mais surtout visent à se ménager une bonne réputation, tant professionnelle que sociale ? L’éthique moderne se résume-elle à quelques formules engendrées par un marketing intelligent, comme le soutient Alain Etchegoyen (1991), est-elle une sorte de sous-produit d’une morale diluée, vidée de son essence parce que réduite à des préceptes dépassés ? Ou au contraire l’éthique serait-elle le lieu de l’invention individuelle, de la responsabilité personnelle assumée en toute liberté, au-delà d’une morale restrictive et en-deçà d’une déontologie conservatrice et égoïste ?

40On le voit, la question n’est pas simple. Il est donc nécessaire de s’entendre au départ sur la valeur sémantique des mots mais également sur les concepts philosophiques auxquels ils renvoient. Moralité, éthique, légalité, déontologie : une grande confusion entoure généralement ces termes et surtout les réalités qu’ils recouvrent, et on les voit souvent utilisés l’un pour l’autre, comme si les concepts étaient en quelque sorte interchangeables. Au-delà des raffinements philosophiques, des distinctions importantes doivent être gardées à l’esprit à propos de ces concepts.

41Ainsi, morale et éthique se différencient l’une de l’autre, bien que l’une n’aille pas sans l’autre. En fait, la morale apparaît comme un préalable nécessaire à l’éthique qui prend appui sur des valeurs reconnues pour proposer de nouveaux critères et, d’une certaine façon, relativiser les principes, les valeurs, les normes, les codes, les règlements. La différence principale entre la morale et l’éthique réside dans la distance qui sépare l’absolu du contingent, l’abstrait du concret. Là où la morale pose les principes indépendamment de toute condition ou de tout rapport avec autre chose, l’éthique détermine les choix à faire dans la conscience des principes absolus et dans la connaissance des contingences imposées par les circonstances. Sans réduire l’éthique à une morale d’exception, on peut affirmer que « l’éthique excède la morale dont elle est l’âme et l’esprit » (Resweber, 1990, p. 19). L’éthique suppose donc un questionnement constant, un doute émis sur les a priori, voire une protestation « dressée contre les solutions codées qui ont cours sur le marché » (Resweber, 1990, p. 24).

42Cette distinction entre morale et éthique demande d’établir une différence fondamentale entre les prescriptions du devoir dictées par la morale et les obligations qui découlent d’une démarche éthique, fondée sur l’interrogation, l’interprétation de la réalité et l’engagement responsable.

43La distance marquée entre la morale et l’éthique fait par conséquent ressortir les nuances entre le devoir et le pouvoir, soit entre ce qu’on doit faire et ce qu’on peut ou veut faire, et détermine donc des différences dans les attitudes et les actions. Ainsi en va-t-il de la distinction qu’il faut également établir entre l’éthique et le droit qu’on peut d’une certaine façon ramener à la distinction entre Loi et loi. Le droit positif a pour objet de définir des limites et des balises aux activités de la société, il peut aussi avoir pour objet la reconnaissance officielle de droits et de libertés conférés aux personnes et aux collectivités. La loi s’inspire des principes de la morale en vigueur et peut contribuer, au fil du temps, à les modifier ou à en imposer de nouveaux.

  • 5 Dans la mythologie grecque, Antigone, fille d’Œdipe et de Jocaste, est condamnée à mort pour avoir (...)

44La morale impose à la conscience des prescriptions absolues alors que la loi détermine les limites de la légalité établies, on le présume, par consensus. Au carrefour, se situe l’éthique qui, tout en s’appuyant sur le respect des principes de morale, vise à choisir la conduite droite, le bien, au-delà et peut-être même quelquefois par-devers les limites restrictives de la loi. On donne en général l’exemple d’Antigone5 pour souligner que l’éthique conduit au respect de la loi morale, lequel peut parfois amener à s’inscrire en opposition à la loi ordinaire ou au droit positif. Plus près de nous, il suffit de rappeler le cas du célèbre médecin Henry Morgentaler qui, à la suite d’une très longue et courageuse bataille où sa conscience lui dictait une pratique contraire à la loi, finit par obtenir du législateur canadien la reconnaissance de la légitimité et de la légalité de l’avortement au Canada.

45De la même manière, l’éthique se trouve en amont de la déontologie qui, elle, s’apparente davantage au domaine de la pratique et se situe dans l’ordre de la réglementation, constituant en quelque sorte le pendant administratif de la loi. Par « déontologie », on entend généralement l’ensemble des prescriptions qui « conditionnent le fonctionnement de la relation interpersonnelle sur le champ d’interventions socioprofessionnelles » (Resweber, 1990, p. 21). Les règles déontologiques s’apparentent en quelque sorte aux lois et aux règlements ; elles formulent sur le mode officiel et codifié, parfois même avec une portée juridique, des interdits qui ont pour effet de proscrire certaines attitudes et d’en recommander d’autres. La déontologie « matérialise un ensemble de droits et de devoirs situés entre la morale et l’éthique » (Resweber, 1990, p. 22).

46À première vue, ces distinctions peuvent paraître strictement rhétoriques. L’importance de les établir réside toutefois dans la nécessité de distinguer clairement entre des ordres de préséance qui interviennent entre le devoir, le pouvoir et le savoir, lesquels déterminent tous, bien que de manière différente, l’agir communicationnel, en l’occurrence l’acte journalistique.

47À partir de ces éléments théoriques, on peut donc proposer une définition révisée de l’éthique de manière à la situer au carrefour des trois principaux champs qui la déterminent : la morale, le droit et la déontologie ; cette définition souligne de plus sa dimension intrinsèquement personnelle, soit le fait que la conscience d’un individu constitue le siège premier de l’éthique. Voici donc cette définition, qui s’applique aux activités professionnelles dans le domaine des communications publiques :

L’éthique représente pour une personne à la fois la possibilité et la responsabilité de conjuguer les exigences de la morale, les obligations du droit et les règles de la déontologie, en agissant selon sa liberté et sa conscience personnelle.

*

48Les fondements philosophiques sur lesquels s’appuie l’éthique journalistique peuvent être ramenés à trois concepts clés : la liberté, la vérité et la responsabilité. Les écrits théoriques traitant de l’éthique dans cette optique nous renvoient, en dernière instance, à deux philosophes majeurs, Aristote et Kant, dont les contributions respectives sur le sujet ont été si déterminantes que la plupart des auteurs s’y réfèrent constamment. En matière de communications publiques comme dans d’autres secteurs, on y puise les fondements sur lesquels repose l’éthique telle qu’elle est conçue et pratiquée aujourd’hui.

49Nous présenterons d’abord les propositions théoriques d’Aristote et de Kant en rapport avec l’éthique, plus particulièrement en ce qui a trait aux principes de la liberté et de la vérité. Outre les fondements philosophiques de la pratique journalistique, nous tenterons de discerner dans quelle mesure les journalistes favorisent une approche téléologique ou une approche déontologique de l’éthique afin de clarifier certaines des ambiguïtés qui subsistent quant à la nature et à l’évolution de ces pratiques. Enfin, nous verrons à nommer les instances où se situent la responsabilité éthique en journalisme de manière à cerner le phénomène de déplacement des instances de responsabilité éthique, qui s’effectue en deux temps et qui constitue l’une des caractéristiques dominantes de l’évolution de l’éthique journalistique. Nous réfléchirons à la posture éthique prédominante chez les journalistes où règne le situationnisme, résultat de la modification graduelle du statut de l’information et du partage des responsabilités professionnelles.

Vérité et liberté : les bases de la pratique journalistique

  • 6 En anglais, certains termes reviennent constamment : accuracy, fairness, truthfulness, objectivity (...)

50Les principes sur lesquels repose l’acte journalistique se résument à l’objectivité, l’impartialité, l’équité, l’intégrité et le respect des droits fondamentaux (réputation, dignité, vie privée, égalité)6. L’objectivité oblige à établir la distinction entre les faits (ou la réalité) et l’opinion qu’en a le journaliste, qui a pour devoir de les rapporter. L’impartialité et l’équité posent comme exigence de respecter différents points de vue sur une même question et de maintenir un équilibre entre eux. Le journaliste doit aussi s’assurer de garder une totale indépendance par rapport à toutes les parties avec lesquelles il traite, tant en amont qu’en aval de l’information, d’où l’exigence d’intégrité qui doit se traduire notamment par l’absence de conflits d’intérêts. Enfin, l’autonomie professionnelle dont jouit le journaliste trouve ses limites dans l’obligation de respecter les droits fondamentaux dévolus à tout citoyen et qui contraint à respecter la dignité, la réputation, la vie privée et le droit à l’égalité de toutes les personnes en cause.

51Ces vertus cardinales touchent le comportement personnel et l’attitude, intellectuelle et morale, du journaliste dans l’exercice de ses fonctions. Elles déterminent également des paramètres qui correspondent au sens ultime de la démarche professionnelle et qui indiquent à l’individu les balises dont il doit tenir compte. Ultimement, ces canons se ramènent à trois principes fondamentaux : la liberté, en tant qu’attribut essentiel du journaliste, la vérité à laquelle il doit tendre constamment et la responsabilité, sans laquelle les deux autres ne peuvent être atteintes.

52La liberté constitue le premier principe fondamental qui détermine l’activité journalistique. La naissance de la profession elle-même est associée historiquement à la reconnaissance de la liberté d’expression et de la liberté d’opinion comme droits fondamentaux. Outre ces attributs individuels, le journaliste bénéficie de la liberté de la presse, également reconnue comme essentielle et qui, en régime libéral, vise à maintenir la variété et la pluralité de l’information.

53Si la dimension de la liberté est assez évidente, il n’en va pas de même pour la prétention à la vérité. Que signifie donc la prétention à la vérité ? Comment l’assumer ? Comment la traduire dans une règle d’action ? Les textes philosophiques nous enseignent que la vérité a besoin de règles : elle n’est pas un horizon dans lequel l’être humain se place d’emblée. La vérité est également tributaire de l’intersubjectivité : c’est en confrontant une idée qu’émerge son caractère véridique et qu’elle rejoint le sens commun défini à travers l’intersubjectivité. Pour Aristote, la vérité se construit dans le dialogue rationnel et pose un problème qui n'est pas seulement d’ordre épistémologique mais aussi d’ordre éthique. Bien qu’Aristote n’entre pas dans de telles précisions, on peut en déduire que la vérité ne résulte pas de la seule adéquation aux faits, auquel cas la connaissance qu’on a des faits suffirait, mais répond à une exigence régulatrice et transcendantale d’universalité. En ce sens, la vérité rejoint l’exigence de la communication qui se pose à l’être humain de manière intrinsèque en raison de son essence même et du nécessaire partage dans l’universalité. Selon Kant, le fondement de cette exigence transcendantale réside dans la raison, dans le respect de l’humanité en soi et en autrui. La recherche de la vérité passe à la fois par la rectitude des faits énoncés et partagés, ainsi que par l’intention droite qui dirige l’action, l’intention de se placer en adéquation avec la réalité, ou à tout le moins l’intention sincère de connaître cette réalité et d’éclairer la vérité.

54La vérité ne se présente donc jamais comme une certitude, elle est plutôt de l’ordre de la finalité, de l’idéal à atteindre, de la tâche à accomplir. Les seules garanties possibles d’atteindre à cette vérité sont liées à l’exigence du partage puisque la notion de vérité s’inscrit obligatoirement dans l’intersubjectivité et dans l’universalité. L’énonciation, qui exige une adéquation à la réalité, permet que s’effectue la vérification intersubjective par la multiplication des interprétations et la pluralité des sources. Une réalité ne prend forme qu’à partir du moment où elle est l’objet d’un message dont le contenu peut être reçu, discuté, interprété, vérifié et éventuellement modifié. Il devient donc nécessaire de construire le message de manière à répondre à ces exigences de partage afin de placer la démarche communicationnelle dans un horizon d’universalité comme moyen de prétendre à la vérité.

55L’exigence de l’universalité ne suffit cependant pas à assurer la vérité : il faut y adjoindre la liberté qui seule permet à l’esprit de se libérer des entraves des préjugés. Cette liberté, individuelle à l’origine, s’affirme et se prolonge dans une dimension collective : liberté d’opinion, liberté d’expression, liberté de presse, liberté d’information. La liberté devient la condition essentielle à la vérité dans la mesure où seule la liberté fournit la possibilité d’inscrire la démarche (l’agir communicationnel) dans l’horizon de l’universalité de façon à passer par le partage, l’intersubjectivité, la confrontation et la critique.

56Le droit positif rejoint ici la loi naturelle : les libertés fondamentales — d’expression, d’opinion et d’information — garantissent à l’individu la liberté qui lui est essentielle dans sa quête de la vérité, à la condition d’utiliser les moyens raisonnablement bons et efficaces pour atteindre cette fin. La garantie constitutionnelle consacre sur le plan juridique le caractère fondamental de cette liberté, accordée à la fois à l’individu et à la collectivité constituée de l’ensemble des individus.

Ainsi peut s'appliquer au journalisme une règle simple. La prétention à la vérité se traduit par un triple objectif : tendre à la vérité, s’en tenir aux faits et respecter les faits. C’est la définition même de l’objectivité. La tâche première du journaliste est de recueillir les faits et de les rapporter, d’observer et d’interroger afin de découvrir toutes les facettes de la réalité et de transmettre uniquement ce qu’il sait en rapport avec des faits observés. Au-delà de cette première responsabilité éthique individuelle, la Responsabilité sociale des médias consiste alors à garantir les conditions nécessaires à la vérification de ces faits, puis à leur contextualisation, c’est-à-dire fournir tous les éléments essentiels à la compréhension (de l’information) et s’assurer que ces éléments sont accessibles et compréhensibles. D’où le rôle complémentaire attribué aux journalistes d’opinion, dans les éditoriaux ou dans les chroniques, et qui ont connu une popularité hors du commun au cours des dernières années. On ne peut véritablement comprendre les faits que dans la mesure où l’on peut les placer en contexte, les interpréter, les analyser. Dans un modèle idéal, la cohérence qui résulte d’un tel ensemble vise à réconcilier l’exigence de la liberté avec celle de l’universalité, condition indispensable à l’existence de la vérité.

Des traditions complémentaires

57La tension féconde qui relie liberté et vérité met en lumière les différents niveaux d’action qui interviennent dans la démarche journalistique et qui font ressortir le troisième pilier fondamental : la responsabilité. À l’origine strictement individuel, l’acte journalistique est immédiatement soumis à l’exigence de la mise en commun où intervient la collectivité, limitée d’abord à la communauté journalistique et à l’environnement organisationnel immédiat et ensuite élargie au public destinataire et à la société dans son ensemble. Cette dualité individu-collectivité qui se reflète dans la démarche journalistique se trouve inscrite dans les propositions théoriques sur l’éthique fournies par les deux traditions philosophiques en matière d’éthique dont le fil conducteur remontent pour l’une à Aristote, pour l’autre à Kant. Sans s’ériger en exégète de la pensée de l’un ou de l’autre de ces philosophes, nous les utiliserons comme pôles de référence afin d’insérer notre compréhension des phénomènes actuels dans le cheminement des traditions philosophiques qu’ils représentent.

58Pour Aristote, l’éthique se pose comme une exigence intrinsèque à l’être humain dans l’accomplissement de l’œuvre, presque au même titre que la compétence ou les règles de l’art. En interprétant la définition aristotélicienne de l’éthique, on peut dire que l’agir communicationnel, médiatisé par le langage, se situe entre deux sphères différentes de l’action : l’agir (praxis) et le faire (poesis). L’agir est réglé par un savoir, à caractère moral, qui permet de distinguer entre ce qui est bon et ce qui ne l’est pas, en fonction des circonstances. La conscience demeure le tribunal ultime où est rendu ce jugement ; elle est le siège de la vertu de prudence, qui favorise l’épanouissement de soi dans le respect de sa liberté. Le faire, qui passe par la maîtrise de l’art, est lié à des paramètres que déterminent les exigences de l’efficacité, du succès, de l’utilité et de la beauté. L’agir, qu’il soit communicationnel ou autre, se rapporte donc également à celui du faire, et la recherche de l’efficacité devient en quelque sorte un moyen d’atteindre le bonheur. Selon Aristote, l’éthique est par essence intrinsèque à l’action, elle est surtout définie comme une dimension de l’activité, une sorte d’exigence supérieure qui mène à l’objectif du bonheur. Aristote considère l’individu comme le lieu premier de la responsabilité éthique.

59Si le bonheur est un principe régulateur chez Aristote, Kant propose une morale dont le mobile réside essentiellement dans le respect de la loi de la raison. L’héritage philosophique de Kant réside dans une éthique centrée sur la dimension du devoir, présenté comme une nécessité pratique inconditionnée de l’action, une sorte d’exigence transcendantale irréductible. Kant établit le principe de l’impératif catégorique, défini comme la prescription d’un devoir moral inéluctable dérivé de la raison et s’imposant à la conscience de l’individu. Plutôt que d’édicter une norme, cet impératif catégorique entraîne l’obligation d’ajuster son comportement à un principe. Prévaut alors la nécessaire universalisation de la maxime qui guide l’action : « Agis seulement d’après une maxime telle que tu puisses vouloir en même temps qu’elle devienne une loi universelle » (Kant, 1988, p. 153). Le principe directeur de l’impératif catégorique est le respect de l’humanité en soi et en autrui, la nécessité de considérer autrui comme une fin et jamais comme un moyen. Cette valeur de respect sert de référent universel au comportement éthique.

60Entre la dimension pragmatique de l’éthique, qu’on peut déduire d’une interprétation de la pensée d’Aristote, et l’obligation morale absolue, qui découle de l’impératif catégorique kantien, où situer l’éthique journalistique ? Loin d’être antagonistes, ces deux visions théoriques de l’éthique renvoient à des facettes différentes de la responsabilité et de l’exigence qui s’imposent aux journalistes. Les deux traditions philosophiques éclairent chacune à sa façon les dimensions individuelle et collective de la responsabilité éthique. L’impératif catégorique se pose prioritairement à la conscience de l’individu, mais l’agir de cet individu s’insère dans une activité collective où d’autres instances, notamment la profession ou l’entreprise, adaptent cette activité aux circonstances et aux contingences pratiques. En schématisant à l’extrême, on pourrait affirmer que le volet de la conscience individuelle s’inscrit dans la tradition philosophique kantienne de l’impératif catégorique alors que la tradition aristotélicienne convient davantage à la dimension collective de la recherche du bien commun, finalité ultime de l’activité d’information. Pour Kant, l’éthique ne découle pas d’une loi extérieure mais plutôt d’une interprétation que l’individu doit faire des exigences de la situation dans laquelle il se trouve.

61À peu près au même moment où Kant formulait son impératif catégorique, on a entrepris d’accorder à tous les individus, au moyen de chartes et de déclarations aux intentions universelles, des droits et des libertés fondamentales, ce qui revenait en quelque sorte à étendre à tous les citoyens des privilèges et des obligations jusque-là réservés à une minorité. C’est dans le Bill of Rights anglais de 1644, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 et le Virginia Bill of Rights de 1791, l’ancêtre de la Constitution américaine, que sont formulés ces droits et ces libertés fondamentales. C’est là aussi que réside l’origine de la dimension collective du devoir moral, principe central de l’éthique entendue dès lors comme une exigence de moralité partagée par l’ensemble d’une collectivité au nom d’une liberté commune à tous. Beaucoup plus tard, la mise en œuvre du principe de la liberté de presse s’est prolongée dans une dimension collective de cette notion de liberté, et s’est trouvée précisée dans les acceptions modernes qui ont été confirmées dans la seconde moitié du XXe siècle, notamment ce qu’on appelle désormais la liberté de l’information ainsi que le droit du public à l’information (Balle, 1988).

62On peut alors voir l’éthique à la fois comme un devoir moral qui se pose à la conscience de l’individu et comme un ensemble de règles de conduite qu’adopte cet individu en fonction de la collectivité à laquelle il se réfère, dans le but d’assurer la réussite d’une entreprise destinée au bien commun. Cette distinction amène aussi à voir le problème sous l’angle de la dualité individu-collectivité, laquelle se trouve au cœur du questionnement éthique en journalisme. Nous y viendrons après avoir brièvement évoqué les deux approches, qui découlent également de ces visions complémentaires de l’éthique et en vertu desquelles les uns considéreront principalement les conséquences de l’acte alors que les autres attacheront plutôt une importance primordiale au principe du devoir, au centre même de l’agir.

Le devoir ou les conséquences ?

63La plupart des dilemmes éthiques auxquels sont confrontés les journalistes contemporains découlent de deux approches diamétralement opposées et tout aussi justifiables ou légitimes l’une que l’autre. Projection des héritages philosophiques distincts, ces deux approches fondamentalement différentes s’opposent en matière d’éthique appliquée : l’une, téléologique, prend davantage en compte les conséquences de l’action, l’autre, déontologique, se centre sur le principe de l’acte en cause.

64L’approche téléologique, axée sur les conséquences de l’acte dans la détermination du principe moral à appliquer ou de l’attitude à favoriser, comporte une dimension pragmatique d’adaptation des absolus aux contingences particulières imposées par les circonstances. Cette approche peut mener à différentes postures éthiques tel le relativisme ou le situationnisme, le subjectivisme et le légalisme (Merrill, 1974).

65L’approche déontologique (entendue ici au sens du devoir, par opposition à téléologique, et non pas au sens habituel de l’application des règles à un domaine d’activité professionnelle) accorde moins d’importance aux conséquences de l’action et se centre essentiellement sur l’intention ou la motivation de l’agent. Si l’approche téléologique peut s’apparenter à l’éthique aristotélicienne, il est clair qu’une approche déontologique convient parfaitement à l’impératif catégorique de Kant puisque, selon cette approche, le principe directeur de l’action réside dans la nécessité du respect de la règle morale au nom de la raison et de l’humanité en soi et en autrui.

66Les théories utilitaristes popularisées par Jeremy Bentham et John Stuart Mill à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe sont issues de l’approche téléologique puisqu’elles préconisent de fonder le jugement moral sur le seul critère du bien commun, un acte étant éthique dans la mesure où il contribue à créer le plus grand bien pour le plus grand nombre. On peut voir un lien direct entre l’utilitarisme défini par Bentham et Mill et le situationnisme actuel que certains présentent comme la posture éthique la plus répandue dans le monde professionnel du journalisme (Merrill, 2002, et 1974).

  • 7 Les ouvrages signés par des journalistes d’expérience, tant aux États-Unis qu’en Europe ou au Québ (...)

67Le situationnisme découle du légalisme formel, mais se teinte aussi d’un certain relativisme qui tient compte des circonstances particulières de l’action. Le journaliste situationniste peut très bien admettre la vérité comme principe fondamental de sa pratique et croire qu’il ne doit pas, en règle générale, mentir ou déformer la réalité ; mais il peut également fort bien, en certaines circonstances particulières, considérer que son devoir lui impose de taire ou de déformer certaines informations, voire de mentir7. Ce jugement revêt toutes les particularités de la subjectivité tout en subissant l’influence du contexte social et historique de l’individu. À cet égard, on attribue la faveur que connaît présentement la mentalité relativiste (et situationniste) auprès de la profession journalistique à une sorte de désintérêt généralisé pour l’éthique normative et à une prédominance de l’individualisme, caractéristique de l’époque actuelle. À la limite, certains vont jusqu’à qualifier de non éthique ou d’anti-éthique un comportement professionnel fondé exclusivement sur une approche relativiste, c’est-à-dire essentiellement téléologique (Merrill, 2002 et 1974).

La posture éthique qu’on rencontrait jadis le plus fréquemment dans la profession journalistique est d’inspiration kantienne et s’applique à l’individu ; elle implique que les règles de morale découlent de la raison, s’imposent à la conscience individuelle à la manière d’un impératif catégorique et déterminent les décisions personnelles. La posture éthique qui prévaut généralement chez les journalistes contemporains est d’inspiration aristotélicienne ; elle se caractérise par des impératifs hypothétiques et s’oriente vers la collectivité. Il s’agit d’une posture radicalement relativiste, du type utilitariste et situationniste, qui préconise une adaptation de l’action aux circonstances en fonction d’un jugement qui vise à favoriser le plus grand bien du plus grand nombre possible.

La dualité individu-collectivité

68L’acte journalistique implique au premier chef la conscience de l’individu journaliste qui se trouve investi, dans sa pratique, de la responsabilité morale de la rectitude de son agir. Cette conscience individuelle constitue le lieu premier où doit se situer la responsabilité éthique. Cependant, l’acte journalistique ne s’apparente pas uniquement à une action isolée ; il s’inscrit dans un rapport avec la collectivité, avec les collectivités. En effet le journaliste appartient à une collectivité professionnelle dont il emprunte les traditions et dont il doit respecter les règles déontologiques. L’acte journalistique, qui a pour finalité et aboutissement l’information, participe à la production d’un produit, d’un service, bref d’une marchandise dont la raison d’être réside en partie dans le fait qu'elle est destinée à un public. Cette entité composée de l’ensemble des destinataires anonymes, appelé le public, constitue le deuxième niveau de la collectivité élargie avec laquelle le journaliste se trouve en rapport au moment de l’accomplissement de son activité professionnelle.

69Comme nous l’avons vu, le code moral qui guide le journaliste en tant qu’individu s’apparente à la vision kantienne de l’éthique, celle du devoir dicté par la raison. Or, il se trouve que la responsabilité collective en information découle de la reconnaissance du principe de liberté attribuée à la presse, à l’époque des révolutions qui ont bouleversé l’Occident à la fin du XVIIIe siècle. À cette époque, apparaît également la dimension collective du bien commun et les bases de la démocratie se trouvent inscrites dans des déclarations de principes comme le Bill of Rights anglais, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et la Constitution américaine, trois textes constitutifs qui seront déterminants dans les siècles suivants et qui ont en commun une même intention universelle, soit garantir à tous les citoyens les mêmes attributs : liberté, dignité, égalité. C’est sur cette base, scellée par le contrat social de Jean-Jacques Rousseau, que s’établissent les principes fondamentaux des collectivités modernes qui aspirent à la démocratie. Dès lors, la morale n’est plus seulement une affaire individuelle ; elle s’inscrit aussi dans l’horizon du bien-être de la collectivité. Les théories utilitaristes de Bentham et de Mill, énoncées précisément à cette époque, viennent jeter un pont entre la conception de l’éthique axée sur la poursuite du bonheur, tel que le suggérait Aristote, et l’obligation morale posée aux individus de contribuer au bien-être de la collectivité dont ils sont membres.

70L’activité journalistique se situe précisément à la jonction de la préoccupation individuelle et des intérêts de la collectivité. C’est au nom du bien commun qu’est reconnue l’exigence de la liberté d’expression et de la liberté de l’information et c’est en raison des besoins de la démocratie que les médias jouissent d’une très grande autonomie. Toutefois, au cœur de l’activité journalistique réside aussi, aujourd’hui comme jadis, la responsabilité morale de l’individu journaliste. C’est à sa conscience qu’il doit se référer pour guider ses actes de la manière la plus éthique possible. Certes prévaut une morale relativement utilitariste : la liberté de la presse et des médias doit servir le plus grand bien du plus grand nombre. Mais cette dimension utilitariste vise surtout à assurer la reconnaissance des besoins de la collectivité de préférence aux privilèges d’un petit nombre. L’impératif catégorique kantien du devoir moral se pose à chaque individu à l’intérieur de ce cadre collectif où la philosophie utilitariste s’insère et cherche à favoriser l’épanouissement et le bien-être de tous.

71Quand les dilemmes moraux trouvent une réponse dans des lois ou des règlements, la question du choix moral à adopter présente moins de difficulté. Le problème du choix de l’action juste et vertueuse, comme disent les philosophes, se manifeste en l’absence de balises claires. Le questionnement éthique revient à l’individu en tant que personne investie d’une conscience morale. Mais cet individu peut choisir de s’appuyer non pas uniquement sur les principes de sa conscience mais aussi sur une moralité collective, reconnue par la tradition ou l’usage en vigueur dans la collectivité à laquelle il appartient, et traduite dans les règles de pratique. Les règles de déontologie servent alors de guides : elles fournissent des repères à l’individu aux prises avec un dilemme moral. En l’absence de code reconnu, la loi peut déterminer des paramètres qui sont censés refléter le consensus social sur un sujet. Quand le journaliste ne dispose ni d’un code d’éthique ni de législation appropriée, sur quoi s’appuie-t-il pour régler les dilemmes moraux qui ne manquent pas de surgir dans l’exercice de sa profession ? Doit-il prioritairement se fier aux principes dictés par sa conscience ? Doit-il adapter sa conduite aux enseignements d’une tradition plus ou moins explicite, ou plutôt céder aux tendances qui prévalent à un moment particulier ? Ces questions soulèvent le problème des instances de responsabilité éthique et y répondre exige un examen attentif des pratiques journalistiques.

Le problème des instances de responsabilité éthique

72La dualité individu-collectivité soulève le problème global de la responsabilité et celui des instances où se situe cette responsabilité. John C. Merrill (1974) estime que, sur le plan individuel, pour que son action soit vertueuse, le journaliste doit inscrire sa démarche professionnelle dans une triple perspective : la liberté, la rationalité et l’engagement.

73La liberté s’impose à double titre. D’abord la notion même d’éthique suppose la liberté de faire des choix. Ensuite tout le travail du journaliste prend appui sur la liberté d’expression comme attribut fondamental de l’individu et sur son corollaire la liberté de la presse, à dimension collective. Par ailleurs la rationalité constitue, avec la liberté, un des fondements principaux de la philosophie journalistique. Non seulement implique-t-elle pour l’individu une distanciation par rapport à ses propres émotions ou une simple honnêteté intellectuelle, mais elle évoque surtout le recours à la raison comme base de la détermination éthique. Enfin, l’engagement signifie une obligation voisine du devoir, au sens kantien du terme, qui pousse l’individu à effectuer des choix en fonction de ses valeurs et à obéir rationnellement aux prescriptions de sa conscience. À cet égard, l’éthique kantienne est d’abord et avant tout individuelle : c’est un devoir personnel d’obéir aux lois de la raison, de suivre sa conscience et de se conformer à des critères élevés de conduite personnelle, sans toutefois les modifier ou les adapter en fonction des avantages escomptés. En théorie, le journaliste vertueux n’agit pas dans le but de plaire aux lecteurs ou à son entreprise, ce qui serait de l’ordre des conséquences (honneurs, mérite, reconnaissance, etc.), mais plutôt en obéissant aux exigences que dictent la raison droite, en conformité avec des principes qui peuvent être généralisés et appliqués à tous.

Les pôles de l’acte journalistique et de l’éthique

Les pôles de l’acte journalistique et de l’éthique

74L’évolution que connaît l’information depuis un ou deux siècles a eu pour effet de diluer ces beaux principes dans une réalité beaucoup moins idéalisée. Ainsi, comme le notait déjà John C. Merrill en 1974, le devoir moral posé au nom de l’impératif catégorique kantien a peu à peu perdu son caractère contraignant et absolu dans la pensée occidentale moderne. Bien sûr, le journaliste jouit encore d’une très grande liberté qui s’actualise surtout dans l’autonomie dont il dispose. Mais il doit s’adapter à des pressions constantes qu’il subit au nom du bien commun ou de l’efficacité institutionnelle, ce qui a pour effet d’amoindrir l’importance accordée à la conscience individuelle, du moins de reléguer au second plan la responsabilité personnelle.

75Peu à peu, la responsabilité individuelle cède le pas à la responsabilité collective : c’est de moins en moins à l’exigence de la liberté que l’individu se trouve confronté mais plutôt à un ensemble d’exigences et de contraintes qui découlent du fonctionnement de l’institution et de l’entreprise à laquelle il appartient. Dans la rhétorique officielle, la notion de Responsabilité sociale vient peu à peu se surimposer à celle de responsabilité individuelle. Nous appelons ce phénomène le déplacement des instances de responsabilité éthique.

Le déplacement des instances de responsabilité

76Le déplacement des instances de responsabilité éthique, depuis la conscience individuelle jusqu’à des mécanismes collectifs de régulation des pratiques journalistiques, tant corporatistes que corporatifs, s’accompagne d’une déresponsabilisation significative et lourde de conséquences. L’être individuel, le journaliste, est peu à peu exonéré de sa responsabilité morale, dont il ne reste plus qu’un vague engagement envers la liberté et la rationalité.

77Le problème est d’importance. À la conscience individuelle, qui n’est plus définie comme la première ou la seule responsable du devoir moral, se substitue une double instance collective, celle de la collectivité journalistique qui assume la transmission des pratiques au nom de l’usage et de la tradition, et celle de l’entreprise à laquelle le journaliste est lié par convention (collective) officielle ou par engagement personnel tacite (éthique hétéronome).

  • 8 Voir à ce sujet les témoignages cités par T. Joseph Scanlon dans Ethics, Morality and the Media : (...)

78Certains théoriciens qui extrapolent à partir de leur expérience professionnelle soulignent que, très tôt, les jeunes journalistes apprennent que leur principal groupe d’appartenance se situe dans la salle de rédaction et ils intègrent les pressions extrêmement puissantes de contrôle social à travers les normes éditoriales auxquelles ils apprennent à se conformer8. Au lieu d’adhérer à un idéal sociétal ou personnel, le journaliste choisit d’adopter une position plus pragmatique qui l’amènera à ajuster ses valeurs aux réalités de la salle des nouvelles, attitude dont il tirera davantage de gratifications de la part de ses collègues et ses supérieurs.

79On voit donc de quelle manière s’opère la substitution. Peu à peu la priorité passe des préoccupations d’éthique fondamentale aux contingences pratiques, voire à la dimension technique associée à la pratique. Il s’agit en réalité d’un glissement quasi imperceptible de l’éthique vers la déontologie. Il importe de rappeler ici la distinction entre ces deux notions. L’éthique se situe en amont de la déontologie ; elle est le prolongement de la morale, qui s’actualise dans un contenu. L’éthique s’apparente à l’orientation générale alors que la déontologie en est le mode d’expression particulier, plus proche de la pratique et touchant des applications pertinentes à un domaine professionnel en particulier.

  • 9 Voir à cet égard deux guides qui ont le mérite d’établir clairement, en dépit de leurs approches t (...)

80En consacrant par la tradition et l’usage certaines pratiques, la confrérie journalistique a contribué à fixer les critères déontologiques de l’exercice du journalisme : l’exactitude des faits, l’équilibre des points de vue, l’absence de toute situation susceptible de mener à un conflit d’intérêts, la confidentialité des sources, le respect des ententes (l’anonymat ou le off the record par exemple), la dissociation des faits et de l’opinion dans le compte rendu, pour ce qui est du journalisme d’information pratiqué en Amérique du Nord9. Ces critères ont ensuite été transcrits et enchâssés dans différents documents officiels ou même à teneur juridique : les conventions collectives qui lient employés et employeurs, les politiques des entreprises, les déclarations de principes des regroupements d’entreprises (quotidiens, périodiques, radiodiffuseurs, etc.), les chartes et les guides qu’adoptent les associations professionnelles de journalistes ainsi que les décisions des différents organismes investis du pouvoir de statuer sur l’éthique, soit les conseils de presse ou les ombudsmen. Peu à peu ont ainsi été codifiés des pratiques et des usages qui, même s’ils s’appuient indéniablement sur des principes moraux, s’apparentent davantage à des règles déontologiques destinées à guider l’exercice de la profession de journaliste qu’à une éthique au sens propre du terme. Ce sont ces repères dont les journalistes disposent dans l’exercice quotidien de leurs fonctions. Ce sont aussi les principales balises qu’ils utilisent pour trancher les dilemmes moraux qui ne manquent pas de se présenter à eux. L’ensemble de ces référents constitue la déontologie, sur laquelle les journalistes doivent s’appuyer dans leur travail.

Le déplacement des Instances (1er niveau)

Le déplacement des Instances (1er niveau)

81Cette déontologie s’élabore au fil des ans, soumise constamment à l’épreuve de la pratique, et elle témoigne par conséquent d’une remarquable souplesse. Bien que principalement tacite et transmis par la tradition, ce corpus de règles constitue à présent l’essence même de ce qu’on appelle l’éthique journalistique. On s’y réfère comme à un dogme qu’aurait sanctionné l’usage répété par les générations successives. Ces règles tirent leur valeur première de l’épreuve du temps et de l’expérience : elles permettent d’établir la justesse d’un acte en fonction des résultats escomptés et des conséquences prévisibles. Apparaît dès lors la dimension foncièrement utilitariste de la philosophie, qui prévaut en matière d’éthique journalistique : les conséquences des actes, vérifiées par l’expérience, servent de critères ultimes pour déterminer la rectitude de la conduite.

La justification ultime : la recherche de la vérité

82De quelle manière s’effectue la réconciliation entre la conscience individuelle et la responsabilité collective ? La question doit être soulevée, car la réalité démontre que cette réconciliation s’effectue quotidiennement, la majorité des journalistes ne pouvant être assimilés à des êtres amoraux dénués d’humanisme, de raison ou de conscience professionnelle. Quelle logique sous-jacente se trouve alors à la base du travail de ceux et celles qui fabriquent tous les jours l’information, sans qu’ils soient pour autant tenus entièrement et totalement responsables de la qualité du produit ni qu’ils assument la responsabilité ultime de l’institution à laquelle ils appartiennent ?

83Le déplacement des instances de responsabilité éthique depuis la conscience individuelle, qui prédominait au XIXe siècle, jusqu’aux paliers collectifs de la profession et de l’entreprise, qui prennent le relais aux XXe et XXIe siècles, s’accompagne d’un autre type de glissement : celui de la diminution de l’importance accordée à l’impératif catégorique du devoir moral au profit d’une survalorisation des exigences imposées dans l’ordre de la pratique. Autrement dit, le déplacement des instances de responsabilité éthique du niveau individuel vers le niveau collectif favorise les exigences du faire par rapport à celles de l’agir.

  • 10 Walter Lippmann, auteur de Public Opinion, paru en 1922, écrivait qu’il importe d’établir la disti (...)

84En théorie, le principe directeur de l’activité journalistique réside dans la recherche de la vérité, comme on l’a vu précédemment, même si l’on s’entend pour reconnaître, depuis Walter Lippmann10, que nouvelles et vérité ne sont pas synonymes. Le credo en régime libéral veut plutôt que ce soit de l’ensemble des éléments d’information fournis par une presse libre et pluraliste que se dégage la vérité, telle que peut la percevoir chaque citoyen en son âme et conscience.

  • 11 La question de la codification sera abordée dans le prochain chapitre.

85Cette recherche de la vérité s’effectue selon des modalités aussi strictes que tacites, héritées de la tradition mais qui ont résisté jusqu’ici à toute codification au nom des exigences de la liberté de presse11. Le respect scrupuleux des modalités d’exercice de l’activité journalistique doit à lui seul garantir la meilleure qualité de l’information : factualité, exactitude, concordance avec la réalité. On se trouve ici encore au cœur de la tradition aristotélicienne de l’éthique : si la raison seule est incapable de maîtriser la contingence, l’éthique doit nécessairement résider dans l’intention qui motive l’accomplissement de l’acte. Le seul problème qui puisse ensuite se poser ne peut être que celui du choix des moyens. Pour être bonne, une action doit être techniquement réussie ; c’est-à-dire qu’animé d’une intention droite, l’individu doit choisir les bons moyens d’atteindre son but.

86Cependant il s’est établi à présent une hiérarchisation qui permet de réconcilier la conscience morale individuelle avec les exigences de la production : s’il agit dans l’intention juste de rechercher la vérité et le bien, l’individu (journaliste) peut avoir bonne conscience dans la mesure où il respecte les règles de pratique qui garantissent l’efficacité du résultat. D’inspiration plus aristotélicienne que kantienne, cette morale est essentiellement relativiste et situationniste : elle permet à chacun les aménagements indispensables à la poursuite d’activités professionnelles dont le résultat, en tant que produit global, échappe plus ou moins à la responsabilité individuelle. Ce sont les circonstances qui dictent la posture éthique et non les principes en soi : le contexte détermine ce qui est bien ou mal, prétendent les relativistes.

  • 12 Voir à ce sujet l’énoncé du Conseil de presse du Québec, dans Le Conseil de presse du Québec et le (...)
  • 13 Certains auteurs, comme Elie Abel dans « Hutchins Revisited : Thirty-Five Years of Social Responsb (...)

87La recherche de la vérité s’impose dès lors comme la justification ultime de toutes les pratiques, qu’il s’agisse d’usages cautionnés par la tradition ou d’innovations plus ou moins acceptables. Dans la rhétorique contemporaine, cette justification s’est surtout articulée autour d’un autre principe, celui du droit du public à l’information, dont on a déjà dit que la définition est si vague qu’on arrive difficilement à le traduire dans la réalité12. Le droit du public à l’information est un concept relativement récent, à caractère collectif, qu’on associe à la notion de liberté, notamment la liberté de presse dont il découlerait13. Mais la logique qu’invoquent les propriétaires et les gestionnaires d’entreprises de presse, d’une part, et les journalistes, d’autre part, implique que la recherche de la vérité (la fin) justifie les pratiques en usage dans la profession (les moyens) ; les ratés et les erreurs ne représentent qu’un bien faible prix à payer pour répondre sans relâche à ce droit du public de savoir ce qui se passe, de connaître les faits. Cette recherche perpétuelle et constante de la vérité, alliée au respect de la liberté fondamentale dans laquelle elle s’exerce, sert donc de justification morale aux pratiques en vigueur dans l’industrie, en plus de réconcilier les prescriptions morales de la conscience individuelle et les exigences techniques du système de production.

L’objectivité : un mythe ou un idéal ?

88L’attitude relativiste et situationniste qui caractérise depuis quelques décennies la mentalité journalistique quant à l’éthique se manifeste de manière particulièrement frappante dans la controverse qui entoure la notion d’objectivité. Présentée d’abord comme le modèle idéal de l’activité journalistique au début du XXe siècle par de farouches adversaires de la tendance au sensationnalisme et au jaunisme, l’objectivité a surtout été entendue comme un concept décrivant une position intellectuelle selon laquelle un journaliste tend à donner de la réalité l’image la plus fidèle possible. Objectivité est alors, à la fin du XIXe siècle, synonyme d’équilibre : elle commande de présenter tous les aspects d’une question dans un texte dépouillé de tout caractère partisan ou militant (Fink, 1988).

  • 14 Traduction libre d’une citation de Donald McDonald : « The Commission said that, among other thing (...)

89Plutôt qu’une définition théorique trop contraignante ou exagérément vague, certains auteurs préfèrent une description axée sur les effets qu’entraîne la pratique de l’objectivité en journalisme, comme celle que fournit la commission Hutchins sur la liberté de la presse dans son rapport de 1947 : « La presse doit fournir à la société un compte rendu véridique, complet et compréhensible des événements de la journée dans un contexte qui leur donne une signification14. »

90Toutes les définitions se valent et l’on pourrait en citer une pléthore. Qu’il suffise de signaler qu’à la quantité innombrable de définitions qu’on trouve de l’objectivité journalistique correspond une égale profusion de remises en cause, de dénégations, de contestations, de désaveux du principe même de l’objectivité en journalisme. La notion d’objectivité en soi, appliquée à la science ou à d’autres domaines, semble parfois être mise en cause tant la charge est féroce et globale.

  • 15 Bernard Roshco, Newsmaking (Chicago, University of Chicago Press, 1975) et Gaye Tuchman, « Objecti (...)

91Hautement décriée, la notion d’objectivité conduit pourtant à plusieurs caractérisations qui ont pour effet de rendre encore plus ambiguë la définition qu’on pourrait en donner et surtout la délimitation du champ de l’activité journalistique auquel elle s’applique. Certaines définitions classiques, comme celles de Bernard Roshco, en font une idéologie professionnelle ou encore, comme celle de Gaye Tuchman15, l’associent à un rituel stratégique, une des composantes d’un processus de construction sociale de la réalité qu’opère l’information. Très souvent, on tend à définir l’objectivité en rapport avec d’autres concepts qui pourraient s’y substituer ou qui en constituent en réalité des composantes : équité, équilibre, neutralité, impartialité et honnêteté.

92Aucune des notions par lesquelles on tend parfois à définir l’objectivité ne peut donc remplacer le principe lui-même, du moins pas en tant que concept fondamental de l’acte journalistique. Toutefois, les nombreuses remises en cause de l’objectivité, qui empruntent des formulations fort différentes — épistémologique, ontologique, psychologique, pragmatique, éthique, idéologique (Gauthier, 1991) — sont de nature à éveiller l’attention sur le profond malaise que ressentent depuis fort longtemps les membres de la profession journalistique quant à ce concept aussi exigent qu’ambigu. Certaines tentatives de clarification n’arrivent pas à dissiper totalement cette impression de malaise dans la mesure où il ne suffit pas, pour l’approuver totalement, de définir l’objectivité par la description même restreinte de son champ d’application. Il est vrai cependant que l’objectivité s’applique à une sphère bien précise de l’information, soit la nouvelle et le reportage par opposition à la chronique, à l’analyse ou à l’éditorial, encore que cette distinction concerne seulement le journalisme d’information comme on le pratique en Amérique du Nord et nommé ainsi pour le distinguer du journalisme de combat ou d’opinion qui se pratique ailleurs, en Europe notamment.

93Le dilemme fondamental que représente pour le journalisme le concept d’objectivité est d’ordre idéologique. L’application stricte des prescriptions dictées par le respect du principe de l’objectivité aboutit effectivement non pas tant à une distanciation du journaliste par rapport à ses opinions mais bien plutôt à une reproduction servile de l’idéologie dominante, d’où sont issus les présupposés épistémologiques et conceptuels qui servent de contexte même à l’énonciation du message (journalistique). Les perceptions de la réalité sur lesquelles s’appuie le journaliste sont nécessairement empreintes de valeurs subjectives desquelles il est humainement impossible de s’abstraire (Gans, 1980). En vertu des autres principes qui guident l’activité journalistique, notamment l’honnêteté et l’intégrité, le journaliste doit tendre le plus possible à dissocier sa perception de la réalité et son énonciation de ses considérations idéologiques et de ses valeurs personnelles. Mais l’objectivité en tant que telle serait de l’ordre de l’impossible : le journaliste ne peut jamais réussir à faire abstraction des prémisses ou des postulats sous-jacents. Inévitablement, tout être humain perçoit la réalité à travers le filtre de sa subjectivité et l’absolue objectivité assimilerait les journalistes à des robots sans âme et dénués de toute conscience. On voit toute l’absurdité que recèle une conception absolue et rigide de l’objectivité.

94Outre la contrainte idéologique liée à l’objectivité, il subsiste d’autres motifs qui expliquent le malaise des journalistes à l’égard de ce concept fondamental. Dans la mesure où il est trop souvent réduit à l’unique exigence de présenter les deux côtés d’une affaire, comme les deux faces d’une médaille, l’objectivité peut avoir comme effet de voiler une partie de la vérité en induisant une distorsion quant à l’importance de chacune de ces visions de la réalité (Pippert, 1989) ou en restreignant les facettes aux seules dimensions immédiatement perceptibles à propos d’un fait, d’un événement ou d’un phénomène.

95Au-delà des restrictions qu’on peut formuler quant à l’application du principe de l’objectivité, lesquelles semblent parfois si nombreuses qu’elles portent à croire ultimement en l’impossibilité du concept lui-même, l’objectivité continue d’occuper une place privilégiée dans l’horizon journalistique, ne serait-ce qu’au titre d’idéal, même abstrait, à atteindre.

  • 16 D’après la citation de Conrad Fink (1988, p. 15) : « In the late 1800’s and early 1900’s, there de (...)

96Irréaliste ou non, un tel idéal d’objectivité présente encore une certaine utilité : en tant que concept, il peut en tout cas appuyer les prétentions avancées par une industrie médiatique de plus en plus orientée vers le rendement et la rentabilité, qui réclame toutefois un régime privilégié d’autonomie afin d’échapper à toute forme d’imputabilité et à tout contrôle, puisque sa raison d’être est de fournir un service public essentiel à la vie démocratique. La rhétorique utilisée par l’industrie pour justifier ses pratiques, voire ses excès, repose sur le droit du public à l’information (comme on le verra au chapitre 2), lequel ne saurait s’actualiser si l’idéal d’objectivité devait disparaître définitivement. Tout comme la théorie de la Responsabilité sociale, le concept d’objectivité est depuis longtemps étroitement lié aux responsabilités que doit assumer l’information16, ce qui explique peut-être, en partie du moins, la farouche résistance que certains lui opposent.

La raison du profit

97L’origine de la mentalité utilitariste quant à l’éthique journalistique est évidemment en lien avec l’évolution de la pensée politique du XIXe siècle, au moment où libéralisme et capitalisme s’apprêtent à prendre un essor qui culminera au cours du siècle suivant. L’évolution des règles déontologiques épouse d’ailleurs la trajectoire qu’a suivie l’information en tant qu’institution durant cette période. D’artisanale qu’elle était au XVIIIe siècle, la presse devient ensuite une affaire de famille ; d’une presse d’opinion on passe graduellement à une presse d’information. Les entreprises qui naissent à la fin du XIXe siècle grandissent rapidement à la faveur de l’industrialisation et du développement des moyens de production, et se transforment, dans le courant du XXe siècle, en puissants conglomérats aux intérêts multiples. Au début du XXIe siècle, la plupart des entreprises de presse des pays occidentaux appartiennent à quelques grands consortiums transnationaux dont les intérêts dépassent largement le cadre strict de l’information pour toucher la radiodiffusion, les télécommunications, les transmissions par satellite et parfois d’autres types d’activités économiques totalement étrangères à l’information (Balle, 1988 ; Mattelart, 1992 ; Schudson, 1978 ; Smith, 1991 ; Tunstall et Palmer, 1991).

98Du même coup, l’information elle-même a changé de statut : de service public considéré comme essentiel au fonctionnement de la démocratie, elle est devenue un produit, un objet d’exploitation par l’entreprise, une sorte de marchandise quotidienne inscrite dans les rouages mêmes du fonctionnement économique de chaque société. Un produit extrêmement fragile et périssable, qui est fabriqué, offert au public consommateur, mis en vente, amélioré pour fidéliser ou augmenter la clientèle, et soumis à une concurrence féroce et constante (Laplante, 1991 ; Picard, 1985).

99Le journalisme lui-même s’est profondément transformé, à la suite de cette marchandisation de l’information et de l’accession des journalistes au statut professionnel. Quelle information doit-on fournir, quelles idées disséminer, quels sujets explorer, quels problèmes soulever ? Autant de dimensions qui ont été vivement influencées à la fois par les considérations auxquelles les propriétaires et administrateurs d’entreprises sont confrontés, et les convictions et les valeurs que soutiennent les journalistes, les éditeurs, les organisations professionnelles et les structures d’entreprises.

  • 17 Voir la Commission on Freedom of the Press, A Free and Responsible Press. A General Report on Mass (...)
  • 18 La théorie de la Responsabilité sociale est une des fameuses « quatre théories de la presse » réun (...)

100S’appuyant sur le mythe fondateur de la liberté de presse, définie comme une nécessité parce que constituant une garantie de la démocratie, et sur le droit du public à l’information, les entreprises de presse ont peu à peu acquis une marge de manœuvre telle qu’elles ont souvent réussi à excuser ou à justifier, au nom des principes fondamentaux, les nombreux excès qu’on a pu leur reprocher à différentes époques au cours du siècle dernier. Mais à plusieurs reprises la presse a dû se ressaisir, tenter de corriger son image et de rectifier son tir. La dernière de ces tentatives remonte à l’après-guerre : sous la pression de l’opinion publique et des autorités américaines, les gens de la presse aux États-Unis instituèrent leur propre commission d’enquête dont la présidence fut confiée à un universitaire de renom, Robert M. Hutchins. Cette commission d’enquête sur la liberté de la presse publia un rapport en 1947, sorte d’énoncé théorique débouchant sur quelques recommandations, toutes fort valables mais qui malheureusement ressemblaient trop à des vœux pieux17. Seule la théorie de la Responsabilité sociale qui en a découlé, énoncée par la suite par des théoriciens des communications18, reçut l’assentiment du milieu, qui saisit là une occasion de légitimer à la fois son existence et ses privilèges en matière d’autonomie. Depuis, on a souvent souligné comment cette notion large et généreuse, qui a peut-être contribué à hausser la qualité de la presse en général, a surtout servi de justificatif commode à des pratiques de tous ordres et à des excès encore fort nombreux (Abel, 1984 ; Altschull, 1984 ; Balle, 1988 ; Merrill, 1974 ; Schudson, 1978).

101Pour les entreprises de presse modernes, dont la raison d’être est bien davantage économique qu’éthique, la production pose des exigences qui se juxtaposent à celles de la raison au-delà des impératifs moraux les plus nobles. Plusieurs journalistes ont décrit leurs expériences de travail qui révèlent que, à cause de l’heure de tombée ou de la cote d’écoute, ils se sont trouvés en quelque sorte forcés d’exécuter la commande, de livrer un travail qui ne les satisfaisait peut-être pas tout à fait. La plupart du temps, le journaliste apprend très tôt à harmoniser ses principes personnels avec les contingences de la production. On aura tôt fait de lui faire perdre ses illusions, comme s’il importait de corriger, dès l’entrée dans la carrière, les grands idéaux de justice sociale et de pureté individuelle avec lesquels le néophyte aborde parfois le journalisme, en les dénonçant comme une sorte de vision mythique et irréaliste du métier.

  • 19 Même s’il s’agissait d’une fiction, on se souvient que les téléséries Scoop et Scoop II, qui sont (...)

102Le déplacement des instances de responsabilité éthique depuis la conscience individuelle vers la collectivité s’apprend en effet dès l’entrée du journaliste dans une entreprise de presse dotée d’un mode de fonctionnement bien établi. Son adhésion aux exigences de ce système de valeurs est présentée comme une modalité sine qua non, une obligation morale et contractuelle garante de son maintien dans l’entreprise, voire de sa survie dans la profession. Ainsi se perpétue un processus systémique en vertu duquel le fonctionnement de la presse repose davantage sur un ensemble de règles de pratique, une sorte de code non officiel, tacite, forgé à travers les aléas de l’histoire, que sur le respect des principes d’éthique, de la morale ou de la conscience individuelle19. Les principales balises en matière d’éthique journalistique sont essentiellement des règles de pratique éprouvées au fil du temps et dont l’application systématique entraîne l’efficacité, c’est-à-dire qu’elle produit des résultats pouvant mener au succès (professionnel) du journaliste et à la rentabilité de l’entreprise.

103On peut en déduire que la base philosophique sur laquelle repose principalement l’éthique journalistique contemporaine est davantage d’inspiration aristotélicienne que kantienne. Selon Kant, l’impératif catégorique du respect (de l’humanité en soi et en autrui) exige toujours que les exigences du faire soient subordonnées à celles de l’agir. Chez Aristote toutefois, le dilemme ne se pose pas de la même manière puisque l’exigence éthique se situe autant dans la sphère de l’agir que du faire sans que le philosophe ait clairement indiqué laquelle favoriser. Sans doute un équilibre entre les deux constitue-t-il la meilleure voie, celle du juste milieu. Une conduite éthique sur le plan de la technique, c’est-à-dire le respect des règles de pratique, peut donc, à la limite, servir de justificatif à une bonne conscience morale. On touche alors à la dimension anthropologique de l’éthique aristotélicienne : une telle éthique repose sur une conception particulière de l’être humain, perçu comme disposé à faire le bien, à transcrire dans ses habitudes l’orientation vers la droiture et la vérité.

  • 20 C’est le cas notamment de John C. Merrill, Eugene H. Goodwin et John L. Hulteng.

104Pourtant, plusieurs des auteurs contemporains qui ont abordé la question de l’éthique journalistique se réclament de la morale kantienne20. Comment dès lors expliquer le fait que l’activité journalistique répond prioritairement aux exigences d’efficacité en même temps qu’elle prétend s’appuyer sur la liberté et tenir compte de la dimension morale ? Il apparaît à tout le moins que les travers et les excès reprochés continuellement aux médias peuvent indiquer que la réconciliation entre ces divers ordres d’exigences demeure difficile et que l’objectif de l’efficacité a tendance à primer sur les impératifs moraux. Il résulte de cette prépondérance accordée à l’efficacité une série de caractéristiques discutables, jugées négativement par rapport à l’idéal de service public que l’information prétend servir : le sensationnalisme, l’information-spectacle, la surenchère des faits divers, l’intrusion dans les vies privées, la manipulation de l’opinion, la désinformation, l’étalage de scandales de toutes sortes (sexe, finances, violence) de manière plus ou moins pertinente au regard de l’intérêt public, toutes manœuvres induites par une recherche exagérée de la rentabilité qui passe par une augmentation, fût-elle momentanée, du tirage et des cotes d’écoute.

Le deuxième déplacement des instances de responsabilité

105Le changement dans la définition même de l’information à la faveur de l’évolution de la doctrine libérale se trouve non seulement à l’origine d’une modification profonde de la responsabilité des journalistes quant à leur pratique professionnelle, comme on l’a vu, mais elle est également associée à un deuxième type de déplacement des instances de responsabilité éthique. En changeant de statut, l’information est passée d’un service public à un produit manufacturé et mis en marché. De la même manière, les journalistes ont perdu une partie de leur autonomie professionnelle pour devenir peu à peu des rouages d’un système dans lequel ils ont un statut d’employés (comme on le verra aux chapitres suivants).

106À travers cette évolution du libéralisme, les entreprises de presse ont continué de bénéficier, au nom des garanties constitutionnelles, d’un régime de totale liberté qui leur permet d’échapper à toute forme de contrôle de la part des instances gouvernementales ou de l’État et, de surcroît, de ne s’astreindre qu’à une forme plutôt relâchée d’autodiscipline. La justification absolue d’un tel état de fait réside dans la primauté accordée à la liberté de la presse et, surtout, au droit du public à l’information. Ce sont là des principes auxquels ont constamment recours les défenseurs du régime libéral en matière d’information, qui les utilisent dans une conception quelque peu différente du sens original prêté à de tels principes.

107Si le droit du public à l’information est d’apparition relativement récente, ce qui du reste expliquerait le flou dans lequel se trouvent sa définition et son application, on ne peut en dire autant des concepts de liberté d’expression et de liberté de presse qui, eux, datent de la fin du XVIIIe siècle environ. Or, si l’idéal de société qu’ils incarnent est encore valable aujourd’hui, ces principes sont étroitement liés au libéralisme classique et la définition qu’on en a donnée de même que leur application dans la réalité suivent pas à pas l’évolution de ce système au cours des deux derniers siècles. La presse elle-même a évolué à la faveur du régime libéral : les petites initiatives locales, souvent lancées par un seul homme à tout faire, sont devenues des grosses entreprises modernes qui jouissent d’un prestige rayonnant et d’un capital considérable. L’information, de nos jours, constitue une industrie d’envergure transnationale, aux ramifications multiples, dont l’existence dépend des lois du marché et de la concurrence.

108Que signifient deux siècles plus tard les grands principes fondamentaux sur lesquels repose l’existence de cette industrie ? Qu’entend-on aujourd’hui par liberté d’expression, liberté de presse, liberté d’information ? Si les principes servent encore de fondements valables, il n’en est pas moins vrai qu’aucune redéfinition n’a été apportée et qu’une révision s’imposerait sans doute. À l’origine, la liberté de presse devait servir de garantie à la démocratie : pour éclairer le peuple dans sa participation à la gestion politique des affaires communes, il fallait que soient largement diffusées toutes les opinions, exposées toutes les options. Mais le credo libéral s’est peu à peu affadi et avec lui les notions même qu’on trouve au cœur des concepts fondamentaux, ce qui amène John C. Merrill (1974) à dénoncer trois mythes sur lesquels se fonde le régime libéral de la presse : le droit à l’information, le droit d’accès, le quatrième pouvoir.

  • 21 Jerome A. Barron, « Access to the Press : A New First Amendment Right », Harvard Law Review, autom (...)
  • 22 Traduction libre de l’expression bien connue « free marketplace of ideas », qui désignait la press (...)

109Pour le philosophe américain, qui traduit un certain courant conservateur, le droit du public à l’information n’est qu’un slogan aux allures plus ou moins démocratiques qui sert de justification commode mais qui n’a pas de sens réel. Quelle serait la source d’un tel droit ? demande Merrill. Quelle obligation entraîne-t-il : celle de tout dire ? de tout savoir ? John C. Merrill affirme que, si l’on suit cette fausse logique, seul un gouvernement-éditeur pourrait assumer la responsabilité ultime de diffuser toutes les informations que l’ensemble des citoyens devraient connaître. Le deuxième mythe que Merrill fustige vient d’un universitaire, Jerome A. Barron21, qui, 20 ans après la commission Hutchins, proposa qu’un droit d’accès aux médias soit accordé au public, en vertu d’une nouvelle interprétation du premier amendement de la Constitution américaine. Cette nouvelle définition du « libre marché des idées22 » suscita immédiatement une vive controverse aux États-Unis tant en raison de son caractère idéaliste et irréaliste que des difficultés d’application qu’elle présenterait : comment gérer ce droit d’accès dans une société pluraliste où coexistent d’innombrables opinions minoritaires ? Enfin, le troisième mythe, celui de la presse définie comme le quatrième pouvoir, résiste à la critique depuis plus longtemps et tend à s’incruster. Ce concept suppose de considérer la presse comme un chien de garde du gouvernement et soulève une ambiguïté fondamentale : comment la presse pourrait-elle participer de la gestion des affaires publiques en y exerçant un pouvoir, ce que sous-entend l’expression « quatrième pouvoir », et en même temps entretenir un rapport d’adversaire avec le gouvernement dont elle aurait pour mission d’être le chien de garde ?

110Si le fonctionnement même de la presse en régime libéral s’appuie sur des mythes qu’un examen sérieux détruit assez facilement, comment expliquer alors la pérennité de telles croyances ? Si les mythes passent pour la réalité, c’est qu’ils servent à masquer le réel et empêchent, jusqu’à un certain point, de le scruter au-delà des apparences. Ils permettent surtout d’entretenir des justifications derrière lesquelles se camouflent tous les excès et toutes les erreurs. Ils ont également pour fonction primordiale d’éviter aux entreprises de presse et aux journalistes un examen attentif de leurs pratiques par les autorités publiques. En cela, ils contribuent au maintien d’un état de fait où plusieurs trouvent leur intérêt. On doit en effet constater que le système d’autodiscipline que se sont donné les médias au cours des 40 dernières années n’a pas réussi à réglementer les pratiques ni à éviter les excès. Il n’a guère permis non plus que s’élaborent des modes fonctionnels de participation du public (entendu au sens général du terme) aux mécanismes de surveillance et de gestion de l’éthique journalistique.

111Le fonctionnement des médias d’information dans le régime libéral a donc grandement favorisé une déresponsabilisation des instances publiques qui, en toute logique, auraient dû jouer un rôle de surveillance et de régulation des pratiques journalistiques au nom de la nécessaire protection de la liberté de l’information. Au contraire, l’évolution de l’industrie de l’information tend à écarter tout regard inquisiteur, tant celui du public que des autorités gouvernementales, au nom d’une liberté (de presse) absolue qu’il importe de sauvegarder même au prix d’erreurs occasionnelles et d’excès trop souvent répréhensibles.

112Cette justification illustre à quel point l’impératif unique que s’est donné le monde de l’information journalistique, au nom des grands principes fondamentaux, se résume à celui de la liberté. Liberté individuelle pour les journalistes qui bénéficient d’une marge de manœuvre balisée seulement par des règles de pratique applicables selon les circonstances et en vertu desquelles il est facile, au nom des exigences de la production, de réconcilier les impératifs moraux avec les contraintes de la production. Liberté collective de la presse qui, même si elle est devenue une industrie florissante dans le système capitaliste, continue d’entretenir l’ambiguïté lui permettant de passer pour autre chose que ce qu’elle est, c’est-à-dire d’être assimilée à une sorte de service public dont dépend l’existence de la démocratie sans être considérée aussi comme une industrie qui devrait être astreinte, au même titre que les autres, à une forme d’examen ou de contrôle.

Le déplacement des instances de responsabilité éthique (2e niveau)

Le déplacement des instances de responsabilité éthique (2e niveau)

113Le déplacement des instances de responsabilité éthique s’opère en deux temps : d’abord, celle-ci passe de la conscience individuelle dépouillée de sa responsabilité première aux instances collectives, soit les mécanismes de gestion et de définition de la déontologie, tant corporatifs que corporatistes ; ensuite, depuis ces deux premières instances, elle glisse vers un troisième niveau, celui des autorités publiques et du public en général, où se manifeste une autre forme de déresponsabilisation à caractère systémique.

114On en conclut donc à l'existence d’une sorte de vacuum où se pose la question de la responsabilité éthique sur les plans de la formulation, de l’application ou de la gestion de la déontologie journalistique. Ce vacuum permet à toutes les instances d’éviter d’être confrontées au problème de fond de la responsabilité morale et contribue à maintenir un système d’où toute forme d’imputabilité est absente, un cas absolument unique en matière de déontologie professionnelle. Seule la transparence de la procédure peut servir à désigner les responsabilités de chacun et à justifier, le cas échéant, la plupart des pratiques et mêmes des erreurs.

Conclusion

115Le déplacement des instances de responsabilité éthique ne va pas sans provoquer de dilemmes graves, voire insolubles, aux journalistes et aux entreprises de presse. Pourtant la réflexion collective pourrait éventuellement amorcer des pistes de réconciliation. Ainsi, réaffirmer par exemple la primauté de la responsabilité du journaliste en tant qu’individu comme pierre angulaire de l’activité journalistique aurait pour effet de contrebalancer l’importance exagérée prise par les instances collectives intermédiaires (profession, entreprises) ou terminales (public). L’important demeure d’éviter le vacuum complet (décrit dans le tableau de la page précédente), qui est d’autant plus dangereux qu’il s’accompagne, surtout dans l’esprit du public, d’un sentiment généralisé d’impuissance à l’égard des médias. La réhabilitation de l’importance de la responsabilité individuelle ne s’applique pas qu’aux seuls individus journalistes, mais peut également trouver un écho dans la collectivité élargie, où il pourrait revenir à chaque citoyen de se sentir personnellement concerné par la qualité de l’information disponible. L’engagement, dont on parlait précédemment, le sens de la rationalité et le respect de la liberté n’ont de signification véritable dans une société que si les gens ont le sentiment de n’être pas seulement traités en simples consommateurs mais d’être partie intégrante d’un système qui, théoriquement du moins, doit servir les intérêts de l’ensemble de la collectivité.

  • 23 Voir « The Public », dans Responsibility of Mass Communication, édition révisée par William L. Riv (...)

116La société dispose de trois types d’instruments dont l’utilisation concertée pourrait seule permettre un rééquilibrage des instances de responsabilité et entraîner une mise en œuvre de l’imputabilité des médias23.

117Ces trois types d’instruments sont associés

  • au gouvernement,
  • aux médias eux-mêmes,
  • au public.

118Le gouvernement dispose d’instances de réglementation à plusieurs niveaux : local, régional et national ; les médias sont des entreprises auxquelles se rattachent un personnel et différentes associations officielles et non officielles qui le regroupent ; enfin le public dispose de structures de regroupement et de représentation, également officielles et non officielles. Ce sont là autant de portes d’entrée pour l’avènement de mécanismes reconnus susceptibles d’entraîner une plus grande imputabilité des entreprises de presse.

119Mais naturellement, il y a des adversaires acharnés de toute formule qui permettrait à l’État de repousser les sacro-saintes frontières de la liberté de l’information ; ils situent la responsabilité principale sur le plan du professionnalisme que la population serait en droit d’attendre des journalistes plutôt que du point de vue d’une obligation pour les citoyens d’assumer, par l’entremise de l’État, un type de responsabilité collective.

120Il est vrai que la moralité ne peut être déterminée par voie législative. Les sanctions qui s’appliquent aux conduites amorales ou non éthiques sont normatives, non judiciaires. Ultimement, ce sont les groupes de référence, les « communautés épistémologiques » (Thayer, 1980), c’est-à-dire les sous-groupes qui partagent des valeurs, des référents et des objectifs communs, qui établissent ce qui est acceptable ou ce qui ne l’est pas.

121Dans la réalité, l’éthique journalistique au Québec est perçue comme un ensemble de règles de conduite héritées de la tradition, des coutumes et de l’usage, et destinées à guider les actions des journalistes et des médias, sur le plan tant individuel que collectif. On se réclame ici de l’héritage anglo-saxon et l’on privilégie une éthique non codifiée, dont la gestion emprunte le modèle de l’autoréglementation et dont l’interprétation est laissée au Conseil de presse, créé en 1973, à la collectivité journalistique ou à la conscience de chacun le cas échéant. Cette situation particulière, qui ressemble à celle des autres pays anglo-saxons, s’explique par le type de législation et de fondements juridiques qui servent de balises légales au journalisme québécois.

122Nous reviendrons plus loin dans cet ouvrage sur le problème de la responsabilité, qui apparaît dès lors comme un enjeu principal et le centre de la solution au questionnement éthique, pour ce qui est du journalisme tout au moins. Pour l’instant, contentons-nous de constater que la posture éthique dominante en journalistime est essentiellement relativiste et situationniste, ce qui ne va pas sans entraîner toutes sortes de conséquences plus ou moins heureuses. Un grand nombre de journalistes poursuivent des intérêts personnels et égoïstes, comme la gloire ou le succès. Au mieux sont-ils pragmatiques, appliquant au domaine professionnel les valeurs qui guident leur vie privée (Merrill, 2002). Par conséquent, il serait mal vu d’évoquer le sens du devoir ou de l’engagement, ou encore de porter un jugement de valeur. L’opinion de l’un est censée valoir celle de l’autre ; ce qu’on prend pour de la tolérance et du respect finit par aboutir à un vide complet de réflexion, à une absence de sens critique, à un laisser-aller généralisé. Toutes ces répercussions ne peuvent faire autrement que favoriser d’autres modalités de règlement des conflits et le recours aux poursuites judiciaires notamment, où l’on recherche désormais le nécessaire arbitrage de dilemmes qui, au fond, relèvent de l’éthique.

123D’autres ne partagent pas un tel pessimisme et continuent de susciter une réflexion éthique qui doit s’ancrer résolument dans la réalité de manière à fournir des issues adéquates aux problèmes quotidiens qui se posent à l’information (Black, 2002). On s’entend pour reconnaître, de part et d’autre, que la seule codification des règles déontologiques ne suffit pas à insuffler un sens éthique dans une profession où les défis sont multiples et où les praticiens sont trop souvent laissés à eux-mêmes ou soumis aux contraintes de la production et de la rentabilité.

124L’esprit du temps a contribué largement à provoquer un glissement graduel où la morale individuelle (éthique autonome) a peu à peu cédé le pas à une prédominance de la pratique collective, à laquelle tous les journalistes sont initiés et doivent se soumettre (éthique hétéronome). À cette désertion sur le plan de la conscience individuelle, jadis prédominante, correspond un autre type d’abandon : celui de la responsabilité collective envers l’institution qu’est l’information.

L’évolution de l’éthique journalistique au Québec se caractérise donc pour ce qui est des fondements philosophiques par une déresponsabilisation globale qui découle non pas d’une action concertée mais plutôt de l’effet combiné de plusieurs facteurs d’ordres divers :
1. Le changement dans la nature même et le statut social de l’information ; celle-ci est passée, en moins de deux siècles, d’un service à caractère public à un produit commercial, un phénomène qu’on peut appeler processus de marchandisation de l’information.
2. Le déplacement de la responsabilité éthique d’une instance individuelle vers une instance collective, favorisé par de nombreux facteurs dont une restructuration de l’activité journalistique et une importance accrue de l’encadrement corporatiste, syndical, corporatif des journalistes. Il s’agit du phénomène de déplacement des instances de responsabilité éthique, que nous venons de décrire et qui se caractérise par un relâchement des impératifs moraux individuels et un laisser-aller collectif quant aux obligations liées à la Responsabilité sociale qui s’imposent aux entreprises de presse en régime libéral.
3. La faillite des modalités d’autodiscipline mises en place depuis l’après-guerre dans les tentatives de réglementer les pratiques journalistiques et de corriger les excès périodiques de la presse (que nous analyserons plus avant au chapitre suivant).
4. L’absence de toute forme d’imputabilité imposée par les autorités politiques ou judiciaires aux médias, qui obligerait l’industrie à rendre des comptes en échange de la très grande liberté garantie à l’information (ce dont nous discuterons également plus en profondeur dans le prochain chapitre).
5. La dérive dans l’interprétation du concept de liberté en tant que fondement garantissant une presse autonome et indépendante des pouvoirs publics, tant liberté d’expression et d’opinion que liberté de presse et, plus récemment, droit du public à l’information, droit à la communication et liberté de l’information.

Notes

1 Voir la thèse de Lucien Sfez dans Critique de la communication (Paris, Seuil, 1990) citée par Gilles Gauthier (1992, p. 20-21).

2 Altschull écrit : » [...] the term social responsibility is a term devoid of meaning », (1984, p. 302).

3 Voir P. Berger et T. Luckmann, H. Garfinkel et A. Schutz ; Gaye Tuchman fournit des références aux ouvrages suivants : P. Berger et T. Luckmann, The Social Construction of Reality, 1967 ; H. Garfinkel, Studies in Ethnomethodology, 1967 ; et A. Schutz, Collected Papers, volume I : The Problem of Social Reality, 1962 ; volume II : Studies in Social Theory, 1964 ; volume III : Studies in Phenomenological Philosophy, 1966 ; et The Phenomenology of the Social World, 1967.

4 Un exemple de l’application de cette théorie se trouve dans l’ouvrage de Eliseo Veron, Construire l’événement : les médias et l’accident de Three Mile Island, 1981.

5 Dans la mythologie grecque, Antigone, fille d’Œdipe et de Jocaste, est condamnée à mort pour avoir enseveli son frère, désobéissant ainsi aux ordres de son père. Elle se porte à la défense du devoir moral, familial et religieux, en opposition à la raison d’État.

6 En anglais, certains termes reviennent constamment : accuracy, fairness, truthfulness, objectivity, comme dans le Code of Ethics, de la Society of Professional Journalists, Sigma Delta Chi, adopté en 1973 et renouvelé en 1996, dans le Statement of Principles de l’American Society of Newspaper Editors de 1975 et dans le code de l’Associated Press Managing Editors, également de 1975, reproduits dans John L. Hulteng, Playing it Straight, 1981, p. 77-87.

7 Les ouvrages signés par des journalistes d’expérience, tant aux États-Unis qu’en Europe ou au Québec, offrent plusieurs exemples de ce type de situation ; la plupart du temps, les justifications fournies reposent sur la recherche d’un bien commun supérieur à celui que permettrait d’atteindre l’exactitude des faits ou la fidélité absolue à la réalité. Cette logique comporte des dangers évidents et peut mener, dans des cas extrêmes, à la désinformation et à la propagande.

8 Voir à ce sujet les témoignages cités par T. Joseph Scanlon dans Ethics, Morality and the Media : Reflections on American Culture, sous la direction de Lee Thayer (1980).

9 Voir à cet égard deux guides qui ont le mérite d’établir clairement, en dépit de leurs approches très différentes, la spécificité des règles qui guident les journalistes français et québécois : Les droits et les devoirs du journaliste (Paris, Éditions du Centre de formation et de perfectionnement des journalistes, 1992) et Questions d’éthique. Jusqu’où peuvent aller les journalistes ?, ouvrage collectif de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (Québec/Amérique, 1991). Pour un panorama encore plus large, on peut consulter l’ouvrage de Nordenstreng et Topuz (1989), Journalist : Status, Rights and Responsibilities.

10 Walter Lippmann, auteur de Public Opinion, paru en 1922, écrivait qu’il importe d’établir la distinction entre les nouvelles et la vérité pour que personne ne les confonde. La fonction de la nouvelle, disait-il, est de rapporter un événement ; la fonction de la vérité est de mettre en lumière les faits cachés.

11 La question de la codification sera abordée dans le prochain chapitre.

12 Voir à ce sujet l’énoncé du Conseil de presse du Québec, dans Le Conseil de presse du Québec et le droit du public à l’information (1981). Nous reviendrons sur ce concept au chapitre 2.

13 Certains auteurs, comme Elie Abel dans « Hutchins Revisited : Thirty-Five Years of Social Responsbility Theory » (1984), en attribuent la paternité à Harold Cross dans un livre publié en 1953, The People’s Right to Know (New York, Columbia University Press). D’autres, tel Conrad C. Fink (1988), font remonter la formulation du principe du droit du public à l’information à Kent Cooper dans un ouvrage qui aurait été publié en 1942 chez Farrar and Rinehart, à New York, et intitulé Barriers Down, qui contient un vigoureux plaidoyer en faveur de la libre circulation de l’information dans le monde.

14 Traduction libre d’une citation de Donald McDonald : « The Commission said that, among other things, the press owes to society “a truthful, comprehensive, and intelligent account of the day’s events in a context which gives them meaning” », dans « Is Objectivity Possible ? », The Center Magazine, (Center for the Study of Democratic Institutions, Santa Barbara [CA], vol. IV, no 5, sept.-oct. 1971), reproduit dans Ralph D. Barney et John C. Merrill (dir.), Ethics and the Press (1975), p. 69-88.

15 Bernard Roshco, Newsmaking (Chicago, University of Chicago Press, 1975) et Gaye Tuchman, « Objectivity as Strategic Ritual : An Examination of Newsmen’s Notions of Objectivity », American Journal of Sociology (vol. 77, no 4, p. 660-679), tous deux cités par Gilles Gauthier dans « La mise en cause de l’objectivité journalistique », Communication (vol. 12, no 2, automne 1991, p. 81-115).

16 D’après la citation de Conrad Fink (1988, p. 15) : « In the late 1800’s and early 1900’s, there developed concepts of “objective” reporting and “social responsibility”, which hold that the press has responsibilities linked to its rights. »

17 Voir la Commission on Freedom of the Press, A Free and Responsible Press. A General Report on Mass Communication : Newspapers, Radio, Motion Pictures, Magazines, and Books (Chicago, University of Chicago Press, 1947).

18 La théorie de la Responsabilité sociale est une des fameuses « quatre théories de la presse » réunies dans Four Theories of the Press, de Fred. S. Siebert, Theodore Peterson et Wilbur Schramm, 1956.

19 Même s’il s’agissait d’une fiction, on se souvient que les téléséries Scoop et Scoop II, qui sont l’œuvre de deux auteurs montréalais, dont le journaliste Réjean Tremblay ainsi que Fabienne Larouche, et qui ont été diffusées à Radio-Canada de janvier à avril 1992 et 1993, ont fourni de nombreux exemples de ce déplacement systématique de l’instance individuelle de responsabilité éthique vers l’instance collective.

20 C’est le cas notamment de John C. Merrill, Eugene H. Goodwin et John L. Hulteng.

21 Jerome A. Barron, « Access to the Press : A New First Amendment Right », Harvard Law Review, automne 1969, cité par John C. Merrill dans The Imperative of Freedom, 1974, p. 108.

22 Traduction libre de l’expression bien connue « free marketplace of ideas », qui désignait la presse à la fin du XVIIIe siècle.

23 Voir « The Public », dans Responsibility of Mass Communication, édition révisée par William L. Rivers et Wilbur Schramm en 1969, reproduit sous le titre « Quality in Mass Communications », Ethics and the Press, de Barney et Merrill (1975), p. 37-47.

Table des illustrations

Titre Les pôles de l’acte journalistique et de l’éthique
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15600/img-1.jpg
Fichier image/, 125k
Titre Le déplacement des Instances (1er niveau)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15600/img-2.jpg
Fichier image/, 111k
Titre Le déplacement des instances de responsabilité éthique (2e niveau)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15600/img-3.jpg
Fichier image/, 84k

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540