Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éthique de l'information

 | 
Armande Saint-Jean

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est né d’un devoir de reconnaissance, pour reprendre l’expression d’un ami. Je crois que la vie m’a gâtée et, depuis longtemps, je ressens vivement le besoin de rendre à la société en général et à la collectivité journalistique en particulier un peu de ce qu’elles m’ont donné. J’ai eu le bonheur de pratiquer le journalisme pendant 25 ans, soit les deux tiers de ma vie active. À l’université, je consacre mes recherches et une partie de mon enseignement à cette profession, à laquelle je me sens toujours attachée. Je remercie donc tous les amis et les connaissances que j’ai dans ce milieu pour l’incomparable richesse que j’ai tirée à les côtoyer au fil des ans. Cet ouvrage leur est destiné, ainsi qu’à l’ensemble des journalistes, dans l’espoir d’enrichir leur vie professionnelle et de les aider à persévérer dans la recherche de l’excellence.

2Dans la genèse de l’ouvrage, il y a eu une thèse de doctorat, présentée et défendue en 1993 à l’Université McGill. Ma reconnaissance va tout particulièrement à la Pre Gertrude J. Robinson, aujourd’hui retraitée, qui m’a guidée dans cette recherche et a dirigé la rédaction de la thèse. Dans l’existence, certaines personnes jouent un rôle essentiel. Gee-gee, comme elle aime qu’on l’appelle, m’a amenée à réconcilier des fragments de ma vie qui autrement seraient demeurés épars. Collègue, mentore et amie, c’est à elle que le livre est dédié, en gage de remerciement pour m’avoir encouragée à entreprendre et à terminer une tâche de cette envergure et pour avoir insisté souvent par la suite pour que de cette thèse naisse un livre.

3Un travail de cet ordre ne va pas sans bouleverser la vie personnelle. Il m’importe d’adresser aussi des remerciements très sincères aux membres de ma famille immédiate : Pauline, Charles-Olivier et Marie-Claude, qui m’ont témoigné quotidiennement l’affection, le soutien et la compréhension qui m’étaient nécessaires pour réussir. Un mot pour souligner l’apport inestimable de l’éditrice, Florence Noyer, qui m’a invitée aux PUM et sans qui je n’aurais sans doute jamais trouvé le courage et la détermination de mener ce travail à terme.

4Enfin, je tiens à souligner que c’est grâce aux subventions du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) et du Fonds pour la formation des chercheurs et l’aide à la recherche (FCAR) que j’ai pu poursuivre mes projets de recherche au cours des 10 dernières années. Ma reconnaissance va donc aux deux principaux organismes subventionnaires sans lesquels il serait impossible, à nous, universitaires, de poursuivre la recherche, la réflexion et la critique et de faire ainsi avancer les connaissances.

5asj/Stanstead-Est, juin 2002

6NOTE : Depuis de nombreuses années, je me suis fait l’apôtre de la féminisation systématique des textes. On verra que je fais ici une entorse à mes principes puisque, cédant à la tendance dominante, je me suis rendue à l’argument selon lequel l’inclusion du féminin dans le masculin favorise la clarté et la lisibilité. J’ose espérer que ceux et celles qu’une telle pratique pourrait offusquer réussiront à poursuivre la lecture et sauront m’excuser.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter