Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Marrakech

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Workshop_Atelier/terrain en suivi

Philippe Poullaouec-Gonidec

Texte intégral

1Activité de transfert des connaissances et d’apprentissage d’une coopération internationale Nord-Sud, le Workshop_Atelier/terrain de Marrakech aura été avant tout un laboratoire, une expérimentation quant à la mise en œuvre d’une pédagogie ancrée (in situ) dont le but est de léguer les résultats aux collectivités locales concernées. À cet égard, cet ouvrage devient un outil de références puisqu’il collige l’ensemble des réflexions porteuses de projets.

2Comme il a été mentionné dans la présentation de ce recueil de projets, ce temps de réflexion, qui a pris place à Marrakech en automne 2004, appelle un lendemain. Les retombées de cette rencontre internationale sont multiples. En fait, cette activité est l’un des maillons d’une stratégie qui vise à soutenir la réflexion et à promouvoir la mise en projet du paysage pour induire le développement viable de certains territoires urbains laissés pour compte que constitue généralement la périphérie des villes et des métropoles du Sud et du Nord.

Workshop_Atelier/terrain : effets structurants d’une coopération interuniversitaire et d’un partenariat avec les collectivités publiques (réf. : Agence urbaine et municipalité)

3De ce point de vue, le Workshop_Atelier/terrain de Marrakech est l’une des trois activités réalisées simultanément par la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CUPEUM) au Maroc en 2004-2005. Pour cet organisme et de l’avis de ses partenaires marocains, l’enseignement, la formation continue et la recherche appliquée constituent des pôles d’action indissociables (voir figure page précéente) pour répondre aux nouveaux et nombreux défis de l’aménagement du territoire et aux enjeux de développement des villes du Maroc.

4Les trois activités menées de front s’interpellent mutuellement tantôt comme élément d’appui à la recherche tantôt comme élément de référence pour soutenir une formation continue. Le Workshop_Atelier/terrain de Marrakech induit des effets structurants directs et indirects sur ces deux plans :

5• Workshop_Atelier/terrain, un appui au développement de la recherche

  • 1 Ce séminaire de recherche organisé conjointement avec le Département d’architecture et d’analyse de (...)

6Cette activité répond à l’un des souhaits exprimés lors de la plénière du 1er forum international de la chaire UNESCO en paysage et environnement (CUPEUM) à Paris (octobre 2003) à savoir d’engager une recherche appliquée en vue de documenter les phénomènes de qualification paysagère et de promouvoir des cadres opératoires pour le développement et la gestion des villes inscrites au réseau international de la CUPEUM. Il a été aussi convenu que cette recherche passait par la mise en œuvre d’un « Observatoire international des paysages de l’urbain » dont la première phase porterait sur les territoires périurbains. Le 1er séminaire de recherche1, qui s’est déroulé à Rome (Italie) quelques mois avant la tenue de l’activité à Marrakech, a été l’occasion de clarifier les termes de cette recherche internationale et de reconnaître dans le cadre de celle-ci, la portée et la valeur scientifique des Workshop_Atelier/terrain de la CUPEUM menés dans les pays du Sud.

  • 2 À cette fin, il a été convenu que chacune des institutions universitaires engagées dans cet observa (...)

7Ainsi, au-delà de l’expérience pédagogique, l’activité de Marrakech s’inscrit de fait dans un agenda de recherche. Les 11 projets constituent des hypothèses de travail pour les acteurs et décideurs locaux (municipalité, Agence urbaine, etc.) et pour les universitaires des institutions marocaines impliquées dans cette activité. L’opérationnalisation des résultats du Workshop_Atelier/terrain nécessite dès lors un partenariat entre les organismes publics et universitaires concernés pour assurer le soutien (budgétaire ou logistique) de chacune des réflexions et pour contribuer ultérieurement à la mise en œuvre d’actions concrètes par les pouvoirs publics2

  • 3 Voir à cet effet le projet MAPAT 2005-2006 : « Master en architecture de paysage » soutenu et finan (...)
  • 4 Relevons ici l’intérêt de l’Agence urbaine de Rabat-Salé de développer une coopération de recherche (...)

8• Workshop_Atelier/terrain, un soutien à la formation continue À l’heure où le Maroc reconnaît la question du paysage comme enjeu de mise en valeur et de développement du territoire et qu’il s’engage à soutenir une formation en architecture de paysage3, il devenait important de soutenir des activités de formation auprès des experts impliqués (architectes et urbanistes) dans l’aménagement des villes. Ainsi, à l’initiative de l’École nationale d’architecture (ENA) de Rabat et en préambule au Workshop_ Atelier/terrain de Marrakech, la chaire UNESCO en paysage et environnement organisait une première formation continue en architecture de paysage auprès des architectes et des urbanistes du Maroc. Cette première initiative démontrait l’importance de soutenir une formation dans le domaine du paysage évoquée, là encore, lors du 1er Forum de la CUPEUM à Paris. Par ailleurs, c’est en sensibilisant les architectes et les urbanistes des agences urbaines du Maroc aux questions de paysage et d’architecture de paysage que ces formations continues pourraient être garantes de réflexions similaires à celles menées à Marrakech, et plus largement inciter les autres villes à initier des projets et des plans de paysage4 sur leur territoire. Il est clair que les prochaines formations continues bénéficieront directement de ces expériences terrains. De ce point de vue, les Workshops_Atelier/terrain menés et planifiés par la CUPEUM (avec l’appui de son réseau de coopération scientifique à travers les pays du Sud du bassin méditerranéen) constitueront un matériel pédagogique de premier plan qui devrait contribuer à l’édification d’un savoir-faire singulier et original en regard de l’aménagement des territoires périphériques des villes et métropoles concernées.

9Le Workshop_Atelier/terrain de Marrakech s’inscrit dans une conjonction d’actions comme il a été mentionné précédemment. Celle-ci génère immanquablement des opportunités que doivent saisir les partenaires universitaires impliqués de Marrakech et de Rabat, l’Agence urbaine de Marrakech et la municipalité de cette ville. Cette réflexion sur la palmeraie menée par 45 étudiants de 8 institutions universitaires est un point d’appel à la mobilisation face à la mutation brutale que subit ce territoire périphérique depuis ces dernières années. Le suivi est d’autant plus essentiel que les réflexions et expertises publiques sont quasi absentes en regard des problématiques périurbaines de Marrakech (réf. : préservation, mise en valeur et développement des paysages). C’est de ce contexte et à l’instar de sa valeur pédagogique unique dans le domaine de l’architecture de paysage que cette activité internationale trouve sa véritable pertinence. À l’évidence, elle a su léguer un substrat, soit une pléiade d’intentions paysagères. Mais celles-ci doivent se concrétiser en projets de paysage avec des acteurs locaux et plus largement avec la société civile. C’est de ce point de vue qu’il sera possible de mesurer la valeur structurante de cette réflexion. C’est bien là le défi auquel doivent faire face les lendemains du Workshop_Atelier/terrain de Marrakech sur le territoire de la palmeraie.

Notes

1 Ce séminaire de recherche organisé conjointement avec le Département d’architecture et d’analyse de la Cité de l’Université de Rome La Sapienza et la chaire UNESCO en paysage el environnement (CUPEUM) regroupait les représentants scientifiques du Maroc, de l’Italie. de l’Espagne, du Liban et du Canada.

2 À cette fin, il a été convenu que chacune des institutions universitaires engagées dans cet observatoire international des paysages ratifie des conventions de coopération scientifique avec des institutions locales ou avec des ministères directement concernés par les problématiques identifiées.

3 Voir à cet effet le projet MAPAT 2005-2006 : « Master en architecture de paysage » soutenu et financé par le programme TEMPUS/MEDA III de la Communauté Européenne, voir site Internet : www.mastermapat.com

4 Relevons ici l’intérêt de l’Agence urbaine de Rabat-Salé de développer une coopération de recherche sur la question des paysages périphériques de Rabat avec la CUPEUM.

Table des illustrations

Légende Workshop_Atelier/terrain : effets structurants d’une coopération interuniversitaire et d’un partenariat avec les collectivités publiques (réf. : Agence urbaine et municipalité)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15403/img-1.jpg
Fichier image/, 112k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15403/img-2.jpg
Fichier image/, 347k

Auteur

Titulaire Chaire UNESCO en paysage et environnement Université de Montréal (Canada)

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540