Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Marrakech

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 3. À propos du Workshop_atelier/Terrain...

La substance du projet de paysage

Stefan Tischer

Texte intégral

1L’enseignement court du projet d’architecture paysage de type Workshop_Atelier/terrain devient l’une des pédagogies les plus adaptées face à l’appréhension des enjeux d’aménagement du territoire. Par l’intensité de la réflexion imposée, c’est celle qui s’apparente aussi le plus au travail de création qu’imposent les concours professionnels en aménagement qui se réalisent en quelques jours.

2Par ailleurs, la lecture du territoire et du paysage demande la capacité de comprendre rapidement la spécificité, les problèmes et les potentialités d’un site en intégrant des points de la société civile et des analyses faites par d’autres disciplines d’experts (historiens, géographes, anthropologues, écologues, « touristologues » et agronomes). Cette compréhension multidisciplinaire des milieux naturels et humains mène directement au projet. C’est là, l’essentiel du métier de l’architecte paysagiste. Saisir la complexité dans toute l’expérience et les regards contradictoires qu’offre le lieu pour ensuite induire et insuffler l’idée illustrée du projet.

3Dans le Workshop_Atelier/terrain de Marrakech, toutes ces capacités étaient requises et mises en œuvre par les étudiants qui ont saisi, comme leurs professeurs, l’essentiel du lieu à travers une appropriation de terrain pour s’imprégner de ce territoire : la palmeraie.

4Les résultats de cette activité internationale intensive montrent la pertinence de cette approche de projet parce qu’elle porte les germes du futur dessein de la palmeraie. En réinterprétant les douars, les khettaras et bien d’autres éléments singuliers de ce territoire, les projets portent en eux une idée forte, celle de faire « revivre la palmeraie ».

5Réinterpréter sans tomber dans la nostalgie et le folklore ou dans une patrimonialisation triviale, là était le principal défi. Ainsi en s’opposant aux solutions territoriales qui résultent des effets engendrés par la mondialisation touristique (systèmes d’irrigation des golfs et cultures agricoles basées sur le pompage de l’eau de la nappe phréatique, lotissement et habitat haut de gamme qui transforment, les palmiers en vestige, les cultures en sol aride, les douars en bidonvilles, les voies routières en strip américaine, etc.), les actions d’aménagement proposées par le Workshop_Atelier/terrain apportent de nouveaux regards, de nouvelles possibilités de développement et de mise en valeur de la palmeraie. L’approche multidisciplinaire et multiculturelle y contribue et donne toute sa crédibilité à cette activité internationale.

6Lors de la clôture de l’activité à l’hôtel de ville de Marrakech, la présentation du maire était beaucoup plus qu’une reconnaissance du tutorat de la chaire UNESCO en paysage et environnement et du travail des étudiants. Il a reconnu l’importance d’engager une réflexion sur les modalités concrètes d’action à mettre en œuvre pour sauvegarder et pour mettre en valeur un patrimoine unique.

7Ainsi, je suis profondément convaincu que dans ce rendez-vous unique de réflexion à Marrakech, chaque étudiant et chaque professeur ont contribué à l’enrichissement du projet de paysage, à sa substance pour le bénéfice des prochains Workshop_Atelier/terrain de la chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15400/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540