Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Marrakech

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 3. À propos du Workshop_atelier/Terrain...

Un savoir novateur au service des collectivités

Léon Telvizian

Texte intégral

1Le développement urbain et paysager devient de plus en plus un champ d’action dont l’importance stratégique est à présent bien établie. En effet, un nombre croissant de chercheurs et d’acteurs publics et privés partagent depuis quelque temps un même constat : le processus de mondialisation s’accompagne par une forte et constante augmentation du taux d’urbanisation dans tous les pays et plus particulièrement dans les pays du Sud.

2Ce phénomène, qui s’effectue dans un contexte de libéralisme généralisé qui en a permis le développement, est accompagné notamment d’entrées en scène d’acteurs nouveaux : investisseurs et opérateurs privés (firmes multinationales, grandes sociétés de service...), disposant de moyens financiers considérables. La palmeraie, on l’a vu, est le théâtre de cette course effrénée à la « rentabilité paysagère » qui ne s’obtient que moyennant des restructurations économiques et territoriales spectaculaires ; par la marchandisation d’un paysage constitutif d’un territoire, d’une culture, d’un patrimoine et d’une société.

  • 1 Lire dans ce contexte « Les villes, la gouvernance, la démocratie locale. Réflexions sur l'expertis (...)

3Dans cette situation où les villes sont en fait au coeur d’un puissant mouvement de transformation sociale, il est vite apparu qu’à leur échelle les autorités locales, voire nationales, et leurs experts ne pouvaient plus maîtriser cette nouvelle réalité urbaine et paysagère avec les instruments classiques de la planification urbaine1. En effet, le plan directeur de Marrakech (tel qu’il nous a été donné de voir) appréhende difficilement les enjeux d’une urbanisation accélérée et s’en trouve ainsi réduit à un outil au service d’une politique de « légitimation » des diverses actions d’appropriation sauvage qui affectent durablement son espace social et son territoire.

4Ainsi, face à l’extrême complexité des problèmes auxquels ces villes sont exposées, il est certain que ceux qui détiennent un savoir destiné à devenir un savoir-faire dans la mise en œuvre des projets ont un rôle fondamental. Le rôle de la chaire UNESCO en paysage et environnement me semble bien s’inscrire autant dans la mise à contribution d’un savoir novateur au service des collectivités locales que dans une perspective de codéveloppement urbain et paysager durable. Le Workshop international de Marrakech, autour de la problématique paysagère de la palmeraie, illustre bien l’articulation des connaissances et des pratiques partagées d’experts et de chercheurs formés ou en formation venus de pays et de cultures variés.

5Pour conclure, fortes et enrichies par l’exercice à Marrakech, les universités participantes au Workshop_Atelier/terrain, bien qu’elles participent à un champ très diversifié des « métiers » de l’aménagement, vont se retrouver néanmoins en meilleure position pour assumer leur tâche de formation d’experts à la fois « pointus » et capables de situer leur savoir dans les réalités du monde tel qu’il est, et non pas tel qu’il est imaginé par les promoteurs immobiliers ou les acteurs d’un développement pensé uniquement en termes d’intérêts économiques restreints ou privés. Il s’agira donc pour nous, universitaires de ce réseau, de former des experts humanistes, sachant intégrer un savoir technique, une culture contemporaine et la préservation d’un patrimoine historique.

Notes

1 Lire dans ce contexte « Les villes, la gouvernance, la démocratie locale. Réflexions sur l'expertise » par Annik Osmont, socioanthroplogue (Osmont, A., « Les villes, la gouvernance, la démocratie locale. Réflexions sur l'expertise », dans Rapport sur le développement dans le monde, GEMDEV, Washington, Ed. Banque mondiale, 2000.)

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15399/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540