Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Marrakech

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 3. À propos du Workshop_atelier/Terrain...

Workshop de Marrakech : lieu d’échanges

Saïd Fakir

Texte intégral

1Pour formuler une brève appréciation personnelle sur le Workshop_Atelier/terrain de Marrakech je commencerai d’abord par le niveau scientifique où la combinaison à la fois de l’ampleur d’une telle activité universitaire (nombre et profil des participants), des enjeux évoqués par le thème de la palmeraie ce Marrakech (tourisme, habitat, agriculture...) et des résultats obtenus sous forme de 11 projets différents en a fait un laboratoire d’idées particulièrement fertile et instructif pour l’ensemble des participants et plus précisément pour les participants marocains.

2Concernant les retombées attendues du côté marocain, et qui ont été formulées tors du premier forum de la CUPEUM à Paris, cette manifestation devait à notre sens constituer un lieu de débat et de réflexion sur les questions du paysage et de l’environnement urbain posées dans un contexte marocain et développées face à des interlocuteurs locaux. C’est ainsi que nous avons été très satisfaits du travail de préparation préliminaire, aussi bien pour le choix du site d’intervention et l’esquisse du contour pédagogique que pour la définition précise des objectifs.

3Si l’aspect méthodologique dans le domaine du paysage forme une bonne thématique d’échange d’expertise et de transfert de savoir-faire, nous pouvons constater que notre requête a été très bien entendue. En effet, le Workshop_Atelier/terrain s’est parfaitement inscrit dans la ligne de nos préoccupations, du moment qu’il a largement favorisé la démarche contextuelle, impliquant une bonne prise de conscience des particularités territoriales, par le biais d’analyse de la complexité des composantes spatiales du site et de la réalité des enjeux révélés sur le terrain, évitant ainsi toutes approches interventionnistes et d’adaptation de solutions formelles élaborées sous d’autres cieux.

4L’autre dimension positive que j’aimerais souligner concerne l’implication des « experts » marocains (personnes-ressources), dont l’apport pluridisciplinaire a été déterminant pour la réussite de cette activité internationale et pour la pertinence des projets élaborés.

5Je ne peux terminer ce mot sans exprimer notre reconnaissance et notre gratitude envers les institutions étrangères (UNESCO, universités...) et toutes les personnes qui œuvrent pour le développement du domaine du paysage au Maroc, ainsi qu’une pensée particulière à la défunte Jalila KADIRI qui, malgré ses ennuis de santé, a pu participera ce Workshop_Atelier/terrain et marquer par sa présence cette importante manifestation de coopération et d’échange scientifique et culturel.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15393/img-1.jpg
Fichier image/, 181k

Auteur

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540