Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Marrakech

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 2. La palmeraie en projets de paysage

Interface

Mohamed Attaf, Hanane El Khatit, Yannick Roberge et Mathilde Rozet

Texte intégral

HISTORIQUE. ÉQUILIBRE NOURRICIER, DOUARS/PALMERAIE/VILLE

HISTORIQUE. ÉQUILIBRE NOURRICIER, DOUARS/PALMERAIE/VILLE

CONTEMPORAIN. DESTRUCTION PALMERAIE

CONTEMPORAIN. DESTRUCTION PALMERAIE

L’urbanisation actuelle et prévisible de la palmeraie est l’un des éléments majeurs sur laquelle la proposition se penche. Elle part du constat selon lequel la palmeraie est actuellement soumise à deux forces opposées qui la mettent en péril et qui semblent aussi vouloir caractériser son avenir : d’une part, l’exode rural qui augmente son occupation par les douars et, d’autre part, le développement de l’urbanisation et des structures d’accueil touristiques qui la grugent de manière désorganisée. La prolifération de ces implantations touristiques consommatrices d’espace et d’eau de même que l’extension, en nombre et en superficie, des douars aux conditions économiques précaires ne feront qu’amplifier les phénomènes de « douarisation » et de « disneyfication » de la palmeraie avec comme corollaire, l’amplification des problèmes environnementaux, culturels et économiques qu’elle connaît déjà.
La stratégie développée repose sur une volonté de renforcer la relation paysagère « ville (bâti) – palmeraie » en proposant une nouvelle forme d’implantation du bâti sensible à la matrice historique et paysagère du territoire. La création d’interactions et d’accès publics entre la ville et la palmeraie ainsi que la valorisation d’espaces d’agriculture non intensive et leur échange avec le monde urbain sont aussi des éléments indissociables de cette nouvelle configuration territoriale. À long terme, il est espéré que cette stratégie puisse redéfinir de nouvelles relations d’occupation socioéconomique.
PÉRIURBANITÉ
La périurbanité de la palmeraie, son échelle et sa situation dans la forme urbaine et régionale de la région de Marrakech sont ici posées et clairement assumées. Le projet est à l’image de cette qualité « d’entre-deux » qui définit la palmeraie, espace interface entre l’urbain et le régional. Les caractéristiques sociales de son occupation (tourisme, résidants étrangers, douars) et ses limites, bordée d’un côté par les murs de la médina et, de l’autre, par les terres arides du Haouz, tendent en effet à brouiller les traditionnelles distinctions conceptuelles entre l’urbain et le régional, entre le local et le global. Au coeur de ta palmeraie, ces oppositions semblent vouloir cohabiter et s’exprimer ; la stratégie développée veut en tirer parti.

LIMITER

LIMITER

Planifier les limites de l’extension bâtie, autant résidentielle que touristique, afin de renforcer la transition ville / palmeraie

AGRICOLE

AGRICOLE

Territoire cultivable entre les îlots urbains permettant les échanges agricoles

1OUED

Vaste dépression sculptée par la pression de l’eau qui y voyage, espace limitrophe à la ville et à la palmeraie, l’intervention vise à redonner à l’oued l’espace qui lui est nécessaire

2INTÉGRER

Comme le lit de l’oued dévorant sur son passage des morceaux de territoire. La forme de l”intervention peut intégrer la diversité du bâti existant qu’elle rencontre.

Ancienne forme d’irrigation, sa trace se superpose à la zone bâtie comme un axe structurant d’espaces verts

URBAIN

URBAIN

Répondre à la séquence des vides, des pleins, des axes et des volumes créés par la trame bâtie

copy/paste urbain ?

copy/paste urbain ?

SCHÉMA DIRECTEUR GLOBAL.
La matrice territoriale que forme le système de khettaras, toujours perceptible sur le territoire, est la trame organisatrice de l’implantation proposée. Cette trame est aussi historique puisqu’elle est à l’origine de l’orientation de la ville de Marrakech. Ce système a disparu mais sa mémoire subsiste, tournée vers l’avenir, à travers l’orientation des îlots et leur organisation interne

3C’est à l’interface de la ville de Marrakech et de la palmeraie, tout juste de l’autre côté du oued, que la proposition de design s’énonce, à la fois comme un modèle prototypique de l’implantation des zones bâties et comme un modèle particulier répondant aux qualités particulières du site.

4Cette zone est l’objet d’une extension de la ville qui gruge la palmeraie, nuisant ainsi à l’image d’une « palmeraie qui commence aux pieds de la médina ». La frontière entre la ville de Marrakech (la médina et la nouvelle ville), d’un côté, et la palmeraie, de l’autre, est plus ou moins claire sur le plan paysager.

5Cette zone frontière à la ville est aussi significative car elle pourrait être, de par sa proximité, la porte d’entrée des marrakchis pour ce grand jardin qu’est la palmeraie. Sur le plan urbanistique cependant, les accès et les relations piétonnes entre les différentes entités de la ville et la palmeraie sont absents.

PÉRIPHÉRIE

PÉRIPHÉRIE

Vues dégagées à la fois du côté de la palmeraie et du côté de la ville. Si la présence du palmier est encore assez forte, il est possible de croire que les terrains vacants du côté de la ville seront bientôt construits. Sur cette frontière pourraient donc se rencontrer les formes de la ville et la frivolité du palmier dattier.

NOUVELLE VILLE

NOUVELLE VILLE

Point de rencontre entre la nouvelle ville d’un côté et d’un douar improbable à cheval sur le oued qui signe l’entrée vers la zone urbaine. Les rappels volumétriques entre le bâti de la nouvelle ville et le végétal de la palmeraie sont équilibrés. La ferme de la palmeraie se fait plus discrète ; elle semble s’éloigner.

MÉDINA

MÉDINA

Rencontre du mur de la médina avec ce qui est supposé être la palmeraie. Le mur qui longe la totalité de l’interface, répondant de façon presque symétrique à celui de l’ancienne médina, coupe l’accès visuel et physique à la palmeraie.

Une bande de palmeraie et d’agriculture est conservée et valorisée entre la bande d’implantation du bâti et le oued. Le douar existant à cheval sur le oued est intégré à la bande d’implantation.

Détail de la place carrefour entre la route de Fès, la vieille médina et la nouvelle ville. Espace pivot, il est en quelque sorte la fin de l’esplanade et s’accroche dans l’un des vides créés par l’ancienne médina comme un retour sur lui-même que le piéton peut emprunter par des passerelles chevauchant le oued. De l’autre côté de la route de Fès, vers le nord, la place se termine dans l’épaisseur de la palmeraie. Un traitement au sol et son occupation par des palmiers marquent sa particularité tandis que sa largeur est suffisante pour permettre un regard distant sur les remparts de la médina de Marrakech.

Fin sud de l’esplanade longeant la médina dont le point fort est la grande place donnant accès à la palmeraie de Marrakech. Cette porte d’entrée monumentale à l’échelle du jardin qu’elle met en relation avec la ville est en lien symbolique et physique avec les emblèmes forts de la vieille médina que sont la place Jamaâ EI-Fna et la mosquée Koutoubia. Il est possible d’y accéder par des accès surmontant le oued à la sortie de chacune des portes de la médina.

Table des illustrations

Titre HISTORIQUE. ÉQUILIBRE NOURRICIER, DOUARS/PALMERAIE/VILLE
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15368/img-1.jpg
Fichier image/, 20k
Titre CONTEMPORAIN. DESTRUCTION PALMERAIE
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15368/img-2.jpg
Fichier image/, 208k
Titre LIMITER
Légende Planifier les limites de l’extension bâtie, autant résidentielle que touristique, afin de renforcer la transition ville / palmeraie
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15368/img-3.jpg
Fichier image/, 32k
Titre AGRICOLE
Légende Territoire cultivable entre les îlots urbains permettant les échanges agricoles
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15368/img-4.jpg
Fichier image/, 36k
Légende Vaste dépression sculptée par la pression de l’eau qui y voyage, espace limitrophe à la ville et à la palmeraie, l’intervention vise à redonner à l’oued l’espace qui lui est nécessaire
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15368/img-5.jpg
Fichier image/, 28k
Légende Comme le lit de l’oued dévorant sur son passage des morceaux de territoire. La forme de l”intervention peut intégrer la diversité du bâti existant qu’elle rencontre.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15368/img-6.jpg
Fichier image/, 36k
Légende Ancienne forme d’irrigation, sa trace se superpose à la zone bâtie comme un axe structurant d’espaces verts
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15368/img-7.jpg
Fichier image/, 20k
Titre URBAIN
Légende Répondre à la séquence des vides, des pleins, des axes et des volumes créés par la trame bâtie
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15368/img-8.jpg
Fichier image/, 56k
Titre copy/paste urbain ?
Légende SCHÉMA DIRECTEUR GLOBAL.La matrice territoriale que forme le système de khettaras, toujours perceptible sur le territoire, est la trame organisatrice de l’implantation proposée. Cette trame est aussi historique puisqu’elle est à l’origine de l’orientation de la ville de Marrakech. Ce système a disparu mais sa mémoire subsiste, tournée vers l’avenir, à travers l’orientation des îlots et leur organisation interne
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15368/img-9.jpg
Fichier image/, 292k
Titre PÉRIPHÉRIE
Légende Vues dégagées à la fois du côté de la palmeraie et du côté de la ville. Si la présence du palmier est encore assez forte, il est possible de croire que les terrains vacants du côté de la ville seront bientôt construits. Sur cette frontière pourraient donc se rencontrer les formes de la ville et la frivolité du palmier dattier.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15368/img-10.jpg
Fichier image/, 124k
Titre NOUVELLE VILLE
Légende Point de rencontre entre la nouvelle ville d’un côté et d’un douar improbable à cheval sur le oued qui signe l’entrée vers la zone urbaine. Les rappels volumétriques entre le bâti de la nouvelle ville et le végétal de la palmeraie sont équilibrés. La ferme de la palmeraie se fait plus discrète ; elle semble s’éloigner.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15368/img-11.jpg
Fichier image/, 128k
Titre MÉDINA
Légende Rencontre du mur de la médina avec ce qui est supposé être la palmeraie. Le mur qui longe la totalité de l’interface, répondant de façon presque symétrique à celui de l’ancienne médina, coupe l’accès visuel et physique à la palmeraie.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15368/img-12.jpg
Fichier image/, 120k
Légende Une bande de palmeraie et d’agriculture est conservée et valorisée entre la bande d’implantation du bâti et le oued. Le douar existant à cheval sur le oued est intégré à la bande d’implantation.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15368/img-13.jpg
Fichier image/, 180k
Légende Détail de la place carrefour entre la route de Fès, la vieille médina et la nouvelle ville. Espace pivot, il est en quelque sorte la fin de l’esplanade et s’accroche dans l’un des vides créés par l’ancienne médina comme un retour sur lui-même que le piéton peut emprunter par des passerelles chevauchant le oued. De l’autre côté de la route de Fès, vers le nord, la place se termine dans l’épaisseur de la palmeraie. Un traitement au sol et son occupation par des palmiers marquent sa particularité tandis que sa largeur est suffisante pour permettre un regard distant sur les remparts de la médina de Marrakech.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15368/img-14.jpg
Fichier image/, 160k
Légende Fin sud de l’esplanade longeant la médina dont le point fort est la grande place donnant accès à la palmeraie de Marrakech. Cette porte d’entrée monumentale à l’échelle du jardin qu’elle met en relation avec la ville est en lien symbolique et physique avec les emblèmes forts de la vieille médina que sont la place Jamaâ EI-Fna et la mosquée Koutoubia. Il est possible d’y accéder par des accès surmontant le oued à la sortie de chacune des portes de la médina.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15368/img-15.jpg
Fichier image/, 174k

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540