Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Marrakech

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 2. La palmeraie en projets de paysage

Landmark, marque paysagère

Abdellatif Ouabbas, Frédérick Brault, Fatima-Zahra Hassani et Gianluca Padula

Texte intégral

1Landmark, marques paysagères s’est initié à partir de l’expérience de désorientation vécue par l’équipe à l’intérieur de l’entité morcelée de la palmeraie : manque d’éléments d’orientation et d’un système d’organisation. L’expérience diffuse de la palmeraie est celle d’un territoire dont les éléments d’identité historique tombent en ruine et sèchent sous le soleil d’une histoire à cheval entre tradition et modernité.

2Constatant que la dégradation des khettaras et la disparition de certaines zones caractéristiques et uniques à la palmeraie menacent son identité historique, le projet tente l’aventure de la protection de certains de ses attributs. La mise en valeur de certains éléments du paysage de la palmeraie en rehaussera l’image tout en fournissant une organisation cohérente capable d’en gérer l’échelle.

3Pour l’ensemble du territoire, ces intentions se manifestent par trois interventions : la création d’une barrière verte entre la ville et la palmeraie empêchant l’expansion de la première au détriment de la seconde, la mise en place de mesures visant à favoriser et à requalifier les pratiques agricoles au sein de la palmeraie (ex. : octroi de subventions, concentration des terres agricoles en des lieux bien précis pour faciliter la gestion de l’eau. système de valorisation de l’agriculture qui puisse permettre de conserver des pratiques et un savoir traditionnels capables de lutter contre l’appropriation des grands espaces par les occupations touristiques) ; et la délimitation et protection de certaines zones uniques/caractéristiques de la palmeraie comme marqueurs de ses qualités particulières sur le plan historique et paysager. Autour de ces zones se développent plusieurs éléments programmatiques de mise en valeur du paysage de la palmeraie. Cette étape de la proposition est développée plus en profondeur dans te projet.

REDONNER À LA PALMERAIE SON IDENTITÉ HISTORIQUE

REDONNER À LA PALMERAIE SON IDENTITÉ HISTORIQUE

SYSTÈMES

LANDMARKS

Le choix du site pour le développement de l’intervention s’est arrêté sur une bande nord-sud située dans a partie centrale de la palmeraie. Ce site est représentatif l’histoire de la palmeraie de Marrakech par les caractéristiques de son occupation : une zone rassemblant des douars, des khettaras et des seguias se trouvant tout près de l’Oued Tensift (en jaune) et une zone agricole particulièrement productive et en santé (en rouge). Les deux zones sont reliées entre elles par une série de khettaras ayant été essentielles, par leur apport en eau au développement de ces deux zones. Les quelques jours du workshop auront permis de développer plus en profondeur la zone de khettaras faisant le lien entre les landmarks.

(c) nouvelles habitations

(c) nouvelles habitations

Pour mettre en valeur le secteur des douars, le projet imagine l’érection d’un mur d’une hauteur moyenne au pourtour duquel serait aménagé un « faux khettara » transformé en coulée verte. Cette enceinte à l’image des façons de faire locales renforcerait l’identité du douar tout en en contrôlant l’expansion.

(a) nouveau regard

(a) nouveau regard

Devenant pour la plupart des coulées vertes, l’espace environnant ces khettaras est conçu comme un espace de promenade libre et non dirigée par lequel marrakchis, touristes et habitants de la palmeraie pourraient redécouvrir espace et ses propriétés historiques en y portant un nouveau regard. L’insertion d’une rampe installée en pente douce sur Quelques centaines de mètres y participe en permettant de s’élever en hauteur sur ce territoire relativement plat afin d’y découvrir des vues jusqu’ici inaccessibles. Les rampes encadrant un khettara incluraient aussi un éclairage nocturne capable c’en faire un point de repère perceptible la nuit tombée

(b) nouvelle agriculture

(b) nouvelle agriculture

Les khettaras situés plus près des landmarks sont quant à eux aménagés de façon à ce que l’on puisse en tirer une fonction plus productive pour les agriculteurs : des murs tirant parti du vent et de la condensation pour générer de l’eau sont installés sur leurs abords. Le khettara devenu transporteur d’eau, pourrait ainsi drainer les terres adjacentes.

Table des illustrations

Titre REDONNER À LA PALMERAIE SON IDENTITÉ HISTORIQUE
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15363/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre LANDMARKS
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15363/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre ROUTES
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15363/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre KHETTARAS
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15363/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15363/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15363/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Le choix du site pour le développement de l’intervention s’est arrêté sur une bande nord-sud située dans a partie centrale de la palmeraie. Ce site est représentatif l’histoire de la palmeraie de Marrakech par les caractéristiques de son occupation : une zone rassemblant des douars, des khettaras et des seguias se trouvant tout près de l’Oued Tensift (en jaune) et une zone agricole particulièrement productive et en santé (en rouge). Les deux zones sont reliées entre elles par une série de khettaras ayant été essentielles, par leur apport en eau au développement de ces deux zones. Les quelques jours du workshop auront permis de développer plus en profondeur la zone de khettaras faisant le lien entre les landmarks.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15363/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre (c) nouvelles habitations
Légende Pour mettre en valeur le secteur des douars, le projet imagine l’érection d’un mur d’une hauteur moyenne au pourtour duquel serait aménagé un « faux khettara » transformé en coulée verte. Cette enceinte à l’image des façons de faire locales renforcerait l’identité du douar tout en en contrôlant l’expansion.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15363/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre (a) nouveau regard
Légende Devenant pour la plupart des coulées vertes, l’espace environnant ces khettaras est conçu comme un espace de promenade libre et non dirigée par lequel marrakchis, touristes et habitants de la palmeraie pourraient redécouvrir espace et ses propriétés historiques en y portant un nouveau regard. L’insertion d’une rampe installée en pente douce sur Quelques centaines de mètres y participe en permettant de s’élever en hauteur sur ce territoire relativement plat afin d’y découvrir des vues jusqu’ici inaccessibles. Les rampes encadrant un khettara incluraient aussi un éclairage nocturne capable c’en faire un point de repère perceptible la nuit tombée
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15363/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre (b) nouvelle agriculture
Légende Les khettaras situés plus près des landmarks sont quant à eux aménagés de façon à ce que l’on puisse en tirer une fonction plus productive pour les agriculteurs : des murs tirant parti du vent et de la condensation pour générer de l’eau sont installés sur leurs abords. Le khettara devenu transporteur d’eau, pourrait ainsi drainer les terres adjacentes.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15363/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540