Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Marrakech

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 2. La palmeraie en projets de paysage

Eco/No/Verdi

Adil Nora, Ennedan Maria, Elena Fisicaro et Gabriel Lussier

Texte intégral

1Alors qu’elle constituait autrefois une ceinture de verdure autour de Marrakech et une source agricole importante, la palmeraie de Marrakech est aujourd’hui en processus de fragmentation et de privatisation croissante qui en fait oublier ses origines plus communautaires et sa fonction privilégiée d’espace de divertissement et de détente pour (es marrakchis. ÉCO/NO/VERDI vise avant tout à requalifier certaines des entités paysagères de la palmeraie en s’appuyant sur les forces de certaines de ses composantes.

2L’objectif du schéma directeur global est la création de coulées vertes en s’appuyant sur la linéarité nord-sud des khettaras et des oueds. Ces coulées vertes, alimentées par les eaux traitées des habitations, seront susceptibles de contrôler l’expansion urbaine et de valoriser l’agriculture, les écosystèmes et les paysages de la palmeraie. La réinvention du paysage de la palmeraie par la réinterprétation des khettaras en coulées vertes permet ici d’apporter des éléments de solution à plusieurs aspects de la problématique de la palmeraie : gestion des eaux usées, insalubrité des habitats, gestion de l’eau, urbanisation anarchique et incohérence de l’espace.

PROBLÈMES VS STRATÉGIES

3Politique de lotissement de la palmeraie et augmentation exponentielle des implantations urbanistiques vs Limitation des implantations par la création d’une ceinture verte linéaire

4Pompage excessif de la nappe phréatique et diminution des ressources hydriques vs Gestion écologique des eaux usées

5Diminution du potentiel agricole des entités paysannes et annexion urbaine des douars agricoles vs Nouvel approvisionnement en eau et renforcement de l’importance agricole des douars

6Abandon et dégradation des khettaras et autres systèmes d’irrigation traditionnels vs Réinterprétation contemporaine des khettaras en coulées vertes

7Diminution des superficies agricoles au profit de l’urbanisation et de la désertification vs Renforcement des systèmes agricoles par une irrigation moderne

8Diminution des colonies et de la population du palmier dattier vs Réinsertion du palmier dans le système agricole et dans des coulées vertes

PLAN DIRECTEUR

TEMPORALITÉ

9Avec le temps qui passe, les douars seront intégrés aux coulées vertes grâce aux palmiers et à la végétation qui s’égrènera le long des canalisations car lesquelles passeront les eaux grises traitées des agglomérations

SYSTÈME AGRICOLE

SYSTÈME HYDROLOGIQUE

10Zone prototype d’application du projet imaginé : on peut voir les liens établis entre le oued et la végétation naturelle qui y pousse, un khettara accueillant une canalisation artificielle d’eau et un khettara transformé en coulée verte sur lequel viennent se greffer organiquement les douars agricoles qui y déversent leurs eaux usées. Les nouvelles cultures permises par cet apport d’eau trament et texturent le territoire à nouveau réhydraté. Ces entités qui signent une nouvelle gestion formelle, agricole et écologique de la palmeraie sont aussi créatrices de nouveaux paysages qui, de la route, sont perceptibles.

ZONE D’INTERVENTION

11Système de traitement des eaux grises des agglomérerions pour soutenir les coulées vertes.

1. coulée verte dans khettara
2. canalisation à l’intérieur de khettara
3. coulée verte près du oued Tansoit

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540