Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Marrakech

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 2. La palmeraie en projets de paysage

Derrière les murs...

Chiara Capretti, Nada-Sallak, Abdellatif Guerguer et Cédric Proulx

Texte intégral

1L’originalité analytique du projet réside dans la reconnaissance d’un problème de lisibilité de la palmeraie : difficulté à lire l’idée d’une palmeraie faisant figure d’abondance et de verdure en plein cœur du désert, bulle de fraîcheur dans l’aride horizontalité. C’est que, le plus souvent, le visiteur est confronté à un espace mal défini composé de palmiers isolés ou d’îlots de palmiers situés ici et là, seuls témoins d’un passé plus glorieux. C’est cette idée de palmeraie, dont le nom renvoie à une forme aux limites bien définies et un contenu plutôt dense, qui se trouve à la base de la proposition. C’est plutôt à la limite entre l’idée que l’on s’en fait et ta palmeraie telle qu’elle se morcelle et se dégrade, sous l’effet des nouvelles formes d’occupation et des nouvelles pratiques de gestion, que le projet tente d’agir.

ANALYSE DE LA PROFONDEUR VISUELLE

ANALYSE DE LA PROFONDEUR VISUELLE

ÉLÉMENTS SYMBOLIQUES

ÉLÉMENTS SYMBOLIQUES

ANALYSE DES ECRANS

ANALYSE DES ECRANS

2Son intention est de conscientiser les habitants de Marrakech et les touristes venus d’ailleurs aux différents problèmes issus des nouvelles pratiques contemporaines se manifestent au cœur de la palmeraie et qui ont sur les paysages naturels et culturels, des effets parfois dévastateurs. Parce qu’elles sont empruntées par d’innombrables personnes, ce sont les routes traversant la palmeraie qui furent déterminées comme pouvant être les vecteurs d’une nouvelle trame organisatrice du développement futur du site. Alors qu’autrefois les khettaras jouaient ce rôle, les routes pourraient aujourd’hui être plus adéquates à qualifier l’organisation du territoire contemporain de la palmeraie ; ce sont en majeure partie sur elles que les nouvelles formes d’occupation de la palmeraie se greffent. Plus spécifiquement, c’est sur la route de Fès, qui traverse la palmeraie d’ouest en est, telle une colonne vertébrale structurante, que l’équipe porte ses analyses et ses interventions. Parce qu’elle corporalise tous les éléments de problématique soulevés et parce qu’elle est la porte d’entrée principale de ta palmeraie, il est apparu primordial de la travailler en la considérant comme une entrée ou sortie de ville structurante vis-à-vis du paysage.

INTENTIONS

3- Faire de l’axe de Fès est-ouest une vraie entrée de ville, un paysage cohérent et lisible pour une image de marque de Marrakech.

4- Amplifier la perception et mettre en valeur les différentes composantes paysagères de la palmeraie.

5- Renforcer l’identité de la ville.

STRATÉGIES

6- Aménager de façon à valoriser à la fois la mémoire de la palmeraie productive et les anciens systèmes d’irrigation (khettaras et seguias) comme patrimoine culturel.

7- Mettre en place des espèces autochtones capables de préserver l’écosystème et la biodiversité (pistachier de l’Atlas, l’oléastre et le jujubier, laurier rose dans les khettaras, Vitex dans les oueds, Anabasis Aphylla et Atriplex dans les zones arides).

8- Renforcer et intégrer les tissus agricoles (oliviers, vignes, agrumes...) pour assurer leur pérennité et améliorer les conditions sociales en milieu rural.

9- Intervenir de manière ponctuelle sur des espaces ciblés représentatifs d’une problématique urbaine afin de les requalifier dans leur contexte.

10Le cœur des interventions consiste à réintégrer les éléments du patrimoine culturel et naturel de la palmeraie dans les espaces latéraux à la route de Fès en prenant soin de les adapter à la spécificité des zones en question : percée visuelle sur un élément emblématique, zone agricole ou urbaine, etc. Dans leur matérialisation, c’est l’idée du mur qui s’est avérée être l’élément formel capable de guider les interventions et de leur donner une unité et un sens architectural fort.

11À la fois composantes physique et symbolique fortes, les murs font partie intégrante du paysage marocain. Gardiens de l’intimité et de la vie familiale, éléments de délimitation du territoire privé, les murs sont les remparts des trésors que l’on veut garder pour soi. Facteur certes traditionnel, le mur peut aussi être contraignant : autrefois fait de terre et se mélangeant harmonieusement au paysage, ils apparaissent aujourd’hui sous plusieurs formes rivalisant d’expressions contradictoires. En ce sens, ils affirment de façon radicale la privatisation graduelle de la palmeraie et sa fragmentation.

12L’idée principale qui guide les interventions est la densification et la mise en valeur des vestiges de la palmeraie jusqu’en bordure de route en y incluant la création d’espaces d’activités pour la promenade ou le repos par exemple. Ces densifications structurantes de la route agissent, pour les piétons ou les automobilistes, comme ces vitrines qui, sur les rues marchandes, annoncent les beautés que recèlent les boutiques.

13Entre elles, les interventions forment un parcours faisant graduellement découvrir le paysage, sa profondeur cachée et les pôles d’activités sociales qui s’agglutinent sur l’axe. En liant l’intérieur des murs à la rue, il est espéré que les futurs aménagements sauront prendre davantage en considération la profondeur du site sur lequel ils se superposent.

UN JARDIN POUR LE CIMETIÈRE

UN JARDIN POUR LE CIMETIÈRE

LES PALMIERS DANS LA VILLE

LES PALMIERS DANS LA VILLE

Par la création de « murs » de végétation sur le bord de la route, on annonce l’entrée de la palmeraie tout en créant des espaces publics en zones urbaines.

UN FILTRE D’OLIVIERS

UN FILTRE D’OLIVIERS

Les nouveaux quartiers déjà en place qui ne tiennent pas compte de la nature de la palmeraie seront plantés de végétaux tel le bougainvillier afin de colorer le béton radicalement posé.

Arbre importé d’Australie, eucalyptus consomme un volume d’eau moyen supérieur à tous les autres végétaux Cette plantation sera traversée d’un énorme mur de palmiers de manière à y créer en contraste qui, espérons-de, aura éventuellement raison de cet arbre peu propice au milieu.

LIGNE DE PALMIERS

LIGNE DE PALMIERS

Une vie sociale tout le long du parcours est favorisée par l’aménagement de trottoirs prenant la forme d’une place publique linéaire. Le trottoir vient lier le marcheur à un sentier.

Endroit clé du projet constitué d’un douar et d’un nouveau quartier L’idée développée est la création d’un espace sous la symbolique de la culture (oliviers et orangers) pouvant accueillir un marché à ciel ouvert.

Les khettaras sont plantées de végétaux indigènes tels que le pistachier de l’Atlas et le jujubier. Elles sont ponctuées de deux murs les bordant afin d’alimenter la poétique du trésor. Devenant de petites coulées vertes, elles pourront éventuellement servir d’espaces structurant propices à la promenade ou autres activités s’inscrivant dans la ré appropriation sociale du territoire.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15343/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre ANALYSE DE LA PROFONDEUR VISUELLE
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15343/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre ÉLÉMENTS SYMBOLIQUES
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15343/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre ANALYSE DES ECRANS
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15343/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre UN JARDIN POUR LE CIMETIÈRE
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15343/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre LES PALMIERS DANS LA VILLE
Légende Par la création de « murs » de végétation sur le bord de la route, on annonce l’entrée de la palmeraie tout en créant des espaces publics en zones urbaines.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15343/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre UN FILTRE D’OLIVIERS
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15343/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Les nouveaux quartiers déjà en place qui ne tiennent pas compte de la nature de la palmeraie seront plantés de végétaux tel le bougainvillier afin de colorer le béton radicalement posé.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15343/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Arbre importé d’Australie, eucalyptus consomme un volume d’eau moyen supérieur à tous les autres végétaux Cette plantation sera traversée d’un énorme mur de palmiers de manière à y créer en contraste qui, espérons-de, aura éventuellement raison de cet arbre peu propice au milieu.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15343/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre LIGNE DE PALMIERS
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15343/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Une vie sociale tout le long du parcours est favorisée par l’aménagement de trottoirs prenant la forme d’une place publique linéaire. Le trottoir vient lier le marcheur à un sentier.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15343/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Endroit clé du projet constitué d’un douar et d’un nouveau quartier L’idée développée est la création d’un espace sous la symbolique de la culture (oliviers et orangers) pouvant accueillir un marché à ciel ouvert.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15343/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Les khettaras sont plantées de végétaux indigènes tels que le pistachier de l’Atlas et le jujubier. Elles sont ponctuées de deux murs les bordant afin d’alimenter la poétique du trésor. Devenant de petites coulées vertes, elles pourront éventuellement servir d’espaces structurant propices à la promenade ou autres activités s’inscrivant dans la ré appropriation sociale du territoire.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15343/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540