Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Marrakech

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 1. Les enjeux de la palmeraie

Occupation socioéconomique

Texte intégral

1Les nouvelles formes d’occupation de la palmeraie sont l’une des causes de sa transformation. Malgré la protection de la palmeraie de Marrakech par un dahir (ordonnance rendu par le roi du Maroc) remontant à 1929, elle est depuis 1990 le lieu d’une forte pression de développement. Paradoxalement, les particularités du paysage qui la motivent en partie y sont de ce fait fortement transformées. Ces nouvelles formes d’occupation touristique, commerciale et domiciliaire haut de gamme s’effectuant par opportunité, au gré des dérogations au schéma directeur, ont aussi plusieurs effets sur les questions d’environnement, d’aménagement du territoire (mitage, transformation des structures traditionnelles de l’habitat (douar), d’économie et sur la valeur et la composition sociale contemporaine de la palmeraie. Elles contribuent aussi de différentes façons au recul et à la disparition des cultures traditionnelles et maraîchères en occupant les terres.

DOUARS

  • 1 Le petit Robert de la langue française. Paris, Le Robert, 2003.
  • 2 Wilbaux Q., La médina de Marakech, formation des espaces urbains d’une ancienne capitale ou Maroc P (...)

2Les douars sont des structures d’habitation traditionnelle liées au mode de vie des peuples nomades agricoles. Le dictionnaire Petit Robert les définit comme étant des « agglomérations de tentes disposées en cercle que les arabes nomades installent temporairement1 » alors que pour Wilbaux, les douars sont des villages, des cercles de tentes2. Les douars évoluent dans leur forme et se solidifient à mesure que les revenus des habitants qui y vivent augmentent. Ainsi, les agglomérations originelles se transforment peu à peu en maisons en pisé avec cours intérieures et enclos pour le bétail.

3Répartition des douars dans la palmeraie et dans la périphérie de Marrakech (1994). Aujourd’hui, la situation est quelque peu différente par l’arrivée de nouveaux douars et la migration de certains habitants des douars vers la ville.

  • 3 El Faïz. M.. Marrakech : Patrimoine en Péril Acte Sud/Eddif, 2002. À l’avenir : El Faïz, 2002 p 41.

4Si les douars, à l’époque où la palmeraie agissait comme jardin nourricier, ont joué un rôle positif avec la ville entretenant son plus grand « jardin », la perception de cette relation douars/ville a aujourd’hui bien changée. Comme l’explique El Faïz, les douars sont passés d’une fonction agricole à une fonction beaucoup plus urbaine et sont le plus souvent perçus comme une source d’insalubrité et de pauvreté, un cancer dont il faudrait se débarrasser. « l’urbanisme de l’après indépendance, en dilapidant la réserve foncière de la ville et en détruisant ses verges et ses jardins, a non seulement sapé l’économie de ces douars, mais aussi privé les générations présentes et à venir du droit minimum vital de verdure et l’oxygène3 »

  • 4 El Faïz, 2002 p 45-46.

5Privés de sources de revenus satisfaisantes que l’agriculture pourrait peut-être leur offrir, les douars d’aujourd’hui sont parfois caractérisés par une pauvreté extrême. Leur existence en périphérie de Marrakech, incluant la zone de la Palmeraie, cause beaucoup de problèmes aux aménagistes. « À aucun moment on n’a vu dans ce phénomène une manifestation sociologique et humaine produite par la marginalité urbaine et la destruction de l’agriculture traditionnelle4 ».

  • 5 El Faïz, 2002, p 43.

6Cette pauvreté est bien le résultat de la transformation des structures de l’habitat traditionnel marocain. La cohabitation des douars avec Les nouvelles exploitations commerciales, agricoles et touristiques en offre les meilleures images. Loin d’être un phénomène marginal, l’augmentation du nombre de douars au cœur de la palmeraie risque de suivre la tendance qui a caractérisé les dernières années. Entre 1982 et 2000, leur nombre est passé de 55 à 156 alors que leur population passait de 74 000 à 150 000 habitants, c’est-à-dire environ 22 % de la population de Marrakech. Aujourd’hui, un Marrakchi sur quatre vivrait dans un douar5.

TOURISME

7C, est en 1973 qu’on voit pour la première fois apparaître un complexe hôtelier au cœur même de la palmeraie, marquant ainsi une toute nouvelle forme d’occupation de son territoire. Cette première tentative étant un succès, l’État marocain mettra par la suite en place des avantages fiscaux ayant pour but d’attirer les investissements étrangers au Maroc, et dans la palmeraie, par la création de grands complexes touristiques et résidentiels haut de gamme Espaces de jardins luxuriants introvertis dans les murs d’un rêve d’oasis en plein cœur d’une palmeraie assoiffée, ces lieux de piscines rafraîchissantes, de fontaines jaillissantes, de golfs verdoyants et de palmiers érigés utilisent l’image de la palmeraie comme outil de marketing et de promotion. Palmeraie idéalisée et bien souvent en piteux état lorsque, de l’autre côté du mur, le regard ose s’y poser, ces complexes en reproduisent l’imaginaire et le luxe de telle sorte qu’y aller pourrait en même temps signifier s’en écarter.

8La question de l’intégration de ces complexes dans le paysage de la palmeraie se pose bien souvent comme un paradoxe : installations (golf, jardins, etc.) dont l’entretien nécessite une très grande quantité d’eau, puisée par pompage, qui assoiffe la palmeraie de l’autre côté des murs ; villas luxueuses et verdoyantes en face de douars extrêmement pauvres. Les caractéristiques sociales contemporaines de l’occupation (tourisme, résidants étrangers, etc.) de la palmeraie sont bien souvent contradictoires, résultat de forces globales et locales qui, sur son territoire, s’expriment et semblent bien vouloir cohabiter.

  • 6 www.tradeuktradeinvest.gov.uk/recreation/morooco2/profile/overview.shtml#characteristicsofmarket (1 (...)

9«In recognition of the fact that the tourism sector is now a major industry on the world economic stage, the Moroccan government has recently developed a strategy designed to improve its share of the world market The main objective of this strategy is to attract 10 million overseas tourists per annum by the year 20106

URBANISATION

10On peut croire que l’occupation de la palmeraie de Marrakech par des fonctions autres qu’agricoles, c’est-à-dire résidentielles, récréo-touristiques et clandestines (douars, bidonvilles, etc.,), est un phénomène qui ne fera que prendre de l’ampleur étant donné la forte urbanisation que devrait connaître le Maroc dans les prochaines années. Les transformations et les pressions exercées par ces facteurs sur le territoire urbain et périurbain sont nombreuses : prolifération de l’habitat insalubre, extension des quartiers périphériques et de l’habitat clandestin, surdensification des tissus urbains existants ou anciens Ces transformations ont aussi divers effets sur l’environnement : défaillance des modes d’assainissement liquides et solides, empiètement sur les terres agricoles, destruction des patrimoines culturels et naturels.

  • 7 Royaume du Maroc Rapport sur l’État de l’Environnement du Maroc. Ministère de l’Aménagement du Terr (...)

11La population des campagnes au Maroc est passée de 9,9 millions en 1971 à 12,8 millions en 1999, tandis que la population urbaine gagnait plus de 10 millions d’habitants en passant de 5.4 millions en 1971 à 14,524 millions en 19997.

  • 8 Ibid.

12Le taux d’urbanisation au Maroc, qui n’était que de l’ordre de 20 % en 1936, est passé à 29,3 % en 1960 et à 51.3 % en 1994. Il est actuellement estimé à 55 % et atteindra 62 % à l’horizon 2010 et près de 70 % à l’horizon 2025. Concernant l’extension des périmètres urbains, le nombre de communes et centres urbains est passé de 117 en 1960 à 250 en 1982, à 370 en 1994 et à 1547 en 1999. Dans ces phénomènes, l’intensification de l’exode rural joue pour beaucoup : la contribution du solde migratoire à accroissement global de la population urbaine, en 1995, s’établit à 414 % de 1960 à 1971, à 33 % de 1971 à 1982 et à 494 % de 1982 à 19948.

Notes

1 Le petit Robert de la langue française. Paris, Le Robert, 2003.

2 Wilbaux Q., La médina de Marakech, formation des espaces urbains d’une ancienne capitale ou Maroc Paris. L’Harmattan. 2001.

3 El Faïz. M.. Marrakech : Patrimoine en Péril Acte Sud/Eddif, 2002. À l’avenir : El Faïz, 2002 p 41.

4 El Faïz, 2002 p 45-46.

5 El Faïz, 2002, p 43.

6 www.tradeuktradeinvest.gov.uk/recreation/morooco2/profile/overview.shtml#characteristicsofmarket (19, novembre, 2004)

7 Royaume du Maroc Rapport sur l’État de l’Environnement du Maroc. Ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’environnement, Département de l’Environnement, 2001, p. 18.

8 Ibid.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540