Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Marrakech

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 1. Les enjeux de la palmeraie

Eau

Texte intégral

1L’arrière-pays de Marrakech (le Haouz) n’aurait jamais connu le développement agricole qu’il connaît aujourd’hui sans irrigation. Grâce à la proximité de la chaîne montagneuse des Hauts Atlas, véritable château d’eau, le Haouz pu échapper au destin de son écosystème aride caractérisé par une faible pluviométrie et des températures moyennes élevées caractérisées par de grands écarts mensuels et journaliers. La plaine arrive aujourd’hui à drainer les ressources hydrauliques de quelque sept oueds appartenant à deux grands bassins hydrauliques (le Tensift et l’Oum er-Rbia). En plus de ce potentiel hydraulique de surface, on peut ajouter celui des eaux souterraines.

Nous faisons descendre du ciel une eau bénie grâce à laquelle Nous faisons croître des jardins et le grain que l’on récolte ; Et es palmiers élancés aux spathes amitiés, pour nourrir Nos serviteurs. Par cette eau, nous rendons la vie à une terre morte. C’est ainsi que se fera la Résurrection

Coran L. 9-11

2Le projet d’aménagement hydro-agricole de la région a une longue histoire qui remonte aussi loin que l’avènement de la dynastie almoravide (1061-1107) Sur cette plaine en forme de cuvette, elle sut implanter la ville de Marrakech de façon judicieuse et parfaitement adaptée aux contraintes du milieu et de la topographie de sorte qu’elle puisse drainer l’essentiel de l’eau transportée par les oueds de l’Atlas. Tout un système d’utilisation et d’exploitation des ressources hydrauliques fut développé, qui est passé progressivement du système de la sânya (machine à godets) à celui de khettara (galerie drainante souterraine) et de seguia (canal distribuant l’eau sur la surface du sol). Ce dernier allait progresser vers la seguia (canal) de dimension régionale qui allait permettre le transfert des ressources hydrauliques d’une région à une autre.

3Chaque année les crues saisonnières viennent nettoyer les résidus de la ville qui tapissent le oued Issil en les déplaçant en aval. Des problèmes de gestion des déchets et de pauvreté en sont les causes principales, particulièrement près des douars ou des quartiers peuplés comme celui de Sidi Youssef Ben Ali.

4La priorité accordée aux eaux souterraines s, explique d’abord par des causes physiques et naturelles. En effet, le niveau de la nappe phréatique du Haouz décroît du sud vers le nord, passant de 60 mètres dans la limite sud à 10 mètres dans la limite nord. Près de 40 % de la surface de la plaine du Haouz est donc située dans une zone où le toit de la nappe phréatique se situe à moins de 10 mètres. C, est cette particularité qui permit aux hydrauliciens arabes du Moyen-Âge d’utiliser ces « eaux cachées ». C’est à ce type d’exploitation hydraulique que l’on fait référence lorsqu’on parle de l’hydraulique « traditionnelle ». Réseau dense, diversifié et complexe, il atteignait des performances considérables.

5Outre ces performances d’ordre technico-économique, l’ancien système de captation et de distribution des eaux contribuait aussi à la sauvegarde des équilibres écologiques et sociaux. En effet, pour le système des seguias par exemple (du barrage de dérivation de l’eau de la seguia principale à la petite rigole d’alimentation de l’exploitation) tout le dispositif semble avoir été conçu de manière à pouvoir jouer de ruse avec la nature et à pouvoir s’y adapter sans en épuiser ou en diminuer les capacités de renouvellement. Aussi, étant donné la main-d’œuvre nécessaire à l’entretien de ces réseaux étendus, le réseau traditionnel hydraulique avait l’avantage d’intégrer les compétences paysannes et de renforcer les solidarités villageoises. Ce système d’irrigation traditionnel était basé sur deux types de systèmes complémentaires : le système des khettaras et de seguias.

IRRIGATION TRADITIONNELLE

IRRIGATION TRADITIONNELLE

6Lignes régulières de puits avec une rigueur extrême. Leur principe est d’aller capter l’eau souterraine de la nappe phréatique et de l’acheminer par gravité jusqu’aux zones de la palmeraie à irriguer. Les khettaras avaient l’avantage d’assurer un débit constant d’eau sans risquer l’épuisement de la nappe phréatique.

7Les seguias sont des canaux à ciel ouvert qui acheminent et captent l’eau par gravité. Khettaras et seguias étaient associés : l’eau sortante Des khettaras était acheminée dans le réseau des seguias de surface qui parcouraient et circonscrivaient les terres à drainer. L’association des deux systèmes réduisait l’évaporation excessive que seul un système d’irrigation par seguias aurait créé. Aussi, leur association créait Un équilibre entre l’eau drainée de la nappe souterraine et celle qui y retourne par gravité en parcourant le système des seguias.

8Aujourd’hui, la tradition d’entretien des seguias et des khettaras à l’intérieur de la palmeraie n’est plus coutume ; le système de khettaras qui emmenait l’eau de la nappe phréatique vers les seguias n’est plus entretenu et s’effondre ici et là, Plutôt, c’est en pompant l’eau directement de la nappe phréatique que la plupart des besoins en eau sont comblés. Ce système peu abordable contribue à abaisser le niveau de la nappe phréatique. On évalue qu’il serait présentement sous les 40 mètres à partir du niveau du soi plutôt que les 10 mètres originels. La quantité d’eau utilisée dépasse donc largement la capacité de renouvellement de la nappe phréatique. Les nouvelles formes d’occupations touristiques dans la palmeraie, avec les modes de vie qui lui sont associés, y contribuent énormément.

IRRIGATION PAR POMPAGE

9Le nouveau système d’irrigation par pompage a aussi des effets sur les formes sociales d’occupation de la palmeraie. Alors que le système traditionnel nécessitait la coopération intertribale et la renforçait, le nouveau système contribue à l’individualisation des modes de vie et à la privatisation de la ressource aqueuse. L’abaissement de la nappe phréatique créé par ce nouveau système d’irrigation a plusieurs effets au niveau de la structure paysagère du territoire de la palmeraie. Le plus évident est la mort des palmiers qui se nourrissaient à même la nappe phréatique ; rendue trop basse, leurs racines sont incapables d’en puiser l’eau, De plus ce nouveau système change aussi la trame créée au sol par l’ancien système des seguias. Bien que toujours apparentes à certains endroits, il est à prédire que les qualités paysagères particulières que ce système offrait devraient disparaître avec les nouvelles méthodes d’irrigation.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540