Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Marrakech

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 1. Les enjeux de la palmeraie

Agriculture

Texte intégral

1Nécessaire à l’entretien et à la persistance du palmier dattier, l’agriculture dans la palmeraie a diminué pour plusieurs raisons dont la reconversion de la paysannerie vers des secteurs économiques plus rémunérateurs. Dans les zones de la palmeraie où la nappe phréatique n’est pas trop profonde, de moins en moins fréquentes, le palmier peut tirer de façon autonome l’eau dont il a besoin ; dans les zones où elle est plus distante, l’apport en eau issu de l’irrigation agricole était et est toujours nécessaire. Or, avec la désagrégation de la structure paysanne annonçant celle de l’ancien système d’irrigation traditionnel, la flore traditionnelle de la palmeraie est en déclin. L’irrigation par pompage qui abaisse considérablement le niveau de la nappe phréatique y participe aussi largement.

NOM COMMUN palmier dattier
HABITAT
zones arides
DURÉE DE VIE
100 ans
HAUTEUR
30 mètres
ÉTALEMENT
6 mètres
TEMPÉRATURES MINIMALES
gèle à - 10 degrés Celsius ; les parties aériennes sont atteintes à -8 degrés Celsius. Il est l’un des phoenix les plus résistants au froid.
CONSOMMATION D’EAU l’une des espèces les plus résistantes à la sécheresse de toute la famille des palmiers.
COURONNE
elle se compose de 30 à 50 feuilles pennées, de plus de 4 mètres de longueur, irrégulièrement disposées sur le rachis de couleur bleutée. Le pétiole, de 50 cent mètres à plus d’un mètre de longueur, est couvert d’épines sur les côtés.
STIPE nombreux rejets à la base d’un stipe principal (il n’est pas rare d’observer des touffes de plus d’une demi-douzaine de stipes) de couleur marron gris qui peut atteindre plus de 30 mètres de hauteur et 30 centimètres de diamètre, il est recouvert d’énormes écailles qui sont en fait la base coupée des anciens pétioles.
FLORAISON palmiers dioïques (plantes mâles et femelles). Les inflorescences émergent tous les ans entre les feuilles (interfoliaire). Elles sont courtes et ressemblent à un balai chez les mâles, plus longues et lourdement chargées de fruits chez les femelles pollinisées.
FRUITS les dattes sont d’abord oranges, puis brunes à maturité. Les fruits allongés mesurent jusqu’à 5 centimètres de longueur et renferment des graines également allongées de 2 à 3 centimètres de longueur. Une seule « branche » de dattes peut donner de 6 à 8 kilogrammes de fruits. Hors des zones les plus chaudes, on ne peut espérer que les caftes arrivent à maturité, celles-ci demandant une longue période de chaleur. Les dattes peuvent être consommées fraîches, fermentées, en confiture et confiseries ou séchées. Les graines sont parfois torréfiées comme substitut du café ou servent de nourriture aux animaux.
AUTRES UTILISATIONS typiquement cultivé dans tes oasis sahariennes Toutes les parties du phoenix dactylifera sont utiles aux populations qui les cultivent. Faute de bois, le stipe du palmier sert dans la construction de cabanes. Les feuilles séchées couvrent les maisons et on récolte même les jeunes feuilles pour les consommer comme légume (chou palmiste). Les fruits ont une importance vitale.

PHOENIX DACTYLIFERA

MUTATION DU COUVERT VÉGÉTAL
Liée à l’abandon des systèmes traditionnels de culture et d’irrigation, on trouve la mutation du couvert végétal de l’écosystème de la palmeraie. Ici et là, sur les territoires laissés vacants par les cultures, apparaissent de toutes nouvelles friches aux espèces variées et nouvelles

2Une autre cause du déclin du palmier est celle du remplacement des cultures plus traditionnelles par de nouvelles cultures intensives.

3Traditionnellement, les cultures étaient organisées en trois strates. La première, constituée des palmiers, ombrageait les plus petits arbres fruitiers : citronniers, orangers, figuiers, oliviers, etc. Ces petits arbres fruitiers servaient eux-mêmes à protéger les cultures plus basses de tomates, piments, carottes, blé, orge, luzerne, henné, maïs, etc. Chacune des strates créait donc un microclimat favorable à la culture de l’autre. Au sein de cette organisation, le palmier diminuait les effets asséchant du soleil et du vent. Sans occuper de façon régulière toute la superficie cultivée, le palmier était plutôt régi par le paysan qui le conservait ici et là pour favoriser l’ombrage en des endroits particuliers. Les cultures intensives, avec leurs allées de plantations serrées et leur absence de diversité, excluent ce type d’organisation en strates et donc le palmier.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540