Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Marrakech

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 1. Les enjeux de la palmeraie

Histoire

Texte intégral

  • 1 Boujrouf, S., « Nouvelles formes d’occupation de espace touristique de la ville ce Marrakech l’expl (...)

1« La palmeraie de Marrakech est la seule oasis occupant au Maroc la partie nord de la chaîne du Haut Atlas. Elle est le jardin par excellence de la cité de Marrakech, elle fournit encore des dattes consommées surtout localement, des troncs utilisés dans les toitures et des palmes de combustible pour les fours (cuisson des aliments, chauffage des bains, poterie, industrie...). Elle alimente l’artisanat local et abrite des cultures céréalières et maraîchères et aussi des arbres fruitiers (grenadiers, oliviers, agrumes...) ; c’est la continuité de la médina et de ses jardins intramuros (Riad, Arset, Jnane). Elle a toujours été un espace de loisirs, de récréation et de détente pour la population marrakchie. Elle est un espace vert d’importance majeure pour l’équilibre écologique1. »

ÉCOSYSTÈME PALMERAIE LES ESPACES NOURRICIERS DE MARRAKECH

  • 2 El Faïz. M. Marrakech ; Patrimoine en Péril Acte Sud / Eddif, 2002 À l’avenir : El Faïz. 2002

2(Source. M. El Faïz et A. E Laques2)

Émergence d’une cité-jardin entourée d’espaces verts débordant les remparts de la médina et constituant de grands centres de production Horticole.

Implantation d’une colonie qui marque le territoire de sa griffe urbanistique : création d’une ville nouvelle vers l’ouest (le Guéliz), en dehors des remparts de la médina qui se confine aujourd’hui à un rôle traditionnel. Afin de prendre part de la demande croissante pour les logements de nombreux terrains de culture et des vergers sont investis par les promoteurs faisant ainsi disparaître plusieurs jardins Intra-muros, Les nouveaux lotissements auront raison des nyad, arsa et jnan qui. pour es marrakchis. donnaient à la promenade un sens particulier (voir définitions plus loin). La cohérence de l’ensemble traditionnel de la médina est brisée.

  • 3 Ibid.

3La palmeraie de Marrakech commence au pied des murs d’enceinte de la Médina et s’étend sur la partie nord-est de la périphérie de Marrakech jusqu’aux rives de l’Oued Tensift. Aujourd’hui, elle occupe une superficie de plus de 6 000 hectares ; elle s’étendait autrefois sur un territoire beaucoup plus vaste. En fait, durant ses heures ce gloire, toute (étendue ceinturant tes murs de la médina de Marrakech était considérée comme une palmeraie, un grand jardin nourricier que la présence permanente des paysans entretenait et préservait. Elle était alors, comme l’affirme El Faïz, la mamelle nourricière de la ville et de son artisanat et un réservoir dans lequel toute une population puisait les symboles de son enracinement3. Grâce à l’agriculture, aidée du palmier dattier qui protège des rayons du soleil et donc de l’assèchement des sols, toute une variété de sous-cultures pouvaient naître qui apportaient à la ville des aliments et matériaux de tous genres. Aujourd’hui, ce patrimoine végétal, culturel et patrimonial se détériore à une vitesse remarquable pour plusieurs causes.

  • 4 Ibid., p. 96

Le sort des espaces verts de la cité de Marrakech est déterminé par une urbanisation extra-muros qui s’intensifie sous effet d’un pression démographique grandissante : en l’espace d’une vingtaine d’années, la population de Marrakech passe de 243 000 à 440 000 habitants. On assiste au développement de cités satellites et à une augmentation de l’occupation de la périphérie par tes douars issus d’un exode rural grandissant4. La transformation de la socio-économie agricole de ces douars à une fonction plus urbaine juxtaposée au déploiement de l’occupation récréo-touristique de la palmeraie auront raison, entre autres, de la diminution radicale et alarmante des espaces autrefois nourriciers.

Définitions5

  • 5 Wilbaux, Q., La médina de Marrakech, formation des espaces urbains d’une ancienne capitale du Maroc (...)

4Riyad : jardin clos constitué de parterres géométriques par extension (à Marrakech) : toute maison construite autour d’un jardin. Arsa : grand jardin irrigué pour la culture et l’agrément. Jnan (jenan) : jardin, verger.

Notes

1 Boujrouf, S., « Nouvelles formes d’occupation de espace touristique de la ville ce Marrakech l’exploitation de la palmeraie », Méditerranée, Revue géographique des pays méditerranéens, no 3,1996, p. 27-97

2 El Faïz. M. Marrakech ; Patrimoine en Péril Acte Sud / Eddif, 2002 À l’avenir : El Faïz. 2002

3 Ibid.

4 Ibid., p. 96

5 Wilbaux, Q., La médina de Marrakech, formation des espaces urbains d’une ancienne capitale du Maroc. Paris. L’Harmattan, 2001.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540