Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Marrakech

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 1. Les enjeux de la palmeraie

Marrakech, paysage culturel

Jalila Kadiri

Texte intégral

1Communication présentée dans le cadre du séminaire international organisé à l’occasion du 20e anniversaire de l’Université Cadi Ayyad, Faculté des lettres et des sciences humaines, Marrakech, 26-27 novembre 1998.

1. Le paysage culturel

2En 1972, la Convention sur la protection du patrimoine mondial fut le premier document de l’UNESCO à prendre en compte à la fois le patrimoine culturel et le patrimoine naturel. Deux ans après cette convention, l’UNESCO décide de prendre en compte également les paysages façonnés par l’être humain, c’est-à-dire de s’intéresser particulièrement à la combinaison des traits naturels et culturels des sites ou plus généralement aux paysages culturels. Un paysage culturel est défini comme un paysage dont la valeur est liée à des critères culturels ou comme une manifestation de l’interaction de l’homme avec son environnement naturel. On distingue trois types de paysages culturels :

Les paysages intentionnels

3Créés par l’homme à dessein, ces ensembles réunissent les chefs-d’œuvre du génie humain, tels que les parcs et jardins où l’intervention est si manifeste que l’on ne peut leur dénier le caractère de patrimoine culturel.

Les paysages évolutifs

4Les éléments naturels de tels paysages ont plus ou moins été transformés par l’homme pour des raisons de production agricole ou pour réaliser des ouvrages hydrauliques. On peut citer les terrasses viticoles et arboricoles des régions méditerranéennes, les bocages de France ou d’Angleterre, les réservoirs d’eau.

Les paysages associatifs

5Ces paysages sont ainsi définis lorsqu’ils sont liés à des mythes ou des croyances ainsi qu’à des événements historiques ou encore à des œuvres artistiques ou littéraires. L’interaction de l’homme et son environnement naturel est dans ce cas symbolique, affective ou spirituelle.

6Pour tous ces paysages, l’empreinte et l’action de l’homme qui les caractérisent leur confèrent leur richesse. Des sites qui en conditions naturelles ne présenteraient pas de telles qualités, écologiques ou esthétiques, par leur transformation sont déliés des liens ordinaires du temps et de l’espace et sont investis d’une puissance et d’une dimension inattendue et remarquable.

7La création de la palmeraie de Marrakech, site pris dans son ensemble (palmeraie et médina) dans un site nu, unifié par sa substance, la plaine du Haouz, a insufflé une nouvelle loi à l’espace en permettant une authentique rencontre paysagère de toutes les composantes humaines et naturelles du territoire.

2. Marrakech, paysage culturel

8Une petite incursion dans la mémoire du lieu s’impose. Comment s’est formée la ville, d’où vient sa richesse et sa diversité, son caractère particulier ?

9Sous l’emprise de la chaîne de l’Atlas et en bordure du désert, cette haute plaine en forme de cuvette a sûrement retenu l’attention des futurs bâtisseurs de la ville interpellés par l’originalité de cette double influence. Univers pelé avant l’eau, un prodigieux travail humain, bouleversant le sol et profitant de la pente insensible du terrain depuis la montagne, y a mené la source de vie. L’alignement des puits, des talus et des galeries aux profondeurs obscures de la titanesque entreprise d’adduction d’eau, par son simple graphisme, a mis en mouvement le monde simplifié de la plaine. L’eau captée, drainée par les khettaras de pente sud-nord, puis ramenée en surface, le site était habitable et pouvait développer son continuel rapport d’échange avec toute la région.

10Peu à peu la complexité apparaît, les rencontres se multiplient, les scènes débordent de l’une sur l’autre, la réplique rebondit comme le jeu oral de la place Jamaâ el Fna : la ville se construit. Le fil conducteur de toute son histoire sera toujours la double emprise du Sahara et de l’Atlas.

11Les palmiers, égrenés le long du réseau d’irrigation, là où la proximité de la nappe phréatique leur a permis de se développer, se sont densifiés pour former au nord de la ville une palmeraie qui borde l’oued Tensift sur près de 20 kilomètres. Elle a occupé ainsi un vaste triangle d’au moins 13 000 hectares, ombrageant des vergers et des cultures maraîchères. Ainsi, la vaste étendue de sa palmeraie a fait de Marrakech une oasis qui, par la puissance de sa ville connexe, n’a rien de commun avec celles de Figuig ou du Tafilalet. L’échiquier géométrique de toits fauves qui s’étale à l’aise dans la large plaine d’atterrissement du pied de l’Atlas a su concentrer en une place la polarité de l’espace. Ce qui s’est passé entre la ville de l’extrême, par sa situation, par ses composantes, par ses contrastes et la palmeraie a été au fond plus déterminant que les entités elles-mêmes.

12L’échelle urbaine de Marrakech s’échappe et se révèle tour à tour dans l’exploration graduelle de sa médina et de sa palmeraie. Mais les changements des transports ont contraint ce lieu de rencontre des caravanes à des métamorphoses. Quel espace a-t-elle inventé alors ? Aujourd’hui patchwork indécis, il reste cependant des morceaux de jardins, de parcelles d’oasis dans un zonage contrasté comme si l’on revendiquait çà et là un droit à la ville, à ses espaces libres, à ses arbres, à la vie commune que préserve encore la place Jamaâ el Fna. Le morcellement de Marrakech est subverti par cet usage de la ville qui, dans les déplacements, le dépasse.

13Mais les blancs, les trous laissés par l’oasis qui se retire furtivement, c’est la mémoire qui s’absente, fléchit et soulève la question de l’identité. La destruction des valeurs symboles et des lieux forts de Marrakech (La Kouloubia ? Et Jamaâ el Fna centre le plus ancien, cœur battant, le paysage des remparts s’étirant au pied de l’Atlas enneigé, les khettaras, la Ménara) oblitère la dimension narrative propre à chaque lieu construit par l’homme avec la nature. Pourtant, afin d’éviter la dégradation de ces lieux, le site de la palmeraie de Marrakech a été classé patrimoine culturel au même titre que les monuments historiques.

3. Le site classé

14Les limites du site classé de la palmeraie de Marrakech ont été définies de manière à préserver l’originalité de caractère d’une ville où l’horizon a autant d’existence que son centre, d’une ville où se réalise l’authentique rencontre paysagère, d’une ville où s’exprime l’énergie des forces naturelles et contradictoires.

15En bordure du désert, au pied d’une grande chaîne de montagne, la palmeraie de Marrakech, aux confins de l’habitat botanique du palmier dattier, devait rester cette invariante d’une évolution continue. Car ce qui s’est passé entre la ville et le site a déterminé la naissance de la palmeraie. Le temps a fait que la palmeraie a donné son identité à la ville.

16Le palmier urbain, la palmeraie urbaine, c’est la culture du territoire marrakchi, la topologie de Marrakech. On a pu se poser la question : des deux, laquelle a précédé l’autre, la ville ou la palmeraie ? Maintenant, ce que l’on peut lire c’est une ville qui s’est amarrée en tendant des filins des khettaras entre fleuve et montagne ; les palmiers ont jeté l’ancre.

17Aujourd’hui sujet d’exception ou alignement raisonnable, les palmiers de Marrakech ont une vie difficile. Sujets vivants, sont-ils aujourd’hui considérés comme un mobilier urbain ? Quelques arbres épargnés ne permettent pas de lire le récit du lieu. L’histoire s’inscrit peu à peu en pointillé et la palmeraie n’est plus qu’une parure végétale à qui la ville n’a plus grand-chose à dire.

18Quel déplacement du regard s’est-il opéré ? Chaque acte architectural veut être surprenant, l’objet se veut prédominant sur la pensée urbaine rompant la tradition architecturale de Marrakech. La médina de Marrakech n’a pas été pensée en tant qu’objet solitaire mais comme une réponse adressée à un site à la fois de l’extrême et de la rencontre. Marrakech est remarquable par sa façon de croiser le plein et le vide, de donner de l’épaisseur à l’espace et au territoire. Aujourd’hui, la résorption insidieuse de la palmeraie, le comblement des canaux souterrains, la construction des jardins, places et vergers traduisent l’incompréhension de l’âme de Marrakech, révèlent le décalage entre les aménagements urbains et les qualités d’un site de l’égard et de la convivialité qui a concentré la force évocatrice du paysage et de l’identité culturelle et historique régionale.

19Le site classé peut-il résister à la spéculation foncière ? Le réseau de mailles tissé pour créer un cadre de vie séduisant au-delà de l’utilité des ouvrages a-t-il une valeur directement quantifiable ? Peut-on évaluer un patrimoine naturel et culturel selon les critères économiques usuels ?

  • 1 Jouvenel, B., Le rôle de la prévision dans les affaires publiques. Les Cours de Droit 1965-1966, Co (...)

20Pour reprendre une expression de Bertrand de Jouvenel (1966)1, mais adaptée au contexte, « selon notre façon de compter nous nous enrichissons en faisant de Jamâa el Fna un parking payant, de la Koutoubia un immeuble de bureaux et de la palmeraie un lotissement d’immeubles ».

21Les valeurs esthétiques et culturelles ne sont pas comptabilisées directement mais elles ont tout de même un prix pour une ville qui a su intégrer le paysage dans l’espace vécu au quotidien. La disparition du patrimoine culturel de Marrakech, tout en estimant qu’il faut sauvegarder les droits de la ville en matière de construction et de développement en en diminuant l’attrait, se traduit par une perte même sur le plan économique. Sachant qu’une ville historique est bâtie sur plusieurs siècles, qu’un jardin évolue avec la croissance de ses plantations, leur vie et leur mort, on peut souhaiter plus de discernement dans les programmations urbaines de Marrakech qui tiendraient compte de la vie antérieure des espaces et des mouvements secrets qui les ont engendrés. Vidée de son sens peu à peu, la cité présente un visage marqué des stigmates de la désaffection.

22Quel déplacement du regard s’est-il opéré sur la question urbaine à Marrakech ? Ville née depuis la place publique, lieu de rencontre de caravanes ramenant à elle tout le territoire. Une ville bâtie sur le principe de l’échange et du rapprochement, des produits, de l’eau, de la vie, des savoir-faire, des cultures du désert de la plaine et de la montagne, effectuant ainsi l’affirmation d’un site. Cette ville au tempo d’oasis qui, pour donner la réplique, a donné naissance à la palmeraie. La narration s’est mise en scène, la palmeraie en est le médiateur. Peu à peu la prolifération des plantations, assurée par le réseau d’irrigation souterrain et superficiel, a inversé jusqu’à la fonction même du rempart qui semblait être là pour endiguer le déferlement végétal faisant de Marrakech une oasis urbaine pénétrée par le paysage.

4. Problématique de la conservation du site par rapport à l’évolution des constructions urbaines

23Ce mouvement s’est depuis longtemps inversé. Le maillage de l’espace assuré par le réseau souterrain d’irrigation repérable à la surface du sol par l’ombrage des palmes se défait. La palmeraie, legs immémorial pour les marrakchis, a dominé les horizons du paysage urbain quotidien.

24Quand l’image la plus caractéristique de Marrakech est sans conteste l’étincelant hiver de l’Atlas derrière la ligne des créneaux du rempart allongeant la file de ses bastions à l’ombre des palmiers, quand il existe une réponse aussi parfaite entre les entités d’une ville, il n’est plus possible de considérer la palmeraie uniquement comme une particularité naturelle, paysagère ou touristique. Elle est plus que cela, puisqu’elle est devenue un trait de la personnalité du site et de ses habitants.

25La préservation du site de Marrakech, fondée sur la relation particulière entre le végétal et l’architecture, est menacée. Expression du mode d’appropriation du territoire, d’une dynamique foncière, comment réussira-t-elle à rester rentable dans l’économie moderne en tirant sa richesse d’une qualité de présence et non de la quantité d’équipements qui l’envahissent ? Comment maintenir une gestion traditionnelle du territoire pour conserver l’identité culturelle qui contribue à l’image du site ?

26Quelques lignes d’action ébauchées peuvent servir de guidelines à la définition d’un programme de sauvegarde du site dans son ensemble tout en permettant un développement effectif de la Palmeraie, plus spécifiquement à l’intérieur de la ville : l’avenir des vergers de palmiers situés en milieu urbain passe par la récupération de leur qualité agricole propre comme espèces fruitières, en harmonie avec sa valeur paysagère.

27La ville devrait acquérir des vergers de palmiers pour les conserver et créer un parc naturel urbain composé de deux entités : 1) une aménagée pour le loisir, le jeu et le sport destiné au grand public ; 2) une palmeraie agricole. Un programme scientifique de sélection et de multiplication de variétés précoces de dattiers facilitera la valorisation de la palmeraie fruitière par le biais d’une meilleure production. Le développement d’une production artisanale à partir des feuilles, des fruits, et des troncs de palmiers favorisera une renaissance du mode de gestion traditionnelle de l’espace.

  • 2 Termes définis dans le texte « Balisages des principaux enjeux de territoire ».

28Dans l’aménagement urbain, l’utilisation du système spatial et étagé des plantations de la palmeraie pourrait servir d’élément d’intégration entre le centre urbain et les quartiers périphériques. Un réseau de cheminements pour piétons et calèches, ou chemin du palmier, reprenant la linéarité des filins de khettaras et séguias2 relierait les extrêmes à la médina. Conçue de manière à maintenir la continuité visuelle et d’accès, ce parcours bordé de plantations étagées à l’ombre de palmiers, par un maillage retrouvé, assurera à nouveau l’amarrage de la ville au site originel.

29La création d’une promenade urbaine, intégrant la palmeraie historique, les jardins historiques et croisant le chemin du palmier, pour une découverte écologique de Marrakech serait une autre approche culturelle de la ville, l’essentielle.

Notes

1 Jouvenel, B., Le rôle de la prévision dans les affaires publiques. Les Cours de Droit 1965-1966, Collection(s) Université de Paris, Institut d’études politiques, 1966.

2 Termes définis dans le texte « Balisages des principaux enjeux de territoire ».

Auteur

Architecte et paysagiste DPLG Ministère de la Culture (Rabat-Maroc) Royaume du Maroc

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540