Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Marrakech

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 1. Les enjeux de la palmeraie

L’imaginaire ou palmier entre tradition sacrée et profane

Ouidad Tebbaa

Texte intégral

1La palmeraie de Marrakech connaît l’une des périodes les plus critiques de son histoire. En quelques décennies, elle a connu une évolution inexorable et à ce rythme, elle semble vouée à une disparition irrémédiable. En effet, aujourd’hui plus que jamais, elle semble livrée à des spéculateurs sans scrupule, des bâtisses opulentes et un tourisme haut de gamme, qui grignotent chaque jour son espace vital. En 70 ans, elle a perdu 9 000 hectares soit 60 % de sa superficie dite classée et protégée.

2Il importe de faire un retour en amont pour retrouver la place qu’elle occupe dans notre imaginaire, sachant qu’elle est la seule oasis occupant la partie nord du Haut Atlas et qu’elle est donc le jardin par excellence de la cité de Marrakech.

3En effet, à l’heure où la palmeraie semble de plus en plus un leurre que l’on vend à des touristes en mal l’exotisme, que représente-t-elle pour les habitants de Marrakech ? S’agit-il, comme on le prétend communément, l’un don immérité dont la nature nous aurait fait grâce au point que cette palmeraie peut être considérée comme le plus naturel de tous les paysages qui nous environnent ? Ou au contraire la palmeraie résulte-t-elle de l’accumulation l’un formidable travail humain et surtout de tout un savoir faire paysan ? En réalité, si la palmeraie est devenue un site si consubstantiel à notre mémoire et notre imaginaire, c’est qu’il résulte l’un travail de modélisation de la nature par l’être humain : un gigantesque réseau de canalisations souterraines, les khettaras, a fait fleurir, au fil des siècles, jardins et vergers ombrageux, conférant à la palmeraie une fonction de réserve nourricière pour la ville au même titre que l’Agdal, la Ménara et tous les vergers (arsa ou jnan) qui ceinturent le périmètre urbain.

4Pour comprendre la valeur que l’on confère à la palmeraie et la manière dont, pendant des siècles, elle a structuré notre rapport à la nature, il importe de remonter loin dans le temps, à la recherche du lien qui nous unit au palmier.

5La mémoire du palmier dattier participe, comme on le sait, aux débuts de la vie. Son apparition remonte, dit-on, à des époques reculées. Comme en témoignait, il y a 2000 ans, Strabon, évoquant les vastes palmeraies de l’Orient, le palmier jouissait déjà l’une grande faveur chez les peuples de l’Antiquité. Chez les Égyptiens, notamment, les palmes avaient leurs chansons et leurs légendes, et les rois l’Égypte dressaient des simulacres de palmiers auprès de leurs tombes. Cette dimension symbolique se retrouve également dans la Grèce antique et à Rome, où les palmes couronnaient les vainqueurs des jeux et des guerres et accompagnaient les morts dans leur dernière demeure. C’est également le cas dans les grandes religions monothéistes. Pour le christianisme, en effet, les palmes consacrent l’arrivée du Messie à Jérusalem, Durant l’office qui ouvre la semaine sainte, palmes et rameaux sont bénis par le prêtre et portés en grande procession dans la rue. On les conserve dans les maisons jusqu’ au mercredi des Cendres de l’année suivante où ils sont brûlés : les cendres servant à tracer une croix sur le front des fidèles. Héritiers de la même tradition, les Hébreux les emploient à l’occasion du nouvel an, pour la fête des Cabanes, coutume qui commémore l’exode des Hébreux l’Égypte.

6C’est dans cette tradition que s’inscrit le rapport des musulmans au palmier : avec plus l’une vingtaine l’occurrence dans le Coran, il constitue en effet l’une des figures les plus constantes de la flore coranique et l’un des signes les plus tangibles de la miséricorde de Dieu et de ses bienfaits. Rien l’étonnant à cela quand on songe à ce qu’il symbolise dans ces contrées pour le moins arides où l’islam a l’abord trouvé ses terres l’élection. Le caractère quasi sacré du palmier lui vient sans aucun doute de sa grande valeur utilitaire et nutritive. Dans la lointaine Arabie comme à Marrakech, on utilise tout du palmier dattier : les feuilles, le tronc, les fruits, l’enveloppe des fleurs et jusqu’ au chevelu fibreux qui demeure à la base des palmes coupées.

  • 1 Les hadiths sont les propos attribués au prophète Mohamed et constituent, après le Coran, la second (...)
  • 2 Muhammed Ibn Isma’il al-Bukhari, al Sahih (Recueil de traditions prophétiques), Dar-al-fikr, Beyrou (...)

7Quant à ses fruits, ils se consomment longtemps après avoir été cueillis et contiennent des vertus particulières. El Bokhari, qui est l’un des plus grands exégètes des hadiths1, déclare à ce propos : « Quiconque aura mangé le matin sept dattes à jeun ne sera pas incommodé ce jour là ni par le poison ni par la magie2. »

8La datte n’est-elle pas avec l’eau le premier aliment que l’on absorbe après la rupture du jeûne du ramadan ? Elle fait même partie de tous les cérémonials de fête. Par exemple, lors l’un mariage, après avoir apposé sur la façade de la maison un arc de palme en signe de réjouissance, on offre le lait et les dattes qui symbolisent la douceur de la nouvelle union et constituent probablement aussi un signe de fécondité. N’oublions pas que le terme générique arabe pour désigner le fruit est fakihatoun ou timâr ou tamaratîn. Les dattes désignent donc à la fois le fruit du palmier et par extension tous les fruits, mais aussi, au sens figuré, tous les bienfaits l’une action.

  • 3 Médine a accueilli le prophète et ses compagnons après son exil de la Mecque, qui marque l’ère de l (...)

9Il faut signaler, aussi, tout le choix très emblématique des noms l’arbres par lesquels le prophète Mahomet désignait les villes saintes : si la Mecque est au-dessus de toute comparaison, Médine, qui est la seconde ville sacrée de l’islam3, renvoie au Palmier, avant Jérusalem, qui est l’olivier et Damas, le figuier.

10Mais ce qui confère au palmier une valeur particulière dans l’imaginaire collectif, c’est sa verticalité. Car celle-ci est le symbole de l’Homme en quête de transcendance. Ce n’est pas un hasard si la symbolique du palmier dans le Coran comme dans le registre plus profane de la poésie est celle de l’être humain en quête l’un destin meilleur. Tous les hadiths nombreux à ce sujet le confirment.

11Ce processus l’humanisation du palmier est poussé très loin dans nos contrées au point que couper l’un l’entre eux revient à commettre un acte sacrilège. Un proverbe berbère parle même de meurtre ! Une multitude de récits, dont certains sont directement attribués au prophète Mohamed, vont jusqu’ à doter le palmier l’une âme, l’une sensibilité quasi humaine. Certains vont jusqu’à prétendre que le palmier est formé du reste du limon dont Adam est fait.

12Dès lors, le palmier acquiert dans l’imaginaire collectif une dignité qui le distingue radicalement du reste du règne végétal. L’exégète va même plus loin : selon lui, c’est dans son bourgeon terminal que se concentre la vie du palmier, c’est par son cœur qu’il survit, il ne peut survivre si on lui coupe son bourgeon terminal à l’image de l’homme à qui l’on trancherait la tête. Ses fruits se subdivisent en mâles et femelles et c’est dans ce processus de la fécondation (les fleurs femelles devant être fécondées par le pollen des fleurs mâles à l’image de l’homme qui ensemence la femme) que le rapprochement de l’homme et du palmier trouve, selon lui, son ultime confirmation. Cette conception du palmier est si omniprésente depuis des siècles et si répandue qu’elle frappa l’imagination l’un voyageur occidental au XVIIe siècle. En effet, Georges Sandys, effectuant un voyage en Égypte en 1611, rapporte le récit suivant :

  • 4 Sandys, G., Voyages en Égypte des années 1611 à 1612, traduit et présenté par Oleg.V. Volkoff, Coll (...)

Les Égyptiens tiennent cet arbre pour la représentation parfaite de l’homme et le représentent par lui. D’abord parce qu’il ne se fertilise que par coït (allusion à la nécessité de féconder les fleurs des plantes femelles par celle des mâles), ensuite comme ayant un cerveau, pour ainsi dire dans la partie supérieure, lequel une fois corrompu, l’arbre périt, de même que l’homme ; et enfin que sur son sommet croissent certains filaments qui ressemblent à des cheveux, la grande extrémité des branches apparaissant comme des mains étendues et les dattes comme des doigts. Et comme le palmier ne peut être anéanti mais produit des pousses malgré tous les obstacles, ses branches ont été proposées comme récompense4.

13Mais si le palmier est humanisé, ce n’est pas seulement en tant que symbole de verticalité, parabole de la transcendance. Il est aussi chargé de sensualité.

  • 5 Tamar ou timar veut dire dattes en arabe.

14La Bible déjà dans Le Cantique des Cantiques associait, dans un hymne à l’amour et la beauté, la svelte silhouette de la femme palmier au nom prédestiné, Tamar5 :

  • 6 Cantique des cantiques, traduit par Jean Yves Leloup, Le Fennec, Collection Traditions, 1994, p. 27

Que tu es belle, que tu es charmante / mon amour au milieu des délices / Ta taille ressemble au palmier et tes seins à ses grappes6.

  • 7 Al malhoun est l’une des formes d’expression privilégiées de la littérature orale marocaine et plus (...)

15Dans la même lignée, la poésie du malhoun7 ne cesse l’associer la silhouette de l’être aimé à celle si caractéristique du palmier :

  • 8 Extrait d’une qasida de malhoun.

Ma gazelle, mon amour, ma bien aimée,
Ta ligne telle un palmier
Quand je te vois te pavaner
Tu rends jaloux le bambou et l’osier8.

16De même, tout le lyrisme de la poésie classique arabe trouve dans ce thème un sujet de prédilection :

  • 9 Pérès, H., La poésie andalouse en arabe classique au XIème siècle, ses aspects généraux et sa valeu (...)

Sveltes palmiers, voûtes de chrysolite
À qui contemple votre envolée
Et ces régimes de fruits, lanternes l’émeraude,
Joyaux à leur branche suspendus9.

17Mais dans toutes ces formes d’expression poétiques, la description tourne à l’identification, l’osmose s’opère entre le moi souffrant ou bienheureux du poète et le palmier dressé devant lui, témoin de ses peines et de ses joies, capable de concentrer en lui la mémoire de ses douleurs et de ses espérances. Miroir et confident, il suscite de longues expansions lyriques. Chez le bédouin l’Arabie comme chez celui du Maroc, le spectacle l’une palmeraie, en particulier, déclenche invariablement une rêverie dont les conventions poétiques n’ont pas fini de délimiter les contours. C’est particulièrement le cas dans la poésie traditionnelle du désert dont il constitue une figure matricielle.

18Entre le jardin de l’origine et celui de la fin dernière, l’oasis et ses palmeraies s’érigent comme un avant goût du paradis.

19De tout jardin, l’être humain, tels Adam et Ève, est fait pour être chassé. Sommes-nous condamnés aussi à l’évocation nostalgique de l’un de nos patrimoines écologiques les plus remarquables ? Quand on sait la valeur conférée par notre culture dans toutes ses formes, profanes et sacrées, au palmier, on ne peut que s’étonner du traitement qui leur est aujourd’hui réservé : palmiers brûlés, décapités, palmiers au bord des routes, prisonniers du béton, de l’asphalte et du goudron. À Marrakech, la palmeraie rejoint de jour en jour la cohorte des jardins fantômes qui hantent la mémoire de la ville et dont il ne subsiste que le souvenir ténu dans la toponymie des quartiers de la ville.

Notes

1 Les hadiths sont les propos attribués au prophète Mohamed et constituent, après le Coran, la seconde référence majeure en islam.

2 Muhammed Ibn Isma’il al-Bukhari, al Sahih (Recueil de traditions prophétiques), Dar-al-fikr, Beyrouth, [s.d], vol. 2, p. 35.

3 Médine a accueilli le prophète et ses compagnons après son exil de la Mecque, qui marque l’ère de l’Hégire.

4 Sandys, G., Voyages en Égypte des années 1611 à 1612, traduit et présenté par Oleg.V. Volkoff, Collection Les voyageurs occidentaux en Égypte, Institut français d’archéologie orientale, 1973, p. 203.

5 Tamar ou timar veut dire dattes en arabe.

6 Cantique des cantiques, traduit par Jean Yves Leloup, Le Fennec, Collection Traditions, 1994, p. 27.

7 Al malhoun est l’une des formes d’expression privilégiées de la littérature orale marocaine et plus particulièrement celle de Marrakech.

8 Extrait d’une qasida de malhoun.

9 Pérès, H., La poésie andalouse en arabe classique au XIème siècle, ses aspects généraux et sa valeur documentaire, Paris, Adrien Maisonneuve, 1937, p. 104.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

Auteur

Professeure Faculté des lettres et des sciences humaines Université Cadi Ayyad de Marrakech (Maroc)

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540