Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Marrakech

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Workshop_Atelier/Terrain de Marrakech

Philippe Poullaouec-Gonidec

Texte intégral

  • 1 Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CPEUM), voir site Internet : www.pa (...)
  • 2 Voir site Internet <www.unesco.org/shs/most>.
  • 3 Voir site Internet <www.unesco.org/mab/>.
  • 4 Voir site Internet <whc.unesco.org/en/home/>.

1En juin 2001 à Rabat, se tenait un colloque international sous le titre « Vivre et habiter le paysage marocain ». Organisé par l’École nationale d’architecture de Rabat et sous l’égide de l’UNESCO, cette manifestation marquait l’une des premières réflexions contemporaines sur le paysage au Maroc. Dans la foulée des recommandations de cette rencontre, l’UNESCO créait en juin 2003 avec l’Université de Montréal une chaire UNESCO en paysage et environnement (CUPEUM). Cet organisme scientifique unique affilié à un autre laboratoire de recherche canadien1 et aux programmes MOST (Management of Social Transformations)2, MAB (Man and the Biosphere)3 et WHC (World Heritage Centre)4 de l’UNESCO s’est engagé très rapidement dans une mission de soutien à la recherche et l’enseignement de l’architecture de paysage. Privilégiant une coopération internationale de haut niveau, cette unité académique mise sur un savoir pluridisciplinaire pour mener des actions structurantes dirigées vers les pays du Sud et en partenariat avec eux.

2En créant annuellement un enseignement de projet intensif sur le terrain (Workshop/Atelier), la chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CUPEUM) convie les partenaires de son réseau scientifique du Maroc, du Liban, de l’Italie, de l’Espagne et de l’Autriche à un temps de réflexion sur une problématique d’aménagement du territoire.

  • 5 Voir liste en annexe.

3Activité phare de la CUPEUM, le Workshop_Atelier/terrain de Marrakech s’est déroulé du 25 novembre au 4 décembre 2004. Cette activité, qui se tenait sur le campus de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech (Maroc), regroupait 45 étudiants de 8 institutions universitaires5 et de 4 pays (Maroc, Liban, Italie et Canada) interpellés par l’enseignement de l’architecture de paysage. L’équipe pédagogique regroupait des professeurs de ces institutions et le pôle d’experts était principalement constitué de professeurs de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech et des professionnels de l’Agence urbaine de Marrakech.

4Issu d’un dialogue avec les partenaires institutionnels du Maroc (Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Cadi Ayyad, École nationale d’architecture et Institut agronomique et vétérinaire Hassan II), le territoire de la palmeraie de Marrakech, est imposé comme laboratoire d’expérimentation pour cette première activité d’enseignement international.

5Seule oasis occupant la partie nord de la chaîne du Haut-Atlas du Maroc, la palmeraie de Marrakech fait face depuis plus de 10 ans à une pression foncière croissante. Ainsi, la qualité de ses paysages attire un nombre croissant de touristes, de résidants étrangers et d’investisseurs, dont la venue a pour effet de créer une menace réelle, que ce soit par l’augmentation de la valeur des terres, par la difficulté d’assurer l’insertion harmonieuse des nouvelles implantations ou par le maintien d’activités agricoles traditionnelles. Ces pressions de développement que subit le vaste territoire de la palmeraie depuis 1990 posent plusieurs problèmes complexes :

  • d’ordre environnemental : mutation du couvert végétal, apparition de friches végétales, transformation des écosystèmes naturels, abandon des systèmes d’irrigation traditionnels (khettara) et problèmes d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées ;

  • d’aménagement du territoire : mitage foncier, transformation des structures traditionnelles de l’habitat (douar), recul et disparition de cultures traditionnelles et maraîchères ;

  • d’ordre culturel et social : perte de l’identité paysagère et mutation des expressions paysagères, absence de mesure publique de mise en valeur de la palmeraie, privatisation d’un paysage d’intérêt patrimonial et emblématique ;

  • d’ordre économique : développement touristique extensif — circuit de la palmeraie, intensif—infrastructures — et domiciliaire de haut de gamme.

6Les rencontres préalables à la tenue du Workshop_Atelier/terrain ont permis de dialoguer avec les divers intervenants publics (Agence urbaine de Marrakech, ministère de la Culture, etc.).

7Elles ont démontré l’importance de mener des réflexions et de dégager des hypothèses d’aménagement envers ce territoire, des scénarios qui prôneraient la mise en valeur publique du territoire et la réinvention des paysages de la palmeraie à travers la caractérisation des attraits locaux, leur mise en valeur et leur préservation. C’est à travers cette demande qu’ont été posés les termes de cette activité pédagogique.

8Ensuite, sur la base d’un travail préparatoire mené par les 10 étudiants de l’École d’architecture de paysage de l’Université de Montréal, les premières journées du Workshop_Atelier/terrain ont été consacrées à des visites de Marrakech et ses périphéries et à des conférences d’experts universitaires et de spécialistes de certaines agences gouvernementales. Cet important préambule a permis aux étudiants de saisir la problématique d’étude et les principaux enjeux de la palmeraie (périphérie emblématique de Marrakech) et de cueillir les données « terrain » nécessaires au projet de paysage. Cette mise en contexte a été l’occasion de former 11 équipes de travail regroupant dans chacune d’elles, un étudiant de chaque institution universitaire présente afin d’assurer l’indispensable brassage culturel et disciplinaire.

9Localisé dans le foyer du campus de l’Université Cadi Ayyad, le travail intensif d’atelier a permis, dans un premier temps, d’esquisser un positionnement stratégique vis-à-vis de l’ensemble du territoire de la palmeraie, de ses enclaves dans l’espace urbain tout comme de ses interfaces rurales. Cet énoncé stratégique, issu d’une analyse globale du territoire, a mené à l’identification de sites d’intervention localisés pour générer des propositions de design à diverses échelles (design urbain et scénarios d’aménagement). Mené avec une très grande intensité, ce Workshop_ Atelier/terrain 2004 a livré des hypothèses d’aménagement et des projets de paysage visant la mise en valeur publique du territoire, la préservation des milieux humains et naturels et la requalification de ce haut lieu dans une perspective de développement durable.

  • 6 Cette perspective de nature prospective induit un cadre d’actions face à la préservation et à la mi (...)

10Le présent ouvrage rapporte l’heureuse expérience où se mêlent l’enseignement, le dialogue des cultures, la recherche-action, les échanges d’idées et la nécessité du « projet de paysage »6 pour un territoire en mutation. En guise d’introduction à l’exposé des projets d’étudiants, il a semblé important dans le premier chapitre de cerner les problématiques du terrain d’étude par le point de vue de Ouidad Tebbaa, professeure à l’Université Cadi Ayyad (Marrakech) et coresponsable du Workshop_Atelier/terrain (Marrakech 2004), et par celui de l’architecte et paysagiste marocaine Jalila Kadiri. Véritables manifestes pour la mise en valeur et la préservation de la palmeraie de Marrakech, ces deux textes situent la problématique des valeurs paysagères de ce territoire emblématique, de l’imaginaire social du palmier et de son ancrage au lieu (Marrakech) à travers les dimensions historiques d’une culture sud-méditerranéenne.

11Dans la foulée de ces deux réflexions importantes, suit la synthèse des principaux enjeux du territoire de la palmeraie. Cette description est rapportée par Yannick Roberge (l’un des étudiants participants de ce Workshop_Atelier/terrain). Elle prend appui sur un travail préparatoire mené par les étudiants de l’École d’architecture de paysage de l’Université de Montréal.

12Dans le second chapitre, les 11 projets de paysage conçus par les étudiants du Workshop_Atelier/terrain (Marrakech 2004) s’enchaînent les uns aux autres sans ordre préétabli.

13La lecture de l’ensemble révèle la richesse des points de vue exprimés et une pluralité d’idées. Cette multiplicité démontre l’univers des possibilités face à la préservation et à la mise en valeur du « paysage humanisé de la palmeraie ». Elle démontre aussi l’engagement des étudiants dans la mise en forme de projets innovants qui dévoilent le souci de ménager le territoire dans son développement pour assurer une viabilité entre les dynamiques naturelles, sociales, culturelles et économiques de notre contemporanéité. Comment concilier le développement de ce territoire périphérique de Marrakech tout en assurant le bienêtre de ses habitants ? Comment assurer la préservation des palmiers (et des espèces végétales indigènes) et des écosystèmes face aux transformations excessives du territoire et à l’abandon des usages de l’eau et du sol ?

14La voie des professeurs était essentielle à ce recueil. Dans le chapitre 3, par analogie aux « Vox populis », Alessandra Capuano, Gérald Domon, Salima Elmandjara, Saïd Fakir, Monica Sgandurra, Ouidad Tebbaa, Léon Telvizian, Stefan Tischer et Gabriella Trovato relatent leurs impressions. Collage hétérogène, chaque texte rapporte, là aussi, une diversité de propos sur le Workshop_Atelier/terrain. En fait, cette multiplicité de points de vue est à l’image d’une équipe pédagogique multidisciplinaire qui n’avait jamais enseigné ensemble auparavant. Leurs propos sont unanimes quant à la richesse d’une expérience à renouveler et de la valeur pédagogique et sociale de l’activité.

15La palmeraie de Marrakech a généré un temps de réflexion hors du commun qui appelle un lendemain. En guise de conclusion, l’ouvrage dévoile donc les perspectives à venir. Un suivi s’impose en effet sur cette aventure pédagogique qui a révélé, une fois de plus, l’urgence d’agir pour préserver et mettre en valeur la palmeraie. Ainsi, cette activité constitue aux yeux de tous un laboratoire exceptionnel en ce qu’elle postule l’idée de « projets de paysage » comme alternative à la sauvegarde de ce territoire périphérique emblématique de Marrakech.

Notes

1 Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CPEUM), voir site Internet : www.paysage.umontreal.ca

2 Voir site Internet <www.unesco.org/shs/most>.

3 Voir site Internet <www.unesco.org/mab/>.

4 Voir site Internet <whc.unesco.org/en/home/>.

5 Voir liste en annexe.

6 Cette perspective de nature prospective induit un cadre d’actions face à la préservation et à la mise en valeur du patrimoine, soit des intentions explicites de développement et de gestion du territoire.

Auteur

Titulaire. Chaire UNESCO en paysage et environnement Université de Montréal (Canada)

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540