Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Marrakech

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Avant-propos

Brigitte Colin

Texte intégral

Je vous remercie de votre attention.

1Allocution faite dans le cadre du 1er Workshop_Atelier/terrain de la chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal, hôtel de ville de Marrakech, 4 décembre 2004

2Excellences, Mesdames, Messieurs,

3C’est pour moi un grand honneur et une grande joie de participer, au sein de l’hôtel de ville de Marrakech, à cette session de clôture officielle des travaux du premier atelier de terrain, « workshop ou concours d’idées », de la chaire UNESCO en paysage et environnement de l'Université de Montréal sur les orientations potentielles d’une stratégie de développement durable pour la palmeraie ainsi que d’avoir pu présider le jury de sélection des idées proposées par les 11 équipes d’étudiants et de professeurs.

4En janvier 2003, le directeur général de l'UNESCO, monsieur Koitchiro Matsuura, avait réitéré l'importance qu’il attachait à la coopération interuniversitaire, (je le cite) : « l'UNESCO a été créé en 1945 pour faire avancer, dans l'esprit des hommes, les objectifs de paix internationale, grâce à l'éducation, la science et la culture : les écoles, les universités, les laboratoires et les centres de recherches sont des lieux d'apprentissage pour la culture de la paix. La communauté universitaire doit rester, dans toutes les circonstances, fidèle à sa mission de coopération internationale, non seulement pour favoriser les échanges intellectuels mais aussi parce que cette coopération interuniversitaire porte en elle les espoirs de la paix. »

5Dans ce cadre, l'éducation au développement durable des villes et des territoires contribuera à l'équilibre vital entre zones rurales et zones urbaines et à la réduction de la pauvreté ainsi qu'au soutien à l'intégration sociale des groupes les plus vulnérables.

6L'urbanisation, accompagnée d’une croissance constante de la population mondiale, est un phénomène considéré comme le problème majeur expliquant l’impact des activités humaines sur l’environnement. Cependant, ce qui détermine en grande partie les conséquences de cet impact sur l’environnement est la manière dont les populations urbaines se conduisent et consomment, suivant leur mode de vie et leurs références socioculturelles, qu'elles soient du Nord ou du Sud. L’urbanisation accélérée entraîne une surconsommation des ressources naturelles, comme l’eau douce, et l’usage de nouveaux matériaux et des biens de consommation qui mettent en péril la survie de la biodiversité et la santé des populations.

7Les professionnels de la ville, architectes, urbanistes, planificateurs de la région ou du territoire, juristes, hydro-géologues, géographes ou ingénieurs devraient être capables d’établir ensemble des systèmes de gestion et de développement intégrés et concertés des villes et des territoires afin de mieux garantir leur développement durable.

8Au niveau international, le Sommet de Johannesburg, Conférence des Nations Unies pour le développement durable en août 2002, avait mis l’accent, entre autres, sur la nécessité de relever les défis posés par l’urbanisation de la planète. En 2007, plus de 50 % de la population mondiale vivra dans un environnement urbain, en 2030, il pourrait s’agir de 5 milliards de personnes avec un taux d’urbanisation exponentiel pour les villes d’Afrique et d’Asie. Par sa résolution 57-254 du 20 décembre 2002, les Nations Unies ont confié à l’UNESCO la responsabilité de la mise en œuvre et de la coordination de la « Décennie mondiale pour l’éducation en vue du développement durable » pour la période 2005-2014. Le développement durable nécessite l’amélioration de la qualité de vie des populations dans le cadre du développement inéluctable des zones urbanisées. L’éducation pour le développement durable a donc une place essentielle dans la promotion des savoirs et dans la formation de la population et des décideurs aux stratégies de développement d’un environnement urbain plus viable pour les générations futures.

9En juin 2001, le programme MOST, programme interdisciplinaire de recherche comparative sur les thèmes des migrations internationales et des questions urbaines (Management of social transformations-Gestion des transformations sociales) au Secteur des sciences sociales et humaines de l’UNESCO, propose à l’École nationale d’architecture de Rabat de coorganiser avec le bureau de l’UNESCO à Rabat un atelier expérimental pour des étudiants et des professeurs sur la périphérie de la ville d’Essaouira ainsi qu’un colloque sur le thème « Vivre et habiter le paysage ». Ce colloque, conçu par un expert de l’UNESCO, Yves Nacher (actuellement directeur de l’Institut français de Leipzig en Allemagne), avait réuni pour la première fois la plupart des professeurs et des experts marocains et étrangers présents ce soir : c’est à cette occasion que monsieur Philippe Poullaouec-Gonidec avait présenté la chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal.

10L’intérêt suscité par cette chaire auprès des partenaires marocains présents en 2001, tant du côté de l’École nationale d’architecture de Rabat, l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II que de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech a poussé l’UNESCO à proposer d’internationaliser la chaire de Montréal en créant une chaire UNESCO sur ce thème.

11Approuvée par le directeur général de l’UNESCO, en juillet 2003, la chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CUPEUM) a organisé, en octobre 2003, le premier forum international qui a établi avec tous les partenaires du réseau un programme d’activités pour 2004/2005 : les activités majeures ont concerné, d’une part, la création d’un « Observatoire international des paysages périphériques : villes et métropoles » à Rome avec l’Université La Sapienza en juin 2004, et d’autre part, la session de formation continue tenue à Rabat le 22 novembre dernier au sein de l’École nationale d’architecture. Cette journée, intitulée « Paysages en territoire, de l’urbain au rural », a sensibilisé des professionnels de l’architecture et de l’urbanisme à l’architecture de paysage. De plus, un projet de convention de coopération est aussi à l’étude entre l’Agence urbaine de Marrakech et l’Université Cadi Ayyad pour apporter une contribution scientifique du Sud à l’Observatoire des paysages périphériques de Rome : les recherches de cet observatoire sont directement exploitables par les collectivités locales et régionales.

12Il faut signaler que, d’une part, la CUPEUM a participé à la création d’un Master indépendant en « paysage et environnement » à l’Université libanaise de Beyrouth, agréé par cette université dans le cursus général des étudiants et que, d’autre part, grâce, entre autres, au soutien institutionnel de l’UNESCO et de la CUPEUM, les universités de Reggio Calabria et de Barcelone ont obtenu pour 2005 et 2006 un financement de près de 300 000 euros pour la création d’un Master en paysage au Maroc au sein de l’École nationale d’architecture de Rabat en partenariat avec l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II et l’Université Cadi Ayyad.

13Le premier atelier de terrain « Workshop de Marrakech », qui s’est ces derniers jours tenu au sein de l’Université Cadi Ayyad, a permis de confronter, sur un problème tangible de développement durable dans une zone semi aride, telle que « la palmeraie de Marrakech », les points de vue d’étudiants et de professeurs appartenant à des domaines scientifiques différents comme l’urbanisme, l’architecture, le paysage ou le tourisme, mais aussi de cultures différentes : nord-américaine, méditerranéenne du Sud et du Nord.

14Les objectifs du Workshop visaient, entre autres, à :

  1. agir comme un levier pour la coopération locale entraînant des effets structurants entre université, agence urbaine et la municipalité de Marrakech ;

  2. mettre en œuvre une réflexion sur les paysages périurbains et une réflexion sur le projet dans le cadre de l’Observatoire des paysages périphériques : villes et métropoles de la CUPEUM ;

  3. faciliter la mobilité étudiante et professorale en initiant des coopérations scientifiques entre les pays du Sud et du Nord ;

  4. favoriser le rayonnement scientifique international en publiant les résultats du Workshop par la CUPEUM ;

  5. expérimenter une coopération internationale dans un contexte de projet d’architecture de paysage en sensibilisant la société civile et les organismes gouvernementaux à la création et à la mise en valeur des paysages et en proposant des concepts et des orientations d’aménagement viables vis-à-vis des enjeux ciblés par les collectivités locales.

15Les résultats de cet atelier que vous avez pu voir dans le hall de cet hôtel de ville sont très riches et diversifiés, tant sur le plan de la connaissance des potentiels de la biodiversité que des populations vivant dans cette zone semi-rurale. Ils illustrent la complexité du développement de cette palmeraie face aux exigences des nouvelles populations qui l’investissent, mais aussi la nécessité du développement économique liée au tourisme et l’urgence de la prise en compte de la survie des populations semi-rurales, qui vivent encore des produits de l’agriculture de la palmeraie.

16La CUPEUM a lancé une plateforme de dialogue ouverte entre les universités, les centres de recherche et les municipalités en espérant intéresser les ministères concernés : Équipement, Agriculture, Tourisme, Culture... Cette expérience, pionnière au Maroc dans le cadre de la Chaire UNESCO en paysage et environnement (CUPEUM), sera utilisée, avec la participation des partenaires marocains, pour la mise en œuvre des activités prévues en 2005 au Liban : un colloque « Vivre et habiter le paysage au Moyen-Orient » devrait être organisé avec l’Université libanaise de Beyrouth en novembre 2005 précédé par un Workshop_ Atelier/terrain à Saïda.

17Au nom de l’UNESCO, je souhaite remercier toutes les autorités marocaines qui ont permis que la question du paysage au Maroc soit située au cœur d’une plateforme de dialogue ouverte et constructive. Je souhaite remercier en particulier monsieur Omar El Jazouli, maire de Marrakech, pour avoir accepter d’accueillir cette exposition des travaux de l’atelier international de la CUPEUM au sein de l’hôtel de ville ainsi que les représentants de l’Agence urbaine et de l’Office du Haouz.

18J’adresse mes remerciements les plus sincères à monsieur Ahmed Jebli, président de l’Université Cadi Ayyad, à madame Rachida Saïgh Bousta, vice-présidente de cette Université, ainsi qu’à monsieur Ahmed Badry, doyen de la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Cadi Ayyad, qui a hébergé, de jour comme de nuit, tous les étudiants étrangers en mettant à leur service des locaux, des personnes et du matériel depuis le 25 novembre 2004.

19Je souhaite personnellement remercier monsieur Abderrahmane Chorfi, ancien directeur de l’École nationale d’architecture de Rabat, depuis peu nommé directeur général de l’Urbanisme et de l’Architecture (ministère délégué chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme), ainsi que son successeur monsieur Najib Benchekroun, madame Jalila Kadiri du ministère de la Culture, monsieur Saïd Fakir de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II de Rabat, ainsi que tous les professeurs et les experts des universités de Montréal, de Rome La Sapienza, de Barcelone et de Reggio Calabria qui ont encadré les étudiants pendant cette longue « Charrette » d’une semaine.

20J’adresse toutes les félicitations de l’UNESCO aux étudiants qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour produire, en dépit de leur fatigue extrême et de leur diversité culturelle et disciplinaire, un éventail si riche d’idées innovantes pour la réalisation d’une stratégie durable de développement de la palmeraie de Marrakech.

21Enfin, je souhaite exprimer une profonde gratitude aux deux responsables de cet événement : madame Ouidad Tebbaa de la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Cadi Ayyad et monsieur Philippe Poullaouec-Gonidec, titulaire de la chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Ils sont l’illustration parfaite de la coopération interuniversitaire entre le Sud et le Nord réalisée par des scientifiques de haut niveau et de disciplines différentes. Ils ont franchi tous les obstacles depuis plusieurs mois pour finaliser la tenue de ce premier Workshop en dépit d’événements personnels extrêmement douloureux. Au nom de tous un grand merci à Ouidad Tebbaa et Philippe Poullaouec-Gonidec.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

Auteur

Architecture et Villes. Division de la recherche et des politiques en sciences sociales MOST-UNESCO

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540