Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Marrakech

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Préface

Adberrahmane Chorfi

Texte intégral

1À Rabat, les 7 et 8 juin 2001, le colloque international « Vivre et habiter le paysage », organisé par l’École nationale d’architecture en partenariat avec l’UNESCO et avec le soutien actif de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II, avait montré l’intérêt naissant au Maroc pour les questions de paysage.

2Ce colloque avait permis également de faire émerger l’idée de la création de la chaire UNESCO en paysage et environnement (CUPEUM) auprès de la chaire paysage et environnement de l’Université de Montréal et de nouer les liens entre la plupart des institutions qui en constituent aujourd’hui le réseau.

3Quatre ans ont passé et la CUPEUM a été à l’initiative de nombreuses actions : formations, stages, ateliers, séminaires... Le Workshop_Atelier/terrain de Marrakech tenu en automne 2004 illustre le dynamisme des liens crées et la qualité scientifique d’une démarche mettant en œuvre un enseignement forgé dans l’analyse d’un territoire et la conception de projets pour sa mise en valeur. Consacré à la palmeraie de Marrakech - paysage emblématique de la ville mais également du pays — le Workshop_ Atelier/terrain a permis de regrouper 45 étudiants appartenant à 8 institutions d’enseignement de 4 pays (Maroc, Liban, Italie, Canada). Il a permis également de mener une réflexion pluridisciplinaire - architecture, architecture du paysage, géographie, agronomie, tourisme - originale, croisant les regards et mobilisant dans toutes ses phases l’expertise locale qu’elle soit celle d’universitaires et de professionnels ou celle d’institutions telles que l’Agence urbaine de Marrakech.

4Les résultats du Workshop_AteIier/terrain – 11 projets de paysage conçus pour la palmeraie - ont été exposés devant de nombreux responsables de la ville. La démarche illustre les rapports d’assistance et de conseil que l’université pourrait entretenir avec les opérateurs des secteurs publics et privés au Maroc. Il est certain qu’elle a permis de faire avancer la réflexion sur l’avenir de la palmeraie, de sa mise en valeur, des modalités d’étude de réflexion et de concerta bon devant prévaloir a toute action sur un territoire aussi sensible.

5Le Workshop_Atelier/terrain de la CUPEUM à Marrakech marque également que tait que les « Envies de paysages exprimées en 2001 au cours de colloque « Vivre et habiter le paysage » ont eu des prolongements concrets notamment dans le domaine de la formation. Cette activité a été précédée par l’organisation d’une formation continue destinée à des professionnels en exercice et un Master en architecture du paysage – financé dans le cadre de programme Européen Tempus – mis en place à l’École nationale d’architecture dans un partenariat avec le Département du paysage de l’Université de Reggio De Calabre et l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II.

6Mais les initiatives ne s’arrêtent pas aujourd’hui à la formation J, en veux pour exemple les instructions données ces derniers mois par le ministre délégué, auprès du premier ministre chargé de l’habitat et de l’Urbanisme aux vingt agences urbaines du pays pour qu’elles fassent émerger chacune dans son ressort territorial des projets) caractère paysager.

7En conclusion, j’aimerais remercier Brigitte COLIN, programme MOST de l’UNESCO, pour le soutien qu’elle a apporté à la manifestation, Ouidad TEBAA pour la logistique qu’elle a su mobiliser, l’ensemble des professeurs qui en ont assuré l’encadrement pédagogique, les experts marocains qui ont apporté leurs connaissances, les organismes nationaux qui ont participé ou soutenu le Workshop_Atelier/terrain et l’ensemble des institutions internationales qui y ont participé.

8J’aimerais également remercie Philippe POULLAOUEC-GONIDEC, titulaire de la chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal, pour l’impulsion qu’il a donné en si peu de temps au fonctionnement de cet organisme et pour le succès qu’il a assuré à cette manifestation.

9Enfin, j’aimerais mettre en exergue le travail des étudiants qui ont su mener à bien une réflexion de projet de projet sur un sujet délicat en si peu de temps et les féliciter.

10Je ne peux pas achever ce petit mot sans une pensée émue pour Jalila KADIRI, qui avait préparé et participé activement à ce Workshop_Atelier/terrain.

Auteur

Directeur
Direction générale de l’urbanisme et de l’architecture
Secrétariat général
Ministère délégué chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme Royaume du Maroc

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540